Prof. Jean-Marie Tarascon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prof. Jean-Marie Tarascon"

Transcription

1 Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société Chaire annuelle Année académique Histoire et évolution des technologies d accumulateurs 2 Février 2011 Prof. Jean-Marie Tarascon Amiens

2 Addiction croissante vis-à-vis des batteries Appareils Portables 1-100Wh Mieux gérer les ressources en énergies renouvelables de notre planète Favoriser le développement du transport électrique Vent Soleil Marées MWh Électrique kwh

3 Un marché, lucratif et en pleine expansion Marché Actuel en milliards d Euros Années Source Takeshita 2010 Aujourd hui

4 Les Batteries et la voiture électrique Voiture électrique La jamais contente (1899) 109 km/h Autonomie: 80 km Batteries au plomb Modèle Edison 1920

5 Les Batteries et la téléphonie portable

6 La pile de Bagdad: La première pile? (-200 BC) Fe Cu Electrolyte : (acide faible: Jus de fruits) E = 0,8 V L hypothèse de la pile reste à ce jour historiquement et scientifiquement peu vraisemblable

7 Des Grenouilles de Galvani à la pile de Volta 1781 Une cuisse de grenouille en contact avec 2 métaux différents se contracte 1797 Une cuisse de grenouille en contact avec 2 métaux différents se contracte 1800 PILE À COLONNE 1781 Fe 1797 Fe Cu Cu GALVANI La cuisse produit de l électricité VOLTA La cuisse produit de l électricité FAUX! Empilement de rondelles métalliques Zn-Cu séparées une fois sur deux par des rondelles de feutre et immergées dans une solution saline

8 Pile Volta Histoire et évolution des batteries: Plan de l exposé Piles Danieli, Leclanché L électrochimie qui les sous-tend Les batteries rechargeables La technologie plomb-acide Les technologies nickel (Ni-Cd, Ni-MH,..) 2000 Les technologies Li-ion,..) Autres technologies en développement Les Systèmes Li-air, Li-S Les technologies au Na (HT-BT) 2050

9 Quelques notions d électrochimie Chimie Interactions électroniques entre atomes ou édifices d atomes Réaction chimique Réorganisation de ces interactions électroniques Certaines réactions impliquent un échange pur et simple d électrons Réactions d oxydo-réduction (redox) entre un oxydant et un réducteur (oxydant) Cu e- Cu (réducteur) (réducteur) Zn 2e- + Zn 2+ (oxydant) Cu 2+ + Zn Cu + Zn 2+ Expérience 1 : Une lame de Cu dans une solution de Zn 2+ Cu + Zn 2+ Zn + Cu 2+ Expérience 2 : Une lame de Zn dans une solution de Cu 2+ Zn + Cu 2+ Cu + Zn 2+

10 Classification des potentiels électrochimiques Échelle des potentiels Oxydants puissants Cu 2+ Demi-réactions Cu(s) Réducteurs faibles Potentiel redox (Volts) 1,10 V 1,23 Volts Oxydants faibles Zn 2+ Zn(s) Réducteurs puissants Electrolyse H 2 O H 2 + ½ O 2 Comment étudier ces réactions? Comment contrôler ces réactions? Comment récupérer cette énergie? Il faut séparer le mouvement des ions et celui des électrons C est faire une pile

11 Pile Daniel (1836), Becquerel (1829): pile à compartiments séparés Cu Cu 2+ SO 4 2- Couple Cu 2+ / Cu Cu e- Cu Réduction Cathode 1,10 V V Pont Salin (jonction ionique) SO 4 2- Zn 2+ SO 4 2- Couple Zn 2+ / Zn Zn Zn e- Oxydation Anode Zn Le POTENTIEL ( E, Volts,..) Walther Nernst (1890) Nobel Chimie 1920 RT Eélectrode E Log 10 nf Oxydants Réducteurs Réaction globale : Cu 2+ + Zn Cu +Zn 2+ Cu 2+ Cu Quelles sont les principales caractéristiques des piles? Zn 2+ Zn E = 0,0 V Fin de réaction E = 1,1 V

12 Comment augmenter la densité d énergie d une pile Le POTENTIEL ( E, Volts) - Nature des couples redox - Etat d avancement de la réaction La CAPACITE (Q, Coulomb, Faraday, Ah) - Nature des couples redox - Quantité de matière POTENTIEL ENERGIE ENERGIE ENERGIE Nombre de charges électriques échangées (Coulombs) Énergie spécifique (Wh/litre, Wh/kg) CAPACITE Puissance spécifique (W/litre, W/kg)

13 Pile alcaline (1950) dérivée de la pile saline (Leclanché, 1868) MnO 2 V = 1,5 V Zn KOH (aq.) Zn 2+ H + MnO 2 + H + + e- MnOOH Zn Zn e- Couple MnO 2 /MnOOH Réduction/Cathode 2 solides Couple Zn 2+ / Zn Oxydation/Anode Nombre de charges électriques échangées (en Coulombs) Alcalines, Lithium, Mercure, Argent PILES

14 Des piles aux accumulateurs Accumulateurs Pb/acide, Ni/Cd, Ni/MH, Ni/H 2, ou ion Li Différence de potentiel (Volts) Anode : oxidation. Cathode : reduction. During disharge : cathode = + and anode = Réactions réversibles Energie volumique (Wh/l) Plus petite Gain de taille Ni-Cd Ni- MH Ni- Zn 1.2V 1.3V plomb -Acide 2V Li-ion 3.6V Plus légère Gain de poids Li-Métal. (sécurité) 3.5V Nombre de charges électriques échangées (Coulombs) Energie massique (Wh/Kg) Batterie = accumulateurs

15 avec assistance électrique? Quelle batterie pour parcourir 40 à 50 kms? Energie nécessaire: 300 à 360 Wh (36 V, 8 à 10 Ah) De kg à 3-4 kg selon le type la taille des batteries est liée à leur densité d énergie volumétrique, Wh/L Chine: 150 et 200 millions de VAE (il s'en fabrique près de 20 millions par an!).

16 Comparaison en termes d énergie et de puissance Supercondensateurs Batterie

17 Le plomb et Gaston Planté: première batterie (1859) + I/A v _ PbO 2 SO 4 2- Pb PbSO 4 4 H+ H 2 O - SO 4 2- H 2 SO 4 / H 2 O PbSO 4 PbO 2 (s) + 4H + + SO e- PbSO 4 (s) + 2H 2 O = 2,0 V Pb(s) + SO 4 2- PbSO 4 + 2e - Batteries de service pour véhicules thermiques Batteries industrielles (support au réseau, traction lourde) son coût (100 /kwh) Énergies et puissances spécifiques faibles (25-35 Wh/Kg; Wh/l) Cyclabilité réduite et vie calendaire faible en température Réactions à l état solide: Ruptures de liaisons chimiques aux deux électrodes

18 600Å Électrode positive à insertion Ni(OH) 2 <=> NiOOH Ni(OH) 2 Pas de rupture de liaisons + OH - Structure «hôte» maintenue 600Å NiOOH + HOH + e - La batterie Ni-Cd et ses dérivées Ni-Fe, Ni-Zn, Ni-H 2 et Ni-MH Cd Batteries Nickel-Cadmium (1.3 V) Cd(OH) 2 (s) + 2e - Cd (s) + 2OH - - Waldmar Jungner (Suède, 1900), - Commercialisée en Wh/kg + OH - Electrolyte aqueux KOH + HOH + e - Intermétalliques Zn Batteries Nickel-Zinc (1.73V) Zn(OH) 2 (s) + 2e - Zn (s) + 2 OH- H 2 - Commercialisée: SCPS 70 Wh/kg Batteries Nickel-Hydrogène 2H 2 O + 2e - H 2 + 2OH - 80 Wh/kg Batteries Nickel - Métal Hydrure (1.32 V) M (s) + xh 2 O + xe - MH x(s) + xoh - M = La, Ni,, V, Ti, Co, terres rares - A. Percheron, J.H. Van Vucht (1975) - Commercialisée en 1988 (Toshiba)

19 1975: la batterie Nickel-Métal hydrure, 2 réactions d insertion Ni(OH) 2 + OH Ni OH OH Ni OH OH Ni OH v = 1,3 V OH - _ H H H MH x "LaNi 5 H 6 " + 6H + + 6e - H + H + NiOOH OH (Hydroxyde Ni lamellaire) OH OH Ni OH OH Ni OH H 2 O Electrolyte aqueux (KOH) H H H M "LaNi 5 " Ni(OH) 2 (s) + OH - NiOOH(s) + H 2 O + e - M + xh 2 O + xe - MH x + xoh - Énergie volumique (310Wh/L) Cyclabilité Forte puissance Coûts des matériaux Énergie massique (80Wh/kg) Performances 80 Wh/kg W/kg 600 cycles 1997, Toyota Prius

20 A partir de 1960: Intérêt croissant pour l utilisation du lithium Li H 1s 2 12s 1 Lithium Hydrogène Rayon ionique faible Diffusion rapide Puissance Fonctionne en milieu aqueux Limite thermodynamique à 1.2 V E (Volts vs. H + /H 2 ) O 2 H 2 O H ph Li 1s 2 2s 1 Lithium Le plus léger des métaux (6.9 g), d= 0,53g/cm 3 Élément le plus électropositif => E de 3 à 4 V Forte réactivité chimique (eau) Meilleure densité d énergie massique Electrolytes non-aqueux : Organiques

21 L arbre généalogique des batteries au lithium Li/PEO/VOx LiCx/LiCoO2 LiFePO4 LiMn2O4 LiNCA LiNMC Li/I2 Li/SOCl2 Li/MnO2 Li/SO2 Li/Cfx Li/FeS2 Ag2V4O Li ion LiCx LiCoO2 LiNiO2 MnO2 MoS2 CuO Cu4O(PO4) Plastifiants Electrolyte polymère PEO De M. Broussely (SAFT) NbSe3 NiPS3 V6O13 Composés d insertion TiS2 Chlorides, sulfides, fluorides Rechargeable (accumulateurs) SOCl2 I2 SO2 Cathodes liquides Li / S CuS Jan Hajek? CrOx CFx CuO MnO2 Cathodes solides FeS2 Bi2Pb2O5 Bi2O3 Primaire (Piles) Ag2CrO4 Ag2CrO

22 Batteries rechargeables au lithium métal: une histoire qui se termine mal Premiers composés d intercalation du Li X T X X T X X T X ( ) P Te Oc Li + e - Li-Métal (1975 -> e - -> V Electrolyte organique liquide Li + Composé d insertion Li + <- I Lithium métal dendrites de Li à la recharge Commercialisation des batteries Li/MoS 2 par Moli Energy Incidents sur des téléphones portables Li X T X TiS 2, MoS 2, Court-circuit à travers le séparateur Explosion Fin des batteries rechargeables au Li métal et électrolytes liquides

23 Solutions proposées pour résoudre l aspect sécurité Rechargeable Li métal Années 1980 Technologie Li-Polymère M. Armand Technologie Li-ion D.W. Murphy, B. Scroati et autres

24 Batterie Li métal à électrolyte polymère: L électrolyte PEO T=80 C Li + PEO L assemblage Électrode positive e - Électrolyte polymère + - lithium e - - limitation de la formation de dendrites - absence de solvant organique - faible conductivité ionique - bon fonctionnement à 80 C Commercialisation 2011??? Bolloré BLue Car

25 Batterie à ion Li rechargeable suppression des dendrites Concept (1980) Commercialisation: Sony (1990) Cathode (LiCoO 2 ) V + - Électrolyte liquide Non-aqueux Li + Li + Anode (Graphite) Li 1-x CoO 2 + x Li + + x e - LiCoO 2 LiC 6 Li + + C 6 + e - Tension de la batterie Tension ( 3.6V) Nbre de lithiums par masse molaire Capacité (mah/g) Capacité Spécifique : Ah/kg = Nbr d e - ou Li + 26,8 x x M Masse Molaire (kg)

26 Recherche de nouveaux matériaux Potentiel vs Li/Li + (V) Doped LiMn 2 O 4 LiCoPO 5V 4 LiMnPO 4 LiMn 2 O 4 LiCoO 2 Composés polyanioniques LiNiO 2 (Li 1-x VOPO 4, Li x FePO 4 ) V Li-ion Oxydes de vandium (V 2 O 5, LiV 3 O 8 ) V Li-metal MnO 2 Li 4 Ti 5 O 12 3D metal oxides Intermetallics d= 7.5 d = 4-8 Other carbons Phosphides (d 8) Nitrides Si-C d = 2.1 d = 2.3 Graphite Li metal Sn-C Sn Si Capacité (Ah/kg) Positive matériaux Negative matériaux J.M. Tarascon and M. Armand : Nature, 2001, 414 ( )

27 La technologie Li-ion: Une technologie versatile + - LiMn 2 O V 4 LiCoO V V Electrolyte organique liquide Li 4 Ti 5 O V c a LiFeSO 4 F 3.6 V Cathode Li + Li + Anode TiO2(B)1.8 TiO2(B) V LiFePO V LiFePO Li x Si y 0.4 V Li 2 FeSiO 3.0 V 4 Li x C V

28 La technologie plastique Li-ion développée en 1994 Li-ion plastique (1994- Tarascon et al.)) L électrolyte PVDF-HFP Li + + Li + L assemblage cathode e - Électrolyte liquide dans un séparateur polymère + inerte - Anode (carbone) e bonne conductivité ionique - fonctionnement à température ###ambiante - perte d énergie liée à l anode en carbone Commercialisation 2007

29 Performances actuelles de la technologie Li-ion 200 Wh/kg 550 Wh/l MWh batterie à ion Lithium Wh Batteries pour VE kWh

30 Un Marché dominé par l Asie Répartition pour les Batteries Li ion/ NiMH / NiCd (2008) Source Avicenne Chine 13% Korea 20% Autres 13% Europe 1% Japan 53% Répartition en volume pour les Batteries Li ion (2010) Source Takeshita Chine 16% Autres 7% Japan 41% Korea 36%

31 Des batteries à ions Li dans les VEHs et EVs: à quand une large application? Largement médiatisé Tesla roadster GM Volt miev / C0 / Lion Bolloré Bluecar Nombreuses initiatives nationales et internationales La recherche, November 2009 issue «Better Place» La Fluence Leaf De nombreux fabricants de voitures sur les starting-blocks Déclarations fréquentes mais constamment repoussées Quels sont les défis restants?

32 x2 x 0.1 Moins Cher Plus d Energie Développement Durable Electrolytes avancés v v

33 Li-ion technologie: Facteur sécurité Quelques incidents: Batteries "lance-flammes" Août 2006: Sony rappelle 6.5 millions de batteries Perte d électrolyte Courts-circuits internes Incidents de fabrication Erreurs des utilisateurs

34 Approches pour augmenter la sécurité: Risque zéro n existe pas Risque zéro Wh KWh 2-3 V 2V LiFePO 4 / LiBOB/ Li 4 Ti 5 O 12 Modificateurs SEI Système de gestion de la batterie LiFePO 4 Navettes Additifs redox électrolytes Enrobages Shut-down additives Shut-down Liquides separators ioniques Chimie des matériaux Sécurité améliorée grâce à la chimie Système de surveillance de la batterie Gestion thermique LiCoO 2 5 V Sécurité améliorée grâce à la conception de cellules et de l électronique Valve de contrôle de pression Changement de PTC Sécurité Coût *Batterie Li-ion à l état solide

35 Véhicule thermique vs. véhicule électrique: Comment combler le gap Octane vs. Li-ion 500 Kms d autonomie 500 km 6 L/100 km < 30% O 2 8 CO H 2 O ~ 100 kwh (2010) 250 kg km 140 Wh/kg 700 kg > 200 Wh/kg 500 kg Accumulateurs électrochimiques Nouveaux systèmes Électroch imiques > 500 Wh/kg «Super-batterie» <200 kg Quelles Technologies????? Aujourd hui 2020

36 Performances des systèmes métal-air vis-à-vis du Li-ion et Li-S Wh/kg 6000 Métal-air non aqueux In non aqueous medium Métal-air aqueux In aqueous medium Li-ion 0 Li +1 /4O 2 Li +1 /2O 2 Li +1 /4O 2 Zn 2+ /2O 2 Al +3 /4O 2 Mg 2+ /2O 2 Fe 3+ /2O 2 Ca 2+ /2O 2 Li-S Les batteries Li-S (lithium-soufre) et Li-O 2 (lithium-air) ont le potentiel d accroître les capacités de stockage des accumulateurs lithium-ion actuels.

37 Comparaison des technologies Li-air et Li-S Lithium-soufre Lithium-oxygène Matière première naturelle, abondante, peu coûteuse 2Li + + 2e - + S Li 2 S (E = 2,27 V ) Énergie spécifique = 3802 Wh/kg 2Li + + 2e - + O 2 Li 2 O 2 (E = 3,14 V) Énergie spécifique = 5259 Wh/kg Facteur 10 0,5Li + + 0,5e - + Li 0,5 CoO 2 LiCoO 2 Énergie spécifique = 550 Wh/kg 380 Wh/kg 180 Wh/kg x 3 Facteur Wh/kg

38 Comparaison des technologies Li-ion et Li-air Li-ion vs. Li-air Cellule électrochimique Matière 1 ère Embarquée dans la positive Absorbée depuis l environnement Système fermé ouvert État initial «déchargé» «chargé» Réaction électrochimique LiCoO 2 0,5Li + + 0,5e - + Li 0,5 CoO 2 2Li + + 2e - + O 2 Li 2 O 2 Capacité Limitée par la quantité de Li Limitée par la quantité de Li 2 O 2 extraite du matériau cathodique Développement formée durable non oui

39 Electrolyte non-aqueux Décharge Positive= composite poreuse Li 2 O 2 Potential vs Li + /Li 0 (V) Li anode Li + Cathode Poreuse O Capacity of O 2 electrode (mah/g) Réaction : 2 Li e - + O 2 Li 2 O 2 O 2 + e - O 2 - Li + + O 2 - LiO 2 2 LiO 2 Li 2 O 2 + O 2

40 L électrode à air Architecture de l électrode à air porosité O 2 O 2 Li + O 2 carbone catalyseur interface triple e - O 2 e - e - e - O Li 2 2 O 2 O Li + Li + 2 O O 2 2 Li + Électrolyte non aqueux produit de réaction Améliorer la cinétique de la réaction: Rôle du catalyseur

41 Choix du Catalyseur Tension (V) Super P NiO α-fe 2 O 3 α-mno 2 β-mno 2 CuO 70 ma/g carbone h Capacité / mah/g carbone Peut-on mettre au point une méthode rapide de sélection du catalyseur?

42 cat Méthode d écrantage rapide de catalyseurs pour l électrode Li-air: Rôle du catalyseur H 2 O 2 (aq) H 2 O + ½ O 2 Interface triple solide-gaz-liquide cat Li 2 O 2 (s) 2 Li + O 2 Réaction rapide Réaction lente détermination rapide de l activité catalytique d un matériau vis-à-vis de la décomposition d un peroxyde V. Giordani, S. A. Freunberger, P. G. Bruce, J-M. Tarascon, D. Larcher, Electrochem. Solid-State Lett. 13 A180 (2010)

43 Étude de la cinétique de la réaction: Rôle du catalyseur cat H 2 O 2 (aq) H 2 O + ½ O 2 Catalyseur H 2 O 2 cat Li 2 O 2 (s) 2 Li + O 2 Catalyseur Carbone SP Liant Li 2 O 2 E V. Giordani, S. A. Freunberger, P. G. Bruce, J-M. Tarascon, D. Larcher, ESSL. 13 A180 (2010)

44 Effet du catalyseur a-mno 2 sur la polarisation de l électrode Li-air Potentiel d'oxydation (V) 4,25 4,00 3,75 3,50 3,25 3,00 -Fe 2 O 3 NiO CuO Co 3 O 4 -MnO 2 -MnO 2 -MnO 2 E 0 = 3,14 V Ln k 25 C (s -1.g -1 ) Li-air vs. Li-ion : facteur 5 en densité d énergie (Wh/kg) 5 à Li-ion Li-air 0.7 V 0,7 V?? Collaboration avec P. Bruce (St-Andrews) Capacité (mah/g carbone )

45 Voltampérogrammes cycliques i a 0.1 V/s Tendon d Achille de ces systèmes: L électrolyte i a /i c <<1 PC (LiPF 6 0,1 M) Suivi de la charge d une électrode déchargée en présence de PC-LiPF6 par Spectrométrie de masse i c CO 2 O 2 M + = Li + Électrolyte instable Attaque nucléophile de O.- 2 Ouverture du cycle PC Formation de carbonates Maîtriser l ion superoxide O.- 2 = Approche enzymatique Collaboration avec P. Bruce (St-Andrews) 35

46 Qu en est-il du Lithium? Ressources: locations 20/08/2009 Le lithium, un métal que le monde va s'arracher 01/06/2009 Bolivie: sur un baril de lithium vendredi 24 avril 2009 L'Amérique du Sud se veut l'«arabie Saoudite du futur»! February 3, 2009 Peak Lithium: Will Supply Fears Drive Alternative Batteries? Tuesday, February 3, 2009 Bolivia: The Saudi Arabia of lithium? Bolivie Chile Brazil Argentine Abondance: 13 Millions de tonnes 2 sources principales : dépôts salins Minerais Autres ressources Recyclage? Eau de mer (0.2 ppm)

47 Heritage de Jules Verne Le Sodium? Oui Monsieur. Le sodium seul se consomme et la mer me le fournit elle-même. Je vous dirai en outre que les piles au sodium doivent être considérés comme les plus énergiques " lieues sous les mers (1869)" Coût Na 2 CO 3 :0.10 /kg Li 2 CO 3 : 3.5 /kg Na Li 1s 2s 2 2s 3s 1 Lithium Sodium Ressources Terre: 10 3 ppm Mer : 10 5 ppm Performances Potentiel d électrode (V) Capacité d électrode mah/g) Li Na Performances < au lithium, mais répondent au développement durable

48 Des batteries Li-ion aux batteries Na-ion Un problème de matériaux: Synthèse Potentiel (V vs. Na + /Na) Na 2 FePO 4 F Na 0.44 MnO 2 Na 0.6 CoO 2 NaFeSO 4 F NaVPO 4 F NaTi 2 (PO 4 ) 3 Na 0.6 Mo 2 O 4 Na x (MoO 2 ) 2 P 2 O 7 Na 3 V 2 (PO 4 ) 3 Na 2 C 8 O 4 H 4 MoSe 2 Na x C V 2 O 5 MoO 3 Positives Négatives Capacité (mah/g)

49 Des batteries Li-ion aux batteries Na-ion Matériaux d insertion de Sodium 270 C FeF 2 + Na 3 PO 4 Na 2 FePO 4 F + NaF 48h N + N F 3CO 2 S N - SO 2 CF (c) Potential (V vs. Li+/Li ) 28.5 nm 46.5 nm nm Capacity (mah/g) x in Na 2-x FePO 4 F Number of cycles N. Recham, J.N. Chottard, M. Armand, J.M. Tarascon, Electrochemical Solid State Letters (in press). (002) (020) (022) (121) (023) ( 122) (042) (200) (133) (142), (104) (233) ( 006) (a) Na 2 FePO 4 F 2 (º), Cu K

50 La technologie Na-S: un système haute température La batterie Na/S: Réactions xs(i) + 2e - + 2Na + Na 2 Sx(I) + e - 2Na(l) 2Na + + 2e V -2.7 V -2.1 V 300 C Alumine (Na 2 O-11Al 2 O 3 ) 2 Na + xs Na 2 S x Performances (Na/S) Wh/kg 400 Wh/l 600 cycles Temp: 300 C Matériaux de faible coût

51 La batterie Na-S haute température La plus convoitée pour applications réseaux Leader Mondial: NGK Systèmes de 4.2 MW et 8 MW installés à Hitachi et Tokyo 58 MWh d énergie Lissage d énergies photovoltaïques ou éoliennes 2 MW 34 MW

52 Conclusions 1801 Alessandro Volta (Cu/Zn) 1859 Batteries au Pb 1899 Ni-Cd Loi de Moore: capacité x 2 tous les 18 mois x 3 x ? Li-air 1973 Li-métal 1975 Ni-MH 1978 Li-ion concept 1979 Li-metal Polymère Li-ion Sony (commercialisation) Li-ion plastique Telcordia Li-ion ion LiFePO 4 /C LiCoO 2 /Co 2 Sn LiMn LiCo(Mn,Ni)O 2 /C 2 O 4 /C LiCoO 2 /C Na-S Zebra H.T. 3.0 V Li-S e - + _ 2 Na + Na + Li-Air 2050 Na-Ion Na x MO y

53 Progrès lents mais conséquents Aujourd hui Technologie à ions Li (liquide ou plastique) Changement

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON Piles et accumulateurs électrique histoire 1799, 1 er pile : Volta Alessandro empilement d éléments composés successivement d une lame de zinc, d une lame de feutre imbibée d eau vinaigrée et d une lame

Plus en détail

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Développements au CEA-LITEN 4 marchés principaux adressés CEA-LITEN 900 p. 400 brevets (+160 in 2010) Automobile

Plus en détail

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant 5 Programme du chapitre 1. Quelle est la différence entre une pile et un accumulateur? Pourquoi éteindre ses phares quand le moteur est arrêté? Capacités Connaissances Exemples d activités Réaliser une

Plus en détail

transports terrestres

transports terrestres Les Batteries pour les transports terrestres Etat de l art et perspectives Laboratoire Transports et Environnement Serge PELISSIER Chargé de recherche La batterie est le maillon faible du transport électrique

Plus en détail

Transfert d énergie : piles et accumulateurs

Transfert d énergie : piles et accumulateurs Chapitre 11 Transfert d énergie : piles et accumulateurs Découvrir Activité documentaire n 1 Quelles énergies pour les véhicules électriques de demain? 1. Un véhicule hybride utilise deux sources d énergie

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE)

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) C 2 maîtrisé Carburants diversifiés Véhicules économes Raffinage propre Réserves prolongées Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) Recherche de nouveaux électrolytes Dane

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Evolutions des batteries : applications et perspectives

Evolutions des batteries : applications et perspectives Stockage d énergie électrique : quels nouveaux concepts? pour quelles applications? Evolutions des batteries : applications et perspectives Anne de GUIBERT Directeur de la recherche anne.de-guibert@saft.alcatel.fr

Plus en détail

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT Batteries pour le stockage de l énergie Anne de Guibert SAFT Contexte global du stockage Les besoins de notre société pour un monde «plus vert» (moins de CO 2 ) autant que le renchérissement prévisible

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 30/11/009 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS PILES AU LITHIUM M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be INTRODUCTION. Lithium = le potentiel le plus négatif et la plus forte capacité massique des matériaux

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES Professeur Christian GLAIZE Université Montpellier 2 (UM2) Institut d'électronique du Sud (IES) Groupe Énergie et Matériaux (GEM) E-mail : glaize@univ-montp2.fr

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Accumulateurs portables

Accumulateurs portables Accumulateurs portables par Georges CAILLON Ingénieur de l École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris (ESPCI) Ingénieur de Recherche et Développement Société SAFT 1. Principe

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations L Ion Rallye 2012 : Camions et Bus électriques - Le transport branché Lyon 30/11/2012 Serge PELISSIER

Plus en détail

L émergence du Véhicule Électrique Les Enjeux - Les Batteries F. ORSINI Septembre 2013

L émergence du Véhicule Électrique Les Enjeux - Les Batteries F. ORSINI Septembre 2013 L émergence du Véhicule Électrique Les Enjeux - Les Batteries SOMMAIRE 01 Véhicule Électrique: Contexte et Usage 06 Durée de Vie 02 Marchés du Véhicule Électrique et Hybride 07 Sécurité 03 Technologies

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement Stockage de l électricité : élément clé pour le déploiement des énergies renouvelables et du véhicule électrique Marion Perrin Marion Perrin est directrice de laboratoire à l Institut national de l énergie

Plus en détail

Chimie du solide et de l énergie

Chimie du solide et de l énergie COMMUNIQUÉ Janvier 2014 RenforcerlarechercheenChimiedanslesdomainesdel énergieetdel environnement Jean MarieTARASCONestnommétitulairedelanouvellechaire Chimiedusolideetdel énergie Leçoninaugurale,lejeudi23janvierà18h00

Plus en détail

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Pré requis : Réactions d oxydoréduction pour des couples ions métalliques / métal

Plus en détail

MINES-ENERGIE Dossier Stockage de l Energie Janvier-Février 2005

MINES-ENERGIE Dossier Stockage de l Energie Janvier-Février 2005 LE STOCKAGE ELECTROCHIMIQUE Virginie SCHWARZ (CM93) Directrice opérationnelle déléguée Energie, Air, Bruit ADEME Bernard GINDROZ Chef du département Industrie Agriculture - ADEME L électricité est un vecteur

Plus en détail

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1 Commercialisée pour la première fois par Sony Energitech en 1991, la batterie lithium-ion occupe aujourd'hui une place prédominante sur le marché de l'électronique portable. Ses principaux avantages sont

Plus en détail

ACCUMULATEURS PHYSIQUE APPLIQUEE. Stagiaire IUFM: Melle ESTEVENON Emmanuelle. Mémoire suivi par: M. D. VEYRAT IUFM DE TOULOUSE 1995/1996

ACCUMULATEURS PHYSIQUE APPLIQUEE. Stagiaire IUFM: Melle ESTEVENON Emmanuelle. Mémoire suivi par: M. D. VEYRAT IUFM DE TOULOUSE 1995/1996 IUFM DE TOULOUSE 1995/1996 PHYSIQUE APPLIQUEE Stagiaire IUFM: Melle ESTEVENON Emmanuelle Mémoire suivi par: M. D. VEYRAT ACCUMULATEURS MEMOIRE DE 2 ANNEE I.U.F.M. TOULOUSE PHYSIQUE APPLIQUEE 1995 / 1996

Plus en détail

Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables

Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables De la maison autonome en énergie à la transition énergétique François Barsacq francois.barsacq@easylibatteries.com Tous droits réservés easyli

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

PILES, ACCUMULATEURS-BATTERIES et CHARGEURS

PILES, ACCUMULATEURS-BATTERIES et CHARGEURS PILES, ACCUMULATEURS-BATTERIES et CHARGEURS Ressources http://www.ni-cd.net/ (Eric Frédon) http://fr.wikipedia.org/wiki/ http://frp.parisv.com/accus.html (Fabrice Mérillon) cours-batteries-new : lycée

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES

LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES Epreuve de TIPE 2004 partie D Epreuve commune de TIPE 5 TITRE : LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien

Plus en détail

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2006 partie D 5 TITRE : LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien

Plus en détail

Etude d un véhicule électrique

Etude d un véhicule électrique Etude d un véhicule électrique Sa masse M est de 1400kg Sa vitesse maximale Vmax=150km/h Autonomie de 250km à 90km/h Batterie Lithium-ion Les deux roues avant sont motrices Le diamètre D d un pneu sous

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Partie C DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Calcul de l énergie embarquée dans le rack batterie Choix de la technologie de batterie Etude économique Ce dossier est constitué de : - 7 pages numérotées de

Plus en détail

IV Etudes de cas C Véhicules du futur. Jacques Gangloff

IV Etudes de cas C Véhicules du futur. Jacques Gangloff IV Etudes de cas C Véhicules du futur Jacques Gangloff C.1 Introduction (1) Modèle énergétique tout électrique : - Production : photovoltaïque, éolien - Consommation : Sédentaire : besoins domestiques,

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

Anodes nanostructurées pour microbatteries 3D Li-ion

Anodes nanostructurées pour microbatteries 3D Li-ion Délivré par l université Toulouse III Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Sciences et Génie des Matériaux Présentée par Laurent BAZIN Anodes nanostructurées pour microbatteries 3D Li-ion JURY F. FAVIER

Plus en détail

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi 7 STOCKER L ÉNERGIE POUR COMMUNIQUER Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi les micro-implants biomédicaux, les réseaux de capteurs intelligents pour recueillir et transmettre

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso.

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso. Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane 30/06/2014 http://www.udppc.asso.fr PARTIE A : BESOINS EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE ET SOLUTION DU MOTEUR

Plus en détail

Déchets et Développement Durable

Déchets et Développement Durable RECUPYL exploite la mine Urbaine Déchets et Développement Durable La réincarnation des matériaux Farouk TEDJAR Président RECUPYL SA Professeur associé Grenoble -INP Les 4 défis du 21 em siècle 1. Changement

Plus en détail

Développement d accumulateurs Li/S

Développement d accumulateurs Li/S Développement d accumulateurs Li/S Céline Barchasz To cite this version: Céline Barchasz. Développement d accumulateurs Li/S. Other. Université de Grenoble, 2011. French. .

Plus en détail

Etude d un véhicule électrique

Etude d un véhicule électrique Etude d un véhicule électrique Sa masse M est de 1,4 tonne. Sa vitesse maximale Vmax = 150 km/h. Autonomie : 250 km à 90 km/h. Batteries Lithium-ion. Les deux roues avant sont motrices. Le diamètre D d

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BT 23 Dans ce sujet, on étudiera un éhicule électrique selon différents aspects : énergie apportée, conertisseur statique, motorisation, capteur de itesse des roues et conditionnement de cette information.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL : scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL : scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques»

Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques» Billet d étonnement Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques» Réalisé par Claire EA, avec la participation de Louis GRIVOT- BRUNHES Le 14/04/2014 SOMMAIRE Introduction 3 Programme

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE?

L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE? L HYDROGENE, ENERGIE D AVENIR OU UTOPIE? L hydrogène : un combustible fascinant l hydrogène comme combustible a quelque chose de fascinant élément chimique le plus abondant de l univers le plus léger le

Plus en détail

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque La voiture électrique Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque I) Introduction II) Composition et Fonctionnement d une voiture électrique III) Gros plan sur les Batteries IV) Conclusion

Plus en détail

À vendre : l'alpha 1 SRF, voiture électrique ultra-rapide

À vendre : l'alpha 1 SRF, voiture électrique ultra-rapide Voiture électrique : pour aujourd hui ou pour demain? Même si de nombreux constructeurs investissent aujourd hui dans les véhicules électriques il est difficile de dire si ceux-ci seront à même de remplacer

Plus en détail

DRA-10-111085-07180A. Approche de la maîtrise des risques spécifiques. Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie

DRA-10-111085-07180A. Approche de la maîtrise des risques spécifiques. Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie RAPPORT D ÉTUDE 16/06/2010 DRA-10-111085-07180A Approche de la maîtrise des risques spécifiques de la filière véhicules électriques : Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010

Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010 Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010 CONTACTS PRESSE : CEA / Service Information-Media Tuline LAESER Tél. : 01 64 50 20 97 - tuline.laeser@cea.fr Stéphane

Plus en détail

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon Analyse fonctionnelle de la voiture électrique sans permis I-] Les différents types de tractions et

Plus en détail

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz CCP Chimie MP 20 Énoncé /5 6(66,2 03&+ C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz %/HFDQGLGDWDWWDFKHUDODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHjODFODUWpjODSUpFLVLRQHWjODFRQFLVLRQGH

Plus en détail

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY Stockage de l hydrogène, Piles à combustible Gérald POURCELLY Institut européen des membranes, Institut de chimie du CNRS Directeur du GDR Piles à combustible et systèmes (PACS) Mercredi 27 février 2013,

Plus en détail

Présentation de SNAM

Présentation de SNAM Présentation de SNAM Historique de l entreprise 1977 : Création de SNAM à Lyon 1981 : Implantation de SNAM à Saint Quentin-Fallavier (Isère) 1984 : Rachat par le groupe allemand FW HEMPEL 1988 : Création

Plus en détail

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME 1 Plan de la présentation Les véhicules électriques (VE) et leurs batteries : problématique. Technologie

Plus en détail

THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1. Par Akram EDDAHECH POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR. SPÉCIALITÉ : Electronique

THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1. Par Akram EDDAHECH POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR. SPÉCIALITÉ : Electronique N d ordre : 4992 THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES PHYSIQUES ET DE L INGÉNIEUR Par Akram EDDAHECH POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ : Electronique MODELISATION

Plus en détail

La filière hydrogène. Marc Fontecave

La filière hydrogène. Marc Fontecave La filière hydrogène Marc Fontecave Laboratoire de Chimie et Biologie des Métaux, Université Joseph Fourier, CNRS, CEA/DSV/iRTSV CEA-Grenoble 17 rue des martyrs 38054 Grenoble cedex 9, France mfontecave@cea.fr;

Plus en détail

sur route horizontale en côte en descente en ville

sur route horizontale en côte en descente en ville LE SCOOTER HYBRIDE Face à un trafic urbain de plus en plus dense, le scooter apparait comme un moyen de locomotion privilégié, il associe confort, maniabilité et gain de temps. Le scooter permet également

Plus en détail

Introduction à l Etude du Système de Stockage dans un Système Photovoltaïque

Introduction à l Etude du Système de Stockage dans un Système Photovoltaïque Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 1-6 Introduction à l Etude du Système de Stockage dans un Système Photovoltaïque Centre de Développement des Energies Renouvelables, B.P. 62, Route de l Observatoire,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIENT : 8 L usage d une calculatrice EST autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012 Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie PREDAT 1 juin 2012 Axes stratégiques du CEA : Positionnement d AlHyance 3 segments l hydrogène (Production, Stockage,

Plus en détail

Thermodynamique et cinétique électrochimique expérimentale

Thermodynamique et cinétique électrochimique expérimentale Thermodynamique et cinétique électrochimique expérimentale B. Le Gorrec Janvier 2005 1 1 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement des auteurs, de leurs ayant

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

Cellules électrochimiques : aspects thermodynamiques et cinétiques Applications aux générateurs et aux électrolyseurs industriels

Cellules électrochimiques : aspects thermodynamiques et cinétiques Applications aux générateurs et aux électrolyseurs industriels Cellules électrochimiques : aspects thermodynamiques et cinétiques Applications aux générateurs et aux électrolyseurs industriels Didier Devilliers et Éric Mahé In an electrochemical cell, when the current

Plus en détail

Accumulateurs/piles à combustibles, applications réseaux

Accumulateurs/piles à combustibles, applications réseaux Collège de France. Chaire du développement durable Environnement, énergie et société Chaire annuelle, année académique 2010-2011 Accumulateurs/piles à combustibles, applications réseaux Stéphane LASCAUD

Plus en détail

Véhicules Electriques: l impact de la batterie sur leur usage

Véhicules Electriques: l impact de la batterie sur leur usage Véhicules Electriques: l impact de la batterie sur leur usage Anna Teyssot 2011-06-07 LES RENAULT ELECTRIQUES DU DEBUT DU SIECLE Renault 11-14 seats minibus, 1924 Batterie et moteur Renault, 1923 Renault

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

Le VÉHICULE «grand public»

Le VÉHICULE «grand public» Centre d analyse stratégique www.strategie.gouv.fr Conseil général des mines Mission «Véhicule 2030» Jean SYROTA 28 septembre 2008 Perspectives concernant Le VÉHICULE «grand public» d ici 2030 Jean SYROTA

Plus en détail

Electriques, hybrides ou à hydrogène?

Electriques, hybrides ou à hydrogène? Electriques, hybrides ou à hydrogène? Mercredi 20 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Dans un contexte français où un fort accent est mis sur le véhicule électrique et ses défis, il est important d'envisager l'ensemble

Plus en détail

Les nouvelles sources d énergie miniatures pour applications nomades 21 mai 2008

Les nouvelles sources d énergie miniatures pour applications nomades 21 mai 2008 Les nouvelles sources d énergie miniatures pour applications nomades 21 mai 2008 CONTACT PRESSE : CEA / Service Information-Media Delphine Nicolas Tél. : 01 64 50 14 88 - delphine.nicolas@cea.fr CEA Saclay

Plus en détail

Véhicules électriques

Véhicules électriques Véhicules électriques Marc Béranger Véhicules électriques Marc Béranger 15 juin 2012 1 Plan de la présentation Histoire de l automobile Puissance et énergie Stockage d énergie Moteur électrique Vehicle-to-grid

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE.

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE. UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES I. NIVEAU ET REFERENCE AU PROGRAMME. Ce document peut être utilisé en classe de terminale scientifique en complément de la partie du programme (partie C de chimie)

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011. Durée: 3 heures Coefficient : 4

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011. Durée: 3 heures Coefficient : 4 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2011 Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biochimie - Génie biologique Durée: 3 heures Coefficient : 4 L'emploi de toute calculatrice

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Compétences attendues : Rechercher et exploiter des informations pour comprendre : la nécessité de stocker et de transporter

Plus en détail

Activité documentaire

Activité documentaire TSTi2D TSTL Thème Transport Mise en mouvement Activité documentaire La voiture électrique sauvera-t-elle la planète? Fiche ressource THÈME du programme : Transport Sous thème : Mise en mouvement Type d

Plus en détail

CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES

CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES Vendredi 2 juillet 2010 CREATION D UN RESEAU DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES LES ACTEURS DE LA RECHERCHE PUBLIQUE

Plus en détail

02'(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6

02'(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6 Université de Liège Faculté des Sciences Appliquées Année académique 1997-1998 02'(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6 Travail de fin d'études proposé par Mr Colson Jean-François

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

MÉCANIQUE : (4,5 points)

MÉCANIQUE : (4,5 points) La plupart des voitures de demain devront respecter certaines caractéristiques, si l on veut réduire l impact environnemental et ainsi préserver la planète. MÉCANIQUE : (4,5 points) Partie 1 : Étude du

Plus en détail

CHIMIE. À propos du chrome

CHIMIE. À propos du chrome CHIMIE Les calculatrices sont autorisées. À propos du chrome Du grec khrôma ou du latin chroma (couleur). Il a été découvert par Louis Vauquelin en 1797. Il est présent dans la croûte terrestre ( 003,

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

L automobile de demain 5 fronts à attaquer: les pollutions, la diversité énergétique, la congestion, l amélioration de la sécurité, le confort.

L automobile de demain 5 fronts à attaquer: les pollutions, la diversité énergétique, la congestion, l amélioration de la sécurité, le confort. L automobile de demain 5 fronts à attaquer: les pollutions, la diversité énergétique, la congestion, l amélioration de la sécurité, le confort. 1 2050 >>1500 millions de véhicules (3 000?) 9 milliards

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 8 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. Optimisation de la cyclabilité de composites Si/C pour électrodes négatives d'accumulateurs Li-ion

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. Optimisation de la cyclabilité de composites Si/C pour électrodes négatives d'accumulateurs Li-ion UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE ENERGIE, MATERIAUX, SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS Centre de Recherche sur la Matière Divisée THÈSE présentée par : Cyril PAIREAU Soutenue le : 21 novembre 2012

Plus en détail

TECHNOLOGIE UTILISEE ACCUMULATEURS POUR LE STOCKAGE DE L ELECTRICITE DA NS LES SYSTEMES

TECHNOLOGIE UTILISEE ACCUMULATEURS POUR LE STOCKAGE DE L ELECTRICITE DA NS LES SYSTEMES TECHNOLOGIE UTILISEE ACCUMULATEURS POUR LE STOCKAGE DE L ELECTRICITE DA NS LES SYSTEMES OU GENERIQUE ELECTRIQUES Type d'usage Collectif Dans les installations résidentielles/tertiaires collectives alim

Plus en détail

La batterie et son principe de fonctionnement

La batterie et son principe de fonctionnement La batterie et son principe de fonctionnement Une batterie est constituée de plomb (électrode négative), oxyde de plomb (électrode positive) et acide sulfurique (électrolyte), comme indiqué sur la figure

Plus en détail