La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche"

Transcription

1 La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine et à conserver celles qui le sont. La gravure doit être précise (bonne résolution), sélective (seule la couche supportant la résine doit être attaquée) et directive (pas de gravure latérale, en dessous de la couche de résine). éi Deux techniques de gravure sont utilisées : *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

2 La gravure humide La gravure humide se réalise par attaque chimique à l aide de solutions liquides qui doivent uniquement réagir avec le matériau à éliminer (sélectivité) et pas avec les autres éventuellement présents dans la structure (d où certaines difficultés d utilisation dans les empilements multicouches). Le tableau suivant décrit quelques exemples de solutions liquides utilisées pour différents matériaux à graver :

3 La gravure humide Exemples

4 La gravure humide Exemple de bain de gravure chimique La gravure chimique est préférentiellement utilisée car sa mise en place est relativement simple. Il suffit de tremper les échantillons dans un bain chimique adapté pendant le temps correspondant à la profondeur de gravure désirée. Il est ainsi possible de traiter un grand nombre d échantillons en même temps, p, cequi constitue un gain de temps considérable (industriellement, jusqu à 200 plaquettes peuvent être traitées simultanément). Par contre, il faut, après traitement chimique, rincer abondamment et sécher les plaquettes. Le rinçage se fait aussi dans des bacs. Durant le rinçage à l'eau déionisée, la résistivité de l'eau leau est contrôlée afin de déterminer la quantité d'ions dions contaminants encore désorbés par les plaquettes. Lorsque la résistivité devient supérieure à 16 MΩ.cm, on s'approche de la résistivité de l'eau ultra pure (18 MΩ.cm) et on peut arrêter le rinçage. Le séchage s'effectue seffectue dans de très grandes centrifugeuses ou par soufflette d'azote ou d'air sec.

5 La gravure humide Avantages : Pas ou peu défauts : gravure «douce» Bonne sélectivité en fonction composition des matériaux Très bonne sélectivité ité par rapport au masquage Inconvénients : Plutôt isotrope Sensible à l état de surface Contrôle délicat dans le cas des multicouches Agitation nécessaire pour l uniformité de l attaque sur la surface

6 La gravure humide La gravure humide est une méthode simple mais, dans la plupart des cas, isotropique. C est à dire que la vitesse d attaque est la même dans toutes les directions dans le cristal. itlla différence entre attaque anisotrope et isotrope est illustrée ci dessous : Resine Resine Substrat Substrat Anisotrope Isotrope E E // Resine Substrat Il est possible de définir i un taux d anisotropie i T tel que : T = 1 E E // Dans certains cas, on observe toutefois une sensibilité de la vitesse de gravure chimique en fonction de l orientation cristalline.

7 La gravure humide L isotropie de ce type de gravure va ainsi limiter les dimensions des motifs pouvant être réalisés. La gravure humide permet de graver des traits d une épaisseur supérieure ou égale à 3 µm, mais elle ne permet pas d obtenir des dimensions inférieures en raison du phénomène de «surgravure» lié à l isotropie. La gravure s effectue en effet dans le sens de laprofondeur maisaussidans le sens de lalargeur comme illustréci dessous : Avec un masquage identique, la largeur du motif gravé sera différente selon la méthode de gravure utilisée, isotropique ou anisotropique. Pour les motifs de très petites dimensions, il sera donc préféré une méthode de gravure anisotropique.

8 La gravure humide Inconvénient Contrôle délicat dans le cas des multicouches «Surgravure» Avantage Bonne sélectivité en fonction composition des matériaux

9 La gravure sèche se réalise à partir de la formation d un dun plasma ionique énergétique qui peut permettre de combiner attaque chimique réactive avec attaque mécanique par bombardement de la surface de l échantillon. Trois types : Gravure ionique (ion beam etching IBE) Gravure ionique réactive (réactive ion etching RIE) Gravure par attaque chimique gazeuse

10 IBE (Ion Beam Etching) appelée aussi gravure plasma ou sputter etching Le principe de cette méthode de gravure est identique à celui de la pulvérisation cathodique déjà décrite précédemment dans le chapitre consacré aux dépôts métalliques et diélectriques. Par contre, dans le cas qui nous intéresse ici, la cible est remplacée par la structure à graver. Exemple d appareillage de gravure plasma

11 IBE (Ion Beam Etching) appelée aussi gravure plasma ou sputter etching Ici, le plasma ne contient que des ions de gaz rare (Ar+) et la pression dans l enceinte est faible (0,01 à 0,1 Torr). Le champ électrique créé au voisinage de la cathode accélère les ions positifs qui viennent bombarder normalement la surface de chaque échantillon, arrachant les molécules ou atomes des couches non protégées par la résine Il en résulte une attaque franche de ces couches (pas de «surgravure»). Toutefois cette technique ne permet pas une grande sélectivité de l attaque (la vitesse d attaque est pratiquement t identique pour tous les matériaux) et induit it souvent un grand nombre de défauts de surface.

12 Ion Beam Etching (IBE) ou sputter etching Avantages : Bonne directivité Forte anisotropie. Respect des dimensions/géométrie Inconvénient : Vitesse lente Défauts de gravures

13 Gravure ionique réactive ou RIE (Reactive Ion Etching) Dans cette technique, on utilise un bombardement ionique joint à une attaque chimique pour réaliser la gravure des structures. Ce type de gravure se réalise à des pressions de l ordre de 0,1 à 1 Torr, en utilisant un plasma contenant des gaz réactifs (halogénures) et des gaz neutres, les ions de ces derniers assurant le bombardement ionique mécanique de la surface. La vitesse d attaque est alors fonction de plusieurs paramètres, la nature des gaz, la nature de la pression dans l enceinte, la puissance RF utilisée pour le plasma, la nature de la couche gravée, Exemple de réacteur de gravure RIE La gravure RIE contient donc une composante mécanique (arrachage des atomes) et une composante chimique (réaction de la couche à graver avec les gaz du plasma)

14 Illustration de la composante chimique de la gravure RIE Utilisation du gaz CF 4, actif pour la gravure de différents matériaux En techno Silicium, on utilise CF 4 comme gaz réactant : CF * * 4 CF 3, F (radicaux libres présents dans le plasma) Avec Si Si + 4 F * SiF 4 Avec SiO * 2 4CF 3 + 3SiO 2 2CO + 2CO 2 + 3SiF 4 En techno III V on doit utiliser le chlore : Avec GaAs : GaAs + 3 Cl 2 GaCl 3 + AsCl 3

15 Principaux gaz utilisés en RIE Matériau à graver Silicium SiO 2 Siliciures III-V SF 6 CHF 3 CFCl 3 Cl 2 CF 4 + O 2 CF 4 + O 2 CF 2 Cl 2 SiCl 4 HF CF 4 + H 2 CCl 4 CFCl 3 SiCl 4 SF 6

16 Evolution de la vitesse de gravure par RIE Influence des paramètres : Pression Vitesse de gravure W puissance Vitesse de gravure Vitesse typique 500 nm/minute

17 RIE Avantages : Moins de défauts que l IBE Vitesse rapide (a) (b) (c) Inconvénient : Moins anisotrope Exemple de structures gravées par RIE : (a) réseau Si3N4, (b) cristaux photoniques 2D GaAlAs/GaAs (c) microcavité GaAs/AlAs Bonne reproductibilité : les composantes physiques et chimiques sont indépendantes.

18 Gravure par attaque chimique gazeuse Dans cette technique, la gravure se fait par réaction en surface des radicaux libres présents dans le plasma (F, CF3, SiF3, ) avec le matériau à graver. Cette gravure se réalise à partir d un plasma contenant uniquement des gaz réactifs (pas de gaz rares). Les gaz fournisseurs de radicaux libres utilisés sont le tétrafluorure de carbone (fréon 14), l hexafluoroéthylène (fréon 116), le trifluorométhane (fréon 23) et le tétrafluorure de silicium (SiF4), ou encore des gaz chlorés. L appareillage plasma utilisé est très semblable à celui de l IBE (Ion Beam Etching). Exemple d appareillage de gravure par attaque chimique gazeuse

19 Comparaison entre les diverses techniques de gravure sèche

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES

Plus en détail

NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS

NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS 1. - INTRODUCTION La surface du silicium est fortement réactive (elle présente une grande affinité chimique), il est difficile

Plus en détail

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE LABORATOIRE D'ANALYSE ET D'ARCHITECTURE DES SYSTEMES UNIVERSITE PAUL SABATIER A T E L I E R I N T E R U

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Process PolySens : Du Capteur au MicroSystème. Processus MicroSystème de l AIME. PolySens. Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel

Process PolySens : Du Capteur au MicroSystème. Processus MicroSystème de l AIME. PolySens. Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel Processus MicroSystème de l AIME PolySens Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel (Jonction PN en Polysilicium de type Zener) 1 INTRODUCTION & PLANNING :... 2 2 SÉQUENCE DÉTAILLÉE DES

Plus en détail

Microtechnologie de fabrication silicium «Micromachining»

Microtechnologie de fabrication silicium «Micromachining» Microtechnologie de fabrication silicium «Micromachining» Technologies MEMS M. Denoual 1 Pourquoi le silicium? Pourquoi le silicium? Matériau pas cher (très répandu), Matériau de très grande qualité cristallographique,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Gravure et la Découpe Laser

Gravure et la Découpe Laser Manuel pour la Gravure et la Découpe Laser www.troteclaser.com Trucs et Astuces pour travailler avec une machine laser Trotec Table des matières 3 Introduction 3 Que peut faire un laser? 4 Les sources

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

La fabrication des cellules photovoltaïques

La fabrication des cellules photovoltaïques La fabrication des cellules photovoltaïques L'énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d'une partie du rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d'énergie

Plus en détail

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde).

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde). Electroformage TRW de grande Switzerland précision GmbH www.trw.ch La société : TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans

Plus en détail

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge Conception de microsystèmes à base d actionneurs en SU8 pour la manipulation de micro-objets en milieu liquide et transfert vers un milieu quasi-sec * * * Annexes Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge soutenue

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

FABRICATION DE DIODES P/N

FABRICATION DE DIODES P/N INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE LABORATOIRE D'ANALYSE ET D'ARCHITECTURE DES SYSTEMES UNIVERSITE PAUL SABATIER A T E L I E R I N T E R U

Plus en détail

Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium

Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium Heart Beat Manufacture, dixième anniversaire : Calibre Heart Beat Manufacture FC-945 Silicium Après l immense succès rencontré par le premier calibre Heart Beat Manufacture en 2004, Frédérique Constant

Plus en détail

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces :

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Les exigences des nouvelles normes en Allemagne permettent de neutraliser les eaux naturelles d une manière

Plus en détail

Fabrication des Transistors CMOS

Fabrication des Transistors CMOS Majeure MNO Fabrication des Transistors CMOS Y. BONNASSIEUX Promotion X2003 janvier 2006 Yvan BONNASSIEUX Poste 37.22 Email : yvan.bonnassieux@polytechnique.fr Depuis le début de la microélectronique la

Plus en détail

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 Université de Montréal Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 par Mathieu Fradet Département de physique Faculté des arts et sciences Mémoire

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

REVÊTEMENT THERMI -DLC

REVÊTEMENT THERMI -DLC REVÊTEMENT THERMI -DLC UN PANEL COMPLET DE SOLUTIONS POUR APPLICATIONS TRIBOLOGIQUES LES PROPRIÉTÉS DU REVÊTEMENT THERMI -DLC Une solution technologique pour applications tribologiques permettant d'améliorer

Plus en détail

Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr.

Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr. Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr. CNRS Photothèque - CHATIN Jérôme. Cylindre de nanotubes de carbone préformés

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

TECHNOLOGIE DES SEMICONDUCTEURS. Eric Fogarassy

TECHNOLOGIE DES SEMICONDUCTEURS. Eric Fogarassy TECHNOLOGIE DES SEMICONDUCTEURS Eric Fogarassy Cours 1A 2005/2006 Introduction Les différentes étapes de la fabrication d un circuit intégré : 1. Fabrication des plaquettes (wafers) : - purification du

Plus en détail

)*&&&+! ", -!!! # 011 )234 2562 JURY !%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! - - # $ ! "

)*&&&+! , -!!! # 011 )234 2562 JURY !%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! - - # $ ! $%& '( )*!+,-&,.!!)!& )*&&&+! ", -!!! # 011 )234 2562 / JURY! "!!%)*!$!0,!%)*)0,&!%)*,! &$&0!%)*(!( '(!( - - - - # $ '(!( & &$&0 & /1!("!.$/(!(1 "! !" ##! $ % $ & $ ' # $ ( ' # # ' ' )! # * #' $+!!$!,$!-

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

développement et étude d'une technique de microsablage à haute résolution

développement et étude d'une technique de microsablage à haute résolution développement et étude d'une technique de microsablage à haute résolution THÈSE N O 3293 (2006) PRÉSENTÉE à LA FACULTÉ SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGéNIEUR Institut de microsystèmes SECTION DE MICROTECHNIQUE

Plus en détail

Le Futur Entre Vos Mains! Pompage de Fluide Sans Roulement ni Joint!

Le Futur Entre Vos Mains! Pompage de Fluide Sans Roulement ni Joint! Le Futur Entre Vos Mains! Pompage de Fluide Sans Roulement ni Joint! Système de Pompage Sans Roulement BPS-1 1.6 bar (23 psi) 21 litres/min (5.5 gallons/min) Système de Pompage Sans Roulement BPS-3 3.5

Plus en détail

Elaboration de matériaux micro et nanostructurés

Elaboration de matériaux micro et nanostructurés Elaboration de matériaux micro et nanostructurés Thierry FOURNIER CNRS/Institut Néel thierry.fournier@grenoble.cnrs.fr Tel:0476889071 SMB2009 Sciences de la Miniaturisation et Biologie 1 FEYNMAN 29/12/1959

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique de résistances à base de nanofils de silicium

Fabrication et caractérisation électrique de résistances à base de nanofils de silicium Fabrication et caractérisation électrique de résistances à base de nanofils de silicium Laurent Pichon, Fouad Demami, Régis Rogel, Tayeb Mohammed-Brahim To cite this version: Laurent Pichon, Fouad Demami,

Plus en détail

AMS 4711 - transmetteur de pression compatible aux milieux pour applications industrielles en format de boîte d'allumettes

AMS 4711 - transmetteur de pression compatible aux milieux pour applications industrielles en format de boîte d'allumettes Pour les capteurs de pression piézo-résistifs, on sait qu'ils ne sont pas appropriés pour une mesure de la pression dans les fluides tels que la mesure de niveau. Par la suite, cet article démontre à l'exemple

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

Guide pratique de la rénovation de façades

Guide pratique de la rénovation de façades Guide pratique de la rénovation de façades Pierre, béton, brique Alexandre CAUSSARIEU Thomas GAUMART Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11624-1 Laser Brique : encroûtements noirs Pierre : encroûtements

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012 Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé 19 novembre 2012 Les gaz réfrigérants et les agents de gonflement CFC HCFC HFC Nom chlorofluorocarbures hydro chlorofluorocarbures hydrofluorocarbures

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau et Page : 1 de 9 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7

Terminale spécialité_thème 1_LES MATERIAUX Nouveaux matériaux_ae 7 LES NANOTECHNOLOGIES : Pour une planète plus verte Quels pourraient être les solutions radicalement nouvelles apportées par les nanotechnologies? Les nanotechnologies nous promettent un monde plus vert

Plus en détail

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique Plan du cours Objectifs généraux Etablir un processus expérimental

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

ORDRE DU JOUR 18 h 18 h 30 18 h 35 18 h 55 19 h 30 19 h 45 20 h 15 20 h 45 21 h

ORDRE DU JOUR 18 h 18 h 30 18 h 35 18 h 55 19 h 30 19 h 45 20 h 15 20 h 45 21 h ORDRE DU JOUR 18 h Accueil 18 h 30 Ouverture 18 h 35 Présentation de la technologie 18 h 55 Atelier d échanges et plénière 19 h 30 PAUSE 19 h 45 Présentation sur la qualité de l air 20 h 15 Période d échanges

Plus en détail

Les MEMS : Réalisation de capteurs résonants

Les MEMS : Réalisation de capteurs résonants Amplitude Amplitude Les MEMS : Réalisation de capteurs résonants Edité le 29/05/2015 Hélène HORSIN MOLINARO Olivier FRANÇAIS Dérivée de la technologie de la micro-électronique, la production des MEMS (Micro

Plus en détail

Préparation d échantillons. La gamme. ::: Clear Solutions in Sample Preparation

Préparation d échantillons. La gamme. ::: Clear Solutions in Sample Preparation Préparation d échantillons La gamme ::: Clear Solutions in Sample Preparation Multiwave PRO Le maîtrise de la préparation d'échantillons Le four à micro-ondes Multiwave PRO offre la solution dont vous

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

PTA-NEWS. Edito : Un nouveau mensuel! A l affiche. Edito : A la Une le pôle gravure. La gravure humide. et chlorée... Ce numéro du

PTA-NEWS. Edito : Un nouveau mensuel! A l affiche. Edito : A la Une le pôle gravure. La gravure humide. et chlorée... Ce numéro du PTA-NWS D A N S C N M É : dito : A la ne : Le pôle gravure La gravure humide A l affiche : La gravure plasma La gravure par faisceau d ions Gravure de nanopiliers pour les mémoires magnétiques laboration

Plus en détail

Régulation de la condensation

Régulation de la condensation w w w.b a c a c ier.co m Régulation de la condensation V2/2013-1- LA CONDENSATION SOMMAIRE Régulation de la condensation La condensation Qu est-ce que la condensation? Comment lutter contre ce phénomène?

Plus en détail

numérique : techno logique 1 Sauvegarde La faible longévité des supports d information un défi D après la conférence de Franck Laloë

numérique : techno logique 1 Sauvegarde La faible longévité des supports d information un défi D après la conférence de Franck Laloë La faible longévité des supports d information numérique : un défi techno logique D après la conférence de Franck Laloë Ancien diplômé de l École Polytechnique, Franck Laloë a été chercheur au CNRS au

Plus en détail

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose RECOMMANDATION PCRA 003 Octobre 2003 Rev.0 Commission Protection Cathodique et Revêtements Associés Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués

Plus en détail

Micro-nanotechnologies

Micro-nanotechnologies RS430.100.15. 1/7 La description de module définit les conditions cadres du déroulement de l enseignement des matières du module. Filière(s) Orientation Public Microtechniques (MIC) Microtechnologies et

Plus en détail

CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques

CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques CHAPITRE 4 Capteurs de diverses grandeurs physiques 273 Plan du chapitre 4 4.1 Jauges de contraintes 4.2 Capteurs de force piézoélectrique 4.3 Capteurs de pression et de vide 4.4 Capteurs d humidité 4.5

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013)

Méthode de dosage de phtalates dans les vins par couplage en chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse (Résolution Oeno 477/2013) Méthode OIV-MA-AS323-10 Méthode Type IV (Résolution Oeno 477/2013) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette méthode s applique à la recherche et au dosage de phtalates dans les vins. 2. PRINCIPE L échantillon est

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Technologie laser. Laser fibre FOL-3015 AJ

Technologie laser. Laser fibre FOL-3015 AJ Technologie laser Laser fibre FOL-3015 AJ Le laser FOL-3015 AJ : vitesse et qualité de découpe Le savoir-faire AMADA au service de l avenir Forte de son expertise technologique en matière de systèmes d

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

INTRO. Comment peindre un sol? NIVEAU DE

INTRO. Comment peindre un sol? NIVEAU DE Comment peindre un sol? NIVEAU DE DIFFICULTÉ DÉBUTANT Confirmé EXPERT Caisse à outils Matériaux nécessaires Des gants, lunettes et masque de protection Un adhésif de masquage Une brosse Une éponge De la

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Faculté du Génie Electrique et d Informatique Département d Electronique MEMOIRE DE MAGISTER

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Faculté du Génie Electrique et d Informatique Département d Electronique MEMOIRE DE MAGISTER République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou Faculté du Génie Electrique et d Informatique

Plus en détail

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Scotch-Weld 49 Colle acrylique aqueuse Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Description Caractéristiques typiques La colle 3M Scotch-Weld 49 est une colle aqueuse, à haut extrait

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 30/11/009 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS PILES AU LITHIUM M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be INTRODUCTION. Lithium = le potentiel le plus négatif et la plus forte capacité massique des matériaux

Plus en détail

Compte-rendu salle blanche Réalisaton d un thermocouple. Objectf : Manipuler des wafers et se familiariser avec les appareils de salle blanche

Compte-rendu salle blanche Réalisaton d un thermocouple. Objectf : Manipuler des wafers et se familiariser avec les appareils de salle blanche Compte-rendu salle blanche Réalisaton d un thermocouple Objectf : Manipuler des wafers et se familiariser avec les appareils de salle blanche CROZAT Arnaud PETILLOT Guillaume Introduction : Nous avons

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Rôle de la préparation de surface

Rôle de la préparation de surface Rôle de la préparation de surface Le but de la préparation de surface de l acier est de la rendre compatible avec l opération d émaillage Elimination des résidus contaminants présents à la surface de la

Plus en détail

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Pour comprendre avec facilité le processus de climatisation, il est vital de connaître les concepts de base Air L air libre que nous respirons

Plus en détail

La plate-forme Caractérisation CIM PACA

La plate-forme Caractérisation CIM PACA La plate-forme Caractérisation CIM PACA Un partenaire de choix pour la caractérisation chimique de vos matériaux Partenaires: Qui sommes-nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA est une association

Plus en détail