Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement"

Transcription

1 Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

2

3 Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur

4 Champ

5 2 l œil comme système optique L œil a sensiblement la forme d'une sphère de 24mm de diamètre, complétée vers l'avant par une calotte sphérique de rayon 8mm. L'ensemble est limité par une membrane résistante : la sclérotique (épaisseur: 0,5 mm) qui est transparente au niveau de la calotte sphérique et constitue la cornée. La sclérotique est recouverte en arrière par une membrane : la choroïde qui se prolonge vers l'avant pour donner le muscle ciliaire dont le rôle est de maintenir le cristallin. L'intérieur de la choroïde est tapissé par une membrane nerveuse : la rétine qui est constituée de cellules de deux types différents : les cônes et les bâtonnets et dont le rôle est de transformer l'excitation lumineuse en influx nerveux. L'intérieur du globe oculaire est divisé en deux parties séparées par le cristallin (qui est assimilable à une lentille biconvexe d'indice moyen égal à 1,42): la cornée, l'iris, le cristallin définissent la chambre intérieure de l'oeil remplie d'un liquide appelé humeur aqueuse d'indice n 1 = 1,336 (la cornée est un milieu d'indice sensiblement égal à 1,37). L'iris permet à l œil de diaphragmer et définit la pupille. la partie postérieure du cristallin définit avec la rétine la chambre postérieure de l œil formée du corps vitré qui est un gel d'indice n 2 = 1,337. La fovéa est la partie la plus sensible de la rétine et contient principalement des cônes qui sont des cellules beaucoup plus performantes que les bâtonnets. L œil possède environ 6 millions de cônes pour la vision précise et 120 millions de bâtonnets pour la vision grossière et nocturne.

6

7

8

9

10

11 Plus précisément, pour la cornée: la vergence du dioptre est : c'est donc un dioptre convergent. la vergence du dioptre est : c'est donc un dioptre légèrement divergent La vergence totale de la cornée est donc de l'ordre de 40 dioptries.

12

13 Plus précisément pour le cristallin: Le cristallin possède une structure feuilletée équivalente à une structure de dioptres d'indice très proches dont l'indice de réfraction moyen est égal à 1,42. Sonrayonmoyenaureposvaut10mm. Lavergenceestdonnéepar: c'est un dioptre convergent dont la vergence varie lors de l'accommodation puisque SC diminueetdoncc 3 augmente. La vergence est donnée par : c'est un dioptre convergent. La vergence totale du cristallin est donc de l'ordre de 22 dioptries.

14 La vergence de l'ensemble cornée + cristallin est donc de l'ordre de 60 dioptries. L'axe visuel ou axe optique joint la fovéa au centre optique C de l œil et fait un angle de 5 environ avec l'axe géométrique.

15 Les rayons issus d'un objet et formant l'image rétinienne sont paraxiaux et les conditions de l'approximation de Gauss sont satisfaites ; on peut ainsi définir les éléments cardinaux de l œil. La distance focale image f' vaut 23mm et la distance focale objet vaut 17mm. Pour l œil normalaureposlefoyerimagef'estsurlarétineetlefoyerobjetfestà15mmenavantde la cornée. De ces positions et des dimensions de l œil il résulte que la distance HH' est environ 0,3 mm ainsiquepourladistancenn'entrelespointsnodaux,sibienquel'onpourraconfondrehet H',ainsiqueNetN'.

16 On pourra ainsi dire que : «l œil est équivalent à un dioptre unique de sommet S (position commune de H et H'), de centre C (ou centre optique confondu avec N et N') de 6 mm de rayon de courbure. C'est ce quel'onappellel œilréduitouœilréduitdelisting». Le rayon incident se propage dans l'air d'indice 1 tandis que le rayon réfracté se propage dansunmilieud'indice1,353donnépar:

17

18

19 L œil est dit normal (emmétrope) quand l image A d un objet A très éloigné se forme sur la rétine. Pour un œil normal au repos, le foyer image Fo est donc sur la rétine, ou plus exactement au centre de la fovéa.

20 Si on rapproche l objet, l œil étant toujours au repos, son image sedéplaceetseformeenarrièredelarétine. Pour voir nettement cette image, le cristallin se déforme sous l effet des muscles, et sa distance focale varie de manière à ramener le foyer image sur la rétine et à considérer l objet A à l infini. On dit que l œil «accommode». Ce phénomène se poursuit jusqu à une distance minimum où l œil ne peut plus former l image sur la rétine. Cette valeur représente la distance minimale de vision distincte dm : le point A correspondant est le«punctum proximum»( P.P.). En résumé, l œil normal peut voir nettement des objets depuis un punctum remotum (P.R.), quiestàl infini,jusqu àun«punctumproximum»(p.p.)distantdel œild environ25cm.

21 L'amplitude dioptrique d'accommodation dépend de l'âge et est la même pour un œil normal ou pour un œil myope ou hypermétrope. Elle est égale à environ 14 dioptries pour unenfantde10ansetdiminuejusqu'à2,5dioptriespourunadultede40ans.

22

23 Unœilestditnormal(emmétrope)sisonpunctumremotumestsituéàl'infini.Lapositiondu PRdépenddel'âgedusujet. Ladistanceminimaledevisiondistincteestégaleà25cmenvironpourunsujetde30ans.En réalité l œil peut accommoder jusqu'à amener le PP à environ 15 cm de S mais la fatigue résultant de cette accommodation ne permet pas une vision prolongée à cette distance. Le PP s'éloigne lorsque le sujet vieillit.

24

25

26

27 La myopie est une anomalie de la vision pour laquelle les rayons parallèles forment leur foyer en avant de la rétine. Dans ce cas, les objets lointains apparaissent flous et le sujet a donc des difficultés à voir de loin. Dans un œil myope, la vergence est trop forte comparée à sa longueur et le punctum remotum n'est plus à l'infini. Le punctum proximum suit également ce décalage, ce qui fait qu'une personne myope peut voir de manière nette des objets très rapprochés. La myopie se corrige en plaçant devant l œil une lentille divergente de telle manière que le système verre/œil ait son foyer image sur la rétine. L'idée est donc ici de faire légèrement diverger les rayons incidents. En fait, on choisit le verre correcteur de telle manière que la vergence du système lunette/œil soit la même que celle de l œil non corrigé.

28 UnœilestmyopesisonfoyerimageF'estsituélorsqu'ilestaureposenavantdelarétine. L'imaged'unobjetsituéàl'infiniseformeenF'etl œillevoitdoncflou. Lepunctumremotumestlepointlepluséloignéquel œilpuissevoirnetsansaccommoder.il est donc situé à distance finie. La position du PP dépend de l'amplitude dioptrique d'accommodation et il est toujours plus rapproché que pour l œil normal. On corrigera un œil myope en lui permettant de voir nettement sans accommoder un objet à l'infini.on placeraausommetsdudioptre une lentille divergente qui donnera d'un point situé à l'infini une image située au punctum remotum R. Sa distance focale image est négative et vaut SR en valeur algébrique.

