Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE"

Transcription

1 Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année

2

3 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat Rayons lumineux. Faisceaux lumineux Les lois de Snell-Descartes Indice de réfraction Lois de Snell-Descartes Discussion de la troisième loi de Snell-Descartes a Cas où n 1 < n 2 : réfraction limite b Cas où n 1 > n 2 : réflexion totale Lame à faces parallèles Le prisme 9 1 Formules du prisme Définitions Déviation de la lumière par un prisme a Marche d un rayon lumineux. Formules du prisme b Conditions d émergence Étude de la déviation Variation de D en fonction de n Variation de D en fonction de i : minimum de déviation Dispersion de la lumière Notions de stigmatisme-objets-images 15 1 Image d un point, notion de stigmatisme Stigmatisme approché - Approximation de Gauss Objets ou images réels ou virtuels Miroirs plans et sphériques 19 1 Miroirs plans Image d un objet ponctuel Image d un objet étendu Miroirs sphériques Définitions Relations de conjugaison dans l approximation de Gauss a Relation de conjugaison avec origine au sommet b Relation de conjugaison avec origine au centre Propriétés des miroirs sphériques i

4 ii TABLE DES MATIÈRES 2.3.a Propriété du centre C du miroir b Propriété du sommet S du miroir c Foyer et plan focal d Distance focale, vergence Construction de l image d un objet Grandissement a Origine au sommet b Origine au centre Dioptre plan 31 1 Définition Relation de conjugaison du dioptre plan Lentilles minces 35 1 Lentilles minces sphériques Lentilles convergentes ; lentilles divergentes Propriétés des lentilles minces Propriété du centre optique Foyers objet et image - Distance focale a Foyers objet et image b Distance focale Plans focaux objet et image a Définition b Propriété : Foyers secondaires Vergence d une lentille Constructions géométriques Construction de l image d un objet plan Construction d un rayon transmis Relations des lentilles minces Relations de conjugaison a Relation de conjugaison de Newton b Relation de conjugaison de Descartes Grandissement a Grandissement avec origine aux foyers b Grandissement avec origine au centre Association de lentilles minces Foyers, distances focales et vergence a Foyer objet b Foyer image c Distances focales et vergence d Construction géométrique de F et F Cas particuliers a Lentilles accolées b Système afocal

5 TABLE DES MATIÈRES iii 7 L Œil et la vision 47 1 L œil Description L œil réduit Accommodation Equations de la vision Quelques défauts de l œil L œil normal ou emmétrope La myopie L hypermétropie La presbytie L astigmatisme Acuité visuelle et pouvoir séparateur Instruments d optique 57 1 Microscopie classique La loupe a Principe b Puissance de la loupe c Grossissement Le microscope a Principe b Puissance c Grossissement Microscopie moderne La lunette astronomique Principe Conditions d observations Grossissement Lunettes terrestres*

6

7 Chapitre 1 LES GRANDS PRINCIPES DE L OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE On peut construire toute l optique géométrique à partir du principe de Fermat (1657). En effet, de ce dernier découle la notion de rayon lumineux ainsi que les lois de la réflexion et de la réfraction, dites lois de Snell-Descartes. Dans ce chapitre, nous nous contenterons d énoncer ce principe et de présenter (sans démonstration) ses conséquences. 1 Principe de Fermat Le chemin effectivement suivi par la lumière pour aller d un point à un autre est celui pour lequel le temps de parcours est minimum (en toute rigueur extrêmum). Ce principe a deux conséquences immédiates : Dans un milieu transparent et homogène (milieu dont l indice de réfraction n est uniforme, i.e. le même en tout point), la lumière se propage en ligne droite. C est le principe de propagation rectiligne de la lumière. Le trajet suivi par la lumière est indépendant du sens de parcours. C est le principe du retour inverse de la lumière. Autrement dit, si un rayon lumineux SI pénètre dans un système optique quelconque pour en ressortir suivant I S (fig. 1.1), un rayon lumineux entrant dans le système suivant S I en ressortira suivant IS. S I Système optique I' S' Fig. 1.1 Retour inverse de la lumière.

8 2 Chapitre 1. Les grands principes de l optique géométrique 2 Rayons lumineux. Faisceaux lumineux On appelle rayon lumineux la trajectoire effectivement suivie par la lumière. Dans un milieu homogène, du fait de la propagation rectiligne de la lumière, les rayons lumineux sont des droites que l on représente avec une ou plusieurs flèches indiquant dans quel sens se fait la propagation. Un laser, par exemple, fournit un faisceau que l on peut assimiler pratiquement à un rayon lumineux. Un ensemble de rayons constitue un faisceaux lumineux. Remarque : lorsqu on fait passer la lumière au travers d orifices de très petite taille (comparable en fait à la longueur d onde de la lumière utilisée), on observe un phénomène nouveau appelé diffraction, qui représente un écart à la loi de propagation rectiligne de la lumière. Ce phénomène ne pouvant s expliquer qu en prenant en compte la caractère ondulatoire de la lumière, il sort donc du cadre de ce cours. 3 Les lois de Snell-Descartes 3.1 Indice de réfraction Dans le vide, la lumière se propage en ligne droite à la vitesse c qui est, par définition, la suivante : c = m.s m.s 1. Par contre l expérience montre que la vitesse de propagation de la lumière change d un milieu matériel à l autre, et qu elle est toujours inférieure à c. On définit alors l indice de réfraction n d un milieu comme étant égal au rapport de la vitesse de la lumière dans le vide, à la vitesse v de la lumière dans le milieu considéré : n = c v. L indice du vide est donc égal à l unité, tandis que l indice des substances transparentes dans le visible est supérieur à l unité. Retenons les valeurs des indices des milieux suivants : indice de l air : 1,0003 indice du verre : 3/2 indice de l eau : 4/3. Notons que l indice de l air étant pratiquement égal à 1, nous l assimilerons par la suite au vide. En fait, ces valeurs sont des valeurs moyennes car l indice d un milieu varie avec la longueur d onde λ de la lumière selon la formule approchée de Cauchy : n(λ) = A + B λ 2, où A et B sont des constantes caractéristiques du milieu considéré. Pour finir, un peu de vocabulaire : plus l indice absolu d un milieu transparent est élevé, plus ce milieu est dit réfringent. Par exemple le verre (n = 3/2) est plus réfringent que l eau (n = 4/3).

9 3 Les lois de Snell-Descartes Lois de Snell-Descartes Ces lois, qui découlent du principe de Fermat, régissent le comportement d un rayon lumineux à la surface de séparation de deux milieux transparents différents (dioptre). Considérons un rayon lumineux (appelé rayon incident) arrivant en un point I (appelé point d incidence) situé sur la surface d un dioptre séparant deux milieux d indices n 1 et n 2. Ce rayon est alors scindé en deux parties d intensités différentes : Un rayon, dit rayon réfléchi, qui se propage dans le milieu d indice n 1, et un rayon se propageant dans le milieu d indice n 2, qualifié de réfracté. On repère par les angles i 1 (angle d incidence), i 1 (angle de réflexion) et i 2 (angle de réfraction) les inclinaisons des trois rayons relativement à la normale au dioptre en I (cf. figure 1.2). Le plan défini par la normale au dioptre et le rayon incident est appelé plan d incidence. N i 1 i 1 dioptre n 1 I n 2 i 2 Fig. 1.2 Lois de Snell-Descartes. Les lois de Snell-Descartes (au nombre de trois) sont les suivantes : 1. Le rayon réfléchi et le rayon réfracté sont dans le plan d incidence. 2. i 1 = i 1, 3. n 1 sin i 1 = n 2 sin i 2. Remarques : Les angles considérés ici sont des angles orientés. Si ce n était pas le cas, la deuxième loi de Snell-Descartes s écrirait i 1 = i 1. n 1 et n 2 étant positifs, i 1 et i 2 ont même signe. Les rayons incident et réfracté sont donc toujours de part et d autre de la normale. Lorsque l angle d incidence est faible, l angle de réfraction l est aussi. Dans ces conditions sin i k i k (k = 1, 2 et i k en radian), et la deuxième loi de la réfraction prend la forme suivante (loi de Képler) : n 1 i 1 = n 2 i 2.

10 4 Chapitre 1. Les grands principes de l optique géométrique 3.3 Discussion de la troisième loi de Snell-Descartes 3.3.a Cas où n 1 < n 2 : réfraction limite S 2 S 1 i 1 n 1 n > n 2 1 I R 1 i 2 R 2 i lim Fig. 1.3 Réfraction limite. Le rayon lumineux passe du milieu 1 moins réfrigent au milieu 2 plus réfrigent (fig. 1.3). Nous avons alors n 1 sin i 1 = n 2 sin i 2 avec n 2 > n 1. Il en résulte que sin i 2 < sin i 1 ; les angles i 1 et i 2 étant compris entre 0 et π/2, sinus et angles varient dans le même sens, soit i 2 < i 1. Le rayon réfracté se rapproche donc de la normale. Un rayon incident normal (S 1 I), pour lequel i 1 = 0, entre sans déviation (IR 1 tq i 2 = 0). Lorsque i 1 croît, i 2 croît aussi tout en restant inférieur à i 1. A l incidence rasante (i 1 = π/2), l angle de réfraction est maximal (angle de réfraction limite noté i lim ) et vaut : Par exemple si la lumière va de l air dans le verre : i lim = b Cas où n 1 > n 2 : réflexion totale sin i lim = n 1 n 2. (1) Le rayon lumineux passe maintenant du milieu 1 plus réfrigent au milieu 2 moins réfrigent. La troisième loi de Snell-Descartes implique alors que i 1 < i 2.

11 4 Lame à faces parallèles 5 i r i 1 n 1 n < n 2 1 I i 2 Fig. 1.4 Réflexion totale. Le rayon réfracté s écarte donc de la normale et l angle de réfraction est maximal (i 2 = π/2) pour un angle d incidence limite i r tel que : sin i r = n 2 n 1. (2) Si l angle d incidence est supérieur à i r, il n y a plus de rayon réfracté (en effet, on a alors sin i 2 > 1, i 2 n est donc plus défini), le rayon incident est totalement réfléchi : on parle de réflexion totale. Le dioptre se comporte comme un miroir (fig. 1.4). 4 Lame à faces parallèles Soit une lame à faces parallèles (fig. 1.5), d épaisseur e et d indice n 2, placée entre deux milieux d indices respectifs n 1 et n 3. Un rayon incident SI frappe le premier dioptre plan sous l incidence i 1 ; il se réfracte avec un angle de réfraction i 2. Les deux faces de la lame étant parallèles, le rayon réfracté II tombe sur le second dioptre plan avec l incidence i 2 et émerge avec l angle i 3. L application des lois de la réfraction en I et I donne : Soit n 1 sin i 1 = n 2 sin i 2, n 2 sin i 2 = n 3 sin i 3. n 1 sin i 1 = n 3 sin i 3. L angle d émergence i 3 est donc indépendant du milieu intermédiaire.

12 6 Chapitre 1. Les grands principes de l optique géométrique S i 1 I n 1 i 2 n 2 e i 2 I n 3 i 3 R Fig. 1.5 Marche d un rayon lumineux dans une lame à faces parallèles (n 3 < n 1 < n 2 ). Un cas particulier intéressant est celui où la lame est plongée dans deux milieux extrêmes identiques (exemples : vitre, lame couvre-objet de microscope). Comme n 1 = n 3, il vient que i 1 = i 3. Le rayon émergent est donc parallèle au rayon incident. Cependant, le rayon sortant I R est décalé de la quantité δ = IH par rapport à l incident SI. δ se calcule en considérant S i 1 I n 1 H i 2 n 2 e i 2 K I n 1 i 1 R Fig. 1.6 Marche d un rayon lumineux dans une lame à faces parallèles d indice n 2 plongée dans deux milieux extrêmes identiques (n 1 = n 3, n 1 < n 2 ).

13 4 Lame à faces parallèles 7 les triangles rectangles IKI et IHI où l on a (fig. 1.6) : II = IK cos i 2 = e cos i 2, et δ = II sin(i 1 i 2 ). Soit : δ = e sin(i 1 i 2 ) cos i 2. (3) Remarque : pour de petits angles, sin(i 1 i 2 ) i 1 i 2 et cos i 2 1, d où Or, comme n 1 i 1 = n 2 i 2, il vient que ( δ = e(i 1 i 2 ) = e i 1 1 i ) 2. i 1 ( δ = e i 1 1 n ) 1. (4) La démonstration des formules (3) et (4) est laissée en exercice aux étudiants n 2

14

15 Chapitre 2 LE PRISME Dans ce chapitre nous appliquons les lois de la réfraction à un système optique particulier : le prisme. 1 Formules du prisme 1.1 Définitions On appelle prisme, en optique, un milieu transparent limité par deux faces planes non parallèles. Ces deux faces, appelées faces utiles du prisme, forment un dièdre d angle A ; A est l angle du prisme ; l arête du dièdre est l arête du prisme. La base du prisme est la face opposée à l arête. Un plan de coupe perpendiculaire à l arête du prisme est appelé plan de section principale (fig. 2.1). Par la suite, nous limiterons notre étude aux rayons situés dans un plan de section principale. face d'entrée A arête face d'entrée A face de sortie base face de sortie Plan de section principale Fig. 2.1 Prisme et plan de section principale.

16 10 Chapitre 2. Le prisme i I r K A L r' A I' i' D Fig. 2.2 Cheminement d un rayon lumineux à travers un prisme. 1.2 Déviation de la lumière par un prisme 1.2.a Marche d un rayon lumineux. Formules du prisme La figure 2.2 représente le cheminement d un rayon lumineux monochromatique incident dans un plan de section principale pour un prisme plongé dans l air. D après la première loi de Snell-Descartes le rayon lumineux transmis par le prisme appartient aussi à ce plan. Si n est l indice du prisme, les lois de Snell-Descartes en I et I imposent les deux relations suivantes : D autre part, dans le triangle IKI, nous voyons que soit : sin i = n sin r, (1) sin i = n sin r. (2) π A + r + r = π, Tandis que dans le triangle ILI nous avons A = r + r. (3) π D + (i r) + (i r ) = π, où D est la déviation du prisme, définie comme étant l angle entre le rayon incident et le rayon transmis. Nous avons donc : D = i + i A. (4) Les relations (1),(2),(3) et (4) constituent les formules du prismes. Remarques : La déviation D est une fonction des trois variables i, n et A. Il n est pas nécessaire d orienter les angles i, i, r et r qu il suffit de poser positifs. D est positif. En effet, i > r et i > r. Donc i + i > r + r = A. La déviation se fait donc toujours vers la base du prisme pour un rayon incident situé côté base par rapport à la normale.

17 2 Étude de la déviation b Conditions d émergence L indice n du verre composant le prisme étant supérieur à 1 dans le domaine visible, l angle de réfraction r est toujours défini. Le rayon pénètre dans le prisme quel que soit son angle d incidence. Pour qu un rayon émerge du prisme en I, il faut que (cf. chapitre 1) r i r, (5) où i r est l angle de réflexion totale défini par i r = arcsin (1/n). D autre part, nous savons que De la relation (3) on en déduit que : r i lim = arcsin(1/n) = i r. A 2i r. Donc, pour qu un rayon émerge du prisme, il faut que A 2i r. Dans le cas contraire, il y a réflexion totale sur la face de sortie du prisme. En outre, d après les relations (3) et (5), A i r r i r. (6) En prenant le sinus de cette inégalité et en multipliant par n, on en déduit qu il n y aura émergence que si i 0 i π/2, avec i 0 défini par sin i 0 = n sin(a i r ). Pour résumer, lorsque A 2i r, le rayon incident émerge du prisme si i 0 i π/2 avec i 0 = arcsin[n sin(a i r )]. En travaux pratiques, on utilise des prismes dont l angle vaut typiquement 60, ce qui correspond pour n = 1,5 à i 0 = 28. En pratique on doit donc éclairer le prisme de façon suffisamment oblique pour espérer voir la lumière ressortir par la face attendue. 2 Étude de la déviation 2.1 Variation de D en fonction de n A et i étant constants, la relation (1) montre que si n croît, r diminue. Or A = r + r, donc r et i, d après l équation (2), augmentent. La relation (4) montre alors que la déviation croît avec l indice du prisme.

18 12 Chapitre 2. Le prisme D 0 D ( ) D m i0 i i' i ( ) i m Fig. 2.3 Courbe de variation de la déviation avec l angle d incidence. A = 60, n = 1, Variation de D en fonction de i : minimum de déviation Si l on trace l évolution de D en fonction de l angle d incidence i, on obtient la courbe représentée sur la figure 2.3. On constate que lorque i varie de i 0 à π/2, D décroît, passe par un minimum D m puis augmente. Ce minimum se produit quand i = i = i m = (D m +A)/2. Au minimum de déviation, nous avons donc i = i = i m et r = r = r m ; dans ces conditions, les formules du prisme deviennent sin i m = n sin r m, 2r m = A, D m = 2i m A. Le trajet de la lumière est alors symétrique par rapport au plan bissecteur du prisme comme le montre la figure 2.4. En remplaçant i m et r m par leurs valeurs dans la relation de Snell-Descartes, il vient : n = sin[(a + D m)/2]. (7) sin(a/2) Par conséquent, de la mesure de A et de D m, on peut déduire de façon assez précise l indice du prisme. Remarques : On voit qu à une même déviation correspond deux incidences possibles (principe du retour inverse de la lumière).

19 3 Dispersion de la lumière 13 A D = 2i A m m im A 2 A 2 i m Fig. 2.4 Cheminement d un rayon lumineux à travers un prisme au minimum de déviation : la figure est symétrique par rapport à, plan bissecteur du prisme. L aspect relativement plat de la courbe D(i) autour de D m explique, pour une source polychromatique, l accumulation de lumière dans cette direction, effet qui est à l origine de la formation de l arc-en-ciel (cf. TP). 3 Dispersion de la lumière Nous avons vu au chapitre 1 que l indice de réfraction dépendait de la longueur d onde (couleur) de la lumière visible. C est ce que l on appelle la dispersion. A cause de ce phénomène, un prisme disperse (décompose) une lumière blanche en ses différentes composantes (fig. 2.5). L ensemble de ces composantes constituent le spectre de la lumière blanche (on répertorie généralement sept couleurs dominantes : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet). Nous savons, d une part, que la déviation croît avec l indice de réfraction, et que, d autre part, n augmente quand la longueur d onde diminue (loi de Cauchy). Cela signifie que la déviation augmente quand la longueur d onde diminue : les radiations de courte longueur d onde sont donc les plus déviées par le prisme (le violet est plus dévié que le rouge, cf. fig. 2.5).

20 14 Chapitre 2. Le prisme blanc rouge vert violet Fig. 2.5 Dispersion de la lumière.

21 Chapitre 3 NOTIONS DE STIGMATISME-OBJETS-IMAGES Dans ce chapitre nous allons nous pencher sur le problème de la formation des images en optique géométrique. Un système optique est de bonne qualité si il donne d une source ponctuelle une image ponctuelle : c est la condition de stigmatisme. Nous étudierons cette condition et verrons ses limites. Nous en profiterons aussi pour préciser les notions d objet et d image. 1 Image d un point, notion de stigmatisme sens de propagation de la lumière (I.O.) FE FS Fig. 3.1 Instrument d optique : face d entrée et face de sortie. Considérons le cas général d un instrument d optique (I.O.) comportant une face d entrée F E et une face de sortie F S définies par le sens de propagation de la lumière que l on choisit conventionnellement de la gauche vers la droite (figure 3.1). L objet est une source lumineuse ponctuelle ou étendue envoyant sur F E des rayons lumineux (rayons incidents). L image de l objet est la reproduction qu en donne l I.O., elle doit donc lui être semblable avec un rapport de similitude γ appelé grandissement. Ceci est obtenu quand tous les rayons issus d un même point de l objet convergent en un point unique de l image.

22 16 Chapitre 3. Notions de stigmatisme-objets-images Un système optique est dit rigoureusement stigmatique pour un couple de points A et A si tout rayon lumineux passant par le point objet A émerge du système optique en passant par le point A. A est alors l image de A par le système optique ; on dit encore que A et A sont conjugués par rapport au système optique. 2 Stigmatisme approché - Approximation de Gauss Malheureusement, en dehors du miroir plan, la condition de stigmatisme rigoureux n est réalisable que pour des systèmes simples ayant un intérêt pratique limité. Les différents défauts d un instrument d optique (défaut de stigmatisme, d aplanétisme, distortion,...) sont alors regroupés sous le terme d aberration. Dans la suite de ce cours, nous ne considérerons que des systèmes optiques centrés, c est-à-dire des systèmes pour lesquels il existe un axe de symétrie de révolution appelé axe optique. On montre alors qu un tel instrument d optique donnera une image de bonne qualité d un objet si les deux conditions suivantes, dites conditions de Gauss, sont satisfaites : Les objets sont de faible étendue, situés au voisinage de l axe optique. Les rayons lumineux incidents font un angle faible avec l axe optique (rayons paraxiaux). On dit qu il y a stigmatisme approché. Dans ces conditions, l image d un objet plan perpendiculaire à l axe optique est plane et perpendiculaire à l axe optique (aplanétisme). 3 Objets ou images réels ou virtuels Nous avons dit à la section précédente qu une source ponctuelle A envoyant des rayons lumineux sur un système optique pouvait être considérée comme un objet pour celui-ci. Pour être plus précis, le point A est un point objet pour l I.O. s il se trouve à l intersection des rayons lumineux incidents sur le système, ou de leurs prolongements. Si le faisceau incident est divergent, A est un objet réel, il est forcément placé avant la face F E compte tenu du sens de propagation de la lumière (fig. 3.2a). Si le faisceau incident est convergent, il rencontre d abord le système optique. Le point A, point d intersection des prolongements des rayons incidents, est alors un point objet virtuel (fig. 3.2b) ; on ne peut l observer sur un écran. Remarque : Les prolongements des rayons sont représentés en pointillé tandis que les rayons sont des segments fléchés. Ces rayons en pointillé ne sont pas réellement suivis par la lumière, ils portent le nom de rayons virtuels. De même, on peut définir le caractère réel ou virtuel de l image de A donnée par le système optique (S) : Si le faisceau émergeant de (S) converge en un point A, alors A est dit image réelle (fig. 3.2c). Cette définition demeure vraie même si le faisceau est intercepté avant qu il n arrive au point A. Une image réelle peut être directement vue sur un écran.

23 3 Objets ou images réels ou virtuels 17 A A a) objet réel b) objet virtuel A' A' c) image réelle d) image virtuelle Fig. 3.2 Objets ou images réels ou virtuels. Enfin, si le faisceau émergent diverge, il semble provenir d un point A situé en avant de la face de sortie au point d intersection des prolongements des rayons émergents. A est dit image virtuelle de A donnée par (S) (fig. 3.2d), on ne peut pas l observer directement sur un écran. D après ce qui précéde, on voit que pour un système optique par transmission (système dioptrique) la face d entrée sépare l espace en deux parties : l espace objet réel situé avant F E ; et l espace objet virtuel situé après F E. De même, la face de sortie sépare l espace en deux parties : l espace image virtuelle situé avant F S ; et l espace image réelle situé après F S. E.O. réel sens de la lumière E.O. virtuel E.I. virtuel E.I. réel FE FS Fig. 3.3 Espace objet et espace image pour un système dioptrique.

24

25 Chapitre 4 MIROIRS PLANS ET SPHÉRIQUES On appelle miroir une surface parfaitement réfléchissante (par exemple une surface (verre) recouverte d un mince dépôt métallique). Ce chapitre traite de l application des lois de la réflexion aux miroirs plans et aux miroirs sphériques. 1 Miroirs plans 1.1 Image d un objet ponctuel miroir A H A' i -i I R Fig. 4.1 Image d un point objet réel par un miroir plan. Soit une source ponctuelle réelle A. Le rayon AH émis sous incidence normale est réfléchi par le miroir et repart avec un angle de réflexion nul en repassant par A. Un autre rayon AI faisant un angle i quelconque avec la normale est réfléchi avec un angle i (fig. 4.1). Ces deux rayons semblent provenir d un point A situé au point d intersection de leurs prolongements. On montre aisément à partir d arguments géométriques simples que les triangles AHI et A HI sont identiques. A est donc le symétrique de A par rapport au plan du miroir, ce qui veut dire que sa position est indépendante de la valeur de i. Ainsi, tout rayon incident passant par A est réfléchi par le miroir en semblant provenir de A (fig. 4.1). Le miroir plan est donc rigoureusement stigmatique, et A est l image de A à travers le miroir. Cette image est virtuelle, on ne peut l observer directement sur un écran. Si on applique le principe du retour inverse de la lumière, A est objet virtuel et A est l image réelle donnée par le miroir.

26 20 Chapitre 4. Miroirs plans et sphériques B A miroir plan B M C A C M Fig. 4.2 Image d un objet réel étendu par un miroir plan. 1.2 Image d un objet étendu Soit maintenant l objet étendu MABC. D après ce qui précède, chacun de ses points admet comme image son symétrique par rapport au plan du miroir. La symétrie de l image donnée par le miroir plan à deux conséquences importantes : 1. L image a même dimension que l objet : le grandissement γ est égal à L image M A B C n est pas superposable à l objet (objet chiral), sauf si celui-ci est symétrique par rapport à un plan perpendiculaire au miroir (objet achiral) ; par exemple l image d une main gauche est une main droite. Donc pour résumer : le miroir plan est rigoureusement stigmatique et donne d un objet réel (resp. virtuel) une image virtuelle (resp. réelle) symétrique de l objet par rapport au plan du miroir. L image a même taille que l objet, mais elle n est pas superposable à celui-ci. Notons aussi qu un miroir, qui est un système optique par réflexion (système catadioptrique), sépare l espace de la manière suivante (cf. figure 4.3) : l espace objet réel situé avant le miroir ; et l espace objet virtuel situé après le miroir. l espace image réelle situé avant le miroir ; et l espace image virtuelle situé après le miroir. sens de la lumière incidente E.O. réel E.O. virtuel E.I. réel E.I. virtuel Miroir (plan ou sphérique) sens de la lumière réfléchie Fig. 4.3 Espace objet et espace image pour un miroir.

27 2 Miroirs sphériques 21 2 Miroirs sphériques 2.1 Définitions + a) + b) C R S axe optique S R C axe optique R = SC < 0 R = SC > 0 Fig. 4.4 a) Miroir concave. b) Miroir convexe. Un miroir sphérique est une portion de sphère parfaitement réfléchissante sur l une de ces faces. On distingue deux types de miroirs sphériques : si la réflexion se produit vers l intérieur de la sphère, le miroir est dit concave (figure 4.4a) ; si la lumière se réfléchit vers l extérieur de la sphère, le miroir est dit convexe (figure 4.4b). Un miroir sphérique est caractérisé par : Le centre C de la sphère appelé centre du miroir. Le point S appelé sommet du miroir. L axe optique, qui est l axe de symétrie de révolution du miroir, passant par les points C et S. Le rayon de la sphère R = SC, appelé rayon de courbure du miroir, quantité algébrique qui est négative pour un miroir concave et positive pour un miroir convexe (figure 4.4). Son angle d ouverture Ω (figure 4.5). S : C Fig. 4.5 Angle d ouverture Ω d un miroir sphérique. Remarque : en optique géométrique, la mesure des distances est algébrisée. Le long de l axe optique, on choisit comme sens positif le sens de propagation de la lumière (en général de la gauche vers la droite). Perpendiculairement à l axe, les distances sont comptées positivement dans le sens de la verticale ascendante.

28 22 Chapitre 4. Miroirs plans et sphériques 2.2 Relations de conjugaison dans l approximation de Gauss L expérience montre qu un miroir sphérique donne de bonnes images s il est de faible ouverture, et si l objet est au voisinage de l axe optique. Dans ces conditions, dites conditions de Gauss, il y a stigmatisme approché, et l image d un petit objet plan perpendiculaire à l axe est aussi plane et perpendiculaire à l axe. Il existe alors une relation entre les positions d un objet A et de son image A appelée relation de conjugaison. 2.2.a Relation de conjugaison avec origine au sommet A + I i α i ω α C A' H S Fig. 4.6 Stigmatisme approché du miroir sphérique. Considérons un point objet réel A situé sur l axe optique d un miroir concave. L image A de A est située au point d intersection de deux rayons lumineux quelconques issus de A. Soit un rayon confondu avec l axe optique, il se réfléchit sur lui-même : A est donc sur l axe. Par ailleurs, considérons le rayon émis depuis A et qui se réfléchit au point I en accord avec les lois de la réflexion. A se trouve au point d intersection du rayon réfléchi et de l axe (voir figure 4.6). Dans les conditions de Gauss, les points H et S sont pratiquement confondus, et les angles α, α et ω peuvent être assimilés à leurs tangentes selon : α = IS SA ; α = IS SA ; ω = IS SC. (1) De plus, dans les triangles AIC et A IC la somme des angles intérieurs doit être égale à π, soit : D où la relation suivante entre α, α et ω : i + α + π ω = π et donc : i = ω α, i + ω + π α = π et donc : i = α ω. α + α = 2ω. (2)

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

Cours de physique 2C2 - LRSL

Cours de physique 2C2 - LRSL Cours de physique 2C2 - LRSL 2013 2014 Table des matières 1 Optique géométrique 6 1.1 Propagation de la lumière........................... 6 1.1.1 L œil et les objets lumineux...................... 6 1.1.2

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Licence Physique/Chimie

Licence Physique/Chimie Licence Physique/Chimie Cours d Optique Instrumentale 2007-2008 Sébastien Forget SOMMAIRE COURS D OPTIQUE INSTRUMENTALE 1 INTRODUCTION A L OPTIQUE 5 I. INTRODUCTION 6 II. LA LUMIERE 6 II.1. LES SOURCES

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur Champ 2 l œil comme

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION THEME : REPRESENTATION VISUELLE Sous-thème : De l œil au cerveau CHAPITRE 2 L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION I. LE MODELE DE L ŒIL OU ŒIL REDUIT (Rappel) Pour le physicien, l œil est constitué

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Principales définitions... 3 2. Accomodation... 5

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Les principales définitions... 3 II Accomodation...6 III Anomalies de la réfraction...7

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/ À quelle distance est une voiture quand on commence à distinguer, à l œil nu, qu il y a deux phares à l avant de la voiture? Les deux phares sont distants de 1.5 m. scienceblogs.com/startswithabang/011/0/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Plus en détail

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs I Caractéristiques physiques et physiologiques de la vision Avant d examiner les caractéristiques et phénomènes de la vision, il est

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA Correction des différents défauts de vision Comment corriger les principaux défauts de l œil? Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON 1 ère SA 1 Correction des différents défauts de vision Comment

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Optique géométrique. L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1

Optique géométrique. L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1 Optique géométrique L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1 Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 5 Chapitre 1. Propagation de la lumière... 6 1.1. Lumière Sources lumineuses...6 a)

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0 -SPE-ALAR : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard Version 1.0 Observatoire de Paris 61, avenue de l Observatoire 75014 Paris France tél 33 (0)1 40 51 21 58 fax 33 (0)1 43

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter.

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. OUVREZ L OEIL Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. Thème : l optique Âges : 8 à 13 ans (à adapter pour les 5

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005

Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005 Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005 1. Introduction L œil est l organe récepteur de la vision. Toutes ses structures

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail