Elaboration de matériaux micro et nanostructurés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Elaboration de matériaux micro et nanostructurés"

Transcription

1 Elaboration de matériaux micro et nanostructurés Thierry FOURNIER CNRS/Institut Néel Tel: SMB2009 Sciences de la Miniaturisation et Biologie 1

2 FEYNMAN 29/12/1959 conference APS There s plenty of room at the bottom What I want to talk is the problem of manipulating and controlling things on a small scale. Why cannot we write the entire 24 volumes of the Encyclopedia Britannica on the head of a pin

3 Pourquoi? Accès à une nouvelle Physique Petite dimension Effets quantiques Miniaturisation des circuits Des systèmes électroniques plus petits, plus légers, plus rapides Plus d informations sur la même surface Electronique moléculaire Effets de chimie surface (grand rapport surface/volume) Technologies de plus en plus performantes 3

4 Avantage en biologie Fabrication en parrallele Fort rendement, nombreux circuits, bas cout Electronique intégrée : Labs on chips Microfluidique intégrable Contrôle de la géométrie Petits échantillons, cellule unique Mais, couts de développement importants

5 Acces au «Nano-monde» Top-Down Réduire les tailles de notre «macroworld» Lithographie Bottom-up Construire des nano-objets à partir de briques individuelles ( atomes, molécules) autoorganisation 5

6 6

7 Lithographie «Ecrire sur la pierre» Reproduire un motif sur un substrat Utilisation d une résine Lithographie optique Lithographie électronique Lithographie ionique Écriture sans résine Faisceau d ions Focalisés (FIB) Lithographie de proximité

8 1/ Substrat plan PROCEDE RESINE 2/ Elalement résine Spin coating 3/ Exposition UV, DUV, électrons Modifications chimiques Variation solubilité 4/Developpement Résine positive Résine négative 8

9 Résine Dose= Incident Energy/Surface T(D)= T0γln(D/D0) T: Epaisseur de résine après développement D: Dose γ= contrast 9

10 Transfert Gravure Chimique, ions Lift-Off Déposition: Metal,oxide Dissolution de la résine Croissance électrolytique 10

11 2-a-Lithographie Optique 11

12 Les Lithographies optiques

13 CONTACT/PROXIMITY 13

14 Contact/Proximité + _ Méthode simple et économique Fabrication en parallèle Présente dans les labos de recherche Endommagement masque et résine Substrate flatness Mask 1:1 Résolution pratique 0.5 micron 14

15 Design des Masques Test Device Layer1 Layer 2 Multi-level design Differents layers 100 mm 1:1 mask Cr/Glass UV Process Cr/Quartz DUV Process Cross alignement 15

16 Lithographie par projection UV source Resolution ( diffraction) R=k λ/n.a k: parametre de procédé Rayleigh criteria = i λ: UV wavelengh N.A Ouverture numérique =nsini 1:4 to 1:20 16

17 Lithographie par projection R=k λ/n.a k: process parameter ( résine, process dépendant) Améliorer la résolution -Diminuer la longueur d onde -360 nm, 248 nm, 193 nm, 157 nm -Extreme UV (13.5 nm), RX -Augmenter N.A (n sini) -Augmenter l angle (aberrations ) -Augmenter n ( H2O) -Réduire k - Masques OPC (Optical Proximity correction) PSM (Phase Shifting Masks)

18 Extreme UV 18

19 Lithographie X-Ray Longueur d onde: Source parrallèle 0.8nm- 1.6nm Synchroton Difficulté principale: La fabrication des masques Absorbeur : Au, W, Silicium gravé Si3N4, SiC membrane: 1 micron 19

20 Lithographie par projection R=k λ/n.a k: process parameter ( résine, process dépendant) Améliorer la résolution -Diminuer la longueur d onde -360 nm, 248 nm, 193 nm, 157 nm -Extreme UV (13.5 nm), RX -Augmenter N.A (n sini) -Augmenter l angle (aberrations ) -Augmenter n ( H2O) -Réduire k - Masques OPC (Optical Proximity correction) PSM (Phase Shifting Masks)

21 Augmenter l ouverture numérique N.A= nsini Augmenter i de 0.5 en 1990 à 0.8 en 2004 Limitations: aberrations, taille de l image Augmenter n Remplacer l air par un liquide transparent 21

22 Lithographie par projection R=k λ/n.a k: process parameter ( résine, process dépendant) Améliorer la résolution -Diminuer la longueur d onde -360 nm, 248 nm, 193 nm, 157 nm -Extreme UV (13.5 nm), RX -Augmenter N.A (n sini) -Augmenter l angle (aberrations ) -Augmenter n ( H2O) -Réduire k - Masques OPC (Optical Proximity correction) PSM (Phase Shifting Masks)

23 Réduire k: optical engineering From 0.8 (1980) to 0.4 Masks OPC (Optical Proximity correction) PSM (Phase Shifting Masks) Off-Axis illumination Process Double exposition 23

24 Réduire k: optical engineering From 0.8 (1980) to 0.4 Masks OPC (Optical Proximity correction) PSM (Phase Shifting Masks) Off-Axis illumination Process Double exposition 24

25 Amélioration de la résolution : Augmentation des couts!!! 25

26 2-b Lithographie électronique et ionique 26

27 Lithographie électronique Écriture directe: pas de masque physique Small spots ( 3-10 nm) SEM Tres petite longueur d onde (pas de diffraction) Résolution dépend plus de la résine que de la taille du spot Ecriture séquentielle donc très lente.

28 E-Beam and Ion Lithography EBL: Compromis entre haute résolution et vitesse d écriture 28

29 EBL 29

30 E.B.L: Gaussian scan

31 EBL: Shaped beam scan Déplacement continu

32 32

33 Solutions pour la lithographie électronique -Industrial e-beam Lithography System ( Leica, Jeol, Crestec, Hitachi, Raith, ) -Cout élevé(de 1 M à 10 M ) -Très haute résolution, haute tension, vitesse d écriture élevée -Taille d échantillon importante (up to 300 mm) -Platine interférométrique Leica VB6 33

34 Solutions pour la lithographie électronique -Transformation Microscope électronique à Balayage FEI, Jeol, Carl Zeiss,Hitachi + logiciel pilotage Faisceau (Raith, Nabity) -Cout «limité» ( de 0.2 M to 0.5 M ) -Haute résolution, faible tension, faible vitesse d écriture -Echantillon petite taille, versatile SEM Leo Raith Elphy + FIB Orsay Physics Nanofab- CNRS Grenoble- Institut Néel 34

35 2-c Lithographie ionique 35

36 FIB Sous le faisceau d ions Emission d électrons et d ions image Ecriture directe Lithographie sans resine Gravure 3D Implantation ionique Chimie Dépôt ou gravure locale

37 Dual Beam SEM/FIB 37

38 38

39 LPN Marcoussis 39

40 3D Etching Lithography/Etching of non planar object. Hole on a superconducting Wire Thierry FOURNIER CNRS/Institut Néel- Septembre

41 Patterning of non planar objects Charged Density Wave Crystals : NbSe 3, NbSe 2, TaSe 2 Etching of junctions 1x1x0.2 microns Thierry FOURNIER CNRS/Institut Néel-Septembre

42 FIB Functionalized substrates LPMCN, Lyon 42

43 LPN Marcoussis 43

44 2-4 Solutions émergeantes A-Nanoimprint 44

45 45

46 46

47 47

48 LPN. Marcoussis 48

49 Microfluidic 49

50 N.I.L Procédé lent Besoin masques 1:1 ( e-beam) Faible Aspect ratio Faible cout Résolution jusqu à 10 nm!!! 50

51 2-d Solutions émergeantes B-Lithographies champ proche 51

52 Near Field Lithography 52

53 53

54 54

55 55

56 56

57 57

58 58

59 Optical Lithography -Contact/proximité: 0.5 mic +Economique, présent dans les labos -Endommagement résines et masques -Projection +Progrés constant, excellente résolution 32 nm -De plus en plus couteux, inaccessible en labo -EUV + Next technique? 15-30nm -Très cher, en développement Electron Beam Lithography +Pas de masques, solutions peu couteuses, accessible en labo 1nm -Faible vitesse d écriture, Effet de proximité Ion Beam lithography Near Field lithography 1-10nm + Ecriture directe, gravure et dépôt 3D 5 nm -Pas d effet de proximité, vitesse d écriture tres faible + résolution atomique, solution labo -Vitesse d écriture très faible Nanoimprint, softlithography +Economique rapide -Nécessité masque 1:1, alignement difficile nm

60 3- Transferts

61 3-Transfert Etching Attaque chimique Liquide gazeuze Ion Beam (IBE) Reactive Ion Etching Dépot Metal,oxide Lift-Off Dissolution de la résine Electrolytic growth 61

62 Attaque chimique humide Avantages: grande sélectivité car phénomènes purement chimiques Inconvénients: Difficile à contrôler, sécurité, généralement isotrope Liquide sauf vapor HF, Xe F2

63 Tirer partie de l isotropie

64

65 Attaque anisotrope du silicium Attaque anisotrope du silicium monocristallin -KOH, Alcool-KOH (masque Si3N4) -Pyrocatechol, TMAH (masque SiO2) Vitesse attaque

66 Fabrication canaux

67

68 Gravure Plasma La gravure plasma a dans de très nombreux cas remplacé la gravure chimique car la gravure directionnelle est possible dans les réacteurs plasma. Gravure directionnelle: : Présence d ions dans le plasma et d un champ électrique Le réacteur peut être conçu afin de favoriser la gravure directionnelle ou isotrope Les systèmes plasma utilise une combinaison d espèces ioniques et chimiquement Attaque ionique grande sélectivité Attaque ionique directionnalité 68

69 Reactive Ion Etching Tension d autopolarisation Vdc V Composantes physique (mécanique) et chimique présente Diminuer la pression augmente Vdcc et la directionnalité mtorr Réduit la densité de plasma Contrôle de la surgravure Pression Chimie Polarisation d électrode 69

70 Gravure ionique assistée La gravure chimique est assistée par les ions Création d une couche passivante Des polymères recouvrent les flancs Les polymères sont gravés mécaniquement par les ions 70

71 Deep RIE 71

72 72

73 3-b Lift-Off Parametres -Résines/dépôts -Profils résines -Nature dépôt -Basse température -Dégazage résine -adhérence métaux -Lift-Off -Solvants -Particule, propretés 73

74 Lift-off et bio Croissance guidée de neurones C. Villard -Institut Néel Organisation de cellules vivantes H.Guillou Institut néel

75 Les moyens de nano/microfabrication Les grandes centrales CEA-LETI Le réseau Renatech Les centrales de proximité Les laboratoires

76 Les grandes centrales de technologies

77

78

79 Les centrales de proximité NanoLyon ( Lyon) NanoFab ( Grenoble) Paris Centre Atelier de nanofabrication CEA/DRECAM (Saclay) Centrale de Technologie Spécifique Grand-Est, Nancy,Strasbourg Centrale de Technologie de Rennes Atemi (Université de Montpellier) C(PN)2 Paris Nord Centrale de Proximité CT-PACA, Sophia Antipolis et Marseille

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE

LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES DE LITHOGRAPHIE ET GRAVURE DANS LES CENTRALES RENATECH IEF-MINERVE réseau national des grandes centrales de technologies LES TECHNIQUES

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Micro-nanotechnologies

Micro-nanotechnologies RS430.100.15. 1/7 La description de module définit les conditions cadres du déroulement de l enseignement des matières du module. Filière(s) Orientation Public Microtechniques (MIC) Microtechnologies et

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin Présentation C(PN)2 Convention technologique LPL Mardi 19 juin Opération soutenue par l Etat / fonds national d aménagement et de développement du territoire. Centrale de Proximité en Nanotechnologies

Plus en détail

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie 1 Workshop Dispositifs Médicaux 20 novembre 2012 Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie Anne-Marie HAGHIRI-GOSNET LABORATOIRE DE PHOTONIQUE ET DE NANOSTRUCTURES route de Nozay, 91460

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE

L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 2 Eté 2007 Dans ce numéro : Accueil des projets exogènes Etude d un procédé d encapsulation

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Composants photoniques hybrides

Composants photoniques hybrides Composants photoniques hybrides Matthieu Nannini Etienne Grondin Arnaud Gorin Vincent Aimez 1 Plan de la présentation Contexte Objectifs Principes et simulations Fabrication Applications Conclusion 2 Contexte:

Plus en détail

Litographie. L'écriture laser vectorielle

Litographie. L'écriture laser vectorielle Litographie L application la plus connue et la plus industrialisée des technologies d'écriture directe par laser vient du secteur de l imprimerie. Dans ce secteur, les résolutions recherchées sont de l

Plus en détail

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde par Denis Morris Département de physique, Université de Sherbrooke Septembre 2013 Activités de recherche en cours Étude des

Plus en détail

Chapitre IV. Problèmes à deux dimensions. Diffusion sur des structures lithographiées.

Chapitre IV. Problèmes à deux dimensions. Diffusion sur des structures lithographiées. A. B. A. Erreur! Signet non défini. B. 161 C. Techniques de lithographie de réseaux. 162 1. Principe de la technique. 162 2. Résultats expérimentaux. 163 161 C. Techniques de lithographie de réseaux. 1.

Plus en détail

La lithographie. Principe de la lithographie

La lithographie. Principe de la lithographie Pour fabriquer un composant ou un circuit, il faut définir des zones particulières qui vont être recouvertes d un dépôt métallique de contact, qui vont être gravées, qui vont recevoir un dépôt diélectrique,

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique Méthodes expérimentales de la physique Microscopie électronique 2. Sources et lentilles Jean-Marc Bonard jean-marc.bonard@epfl.ch Année académique 07-08 Introduction! Canon à électrons! Lentilles (+ diaphragmes)!

Plus en détail

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004)

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme commune à l UJF et à l INP Grenoble Mise en place en 2003/04 au CIME Accueil des premiers étudiants depuis début janvier 2004 Porteurs du projet :

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées)

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées) INTEGRATION OPTIQUE DANS LES LAB-ON-A-CHIP POUR LE DIAGNOSTIC MEDICAL S.K. Krawczyk et R.C. Blanchet LEOM UMR CNRS/ECL n 5512 Ecole Centrale de Lyon PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes

Plus en détail

Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris

Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris Roland Lefèvre - LERMA Colloque DIM ACAV 02 décembre 2015 Plan Contexte : recherche en astrophysique Centrale Technologique de l Observatoire de Paris (CTOP)

Plus en détail

Étude par microscopie électronique à haute

Étude par microscopie électronique à haute Sommaire Étude par microscopie électronique à haute résolution d agrégats de CoPt Nils Blanc - GDR Nano-alliages F. Tournus, T. Épicier (Laboratoire MATEIS - CLIME - INSA), V. Dupuis. Laboratoire de physique

Plus en détail

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde).

www.trw.ch TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans le monde). Electroformage TRW de grande Switzerland précision GmbH www.trw.ch La société : TRW Switzerland GmbH basée à Zoug est la filiale du groupe automobile TRW Automotive Inc. (200 unités de production dans

Plus en détail

Cadrans diffractifs. Yvan Terés. LAUSANNETEC 24 mai 2012. HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle

Cadrans diffractifs. Yvan Terés. LAUSANNETEC 24 mai 2012. HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle Cadrans diffractifs Yvan Terés HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle LAUSANNETEC 24 mai 2012 Plan Introduction Principe utilisé Fabrication des cadrans Prototypes réalisés Limites et perspectives

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Accélérer la fabrication additive par la parallélisation massive des procédés de tracé laser

Accélérer la fabrication additive par la parallélisation massive des procédés de tracé laser Accélérer la fabrication additive par la parallélisation massive des procédés de tracé laser Kevin Heggarty Département d'optique - Telecom Bretagne Colloque Industrie du Futur IMT-Paris 26 novembre 2015

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge Conception de microsystèmes à base d actionneurs en SU8 pour la manipulation de micro-objets en milieu liquide et transfert vers un milieu quasi-sec * * * Annexes Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge soutenue

Plus en détail

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre Anne Anthore 03/12 : Concevoir et réaliser des nanomatériaux 10/12 : Observer les nanomatériaux 17/12 : Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8

Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 Université de Montréal Analyse des processus de dérive lors de la gravure profonde du silicium dans des plasmas SF 6 et C 4 F 8 par Mathieu Fradet Département de physique Faculté des arts et sciences Mémoire

Plus en détail

L actu de la Centrale de

L actu de la Centrale de L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 1 Printemps 2007 Microsystèmes Imageries Nanosciences Enseignement Recherche Valorisation

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Journées J2NO 24-25 mars 2011 L accueil des projets exogènes à l IEMN dans le cadre du réseau RENATECH du CNRS Jean-Luc LORRIAUX Historique du réseaur 2 2000 Audit par un panel d experts d Américains dans

Plus en détail

Fabrication de cellules solaires en Winfab

Fabrication de cellules solaires en Winfab Fabrication de cellules solaires en Winfab Chercheur Logiticien FNRS romain.delamare@uclouvain.be Journée Scientifique des Comices Energie solaire du WARE 23 avril 2012 Sommaire Présentation de l infrastrure

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE Etienne Nowak 12 mars 2015 PRÉSENTATION ETIENNE NOWAK

Plus en détail

L INSTITUT D OPTIQUE - L ECOLE POLYTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES INITIATION A LA MICROTECHNOLOGIE EN SALLE BLANCHE

L INSTITUT D OPTIQUE - L ECOLE POLYTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES INITIATION A LA MICROTECHNOLOGIE EN SALLE BLANCHE L INSTITUT D OPTIQUE - L ECOLE POLYTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES INITIATION A LA MICROTECHNOLOGIE EN SALLE BLANCHE HTELEVESTH MAJEUR ECS Année 2004-2005 1 Le travail proposé dans ce cadre de Travaux pratiques

Plus en détail

Microtechnologies et Electronique (mte)

Microtechnologies et Electronique (mte) RS430.100.15. 1/8 La description de module définit les conditions cadres du déroulement de l enseignement des matières du module. Filière(s) Orientation Public Microtechniques (MIC) Microtechnologies et

Plus en détail

«Modifications topographiques et indicielles de la silice sous faisceau d électrons»

«Modifications topographiques et indicielles de la silice sous faisceau d électrons» IRCOM «Modifications topographiques et indicielles de la silice sous faisceau d électrons» Directeur de thèse : Isabelle Niort Jacques Marcou (OGI : Optique Guidée et intégrée) Co-encadrante : Claire Darraud

Plus en détail

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Initiation à la Microscopie à force atomique - Spécialisation électrique 12 Mars 2008

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Microscopie électronique en

Microscopie électronique en Microscopie électronique en transmission I. Instrument Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et Génie biotechnologique Université de Sherbrooke Nadi.Braidy@USherbrooke.ca 8 mars 2011 Plan I. Instrument

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre Philosophie générale Les deux façons de définir ce qui nous entoure: La vue --- à travers le yeux (lumière) Microscopie optique et électronique

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Nanomatériaux pour le stockage d énergie. Apport dans le domaine des batteries

Nanomatériaux pour le stockage d énergie. Apport dans le domaine des batteries Nanomatériaux pour le stockage d énergie Apport dans le domaine des batteries Batteries : architecture et fonctionnement Electrodes + / - : Matière active: matière active oxydante / réductrice poudre pour

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM)

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) La microscopie électronique en transmission est proche dans son principe de la microscopie optique. Cependant la longueur

Plus en détail

Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques. PFNC - PlateForme NanoCaractérisation

Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques. PFNC - PlateForme NanoCaractérisation Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques - PlateForme NanoCaractérisation O. Lemaire, J.-C. Royer, J.-M. Gerard C. Cayron, P. Bayle-Guillemaud

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

Technologie de pointes. Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel

Technologie de pointes. Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel Technologie de pointes Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel Technologie de pointes NanoWorld AG Headquarters NanoWorld AG, Rue Jaquet Droz 1 2000 Neuchâtel Données de la société Fondée en juin

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Phototraçage massivement parallèle.

Phototraçage massivement parallèle. Phototraçage massivement parallèle. Kevin Heggarty, Estibaliz Gonzalez, Christian Seigel Département d'optique GET/ENST Bretagne Philippe Grosso, Isabelle Hardy Centre Commun Lannionais d'optique Phototraçage

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Analyse des modèles résine pour la correction des effets de proximité en lithographie optique

Analyse des modèles résine pour la correction des effets de proximité en lithographie optique Analyse des modèles résine pour la correction des effets de proximité en lithographie optique Mame Kouna Top To cite this version: Mame Kouna Top. Analyse des modèles résine pour la correction des effets

Plus en détail

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde par Denis Morris Département de physique, Université de Sherbrooke Septembre 2014 Activités de recherche en cours Étude des

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients B. Domengès Journée scientifique annuelle de l Institut de Recherche sur les matériaux avancés 28 juin 2012 - Caen Plan Introduction

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 2: Fabrication des circuits intégrés

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 2: Fabrication des circuits intégrés GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 2: Fabrication des circuits intégrés Contenu du chapitre Introduction à la fabrication des circuits intégrés On verra en gros comment les circuits intégrés sont fabriqués.

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S

Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S Gilles Poupon CEA Grenoble LETI, 17 Rue des Martyrs 38054 Grenoble Cedex 9 Sommaire Les évolutions : - Microélectronique - Contexte - Packaging

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

Jean-François Morin Nanosciences et nanotechnologies CHM Chapitre 4!!!! Modelage chimique et techniques lithographiques

Jean-François Morin Nanosciences et nanotechnologies CHM Chapitre 4!!!! Modelage chimique et techniques lithographiques Chapitre 4!!!! Modelage chimique et techniques lithographiques 1 Le modelage chimique, surtout sur des surfaces, permet la fabrication des microprocesseurs et autres dispositifs essentiels dans le domaine

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

Chimie du solide et de l énergie

Chimie du solide et de l énergie COMMUNIQUÉ Janvier 2014 RenforcerlarechercheenChimiedanslesdomainesdel énergieetdel environnement Jean MarieTARASCONestnommétitulairedelanouvellechaire Chimiedusolideetdel énergie Leçoninaugurale,lejeudi23janvierà18h00

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Pauline Voisin. To cite this version: HAL Id: tel-00180907 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00180907

Pauline Voisin. To cite this version: HAL Id: tel-00180907 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00180907 Lithographie de nouvelle génération par nanoimpression assistée par UV: étude et développement de matériaux et procédés pour l application microélectronique Pauline Voisin To cite this version: Pauline

Plus en détail

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY Stockage de l hydrogène, Piles à combustible Gérald POURCELLY Institut européen des membranes, Institut de chimie du CNRS Directeur du GDR Piles à combustible et systèmes (PACS) Mercredi 27 février 2013,

Plus en détail

STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies

STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies STEREOLITHOGRAPHIE pour les micro- et nano-technologies Serge MONNERET Institut Fresnel Domaine universitaire de Saint-Jérôme, 13397 Marseille Cedex 20 La réaction de photopolymérisation liquide + lumière

Plus en détail

Lift-off double couches : S1813 sur LOR5A, sur EVG150

Lift-off double couches : S1813 sur LOR5A, sur EVG150 Lift-off double couches : S1813 sur LOR5A, sur EVG150 Introduction Un procédé de lift-off double couche avec la résine positive S1813 déposée sur une couche sacrificielle (faite par du LOR5A), a été mis

Plus en détail

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques )

en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) Lentilles (I) en première approximation: lentille mince optique géométrique (plus précisément lentille épaisse: plans principaux, distances focales asymétriques ) En particulier une image de la source

Plus en détail

De l atome au composant électronique

De l atome au composant électronique PHYSIQUE DES MATERIAUX ET DES MICROSTRUCTURES De l atome au composant électronique Y.M. Niquet CEA Grenoble, INAC, SP2M/L_Sim, France Plan Le transistor MOS. Son évolution. Les enjeux pour la simulation.

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté

Plus en détail