La plate-forme Caractérisation CIM PACA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La plate-forme Caractérisation CIM PACA"

Transcription

1 La plate-forme Caractérisation CIM PACA Un partenaire de choix pour la caractérisation chimique de vos matériaux Partenaires:

2 Qui sommes-nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA est une association «loi 1901» dont les Statuts ont été déposés en La plate-forme est localisée sur la zone industrielle de ROUSSET (13790) dans les Bouches-du-Rhône (France). Ses membres sont: des grands industriels (fabricants de semi-conducteurs au niveau mondial) des PME (spécialistes en analyse de surface, en implantation ionique, dans le photovoltaïque, dans le test et l analyse de défaillance de circuits intégrés) l Université Paul Cézanne agissant en son nom propre et pour le compte des laboratoires publics de la région PACA Les activités de la plate-forme sont gérées par un Comité Opérationnel constitué de représentants des membres fondateurs de l association.

3 Pourquoi travailler avec nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA constitue un lieu unique en Europe capable d offrir une complémentarité d expertises: aussi bien en analyse physico-chimique des matériaux qu en analyse de défaillance sur des problématiques touchant des domaines d activité variés (semi-conducteur, photovoltaïque, spatial, etc...) La plate-forme apporte un support analytique efficace à la caractérisation et à la modélisation de procédés, à la résolution de problèmes de défectivité ou de défaillance. Les équipements utilisés sont de dernière génération ; ils sont opérés par des experts. Notre approche: Prendre en compte une problématique dans son ensemble et y apporter une solution globale La plate-forme bénéficie d un agrément au titre du Crédit Impôt Recherche (CIR): en conséquence, les travaux de R&D peuvent être pris en compte dans le cadre du crédit d impôt recherche

4 Notre offre principale La plate-forme Caractérisation CIMPACA assure notamment des prestations de service complètes dans le domaine de la caractérisation chimique des matériaux (avec fourniture d un rapport d analyse détaillé) Elle est capable de répondre à la plupart des demandes grâce à la maîtrise de quatre techniques de micro-analyse complémentaires entre elles (voir page suivante): D-SIMS ToF-SIMS Micro-XPS (ESCA) Nano-AES (Auger) Contacts Vincent GOUBIER Directeur Bureau: +33 (0) Mobile: +33 (0) Catherine GROSJEAN Expert micro-analyse Bureau: +33 (0)

5 Les complémentarités entre D-SIMS, ToF-SIMS, Micro-XPS et Nano-AES Type d analyse Type d information fournie Profondeur d analyse Possibilité d abrasion ionique pour réalisation de profil Type de résultats Limite de détection D-SIMS ToF-SIMS Micro-XPS Nano-AES Elémentaire Quantitative (avec étalon) Profil de distribution en profondeur d un dopant De quelques nm à plusieurs µm Oui (Césium, Oxygène) Profil de distribution en profondeur Du ppm au ppb (selon les éléments) Moléculaire et élémentaire Semi-quantitative (avec référence) Identification moléculaire et élémentaire + Semi-quantification des ions de masse allant jusqu à uma 0.2/0.5nm Quelques centaines de nm en mode profil Oui (Césium, Oxygène) Microanalyse, imagerie chimique, profils de distribution en profondeur Du ppm au ppb (selon les éléments) Résolution spatiale 10µm * 10µm 0.1µm Résolution chimique Haute résolution en masse (sépare SiH de P) Haute résolution en masse >10000 Elémentaire (tous éléments sauf H) Semi-quantitative Composition atomique de la surface + Proportion relative des différents états chimiques pour chaque élément (degré d oxydation, etc...) 2 à 8nm Quelques centaines de nm en mode profil Oui (Argon) Microanalyse, imagerie chimique, profils de distribution en profondeur, analyse angulaire (profil non destructif) sur qq nm Elémentaire Semi-quantitative Composition atomique de la surface + Identification de l état chimique de certains éléments (oxydé, métallique, etc...) 0.5 à 5nm Quelques centaines de nm en mode profil Oui (Argon) Microanalyse, line scan, imagerie chimique, profils de distribution en profondeur 1% atomique 0.5 à 1% atomique 3µm en imagerie 10µm en microanalyse Résolution en énergie 0.48 ev (FWHM Ag3d5/2) Quelques dizaines de nm (taille de sonde 8nm) Résolution en énergie 2 ev (pic à pic) Neutralisation des charges (pour matériau isolant) Possible Oui Oui Oui Taille de l échantillon Quelques mm2 Quelques cm2 Quelques cm2 Quelques cm2 Mesure destructive Oui Non (si pas de profil) Non (si pas de profil) Non (si pas de profil)

6 Exemples d applications Avec la technique D-SIMS Analyse des semi-conducteurs (distribution de dopants, de contaminants ou d éléments majoritaires dans différents matériaux comme Si, poly-si, SiO2, SiON, ONO, FSG, BPSG, SOI, SiGeC, NiSi, SiC, MnGe, multicouches métalliques, etc...) Calibration des simulateurs de procédé Caractérisation de jonctions ultrafines (Ultra Shallow Junctions) Avec la technique ToF-SIMS Analyse moléculaire et élémentaire de surface Recherche en parallèle de tous les ions présents (identification d éléments non connus avec une grande sensibilité) Détermination de structures moléculaires de polymères Analyse d isolants et de matériaux fragiles (technique d ionisation douce) Analyse de multicouches (cellule photovoltaïque, miroir de télescope, etc...) En cas de délamination de couches, recherche de contaminants à l interface Avec la technique Micro-XPS Analyse des états chimiques de surface (passivation, résidus de nettoyage, etc...) Analyse d isolants (pas d effet de charge) Analyse de matériaux fragiles (poudre, etc...) Mesure non destructive d épaisseur de films minces inférieures à 10nm Avec la technique Nano-AES Analyse de pads (analyse de la contamination en surface et en profondeur) Caractérisation de défauts submicroniques (particule, filament, tâche, etc...), Analyse de micro-sections préparées par FIB (pas d effet d ombrage grâce à l utilisation d un analyseur coaxial, possibilité de préparation FIB sur la plate-forme)

7 [atm/cm3] [atom/cm3] Exemples de délivrables en D-SIMS [atom/cm3] 1.E+22 1.E+21 Cameca IMS 7F multi delta de bore dans Si 02+ energie d'impact 500eV, fuite à oxygène Mise en évidence de la qualité de résolution en profondeur de notre équipement sur des multi-deltas de bore (voir ci-contre) 1.E+20 1.E+19 1.E [nm] Calibration des simulateurs de procédé: superposition de profils d arsenic et profils simulés 1.E+22 1.E+21 1.E+20 1.E+19 1.E+18 As 3keV 1.4e15 atm/cm² in Si As profiles acquired with 2 different angles and Sentorus Process simulations As 68.5 As 45.6 TAURUS CTRIM ANALYTIC Jonctions ultrafines: overlay de profils de bore avec et sans recuit 1.E+23 1.E+22 1.E+21 1.E+20 1.E+19 1.E+18 1.E+17 Cameca IMS 7f, Overlay des profils Bore [B], Slot 1 [B], Slot 2 [B], Slot 3 [B], Slot 4 [B], Slot 5 [B], Slot 6 [B], Slot 7 [B], Slot 8 1.E+17 1.E+16 1.E+16 1.E [nm] 1.E [nm]

8 Exemples de délivrables en ToF-SIMS Intensity [counts] Pad alu n ayant pas été en contact avec une bande adhésive Pad alu n ayant pas été en contact avec une bande adhésive Pad alu ayant été en contact avec l adhésif n R1 Pad alu ayant été en contact avec l adhésif n C1 Al Si C2H3 C3H5 C3H7O C2H5 C3H7 C4H9 CH3O C2H5O C4H7 C8H12N Analyse comparative de surface de pads alu ayant été en contact ou non avec une bande adhésive l analyse élémentaire et moléculaire pour les masses entre 10 et 100 met en évidence des différences majeures (voir ci-contre) Profils en profondeur acquis en parallèle sur différentes espèces Pad alu ayant été en contact avec l adhésif n C2 Délamination d une boule de bonding mise en évidence des éléments Na, Cl, K et F à l interface Substance Mass Color Al Si Ti Cr Fe Ni SiO Cu Si2N Depth / nm

9 CPS Exemples de délivrables en Micro-XPS CPS Relative compositions Profil de distribution en profondeur des différents états chimiques du silicium dans un échantillon (profils réalisés par analyse angulaire - AR-XPS) _slot24.vms : Ti 2p/8 Exp Variable 0 d Pass Energy: 20 W.F.: -4.8 Total Acquisition Time (mins) (298.5 (ms) x 5 x 403) Acquired On: 2009/12/ 9 19:30:0 Source: Mono(Al (Mono)) (225 W) x 10 2 Caractérisation des différents états chimiques du titane à la surface de 2 échantillons ayant eu un nettoyage différent les proportions relatives sont sensiblement différentes entre les 2 échantillons _slot25.vms : Ti 2p/7 Exp Variable 0 d Pass Energy: 20 W.F.: -4.8 Total Acquisition Time (mins) (298.5 (ms) x 5 x 403) Acquired On: 2009/12/ 9 20:47:29 Source: Mono(Al (Mono)) (225 W) x TiOxFy % TiO2 % TiN % Name Ti 2p 3/2 TiN Ti 2p 3/2 TiO2 Pos At% T i 2p 3/2 TiO2 T i 2p 3/2 TiN Name Ti 2p 3/2 TiOxFy Ti 2p 3/2 TiN Ti 2p 3/2 TiO2 Pos At% T i 2p 3/2 TiOxFy T i 2p 3/2 TiN 40 T i 2p 1/2 TiN T i 2p 1/2 TiO T i 2p 1/2 TiOxFy T i 2p 1/2 TiO2 T i 2p 1/2 TiN T i 2p 3/2 TiO Binding Energy (ev) CIMPACA - Characterization Platform Binding Energy (ev) CIMPACA - Characterization Platform 0.0 slot 24 slot 25 slot 24 slot 25

10 Exemples de délivrables en Nano-AES Intensity Intensity Intensity Image SEM et image chimique associée d un filament Caractérisation d un pit (composé de cuivre) Image SEM Cuivre Aluminium Silicium Profil de distribution en profondeur des éléments constitutifs d un pad (présence d une conta fluor en surface du pad) Analyse d un défaut (composé de Ti) en fond de via 28oct.124_1.lin: Sample 4.1 PHI USA 28oct.124_2.lin: Sample 4.1 PHI 28oct.124_3.lin: USA Sample 4.1 caractérisation sous la forme de line scans 2005 Oct kv 0 FRR e+005 max 2005 Oct kv 0 FRR e+005 max 2005 Oct kv 0 FRR e+005 max O1 (NormLine Binom3) O1 (NormLine Binom3) O1 (NormLine Binom3) (ci-dessous) ou par image chimique (ci-contre) x oct.124_1.lin x oct.124_2.lin x oct.124_3.lin 2 Line 1 W2 Line 2 W2 Ti 2 Ti Line 3 2 Ti Al Al O Al2 Al2 1.8 W Ti1 Al O Ti1 1.8 O1 1.8 O1 O W W W2 Al2 Ti1 O1 PHI USA Al Ti 0.6 Ti Ti 0.4 Ti Distance (µm) Distance (µm) Distance (µm) Un traitement des données a posteriori a permis d identifier les différents états chimiques de l aluminium FOV: 1.0 µm kev 0.2 µm FOV: 1.0 µm kev 0.2 µm FOV: 1.0 µm kev 0.2 µm F Sample Via 10 10/28/2005 F Sample Via 10 10/28/2005 F Sample Via 10 10/28/2005

11 Description des équipements D-SIMS, ToF-SIMS, Micro-XPS et Nano-AES

12 CAMECA IMS7f (D-SIMS) La Spectroscopie de Masse d'ions Secondaires (SIMS) est une technique d'analyse physico-chimique de l'extrême surface à très grande sensibilité. Elle est basée sur la détection des ions secondaires produits sous l'effet d'un bombardement d'ions primaires incidents qui érodent simultanément l échantillon. Elle permet de faire des analyses élémentaires en profil en profondeur (du nm au micron) sur des solides avec une très grande sensibilité (du ppm au ppb selon les éléments). Il est possible notamment d analyser des distributions de dopants dans le silicium. Concernant la résolution latérale, la taille minimale d'analyse est de l ordre de 10*10 µm et dépend de la concentration cherchée Principales caractéristiques de l équipement: Petit échantillon (taille de l ordre de 7mm*7mm) Haute résolution en masse (sépare 30SiH de P) Travail possible sur des zones < 50µm 2 (avec réduction de sensibilité) Bon vide ultime (Spec 7e-10 mbar) Jusqu à 500eV d impact en O2 + (Shallow B) Jusqu à 3keV d impact en Cs- ( As,P) Jusqu à 500eV d impact en Cs + Possibilité de fuite à oxygène pour réduire le transitoire de surface» Un profilomètre AlphaStep (KLA-Tencor) est utilisé pour mesurer la profondeur des cratères SIMS, ce qui permet ainsi la calibration en profondeur des profils réalisés

13 ION-TOF 5 (ToF-SIMS) La Spectroscopie de Masse d'ions Secondaires à Temps de Vol (ToF-SIMS) est basée sur le mode statique d'émission ionique secondaire. Par opposition au SIMS dynamique (D-SIMS), méthode d'analyse élémentaire qui par essence dégrade et érode la surface bombardée, le ToF-SIMS met en œuvre une dose totale d'ions primaires inférieure à ions par cm² soit un ion primaire pour 1000 atomes de la surface. Le ToF SIMS est en conséquence une méthode d'ionisation douce et permet l'analyse moléculaire de surface. Sa principale application est l'analyse élémentaire et moléculaire à très haute sensibilité de traces en extrême surface. Il est possible grâce à un dispositif de balayage du faisceau d'ions primaires d obtenir une cartographie à une résolution submicronique des différents éléments et espèces moléculaires présents à la surface. Il est possible également, en couplant l'acquisition avec une séquence d'abrasion, de tracer un profil de composition à très haute résolution en profondeur.

14 KRATOS Axis Nova (Micro-XPS) La spectroscopie de photoélectrons induits par rayons X (XPS) permet de déterminer la composition chimique de la surface de tout matériau solide (profondeur analysée inférieure à 10 nm). Soumis à un flux de photons X, le matériau émet par effet photoélectrique des électrons qui sont alors analysés en nombre (aspect quantitatif) et en énergie (identification des éléments et espèces chimiques). Les informations obtenues permettent : d identifier tous les éléments (sauf H) et de déterminer leur concentration atomique (détection limite de 1 %) de déterminer la nature des liaisons, l environnement local et/ou le degré d oxydation de la plupart des éléments de mettre en évidence les ségrégations superficielles (analyse en résolution angulaire et/ou décapage ionique) La résolution spatiale est de 3µm en mode imagerie et de 10 µm en mode micro-analyse Il est également possible de faire des profils en profondeur en abrasant progressivement l'échantillon avec un faisceau d argon

15 PHI 700 (Nano-AES) Le Nano-AES permet de faire des analyses élémentaires de surface (0.5 à 5nm de profondeur) sur solides pour des éléments > à 0.5-1% en concentration. Soumis à un flux d électrons, le matériau émet des électrons Auger qui sont alors analysés en nombre (aspect quantitatif) et en énergie (identification des éléments et espèces chimiques). La nanosonde Auger à balayage utilise un canon d'électrons à effet de champ et est dotée d'une source d'ions Argon pour la pulvérisation des surfaces, permettant la réalisation de profil de distribution en profondeur. Le faisceau d'électrons peut être balayé pour produire des images chimiques Auger. Elle donne dans certains cas une information sur l'état de liaison des atomes (oxydé, métallique...) La résolution latérale est de l'ordre de grandeur de celle d'un SEM (analyse de particule de taille 50 nm)

Synthèse comparative C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS. du silicium aux objets communicants

Synthèse comparative C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS. du silicium aux objets communicants Synthèse comparative des techniques C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS du silicium aux objets communicants EDX (SEM) Avantages Analyse élémentaire rapide first look Versatile, pas chère et répandue sur les

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Complémentarité du MEB et des techniques d analyse physico-chimique des surfaces

Complémentarité du MEB et des techniques d analyse physico-chimique des surfaces Complémentarité du MEB et des techniques d analyse physico-chimique des surfaces 1 - Présentation de S&S 2 - Techniques d analyses de surface 3 - Exemples d études multi-techniques 4 - Conclusions +33

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014

Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014 Plate-forme Caractérisation CIM PACA Caractérisation des matériaux Analyse de défaillance Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014 Sommaire Présentation de la plate-forme Liste des

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Réactivité et diffusion aux interfaces

Réactivité et diffusion aux interfaces Département Matériaux et Nanosciences Réactivité et diffusion aux interfaces campus Saint Jérôme AG, 30 mai 2007 Département Matériaux et Nanosciences Réactivité et diffusion aux interfaces Responsable

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène Étude du comportement de l hélium dans le molybdène, Bernard Lavielle : CNRS-CNAB, Gradignan Christophe Viaud, Gaëlle Carlot, : CEA, Cadarache Thierry Sauvage: CNRS-CEMTHI Orléans Nathalie Moncoffre :

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Résumé du cours précédent

Résumé du cours précédent MET Résumé du cours précédent En mode diffraction, on observe directement une coupe plane du RR Deux modes image : - champ clair : contraste relié au pouvoir diffusant en chaque point - champ sombre :

Plus en détail

MASC 3 ème partie : Microscopies

MASC 3 ème partie : Microscopies MASC 3 ème partie : Microscopies Programme : Microscopies électroniques (et techniques associées) Microscopie à force atomique Format : 6 cours, 5 TD, 2 TP Fascicule MASC 3 : Microscopies Microscopies

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE

CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE 4.1. ANALYSE DES SURFACES PAR SPECTROMÉTRIE D ÉMISSION... 5 4.1.1 SPECTROMÉTRIE DES PHOTOÉLECTRONS - XPS... 5 4.1.1.1 Energie des pics XPS... 6 4.1.1.2 Désignation des pics

Plus en détail

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Trends in Micro Nano 28 octobre 2015 Dr. Olha Sereda Copyright 2015 CSEM Characterization and Quality Assurance Page 1 Fiabilité dans Micro et Nano Systèmes Les

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

Annexe 2 : Spectroscopie de masse des ions secondaires

Annexe 2 : Spectroscopie de masse des ions secondaires Annexe 2 : Spectroscopie de masse des ions secondaires La Spectroscopie de Masse d'ions Secondaires (SIMS) est une technique d'analyse physico-chimique de l'extrême surface. Elle peut être qualifiée de

Plus en détail

Les techniques expérimentales. IV - Les techniques d analyse

Les techniques expérimentales. IV - Les techniques d analyse Les techniques expérimentales IV - Les techniques d analyse 1 réactions chimiques Analyse chimique élémentaire interactions physiques méthodes chimiques méthodes physiques en volume (globale) localisée

Plus en détail

I) Veille Technologique

I) Veille Technologique L objectif du programme solaire de la Fondation Océan Vital est de diminuer les coûts de production en axant ses travaux sur : - l approvisionnement des cellules - l amélioration du procédé d encapsulation

Plus en détail

Plate-forme Caractérisation CIMPACA

Plate-forme Caractérisation CIMPACA 24 Novembre 2011 Plate-forme Caractérisation CIMPACA Labellisée plate-forme d innovation par le Ministère de l Industrie (30/09/2009) Agréée au titre du C.I.R. (15/10/2009) Partenaires: Mission La plate-forme

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques Polycopié A Interaction rayonnement - Matière Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan du cours A - Interaction rayonnement - Matière B -

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER

Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER Y. Marandet CNRS/ Université de Provence Laboratoire de Physique des Interactions Ioniques et Moléculaires LRC CEA/Université Fédération fusion

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Mode de fonctionnement du service sonde électronique

Mode de fonctionnement du service sonde électronique Mode de fonctionnement du service sonde électronique La sonde électronique est un appareillage de très haute précision mais néanmoins complexe. Dans le but d'accroître les performances, l'efficacité, minimiser

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique Microscopie électronique en transmission III. Micoscopie analytique Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et génie biotechnologique Université de Sherbrooke 8 mars 2011 Plan III. Microscopie analytique

Plus en détail

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet GESTION D UNE SALLE BLANCHE Par Sylvain Triquet Le 13/11/2007 Les outils pour maîtriser l'analyse de traces Salles blanches Hottes de soufflage à flux laminaire Filtres dit absolus (99,99..% arrêté) Lit

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle permet de comprendre l'interaction avec la croissance d'une couche

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Microscopie Electronique en Transmission

Microscopie Electronique en Transmission Microscopie Electronique en Transmission Le principe de la microscopie électronique en transmission (MET) utilise le caractère ondulatoire des électrons en mouvement : un faisceau électronique est une

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Chapitre IV. Problèmes à deux dimensions. Diffusion sur des structures lithographiées.

Chapitre IV. Problèmes à deux dimensions. Diffusion sur des structures lithographiées. A. B. A. Erreur! Signet non défini. B. 161 C. Techniques de lithographie de réseaux. 162 1. Principe de la technique. 162 2. Résultats expérimentaux. 163 161 C. Techniques de lithographie de réseaux. 1.

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

EP 2 219 203 A1 (19) (11) EP 2 219 203 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 18.08.2010 Bulletin 2010/33

EP 2 219 203 A1 (19) (11) EP 2 219 203 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 18.08.2010 Bulletin 2010/33 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 219 3 A1 (43) Date de publication: 18.08. Bulletin /33 (1) Int Cl.: H01J 37/3 (06.01) H01J 37/26 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 2926.1 (22) Date de dépôt:

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Fiche Technique. Caméra magnétique mini cube. Caractéristiques :

Fiche Technique. Caméra magnétique mini cube. Caractéristiques : Caméra magnétique mini cube Caméra de contrôle magnétique 24x24x24mm 3, dotée de plus de 16 milles capteurs à effet Hall chacun espacé de 100 micron, permettent une surface d analyse 13x13 mm. Cette caméra

Plus en détail

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07 ELSOLD Barres et lingots La miniaturisation croissante, des exigences plus strictes en ce qui concerne la fiabilité à long terme des produits électroniques complexes, des composants et des caractéristiques

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUES SESSION 2013 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186

Plus en détail

Apports de la Spectrométrie trie de Masse pour la

Apports de la Spectrométrie trie de Masse pour la Journée e des doctorants de l IPHCl 12 Février F 2010 Apports de la Spectrométrie trie de Masse pour la Caractérisation risation de Complexes Supramoléculaire Laboratoire de Spectrométrie trie de Masse

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

Mathématiques (10 points)

Mathématiques (10 points) Mathématiques (10 points) Pour le chauffage de son appartement, M Geffroy souhaite s équiper de radiateurs électriques muraux. Toutes les caractéristiques des radiateurs adaptés à une hauteur sous plafond

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

I. Spectroscopie UV - visible

I. Spectroscopie UV - visible hap. A5 Spectres UV visible et I I. Spectroscopie UV - visible 1- ouleurs et solutions La lumière blanche contient toutes les radiations visibles dont les couleurs s'étendent du rouge au violet. - le vert

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

ETUDE DE LA MICROSTRUCTURE D UNE PATE DE CIMENT PAR MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE

ETUDE DE LA MICROSTRUCTURE D UNE PATE DE CIMENT PAR MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE INSTITUT DES MATERIAUX LABORATOIRE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION ECOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

Des techniques de «pointes» Pascal Aubert Université Evry

Des techniques de «pointes» Pascal Aubert Université Evry Pascal Aubert Université Evry - des gammes de forces différentes Microscopie à force atomique Nano-indentation Nano-tribologie Profilométrie mécanique Microdureté (Vickers) Indentation par AFM 1pN 1nN

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Métrologie sans contact par Microwave Phase-Shift: séparation des recombinaisons des porteurs en volume et en surface dans c-si

Métrologie sans contact par Microwave Phase-Shift: séparation des recombinaisons des porteurs en volume et en surface dans c-si Métrologie sans contact par Microwave Phase-Shift: séparation des recombinaisons des porteurs en volume et en surface dans c-si O. Palais, M. Pasquinelli, D. Barakel Rappels essentiels sur la durée de

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Ecole d été des spectroscopies d électrons.

Ecole d été des spectroscopies d électrons. Lundi 08 juin 2015 16h00 16h30 Principe et fondements de la technique - Les interactions photon-matière, l émission des photoélectrons - l analyse chimique par XPS Jean-Charles DUPIN Appareillage et instrumentation

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Microsystèmes Optiques au sein du PFM

Microsystèmes Optiques au sein du PFM Microsystèmes Optiques au sein du PFM Tarik BOUROUINA Laboratoire ESYCOM, EA 2552 ESIEE, Ecole Supérieure d Ingénieurs en Electronique et Electrotechnique Quelques Travaux menés au sein du PFM sur les

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail