La fluorescence, les fluorophores

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fluorescence, les fluorophores"

Transcription

1 La fluorescence, les fluorophores

2 Taille d observation et techniques de microscopies électron photon < nm Me Mb 4Pi STED PALM FPALM STORM TIRF. Champ plein Confocal Double photon Microscopie Corrélative

3 Quelques exemples d images en fluorescence

4

5

6

7

8

9 I) Principe physique de la fluorescence : I.1) Diagramme de Jablonski I.2) Spectres d absorption et d émission de fluorescence I.3) Paramètres de la fluorescence I.3.1) Intensité de fluorescence I.3.2) Influence de la concentration sur l intensité de fluorescence I.3.3) Rendement quantique de fluorescence I.3.4) Temps de vie de fluorescence II) Les nouvelles familles de Fluorophores : II.1) Paramètres pour sélectionner un fluorophore II.2) La GFP et ses dérivés II.3) Les Fluorophores - modulables II.4) Les Alexa II.5) les quantum dots III) Les effets de l environnement sur les Fluorophores III.1) bleaching et Quenching de fluorescence III.2) Le rôle des antifading :

10 La luminescence?

11 Emission de lumière La luminescence C est la propriété de nombreuses substances d émettre de la lumière sous l effet d une excitation Excitation d origine lumineuse : La fluorescence (spath fluoré : Stockes) La phosphorescence Autres origines d excitations : La thermoluminescence La triboluminescence La chimioluminescence.

12 Rappels Les états d énergie d une molécule : Les états d énergie d une molécule sont quantifiés Chaque émission ou absorption d une quantité E d énergie lumineuse par un atome est liée à la fréquence de cette lumière par la relation (Principe de Planck) E = h = h. c/ h constante de Planck : J.s c célérité de la lumière : ms -1 la longueur d onde nm

13 Représentation des transitions énergétiques : Diagramme de Jablonski 2 S niveaux excités 2 S niveaux rotationnels niveaux vibrationnels niveau fondamental S

14 La répartition de ces différents niveaux est donnée par la loi De Boltzmann : N excité = N fond. exp(- E/kT) E : représente l énergie nécessaire pour peupler les états excités à Partir de l état fondamental L absorption d un photon par une molécule va se traduire par une Redistribution de ses électrons périphériques sur les orbitales (principalement et ) et en conséquence par le peuplement des états Excités.

15 La fluorescence - la phosphorescence Fluorescence S Conversion interne S T1 h F h p 2 S h a Diagramme de Jablonski

16 Temps caractéristiques pour l absorption, la fluorescence, la phosphorescence et les processus non radiatifs

17 Le processus d absorption est très rapide (<10-15 s) et la géométrie Du système reste inchangée, c est le principe de Franck-Condon Les autres transitions sont plus lentes et la duré de vie des états excités Est suffisante pour que la molécule puisse selon les cas : - Changer de conformation - Interagir avec le solvant - Se protoner ou se déprotoner - Entrer en collision avec d autres molécules - Se réorienter

18 D.O F Du Diagramme aux spectres S 2 E S 1 S Longueur d'onde (nm)

19 Coefficient d extinction molaire Spectres d absorption et d émission Intensité de fluorescence max Abs max Em (nm)

20 - Règle de l image en miroir : les deux spectres d excitation et d émission ne sont pas superposables. - Décalage de Stokes : on observe un déplacement vers les grandes longueurs d onde de la lumière d émission par rapport à celle d absorption. E = h = h. c/ E

21 - L intensité de fluorescence : la microscopie de fluorescence a une Sensibilité > la microscopie de transmission Absorption : loi de Beer Lambert : I=I cd c: concentration d : longueur traversée : coefficient d extinction (10 5 mol -1 L cm -1 ) Emission : I F = R c I 0 R : constante d appareil

22 Effet de la concentration sur l intensité de fluorescence L intensité du rayonnement fluorescent F est proportionnelle à la puissance du faisceau d excitation absorbé par le système F = K (I 0 I) (1) Pour relier F à la concentration c des fluorophores on utilise la loi de Beer lambert I=I cd (2) En combinant (1) et (2) on obtient : F = K I 0 ( cd ) Pour cd < 0.05, on a l approximation F = K cd I 0 Et si on considère I 0 constant on a : F = K c

23 Lorsque cd > 0.05 la relation cesse d être linéaire due au Phénomène d auto-désactivation

24 Rendement quantique de fluorescence Le rapport du nombre de photons émis sur le nombre de photons absorbés définit le rendement quantique Q de fluorescence d une espèce. Q = h émis h absorbés Q < 1

25 Temps de vie de fluorescence Bien faire la différence entre déclin de fluorescence et le déclin de l intensité stationnaire de fluorescence (photoblanchiement) Une molécule excitée après l absorption d un photon peut revenir À l état fondamental : - processus non radiatif, k nr - processus radiatif, k r, Temps de vie de fluorescence : T = 1/ k r

26 Processus bimoléculaire Le quenching de fluorescence Quenching dynamique (ou avec diffusion) : Dû à une espèce en solution M*+ Q M + Q + énergie en compétition avec la réaction M* M + fluorescence Se produit sans consommation du quencher Quenching statique (ou sans diffusion) : M + Q MQ Formation de complexes non fluorescents Le quenching est l effet du milieu d observation sur l émission de Fluorescence

27 Etat sombre des fluorochromes

28 LES FLUOROPHORES

29 Classification des fluorophores -Sondes organiques -Sondes inorganiques - Protéines fluorescentes - Sondes fluorescentes - Sondes non linéaires - Quantum dots - Type de modulabilité

30 Les protéines fluorescentes Critères de sélection d un fluorophore pour un mono-marquage - longueur d onde du pic d excitation (nm) - longueur d onde du pic d émission (nm) - coefficient d extinction maximal (M -1 cm -1 ) - rendement quantique de fluorescence - durée de vie de fluorescence (s) - luminosité relative (dérivés) - demi vie de maturation (h) - conditions physico-chimiques YFP

31 Critères de sélection de fluorophores pour un multi-marquage - Éviter d avoir des fluorochromes dont les spectres d excitation et d émission se recouvrent - Eviter d avoir le spectre d émission d un fluorophore qui recouvre le spectre excitation d un autre fluorophore

32 Nouvelles sondes biologiques (1ère génération) Coefficient D extinction (M -1 cm -1 ) Rendement quantique %Q FITC Pic D excitation (nm) Pic D émission (nm) PH dépendance (EC50) Bleaching Time (relatif) EBFP ECFP EGFP EYFP dsred ou RFP

33 Nouvelles sondes biologiques (2ème génération) Version amélior ée de Coefficient d extinction Pic excitation /Pic emission Rendeme nt quantiqu e ½ Temps de maturation Intensité relative/wt DsredT1 Dsred / DsredT3 Dsred / DsredT4 Dsred / Venus YFP / rapide 30 mrfp1 Dsred 584/ <1h RedStar DSred 544/590 >WT <WT 20

34 Version amélior ée de Coefficient d extinction Pic excitation /Pic emission Rendeme nt quantiqu e ½ Temps de maturation Intensité relative/wt mhoneydew Dsred / ND 3% Mbanana Dsred / h 7% morange Dsred / h 83% dtomato Dsred / h 80% mstrawberry Dsred 574/ min % mcherry DSred / min 27%

35 Spectres d émission et d excitation des variants RFP

36 GFP modulables Photo-activable Photo-switchable Timer Mesure d interactions : - du milieu : biosenseur - entre partenaires : «complémentation»

37 Les fluorophores photo-activables - PA-GFP (aequorea victoria) - Kaede (Trachyphyllia geoffroyi) - KFP1 (Anemonia sulcata) Changements des caractéristiques spectrales par application d un flux de photons

38 Photoactivation de la PA- GFP : Les Fluorophores activables photoactivé Après photoactivation absorbance à 475 nm x 100

39 Kaede : après photo-activation irréversible le ratio de fluorescence rouge / vert x 2000 Tétramère Photoactivée à nm Ex 470 em 510 apres photoactivation ex 540 emission 580 Application : mesure de vitesse de diffusion de protéines marquées

40 KFP1 : après photo-activation émission de fluorescence dans le rouge X 30 Photoactivée à 532 nm Tétramère osfp (lobophyllia hemprichii) etramère m 516nm hotoactivation nm, em 581 nm

41 Nat Methods Feb;6(2):124-5.david w piston

42 Photoconversion meilleure sous illumination prolongée à faible intensité Katushka, mkate, Hcred1, morange1 plus faible conversion que Kaede et Dendra2 Changement de contraste de morange1 comparable à Kaede Stabilité des espèces photoconverties morange plus stable

43 Les Fluorophores switchables Drompa dérivé de la GFP État 1 ex 503nm / em 518nm Forte excitation 488 nm Forte excitation 405 nm État 2 ex 380nm / em 518nm

44

45 Les fluorophores Timer

46 Les GFPs : Biosenseurs GFP un indicateur intracellulaire de ph

47 La PHluorin : dérivé de la GFP - Pka =6,5 - Mesure du rapport d intensité de fluorescence ex475/ ex395 Permet le suivi de la variation de ph

48 Activation de la citrine par le ph : Citrine YFP / >WT =WT

49 YFP senseur des ions halogénures

50 BIFC : bimolecular fluorescence complementation Hu Kerpolla Nat. Biotech.(2003) 21: Hu et al. Mol. Cell (2002) 9:

51 Hu Kerpolla

52

53 Les sondes fluorescentes : La famille des Alexa Avantages: - Photo-stabilité, pas de formation d agrégats - Faible sensibilité aux variations de ph - Conservation d une forte luminescence, conjugués à des protéines - Faible poids moléculaire - Large gamme spectrale :

54 Inconvénient : Ces fluorophores portent une charge négative nette et peuvent causer des interactions non spécifiques avec des structures chargées positivement Imagine-iT FX signal enhancer

55 Sondes non linéaires - Utilisées pour l imagerie multiphotonique - 2 p excited fluorecence 2 I 2 2 : section efficace à 2 photons - Il faut les fluorophores avec 2 la plus grande - GFP 2 = 10 Göppert Mayer 2 > 100

56 Les quantum dots (boite quantique) - Ce sont des cristaux de semi-conducteurs de forme sphérique et de quelques nanomètres de diamètre - La longueur d onde d émission est directement reliée à la taille - Avec la même longueur d excitation il est possible d émettre à différentes longueur d ondes 2 nm

57 Exemple de marquage avec QD Figure 4: Specific labeling of live cells expressing Pgp-GFP using QD bioconjugates. (A D) Orange-emitting QDs were conjugated to either (A) avidin or (B) anti-pgp antibody, using the recombinant protein G leucine zipper fusion protein (PG-zb). Confocal images of HeLa cells transiently transfected with Pgp-EGFP were taken after (C) pre-incubation with the biotinylated anti- Pgp antibody followed by a brief incubation with QD-avidin conjugates or (D) incubation with QDs conjugated to anti-pgp antibody via PG-zb. In both cases, the QD bioconjugates labeled the cell membrane, and although many cells are visible in the bright-field image, only those that are expressing detectable levels of Pgp-EGFP are labeled with QDs. Bar, 10 m. Long-term multiple color imaging of live cells using quantum dot bioconjugates pp Jyoti K. Jaiswal, Hedi Mattoussi, J. Matthew Mauro & Sanford M. Simon

58 Problèmes de ces marqueurs - Formation d agrégats - Problème : mauvaise solubilité en milieu aqueux. - taille - toxicité - pénétration dans les cellules - clignotement des QD (arrêt avec Le beta mercaptoéthanol)

59 Avantages - bandes passantes d émission étroite (largeur à mi-hauteur 20 nm) - opaques aux électrons, un même tissu peut être utilisé en microscopie photonique et électronique - une section efficace appropriée pour la microscopie biphotonique 2 > faible photoblanchiement - avec une seule longueur d onde d excitation on peut suivre différents marqueurs sur une large gamme spectrale (avantage avec le développement de l imagerie spectrale)

60 Sélection en pratique Couleur Bleu < > 460 nm Vert < > 520 nm Rouge < > 590 nm Proche Infrarouge 670nm Fluorophores conseillés Dapi, Hoechst, alexa 405, QD Alexa 488, Cy2, GFP, egfp, YFP,QD Alexa 568, Cy3, Propidium iodide, DsRed2,QD Alexa 633, Alexa 647, QD Fluorophores moins conseillés Cascade blue, Pacific blue, Fluoroblue FITC, Oregon Green, Bodipy. Rhodamine, Texas red, TRITC Cy5

61 Attention utilisation DAPI

62 La déperdition de la fluorescence Le Photobleaching ou Fading, correspond à la perte plus ou moins rapide de fluorescence au cours du temps par hyper-excitation lumineuse aboutissant à la destruction de la molécule. C est en relation avec les propriétés intrinsèques du fluorophore. Un fluorophore peut Émettre un nombre fini de photons <10 6

63 Retarder la perte de fluorescence Due au quenching et au photobleaching - Enlever l oxygène du milieu de montage - Augmenter la viscosité du milieu de montage (glycérol), limite diffusion de l oxygène et des radicaux libres. - Une fois le montage réalisé bien vernir les bords de la lamelle - Après une observation avec de l huile à immersion, enlever l huile. - Préserver les champs non observés en utilisant le diaphragme de champ - Utiliser les filtres de densité pour atténuer l excitation

64 Les milieux anti-fading Sur un fluorophore donné, les milieux ont des effets différents

65 Effets de différents milieux sur la photostabilité des Alexa A chaque fluorophore, on peut trouver un antifading le plus approprié

66 Le choix de l antifading dépend du résultat que l on désire Intensité de fluorescence Temps Une diminution progressive de l intensité de fluorescence : Slowfade light Vectashield, Prolong Une lente diminution de l intensité de fluorescence mais avec un quenching initial important : Slowfade

67 Probes.invitrogen.com sondes fluorescentes et spectre Clontech.com/gfp proteines autofluorescentes Mobitec.com sondes fluorescentes et technologies Mellesgriot.com cours d optique Omegafilters.com spectres de sondes fluorescentes Chroma.com spectres de sondes fluorescentes

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION Extinction de fluorescence par Transfert 1. Excitation de M 2. Couplage de type dipôle-dipôle, une partie des M* transmettent leur énergie, i.e. seule une partie des M* fluorescent normalement M* + Q M

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Fluorochromes et protéines fluorescentes

Fluorochromes et protéines fluorescentes Fluorochromes et protéines fluorescentes Susanne Bolte Formation microscopie photonique CNRS 2010 Quelques rappels sur la fluorescence La fluorescence est l absorption moléculaire d énergie lumineuse à

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine L Imagerie Petit Animal : Visualisation de marqueurs in vivo Fluorescence ou Bioluminescence Bruno Combettes HAMAMATSU

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

epi-fluorescence microscope

epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope Certaines substances dés qu ils sont excitées avec de la lumière de certain longueur d onde, possèdent-elles la capacité d émettre à nouveau de la

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg Adrien Paoli Aurore Strugala FRAP & FLIP Technique FRAP Technique FLIP Avantages & inconvénients Exemples d application Alternatives Adrien Paoli Aurore Strugala Introduction > Technique FRAP > Technique

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes.

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes. Préparation des échantillons pour l immunohistochimie Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Laurence

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF)

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Stephanie Bonneau stephanie.bonneau@upmc.fr 1- interaction lumière matière A- Bases physiques de la lumière Une forme d énergie

Plus en détail

Les Protéines Fluorescentes. Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine

Les Protéines Fluorescentes. Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine Les Protéines Fluorescentes Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine Sondes fluorescentes et méthodes d imagerie en biologie : GFP, EGFP, BFP, CFP, YFP, dsred, mrfp1, Hc Red,

Plus en détail

Dynamique moléculaire dans la cellule vivante: FRAP, PA-GFP, FLIP

Dynamique moléculaire dans la cellule vivante: FRAP, PA-GFP, FLIP Dynamique moléculaire dans la cellule vivante: FRAP PA-GFP FLIP Christophe KLEIN IFR58 - Service commun d Imagerie Cellulaire et de Cytomètrie Institut Biomédical des Cordeliers - 75006 Paris Christophe.Klein@ifr58.bhdc.jussieu.fr

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F)

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) BIO (F. Merola, M. Erard, A. Espagne, H. Laguitton-Pasquier) Spectroscopie d émission de fluorescence résolue en temps CTM (I. Demachy, J. Ridard, B. Levy,

Plus en détail

Lumière sur l organisation du cerveau

Lumière sur l organisation du cerveau Imagerie moléculaire de la synapse D après la conférence de Daniel Choquet Daniel Choquet est Directeur de l Institut Interdisciplinaire de Neurosciences de Bordeaux et membre de l Académie des sciences

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Formation de l image en microscopie optique

Formation de l image en microscopie optique Formation de l image en microscopie optique Aude Jobart-Malfait Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

LE MICROSCOPE OPTIQUE

LE MICROSCOPE OPTIQUE LE MICROSCOPE OPTIQUE Le microscope optique est un instrument d'optique muni d'un système objectif et d'un système habituellement binoculaire qui permet de grossir l'image d'un objet de petites dimensions

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA CYTOMÉTRIE TRIE EN FLUX ET MICROSCOPIE CONFOCALE: 2 TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES MENTAIRES POUR L EXPLORATION L DU FONCTIONNEMENT CELLULAIRE FORMATION pour le LBFA Cécile COTTET 2006 3 sessions : I- Pré

Plus en détail

Application et méthodologie d acquisition d images

Application et méthodologie d acquisition d images Application et méthodologie d acquisition d images Application industrielle et acquisition de l image 2 Imagerie industrielle est utilisée comme outil de contrôle et de gestion augmentation flexibilité

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique.

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique. Chapitre 19 Sciences Physiques - BTS Lumière et couleur 1 Introduction. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025 microscopie de fluorescence par excitation à deux photons : application à des études de corrélations et de déclins de fluorescence en milieu biologique Elvire Guiot To cite this version: Elvire Guiot.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Les principes de la spectroscopie de fluorescence : de la théorie à la pratique

Les principes de la spectroscopie de fluorescence : de la théorie à la pratique Les principes de la spectroscopie de fluorescence : de la théorie à la pratique Nathalie Locquet, INRA UMR, INRA-Agroparistech, Ingénierie Procédés Aliments, équipe IAQA (Ingénierie Analytique pour la

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

Microscopie confocale

Microscopie confocale Microscopie confocale principes et applications 27 mars 2014 Plan de la présentation - Qu est-ce que la microscopie confocale? différence entre la microscopie conventionnelle et confocale type de microscopie

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

La fluorescence des végétaux

La fluorescence des végétaux La fluorescence des végétaux Définition de la fluorescence La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par l excitation d une molécule, généralement par absorption d un photon. Ce signal optique

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE

FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 214 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE PHYSIQUE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Baccalauréat général annale zéro

Baccalauréat général annale zéro éduscol Baccalauréat général Enseignement de physique-chimie Épreuve de spécialité séries S Baccalauréat général annale zéro Sujets de spécialité Extrait du BO spécial n 8 du 13 octobre 2011 En plaçant

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 10 octobre 2011 Table des matières 1 Couleur, vision et image 2 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 2 1.2 Lentille

Plus en détail

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Rev : 21/01/2015 Microscopie de fluorescence La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 François MICHEL PhD Quelques images en fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Microscopie et imagerie :

Microscopie et imagerie : Microscopie et imagerie : enjeu majeur en sciences du vivant 1. Instrumentation : Microscopie confocale et multiphoton, déconvolution, caméras EMCCD, super-résolution, sélective plane illumination (SPIM),

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 2. Le coronographe de Lyot Le coronographe est un système optique assez complexe conçu pour observer les protubérances solaires en réalisant une sorte «d

Plus en détail

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE CAHIER TECHNIQUE La super-résolution Guillaume DUPUIS Maître de conférences Centre de Photonique Biomédicale Centre Laser de l Université Paris-Sud, Fédération LUMAT FR 2764, 91405 Orsay guillaume.dupuis@u-psud.fr

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP

champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP Détermination d un d champ de force pour la dynamique du chromophore de protéines fluorescentes GFP Germain Vallverdu, Jacqueline Ridard, Bernard Lévy, Isabelle Demachy Laboratoire de Chimie Physique Université

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment 112 - Centre universitaire

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

LA MICROSCOPIE CONFOCALE

LA MICROSCOPIE CONFOCALE LA MICROSCOPIE CONFOCALE Philippe COCHARD, Directeur de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement UMR 5547 CNRS/UPS Université Paul Sabatier Philippe.cochard@univ-tlse3.fr Principe Fonctionnement

Plus en détail

Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles

Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles Catherine Cheniclet UMR 619 Biologie du fruit, Villenave d Ornon Pôle Imagerie du Végétal journées RµI 25-26 novembre 2010 0 jaa Divisions cellulaires

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes?

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes? NANOPARTICULE D ORD Qu en attendent les biologistes? Gérard Morel Laboratoire de Physiologie Intégrative Cellulaire et Moléculaire UMR 5123 CNR téphane Roux Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Développement d une plateforme de microscopie en imagerie de fluorescence en temps de vie (FLIM) et de nanoparticules plasmoniques fluorescentes

Développement d une plateforme de microscopie en imagerie de fluorescence en temps de vie (FLIM) et de nanoparticules plasmoniques fluorescentes Développement d une plateforme de microscopie en imagerie de fluorescence en temps de vie (FLIM) et de nanoparticules plasmoniques fluorescentes Mémoire Samuel Ouellet Maîtrise en chimie Maître ès sciences

Plus en détail