Microscopie de fluorescence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Microscopie de fluorescence"

Transcription

1 Microscopie de fluorescence François MICHEL PhD La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2

2 Imagerie de fluorescence

3 Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution 3D Applications

4 Principes de la fluorescence Perte d énergie (potentielle, thermique, cinétique ) : relaxation ❷ État excité (S 1 ) e - Excitation = apport d énergie E1 ❶ Emission de fluorescence État stable (S 0 ) ❸ S 1 Excitation (10-15 s.) S 0 Relaxation (10-12 s.) Fluorescence (10-9 à 10-7 s.) Diagramme énergétique (très simplifié) de Jablonski

5 Principes de la fluorescence L excitation et l émission sont des phénomènes quantiques : la molécule accepte une certaine quantité d énergie, ni trop ni trop peu pour être excitée et réémet cette énergie autour d une valeur privilégiée (pic d émission). L énergie d un photon est : E γ = hc/λ Où h et c sont des constantes (Planck ; vitesse de la lumière dans le vide) L énergie d un photon décroit avec la longueur d onde E γ X UV Longueur d onde λ(en nm) IR radio

6 Intensité de fluorescence Principes de la fluorescence Chaque molécule fluorescente (fluorophore) a des spectres d excitation et d émission qui lui sont propres (influencés par la structure chimique de la molécule et les conditions physique (Ph, T )). Décalage vers le rouge : perte d énergie entre excitation et émission (Stokes shift) Excitation E1 E1>E2 Emission E2 Pic d émission Pic d excitation = efficacité d acceptation des photons maximale Plus assez d énergie pour exciter Exemple : DAPI λ (nm)

7 Principes de la fluorescence L intérêt majeur de la fluorescence réside dans son rapport signal sur bruit très favorable. On peut ajouter d autres avantages: - spécificité du marquage - compatible in vivo - simple d utilisation - non toxique

8 Protéines fluorescentes Issues de gènes extraient de méduses ou de coraux, les protéines fluo ont les avantages de la fluo et du génie génétique, d où leur intérêt dans l analyse des processus biologiques. Elles ont été optimisé pour différentes fonctions : brillance, stabilité, vitesse d expression, sensibilité au Ph, au Ca 2+, au Cl - Excitation Emission max.(nm) Max(nm) CFP GFP YFP Ds Red «Brainbow mouse»livet et al. Nature 2007

9 Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution 3D Applications

10 Microscope à épi-fluorescence On tire avantage du décalage vers le rouge afin de discriminer entre lumière d excitation et lumière d émission Caméra Détection Filtre d excitation Lumière d émission Miroir dichroïque Illumination Objectif

11 Différents types de filtres transmission longueur d onde passe-bas (p-bas) longueur d onde passe-bande (PB) longueur d onde passe-haut (P-haut)

12 Microscope à épi-fluorescence Cube à fluorescence Caméra Détection Filtre d excitation Filtre d émission Miroir dichroïque Illumination

13 Différents types de filtres DAPI Alexa 488 Alexa 555 Excitation Emission

14 Différents types de filtres Excitation Passe-bas BP BP Emission Passe-haut BP BP

15 Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution 3D Applications

16 Problème de la résolution en Z La fluorescence hors focus induit un effet de flou qui altère l image. On regarde tous les photons issus de la colonne (diabolo) d illumination. Il existe plusieurs techniques pour améliorer l image, la principale est la microscopie confocale.

17 Microscope à Illumination structurée Caméra Illumination "Grille" Réseau de lignes Détection Les lignes opaques de la grille couvrent 1/3 du champs et permettent d enlever, grâce au logiciel, les photons hors focus. La fusion de 3 images dont les lignes sont décalées permet la reconstruction d une image débruitée (coupe optique).

18 Microscopie confocale Dans un confocal, la détection est effectuée par un tube photomultiplicateur(pmt). Il mesure les photons (de toutes λ) en fonction du temps et donc de la coordonnée xydu point de scanning : en t1 (x1y1) la fluo est F1, au temps t2 (en x2y2) la fluo est F2. L image est représenté pixel par pixel avec les valeurs Fn (XnYn) Lasers PMT Détection Diaphragme (Pinehole) Miroir dichroïque Illumination Scanner XY

19 Microscopie confocale multidimensionnelle focal plane cell with probe X-Y scan Y X scanning mirror Y X-Y scans X Z laser Temps Les dimensions peuvent être : la profondeur Z, le temps T, la couleur λ On peut donc faire des images 3, 4 voir 5D

20 Microscopie Confocale

21 Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution 3D Applications

22 Comment décrire la structure fonctionnelle des réseaux en développement? Identifier et décrire les neurones et les connections qui soustendent la genèse des activités de réseau.

23 Comment décrire la structure fonctionnelle des réseaux en développement? Résolution tissulaire Approche intégrée Cortex visuel de chat (Tsodyks et al, Science 1999) Approches in vivo et/ou in vitro: EEG, Pet scan, VSD, multiélectrode area, potentiels de champs VSD : Voltage sensitive dyes: donne une image de l état de dépolarisation spontané du réseau (résolution de qlq100 µm 2 ). Peut fluorescent nécessite de long temps d enregistrement.

24 Comment décrire la structure fonctionnelle des réseaux en développement? Résolution tissulaire Approche intégrée Approches in vivo et/ou in vitro: EEG, Pet scan, VSD, multiélectrode area, potentiels de champs multi-électrode area : matrice d électrode pour le suivis rapide de l activité neuronale mais résolution spacialefaible

25 Comment décrire la structure fonctionnelle des réseaux en développement? Résolution cellulaire Approche unitaire Résolution cellulaire Approche multi-unitaire Multi-patch : en cours de développement à l INMED mais technique lourde et peu de cellules.

26 Structure-fonction des réseaux de neurones: de l unitaire à l integré Unitaire Intégré

27 Utilisons l imagerie pour "regarder" le cerveau en marche

28 Sondes optiques pour mesurer ou modifier l activité neuronale Scanziani & Hausser. NatRev Neuroscience. 2009

29 Sondes calciques 1) Sondes organiques synthétiques (Tsien 1980) 2) Protéines Caméléons (Miyawaki 1997) C O 2 - C O 2 - -O 2 C -O 2 C N N O O Fluorophore BAPTA (calcium chelator) Non perméables à la membrane si non estérifiés (AM form) Ex: Fura 2, Oregon-green, Fluo4, etc..

30 Le calcium comme indicateur de l activité neuronale Neurone inactif Ca 2+ Ca 2+ [Ca 2+ ] int ~ 100 nm-1 µm Neurone actif Ca 2+ Ca 2+ Ca 2+ Ca 2+ Ca 2+ Ca 2+ [Ca 2+ ] ext ~ 1-2 mm Ca 2+ Canaux calciques dépendant du potentiel Emission de potentiel d action >Dépolarisation membranaire >ouverture des canaux Ca 2+ >augmentation de [Ca 2+ ] int mv = %DF/F Un potentiel d action = un événement calcium Le calcium extracellulaire est 10 4 fois plus important que le calcium intracellulaire (100 nm à 1 µm)

31 Il y a un correlation direct entre le signal calcique et le nombre de potentiels d'actions Signal électrophysiologique (potentiels d'action) Marqueursensible au Calcium (ex. Fura 2-AM) tranche de cerveauxrongeurs (300 à 400 µm) Faible grandissement: 20X forte ON = X ON = 0.3 Signal Calcique (%DF/F) mv mv ms ms Optical Signal signal optique (calcium (fluorescence fluorescence) calcique) Signal électrophysiologique (nb de potentiels d'actions) 5%DF/F

32 Limitations de la microscopie confocale Résolution temporelle inadaptée Photoblanchiment: dans et en dehors du plan focal limitation de la durée des expériences Phototoxicité: Problèmes avec les tissues vivants due à l'énergie issue de l'excitation en lumière UV Pénétration limitée dans la profondeur du tissu en tranche (< µm)

33 Principes physiques de la microscopie multiphoton Deux photons infrarouges (IR) se combinent pour exciter le fluorophore. Par contre, l'état excité, la relaxation et la fluorescence émise sont identique à une excitation monophoton Relaxation Relaxation S 1 Excitation γ S 0 Source Laser UV (continue) Fluorescence E γ =hc/λ S 1 γ Excitation γ S 0 LASER IR pulsé (femtoseconde) Fluorescence Les photons doivent arriver dans une fenêtre de l ordre de secondes (une attoseconde). Cette échelle de temps est compatible avec la durée de vie de cet état virtuel (10-17 secondes soit 0.01 femtoseconde). Ils doivent également interagirent avec le nuage électronique dans un espace de l ordre de cm 2. La probabilitéd excitationbiphotonest10-30 foisinférieureaumonophoton!! (théorie par Maria Goppert-Mayer 1930(prix nobel 1963))

34 Principes physiques de la microscopie multiphoton La densité de photon permettant d outrepasser cette probabilité quasi nulle n est atteignable qu avec des lasers pulsés (1980) et exclusivement au point focal (point de convergence). Chaque pulse extrêmement court (femtoseconde) contient énormément de photon (puissance par pulse (P crête) : plus de 100 kw) mais à l échelle temporelle reste rare : cinq ordres de grandeur entre la durée et l occurrence des pulses. Puissance moyenne de 1 à 50 mw Puissance moyenne de 1 à 3 W 1, s

35 L'excitation bi-photonique est restreinte au point focal 1 photon 2 photons 1 photon 2 photons Point focal Le balayage induit une coupe optique intrinsèquement confocale, inutile d enlever les photons hors focus (non générés).

36 Longueurs d onde d absorption optimales biphotonversus monophoton Le spectre d excitation biphotonn est pas forcement le double point à point du spectre d excitation monophoton(optique non-linéaire).

37 confocal -meilleure résolution Imageriebi-photon versus confocale Faibles profondeurs : objectif 63X à huile -meilleurrapport signal/bruit 20 µm 40 µm 60 µm 80 µm bi-photon -plus de bruit -coupes optiques plus épaisses 20 µm 40 µm 60 µm 80 µm

38 Imageriebi-photon versus confocale Pour des profondeurs plus importantes : objectif 63X à eau confocal -augmentation de la puissance du laser -augmentation du bruit bi-photon -augmentation de la puissance du laser -acquisition plus facile qu en confocal 100 µm 120 µm 100 µm 140 µm 170 µm 200 µm

39 Avantagesdu multiphoton AVANTAGES - Zone d excitation plus faible (intrinsèquement confocale) - Élimination quasi-totale de la fluorescence hors plan focal - Moindre photo-blanchiment général et photo-toxicité - Pénétration plus grande des IR dans les tissus (jusqu à 1 mm) - Excitation des fluorophores UV sans lumière UV - Bonne séparation des lumières d excitation et d émission INCONVENIENTS - Photo-blanchiment au point focal - Nécessité d un important flux de photons - Balance entre puissance et blanchiment délicate - Coût et maintenance de l appareillage lourd

40 Exemple d application Microscopie Multi-photon Multi-focale: TriMscope Permet une résolution temporelle accrue Balayage conventionnel mono-faisceau confocal ou multiphoton 1 2 Balayage Multi-faisceaux(64) en mode d excitation multiphoton exlusivement 1 2 N 1-2 s./ image (1024x1024) PMT N/ ms./ image (1380x1040) Camera CCD Synchronisée

41 Configuration du poste TriMscope Patch-clamp

42 Fonctionnement du TriMscope de l intérieur Télescope Cube polariseur M M i i i Multiplicateur de faisceau M M M M L M M M 2 faisceaux multiples alternés et de polarités opposées Atténuateur p M Lame λ/2 p Shutter 4 positions Microscope Faisceau laser IR M M M Compensateur Scanner Champs : 450 x 400 µm n=f(λ) 1380X1040 pixels c=f(n)

43 AnalyseOn-line : résolutioncellulaire 10% DF/F 30 sec

44 Analyse On-line : résolution du réseau Détectionautomatiquedu signal o onset ooffset Collaborateurs Principaux : D.Aronov (MIT, USA) Postdoctorant : Dr. P. Bonifazi 30s Cellule # Temps (s) Reconstruction automatique de l activité de réseau Exploration statistique (ex. Analyse de Cluster) Analyse de la connectivité

45 Enregistrementen patch-clamp de cellules cibles Localisationdes microcircuits actifs Patch clamp et analyses morphologiques

46 Quelques questions possibles Structure fonctionnelle des réseaux : Cartes de connectivité Description des patrons d activité spontané : - Identification des générateurs de rythmes Etudes de la dynamique des réseaux : Où ces activités commencent? Comment s arrêtent-elles, se propagentelles, évoluent-elles?

47 Sources et Ressources WEB divers Molecularexpressions Microscopy U (Nikon) : Microscopy resource system (Olympus): A whole world of microscopy knowledge (Zeiss): Wikipédia Plate-formes d imagerie PICSL : MICROSCOPIE OPTIQUE (PDF indisponible) BIC Microscopie à épi-fluorescence et microscopie confocale(pdf) Membres du GDR2588 CNRS (microscopie fonctionnelle des systèmes vivants) et du RTmfm(Réseau technique de microscopie de fluorescence multidimensionnelle). Cours Arnaud Sergé (université de la Méditerranée Marseille II) Yves Husson (Université Joseph Fourrier Grenoble) Serge Monneret (Institut Fresnel, Marseille) Maxime Dahan(Laboratoire Kastler Brossel, ENS) François Waharte(institut Curie, UMR144) Commentaires, remarques, améliorations :

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Rev : 21/01/2015 Microscopie de fluorescence La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 François MICHEL PhD Quelques images en fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

Systèmes confocaux rapides Tristan Piolot Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques Monod Tel: 0144275784

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

LA MICROSCOPIE CONFOCALE

LA MICROSCOPIE CONFOCALE LA MICROSCOPIE CONFOCALE Philippe COCHARD, Directeur de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement UMR 5547 CNRS/UPS Université Paul Sabatier Philippe.cochard@univ-tlse3.fr Principe Fonctionnement

Plus en détail

Application et méthodologie d acquisition d images

Application et méthodologie d acquisition d images Application et méthodologie d acquisition d images Application industrielle et acquisition de l image 2 Imagerie industrielle est utilisée comme outil de contrôle et de gestion augmentation flexibilité

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal.

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal. Microscope confocal à balayage laser Photo-détecteur Filtre confocal Plan image Image reconstruite point par point par balayage laser Miroir dichroïque Source de lumière Laser Objectif Obtention directe

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment 112 - Centre universitaire

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

epi-fluorescence microscope

epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope Certaines substances dés qu ils sont excitées avec de la lumière de certain longueur d onde, possèdent-elles la capacité d émettre à nouveau de la

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Intérêt de la fluorescence. La finesse

Intérêt de la fluorescence. La finesse Intérêt de la fluorescence La finesse R R V B lumière blanche chromophore V B En fond clair: le contraste est du à l absorption des photons par les chromophores excitation λ1 bleu λ2 > λ1 émission λ2 vert

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg Adrien Paoli Aurore Strugala FRAP & FLIP Technique FRAP Technique FLIP Avantages & inconvénients Exemples d application Alternatives Adrien Paoli Aurore Strugala Introduction > Technique FRAP > Technique

Plus en détail

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Intervenant : François Waharte Plateforme Imagerie Cellulaire et Tissulaire UMR144 Institut Curie Francois.Waharte@curie.fr Bases de la microscopie

Plus en détail

Microscopie multiphoton illuminée par nappe : imagerie de fluorescence rapide et en profondeur dans les tissus vivants

Microscopie multiphoton illuminée par nappe : imagerie de fluorescence rapide et en profondeur dans les tissus vivants Microscopie multiphoton illuminée par nappe : imagerie de fluorescence rapide et en profondeur dans les tissus vivants Willy SUPATTO Laboratoire d Optique et biosciences, École polytechnique, CNRS UMR

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE CAHIER TECHNIQUE La super-résolution Guillaume DUPUIS Maître de conférences Centre de Photonique Biomédicale Centre Laser de l Université Paris-Sud, Fédération LUMAT FR 2764, 91405 Orsay guillaume.dupuis@u-psud.fr

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA CYTOMÉTRIE TRIE EN FLUX ET MICROSCOPIE CONFOCALE: 2 TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES MENTAIRES POUR L EXPLORATION L DU FONCTIONNEMENT CELLULAIRE FORMATION pour le LBFA Cécile COTTET 2007 3 sessions : I- Pré

Plus en détail

RAPPORT DE PROJET TUTEUR : KUBS FLEUR CARBILLET FANNY. Dr D.DUMAS. Année universitaire 02/03

RAPPORT DE PROJET TUTEUR : KUBS FLEUR CARBILLET FANNY. Dr D.DUMAS. Année universitaire 02/03 KUBS FLEUR CARBILLET FANNY RAPPORT DE PROJET Etude bibliographique des méthodes de caractérisation de systèmes optiques mises en œuvre en fonction des contraintes expérimentales. L instrumentation du service

Plus en détail

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025 microscopie de fluorescence par excitation à deux photons : application à des études de corrélations et de déclins de fluorescence en milieu biologique Elvire Guiot To cite this version: Elvire Guiot.

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine L Imagerie Petit Animal : Visualisation de marqueurs in vivo Fluorescence ou Bioluminescence Bruno Combettes HAMAMATSU

Plus en détail

Dispositif Interrégional en Imagerie Cellulaire. Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté

Dispositif Interrégional en Imagerie Cellulaire. Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté Formation en imagerie : 7 formations complémentaires Cytométrie conventionnelle Spectroscopie résolue en temps FLIM FRET

Plus en détail

Techniques d imagerie à base d impulsions femtosecondes

Techniques d imagerie à base d impulsions femtosecondes Lasers femtosecondes : principes et applications en physique, chimie et biologie (5/6) Techniques d imagerie à base d impulsions femtosecondes 1. Tomographie cohérente optique 2. Microscopie à deux photons

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF)

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Stephanie Bonneau stephanie.bonneau@upmc.fr 1- interaction lumière matière A- Bases physiques de la lumière Une forme d énergie

Plus en détail

Microscopie confocale

Microscopie confocale Microscopie confocale FP CNRS Nice 2009 Christian Rouvière CNRS-UMR7009 rouviere@obs-vlfr.fr Microscopie confocale Microscopie de fluorescence Principe incidence de la microscopie photonique sur la MC

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM. Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas

Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM. Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas «Principe de la microscopie confocale à balayage laser» Formation permanente

Plus en détail

Revue de processus service Imagerie 1/04/2015

Revue de processus service Imagerie 1/04/2015 Revue de processus service Imagerie 1/04/2015 Réunion des utilisateurs des vidéo microscopes et apotomes ObserverZ1 colibri1 salle 7014 ImagerZ1 Apo salle 1023 Responsable Vidéo et Mécanique Brice DETAILLEUR

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

La microscopie optique. Nicolas Sandeau Maître de Conférences

La microscopie optique. Nicolas Sandeau Maître de Conférences La microscopie optique Nicolas Sandeau Maître de Conférences A quoi ça sert? Observer un objet, un phénomène avec une bonne résolution spatiale (voire temporelle) sans trop de perturbations (innocuité).

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22 UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22 Mettre en marche le contrôleur de Température... 2 Mettre en marche le contrôleur de CO2... 3 Allumage du Spinning-Disk... 4 Observer l échantillon à l oculaire... 5

Plus en détail

MRI. Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier

MRI. Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier MRI FORMATION Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 Contacts : Vicky Diakou, pverdin@unvi-montp2.fr, (Plate-forme régionale d imagerie Cellulaire Montpellier RIO Imaging) Nicole

Plus en détail

Les capteurs pour l imagerie planétaire, lunaire et solaire. Frédéric Jabet WETAL 2013

Les capteurs pour l imagerie planétaire, lunaire et solaire. Frédéric Jabet WETAL 2013 Les capteurs pour l imagerie planétaire, lunaire et solaire Frédéric Jabet WETAL 2013 Comprendre la photodiode et les capteurs Emmanuel Beaudoin, C14, Basler 1300 - ICX445 Fonctionnement d une photodiode

Plus en détail

Litographie. L'écriture laser vectorielle

Litographie. L'écriture laser vectorielle Litographie L application la plus connue et la plus industrialisée des technologies d'écriture directe par laser vient du secteur de l imprimerie. Dans ce secteur, les résolutions recherchées sont de l

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Microscopie et imagerie :

Microscopie et imagerie : Microscopie et imagerie : enjeu majeur en sciences du vivant 1. Instrumentation : Microscopie confocale et multiphoton, déconvolution, caméras EMCCD, super-résolution, sélective plane illumination (SPIM),

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION - Précis Microscope Confocal Zeiss LSM 710

MANUEL D UTILISATION - Précis Microscope Confocal Zeiss LSM 710 Service Commun de Microscopie MANUEL D UTILISATION - Précis Microscope Confocal Zeiss LSM 710 Version 1 Précis Janvier 2014 SERVICE COMMUN DE MICROSCOPIE MANUEL D UTILISATION Microscope Confocal Zeiss

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Lumière sur l organisation du cerveau

Lumière sur l organisation du cerveau Imagerie moléculaire de la synapse D après la conférence de Daniel Choquet Daniel Choquet est Directeur de l Institut Interdisciplinaire de Neurosciences de Bordeaux et membre de l Académie des sciences

Plus en détail

La fluorescence des végétaux

La fluorescence des végétaux La fluorescence des végétaux Définition de la fluorescence La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par l excitation d une molécule, généralement par absorption d un photon. Ce signal optique

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

Introduction à la Vision 3D

Introduction à la Vision 3D à la Vision 3D David Fofi Le2i UMR CNRS 6306 IUT Le Creusot Les applications présentées sont le fruit d une collaboration entre le Le2i et le laboratoire VICOROB de l Université de Gérone (Espagne). Les

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE

DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE DÉTECTION D AGENT DE CONTRASTE PAR ÉCHOGRAPHIE ET MICROSCOPIE CONFOCALE À FLUORESCENCE Ingrid Leguerney, Muriel Abbaci, Jessie Thalmensi Valérie Rouffiac, Corinne Laplace-Builhé, Nathalie Lassau IR4M UMR

Plus en détail

InSight L100. InSight L100. La solution ultime en matière de scanner laser pour MMT, combinant productivité et précision

InSight L100. InSight L100. La solution ultime en matière de scanner laser pour MMT, combinant productivité et précision InSight L100 Higher productivity Better understanding Faster decisions Superior product quality InSight L100 La solution ultime en matière de scanner laser pour MMT, combinant productivité et précision

Plus en détail

Formation de l image en microscopie optique

Formation de l image en microscopie optique Formation de l image en microscopie optique Aude Jobart-Malfait Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

Microscopie à fluorescence. Les microscopes

Microscopie à fluorescence. Les microscopes Microscopie à fluorescence par Monique Vasseur Responsable Plateforme Microscopie et imagerie Département de biochimie, UdeM Les microscopes Microscopes optiques: qui utilisent la lumière pour former une

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique

Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique Caractérisation(s) d écoulements en microfluidique Vélocimétrie à l échelle du micron: principe, applications, développements Pierre Joseph pjoseph@lpmcn.univ-lyon1.fr Plan du cours Introduction : principe

Plus en détail

Sensibilité (bas niveaux de lumière, hauts niveaux de lumière) Spectre de sensibilité : visible (400-700 nm) mais aussi IR, UV, RX

Sensibilité (bas niveaux de lumière, hauts niveaux de lumière) Spectre de sensibilité : visible (400-700 nm) mais aussi IR, UV, RX Les capteurs pour l imagerie en biologie i Marc Moreau Catherine Leclerc Centre de Biologie du développement UMR 5547 et GDR E n 731 Toulouse BC02 mars 2013 Les différents système d imagerie à base de

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes?

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes? NANOPARTICULE D ORD Qu en attendent les biologistes? Gérard Morel Laboratoire de Physiologie Intégrative Cellulaire et Moléculaire UMR 5123 CNR téphane Roux Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F)

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) BIO (F. Merola, M. Erard, A. Espagne, H. Laguitton-Pasquier) Spectroscopie d émission de fluorescence résolue en temps CTM (I. Demachy, J. Ridard, B. Levy,

Plus en détail

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION Extinction de fluorescence par Transfert 1. Excitation de M 2. Couplage de type dipôle-dipôle, une partie des M* transmettent leur énergie, i.e. seule une partie des M* fluorescent normalement M* + Q M

Plus en détail

Livret d accueil du Centre NanOpTec

Livret d accueil du Centre NanOpTec 1 Version de fév. 2015 Bienvenue! au Centre NanOpTec 2 SOMMAIRE 1 Présentation du Centre P. 3-4 2 Exemple d instrument ouvert aux collaborations P. 5 3 Contacts P. 6 4 Procédure pour réaliser des mesures

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

matière F a i r e l a l u m i è r e s u r l a

matière F a i r e l a l u m i è r e s u r l a Christophe Jouvet*, Marie-Pierre Fontaine** *Centre laser, Laboratoire de photophysique moléculaire **Centre de Photonique BioMédicale (CPBM) Faculté des sciences d Orsay F a i r e l a l u m i è r e s

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I.

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I. ANALYSEUR DE SOUFRE TOTAL DANS LES PROCEDES DE CARBURANTS PETROLIERS Caractéristiques Principales Détermination du soufre total par le procédé MWD XRF Etendue de mesure dynamique de 0.6ppm à 3000ppm Temps

Plus en détail

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10 UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10 Observer aux oculaires en transmission 5 Observer aux oculaires en fluorescence 6 Observer au Spinning disk 7 Echantillonnage spatial, dynamique des images 8 Enregistrer

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail