Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance"

Transcription

1 Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance Stéphane Santran Co-tutelle : Centre de Physique Moléculaire Optique et Hertzienne (CPMOH), Talence Laurent Sarger (Professeur) Centre d Etude Scientifique et Technique d Aquitaine (CEA/CESTA), Le Barp Claude Rouyer (Ingénieur de Recherche CEA) Collaborations : Institut de Chimie et de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB), Talence Laboratoire de Sciences des Procédés Céramiques et de Traitements de Surface de Limoges. Laboratoire de Physico-Chimie de la Matière Condensée de Montpellier. CREOL, University of Central Florida.

2 Caractérisation des propriétés non linéaires des matériaux? n 2 (SF59) 8nm = 4, m²/w Utilisation de plus en plus courante de lasers impulsionnels délivrant de fortes puissances crêtes. Il devient nécessaire de compléter les tables des caractéristiques des matériaux par l indice non linéaire. Contrôle de la propagation des faisceaux. Eviter l endommagement des optiques.

3 Caractérisation des propriétés non linéaires des matériaux? («Chasse au n 2») Bâtiment de la chambre du Laser Méga Joule (LMJ)

4 Caractérisation des propriétés non linéaires des matériaux? («Chasse au n 2») Matériaux des composants optiques d une chaîne laser de forte puissance : Silice fondue Verre phosphate dopé au Néodyme Cristaux de KDP Variation de 1% sur l indice non linéaire de silice fondue Variation de 1% sur l énergie déposée sur la cible. Choix de la silice fondue pour le LMJ (meilleur compromis prix, qualité optique) Alimentation du code de calculs MIRO (propagation de l impulsion lumineuse dans la chaîne) Contrôle qualité des différents composants de la chaîne.

5 Caractérisation des propriétés non linéaires des matériaux? (Utilisation du n 2 ) Optoélectronique (composants électroniques ultra rapides) Commutation tout optique Capteurs en optique intégré Oscillateurs lasers : caractérisation des optiques (milieu amplificateur)

6 Nécessité de développer une instrumentation capable de mesurer l indice non linéaire d un matériau de manière précise et absolue. Métrologie de la non linéarité Précision Sensibilité

7 Plan I - Comment mesurer l indice non linéaire d un matériau? 1. L interaction laser matière. 2. Régimes de propagation. 3. Effet de la susceptibilité non linéaire sur les observables d une impulsion lumineuse. 4. Introduction de l expérience pompe sonde colinéaire. II - L expérience pompe sonde colinéaire. 1. Schéma expérimental. 2. Analyse théorique du signal, mesure différentielle en temps réel. 3. Acquisition du signal et traitement du signal. III - Résultats expérimentaux. 1. Etude de la susceptibilité non linéaire de la silice fondue. 2. Mesures de verres composés de niobium et de titane. Dépendance de la non linéarité en fonction de la structure du verre. 3. Mesures de verres composés de tellure. Dépendance de la non linéarité en fonction de la configuration électronique des ions introduits. 4. Mesures de chalcogénures.

8 I Comment mesurer l indice non linéaire d un matériau?

9 L interaction laser matière P linéaire 3 + (1) ( r, t) = ε R ( r1, t1) E( r r1, t t1) dt1dr R 1 3 P (3) 3 ( r, t) = ε R ( r, r, r, t, t, t ) E( r r, t t ) E( r r, t t ) E( r r, t t ) d r NL 3 d 3 t Approximation de la localité spatiale Uniquement processus électroniques réponse instantanée 3 P NL (r, t) = σ E(r, t)e(r, t)e(r, t) En fréquence : χ (3) ( ω ) Ondes planes n = n + n 2 I

10 L interaction laser matière = + + ) (r, ) (r, 2 ) (r, ) ( ) (r, ) (r, ) ( 2 ) (r, t p t t p i t t A d dk d k d k t t A d dk z t A ik t A nl nl ω ω µ ω ω ω ω ω ω ω ω Equation de propagation de l amplitude complexe du champ : ) (r, ) (r, ) ( 2 ) (r, 2 t p z t A ik t A nl = ω µ ω n = n + n 2 I Equation sans solution analytique nécessité de se placer dans des conditions où les effets non linéaires sont faibles : régime de perturbation.

11 Conditions de propagation pour de faibles effets (SPM) Automodulation de phase : Champ électrique Dérivée de la phase : fréquence instantanée > Temps w Temps > Glissement des fréquences dans l impulsion. Condition de propagation : Le spectre de l impulsion I(ω). χ (3) Spectre inchangé

12 Conditions de propagation pour de faibles effets (SPM) Borne supérieure de la puissance crête : Courbes correspondant à un déphasage non linéaire de 1 rad (longueur d automodulation de phase) Puissance crête (GW/cm²) 1 Puissance crête (GW/cm²) Pas de solution de perturbation W = 3µm Pas de solution de perturbation 4 2 Solution de perturbation 1.5 Solution de perturbation Epaisseur de silice (mm) Epaisseur de tellure (mm) Borne inférieure de la puissance crête : rapport signal sur bruit. Echantillon de silice de 5mm : Echantillon de tellure de 1mm :,5 GW/cm² < P c < 18 GW/cm²,1 GW/cm² < P c < 1,7 GW/cm²

13 Conditions de propagation pour de faibles effets (Autofocalisation) Propagation linéaire Autofocalisation Echantillon de silice de 5mm : P c < 18 GW/cm² Echantillon de tellure de 1 mm : P c < 1,7 GW/cm² Variation de la taille du col du faisceau inférieure à 3-4% (pour w = 3 µm) Milieu fin Puissance crête limitée

14 Conditions d expérience Caractéristiques du faisceau laser : Largeur temporelle : 15 fs Puissance moyenne : 5 mw Taux de répétition : 8 MHz Col de faisceau : 3 µm Puissance crête : 34,5 kw Puissance crête focalisée : 2,5 GW/cm² Energie par impulsion : 5 nj Longueurs d ondes : 4nm - 45nm; 7nm - 95nm; 1,25µm - 1,55µm Caractéristiques de l échantillon : Non absorbant à la longueur d onde du laser Polissage qualité optique Epaisseur permettant de rester dans les conditions d un milieu fin : ~ 5 mm pour les échantillons faiblement non linéaires ~ 1 mm pour les échantillons fortement non linéaires. Aucune dépolarisation

15 Effet de la susceptibilité non linéaire sur les observables temporelles d une impulsion lumineuse. Observation du processus non linéaire en temps : expérience de caractérisation d une impulsions. Intégration sur l espace I(t) I(t) ϕ(t) t χ (3) ϕ(t) t t t

16 Effet de la susceptibilité non linéaire sur les observables spatiales d une impulsion lumineuse. Observation spatiale du processus non linéaire (expérience Z-scan) : Création d une lentille Kerr sur lequel le faisceau va se diffracter Modification du rayon de courbure du champ modification de la phase spatiale du champ. I (2) (2) (1) (1) z I Intégration sur le temps : Z-scan

17 Z - scan avec un faisceau elliptique : création d une lentille Kerr astigmate Point focal de f y Point focal de f x f x f y Faisceau elliptique : changement du rapport pic - vallée dans le signal Z-scan. Connaissance parfaite : - répartition spatiale de l intensité. - phase spatiale de l onde. - Sensibilité au pointé - Sensibilité à la qualité optique de l échantillon - Sensibilité aux effets thermiques Observation du processus non linéaire sur la variable énergie : expérience pompe sonde - Intégration en temps - Intégration en espace

18 Technique pompe sonde colinéaire ϕ(τ) Zone d interaction E s (t) Faisceau sonde Faisceau pompe Expérience non dégénérée : interféromètre de Sagnac τ E p (t) I(τ) Expérience dégénérée : intensité du sonde en fonction du retard entre les impulsions pompe et sonde. τ

19 Variation de l intensité du sonde en fonction du retard pompe sonde : franges non linéaires Champ pompe Intensité du sonde I Champ sonde τ Franges non linéaires à 2ω Couplage pompe sonde : Variation moyenne de l intensité du sonde : absorption non linéaire Variations rapides de l intensité du sonde, interférences non linéaires : réfraction non linéaire

20 II Expérience pompe sonde colinéaire

21 Schéma expérimental 2ω Dispositif pour mesure différentielle Visu des interférences à l aide d une caméra Photodiode sensible à 2ω ω Oscillateur femtoseconde Lame demi-onde Miroir amovible Cube séparateur polarisant (PBS) Pompe Glan Retard Photodiode sensible à ω Echantillon PBS Sonde

22 A ( r, t) 2ik( ) Analyse théorique du signal ( r, t) [ ( ) ( ) ( ) ( ) ] 2 2 2iω τ 2A r, t A r, t A r, t A r t e 2 As 3k (3) ω = χ s p s p, z 4 s + χ ( 3) = ( α iβ ) Photodiode signal (un photon) Résolution par perturbation : Au premier ordre : S [ ] 2 2 ( I ( r, t), λ, n, e) 2β + α + β sin( ω τ φ ) = f p 2 ( r t) I p, P m : Puissance moyenne T : taux de répétition w : taille du col du faisceau τ : largeur temporelle λ :longueur d onde e : épaisseur de l échantillon n : indice linéaire de l échantillon τ : retard optique

23 Etude sur les non linéarités des photodiodes deux photons (utilisées pour l autoccorélation) Photodiode deux photons (GaAsP) Photodiode un photon (Si) Constante de calibration S 2 S 1 a b = I = I (3) ( χ xxxx ) (3) ( χ ) xyxy θ : angle de la polarisation d entrée du faisceau / axes du cristal S S ( I ( r t), λ, n, e) [ a + 3b + ( a 3 ) cos( θ )] 2 = S phds, b 1 = κ f 4 Fluctuations des caractéristiques du laser prises en compte de manière identique dans les deux signaux Mesures différentielles Signal de mesure (échantillon fin) : S f I p ( r t) [ ] 2 2 (,, λ, n, e) 2β + α + β sin( ω τ φ ) = 2

24

25 III Résultats expérimentaux

26 Etude de la silice fondue

27 Mesures de l indice non linéaire d échantillons de silice fondue à 8 nm et 4 nm. 4,2 4, 3,8 3,6 3,4 3,2 3, 2,8 2,6 2,4 Mesures à 4nm Mesures à 8nm Heraeus S3 Herasil Suprasil Heraeus Homosil Heraeus S1 Herasil S1V Suprasil SUP312 Suprasil SUP312 (fin) F85153 Heraeus H1 Schott SQ1 Indice non linéaire (* 1-2 m²/w)

28 Spectres d absorption des échantillons de silice fondue dans le proche UV Absorption,9,8,7,6,5,4,3 f85153 (n 2 =2.7) en127a (n 2 =2.7) suprasil (n 2 =3.2) herasil (n 2 =3.3) s3 (n 2 =3.5) s1 (n 2 =3.) h1 (n 2 =2.6) hom (n 2 =3.1) sq1 (n 2 =2.5) s1v (n 2 =3.),2,1, Longueur d onde (nm)

29 Indice non linéaire de la silice fondue en fonction de la densité du verre. 2,28 2,26 Densité (g/cm 3 ) 2,24 2,22 2,2 2,4 2,6 2,8 3, 3,2 3,4 3,6 Indice non linéaire de réfraction (*1-2 m²/w)

30 n 2 (* 1-2 m²/w) Dispersion de l indice non linéaire herasil suprasil hom s1v en127a f85153 sq1 h1 s1 s Longueur d onde (nm) Ajustement avec un modèle perturbatif : cf. R. Adair et al. Opt. Mat. 1, (1992)

31 Mesure de l indice non linéaire dans une préforme de fibre optique. (3) et (3)bis (2) (1),35,3 Variations des indices (%) Coeur dopé au Ge Partie dopée au fluor Variations de l'indice linéaire (%),25,2,15,1,5, -,5 -,1 Coeur dopé au Ge Silice non dopée Partie dopée au fluor Silice non dopée Rayon de la préforme (mm) Rayon de la préforme (mm)

32 Matériaux fortement non linéaires Différents types de matériaux : Ordonnés Amorphes Organiques (forte non linéarité, résistance au flux?) Inorganiques (non linéarité modeste, haute résistance au flux) Verres composés de nanoparticules métalliques (forte non linéarité, résistance au flux)

33 Etude des verres : LaMgB 5 O 1 n% TiO 2, Nb 2 O 5 ICMCB (Bordeaux) Relation χ (3) - structure

34 Evolution du χ (3) dans les verres LMBO en fonction de la concentration de niobium 65 χ (3) (1-23 m 2 /V 2 ) Borate Sodium borophosphate.17k O-.17Nb O -.66SiO Calcium borophosphate C Nb (1-3 mol./cm 3 )

35 Evolution du χ (3) dans les verres LMBO en fonction de la concentration de titane 18 Borate Sodium borophosphate.2na 2 O-.3TiO 2 -.5SiO 2 χ (3) (1-23 m 2 /V 2 ) C Ti (1-3 ion/cm 3 )

36 Lien entre la non linéarité et la structure du verre Couches de LMBO Site octaédrique TiO 6 Ajout d ions titane : accroissement de la non linéarité Au delà de ion/cm 3 : écartement des couches de LMBO changement de structure du verre accroissement de la non linéarité plus importante, rupture de pente.

37 Evolution du χ (3) dans les verres LMBO en fonction de la densité 2 18 Verre LMBO-(1, 2, 3, 4 %)TiO 2 Verre LMBO-(1, 2, 3, 4 %) Nb 2 O 5 16 χ (3) (1-23 m²/v²) Matrice LMBO 6 4 3,44 3,48 3,52 3,56 3,6 3,64 3,68 3,72 3,76 3,8 Densité (g/cm 3 )

38 Etude des verres de tellure ICMCB (Bordeaux), SPCTS (Limoges), LPMC (Montpellier) Relation χ (3) - configuration électronique

39 Evolution du χ (3) en fonction de la configuration électronique dans les verres de tellure ns² d 5p 6 d 1 58TeO2-36TlO,5-5BiO1,5 57TeO2-38TlO,5-5PbO 6TeO2-4TlO,5 75TeO2-25TlO,5 9TeO2-1TiO2 92TeO2-8Nb2O5 9TeO2-1WO3 85TeO2-15BaO 9TeO2-1(Sb2O3/Sb2O5) Susceptibilité non linéaire (* 1-23 m²/v²) 9TeO2-1Ga2O3

40 Configuration électronique ns 2 Configuration électronique d Orbitales p de l oxygéne Orbitale d des Ti, Nb, W Paire électronique isolée fortement hyperpolarisable Délocalisation des électrons de l oxygène les rendant fortement hyperpolarisables Configuration électronique d 1 Déformations des nuages électroniques

41 Etude de verres de chalcogénures Collaboration CREOL S 3 : As 4 S 3 Se As 5 12 Se

42 Evolution du χ (3) suivant les trois axes du diagramme ternaire χ (3) / χ (3) (SiO 2 ) É Se, Ë S, ÅAs Modification de la structure du verre au cours du temps. Sous-estimation de la susceptibilité non linéaire Echantillon χ (3) / χ (3) (SiO 2 ) χ (3) / χ (3) (SiO 2 ) É Se, Ë S, ÅAs 2 1 É Se, É S, Ë As rond 11cross 11square Echantillon Echantillon

43 Changement de structure des verres au cours du temps. 1,,9,8 Puissance de la pompe à 2 mw Ces échantillons changent de structure au cours de l éclairement. Fuite de la pompe (V),7,6,5,4,3,2,1, Puissance de la pompe à 7 mw Temps (s) 1 S As 5 12 Se

44 Conclusion Mesure de l indice non linéaire avec intégration en temps et en espace permet de s affranchir des problèmes spatiaux que l on peut rencontrer en Z - scan. Mesure différentielle en temps réel permet de tenir compte des fluctuations de tous les paramètres du laser. L indice non linéaire de la silice fondue n est pas une constante : variation de 3% entre les différents échantillons mesurés. Corrélations entre les structures géométriques et électroniques des verres composés d ions lourds et leurs non linéarités.

45 Perspectives Transposer la technique pompe sonde colinéaire à la longueur d onde du YAG et à ses harmoniques. Application de la technique pompe sonde colinéaire à des mesures en réflexion : étude des interfaces. Cartographie volumique de la non linéarité (objectif de microscope) : étude de verres composés de billes, non localité spatiale, champ d écrantage, Poursuivre des mesures en configuration non dégénérée, interféromètre de Sagnac.

46 Le champ électrique impulsionnel L intensité I(t). La phase temporelle du champ ϕ(t). Le spectre de l impulsion I(ω). La phase spectrale du champ ϕ (ω). L intensité spatiale du faisceau I(r). La phase spatiale ϕ(r). p La polarisation du champ électrique. E(t) s

47 SPIDER

48 Traitement du signal TF sur la partie centrale du signal (seulement 512 points) µ k = µ FFT 512 points Filtrage numérique a k δ ( f k), ak = a k Afin d éviter des erreurs (dues à la TF discrète) sur l amplitude des pics : utilisation de fenêtre de pondération à toit plat. Ce filtre numérique est à réponse impulsionnelle courte (quelques points). µ = 4 a = 1,, a a 1 2 = = ,, a a 3 4 = =.15458

49 Expérience pompe sonde colinéaire en réflexion Oscillateur femtoseconde Lame demionde Echantillon Cube séparateur polarisant Pompe Retard Ejection du pompe. Sonde Photodiode de détection du signal

50

51 Miroirs plan Al pour le bleu Miroir dichroïque Cube séparateur 5/5 non polarisant Lame λ/2 à 45 Echantillon Lame λ/4 à Filtres bleu.. Prisme de Glan Lame λ/2. Séparatrice 7/3 Doubleur 4nm Hacheur mécanique Oscillateur Ti :Saphir Détection synchrone Sonde Référence Retard pompe Miroirs plans argent pour l IR Oscilloscope Lecroy 1 Déphasage non linéaire (mrad) Silice S1 (z = 6 mm) Retard (fs)

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz UVX 212, 22 (213) DOI: 1.151/uvx/21322 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 213 Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 1 khz A. Cabasse, G. Machinet, C.

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Câble optique et connectique. Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures)

Câble optique et connectique. Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures) Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures) Câble optique et connectique Connection fibre à fibre ou connecteur à ferrule: Exemples de connecteurs

Plus en détail

Caractérisation d une impulsion ultra-courte

Caractérisation d une impulsion ultra-courte Lasers femtosecondes : principes et applications en physique, chimie et biologie /6 Caractérisation d une impulsion ultra-courte Manuel Joffre http://www.lob.polytechnique.fr/personnel/manuel_joffre/ La

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025 microscopie de fluorescence par excitation à deux photons : application à des études de corrélations et de déclins de fluorescence en milieu biologique Elvire Guiot To cite this version: Elvire Guiot.

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Projet tutoré en laboratoire : Année 2009/2010 Miradji Faoulat Barnaoui Serine Ben Abdeljellil Wael Encadrant : Mr. Anders Kastberg 1 Remerciement

Plus en détail

Annexe F Microscopie à Force Atomique

Annexe F Microscopie à Force Atomique Annexe F Microscopie à Force Atomique 1 Introduction...211 2 Instrumentation...212 2.1 Le levier... 212 2.2 La pointe... 213 2.3 La tête optique... 214 2.4 La céramique piézoélectrique... 214 3 Le mode

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux.

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. A. Royon 1,2, Y. Deshayes 2, Y. Petit 1,3, T. Cardinal 3, et L. Canioni 1 1 LOMA-CNRS / Université de Bordeaux,

Plus en détail

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels.

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels. Nom: Électrotechnique Mécatronique Examen de fin d études Métrologie 2 SS2014 Cursus: mécatronique, électrotechnique Bachelor Date d examen: Examinateur: Outils de travail: 23.7.2014 (90 minutes) Prof.

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Mesures par fibres optiques

Mesures par fibres optiques 1 Mesures par fibres optiques Introduction La fibre optique, aussi mince qu un cheveu est plus résistante que l acier, elle demeure l une des plus grandes avancées technologiques en matière de câblage

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Interférences et applications

Interférences et applications Interférences et applications Exoplanète : 1ère image Image de la naine brune 2M1207, au centre, et de l'objet faible et froid, à gauche, qui pourrait être une planète extrasolaire Interférences Corpuscule

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

QUELLE FIBRE UTILISER EN FONCTION DE MES APPLICATIONS. OM1, OM2 ou OM3, QUELLE EST LA FIBRE QU IL ME FAUT POUR MON INSTALLATION?

QUELLE FIBRE UTILISER EN FONCTION DE MES APPLICATIONS. OM1, OM2 ou OM3, QUELLE EST LA FIBRE QU IL ME FAUT POUR MON INSTALLATION? QUELLE FIBRE UTILISER EN FONCTION DE MES APPLICATIONS LE MATCH µm VS 62,5 µm Dans les années 70, les premières fibres optiques de télécommunications avaient un coeur de µm : ces dernières ont été remplacées

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la Toujours plus court : des impulsions lumineuses attosecondes Les impulsions laser «femtoseconde» sont devenues routinières dans de nombreux domaines de la physique. Elles sont exploitées en particulier

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

La fibre optique CNAM

La fibre optique CNAM La fibre optique - Qu est-ce qu une fibre optique? - Principes de base - Monomode / Multimode - Atténuation, fenêtres de propagation - Principales caractéristiques - Transmission sur fibre optique - Boucle

Plus en détail

Thibaut DIVOUX & Frédéric PEREZ ENS de Cachan, 2005-2006

Thibaut DIVOUX & Frédéric PEREZ ENS de Cachan, 2005-2006 Montage de Physique 39 : Filtrage (Compte rendu ). 1 Thibaut DIVOUX & Frédéric PEREZ ENS de Cachan, 2005-2006 Introduction Nous avons choisi de couper ce montage en deux parties : une première partie centrée

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2010 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/ À quelle distance est une voiture quand on commence à distinguer, à l œil nu, qu il y a deux phares à l avant de la voiture? Les deux phares sont distants de 1.5 m. scienceblogs.com/startswithabang/011/0/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Plus en détail

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Fabrice Beauville Journées Jeunes Chercheurs 18/12/2003 Les Coalescences Binaires & VIRGO Système binaire d objets compacts (étoiles à neutrons,

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0 -SPE-ALAR : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard Version 1.0 Observatoire de Paris 61, avenue de l Observatoire 75014 Paris France tél 33 (0)1 40 51 21 58 fax 33 (0)1 43

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Cuves pour Spectrophotomètres

Cuves pour Spectrophotomètres Cuves pour Spectrophotomètres Tél : 01.45.12.90.80 Fax : 01.45.12.94.75 info@bioserv.fr Page 25 TRAYCELL Ultra Micro Cuve à Fibres Optiques La TrayCell Hellma est une ultra micro cuve à fibres optiques

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

FIBRES OPTIQUES. B. AMANA et J.-L. LEMAIRE

FIBRES OPTIQUES. B. AMANA et J.-L. LEMAIRE FIBRES OPTIQUES B. AMANA et J.-L. LEMAIRE A/ THEORIE I INTRODUCTION Nous allons présenter ici les notions de base ainsi que les relations nécessaires à la réalisation du TP «Fibres Optiques». Le concept

Plus en détail

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels ETUDE ENERGETIQUE DE FAISCEAUX U52 - MISE EN ŒUVRE DU SYSTÈME 2.1. Éléments à votre disposition 2.1.1. Matériel Voir cadre 3. 2.1.2. Documentation Voir cadre 1 2.1.3. Logiciels Voir cadre 2. 2.2. Travail

Plus en détail

Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés

Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés Yannick Dumeige ENSSAT FOTON / Université de Rennes 1 6 rue de Kerampont, 22300 Lannion yannick.dumeige@enssat.fr Séminaire LPQM ENS

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques.

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques. PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. L oscilloscope est l «œil» de l électronicien et permet de nombreuses mesures sur le ou les signaux étudiés : forme, contenu (composante continue,

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

SOMMAIRE. TP "Avancés" TP "Classiques"

SOMMAIRE. TP Avancés TP Classiques CATALOGUE 20 009 SPECIAL TRAVAUX PRATIQUES SOMMAIRE TP "Avancés" Effet Pockels et Modulation Electro-Optique p.3 Effet et Modulation Acousto-Optique p.4 Caractéristiques Electriques et Optiques d une Diode

Plus en détail

Pionnier des innovations

Pionnier des innovations www.es-france.com Tél. 01 47 95 99 45 n o i t ta n e m u r t s e l In a r é n é G Oscilloscopes Enregistreurs Centrales d acquisitions Génerateurs Synthétiseurs Compteurs Multimètres Alimentations Caméras

Plus en détail

Communication par fibre optique: des Romains a nos jours. Camille-Sophie Brès Section Génie Electrique et Electronique

Communication par fibre optique: des Romains a nos jours. Camille-Sophie Brès Section Génie Electrique et Electronique Communication par fibre optique: des Romains a nos jours Camille-Sophie Brès Section Génie Electrique et Electronique Incroyable mais vrai. la fibre optique! Aussi mince qu un cheveu mais tres resistante

Plus en détail