Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C"

Transcription

1 ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par des photons X, les atomes d'un solide émettent, par effet photoélectrique, des électrons appelés photoélectrons. Le principe de la spectroscopie XPS consiste à analyser en énergie cinétique les photoélectrons émis lors de l'irradiation par un faisceau mono énergétique de photons X. Le diagramme énergétique du phénomène est alors représenté par la figure suivante : Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission L'énergie de liaison E B caractérisant un électron d'un niveau électronique donné, est directement accessible par la simple relation de conservation de l'énergie : E B = hν - E C où hν est l'énergie des photons X incidents et E C l'énergie cinétique mesurée. Tout électron des couches électroniques de cœur ou de valence dont l'énergie de liaison est inférieure à hν peut être extrait. Le spectre des énergies de liaisons des électrons de cœur est spécifique d'un atome ce qui permet son identification et son dosage dans un composé donné. Tous les atomes possédant des niveaux de cœur (tous sauf H et He) sont détectables. L'XPS est une méthode d'analyse élémentaire. Lors du transfert de l'électron vers la surface à travers le solide, celui-ci peut subir des interactions inélastiques qui se traduisent par l'existence d'un libre parcours moyen. Ce libre parcours moyen joue un rôle prépondérant en limitant l'épaisseur analysée : λ dépend de l'énergie cinétique de l'électron et du matériau (composition, densité) et est de l'ordre de 1 à 5 nanomètres. Le transfert des électrons dans la matière suit une loi d'absorption exponentielle et l'on montre que 98 % du signal provient d'une profondeur inférieure à 3λsinθ (figure 2). L'XPS est donc une méthode d'analyse de surface. 1

2 Analyseur Photons X e θ 100 P (%) 0 λ (63 %) 2λ (23 %) Echantillon z 3λ (9 %) Figure 2 : Evolution du signal XPS en fonction de la profondeur Enfin, compte tenu des faibles doses utilisées pour les photons incidents, les dégradations induites en surface des échantillons sont donc relativement limitées : l'xps est une méthode non ou très faiblement destructive. II - Les spectres II - 1 Analyse élémentaire Les spectres des photoélectrons sont représentés directement en énergie de liaison et l'identification des éléments présents en surface du matériau est effectuée à partir des pics photoélectriques qui apparaissent sur le spectre de survol (grande fenêtre en énergie) : O1s O KLL C1s Si2s Si2p O2s Energie de liaison (ev) Figure 3 : Spectre de survol de SiO 2 La figure 3, correspondant au spectre de la silice, illustre parfaitement le type de spectres obtenus : une série de pics apparaît, ceux-ci reflètent directement la structure électronique des atomes. Les pics sont indexés de la même façon que les couches électroniques dont sont issus les photoélectrons. Ils sont repérés par les nombres quantiques n, l, j. Les niveaux p, d, f sont dédoublés par l'interaction spin-orbite, les rapports d'intensité des doublets p(1/2, 3/2), d(3/2, 5/2) et f(5/2, 7/2) sont respectivement 1/2, 2/3 et 3/4. L'écart entre les raies d'un doublet varie de quelques ev à quelques dizaines d'ev (cf. cas du silicium avec les pics Si2p3/2 et Si2p1/2 sur la Figure 4). 2

3 II - 2 Analyse chimique Si2p3/2 Si2p1/2 C-O CH SiO 2 Si O-C=O Energie de liaison Energie de liaison Figure 4 : Déplacement chimique - spectres Si2p (silicium oxydé) et C1s (PET) Lorsque l'atome est engagé dans un composé chimique, les niveaux de cœur réagissent à la modification de l'environnement électronique par rapport à l'atome isolé, avec en particulier des variations d'énergie d'orbitales de 0.1 à quelques ev. Cette variation est appelée "déplacement chimique" car il dépend des liaisons chimiques établies par l'atome émetteur et est caractéristique de la nature et du nombre de coordinats entourants l'atome émetteur. Les informations obtenues à partir du déplacement chimique concernent la nature des liaisons chimiques (groupements fonctionnnels : cas du carbone C1s du PET sur la figure 4), l'identification de composés, la détermination des degrés d'oxydation (voir pic Si2p du silicium avec une couche d'oxyde), etc.... L'XPS est une méthode d'analyse chimique. La détermination des formes chimiques est obtenue à partir d'une étape de traitement numérique des spectres appelée décomposition : l'opérateur définit le nombre de composantes chimiques, leur forme et leur position sur le pic photoélectrique. II - 3 Analyse quantitative L'intensité I d'un pic photoélectrique permet de réaliser la quantification d'un élément ou d'une espèce chimique émettrice et de déterminer les stœchiométries avec une exactitude pouvant être meilleure que 5 %. L'XPS est une méthode d'analyse quantitative. Cette intensité, mesurée sur un spectre particulier après soustraction du bruit de fond, dépend de la concentration atomique N de l'élément considéré (dans le cas d'une couche homogène d'épaisseur infinie) selon la relation : z I = KNσλ[1 exp(- λsinθ )] K est une constante qui dépend de l'appareillage et notamment de la fonction de transmission de l'appareil qui nécessite d'être connue dans la gamme d'énergie étudiée. σ est la section efficace de photoionisation (probabilité d'ionisation du niveau de cœur considéré). Ces valeurs de σ ont été calculées pour la plupart des niveaux électroniques excités par la raie Kα de l'aluminium (tables de Scofield). λ est le libre parcours moyen de l'électron. Dans une première approche, pour les énergies cinétiques supérieures à 100 ev, il est admis que le libre parcours moyen de l'électron varie comme la racine carrée de l'énergie cinétique : λ = (E c ) 1/2. θ et z sont respectivement l'angle d'analyse et la profondeur d'analyse. Ainsi, il est possible d'établir très facilement les rapports atomiques de deux éléments A et B d'après la formule : N A N = I A σ B (E B ) 1/2 B I B σ A (E A ) 1/2 3

4 La limite de détection de la technique dépend bien évidemment de la section efficace de photoionisation de l'élément considéré : celle-ci peut être meilleure que 0.1 % d'une monocouche dans le cas des éléments les plus sensibles. III - Appareillage L'XPS est une technique qui nécessite l'emploi de l'ultravide (~ mbar), en effet, il convient d'éviter aux électrons d'être diffusés par les molécules de l'atmosphère résiduelle au cours de leur trajet jusqu'au détecteur. Les principaux éléments d'un spectromètre de photoélectrons sont : - une source de RX - un analyseur permettant la mesure de l'énergie cinétique des électrons - un système de détection et de comptage (associé à une informatique d'acquisition) La source de RX est constituée d'une anode dont la surface est recouverte de l'élément à partir duquel on souhaite obtenir la radiation X : il s'agit le plus souvent des raies Kα de l'aluminium ou du magnésium (respectivement à ev et ev). L'émission X est alors obtenue par irradiation de l'anode à l'aide d'un faisceau d'électrons de haute énergie. Cette émission est constituée d'une raie principale accompagnée de raies satellites : l'utilisation d'un monochromateur permet d'éliminer ces raies satellites et de minimiser la largeur de la raie X principale et ainsi d'améliorer les performances spectrales du spectromètre. L'analyseur le plus répandu sur les spectromètres XPS est l'analyseur hémisphérique à énergie d'analyse constante (CAE). L'analyseur joue le rôle de filtre et l'application d'un potentiel retard à l'entrée de l'analyseur jusqu'à l'énergie d'analyse (dénommée aussi énergie de passage) permet de balayer l'ensemble du spectre de photoélectrons avec une résolution constante. Ce type d'analyseur, outre sa haute résolution en énergie, permet de conserver une transmission élevée. La détection des électrons est assurée par un multiplicateur d'électrons (de type Channeltron ou galette de micro-canaux appelée aussi ChannelPlate) placé après la fente de sortie de l'analyseur. Enfin, le plus souvent les spectromètres XPS sont équipés d'un canon à électrons (appelé aussi Flood Gun) dans le but d'analyser les surfaces isolantes : les charges positives créées par la photoémission sont compensées au cours de l'analyse par le flux d'électrons de faible énergie du canon. 4

5 L'ensemble de ces éléments est décrit Figure 5. Analyseur Hémisphérique Détecteur (Channel plates) 7 Critaux disperseurs RX monochromatisés Lentilles Caméra CCD Echantillon Anode Aluminium Figure 5 : Schéma de principe du Scienta 200 IV - Applications Le champ d'application de l'xps est très vaste car cette technique permet d'analyser tout type de surface compatible avec l'ultravide : - métaux - céramiques - semi-conducteurs - matériaux composites - polymères et bio polymères Spectroscopie * La première application est bien évidemment la détermination de la composition au voisinage de la surface : - mesure de la stœchiométrie et détermination des formes chimiques des éléments détectés. - détection et identification des éléments de contamination. Mesure d'épaisseurs * Dans le cas de recouvrements homogènes, il est possible de mesurer l'épaisseur d'une couche superficielle (contaminations, oxydes, dépôts...) d'après l'expression du II-3. Cette mesure peut être réalisée soit à partir du signal de l'élément caractéristique du dépôt soit à partir de l'atténuation du signal du substrat. 5

6 Profils de concentration et imagerie * Comme nous l'avons cité précédemment, la profondeur analysée dépend de l'angle θ d'analyse formé entre la surface de l'échantillon et le détecteur. Si l'on agit sur cet angle (plus la mesure est rasante, plus le signal provient d'une couche superficielle), il est alors possible de mesurer l'évolution du rapport des pics des différents éléments et d'établir ainsi des profils de concentration en fonction de la profondeur analysée. Cette méthode est non destructive et est utilisée le plus souvent pour mettre en évidence des ségrégations superficielles. * Il est aussi possible d'établir des profils de concentration sur des épaisseurs beaucoup plus importantes : l'échantillon est bombardé par un faisceau d'ions (en général de l'argon) de quelques kev induisant ainsi une abrasion de la surface. L'alternance de points d'analyse et d'étapes de pulvérisation permet de reconstituer des profils de concentration. Cette méthode, qui est destructive, nécessite une bonne connaissance des vitesses de pulvérisation si l'on souhaite tracer l'évolution des concentrations en fonction de la profondeur. * Les nouvelles générations de spectromètres permettent désormais d'obtenir aussi une information spatiale du signal XPS avec une résolution latérale variant de 5 à 20 µm : - nous pouvons ainsi réaliser des profils des concentrations élémentaires ainsi que des formes chimiques le long d'une ligne ("linescan"), - mais aussi obtenir une image chimique (2D) de la surface, ce qui a une application dans le cas d'échantillons hétérogènes (piqûres de corrosions, zones de contaminations, lithographies, etc....). 6

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

La plate-forme Caractérisation CIM PACA

La plate-forme Caractérisation CIM PACA La plate-forme Caractérisation CIM PACA Un partenaire de choix pour la caractérisation chimique de vos matériaux Partenaires: Qui sommes-nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA est une association

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Ecole d été des spectroscopies d électrons.

Ecole d été des spectroscopies d électrons. Lundi 08 juin 2015 16h00 16h30 Principe et fondements de la technique - Les interactions photon-matière, l émission des photoélectrons - l analyse chimique par XPS Jean-Charles DUPIN Appareillage et instrumentation

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

DEUXIEME PARTIE PROPRIETES ET CARACTERISATION DES SURFACES ET INTERFACES

DEUXIEME PARTIE PROPRIETES ET CARACTERISATION DES SURFACES ET INTERFACES DEUXIEME PARTIE PROPRIETES ET CARACTERISATION DES SURFACES ET INTERFACES 1. INTRODUCTION... 19 2. ÉNERGIE DE SURFACE D'UN MÉTAL... 19 3. ÉNERGIE DES JOINTS DE GRAINS... 20 4. ADSORPTION A LA SURFACE D'UN

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

Kamrikova A.A., Antropyanskaya L.N. Université polytechnique de Tomsk LUMINESCENCE DE CDWO 4 PRES DE L EXITATION ELECTRONIQUE ET LASERIQUE

Kamrikova A.A., Antropyanskaya L.N. Université polytechnique de Tomsk LUMINESCENCE DE CDWO 4 PRES DE L EXITATION ELECTRONIQUE ET LASERIQUE Kamrikova A.A., Antropyanskaya L.N. Université polytechnique de Tomsk LUMINESCENCE DE CDWO 4 PRES DE L EXITATION ELECTRONIQUE ET LASERIQUE INTRODUCTION Des tungs tates d'ions bivalents de cadmium, de zinc

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces»

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Plan de la présenta-on : 1- Microscopie électronique : - Microscope électronique à Balayage (MEB) - Microscope électronique

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi Chapitre X Une application qualitative de la théorie orbitalaire La méthode de Hückel En 1933, Hückel propose une méthode quantique de description de la partie π du nuage électronique des molécules planes

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Stéphan Rouzière Laboratoire de Physique des Solides CNRS-UMR8502 Bat. 510, Université Paris-Sud 91405 Orsay Cedex Rayons X et Matière 2006 - Limoges

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

La liaison chimique : formation des molécules

La liaison chimique : formation des molécules La liaison chimique : formation des molécules variation de l'énergie potentielle, lorsque l'on fait varier la distance entre 2 atomes d''hydrogène courtes distances : interaction répulsive grandes distances

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

CELLULES PHOTOVOLTAIQUES. Etude et comparaison de deux types de cellules.

CELLULES PHOTOVOLTAIQUES. Etude et comparaison de deux types de cellules. CELLULES PHOTOVOLTAIQUES. Etude et comparaison de deux types de cellules. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN Page 1 La manipulation a pour but l'étude du fonctionnement des cellules photovoltaïques et

Plus en détail

I. ONDES OU PARTICULES? 1) La lumière

I. ONDES OU PARTICULES? 1) La lumière Thème2 : Comprendre. Lois et modèles. Energie, matière et rayonnement P : 1 Ch.15 TRANSFERTS QUANTIQUES D ENERGIE ET DUALITE ONDE-PARTICULE Notions et contenus Dualité onde-particule Photon et onde lumineuse.

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Généralités sur les méthodes spectroscopiques

Généralités sur les méthodes spectroscopiques Généralités sur les méthodes spectroscopiques Méthodes spectroscopiques Interaction Absorption Photon Energie Atome ou molécule Etat excité Lorsqu'un atome est chauffé où qu'il subit une décharge électrique,

Plus en détail

TP3 - Interféromètre de Michelson

TP3 - Interféromètre de Michelson TP3 - Interféromètre de Michelson I: PARTIE THEORIQUE I.1 - Cohérence a) Cohérence temporelle : Une source lumineuse capable d'émettre des vibrations monochromatiques, c'est-à-dire des vibrations illimitées

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

(E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643. Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie. l'extrême ultraviolet.

(E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643. Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie. l'extrême ultraviolet. (E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643 Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie dans l'extrême ultraviolet G. Souillé, C. Lafon, R. Rosch, D. Babonneau, F. Garaude,

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Spectroscopie 20/09/2007

Spectroscopie 20/09/2007 1. Objet et principe de la spectroscopie La spectroscopie est l'ensemble des techniques qui permettent d'analyser la lumière émise par une source lumineuse, ou la lumière transmise ou réfléchie par un

Plus en détail

Module STOM : Examen du 28 mai 2003

Module STOM : Examen du 28 mai 2003 Module STM : Examen du 8 mai 3 Durée : 3 heures. Aucun document n'est autorisé. Les réponses aux questions doivent toujours être justifiées. Les parties A et B doivent être rendues sur des copies séparées.

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002)

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002) Méthode OIV-MA-AS323-02B Méthodes Type II Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 3/2002). DOMAINE D'APPLICATION La présente méthode s'applique à l'analyse

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

LES IONS : ENERGIE INTERNE ET FRAGMENTATION

LES IONS : ENERGIE INTERNE ET FRAGMENTATION 16 CAPITE III LES INS : ENEGIE INTENE ET FAGMENTATIN III 1 Les ions formés par impact électronique III1A Ionisation et potentiel d'ionisation III1B Conversions internes III1C Énergie interne et constante

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES 1. Vitesse de la lumière 1.1 Formules 1.2 Valeurs 2. Dualité onde-corpuscule 3. Types d ondes électromagnétiques et applications 4. Utilisation des rayons 4.1 La lumière visible 4.2 Les ultra-violets 4.3

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Rue de la Géraudière Bâtiment Erdre BP 71627

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

La fabrication des cellules photovoltaïques

La fabrication des cellules photovoltaïques La fabrication des cellules photovoltaïques L'énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d'une partie du rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d'énergie

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

e = 1,602177.10!19 C

e = 1,602177.10!19 C Chapitre II Les fissures de l'édifice de la physique classique A la fin du 19 ème siècle, les deux piliers de la physique que constituent la mécanique et l'électromagnétisme semblaient capables de rationaliser

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

TP - MEB - EDS - EBSD

TP - MEB - EDS - EBSD 1 TP - MEB - EDS - EBSD Identification de systèmes de glissement dans un matériau HCP GARFIA ARBIA HOSDEZ JEROME 2 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Microscopie optique... 4 3. Microscopie électronique

Plus en détail

Une petite introduction à la science des matériaux avec une attention particulière pour le matériel médical

Une petite introduction à la science des matériaux avec une attention particulière pour le matériel médical Stérilisation et re-stérilisation : quelle influence sur la surface des instruments? Une petite introduction à la science des matériaux avec une attention particulière pour le matériel médical Stérilisation

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

ONDES ACOUSTIQUES. solide. eau. goniomètre. synchro. oscilloscope. Figure 1.

ONDES ACOUSTIQUES. solide. eau. goniomètre. synchro. oscilloscope. Figure 1. ONDES ACOUSTIQUES Le but de ce TP est d étudier la propagation des ondes acoustiques dans les liquides et les solides, et de constater en particulier qu'il existe deux modes de propagation du son dans

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé / L0 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 Partie A : Ondes électromagnétiques - nature ondulatoire de la

Plus en détail

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques.

Les cellules photovoltaïques. MORNAY Thomas Sup D Classes préparatoires CPE VERNAY Alexis Sup D Institution des Chartreux VOLLE Marion Sup D Année 2004-2005 Professeur accompagnateur : M. Dietschy Groupe n 33 A l intention de M. BOIS

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann

LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann I. EXERCICES DE PHÉNOMÈNES DE TRANSFERT DE CHALEUR 1. Une paroi d'une surface de 5m 2 a une température de 700 C d'un côté et de 20 C de l'autre.

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Travaux pratiques Série 1 Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Objectifs du TP : Revoir l utilisation d un goniomètre (réglages, lecture au vernier ). Revoir

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail