Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier"

Transcription

1 Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie 1

2 Sources plasma et source à faisceau d ions Source à faisceau Source plasma d ions Canon à ions Plasma Système d extraction Et d accélération Du faisceau Plasma Substrat polarisé Système de neutralisation du faisceau e - Faisceau d ions positifs Polarisation Substrat À la masse Intérêts des sources à faisceau d ions Avantages : Contrôle de l énergie et du flux des espèces ionisées Faisceau monoénergétique Pression de travail dans la chambre de traitement très inférieure aux pression de décharge plasma Possibilité de combinaison avec d autres procédés (évaporation sous vide, pulvérisation, analyse ) Inconvénients : Difficile d atteindre des flux d ions intenses au niveau du substrat (qq.1 ma.cm x10 15 s -1.cm -2 ) à faible énergie ( < 100eV) Uniformité du traitement limitée en surface Interaction du faisceau avec les grilles du système d extraction : risque de pollution du faisceau, usure des grilles Nécessité d utiliser un dispositif de neutralisation du faisceau dans certains cas 2

3 Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie Techniques de gravure par voie sèche Gravure par gaz réactif : PNE (Pure Neutral gas Etching) Gravure par faisceau d ions Gravure plasma RIE, ICP, ECR IBE (Ion Beam Etching) RIBE (Reactive Ion Beam Etching) CAIBE (Chemically Assisted Ion Beam Etching) RIE : Reactive Ion Etching ICP : Inductively Coupled Plasma ECR : Electron Cyclotronic Resonance 3

4 Gravure par faisceau d ions IBE (Ion Beam Etching) RIBE (Reactive Ion Beam Etching) Ions de gaz inerte Ar Ions de gaz réactif F, Cl Substrat Effet physique : pulvérisation Substrat Combinaison d un effet physique et chimique Gravure par faisceau d ions CAIBE (Chemically Assisted Ion Beam Etching) Ions de gaz inerte Ar Espèce neutre Réactives SF 6, Cl 2, XeF 2 Substrat Combinaison d un effet physique et chimique : Le contrôle se fait plus finement et de manière indépendante 4

5 Gravure par faisceau d ions Expérience de Coburn et Winters 1979 Synergie ion-neutre Pulvérisation physique Si Gravure chimique spontanée 2 chimisorption dissociative du XeF ( s) SiF(s), SiF2(s), SiF3(s), SiF4(ads) désorption ( s), SiF2(s), SiF3(s), SiF4(ads) SiF4(g) SiF Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie 5

6 Techniques de dépôt par voie sèche à basse pression CVD, PVD CVD Chemical Vapor Deposition PVD Physical Vapor Deposition Mixte PVD-PECVD Dépôt par faisceau d ions IBS Ion Beam Sputtering IBAD Ion Beam Assisted Deposition Dépôt par faisceau plasma Pulvérisation par faisceau d ions Des ions sont accélérés vers une cible du matériau que l on souhaite déposer. La pulvérisation est l éjection de particules hors de la cible consécutive à l impact des ions. Les espèces pulvérisées émises par la cible sont recueillies à la surface d un substrat pour former une couche mince. substrat Faisceau d ions couche mince particules pulvérisées Nécessité de travailler sous vide Matériau cible Les ions utilisés sont le plus souvent des ions Ar Facile à produire Pas de réaction chimique avec le matériau Masse atomique relativement élevée ce qui est nécessaire pour avoir une pulvérisation importante Energie des ions dans le domaine utile : qq. centaines d ev 6

7 Pulvérisation par faisceau d ions Contrôle indépendant de l énergie des ions et du courant Le dépôt peut s effectuer à des pressions très basses Dépôts assistés par faisceau d ions - IAD Bombardement ionique avant et pendant le dépôt. - Elimination des gaz et molécules adsorbées diminution de la pollution - Amélioration de l adhérence - Densification de la couche - Modification des propriétés physiques et structurales Ce bombardement se fait à des énergies d ions relativement faibles (centaine d ev) de manière à limiter la pulvérisation de la couche et de manière à éviter la création de défauts liés à un bombardement trop énergétique. On peut aussi combiner un effet chimique en utilisant un faisceau d ions réactifs Paramètre déterminant : (énergie des ions) x (flux d ions) Energie apportée par neutre déposé = (flux de neutres) 7

8 Evaporation assistée par faisceau d ions Substrat Pour substrat isolant ou dépôt isolant : nécessité d utiliser un neutraliseur qui envoie des électrons vers la surface pour compenser la charge positive des ions Canon à électron Pulvérisation assistée par faisceau d ions 8

9 Exemple : Couches pulvérisées à fort taux de carbone sp 3 Nécessité d une assistance ionique lors du dépôt Question : Peut-on trouver des conditions de synthèse permettant d obtenir des couches à très fort taux de C sp 3? Φ Ι /Φ Ν = 10 Φ Ι /Φ Ν = 5 Energie des ions Ar (ev) Unbalanced magnetron sputtering % C sp 3 mesuré par EELS J. Appl. Phys. 79(3), (1996) Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie 9

10 Mode d excitation du plasma Continue Cathode plasma Cathode froide Cathode chaude Confinement magnétique ou électrostatique Radiofréquence Micro-onde Couplage capacitif Couplage inductif Antenne Cavité résonante Fenêtre Résonance Cyclotron Electronique (ECR) Couplage résonant avec champ magnétique 875 Gauss 2.45 GHz Source à cathode chaude à confinement magnétique Type Kaufman Multipôles Inconvénient : fragilité de la cathode, gaz réactifs exclus en général 10

11 Extraction du faisceau par grilles Système classique à trois grilles à trous : Grille plasma au potentiel de la source plasma fixant l énergie des ions Grille d accélération servant à l extraction du faisceau d ions et contrôlant le courant Grille de décélération à la masse Le faisceau à la sortie des grilles peut être considéré comme un ensemble de petits faisceaux en parallèles Substrat Plasma Faisceau d ions V p I I a I d e I c V a I e = I a I d I c - (si pas de pertes au parois au cours du trajet du faisceau) - Principe de l extraction Ions a : diamètre des trous d : distance entre les grilles δ : épaisseur de la zone d accélération Loi de Child Langmuir : densité de courant extrait entre deux plans parallèles : J ion 4ε = 9 0 2eZ M 1 2 V 3 2 ext 2 δ V δ 3 2 ext 2 V ext tension d extraction des ions V ext = V p V a 11

12 Réglage du courant faisceau La densité de courant max extraite dépend principalement de la densité ionique du plasma on peut considérer J ion comme constant pour des conditions de décharge fixes Système à deux grilles : I e = I c I a On cherche à minimiser I a J ion V 3 2 ext 2 δ δ s adapte à V ext La forme de la surface émissive dépend de V ext En agissant sur Vext on peut ajuster la focalisation du faisceau à travers les trous de la grille d accélération et optimiser l extraction du courant faisceau Réglage de l énergie des ions Chute de potentiel dans la gaine plasma-paroi de la source : V plasma = V i V p L énergie des ions arrivant sur le substrat est fixée par la différence de potentiel entre le plasma et le substrat : E i = e( V p V plasma ) 12

13 Neutralisation de la charge d espace du faisceau d ions Le faisceau d ions chargés positivement crée une zone de charge d espace qui tend à faire diverger le faisceau : élargissement radial du faisceau Exemple : faisceau d ions Ar 500 ev - 1 ma.cm -2 - Ø 10 cm Vitesse = 4.9x10 6 cm.s -1 Densité ionique de faisceau Flux = 6.2x10 15 cm -2.s -1 n = flux vitesse = 1.3x10 9 cm 3 ( Ε) e.n div = ε0 Ε = grad(v) ΔV ~ Volts!!! Très forte divergence du faisceau due à l effet de charge Nécessité de neutraliser en volume le faisceau Dispositifs de neutralisation Dans l exemple précédent, si l on injecte dans le faisceau 99 électrons pour 100 ions on abaisse la densité de charge d un facteur 100, la variation de potentiel passe de 14 kv à 140 V, ce qui devient raisonnable. Il faut une source d électrons au voisinage du faisceau Electrons secondaires produits par les collisions des ions avec le gaz résiduel et avec les parois métalliques du réacteur et le substrat. Dans beaucoup de cas cela est suffisant. Electrons produits par une cathode ou une source de plasma auxiliaire. Absolument nécessaire dans le cas de parois isolantes et de substrat isolant Remarque : il n y a pas de recombinaison des électrons avec les ions énergétiques car ce processus est peu probable : la neutralisation s effectue en volume mais les deux espèces (ions et électrons ne sont pas du tout dans la même plage d énergie) 13

14 Energies caractéristiques Charge exchange : Ion énergétique neutre froid Ion froid neutre énergétique Contrôle de la neutralisation Filament chauffé et polarisé servant de cathode Paroi extérieure de la source d ions Grille de sortie du faisceau d ions 14

15 Sources sans grilles L effet de charge va affecter plus fortement les faisceaux à faible énergie car la densité de charge est inversement proportionnelle à la vitesse des ions difficile d extraire de fortes densités de courant (ma.cm -2 ) à faible énergie (< 100 ev) Une solution : utiliser des sources sans grilles dans lesquelles l accélération des ions s effectue dans la zone de décharge. On combine un champ électrique et un champ magnétique. La géométrie de l anode à un «désign» particulier E i Rms deviation End Hall gridless ion source Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie 15

16 Présentation - Source SIMO 80/30 Effet ECR dans source SIMO 80/30 Excitation micro-onde par antenne à 2.45 GHz Couplage avec champ magnétique à 875 Gauss pour effet ECR 16

17 Densités ioniques Courant extrait en décharge SF 6 Remarques : Le courant est extrait d une grille de 10 mm de diamètre pour que le faisceau soit de la taille de la surface de l échantillon (peu d interaction avec la canne porte-substrat) La pression est mesurée dans la chambre de gravure ; la pression dans la source est supérieure d un facteur 10 au moins (faible conductance des grilles) 17

18 Densité de courant en décharge SF 6 Energie des ions V plasma 18

19 Spectres de masse du faisceau d ions Ions F S SF SF 2 SF 3 SF 5 Composition (%) Flux (cm -2.s -1 ) 2.5x x x x x x x x x x x x10 15 P = 5x10-5 mbar P micro-onde = 150 W Spectres de masse du faisceau de neutres Espèces neutres Composition (%) Flux (cm -2.s -1 ) F 70 2x10 17 SF x10 16 SF x10 16 SF x10 16 P = 5x10-5 mbar P micro-onde = 150 W 19

20 Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Gravure basse température par faisceau plasma SF 6 Bibliographie Stratégie Contrôle : nature des espèces neutres et ionisées flux et énergies température Détermination des mécanismes réactionnels en surface Méthodes combinant faisceaux d ions et flux d espèces neutres Source Neutres d ions Analyse XPS quasi in situ Porte-substrat (polarisable, refroidi) Réacteur de gravure Transfert sous ultra-vide Enceinte d analyse XPS Expériences : Neutres : SF 6 Ions : Ne, Ar Faisceau plasma SF 6 : F, F SF x SF x Mesures des vitesses de gravure : composante physique rendement de pulvérisation composante chimique probabilité de réaction chimique effet synergétique rendement de pulvérisation chimique Thèse de Jacques Royer 1994 Thèse de Thierry Chevolleau

21 Gravure du silicium à basse température Analyse XPS après gravure du silicium sous flux de Ne (500 ev, cm -2.s -1 ) et SF 6 ( mbar) Conditions favorables Spectre XPS à la fluoration du F 1s après du silicium traitement à -110 C Thèse de Jacques Royer 1994 Proposition d un mécanisme réactionnel tenant compte - du taux de couverture des molécules de SF 6 adsorbées - des réactions entre SF 6(ads) et Si induites par les ions Ne J. Royer, P.Y. Tessier, B. Grolleau, and G. Turban. J. Vac. Sci. Technol. A 14(1), (1996) Gravure du silicium à basse température Mesures à fort flux d ions Effet Conditions des réactions favorables induites 1500 par les ions 400 RIBE CAIBE SF /Ar ev 350 RIBE RIBE 1000 : Reactive Ion CAIBE Beam Etching CAIBE SF /Ar ) Chemically Assisted Ion Beam Etching ev Faisceau h rate c e t (Å /min Flux 260 plasma evar SF : cm -2.s -1 6 : Energie Neutres 160 ev Ar : F : SF 340 x ev 250 ) Ions : F Flux 110 SF, SF ev 300Pulvérisation physique par les ions Ar 6 : cm -2.s -1 h rate x 0 ev (spontaneous c etch rate) e t 200 (Å /min Flux d ions : ev 16 cm -2.s -1 Flux 0 de neutres : cm -2.s Température de traitement ( C) 500 substrate temperature (K) 160 ev ev Thèse T. Chevolleau Pulvérisation 0 ev (spontaneous physique par les ions Ar détermination de conditions favorables en terme de vitesse de gravure et d anisotropie 200 détermination etch des rate) rendements de pulvérisation chimique en fonction de T, flux et énergie T. Chevolleau, 250P.Y. Tessier, 300 C. Cardinaud, G. Turban. substrate Température temperature J. Vac. de Sci. traitement Technol. (K) A 15(5), ( C) (1997) 21

22 Gravure du silicium à basse température SF 6(ads) Activation de la chimisorption dissociative du SF 6 par les ions Faible taux de couverture fluoration du silicium faible Gravure du silicium à basse température Taux de couverture intermédiaire fluoration du silicium favorisée 22

23 Gravure du silicium à basse température Fort taux de couverture : épaisseur de la couche adsorbée > R p fluoration ralentie voire bloquée Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt par faisceau d ions Sources à faisceau d ions Source SIMO Bibliographie 23

24 Bibliographie H.R. Kaufman, J.J. Cuomo, J.M.E. Harper Technologies and applications of broad ion sources used in sputtering Part 1 : Ion source technology J. Vac; Sci. Technol., 21(3), (1982) J.M.E. Harper, J.J. Cuomo, H.R. Kaufman Technologies and applications of broad ion sources used in sputtering Part 2 : Applications J. Vac; Sci. Technol., 21(3), (1982) H.R. Kaufman, J.J. Cuomo, J.M.E. Harper Developments in broad beam, ion source technology and applications J. Vac; Sci. Technol., 21(3), (1982) H.R. Kaufman, R.S. Robinson, R.I. Seddon End Hall ion source J. Vac; Sci. Technol. A, 5(4), (1987) Thierry Chevolleau Etude des mécanismes de gravure du silicium à basse température par un faisceau plasma de SF6 extrait d une source d ions à décharge micro-onde Thèse de Doctorat - IMN - Université de Nantes Mai 1998 A. Anders Plasma and ion sources in large area coating: A review Surface & Coatings Technology 200 (2005) m Y c α Sn(Ei, Zi, Z U mi Modèle de Sigmund Rendement de pulvérisation Y = nombre de particules pulvérisées par ion incident U Energie de liaison des atomes en surface ; pour les métaux la valeur choisie correspond à l énergie de sublimation α Fonction dépendant du rapport des masses cible/ion Sn représente le pouvoir de ralentissement nucléaire qui dépend des sections efficaces des collisions élastiques ; dépend de l énergie E i des ions et des numéros atomiques Z iet Z c de l ion et de l atome cible. c ) Il existe un seuil de pulvérisation de qq dizaines d ev en dessous duquel il n y a pas de pulvérisation Energie des ions Ar (ev) 24

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 Université de Montréal Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 par Mathieu Fradet Département de physique Faculté des arts et sciences Mémoire

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC 1. Introduction aux Source d ions ECR 2. Booster de Charge 3. LBE Spiral2 et source d ions lourds Q/A=1/3 4. R&D 60 GHz 5. Projet

Plus en détail

I) Chauffage par résistance

I) Chauffage par résistance Le chauffage électrique électrique est de plus en plus répandu. Les avantages sont : * Facilité d utilisation * Confort d utilisation * Aucune pollution * Fiabilité et précision de réglage. Dans ce cours

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

)*&&&+! ", -!!! # 011 )234 2562 JURY !%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! - - # $ ! "

)*&&&+! , -!!! # 011 )234 2562 JURY !%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! - - # $ ! $%& '( )*!+,-&,.!!)!& )*&&&+! ", -!!! # 011 )234 2562 / JURY! "!!%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! &$&0!%)*(!( '(!( - - - - # $ '(!( & &$&0 & /1!("!.$/(!(1 "! !" ##! $ % $ & $ ' # $ ( ' # # ' ' )! # * #' $+!!$!,$!-

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Mesures de sonde réalisées en plasmas RF capacitifs basse pression et en conditions de dépôts

Mesures de sonde réalisées en plasmas RF capacitifs basse pression et en conditions de dépôts Atelier du Réseau des Plasmas Froids du CNRS «Analyse de plasmas par sondes électrostatiques» Sarcenas (Juin 2006) Mesures de sonde réalisées en plasmas RF capacitifs basse pression et en conditions de

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU June 2001 Phys. Chem. News 2 (2001) 15-19 MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU A. Chtaini 1*, D. Takky 1, R. Najih

Plus en détail

REVÊTEMENT THERMI -DLC

REVÊTEMENT THERMI -DLC REVÊTEMENT THERMI -DLC UN PANEL COMPLET DE SOLUTIONS POUR APPLICATIONS TRIBOLOGIQUES LES PROPRIÉTÉS DU REVÊTEMENT THERMI -DLC Une solution technologique pour applications tribologiques permettant d'améliorer

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Informations pour la présentation des données expérimentales

Informations pour la présentation des données expérimentales Informations pour la présentation des données expérimentales Sommaire 1. SPECTROMÉTRIE DE RMN... 1 2. SPECTROMÉTRIE DE MASSE... 1 2.1. Instrument... 1 2.1.1. VARIAN MAT 311 - Source impact électronique

Plus en détail

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Brice Gautier, Antoine Brugère, Wael Hourani, Octavian Ligor, Antonin Grandfond, Alexis Borowiak, David Albertini, Armel

Plus en détail

Dépôt de couches minces de cuivre sur substrats polymère de formes complexes par pulvérisation cathodique magnétron avec ionisation de la vapeur

Dépôt de couches minces de cuivre sur substrats polymère de formes complexes par pulvérisation cathodique magnétron avec ionisation de la vapeur Université Paris Sud XI Faculté de sciences d Orsay Ecole Doctorale Onde et Matière Numéro d ordre : Thèse Présentée pour l obtention du titre de DOCTEUR DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI par Ismaël GUESMI

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Séminaire 3EP du 15 Mars 2007

Séminaire 3EP du 15 Mars 2007 Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les plasmas sans jamais oser le demander 1 Séminaire 3EP du 15 Mars 2007 J.P. Boeuf LAPLACE CNRS Université Paul Sabatier INP Toulouse notions de base sur

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Le cyclotron ARRONAX

Le cyclotron ARRONAX Le cyclotron ARRONAX Un accélérateur pour la recherche en radiochimie et en oncologie à Nantes-Atlantique Séminaire généraliste 20/10/2005 François GAUCHÉ Objectifs du cyclotron La médecine nucléaire Utilise

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

1 Description de l'arc électrique.

1 Description de l'arc électrique. Ceci est un cours naguère distribué en accompagnement de celui sur les sur intensités et moyens pour les éliminer : fusibles et disjoncteurs. Il y était aussi fait référence dans le cadre de celui sur

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz

Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz 1 Contenu Principes généraux d un détecteur à gaz Transport des charges dans un gaz Chambre d ionisation Compteur proportionnel Compteur Geiger 2 Principes

Plus en détail

BACCALAUÉAT GÉNÉRAL BLANC. Lycée de Chamalières Mai 2013 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S. L usage des calculatrices est autorisé

BACCALAUÉAT GÉNÉRAL BLANC. Lycée de Chamalières Mai 2013 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S. L usage des calculatrices est autorisé BAALAUÉAT GÉÉRAL BLA Lycée de hamalières Mai 2013 PYSIQUE-IMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3h30 Sur20points ŒFFIIET:6 L usage des calculatrices est autorisé e sujet comporte un exercice de IMIE et deux

Plus en détail

Cahier technique n 198

Cahier technique n 198 Collection Technique... Cahier technique n 198 La coupure du courant électrique dans le vide P. Picot Les Cahiers Techniques constituent une collection d une centaine de titres édités à l intention des

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques

CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques 273 Plan du chapitre 4 4.1 Jauges de contraintes 4.2 Capteurs de force piézoélectrique 4.3 Capteurs de pression et de vide 4.4 Capteurs d humidité 4.5

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

ASPECTS DE LA PROPULSION SPATIALE

ASPECTS DE LA PROPULSION SPATIALE ÉCOLE DES PONTS PARISTECH SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIÈRE MP) ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

CONTRÔLE DES PROPRIÉTÉS DES COUCHES OPTIQUES PAR BOMBARDEMENT IONIQUE

CONTRÔLE DES PROPRIÉTÉS DES COUCHES OPTIQUES PAR BOMBARDEMENT IONIQUE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL CONTRÔLE DES PROPRIÉTÉS DES COUCHES OPTIQUES PAR BOMBARDEMENT IONIQUE VIKTOR MARUSHKA DÉPARTEMENT DE GÉNIE PHYSIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ EN VUE DE L OBTENTION

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Caractérisations optiques d un film mince d aluminium déposé par pulvérisation ionique sur substrat de silicium

Caractérisations optiques d un film mince d aluminium déposé par pulvérisation ionique sur substrat de silicium Caractérisations optiques d un film mince d aluminium déposé par pulvérisation ionique sur substrat de silicium Ing. J.-P. de Neuville Ing. E. Legrand GRAMME Liège Dr K. Fleury-Frenette Centre Spatial

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Traitement de l'air par oxydation photocatalytique Application à l'élimination des composés organiques volatils

Traitement de l'air par oxydation photocatalytique Application à l'élimination des composés organiques volatils Congrès européen Ecotechnologies pour le futur Atelier Qualité de l'air Gaëlle BULTEAU Département Climatologie Aérodynamique Pollution Epuration Traitement de l'air par oxydation photocatalytique Application

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE N d ordre : Série : UNIVERSITE MENTOURI CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCE DE L INGENIEUR

Plus en détail

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Rappel sur la structure atomique des isolants

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Technologie laser. Laser fibre FOL-3015 AJ

Technologie laser. Laser fibre FOL-3015 AJ Technologie laser Laser fibre FOL-3015 AJ Le laser FOL-3015 AJ : vitesse et qualité de découpe Le savoir-faire AMADA au service de l avenir Forte de son expertise technologique en matière de systèmes d

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

PROPRIETES DES MATERIAUX THERMIQUE, MECANIQUE, ELECTRIQUE TRANSFERTS THERMIQUES MISE EN OEUVRE DES BASSES TEMPERATURES Séquence : Cryogénie Argon H1

PROPRIETES DES MATERIAUX THERMIQUE, MECANIQUE, ELECTRIQUE TRANSFERTS THERMIQUES MISE EN OEUVRE DES BASSES TEMPERATURES Séquence : Cryogénie Argon H1 INTRODUCTION A LA CRYOGENIE ET LA SUPRACONDUCTIVITE FLUIDES CRYOGENIQUES DIAGRAMME DE PHASE PROPRIETES USUELLES SUPRACONDUCTIVITE DOMAINE SUPRACONDUCTEUR EXEMPLES TECHNIQUES DU VIDE NOTIONS GENERALES OBTENTION

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur

Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur A.Bejaoui, J. Guerin, K.Aguir Aix-Marseille Université, IM2NP-UMR CNRS 7334 13397 Marseille

Plus en détail

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE Conductivité thermique réduite......isolation améliorée de 20% Superwool Plus Insulating fibre Plus la conductivité thermique d un matériau est faible,

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium

Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium Après l immense succès rencontré par le premier calibre Heart Beat Manufacture en 2004, Frédérique Constant

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117 Dans l optique environnementale actuelle, d importants moyens sont mis en œuvre afin de réduire la pollution atmosphérique, notamment par l introduction d unités de conversion catalytique sur les véhicules

Plus en détail

CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR. Diode Schottky

CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR. Diode Schottky 1 CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR Diode Schottky 2 Contact Métal/SC: diode Schottky Plusieurs applications: Interconnexions Contact Ohmique Diode à barrière Schottky Survol des jonctions Isolant/SC Comparaison

Plus en détail