29 Les petites myopies de -0,25 à -3 dioptries de correction ; Les moyennes myopies de -3 à -8 dioptries ; Les fortes myopies au-delà de -8 dioptries

30 L'hypermétropie est le défaut de l œil dans lequel les rayons parallèles provenant d'un objet lointain forment une image en arrière de la rétine. Cette anomalie peut être due à une courbure trop faible de la cornée ou bien à un raccourcissement de l œil qui fait que le cristallin est trop proche de la rétine (les personnes hypermétropes peuvent d'ailleurs corriger temporairement leur défaut en appuyant légèrement autour de l œil, ce qui a pour effet de bomber la cornée). Pour voir nettement, un hypermétrope doit donc en permanence augmenter la puissance de son cristallin en accommodant, ce qui exige des efforts oculaires constants et«fatigue» très vite la vision. S'il accommode déjà en vision lointaine, l œil hypermétrope est donc rapidement limité en vision rapprochée. En d'autres termes, le punctum proximum est plus éloigné que pourl œilemmétrope (pour lequelon le considère égalà25 cm). Une personne hypermétrope voit donc mieux de loin que de près. Pour corriger ce défaut, on introduit devant l œil une lentille convergente, afin de «rabattre» d'autant plus les rayons pénétrant dans l œil. Cette lentille forme de la scène extérieure une image virtuelle plus éloignée que l'objet. Les objets trop proches sont donc «ramenés» au-delà du punctum proximum, ce qui fait que l œil peut les voir convenablement.

31 Un œil est hypermétrope si, lorsqu'il est au repos, son foyer image F' est situé en arrière de la rétine. Le punctum remotum est le point le plus éloigné que l œil puisse voir sans accommoder et pourquesonimagesoitsurlarétineilfautqu'ilsoitvirtuel. Lepunctumproximumestréelmaispluséloignéquepourunœilnormal. On remarquera qu'un œil hypermétrope peut voir un point à l'infini à condition d'accommoder légèrement. On utilise une lentille convergente qui donne d'un point à l'infini une image située au punctum remotumrdoncconfondueaveclefoyerimagede la lentille correctrice.

32

33 On remarque que l'amplitude d'accommodation diminue avec l'âge c'est-à-dire que le sujet voit de moins en moins distinctement les objets proches de lui, il porte alors des verres correcteurs convergents pour permettre de remédier au manque d'élasticité du cristallin: c'est la presbytie. La presbytie ne modifie pas la vision des objets éloignés et la position du punctum remotum reste invariable. Dès que le punctum proximum est à plus de 40 cm de l œil il faut corriger l œil presbyte pour la vision de près grâce à une lentille convergente qui donnera du punctum proximum une imagesituéeaupunctumremotumettelleque:

34 Définition: Œil astigmate Il arrive parfois que la cornée soit ellipsoïdale au lieu d'être sphérique : ainsi les surfaces limitant les différents milieux de l œil ne sont pas de révolution autour de son axe optique toutenpossédantcependantdeuxplansdesymétrieà90 passantparcetaxe.onditalors que l œil est astigmate. Un œil astigmate fournit d'un point objet axial ou quasi axial, non pas une image ponctuelle, mais deux focales rectangulaires contenues dans des plans de symétrie. Il se comporte alors comme une lentille sphéro-cylindrique: une face sphérique de rayon R et une face cylindrique de rayon R'. La lentille sphérocylindrique transforme un pinceau axial issu de M en un pinceau dont les rayonss'appuientsurdeuxfocalesrectangulairessituéesdanslesplansdesymétrie Π 1 et Π 2.

35 La lentille a donc deux convergences principales et donc deux foyers objets principaux et deux foyers images principaux. Pour corriger l œil astigmate il suffira de lui associer un verre sphérocylindrique astigmate qui présente les défauts inverses de ceux de l œil, les sections principales étant interverties. On peut également corriger cet astigmatisme à l'aide de lentilles sphérotoriques ou de verres de contact dans des cas plus graves.

36

37

38 3 Lentilles sphériques épaisses Une lentille épaisse est formée par l association de deux dioptres sphériques ou un dioptre sphérique et un dioptre plan. La distance e=s 1 S 2 des sommets des deux dioptres sphériques n est pas négligeable par rapport aux rayons de courbures. Le stigmatisme approché est réalisé dans les conditions de gauss, supposées satisfaites dans la suite. 3.1 Centre optique d une lentille à milieux extrêmes identiques Lorsque les milieux extrêmes sont identiques, la connaissance du centre optique facilite beaucoup l étude du système optique. Définition Le centre optique d une lentille épaisse est un point de son axe principal tel que tout rayon passant par ce point émerge parallèlement à sa direction incidente

39 Existence et unicité du centre optique Pourquelerayonincident(A 1 I 1 ),passantparunpointquelconquei 1 delafaced entrée,autre que le sommet S 1, émerge selon une direction parallèle (I 2 A 2 ), il faut et il suffit que les plans tangents en I 1 et I 2 aux faces respectives de la lentille soient parallèles. Les normales à ces plans (C 1 I 1 ) et (C 2 I 2 ) sont alors parallèles. Le rayon intermédiaire (I 1 I 2 ), intérieur à la lentille épaisse, coupe l axe en un point O. Pour ce rayon lumineux, la lentille joue le rôle d une lame à faces parallèles. Si cette condition est réalisée, le point d intersection O de l axe et du segment de droite (I 1 I 2 ) est le centre optique. Comptetenuduparallélisme(C 1 I 1 )et(c 2 I 2 ),onpeutécrire: OC I C S C = = OC I C S C Le point O partage donc le segment (C 1 C 2 ) dans un rapport algébrique déterminé. Le point O ainsi obtenu (intersection de (I 1 I 2 ) avec l axe) est indépendant du point I 1 particulier choisi, il estdoncuniqueetfixe.

40 Position du centre optique par rapport aux sommets En transformant le rapport précédent, fixant la position du centre optique O, on obtient : Soit : OC S C OC S C OC + S C = = = OC S C OC S C OC + S C OS1 C1S1 C1O = = OS C S C O D aprèscetterelation,lepointodiviselesegment(s 1 S 2 )danslerapportalgébriquedesrayons decourburedelafaced entréeetdelafacedesortie: S1O S2O S1S2 = = S C S C S C S C Lecentreoptiqueestrejetéàl infinisilesrayonsdecourburesontégaux:s 1 C 1 =S 2 C 2. Les schémas suivants précisent la position du centre optique pour les six types de lentilles: silalentilleestsymétrique,lecentreoptiqueoestlecentredesymétrie; si la lentille n est pas symétrique, le centre optique O est plus rapproché de la face la plus courbe(depluspetitrayondecourbure); siunedesdeuxfacesestplane,oestausommetdelafacecourbe; danslecasdesménisques,lecentreoptiqueestextérieurausegment(s 1 S 2 ). (*)

41

42 3.2 Éléments cardinaux d une lentille épaisse Points nodaux et points principaux Si un rayon incident (A 1 I 1 ) donne un rayon (I 1 I 2 ) intérieur à la lentille passant par le centre optique, le rayon émergent (I 2 A 2 ) lui est parallèle (cf. figures précédentes). Les intersections respectives avec l axe sont donc les points nodaux objet N et image N : N admet O comme image par le premier dioptre et N est l image de O par le second dioptre (et O appartient optiquement au verre de la lentille). On a donc, en utilisant la relation de conjugaison du dioptre sphérique: D où,enutilisant(*): ( ) 1 n S C S C n 1 = S N S S. S C S C n 1 n = S N S O S C on obtient: On obtient pareillement: S S. S C S1N = n S C S C S S n ( ) 1 2 ( 1) S1S 2. S2C2 S2N ' = n S C S C S S n ( ) 1 2 ( 1) Comme les milieux extrêmes sont identiques, les points principaux objet et image sont respectivement confondus avec les points nodaux N et N. La distance entre les points nodaux ou les points principaux(interstice) est: S C S C NN = S S + = HH n( S1C1 S2C2 ) S1S2 ( n 1) ' ' En conclusion, le centre optique de la lentille O a pour conjugués, à travers les deux dioptres, les points nodaux de la lentille, confondus avec les points principaux.

43 Foyers, vergence et distances focales Les foyers principaux images du dioptre {S 1 },du dioptre {S 2 }etde la lentille sont notés F 1, F 2 etf. Pardéfinition,lefoyerimageF estlepointdontleconjuguéobjetestàl infini;cepointobjet à l infini a pour conjugué dans le premier dioptre le foyer image F 1 de ce dioptre. La transformation de conjugaison transcrite en appliquant la relation de Newton conduit à: Onendéduit: { S1} { S2} A F F F F F F = f f ' ' soit '. ' '. ' (1, n) 1 ( n,1) F ' 2 f. f ' f. f ' F ' = = F F ' où est l intervalle optique: = F ' F = F ' S + S S + S F = f + e f ' avec(cf. étude du dioptre sphérique): n. S C n. S C S F ' = et S F = n 1 n Par définition, le foyer objet F est le point dont le conjugué image est à l infini. La transformation optique est: F F A F F F F = f f { S1} { S2} ' soit. '. ' (1, n) ( n,1) d où: f. f ' f. f ' F1 F = = F ' 1 F 2

44 Les vergences des deux dioptres étant: n n 1 1 n 1 = et = S F ' S C S F ' S C L application de la relation de Gullstrand à l association de deux dioptres (avec H 1 H 2 =S 1 S 2 =e) conduità: 1 n 1 e n 1 = +. H ' F ' S F ' S F ' n S F ' S F ' En tenant compte des relations précédentes, on obtient la vergence de la lentille dans l air, inverse de la distance focale image: ( n 1) 2 S1S = ( n 1) + H ' F ' S C S C n S C S C Le premier terme est indépendant de l épaisseur, le second (appelé terme d épaisseur) est proportionnel à l épaisseur e. Lesindicesdesmilieuxextrêmesétantégauxà1,ona: H ' F ' = HF

45 4 la loupe Un objet proche est vu par l œil sous le plus grand diamètre apparent quand il est placé au punctum proximu, (d m -25 cm pour un œil normal) ce qui nécessite pour l œil une accommodation maximum. Pour supprimer cette accommodation on remplace la vision directe de l'objet par celle de l'image obtenue par un système optique. Cette image sera virtuelle pour réduire l'encombrement du système, loin de l œil et si possible située au punctum remotum, son diamètre apparent devant être le plus grand possible. On y parvient grâce à l'utilisation de loupes ou oculaires qui sont des systèmes fortement convergents, constitués par une lentille pour les loupes et par un doublet en général pour les oculaires.

46 La loupe est un instrument oculaire qui permet de donner d'un objet proche une image virtuelle agrandie. La loupe est en général constituée d'une lentille convergente mince ou épaisse de courte focale(typiquement 2 cm). L'objetestplacéentrelaloupeetsonfoyerobjet. Marche des rayons et image d un objet dans une loupe Image d un objet AB par une loupe épaisse Marche d un faisceau lumineux issu de B à travers une loupe épaisse

47 La loupe permet d augmenter l angle sous lequel on voit un objet. Lorsque l'image se forme à distance finie, elle se comporte pour l œil comme un objet réel vu sous l'angle: qui est le diamètre apparent de l'objet vu à travers la loupe. C désigne le centre optique de l œil et il est en général proche de F ou confondu avec F de tellesortequelesangles : puissent être confondus. D où: Cet angle représente l'angle sous lequel l œil nu verraitl'objet AB placéàunedistancefdel œil, distance qui serait nettement inférieure à la distance minimum de vision distincte d'un œil normal. La loupe rend l œil normal très fortement myope tout en lui permettant une vision sans accommodation. Représentation d'une loupe par une lentille mince

48 Sil œilestnormalilfaudraplacerl'objetdansleplanfocalobjetpourquel'imageseformeà l'infini et que l œil puisse l'observer sans accommodation. Si l œil n'est pas emmétrope, il faudra placer l'objet en un point tel que son image se forme au punctum remotum de l œil pour que celui-ci observe également l'image sans accommoder.

49 Latitude de mise au point Pour que l'image puisse être vue nettement par l œil elle doit être située entre le punctum proximum P et le punctum remotum R. L'objet ne pourra donc se déplacer qu'entre deux positions A 1 et A 2 et qui sont respectivement les conjugués de R etp. LadistanceA 1 A 2 estlalatituded'accommodationde l œil visant à travers la loupe. AppelonsdetDlesdistancesminimaleetmaximaledevisiondistincte.Onaalors: A est appelée amplitude dioptrique d'accommodation. Pour l œil emmétrope, D est infini et A 1 estenfd'où: Pourunefocalef =6cmetunedistanceminimaledevisiondistincteégaleàd=15cmilvient:

50 Puissance La dimension d'une image rétinienne ne dépend que du diamètre apparent sous lequel est vu l'objet. Si l œil observe par l'intermédiaire d'une loupe c'est l'image A'B' qu'il regarde. Nous prendrons un objet AB de longueur unité. L'efficacité de la loupe est caractérisée par l'angle α sous lequel est vue l'image correspondante A'B'. Or on a : en utilisant la formule de Newton en module, on obtient : d'où : et en posant : qui représente la distance de visée. EnappelantPl'anglesouslequelestvuel'unitédelongueurdel'objetABàtraverslaloupeon peut écrire:

51 Preprésentelapuissancedelaloupeetunobjetdelongueurlseravusousunangle: Si l œil est placé au foyer objet de la loupe alors a = 0 et la puissance prend une valeur indépendante de l'observateur que l'on appelle puissance intrinsèque: quiestégaleàlavergencedelaloupe.pets'exprimentendioptries. Pour éviter la fatigue due à l'accommodation l'observateur forme l'image au punctum remotumdetellesortequemêmesilecentreoptiquedel œiln'estpasenf',letermeen est toujours petit devant 1 et on admettra que : la puissance d'une loupe est pratiquement égaleàsavergence.

52 Grossissement Le diamètre apparent de l'objet est l'angle sous lequelilestobservéàl œilnu. Les meilleures conditions d'observation étant réalisées lorsque l'objet est situé au punctum proximum c'est-à-dire à la distance minimum de visiondistincted.onaalors: On peut définir le grossissement comme étant le rapport du diamètre apparent de l'objet vu à traverslaloupeparlediamètreapparentdel'objetvuàl œilnu: Pour pouvoir comparer les loupes entre elles par leur grossissement sans que cela ne dépende de l'observateur on fixe arbitrairement d= 25 cm et on définit ainsi le grossissement dit «commercial».

53 Dans le commerce, une loupe portant par exemple l indication 10 correspond donc à une loupe de grossissement dit«commercial». En effet, l angle apparent sous lequel est vu l objet dépend de la distance d entre l objet est l œil de l observateur et si l objet n est pas au foyer objet de la loupe, l angle apparent sous lequel on observe l image dépend de la distance objet-foyer objet. Aussi dans un souci de normalisation, en considérant l objet se trouvant à la distance standard d m qui estle minimum de vision distincte d unœilnormal et ensupposantl objetau foyerdelaloupe,legrossissementdéfinipar: s appelle le grossissement commercial. L angle apparent sous lequel est vu un objet à l œilnusituéàunedistancedest: A travers la loupe, l image à l infini est vue sous l angle : On définit alors le grossissement de la loupe commelerapportdesangles:

54

55 5 Les doublets et les oculaires Les oculaires sont des doublets (association de deux lentilles minces) qui sont utilisées préférentiellement aux loupes pour aider l œil dans l observation d objets à travers différents instruments. Ils permettent d observer en même temps que l objet situé dans le plan focal, un réticule de visée donnant ainsi une mesure directe sur l image. L intérêt de l usage d une loupe ou d un oculaire se comprend en considérant le pouvoir séparateur de l œil. Un œil standard a un pouvoir séparateur angulaire δθ 1 = rad, soit au minimum de vision distinct (d=d m =-25cm) une distance minimale entre deux objet ponctuels δy min =d m δθ 75μm. A travers une loupe de puissance intrinsèque P i ou de grossissement commercialg c latailledupluspetitobjetvisibledevient: Pour une loupe ou un oculaire de longueur focale de 2 cm, des objets de 6 μm seront alors visibles.

56 Lorsque la puissance d'une loupe atteint des valeurs élevées ( 20 dioptries par exemple) la qualité de l'image devient médiocre et pour l'améliorer tout en réduisant les aberrations on remplace les loupes par des oculaires composés c'est-à-dire des associations de lentilles. Nous n'étudierons ici que le cas des doublets. Pour étudier les doublets, nous nous ramènerons à l'étude de la loupe simple en considérant les oculaires comme des systèmes centrés possédant des foyers et des plans principaux. Les conditions de vision, la latitude de mise au point, la puissance et le grossissement se calculent comme pour la loupe. Il suffira de déterminer pour ces doublets les éléments cardinaux.

57 5.1 Doublets de lentilles minces Les doubletssontdes systèmes centrésconstituésde deux lentillesminces (L 1 et L 2 ),séparées par de l air d une distance e=o 1 O 2, que l on caractérise par trois nombres entiers (positif ou négatifs) m,n,p tels que: où aest l unité de longueurdu doublet. En utilisant la formule de Gullstrand on obtient la vergence du doublet: La position des plans principaux est donnée par :

58 Doublets de Huygens (à gauche) et de Ramsden (à droite)

59 5.2 Oculaire négatif d'huygens ou doublet de Huygens (3,2,1) Son symbole est 3, 2, 1 : On voit que : et en utilisant les relations : On en déduit : et que est F au milieu de F 2 O 2 et F au milieu de O 2 F 2. Quant aux plans principaux : F' est réel et l'oculaire est convergent; il est dit négatifcar le foyer objet est virtuel. Cet oculaire ne pourra être utilisé que pour l'observation d'objets virtuels constitués par les images réelles fournies par un système optique tel un objectif et dont l'interposition de l'oculaire empêche la formation de cette image réelle

60 La puissance est : La puissance est double de celle qui serait obtenue en utilisant la première lentille comme loupe. Cet oculaire satisfait de plus la condition d'achromatisme apparent : Sur la figure est représentée la marche d'un faisceau lumineux qui passerait par un point B du plan focal objet. On obtient : La construction géométrique permet de vérifier ces résultats. On remarque ici que le foyer objet du doublet n est pas réel.

61

62

63 5.3 Oculaire positif de Ramsden ou Doublet de Ramsden (3,2,3) Son symbole est (3,2,3). C'est-à-dire qu'il existe la relation : entre les focales,et l'épaisseure. On voitque ce doublet estsymétrique et le centre optique O estsituéaumilieudeo 1 O 2.LespointsantinodauxsontF 1 etf 2 (voirlerayonrouge). LepointnodalimageestleconjuguédeOdanslalentilleL 2 : Le foyer image F est le milieu de N F 2 et la distance focale image est

64 Les éléments objets sont symétriques des éléments images correspondants par au centre optique O. Le foyer image F étant réel, cet oculaire est convergent et il est dit positif car le foyer objet est réel. La puissance intrinsèque est: c'est-à-dire 1,33 fois celle de l'une des lentilles constituant le doublet. Sur la figure est représentée la marche d'un faisceau lumineux issu d'un foyer secondaire objet: il émerge suivant un faisceau cylindrique parallèle. Delamêmefaçonqueprécédemmentonobtient:

65

66 6 Le microscope Un microscope est un instrument d optique permettant d obtenir une image d un objet de petitedimensionpourêtrevuàl œilnu. Un microscope comprend trois systèmes optiques: le miroir sphérique concave associé à un condenseur qui permet d'éclairer l'objet observé. l'objectif qui est un système optique constitué de plusieurs lentilles assimilables à une lentille convergente de très courte distance focale (de l'ordre du millimètre). Le grandissement γ 1 est gravé sur l'objectif(par exemple 4, 10, 40). l'oculaire qui est un système optique de distance focale de l'ordre du centimètre. L'oculaire est assimilable à une lentille convergente et joue le rôle d'une loupe. Le grossissement G 2 est gravé sur l'oculaire(par exemple 10).

67 L observateur place son œil devant l'oculaire et met l'objet devant l'objectif. L'objectif et l'oculaire sont placés aux deux extrémités du tube optique : leur distance constante est appelée intervalle optique. La mise au point consiste à déplacer le bloc [objectif tube oculaire] à l'aide des boutons de réglage grossier puis de réglage fin(vis micrométrique). En général, un microscope dispose de plusieurs objectifs et oculaires permettant d'obtenir de nombreux grossissements.

68 On peut modéliser un microscope par l association de deux lentilles convergentes, fixes l une parrapportàl autreetdemêmeaxeoptique. Unedeslentillesreprésentel objectif(l 1 ):sonrôleestdegrandirunepremièrefoisl objet.on obtientalorsuneimageintermédiairea 1 B 1. La deuxième lentille représente l oculaire (L 2 ) : A 1 B 1 est en fait un objet pour l oculaire et on obtient ainsi l image définitive A B. Elle joue le rôle de loupe. On a ainsi l enchaînement suivant:

69 Le microscope est un exemple typique de l association de deux systèmes centrés distincts. Le premier, l objectif, assimilé à une lentille convergente, donne d un petit objet une image très agrandie qui est observée à travers un second système, l oculaire, également assimilé à une lentille convergente ou loupe. L image définitive est beaucoup plus grande que l objet.

70 Dans des conditions d utilisation idéale, l image A 1 B 1 de l objet à travers l objectif se trouve dans le plan focal objet de l oculaire. Ainsi, l image finale A B se trouve à l infini permettant une observation sans effort d accommodation.

71 Pour tracer la marche d un faisceau lumineux on trace les deux rayons limites issus du point B s appuyant sur les bords de l objectif(ou de son diaphragme).

72 Grossissement standard du microscope On appelle Gle grossissement du microscope, il est défini par le rapport suivant : Avec: α :anglesouslequelestvuel imagedéfinitivea B àtraverslemicroscope,enrad α : angle sous lequelestvue l objetàl œilnu lorsqu il est placé à ladistance minimale d m (distance de vision distincte = punctum proximum), en rad

73 Le grossissement standard du microscope correspond au grossissement G lorsque l image A B à travers le microscope est envoyée à l infini, c est-à-dire lorsque l œil l observe sans accommoder. Danscesconditionsona: Et: cequiconduità: Lerapport: correspond en fait à la valeur absolue du grandissement de l objectif. Le grossissement standard du microscope est donc :

74 Cercle oculaire ou pupille de sortie du microscope Le cercle oculaire(ou pupille de sortie) correspond à l image de l objectif ou de son diaphragme à travers l oculaire. C estàcetendroitqu ilfautplacerlapupilledel œil: pourrecevoirlemaximumdelumière; pouravoirlavuelaplusétenduepossibledel image. La position du cercle oculaire se déduit de la relation de conjugaison de Descartes: Lediamètreducercleoculairesedéduitdelarelationdegrandissementdel oculaire γ 2 :

75 Le microscope

76

77 Le microscope vu comme l association de deux systèmes centrés Une description plus rigoureuse du microscope comme l association de deux systèmes centrés(observation sans accommodation ici)

78 L objectif L'objectif est un système épais convergent de faible distance focale f 1. L'objet AB est placé un peu au delà du foyer objet F 1 et l'objectif en donne une image réelle, γ 1 fois plus grande que l'objet. La distance F 1 F 2 du foyer image de l'objectif au foyer objet de l'oculaire est appelé intervalle optique du microscope ; elle est constante et est normalisée à 16 cm. Le grandissement propre del'objectifestdonnépour: etl'onobtientenvaleurabsolue: L'image A 1 B 1 donnée par l'objectif et l'image virtuelle A B donnée par le microscope sont toujours située dans l'air par contre l'objet AB pourrait être situé dans un milieu d'indice n. L'objectif travaille à grande ouverture dans espace objet et la condition d'aplanétisme est réaliséepourlespointsaeta 1. Nous avons alors :

79 Comme, grâce aux différentes lentilles constituant l'objectif qui réduisent progressivement l'ouverture des faisceaux, on peut considérer que le faisceau utile est paraxial, on peut écrire: O n est appelée ouverture numérique de l'objectif. L oculaire L'oculaire convergent est le plus souvent un doublet négatif (Huygens) dont la distance focale f 2 estcompriseentre13mm(oculairetrèsfort)et42mm(oculairefaible). Le «grandissement propre de l'oculaire» (exemple : 10) indiqué par les constructeurs est en fait le grossissement commercial G 2 calculé pour une distance minimale de vision distincte égaleà25cm.sip 2 estlapuissancedel'oculaireona: etsip 2 estlapuissanceintrinsèque: G 2 peut donc varier entre 6 et 20 (soit indiqué par le constructeur : 6 ou 20 ).

80 Eléments cardinaux La distance focale image du microscope est: et elle est négative: le microscope est un système divergent. Appliquons les formules de Newton: si nous reprenons les valeurs numériques pour un microscope type nous obtenons: On constate que la distance focale du microscope est très faible et que les foyers F et F du microscopesonttrèsvoisinsdesfoyersextérieursf 1 del'objectifetf 2 del'oculaire.

81 Cercle oculaire La pupille de sortie du microscope ou cercle oculaire joue un rôle important puisque c'est danssonplanquedoitêtreplacéelapupilledel œilpourrecevoirlemaximumdelumièrede l'instrument. Les lentilles qui constituent l'objectif ont des diamètres très faibles par rapport à la longueur du microscope et le diaphragme d'ouverture est souvent défini par le diamètre de la première lentille de l'objectif et sa distance au foyer objet de l'oculaire est assez peu différente de. Le cercle oculaire n'est alors que l'image de ce diaphragme à travers tout le système optique postérieur et en appliquant la formule de Newton (si C est le centre du cercle oculaire ou point oculaire): On voit que le point oculaire C, le foyer image F' du microscope et le foyer image F 2 de l'oculaire sont pratiquement confondus. Comme on devra placer le centre optique de l œil en ce point les puissances P et P 2 du microscope et de l'oculaire seront des puissances intrinsèques et on aura: et: Si l'on appelle R le rayon du diaphragme d'ouverture et R le rayon du cercle oculaire nous avonssuivantlaformuledenewton: sinousreprenonsl'exempledenotremicroscopetypeavecr=3mm: Le rayon du cercle oculaire est très petit et pratiquement toujours inférieur au rayon de la pupille de l œil(ceci entraîne une limitation de la luminosité.)

82 Puissance et grossissement commercial On a dans tous les cas, quelle que soit la mise au point et la position de l œil : La puissance du microscope est mesurée par le produit du grandissement de l'objectif par la puissance de l'oculaire. Le grossissement dépend de la distance minimum de vision distincte mais le grossissement commercial relatif à d = 25 cm est donné par : où G 2 est le grossissement commercial de l'oculaire. L'image rétinienne est donc G fois plus grandequedanslavisionàl œilnuàladistanced=25cm. Pour notre microscope type : objectif x30 et oculaire x15 nous avons :

83 7 Lunettes, lunette astronomique ou lunette de Kepler, longue vue, etc. Les lunettes sont destinées à l'observation d'objets éloignés. Les lunettes astronomiques sont utilisées pour l'observation d'astres qui peuvent être considérés à l'infini. Si les astres ont un diamètre apparent sensible comme le Soleil, la Lune, les planètes... alors la lunette fournira une image rétinienne agrandie tandis que si les astres n'ont pas un diamètre apparent sensible telles les étoiles alors la lunette fournira une image plus lumineuse qu'à l œil nu. Une lunette astronomique donnera une image renversée d'un astre (ce qui n'est pas gênant) tandis qu'une lunette terrestre destinée à l'observation d'objets éloignés à la surface de la terre devra donner des images droites de ces objets. Remarque Pour observer des objets à distance finie (entre quelques centimètres et quelques mètres) on utilisera un viseur qui est l'intermédiaire entre la microscope et la lunette.

84 7.1 La lunette astronomique La lunette astronomique est un instrument d optique permettant d observer les astres. Elle donne une image agrandie et renversée de l objet étudiée. Une lunette astronomique comprend deux systèmes optiques convergents de même axe optique: l'objectif de très grande distance focale (de l'ordre du mètre) et de grand diamètre pour capter beaucoup de lumière et agrandir l image; l'oculaire qui joue le rôle d'une loupe dont la distance focale est de quelques centimètres. Il est mobile par rapport à l objectif.

85 Comme le microscope, cet instrument se compose donc de deux systèmes que nous modéliserons en les réduisant à deux lentilles minces convergentes de même axe optique : l objectif et l oculaire. Lerôledel oculaireestlemêmequedanslemicroscope:ilsertdeloupepourl observationde l image donnée par l objectif, sa distance focale est encore de l ordre de quelques centimètres. Par contre, l objectif diffère essentiellement de celui du microscope : il fournit de l objet à l infiniune imagedanssonplanfocalimagequiestd autantplusgrandeque ladistancefocale de l objectif est elle-même plus grande. L objectif atteint de très grandes dimensions pour les lunettes des observatoires: jusqu à un mètre d ouverture et 20 mètres de distance focale.

86

87

88 Pour que l œil observe l image définitive A B sans accommoder il faut que l image intermédiairea 1 B 1 setrouvedansleplanfocalobjetdelalentillel 2 (del oculaire). L objet observé étant situé à l infini, l image intermédiaire A 1 B 1 se trouve dans le plan focal image de la lentille L 1 (de l objectif). Ainsi on aura donc F 1 = F 2 et le système sera qualifié de système afocal(car l image d un objet situé à l infini est renvoyée à l infini). On a ainsi l enchaînement suivant:

89 Pourtracer la marche d unfaisceaulumineux on trace les deux rayons limites issus du pointb s appuyant sur les bords de l objectif.

90

91 Le rôle d une lunette astronomique est d augmenter l angle sous lequel on voit un objet étendu tel qu une planète mais aussi de collecter le maximum de lumière provenant d un objet ponctuel tel qu une étoile. Le système comporte en général un système optique convergentdegrandefocale (f 1 ~1m),l objectif,quidonne d un objetéloignéuneimagedans son plan focal image. Est associé à l objectif, un oculaire (f 2 ~1cm) au foyer image duquel l observateur place son œil ou un système de détection (appareil photographique, caméra CCD, ). Le système peut être afocal.

92 Grossissement standard de la lunette astronomique afocale On appelle G le grossissement standard de lalunette,ilestdéfiniparle rapport suivant: Avec : α : angle sous lequel est vue l image définitive A B à travers la lunettesans accommoder, en rad α: angle sous lequel est vue l objet à l œil nu(c est son diamètre apparent), en rad Dans ces conditions on a : ce qui conduit à : Soit finalement :

93 Cercle oculaire ou pupille de sortie de la lunette astronomique Le cercle oculaire (ou pupille de sortie) correspond à l image de l objectif de la lunette à travers l oculaire. C est à cet endroit qu il faut placer la pupille de l œil: pour recevoir le maximum de lumière; pour avoir la vue la plus étendue possible de l image. La position du cercle oculaire se déduit de la relation de conjugaison de Descartes : Le diamètre du cercle oculaire se déduit du grossissement standard de la lunette afocale : Ainsi on a :

94 La lunette astronomique

95 Autres instruments similaires La lunette astronomique inverse l image par rapport à l objet. Cela pourrait être gênant dans le cas d observation d objets terrestres éloignés On peut pallier ce«défaut» en utilisant: une lentille convergente placée entre l objectif et l oculaire convergent : l instrument obtenuestla«longuevue».la lentillel 3 estplacéedesortequel imagea 1 B 1 jouelerôle d objetréelpourcettelentilleetseformeavantsonfoyerobjetf 3, Schéma de principe de la longue-vue. La longue-vue est une lunette de Kepler dans laquelle on redresse l'image avec une lentille (ou un groupe de lentilles) intermédiaire qui porte le nom de «véhicule». Ce dispositif augmente la longueur de l'instrument. En plus de redresser l'image, le véhicule l'agrandit (entre1,5et2fois).

96 La longue vue est une lunette astronomique d'assez faible grossissement (de 15 à 30) dans laquelle le redressement de l'image est obtenu à l'aide d'un système de lentilles appelé véhicule; l'ensemble véhicule + oculaire constitue un oculaire terrestre. Nous avons représenté le cas simple de la lunette de Kepler où le véhicule est une lentille convergente placée entre l'objectif et l'oculaire dans une position telle que son point antiprincipal objet coïncide avec le foyer image F 1 de l'objectif. L'image objective A 1 B 1 est remplacée par une image A 1 B 1 égale à A 1 B 1 et droite par rapport à l'objet. Cette image est observée à l'aide d'un oculaire ordinaire. Si ϕ est la distance focale de ce véhicule simple l'instrument est allongé de 4ϕ par rapport à la lunette sans véhicule tandis que le grossissement reste égal à: On emploie de préférence un oculaire terrestre formé de 4 lentilles(par exemple l'oculaire de Dollond représenté ci-dessus).le grossissement des longues-vues est celui de la lunette sans véhicule multiplié par le grandissement du véhicule qui est en général peu différent de 1.

97 un système de prismesàréflexiontotale : c estle cas des «jumellesàprismes»formées de deux lunettes de ce type d axes parallèles, Ce dispositif comprend habituellement deux ou trois prismes à réflexion totale. La figure cidessous illustre le système le plus courant. Vue en coupe d'une longue-vue à prismes Cette méthode permet d'obtenir des instruments plus courts, plus compacts. Elle est très souvent employée dans les jumelles, ce sont les jumelles à prismes.

98 Le redressement de l'image objective revient à lui faire subir une rotation de 180 autour de l'axe de la lunette. Ce résultat peut être obtenu de différentes façons et en particulier par le véhicule de Porro. Celui-ci est constitué de deux prismes P 1 et P 2 rectangulaires isocèles et disposés entre l'objectif et l'oculaire de telle sorte que les arêtes M 1 N 1 et M 2 N 2 des dièdres droits sont rectangulaires entre elles et normales à l'axe de la lunette. Les lunettes portatives sont en général deux lunettes associées sous forme de jumelles à prismes. La lunette à prisme est moins encombrante que la longue-vue et la distance focale peut être environ trois fois plus grande pour la même longueur. Les lunettes à prismes sont plus coûteuses que les longues-vues ou les lunettes de Galilée.

99 une lentille divergente comme oculaire : c estla lunette de Galilée qui sera étudiée dans le paragraphe suivant. L ensemble de deux ces lunettes, d axes parallèles, constitue les «jumellesdethéâtre».

100 7.3 La lunette de Galilée Galileo Galilei dit Galilée est né à Pise le 15 février 1564 et mort à Arcetri près de Florence le 8 janvier En 1609, Galilée construisit sa première lunette d après la description d une invention hollandaise. Il est le premier à avoir employé cet appareil pour observer les astres, ce qui lui permit de faire des découvertes étonnantes : satellites de Jupiter, montagnes et cratères sur la lune, phases de Vénus, etc... La lumière qui pénètre dans cette lunette commence par traverser une première lentille convergente. On la nomme «objectif» car elle est dirigée vers l'objet observé. C'est elle qui forme l'image que l'on observe avec l'oculaire. Ce dernier est constitué par une seconde lentille plus petite et divergente. C'est la lentille oculaire car elle est disposée près de l'œil de l'utilisateur. exemple). Schéma de principe de la lunette de Galilée.

101 Cette lentille oculaire est placée avant le foyer de l'objectif, celui-ci ne peut donc pas former une image réelle. L'image observée à travers cet oculaire est virtuelle, cela signifie notamment qu'on ne peut pas placer dans cet instrument un réticule qui aurait permis de l'employer comme un viseur. Contrairement à la plupart des autres dispositifs que nous allons passer en revue, la lunette de Galilée fournit directement des images droites. Cette formule permet de réaliser des instruments de faible encombrement et de faible coût. Aujourd'hui, elle est surtout employée dansdesjumellesdethéâtreoudansdeslunettesàbonmarché. Pour modifier le grossissement de cet instrument, il suffit choisir une autre lentille oculaire avec une distance focale différente.

102 La lunette de Galilée est constituée de deux systèmes réduits à des lentilles : l objectif assimilé à une lentille convergente et l oculaire assimilé à une lentille divergente. Mais contrairement à la lunette astronomique, la distance focale de l objectif n est pas grande, de l ordre de quelques centimètres.

103 Grossissement de la lunette de Galilée

104 La lunette de Galilée

105

106 7.4 Le viseur

107 Réglage de la lunette réticulée nette.html

108 8 Les télescopes, généralités C est un instrument analogue à la lunette astronomique, servant à observer les astres, mais dans lequel les constituants de l objectif ne sont plus des lentilles mais des miroirs, le miroir principal est concave (parabolique ou sphérique) et le miroir secondaire pouvant être plan, convexe ou concave. Le miroir concave principal M 1 est placé de telle sorte que son axe optique soit dirigé vers le centre de l astre à observer. Les faisceaux de rayons incidents parallèles sont réfléchis en convergeant vers le plan focal image du miroir M 1. L oculaire devrait être placé dans ce plan focal mais ceci est difficile à réaliser car on se placerait sur le chemin des rayons incidents. C est pourquoi on utilise un second miroir M 2, beaucoup plus petit, qui forme l image définitive en dehors du faisceau incident. Cette image réelle est reçue sur un détecteur ou observée à l aide de l oculaire. L imagea 1 dea,surl axe,donnéeparlemiroirprincipalseformeaufoyerimagedecemiroir et l image A 2 de A 1 donnée par le miroir secondaire est placée au foyer objet F 3 de l oculaire qui en donne une image définitive A à l infini regardée sans accommodation par l observateur. La figure ci-contre donne le schéma d un télescope utilisant comme miroir secondaire un miroir plan : c est le télescope de Newton.

109 8.1 Télescope de Newton Le télescope de Newton comprend aussi deux systèmes optiques convergents de même axe optique : l'objectif qui est un miroir concave de grand diamètre et de très grande distance focale (de l'ordre du mètre) et de grand diamètre pour capter beaucoup de lumière et agrandir l image. Le miroir concave est aussi appelé miroir principal. l'oculaire, ensemble de lentilles convergentes, qui joue le rôle d'une loupe dont la distance focale est de quelques centimètres. Il est mobile par rapport à l objectif. L astre observé est situé à l infini, il émet une lumière qui est captée par le miroir principal (l objectif). Tous les rayons se réfléchissent au niveau du foyer image de l objectif. Un petit miroir plan (miroir secondaire) incliné à 45 par rapport à l axe optique de l objectif renvoie la lumière réfléchie sur le côté vers l oculaire.

110 On peut modéliser le télescope de Newton par l association : d un miroir sphérique concave (objectif ou miroir principal) degrande distance focale f 1 ; d un miroir plan (miroir secondaire) qui renvoie les rayons réfléchis vers l oculaire ; d une lentille mince convergente(oculaire) de faible distance focale f 2 ; Le miroir sphérique (objectif) permet d obtenir une première image intermédiaire A 1 B 1 de l objet AB situé à l infini. Les rayons sont alors réfléchis et renvoyés dans son plan focal image (enf 1 ).

111 Les rayons réfléchis arrivent au niveau du miroir plan (miroir secondaire) incliné à 45 par rapport àl axeoptiquedel objectifetonobtientainsiune deuxièmeimageintermédiairea 2 B 2.

112 La lentille (l oculaire), dont l axe optique est perpendiculaire à celui de l objectif, donne l imagea B dea 2 B 2.C estl imagedéfinitivequiseraobservéeparl œil.l oculairejouelerôle de loupe. Pour que l œil observe l image définitive A B sans accommoder il faut que l image intermédiairea 2 B 2 setrouvedansleplanfocalobjetdelalentille(del oculaire). Ainsi on aura donc A 1 = F 1 et A 2 = F 2 et le système sera qualifié de système afocal (car l image d un objet situé à l infini est renvoyée à l infini).

113 On a ainsi l enchaînement suivant :

114 Pourtracerla marched unfaisceaulumineuxon tracelesdeux rayonslimites issusdupointb s appuyant sur les bords de l objectif.

115 Grossissement standard du télescope de Newton On appelle G le grossissement standard du télescope, il est défini par le rapport suivant : Où : θ : angle sous lequel est vue l image définitive A B à travers le télescope sans accommoder, en rad θ: angle sous lequel est vue l objet à l œil nu (c est son diamètre apparent), en rad Dans ces conditions on a : ce qui conduit à : Soit : (résultat identique à la lunette astronomique)

116 Cercle oculaire ou pupille de sortie du télescope de Newton Le cercle oculaire (ou pupille de sortie) correspond à l image de l objectif du télescope à travers l oculaire. C est à cet endroit qu il faut placer la pupilledel œil: pour recevoir le maximum de lumière; pour avoir la vue la plus étendue possible de l image. La position du cercle oculaire se déduit de la relation de conjugaison de Descartes: Le diamètre du cercle oculaire se déduit du grossissement standard du télescope: ainsi on a :

117 Le télescope de Newton

118

119 8.2 Autres types de télescopes Le télescope de Cassegrain L utilisation comme miroir secondaire de miroirs convexe ou concave nécessite de percer une ouverture au sommet du miroir principal pour laisser passer le faisceau réfléchi par ce miroir, comme le montrent les figures suivantes. Dans le montage de Cassegrainle miroir secondaire convexedoit être placé avant le foyer image F 1 du miroir principal pour que le faisceau réfléchi soit convergent.

120 L'image fournie par le miroir primaire est agrandie par le secondaire (mais sans être redressée). Dans le cas du télescope de Cassegrain, l'image projetée par le miroir principal parabolique n'existe pas réellement car le miroir secondaire intercepte les rayons lumineux avant le foyer primaire. Cette image est virtuelle. Le miroir secondaire convexe et hyperbolique projette cette image virtuelle vers le foyer résultant en l'agrandissant dans le rapport p'/p. Une image réelle se forme au foyer résultant et elle est analysée avec l'oculaire.

121 Le télescope de Cassegrain

122 8.2.2 Le télescope de Gregory Le miroir secondaire concave du télescope de Gregory est placé après le foyer image F 1 du miroir principal. On utilise en général les télescopes avec des miroirs secondaires convexes ou concaves en les réglant, en déplaçant le miroir secondaire, de sorte que l image A 2 B 2 donnée par les deux miroirs de l objectif se forme dans le plan tangent en S1 au miroir M1. Par ailleurs, les astres étant très éloignés, les angles d incidence sur les miroirs sont faibles et les rayons lumineux sont para axiaux. Le système est donc utilisé dans les conditions de stigmatisme approché de Gauss.

123 Il utilise deux miroirs convergents. Le miroir primaire est parabolique et il forme une image en son foyer (foyer primaire). Celle-ci est récupérée par le miroir secondaire concave et elliptique qui la projette en l'agrandissant vers le centre du miroir primaire (foyer résultant). Cette dernière image est analysée avec un oculaire par l'observateur qui est placé derrière le miroir principal.

124

125 8.2.3 Le télescope photographique de Schmidt L'objectif est un simple miroir sphérique complété par un diaphragme au niveau de son centre de courbure, c'est une ouverture qui limite la section utile du faisceau lumineux. Ceci lui confère des propriétés remarquables. Ce dispositif simple n'est pas adapté à l'observation visuelle. Il est parfois employé pour réaliser des photographies de grandes portions du ciel avec un miroir relativement peu ouvert pour limiter l'aberration de sphéricité (exemple : F/D=10). Pour cela, on applique un film ou une plaque photographique sur une surface courbe placée au foyer du miroir. Equipé de la lame de Schmidt qui corrige l'aberration de sphéricité du miroir, ce télescope peut être conçu avec une grande ouverture(f/d inférieur à 2). C'est l'instrument idéal pour la photographie(argentique) de grands champs stellaires.

126

127 8.2.4 Le télescope Schmidt-Cassegrain Cet instrument reprend la disposition du télescope de Cassegrain avec un miroir primaire sphérique et une lame de Schmidt qui corrige l'aberration de sphéricité. Pour plus d information sur les combinaisons optiques des différents types de télescopes, consulter l excellent site:

128

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION THEME : REPRESENTATION VISUELLE Sous-thème : De l œil au cerveau CHAPITRE 2 L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION I. LE MODELE DE L ŒIL OU ŒIL REDUIT (Rappel) Pour le physicien, l œil est constitué

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Principales définitions... 3 2. Accomodation... 5

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA Correction des différents défauts de vision Comment corriger les principaux défauts de l œil? Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON 1 ère SA 1 Correction des différents défauts de vision Comment

Plus en détail

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Les principales définitions... 3 II Accomodation...6 III Anomalies de la réfraction...7

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

Licence Physique/Chimie

Licence Physique/Chimie Licence Physique/Chimie Cours d Optique Instrumentale 2007-2008 Sébastien Forget SOMMAIRE COURS D OPTIQUE INSTRUMENTALE 1 INTRODUCTION A L OPTIQUE 5 I. INTRODUCTION 6 II. LA LUMIERE 6 II.1. LES SOURCES

Plus en détail

Cours de physique 2C2 - LRSL

Cours de physique 2C2 - LRSL Cours de physique 2C2 - LRSL 2013 2014 Table des matières 1 Optique géométrique 6 1.1 Propagation de la lumière........................... 6 1.1.1 L œil et les objets lumineux...................... 6 1.1.2

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Version PDF de l exposé sur les formules optiques des instruments d observation astronomique en usage dans le monde des astronomes amateurs La

Version PDF de l exposé sur les formules optiques des instruments d observation astronomique en usage dans le monde des astronomes amateurs La Document ANAP Version PDF de l exposé sur les formules optiques des Serge Rochain instruments d observation astronomique en usage dans le monde des astronomes amateurs La présentation de l exposé s appuie

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Nous vous présentons ici très brièvement les différentes parties d un télescope, en prenant l exemple d un type de

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction.

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction. brochure.indd 1 22/01/2010 15:13:04 brochure.indd 2 22/01/2010 15:13:27 brochure.indd 3 LA MYOPIE Si vous voyez trouble de loin et net de près, alors vous êtes probablement myope. Rétine QU EST CE QUE

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

Ondes acoustiques. But : mesurer la célérité, la longueur d onde et le déphasage dû à la propagation d un phénomène ondulatoire.

Ondes acoustiques. But : mesurer la célérité, la longueur d onde et le déphasage dû à la propagation d un phénomène ondulatoire. Ondes acoustiques 1) propagation d'un signal acoustique But : mesurer la célérité, la longueur d onde et le déphasage dû à la propagation d un phénomène ondulatoire. Alimenter un émetteur à ultra-sons

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005

Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005 Maladies et Grands Syndromes - Trouble de la réfraction (287) Professeur Bernard Ridings Docteur Olivier Forzano Mai 2005 1. Introduction L œil est l organe récepteur de la vision. Toutes ses structures

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. scienceblogs.com/startswithabang/2011/02/18/open-wide-what-do-you-mean-my/ À quelle distance est une voiture quand on commence à distinguer, à l œil nu, qu il y a deux phares à l avant de la voiture? Les deux phares sont distants de 1.5 m. scienceblogs.com/startswithabang/011/0/18/open-wide-what-do-you-mean-my/

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0 -SPE-ALAR : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard Version 1.0 Observatoire de Paris 61, avenue de l Observatoire 75014 Paris France tél 33 (0)1 40 51 21 58 fax 33 (0)1 43

Plus en détail

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE Groupe n 210 1 S2 - Aurélie Gabas 1 S2 - Julie Prevost - Luc Leroy THEME : Avancées scientifiques et réalisations techniques Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE 2011-2012 1 2

Plus en détail

L'ORDINATEUR ET LA VUE

L'ORDINATEUR ET LA VUE 45 L'ORDINATEUR ET LA VUE On parle beaucoup des troubles liés au travail devant écran d'ordinateur. Qu'en est-il des recherches dans ce domaine? On peut dire que les problèmes de la vision sur écran en

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

La révolution des satellites de Jupiter

La révolution des satellites de Jupiter La révolution des satellites de Jupiter Guide de l'élève Manuel d'accompagnement du logiciel Exercice d'astronomie Version 2 Département de Physique Gettysburg College Gettysburg, PA 17325 Email : clea@gettysburg.edu

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification Travaux Pratiques d'astronomie d'application du cours sur la sphère céleste et la mesure astrométrique "Mesure de la position d'un corps céleste: Application aux petits corps du système solaire" Le but

Plus en détail

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter.

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. OUVREZ L OEIL Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. Thème : l optique Âges : 8 à 13 ans (à adapter pour les 5

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

Comment fabriquer un miroir de télescope?

Comment fabriquer un miroir de télescope? Comment fabriquer un miroir de télescope? Origine et historique du projet: Le concours «olympiades de physique» étant consacré plus particulièrement cette année à l'astronomie, un groupe de lycéens de

Plus en détail

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs I Caractéristiques physiques et physiologiques de la vision Avant d examiner les caractéristiques et phénomènes de la vision, il est

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

Optique géométrique. L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1

Optique géométrique. L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1 Optique géométrique L. Zimmermann Athénée royal d Uccle 1 Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 5 Chapitre 1. Propagation de la lumière... 6 1.1. Lumière Sources lumineuses...6 a)

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER Une vie sans lunettes ou lentilles de contact Voir, c est la vie, chaque jour, chaque instant. Voir, c est la liberté. Si les lunettes ou les lentilles de contact, que vous

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient : 2 Ce sujet comporte 9 pages numérotées de 1/9 à 9/9 Ce sujet comporte page 5/9 une ANNEXE à

Plus en détail

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels ETUDE ENERGETIQUE DE FAISCEAUX U52 - MISE EN ŒUVRE DU SYSTÈME 2.1. Éléments à votre disposition 2.1.1. Matériel Voir cadre 3. 2.1.2. Documentation Voir cadre 1 2.1.3. Logiciels Voir cadre 2. 2.2. Travail

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K

Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K Lors de WETO 2006 * une discussion s'est engagée sur la possibilité de connaître le début du temps d'exposition du senseur de la caméra. Il n'y a pas eu de

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

SUPPORT DE COURS ZWCAD+ 2014 NIVEAU 3D

SUPPORT DE COURS ZWCAD+ 2014 NIVEAU 3D ZWCAD+ NIVEAU 3D Copyright 2013 Tous droits réservés ZW France Page 1 SOMMAIRE 1. L INTERFACE RUBAN... 3 2. VISUALISER EN 3D... 4 3. VOIR et SE POSITIONNER EN 3D... 5 4. CREER LES OBJETS 3D DE BASE...

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

RESULTATS de MESURES et PRECISION

RESULTATS de MESURES et PRECISION Licence de physique, parcours Physique appliquée aux Sciences de la Vie et de la Planète Année 2005-2006 RESULTATS de MESURES et PRECISION Fascicule à lire avant de commencer les Travaux Pratiques Sommaire

Plus en détail

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout!

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! Grâce à nos techniques avant-gardistes, des milliers de gens sont en mesure d oublier, à jamais, qu ils ont déjà eu

Plus en détail

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie Troubles de la réfraction Troubles de la réfraction Définition Pour nous permettre une vision nette, les rayons lumineux provenant des objets vers lesquels nous orientons notre regard traversent successivement

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Principes scientifiques et concepts regroupés par champs d'études

Principes scientifiques et concepts regroupés par champs d'études Titre de l'activité: Le laser et la myopie : pour y voir plus clair! Mise à jour: 2001-05-27 Conception: Simon Descôteaux, École Secondaire Samuel-de-Champlain, Commission scolaire Les premières Seigneuries.

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

Photographier le ciel avec votre appareil photo

Photographier le ciel avec votre appareil photo Photographier le ciel avec votre appareil photo Christiane Defays Cet article s adresse aux photographes amateurs curieux du monde et du ciel, il a pour but de leur montrer comment réaliser de surprenants

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets».

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets». Déplacer un objet Cliquer sur le bouton «Déplacer». On peut ainsi rendre la figure dynamique. Attraper l objet à déplacer avec la souris. Ici, on veut déplacer le point A du triangle point ABC. A du triangle

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Presbytie Madame, Monsieur, Vous êtes intéressés par la chirurgie réfractive. Cette fiche d`information a

Plus en détail

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D...

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... 7 Le meilleur moyen de faire tourner un objet... 7 Coordonnées... 7

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser La chirurgie réfractive de l œil Corriger les défauts visuels grâce au laser Introduction Pour que notre système visuel puisse capter et interpréter ce que nous regardons, les images doivent se réfléchir

Plus en détail

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon Rapport de mesure Référence : 2010-44001 FJ Référence 2010-44001 Client Airylab Date 28/10/2010 Type d'optique Lunette 150/1200 Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

Exposition. VLR plongée e commission photo

Exposition. VLR plongée e commission photo Exposition VLR plongée e commission photo Agenda Définitions Exposition / analogie du verre d eau (de vin?) Ouverture Vitesse Sensibilité La notion d EV Pourquoi cela ne suffit pas? Dynamique des capteurs

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail