Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6 LAboRAToiRE expertises Chimiques & physico- Chimiques Le Laboratoire Expertises Chimiques & Physicochimiques (LECP) caractérise les matériaux, principalement inorganiques, afin de déterminer leur composition chimique et certaines propriétés physico-chimiques. Il analyse aussi bien les solides que les liquides et peut doser la plupart des éléments chimiques jusqu à l état de traces. Ces moyens et compétences sont mis à profit dans de nombreux domaines pour guider le développement et la synthèse de nouveaux matériaux, mais aussi pour appréhender les mécanismes d évolutions, afin de prévoir le vieillissement des matériaux dans le temps. Le Laboratoire a également en charge le suivi de la qualité des effluents liquides et de l eau de l Indre pour le CEA le Ripault et dispose d une accréditation du COFRAC sur le programme (analyses physico-chimiques des eaux). LECP La complémentarité de nos moyens avec ceux des autres laboratoires du pôle de caractérisation des matériaux du CEA/Le Ripault est un atout essentiel pour répondre dans les meilleures conditions à de nombreuses expertises. Collaborations Centres CEa, areva, Faculté de Pharmacie de tours, Ecole des beaux arts de tours, Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2rMF) CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire Expertises Chimiques et Physico-chimiques Tél Fax :

7 ACTIVITés ACTiViTés analyseur atd-atg LEs ExPERTisEs ChiMiquEs & PhysiCo-ChiMiquEs LECP réalise les expertises chimiques et physico-chimiques nécessaires pour caractériser les matériaux, principalement inorganiques, mis en œuvre sur le CEA le Ripault. Les techniques employées sont regroupées en 3 pôles, avec une trentaine de moyens utilisés régulièrement : pôle analyse élémentaire : il regroupe des techniques spectrométriques en solution, avec détection en émission ou en masse (icp-aes, icp-ms) et sur solide (fluorescence x), ainsi que des moyens de dosage des éléments C, h, o, N, s et des halogènes. La mise en oeuvre des différents moyens donne accès au bilan masse des matériaux. pôle thermique : il regroupe les analyseurs thermiques et thermogravimétriques qui permettent de caractériser l évolution de matériaux de 20 à C sous différentes atmosphères. pôle morphologie et propriétés : il regroupe les mesures de surface spécifique, de densité (densité du squelette par picnométrie hélium, densité apparente, densité tassée), de perméabilité et de diffusivité. Matériaux en vieillissement études DE ViEiLLissEMENT DEs MATéRiAux Le Laboratoire réalise des études de compatibilité et de comportement à long terme de matériaux. En plus de ses moyens de caractérisations, il dispose d un parc de 18 enceintes climatiques régulées en température et en hygrométrie relative. Les programmes conduits vont de quelques mois à plusieurs années selon la problématique posée (identification de paramètres potentiellement vieillissant ; détermination de facteurs d accélération éventuels ; suivi au long cours de l évolution des paramètres). Prélèvement d alluvions ANALysEs ENViRoNNEMENTALEs LECP réalise des caractérisations élémentaires sur des matrices environnementales (eaux, alluvions). En particulier, il assure le suivi de la qualité des effluents liquides et de l indre pour le CEA Le Ripault. Cette activité prend en compte l action nationale de recherche et de réduction des Rejets de substances Dangereuses dans les Eaux (RsDE). Le laboratoire a obtenu en 2003 l accréditation par le Comité Français d Accréditation (CoFRAC) pour une partie de ses analyses en laboratoire, à savoir : ph, conductivité, Matières En suspension (MEs), Demande Chimique en oxygène (DCo), dosage d éléments (icp-aes).

8 LAboRAToiRE synthèse & TrANsFOrmATiON Des polymères Les compétences du Laboratoire Synthèse et Transformation des Polymères (LSTP) sont basées sur la recherche et le développement dans le domaine des polymères et des composites. Répondant à un cahier des charges spécifique, il mène toutes les étapes du projet jusqu à la réalisation d objets fonctionnels. Le laboratoire a pour mission de répondre aux besoins de la Direction des Applications Militaires (DAM) dans le cadre des programmes : - dédiés aux cibles laser, aux composants de la dissuasion, à la sécurité globale et de non-prolifération, - du CEA dans le cadre du programme Nouvelles Technologies de l Energie (NTE). LsTP Collaborations le bâtiment «Pôle Polymère Plasturgie Composites» au sein de la plate-forme alhyance innovation permet de développer de nouveaux matériaux, polymères, composites à architectures innovantes et de nouveaux procédés afin de répondre à des spécifications toujours plus exigeantes. Ce travail est rendu possible grâce à la collaboration de nombreux partenaires industriels, académiques à l échelle nationale et/ou internationale. CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire synthèse et Transformation des Polymères Tél Fax :

9 COMPétenCes CoMPéTENCEs CoNCEPTioN & synthèse DE MATéRiAux Au sein du Département Matériaux du CEA, le laboratoire LsTP a développé des compétences uniques dans le domaine de la chimie organique et de la chimie organométallique en condition inerte. L équipe intervient dans : - la conception et l ingénierie de nouvelles molécules fonctionnalisées, - la synthèse de matériaux polymères et composites innovants à structures et/ou propriétés spécifiques, - la fonctionnalisation (synthèse de matériaux ou charges hybrides organiques/ inorganiques) et le greffage chimique (chimie de surface / interface). FoRMuLATioN & élaboration DE PRoCéDés Le laboratoire possède des compétences fortes en formulation de polymères organiques ou composites (colles, joints, mousses chargées ou non...) et de composés organiques pour électrolytes (à base de solvants / liquides ioniques). Le domaine de la mise en œuvre, de la transformation de matériaux par différents procédés (réactifs ou non), est également dans le cœur de métier du laboratoire ; citons entre autres : le rotomoulage réactif, l extrusion (classique ou réactive), l enduction (continu ou non), la compression à chaud (convection et induction), l enroulement filamentaire,... Le programme NTe, auquel le laboratoire contribue fortement depuis plusieurs années, fait notamment appel à toutes ces technologies de mise en œuvre. Dans ce cadre, la R&D, menée au sein du laboratoire, concerne : - les composants pour cœur de piles à combustible - type PEMFC* : plaques bipolaires, membranes échangeuses de protons, catalyseurs, assemblage membrane-électrode, - les réservoirs de stockage de l hydrogène - et les électrolytes pour batteries Lithium-ion et supercapacités. PRoToTyPEs & CARACTéRisATioNs LsTP dispose du savoir-faire et des moyens qui permettent la validation des solutions techniques développées (innovation en chimie, nouveaux matériaux, nouveaux procédés...). Pour cela nous maitrisons l ensemble du processus amont - aval de conception, fabrication et des tests de validations sur prototypes instrumentés dans les domaines des cellules élémentaires pour pile à combustible PEMFC, des réservoirs composites hyperbares et des piles boutons pour accumulateur lithium-ion. Les moyens de caractérisations significatifs associés aux thématiques traitées sont : - des bancs d essais en pile à combustible pour qualifier les composants de PEMFC, - un banc de test hydraulique 3000 bar pour valider les pressions d épreuve et de rupture des réservoirs hyperbares, - des moyens d étude des performances électrochimiques à court et long terme, et en température des électrolytes lithium-ion en pile bouton. La plupart de ces moyens sont actuellement regroupés sur le Pôle Polymères Plasturgie et Composites de la zone Alhyance. Ce plateau technique est un élément fédérateur pour la conduite de projets de recherche collaborative et constitue aussi pour les entreprises partenaires une plateforme de transfert de technologies performante. * Proton Exchange Membrane Fuel Cell

10 LAboRAToiRE CérAmiques & COmpOsANTs AvANCés Le laboratoire Céramiques & Composants Avancés (LCCA) est spécialisé dans la synthèse et la mise en forme de matériaux céramiques et composites de structures et propriétés très diverses.. Nous prenons en charge les problématiques de développement depuis le cahier des charges, la formulation/synthèse en laboratoire jusqu à la mise en forme à échelle industrielle. LCCA Le laboratoire dispose de moyens et de compétences organisés autour de cinq grands pôles d activités : - les céramiques industrielles, - les composites hautes températures et matériaux à base de carbone, - les aérogels mousses ultralégères, - la croissance des cristaux, - les piles à combustible et les piles thermiques. Une partie des activités du Laboratoire a un caractère dual qui permet de contribuer aux Nouvelles Technologies pour l énergie (production d hydrogène et solaire thermodynamique). CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire Céramiques et Composants Avancés Tél Fax :

11 ACTIVITés ACTiViTés LEs CéRAMiquEs industrielles Afin de répondre aux besoins souvent très spécifiquement aux cahiers des charges, le Laboratoire Céramiques et Composants Avancés possède les compétences et moyens permettant de maîtriser et d optimiser toutes les étapes d élaboration des céramiques : - réaction et précipitation de poudres par chimie douce, - préparation des poudres (mélange, broyage, tamisage), - mise en forme (pressage, coulage en bande, sérigraphie...), - traitements thermiques (frittage), - finition : usinage, polissage,... Céramique densifiée Unité de caléfaction LEs CoMPosiTEs hautes TEMPéRATuREs & MATéRiAux à base DE CARboNE L expérience du Laboratoire dans le domaine des composites a été constituée sur plus d une décennie. La connaissance des composites C/C et sic/sic résistants à de très hautes températures permet de répondre avec une grande réactivité aux besoins de nouveaux matériaux. aérogel LEs AéRogELs - MoussEs ultralégères LCCA met au point des aérogels organiques et inorganiques (sio 2, Ta 2 o 5,...) de très faible masse volumique élaborés par chimie du sol-gel. L extraction des solvants par séchage supercritique fait partie des compétences maîtrisées dans cette thématique. Cristal LA CRoissANCE DEs CRisTAux Le Laboratoire Céramiques et Composants Avancés constitue actuellement une compétence dans le domaine de la croissance des cristaux de grande dimension. La conversion de fréquence des lasers de puissance est la principale application visée. Cellules électrochimiques LEs PiLEs à CoMbusTibLE & LEs PiLEs ThERMiquEs Les compétences du Laboratoire en électrochimie et en céramique ont permis de mener à bien le développement de cellules électrochimiques pour des applications de piles à combustible de production d hydrogène par électrolyse à haute température de la vapeur d eau.

12 LAboRAToiRE DE projection Thermique La projection thermique est un procédé de traitement de surface dédié à la réalisation de dépôts épais métalliques, céramiques ou composites pour l amélioration des performances de pièces en service. La projection plasma est basée sur l accélération et la fusion de la matière sous forme pulvérulente au cœur d un jet de gaz ionisé à haute vitesse (1 000 à m/s) et haute température ( C). Les propriétés recherchées sont par exemple l isolation thermique ou électrique, la résistance à l usure et au frottement, la protection contre la corrosion ou des fonctionnalités chimiques de surface. LPTh La transversalité des compétences acquises au sein du laboratoire de projection thermique lui permet d appréhender les besoins de revêtements, exprimés sous forme de cahier des charges, depuis la recherche et développement amont jusqu à la réalisation de prototype échelle 1. Collaborations Directions du CEa, universités françaises (limoges, orléans, bordeaux, belfort-montbéliard), écoles des Mines de Paris, universités étrangères (sherbrooke- Canada, ifkb-stuttgart-allemagne)... CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire de Projection Thermique Tél Fax :

13 ACTIVITés ACTiViTés DEs REVêTEMENTs FoNCTioNNELs Le laboratoire possède un savoir-faire reconnu dans le développement de revêtements multifonctionnels à microstructure multi échelle. Les procédés sont adaptés à la réalisation de dépôts nanométriques ou composites avec, par exemple, des revêtements à double gradient de composition et porosité. Les matériaux que nous pouvons mettre en œuvre par projection plasma sont principalement les céramiques oxydes, les carbures, les borures et les métaux. Matériau à gradient de composition 0 mm 25 mm 50 mm 75 mm 100 mm MoDéLisATioN MéTRoLogiE Le laboratoire a mis en place une approche combinée de métrologie (mesure de vitesse et de température) et de modélisation des procédés (écoulements, construction des dépôts,...). Ces outils constituent une aide précieuse pour la définition des dépôts et la prédiction de leurs propriétés. << interaction plasma - particule liquide DEs PRoCéDés ADAPTés Le laboratoire dispose d un large éventail de procédés de projection adaptés selon le type de matériau envisagé et les propriétés attendues pour le revêtement (APs, ips, VPs, Cold spray, hvof). un fort savoir-faire a été acquis dans la mise en oeuvre de revêtements nanostructurés par projection plasma de poudres nanométriques en suspension. Enceinte de projection industrialisation L industrialisation du procédé consiste à adapter les conditions de projection à la réalisation en série de pièces complexes et/ou de grandes dimensions imposant une parfaite maîtrise de la température obtenue par refroidissement cryogénique et le recours à une robotisation avancée pour le contrôle des épaisseurs. 1,5 m alliage métallique sur tube tuile en b4c PLAsMA FoRMAgE Le laboratoire a développé une grande expérience dans la réalisation de pièces auto structurées, dites plasma formées, directement utilisables sans étape additionnelle d usinage.

14 LAboRAToiRE D études & D AppLiCATiONs Des TeChNOLOGies De la recherche en laboratoire au processus industriel Les matériaux développés au sein de notre Département présentent des caractéristiques physicochimiques uniques qui permettent d atteindre des spécifications fonctionnelles sévères. En aval de la recherche du matériau, le passage de l échelle du laboratoire à sa mise en oeuvre industrielle doit s effectuer en conservant toutes les performances du matériau et ce, en intégrant les contraintes liées aux facteurs d échelle et aux procédés. LEAT La mission principale du laboratoire est d industrialiser la mise en oeuvre de matériaux, qu ils soient organiques ou minéraux, afin de les intégrer à une structure pour lui donner les propriétés requises. Le développement technologique du procédé industriel et l identification des facteurs d influence du processus assurent la qualité et la reproductibilité des matériaux utilisés pour la fabrication en série. CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire d études et d Applications des Technologies Tél Fax :

15 ACTIVITés ACTiViTés L industrialisation d un produit en vue de sa production en série est le fruit de la synergie entre différents métiers et compétences autour d un objectif commun : la garantie de la conformité des produits fabriqués en respectant les critères économiques et calendaires spécifiés. simulation numérique d un comportement mécanique CoNCEPTioN & FAbRiCATioN AssisTéE PAR ordinateur La CFAo comprend l ensemble des logiciels et des techniques de modélisation géométrique permettant de concevoir, de tester virtuellement et de réaliser des produits manufacturés et les outils pour les fabriquer. C est un moyen d aide, non seulement à la création de pièces mécaniques ou à la mise en oeuvre de leur fabrication, mais aussi à la simulation de leur comportement, et donc à la validation des solutions retenues. Usinage de matière étalonnage d un palpeur de contrôle dimensionnel avec une cale étalon industrialisation & FAbRiCATioN EN série La phase d industrialisation est basée sur la réalisation de prototypes permettant de vérifier l adéquation entre les spécifications exigées du produit et l outil industriel. Elle comprend une analyse de paramètres procédés afin de garantir la maîtrise de leurs dispersions potentielles et d aboutir à la mise au point des gammes industrielles. Le laboratoire possède des compétences dans des domaines variés d élaboration de matériaux (céramiques, polymères,...), mais également dans des moyens de mise en forme (usinage, projection pneumatique de peintures,...) et d assemblage (collage mécanique ou chimique, technique d injection). Projection pneumatique de peintures à propriétés spécifiques par un robot automatisé CoNTRÔLE & qualité Le contrôle des produits réalisés est assuré par un certain nombre de contrôles physico-chimiques et dimensionnels des matériaux. Ces derniers sont réalisés au Laboratoire par des machines à mesurer tridimensionnelles qui possèdent des précisions de mesure de l ordre de quelques micromètres. La conformité des produits est garantie via le suivi et l analyse du moindre écart (outils, matières, contrôles,...) par rapport à l état de référence de la qualification industrielle (certification iso 9001).

16 LAboRAToiRE microstructure & COmpOrTemeNT Les systèmes aéronautiques et spatiaux sont composés de matériaux de haute technologie soumis à des environnements et des sollicitations très sévères. Le laboratoire caractérise le comportement thermique et mécanique de ces matériaux dans des conditions extrêmes de température et de pression. Les matériaux polymères, céramiques et composites carbonés, dits «thermo-structuraux», se composent de multiples constituants de nature et forme variables. Leur stabilité dépend des nombreuses contraintes qu ils subissent. Les mesures physiques sont associées à l observation des microstructures. Elle apporte l organisation de la matière initiale, souvent très hétérogène, et son évolution en condition d emploi. LMC La spécificité du laboratoire est d avoir regroupé dans un même lieu des moyens techniques, numériques et des compétences scientifiques dans le but de comprendre les matériaux actuels et concevoir ceux de demain. Nous faisons le lien entre la microstructure et le comportement physique des matériaux par une synergie entre caractérisation et modélisation. CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire Microstructure et Comportement Tél Fax :

17 ACTIVITés ACTiViTés observer & NuMéRisER LEs MiCRosTRuCTuREs La morphologie et la composition chimique des matériaux peuvent être décrites du nanomètre au centimètre en utilisant successivement différentes techniques : les microscopes optiques, électroniques à balayage ou en transmission, la microsonde de Castaing, la topographie x et les tomographies à haute résolution. La structure atomique peut, quant à elle, être étudiée par diffraction des rayons x ou des électrons l ensemble de ces techniques est disponible et maitrisé au sein du laboratoire. à partir de ces observations, nous développons des outils de reconstruction à différentes échelles pour visualiser les microstructures en 3D. il est alors possible d isoler les différents constituants et d en connaître leur organisation, afin de mieux définir la microstructure du matériau. Composite à fibres de silice et matrice polymère - Micrographie électronique en 2D et sa reconstruction numérique en 3D Modélisation du transfert de chaleur T normalisée simuler LE CoMPoRTEMENT à partir des microstructures, nous pouvons déterminer les propriétés des matériaux. Le calcul des performances est mené au moyen d expériences numériques. Par exemple, à partir de la tomographie x (scanner) d une mousse de carbone et la connaissance des propriétés de ses constituants, nous évaluons les propriétés thermiques effectives par calcul du transfert de chaleur. En faisant varier la microstructure numérique, nous pourrons évaluer l influence d un procédé de fabrication. La même expérience numérique peut être menée en mécanique par compression d un matériau alvéolaire pour déterminer sa rigidité. étude des matériaux des corps de rentrée atmosphérique traction dynamique d un silicone Diffraction des rayons X sur poudre CARACTéRisER LE CoMPoRTEMENT La modélisation des matériaux hétérogènes nécessite de connaître les caractéristiques à l échelle locale (µm). Elles constituent une donnée d entrée des calculs. Nous avons acquis les moyens permettant de mesurer les propriétés thermiques de constituants comme la conductivité : c est la microscopie photothermique. Nous développons aussi les mesures mécaniques à faible échelle : c est la micro et nano-indentation. La validation du comportement des matériaux nécessite une comparaison de la modélisation avec les mesures physiques. Au cours de ces dix dernières années, LMC a investi dans le domaine de la mesure thermique et mécanique. Les propriétés macroscopiques de -100 à C sont déterminées sur une gamme de sollicitations très variables. Des bancs d essais spécifiques d une précision accrue donnent accès aux sollicitations dynamiques sur matériaux souples et à la dilatation thermique des matériaux de fines épaisseurs.

18 LAboRAToiRE DEs matériaux magnétiques & OpTiques Le Laboratoire des Matériaux Magnétiques et Optiques (LMMO) est un laboratoire de Recherche et Développement dont les missions sont la conception et l élaboration de matériaux, sous forme de couches minces ou de composites, aux propriétés électromagnétiques et optiques adaptées aux programmes de la Direction des Applications Militaires (DAM). Laboratoire d expertise en électromagnétisme, LMMO conçoit et développe l ensemble de ces matériaux en maîtrisant les caractéristiques physico-chimiques gouvernant l absorption, la réflexion et la transmission des ondes électromagnétiques. Il valorise aussi ses compétences et son savoir-faire par des partenariats et des réalisations avec des industriels de l énergie ou de la défense. LMMo Parallèlement, LMMO oeuvre pour la diffusion des connaissances en signant régulièrement des articles à l échelle internationale et en organisant des rencontres scientifiques : le congrès Louis Néel, (évènement phare de la communauté du magnétisme) à Tours en 2013 par exemple. Collaborations Universités, organismes étatiques et industriels de la Défense. CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire des Matériaux Magnétiques et optiques Tél Fax :

19 ACTIVITés ACTiViTés CoNCEPTioN L ingénierie des propriétés optiques, magnétiques ou hyperfréquences est réalisée en prenant en compte les aspects morphologiques et la composition des matériaux. élaboration Les moyens de mise en œuvre permettent de réaliser des pièces allant de l échantillon jusqu au prototype de démonstration. Le laboratoire dispose de : - 4 bâtis de dépôt de couches minces par évaporation ou pulvérisation, permettant de revêtir des substrats rigides ou des films souples au déroulé. - un four pour la réalisation d alliages métalliques, - une installation d élaboration de micro-fils ferromagnétiques - des installations de projection pneumatique (manuelle et robotisée) - des installations spécifiques de bobinage et de découpe à différentes échelles. CARACTéRisATioN Le LMMo réalise des caractérisations optiques, magnétiques et hyperfréquences pour les besoins propres aux programmes de la DAM (spectrophotométrie, ellipsométrie, microscopie à effet Kerr, spectrométrie par résonance magnétique, perméamètre, magnétomètre,...). Le laboratoire développe aussi des moyens spécifiques pour caractériser les matériaux innovants (mesures en spire, mesures en espace libre, etc). MoDéLisATioN Par le retour d expérience, la modélisation permet, à partir de lois de comportement et de codes de calculs, de prédire et d optimiser les propriétés des matériaux développés.

20 LAboRAToiRE sol-gel & simulation Depuis plus de 20 ans, la mission du Laboratoire Sol-gel et Simulation (LSGS) est de concevoir, élaborer et processer des matériaux céramiques, composites ou hybrides organiques-inorganiques par un procédé chimique nommé «sol-gel». Le couplage de cette chimie douce avec des techniques d application de couches minces (trempage-retrait, enduction centrifuge, enduction laminaire) constitue le cœur de l activité du LSGS. Récemment, de nouvelles techniques de mise en œuvre localisées (jet d encre, spray ou électrospinning) contribuent à proposer de nouveaux designs de revêtements texturés multi-fonctionnels. Le savoir-faire s appuie aussi sur les caractérisations physico chimiques des solutions traitantes et des propriétés physiques des revêtements. Les domaines d application sont pluridisciplinaires. Ils vont de l optique, aux Nouvelles Technologies pour l énergie, en passant par la microélectronique, la protection contre l oxydation, l humidité, et même la détection pour la lutte contre le terrorisme. Lsgs Pour réaliser ces projets, LSGS possède plus de 450 m² de salle blanche de classe à 100 (ISO 5 à 8). Collaborations Directions du CEa, universités françaises (tours, Paris Vi, bordeaux, nantes, Pau), Collèges de France, industriels de l optique, de l aéronautique et de la microélectronique. CONTACT : CEA Le Ripault - Département Matériaux Laboratoire sol-gel et simulation Tél Fax :

21 ACTIVITés ACTiViTés DEs MATéRiAux MuLTiFoNCTioNNELs Le Laboratoire sol-gel et simulation se distingue par un savoir-faire reconnu dans l élaboration de couches minces à base de nanomatériaux réalisés par procédé solgel. Cette chimie douce permet d associer la richesse du monde organique à celui du minéral, en maîtrisant l échelle de la molécule sur des surfaces de plusieurs m 2. CouChEs MiNCEs & PRoCéDés Le laboratoire dispose de 450 m 2 de salle blanche où sont installées plusieurs techniques de dépôt par voie liquide (trempage retrait, enduction centrifuge, enduction laminaire, jet d encre, spray ou electrospinning). La maîtrise du couplage chimie/procédé conduit le laboratoire à revêtir des objets finis et à accompagner les industriels pour qu ils implantent cette technologie dans leur atelier de production. MoDéLisATioN & MéTRoLogiE La validation des propriétés et la compréhension des phénomènes physiques et chimiques (endommagement laser, propriétés mécaniques, optiques...), sont au cœur des études menées au laboratoire au travers de la métrologie et de la modélisation. DEs DoMAiNEs D ACTiViTés VARiés La versatilité des développements sol-gel permet d adresser des domaines multiples comme : - les lasers de puissance ou le solaire avec les antireflets et les revêtements réfléchissants (miroir), - les piles à combustible avec des matériaux céramiques, - la détection et les capteurs avec les matériaux luminescents, - la microélectronique et le médical avec les matériaux piézoélectriques, - la protection contre la corrosion d objets de grandes dimensions à géométrie complexe, tels que les réflecteurs du laser pétawatt PETAL.

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

CORAC : Appels à partenariat Propulsion

CORAC : Appels à partenariat Propulsion 1 CORAC : Appels à partenariat Propulsion Appel à partenariat AIRBUS pour le projet P12 EPICE Contexte du projet P12 Périmètre: Système Propulsif en général, moteur, nacelle, mât réacteur (configuration

Plus en détail

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande Le stockage reste le point faible de la filière énergétique. Il fait l objet, sous ses différents aspects, de travaux de recherche et

Plus en détail

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS centres r&d usines mécaniques usines terminales Pour vos centres R & D SYSTÈMES D ESSAIS HYDRAULIQUES, AÉRAULIQUES ET MÉCANIQUES Nos systèmes permettent la

Plus en détail

INtelligence En VAlidation :

INtelligence En VAlidation : INtelligence En VAlidation : Simplifiez-vous la Validation. www.ineva.fr Siège social: 14 rue du Girlenhirsch 67400 Illkirch France SAS au capital de 370 000 Euros RCS Strasbourg TI 799 828 462 APE 7112B

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

MECATRONIC Connection 2008

MECATRONIC Connection 2008 MECATRONIC Connection 2008 26 et 27 novembre 2008 AIX LES BAINS (Casino Grand Cercle) Les journées d affaires de la Mécatronique. Extrait des demandes exprimées par les donneurs d ordres inscrits à MECATRONIC

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

À propos de Phenix Systems

À propos de Phenix Systems À propos de Phenix Systems L innovation, les délais de mise au point et de fabrication, la recherche d économies d énergie, de matières et de coûts, la qualité et la flexibilité constituent aujourd hui

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Experts & partenaires pour une offre globale haute performance

Experts & partenaires pour une offre globale haute performance Experts & partenaires pour une offre globale haute performance MONT-BLANC MEDICAL INDUSTRIES MÉTIERS & COMPÉTENCES DES ENTREPRISES EXPERTES RÉUNIES POUR UNE OFFRE GLOBALE DÉDIÉE AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS

Plus en détail

«SERVICES D INGENIERIE»

«SERVICES D INGENIERIE» PUNCH POWERGLIDE STRASBOURG 45 années d expériences Le pôle R & D de PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement,

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

sarking Écran d isolation thermique pour toitures inclinées ISOLER EFFICACEMENT www.enertherm.eu

sarking Écran d isolation thermique pour toitures inclinées ISOLER EFFICACEMENT www.enertherm.eu sarking Écran d isolation thermique pour toitures inclinées ISOLER EFFICACEMENT www.enertherm.eu (Post)isolation de toitures inclinées Une toiture mal isolée peut représenter jusqu à 30% de la déperdition

Plus en détail

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader.

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Nos solutions d ingénierie en PTFE : elles montrent la voie. Vaste et complète : notre gamme

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE

LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE LE GROUPE THERMI-LYON TRAITEMENTS THERMIQUES ET REVÊTEMENTS MÉTALLIQUES SOUS VIDE THERMI-LYON, le pionnier technique : une expertise fondée sur une histoire 1960 : Traitements en bains de sels et induction

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX UNIVERSITE PAUL SABATIER Année Universitaire 2015 2016 Licence Professionnelle Traitement et Contrôle des Matériaux Bat. CIRIMAT 118, Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 04 Tél : 05 61 55 77 51 05 61

Plus en détail

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES CONGRÈS MATÉRIAUX 2014 Colloque 6 «Corrosion, vieillissement, durabilité, endommagement» LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES Une méthode non destructive pour contrôler le vieillissement et l endommagement

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT Enjeux et objectifs du projet 1 Réduire les pressions environnementales et les risques potentiels pour la santé des opérateurs ainsi que la pénibilité des tâches Visé 20 à 30% de réduction d énergie, produits

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Les défis d aujourd hui: Les nouveaux substrats Revêtir et préserver Fonctionnaliser

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation > Les nuances de carbure à grain ultra-fin se caractérisent par une dureté très élevée et une excellente résistance à l usure. Elles sont utilisées à la fabrication d outils de fraisage et de forets pour

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Conception et Intégration de Systèmes Critiques

Conception et Intégration de Systèmes Critiques Conception et Intégration de Systèmes Critiques 15 12 18 Non 50 et S initier aux méthodes le développement de projet (plan de développement, intégration, gestion de configuration, agilité) Criticité temporelle

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Energies solaires et éoliennes

Energies solaires et éoliennes Energies solaires et éoliennes Les solutions d assemblage et d étanchéité Des solutions colles et mastics adaptées à vos besoins Sommaire Modules photovoltaïques 4-8 Collecteurs 9 Concentrateurs solaires

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

H1506 - Intervention technique qualité en mécanique et travail des métaux

H1506 - Intervention technique qualité en mécanique et travail des métaux Appellations Agent / Agente de contrôle destructif en mécanique et travail des métaux Contrôleur-vérificateur / Contrôleuse-vérificatrice en mécanique Agent / Agente de contrôle non destructif en mécanique

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013 La Plateforme GALA Un projet régional structurant CPER 2007-2013 avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique Labellisé en avril 2009 Plateforme GALA : quel rôle? Principe

Plus en détail

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles JOINTS TEXTILES TECHNIQUES COMPENSATEURS ISOLATIONS NOUVEAUX MATERIAUX Vos exigences... sécurité accrue meilleure résistance à la température

Plus en détail

Silicalloy Concept. Comment une solution chrome-free élaborée en laboratoire conduit à renforcer l activité économique en région wallonne. S.

Silicalloy Concept. Comment une solution chrome-free élaborée en laboratoire conduit à renforcer l activité économique en région wallonne. S. Silicalloy Concept Comment une solution chrome-free élaborée en laboratoire conduit à renforcer l activité économique en région wallonne S. Le Craz Avec le soutien financier de la Région wallonne 1 Projet

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 Base de données Utilisateur Principe général

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure Traçabilité de la puissance RF à Le présent article, émanant de l institut national de métrologie allemand (Physikalisch-Technische Bundesanstalt PTB), montre comment la mesure «Puissance haute fréquence»,

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES

SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES NETTOYAGE EFFICACE DES PIECES MECANIQUES DE PRECISION

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques à l'incinérateur Mars 2010 Travaux publics Gestion des matières résiduelles CONTENU DE LA PRÉSENTATION 1. L incinérateur 2. Obligations

Plus en détail

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs Les accidents qui touchent les mains sont la première cause d accidents avec arrêt de tra- tuer tous les gestes de notre quotidien et sont également un outil essentiel dans notre travail. Préservons-les,

Plus en détail

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Bert Juliette Ingénieur R&D juliette.bert@danielson-eng.fr 24 janvier 2013 SOMMAIRE Présentation Danielson Engineering de l

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK Des traitements thermiques de matériaux lithiques du paléolithique destinés à faciliter leur taille, aux prétraitements adaptés à leur usage en stockage thermique haute température. Contexte «Stockage»

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

La solution céramique

La solution céramique octobre 2010 LES ATOUTS DE LA SOLUTION CERAMIQUE Confort Acoustique Conductibilité thermique Economie Coût global Introduction Les planchers chauffants connaissent depuis quelques années un fort développement.

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

*V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES

*V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES *V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES La physique et la chimie ont depuis longtemps étudié et manipulé des objets de taille nanométrique. La nouveauté consiste à contrôler et à organiser directement la

Plus en détail

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles

Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Don t let the market leave without you Our know-how makes your success Les Fibres naturelles pour les architectes - La réaction au feu des matériaux à base de fibres naturelles Mardi 27 Mai 2014 - Namur

Plus en détail

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests Notice Produit Edition 09.2012 Identification no4794 Version no. 2012-208 Sarnavap 5000E SA Pare-vapeur Description du produit Sarnavap 5000E SA est un pare-vapeur auto-adhésif pour système en adhérence

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail