Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011 CONTACTS PRESSE : CEA / Service Information-Media Stéphane LAVEISSIERE Tél. : Vincent CORONINI Tél. : CEA Saclay / Siège Direction de la Communication Service Information-Média Gif-sur-Yvette Cedex Tél. : (33) Fax : (33)

2 DOSSIER DE PRESSE Sommaire : Les technologies 3D au CEA-Leti Introduction L intégration 3D Rappel sur la microélectronique 2D Vers l intégration 3D Les technologies de l intégration 3D La stratégie du Leti : proposer à ses partenaires des filières génériques adaptées, à partir d une «boîte à outils» 3D complète Exemples d applications de l intégration 3D Mémoires, circuits intégrés, MEMS : l intégration 3D ouvre de nouvelles possibilités L apport de l intégration 3D pour les imageurs La PlateForme de NanoCaractérisation Exemples de caractérisations en support de l intégration 3D ANNEXES 17 Présentation du CEA-Leti 2

3 DOSSIER DE PRESSE Introduction L intégration 3D, une voie de développement incontournable pour la microélectronique Les technologies mises au point par l industrie de la nanomicroélectronique constituent un élément-clé de la compétitivité industrielle d un pays. En proposant des technologies plus rapides, moins chères et incluant de nouvelles fonctionnalités, l électronique conditionne les progrès de nombreux secteurs industriels : transports, gestion de l énergie, technologies de la santé, appareils multimédias A titre d exemple, on estime que les composants semi-conducteurs représentent plus de 20% de la valeur des équipements électriques et électroniques, soit, pour le seul secteur des semi-conducteurs, un marché mondial d une valeur de 270 milliards de dollars ; ce secteur conditionnerait, de façon plus ou moins directe, près de 10% du PIB mondial (source : rapport sur l industrie de la microélectronique de l OPECST 1, juin 2008). En référence à la Loi de Moore, qui prédit empiriquement le doublement, tous les 2 ans, de l intégration des composants dans l industrie électronique, les développements actuels de l électronique sont souvent présentés comme suivant deux directions complémentaires : - la voie de la miniaturisation «More Moore», qui consiste à continuellement décroître les dimensions des composants élémentaires (les transistors) ; cette tendance se rapporte, pour une époque donnée, à la dimension minimale, ou «nœud», atteinte par la technologie. Actuellement, l industrie atteint le nœud 28 nanomètres. - en parallèle, la voie de la diversification «More than Moore», qui définit la tendance à intégrer de plus en plus de fonctionnalités différentes dans une même puce, indépendamment du degré de miniaturisation. Les deux voies sont parallèles et regroupent un vaste ensemble de technologies et procédés qui font l objet d études de tous les grands acteurs de R&D. Parmi les procédés à l étude figure l intégration 3D, c est-à-dire la conception de puces au sein desquelles les composants sont empilés et non plus seulement mis côte à côte. Cette voie laisse envisager des systèmes complexes plus performants, moins «encombrants», plus économes en énergie, et surtout moins coûteux une fois les procédés d industrialisation maîtrisés. La 3D dans une stratégie globale du CEA-Leti Tous les acteurs de la recherche et de l industrie sont obligés de nouer des partenariats pour assumer les coûts de ces recherches. 1 Office Parlementaire d Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques. 3

4 En France, le secteur repose en particulier sur un pôle d activité situé à Crolles, près de Grenoble, constitué autour d un partenariat historique entre le CEA-Leti et la société STMicroelectronics (dont la partie grenobloise est une ancienne filiale du CEA-Leti - EFCIS). Le CEA-Leti a été le premier centre de R&D à proposer un imageur (une caméra) pour téléphone portable à partir des technologies 3D, qui fait désormais l objet d une industrialisation en masse. Aujourd hui, le Leti est l un des 4 premiers laboratoires au monde à proposer à ses partenaires industriels une ligne d intégration 3D complète pour les plaques de silicium (wafers) en 300mm, qui constituent aujourd hui le standard industriel de production pour les composants microélectroniques. L intégration 3D n est pas la seule voie de développement de la microélectronique. Les progrès attendus dans tous les secteurs nécessitent des recherches à différents niveaux miniaturisation des composants de base, recours à l optronique (liaisons optiques) pour certaines technologies, développement des LEDs - sur lesquelles s implique également le Leti. L activité 3D présentée dans ce dossier illustre bien la stratégie constante du Leti de proposer aux industriels les activités de R&D les plus prometteuses (en étudiant les applications visées), selon l organisation la plus pertinente, pour leur permettre d effectuer dans les meilleures conditions de durée et de coût les sauts technologiques nécessaires au maintien et à l accroissement de leur compétitivité. L intégration 3D fait partie des axes de développement importants des programmes en microélectronique au CEA. Elle s inscrit dans le contrat d objectifs et de performance qui lie l organisme et l Etat pour la période C est également un des axes de travail majeurs de l Institut de recherche technologique (I.R.T.) «Nanoélectronique» présenté le 9 mai par le gouvernement avec 5 autres IRT. Ce projet proposé dans le cadre des investissements d avenir vise à soutenir une stratégie industrielle de conquête sur les marchés porteurs, afin de créer de l emploi en France. 4

5 L intégration 3D Rappel sur la microélectronique 2D : Les puces électroniques qui équipent aujourd hui de nombreux appareils de la vie quotidienne sont de natures extrêmement variées, selon leur complexité et les fonctions qu elles assurent. Concrètement, les puces sont fabriquées en série sur des plaques de silicium, les wafers, qui seront ensuite découpés. Ces plaques ont des tailles de référence qui n ont cessé d augmenter au fil du temps ; l industrie prend désormais pour référence un diamètre de 300 mm pour la fabrication des processeurs, des mémoires stand-alone et des composants programmables. Ceci permet de fabriquer davantage de puces au cours d une même opération (de 200 à 300 mm de diamètre, la surface est multipliée par 2,25). Pour le marché plus modeste des composants microsystèmes, on observe une tendance similaire avec l évolution des wafers 100 et 150 mm vers le standard de 200 mm. Image : un wafer 300 mm - L.Godart/CEA Grâce à des progrès constants dans la finesse de gravure des circuits, l industrie microélectronique développe depuis plusieurs dizaines d années des circuits de plus en plus puissants et de moins en moins coûteux. En cela elle suit la loi de Moore, du nom de l ingénieur américain et cofondateur d Intel, Gordon Moore, qui a prédit en 1975 que le nombre de transistors gravés sur un circuit en silicium doublait tous les 2 ans. Avec pour conséquences une augmentation des performances et une baisse des coûts. Cette prédiction est toujours d actualité mais va se heurter dans un futur prochain à des contraintes physiques insurmontables. Le motif de base de la microélectronique est le transistor, construit sur un matériau solide semi-conducteur, la plupart du temps des MOS, pour Métal, Oxyde, Semi-conducteur. La combinaison des différents transistors permet de réaliser des circuits intégrés plus ou moins denses, plus ou moins complexes. Ainsi, les «puces» ou circuits intégrés les plus denses sont les mémoires, les plus complexes sont les microprocesseurs. Ils peuvent être constitués de plusieurs centaines de millions de transistors (jusqu à plus d un milliard!), gravés dans la couche de silicium, les interconnexions étant ellesmêmes fabriquées par dépôt de couches métalliques sur cette surface. A chaque fois, les transistors sont fabriqués sur une même surface plane, les uns à côtés des autres, en deux dimensions donc (technique dite Planar). Intel a néanmoins annoncé récemment une nouvelle génération de transistors FinFET exploitant la 3 ème dimension et apportant un gain conséquent sur les systèmes hautes performances. 5

6 Vers l intégration 3D : Parallèlement aux progrès de la recherche et des fabricants dans la finesse de gravure des circuits aujourd hui l état de l art industriel est à 32 / 28 nm, et les développements pour atteindre le nœud 22 nm sont en cours d autres voies sont étudiées pour augmenter les performances et les fonctionnalités des circuits. L alternative la plus crédible est l intégration 3D qui consiste à «empiler» les composants électroniques, en superposant des puces et/ou des wafers les uns sur les autres et en établissant des connexions électriques courtes entre ces composants, directement au travers des différentes couches. On utilise ainsi au mieux le volume final, en utilisant de façon optimale la 3 ème dimension. Cette voie alternative offre plusieurs avantages majeurs, notamment : la réduction des coûts, en augmentant les rendements et en réalisant des puces plus petites, l augmentation significative des performances globales des circuits et la réduction de leur consommation énergétique, ainsi que la possibilité d ajout à moindre coût de nouvelles fonctions («intégration hétérogène»). A titre d exemple, on pourra combiner des dispositifs logiques, des mémoires, des imageurs ou des MEMS à partir de différentes tranches de silicium provenant de diverses fonderies utilisant des procédés de fabrication différents. L intégration 3D concerne directement trois grands domaines d application: - le packaging : l assemblage des puces peut être optimisé en exploitant de nouveaux procédés d interconnexions plus courts (donc plus efficaces et plus rapides) et conduire ainsi à des systèmes plus compacts. - la microélectronique avancée : l intégration 3D peut apporter une solution efficace aux difficultés inhérentes aux SoC (System on Chip), en permettant le partage entre les fonctions purement digitales (relevant de la loi de Moore) et les fonctions annexes (Entrées/Sorties, interfaces.) se prêtant peu aux diminutions de taille. - «l intégration hétérogène» en simplifiant et optimisant la réunion de deux composants aux fonctions différentes, par exemple un microsystème MEMS (en bleu) sur un composant CMOS (orange). Les technologies de l intégration 3D : L intégration 3D nécessite de maîtriser les connexions électriques entre les différentes puces empilées verticalement. Elle doit répondre à de nombreux défis, notamment la complexité de la conception, les problèmes de dissipation thermique, l absence de normalisation, la fiabilité, la définition de stratégie de tests adaptée à des circuits empilés... 6

7 - Le CEA-Leti travaille depuis la fin des années 1980 à ces nouveaux procédés d intraconnexions, au début avec des connexions percées au laser (procédé VIA - Vertical Interconnect Access). Rapidement, la technologie des vias traversants, dite «TSV» (Through Silicon Via) est devenue la principale filière technologique (le premier brevet du Leti relatif à cette technologie remonte à 1988). Différents types de TSV sont disponibles, selon les spécifications demandées et les besoins industriels. Selon la nature des puces et les contraintes technologiques spécifiques, la technologie TSV peut être appliquée à différents moment de l intégration (notion de «vias first», «vias middle», «vias last»). Schématiquement, la technologie «vias last», aujourd hui mature, permet de couvrir les applications nécessitant une faible densité d interconnexions et où l on souhaite conserver les designs actuels des puces. Au contraire, la technologie «vias middle», en cours de développement, intéresse les applications requérant une grande densité d interconnexions et permet une grande souplesse dans les designs des nouveaux systèmes. La technologie «vias first», également en développement, offrira à plus long terme des possibilités d intégration exceptionnelles, et peut s adapter à des contraintes applicatives très importantes (fortes isolations, tensions élevées). - Dans le domaine des interconnexions, le Leti propose une large palette de technologies à la fois au niveau des contacts électriques eux-mêmes (solder balls, copper pillars, liaisons directes Cuivre- Cuivre ) adaptées aux différents types de contacts électriques (le «pitch», c est-à-dire la taille des contacts et l espacement entre ces derniers, varie entre plusieurs centaines de microns et quelques microns), ainsi qu au niveau de leur redistribution afin de les rendre géométriquement et mécaniquement compatibles avec l ensemble des opérations ultérieures d empilement et d assemblage/collage («bonding»). Différentes technologies de «bonding» sont proposées par le Léti de façon à couvrir l ensemble des spécifications requises par les industriels. Dans le contexte de la microélectronique avancée demandant les pas d interconnexion les plus faibles (quelques microns), le Léti a développé une méthode très innovante de «direct bonding» permettant le collage direct entre wafers ou entre puces, ne nécessitant ni matériau de collage, ni besoin de chauffage important ni pression élevée. Cette technologie est basée sur des phénomènes d adhésion moléculaire entre les atomes des deux surfaces en regard. Image : un équipement de «bonding» du Leti. CEA-Leti Le Leti développe également des technologies de collage temporaire, pour permettre la manipulation des wafers amincis en cours de fabrication. Après amincissement, les plaques ne sont plus suffisamment rigides pour être manipulées directement. On développe donc des solutions intermédiaires de collage / décollage sur des plaques d épaisseurs standard, pour les rendre compatibles avec les différents procédés de la microélectronique (photolithographie, dépôt, gravure, implantation ). 7

8 La stratégie du Leti : proposer à ses partenaires des filières génériques adaptées, à partir d une «boîte à outils» 3D complète Afin de couvrir l ensemble des applications potentielles du domaine, le Leti a mis au point une boîte à outils spécifique pour l intégration 3D. L objectif est de proposer des filières génériques complètes adaptées à différentes classes de besoins industriels (fondeurs, IDM, fabless, OSAT), à partir d étapes élémentaires de fabrication à combiner ou à adapter : par exemple l amincissement des wafers, la gravure profonde du silicium, les procédés de métallisation associés pour réaliser des intra-connexions traversantes (TSV), la fabrication des bumps de cuivre, la réalisation de couches de redistribution (RDL) Sur chacune des technologies développées, le Leti mesure la maturité des procédés grâce à une échelle de cinq niveaux : 1- démonstration technique du procédé ; 2- validation du fonctionnement électrique du procédé sur un dispositif de test ; 3- démonstration technique du procédé sous forme de composant intégré ; 4- prototype industriel (i.e. sur chaîne de fabrication) ; 5- transfert à l industriel. De façon générale les composants 3D conçus et réalisés au Leti vont jusqu au stade de prototypage industriel (4). Le passage en étape 5 s effectue au cas par cas avec chaque industriel demandeur. La mise en place en 2010 de la ligne d intégration 300 mm des technologies 3D permet l accélération de ces développements. Ceux initialement réalisés sur la ligne 200 mm du Leti sont maintenant transférés et validés sur la ligne de prototypage 300 mm. Constituée des équipements les plus performants, et en collaboration étroite avec les principaux équipementiers du domaine, la plateforme du Leti permet aujourd hui aux industriels de valider à coût modéré tout un ensemble de procédés avant leur lancement à l échelle industrielle. Le premier exemple de composant utilisant les technologies 3D, déjà transféré à un industriel et produit en masse, concerne les imageurs développés pour STMicroelectronics. Image : vue de la plateforme d intégration 3D. L.Godart/CEA 8

9 Exemples d applications de l intégration 3D Mémoires, circuits intégrés, MEMS : l intégration 3D ouvre de nouvelles possibilités - Le Leti mène des recherches dans différents secteurs des technologies du stockage de données : mémoires à base de silicium, mémoires résistives, mémoires magnétorésistives, superrésolution pour les disques optiques etc. Une utilisation simple de l intégration 3D concerne notamment le marché des mémoires. Pour gagner de la place tout en augmentant la capacité mémoire par unité de surface, différents circuits mémoires fabriqués sur des plaques différentes peuvent être empilés et collés en 3D. Le meilleur exemple en est certainement le développement des capacités de stockage des clés USB, qui peuvent être considérées comme de l empilement 3D «simple» puce sur puce, ou mémoire sur mémoire, à partir de composants identiques. On peut également considérer qu une des applications phares est la réalisation de disques durs pour PC. (Solid State Disk). Pour les mémoires embarquées dans les circuits complexes, outre les aspects consommation électrique, un critère de performance est la demande d une «bande passante» de plus en plus importante entre une unité de calcul (ex : un processeur) et la mémoire de travail de cette unité. Les composants «traditionnels» (2D) associent un processeur et une mémoire par des interconnexions (des fils métalliques) horizontales parfois longues, qui vont limiter la bande passante et augmenter la consommation électrique de l ensemble. Avec l intégration 3D, la connexion horizontale peut être remplacée avantageusement par une connexion verticale raccourcie ; la bande passante est ainsi augmentée et la consommation électrique associée est réduite. Les procédés 3D laissent envisager la possibilité d assemblage direct de matrices de processeurs intégrés à des matrices de mémoires. A la clé : des performances supérieures pour les unités de calcul. - Circuits intégrés de nouvelle génération : les circuits intégrés de demain comprendront sans doute un grand nombre d unités de calcul sur une même puce, ces unités de calcul pourront être réalisées à base de matrices de processeurs (on parle de plusieurs centaines ou milliers de processeurs interconnectés en réseau). Ces processeurs élémentaires de faible complexité pourront fonctionner à plus basse fréquence d horloge que les processeurs actuels et permettront ainsi de limiter la consommation électrique. Pour ces matrices de processeurs, il peut être judicieux de proposer d utiliser les technologies 3D afin de connecter l ensemble de ces processeurs élémentaires. - Pour les microsystèmes électromécaniques (MEMS), l intégration 3D est une voie d étude parmi d autres. Les MEMS sont des dispositifs intégrant un ou plusieurs éléments sensibles à l environnement physique, des capteurs (pression, accélération, humidité, ) ou des éléments comme des actionneurs (micro interrupteurs, tête d impression à jet d encre, lentille à focale variable, ). Ces microsystèmes permettent de s interfacer avec l environnement réel en étant capable de mesurer des grandeurs physiques et de fournir des informations à un système de plus haut niveau. Par exemple, la mesure d une accélération ou d une 9

10 décélération dans une voiture sera traduite en un signal électrique détecté par l airbag qui actionnera ensuite le dispositif de gonflage du sac de protection. Ces MEMS contiennent généralement une partie mécanique et l électronique de contrôle. Ils sont ensuite encapsulés avec un habillage protecteur, pour des dimensions variant de quelques microns à quelques millimètres. Les capteurs constituent une part importante du marché des MEMS et s intègrent de plus en plus dans les objets du quotidien : accéléromètres dans les voitures, les ordinateurs et téléphones portables, capteurs de pression, de température, ou capteurs acoustiques et optiques. On réfléchit actuellement à l opportunité d empiler MEMS et circuits intégrés, pour supprimer les liaisons filaires, réduire les coûts et industrialiser les systèmes selon des «packages» cohérents : par exemple une intégration 3D de deux wafers, l un de MEMS et l autre de circuits de lecture, ces 2 wafers collés l un sur l autre étant ensuite découpés pour fournir la puce finale. 10

11 L apport de l intégration 3D pour les imageurs Le CEA-Leti compte dans ses activités un département d optronique, au sein duquel on étudie les équipements ou systèmes utilisant à la fois l optique et l électronique. Les chercheurs y développent des technologies en vue d applications assez diverses, depuis les caméras de téléphone portable jusqu à l étude de rétines pour télescopes spatiaux «uniques». Parmi ces équipements, les imageurs (ou caméras) pour téléphones portables font l objet de différents développements, pour améliorer la qualité de traitement d image et pour réduire le coût des technologies. Le département d optronique travaille par exemple à améliorer la détection des photons, pour réduire la taille des pixels et diminuer le coût des capteurs. En parallèle, le Leti a utilisé les technologies de l intégration 3D pour réduire la taille globale du dispositif. En 2009, le Leti a développé un module optique qui utilise une brique technologique issue de la 3D. Jusqu alors, les imageurs étaient connectés à des circuits périphériques par des connexions électriques classiques, en 2D. La technologie dite TSV (Through Silicon Via) mise en œuvre au Leti permet la connexion de l imageur à l aide de vias traversants le silicium, en ramenant la connectique sous la puce. La connexion obtenue ensuite par «reflow» est comparable au dépôt de composants sur une carte support. L imageur, placé sur la puce, est relié à celle-ci par procédé TSV puis connecté par soudage à partir de microbilles. STMicroelectronics Cette technologie présente plusieurs avantages : elle permet d intégrer davantage de circuits sur une même plaque de silicium et, une fois le procédé d industrialisation maîtrisé, de diminuer son coût de fabrication ; elle diminue la taille globale du dispositif incluant le bloc optique, la miniaturisation de la caméra étant systématiquement recherchée pour les applications telles que la téléphonie mobile ; 11

12 comme pour les autres technologies recourant à l intégration 3D, les interconnexions sont plus courtes et la vitesse de transmission des informations augmente, permettant de maintenir des cadences vidéo confortables. Le procédé d intégration des imageurs a été développé avec succès pour STMicroelectronics, sur une ligne 200 mm. Il est aujourd hui industrialisé par STMicroelectronics pour un grand fabricant européen de téléphones portables, sur lignes 300 mm. Vers des imageurs plus performants et plus petits : Les technologies issues de l intégration 3D font toujours l objet de développements au Leti pour les imageurs. Elles laissent envisager de meilleures performances en termes de qualité d image, et de nouvelles applications grâce à la miniaturisation du dispositif. - Au niveau de la vitesse de lecture par exemple, les procédés TSV pourraient permettre d augmenter le nombre de convertisseurs analogique-numériques en les plaçant en dessous de la rétine qui capture les images. La connexion directe de ces convertisseurs à la matrice de pixels par des vias traversants permettrait de maintenir la cadence vidéo qui tend à chuter pour les imageurs de grands formats. La lecture massivement parallèle des informations issues des pixels ouvrirait également de nombreuses perspectives concernant le traitement de l image en temps réel. On peut également envisager une gestion plus fine des signaux, par exemple en optimisant le temps d exposition lumineuse par zones, et non pour l ensemble de l image comme c est le cas de façon classique. - Au niveau des applications, la miniaturisation des imageurs intéresse beaucoup le secteur médical, pour les examens d endoscopie. Alors que les industriels de la téléphonie exigent une taille de 3 à 5 mm pour un dispositif imageur, en endoscopie des imageurs variant entre 2 et 10 mm ont leur utilité, selon les régions du corps observées. La miniaturisation des dispositifs, notamment grâce à l intégration 3D, permettrait des progrès significatifs, par exemple pour observer des lésions au sein de certaines articulations. 12

13 La PlateForme de NanoCaractérisation La PlateForme de NanoCaractérisation (PFNC) illustre la volonté du CEA Grenoble d organiser son activité dans le domaine de la caractérisation de la façon la plus performante possible ; cette plateforme, créée il y a 5 ans au sein du Campus Minatec, regroupe les ressources en caractérisation du Leti, de l INAC (Institut Nanosciences & Cryogénie) et du LITEN (Laboratoire d Innovations pour les Technologies des Energies Nouvelles et nanomatériaux) afin de : disposer des compétences et des équipements nécessaires pour couvrir tout le spectre de R&D sur la microélectronique et les nanosciences ; mutualiser les coûts élevés des équipements, avec la recherche académique aussi bien qu avec les industriels qui le souhaitent. La PFNC développe les nouvelles techniques de caractérisation physico-chimique pour différents domaines scientifiques : micro et nanotechnologies, nanomatériaux, matériaux pour l énergie, biotechnologies, etc. La PFNC fournit un support en caractérisation pour les programmes interne du CEA et offre également un accès pour ses partenaires académiques (INP Grenoble, ESRF, CNRS/LTM, Grandes Centrales Technologiques, GPM ) et industriels (STMicroelectronics, SOITEC, notamment) à ses experts et à son parc d équipements pour soutenir des programmes de R&D. Si certains acteurs de la recherche ou industriels peuvent disposer d équipements aussi performants voire meilleurs, en revanche la réunion sur un même site de l ensemble des compétences en caractérisation et des équipements correspondants, du meilleur niveau, est un exemple de complémentarité unique en Europe. La PFNC compte une soixantaine de chercheurs et une cinquantaine d équipements lourds en caractérisation, ce qui permet de couvrir une large gamme de domaines en caractérisation : Analyse par faisceaux d ions, Analyse par rayons X, Analyse de surface, Microscopie électronique, Microscopie en champ proche, Caractérisation optique, Analyse des propriétés mécaniques, Préparation d échantillons, Résonance magnétique. Image : Microscope électronique à transmission Titan ( Titan 3 pico Cf. ci-dessous). P.Stroppa/CEA 13

14 Parmi ces équipements figure le «Titan 3 pico» qui est le microscope à transmission de dernière génération de la société FEI ; grâce à sa plateforme ultra-stable et à la grande brillance de son canon, il offre des performances exceptionnelles aussi bien en résolution spatiale, inférieure à l Angstrom (symbole Å, = 0,1 nanomètre = mètre), qu en énergie, de l ordre de 0,1eV. Ces caractéristiques lui permettent de mener diverses applications pour la caractérisation 2D et 3D de matériaux, jusqu à l échelle atomique. Image : le Titan 3 pico, dernier équipement reçu à la PFNC. FEI Exemples de caractérisation en support de l intégration 3D Les équipements de la PFNC permettent de caractériser des objets à une résolution de quelques angströms, alors que les couches les plus fines présentes dans les technologies sont de l ordre de Å. De façon générale, la PFNC doit proposer des solutions de caractérisation pour les différents nœuds technologiques en électronique et les trois axes de développements («more than Moore», «more Moore» et «beyond CMOS 2»). Jusqu au nœud technologique 65 nm, il pouvait être suffisant de ne fournir que des propriétés physiques ou chimiques d un matériau en effectuant le plus souvent des caractérisations sur des pleines plaques (information 1D). A partir du nœud 45 nm, puis 32 nm, avec la miniaturisation des dimensions critiques des couches et l augmentation de la complexité des matériaux utilisés, les méthodes de caractérisation ont dû fournir des informations de plus en plus complexes en couplant des résultats venant de différentes techniques et en s intéressant aux aspects 2D. Pour les nœuds suivants, des méthodes de caractérisation 3D d objets nanométriques intégrés sont nécessaires et sont en cours de développement. A chaque fois, l enjeu pour la PFNC est de devancer, en résolution, les échelles atteintes par les derniers développements technologiques. Pour les nœuds visés aujourd hui par l industrie, l objectif est non seulement de fournir des informations physiques, chimiques ou électriques des matériaux mais également de donner accès à leur intégration en volume. Différentes méthodes sont employées : - utilisation de la tomographie électronique réalisée dans un TEM, sur un principe similaire à celui de la tomographie médicale ; - tomographie avec des rayons X, soit dans les laboratoires de la plateforme, soit en utilisant le rayonnement émis par un synchrotron 2 On désigne par «Beyond CMOS» les recherches qui envisagent les technologies alternatives au CMOS. 14

15 comme l ESRF. Avec ces différentes techniques, il est possible notamment d aller imager un vide dans un via de Cuivre. - la PFNC possède également une sonde atomique qui fournit des informations 3D à l échelle atomique de la composition des différents constituants d un dispositif. - Enfin, un autre procédé consiste à utiliser un FIB (Focused Ion Beam) qui permet de découper successivement de fines tranches dans une couche et de les imager afin de pouvoir étudier l évolution en volume de ces couches. Exemples d outils de caractérisation 3D mis en œuvre sur la plateforme de caractérisation et en collaboration avec l ESRF pour l analyse par rayons X. L image de microtomographie obtenue à l ESRF montre des inclusions de vide dans des vias de cuivre. Ces inclusions, de taille submicrométrique, sont causées par le phénomène dit d électro migration ; elles sont la cause principale de la «mort» d un circuit intégré. L image de nanographie électronique (ci-contre) a été obtenue dans un microscoscope électronique à transmission. Cette image illustre une intégration 3D réalisée au niveau du transistor élémentaire sous la forme d un empilement de quatre grilles de diamètre d une cinquantaine de nanomètres. L image obtenue par sonde atomique tomographique permet d obtenir une cartographie 3D de la répartition des atomes. 15

16 ANNEXES 16

17 Présentation du CEA-Leti Au sein du CEA Grenoble, le Laboratoire d'électronique de Technologie de l'information (CEA-Leti) concentre son activité sur les micro et nano technologies et leurs applications aux systèmes et composants de communication sans fil, à la biologie et la santé, à l'imagerie, et aux Micro-Nano Systèmes (MNS). Partenaire principal du campus MINATEC, le CEA-Leti dispose de m² de salle blanche de dernière génération, fonctionnant 24h/24 et 7j/7, pour le traitement de plaquettes de 200 mm et 300 mm de diamètre. Le CEA-Leti compte près de chercheurs, forme plus de 200 doctorants (dont 30% étrangers) et accueille 200 collaborateurs des sociétés partenaires. Le CEA-Leti dispose d'un portefeuille de plus de brevets (265 déposés en 2010), dont 40% sous licence d utilisation. Depuis sa création en 1967, le Leti est à l origine de la création de 37 entreprises de technologies innovantes (start-up). Le CEA-Leti travaille en étroite collaboration avec l industrie pour accroître sa compétitivité par le développement et le transfert de technologies innovantes. Cela justifie le label Carnot 3 attribué au Leti depuis 2006 et renouvelé en Des activités réparties sur 8 plateformes : Nanotech 300 : La plateforme Nanotech 300 regroupe les équipements les plus récents du Leti, en vue de l intégration des composants sur plaques 300 mm et leur mise en boîtier dans l approche 3D avec équipements de découpe, packaging Les salles blanches qui constituent la plateforme sont de haute qualité («classe 1») : les paramètres tels que la température, l humidité, la concentration particulaire et la pression relative y sont strictement contrôlés. La mise en place des équipements dédiés au packaging 3D prend progressivement le relai de l activité MEMS 200 mm décrite plus loin. Advanced CMOS 200 : Cette plateforme technologique silicium rassemble tous les moyens du Leti pour des lignes de production en plaques 200 mm, depuis la plaquette nue jusqu au circuit intégré totalement achevé : préparation du wafer/plaquette, transfert, lithogravure, dopage, découpage La qualité de cette plateforme est identique à celle des milieux industriels. Le maintien des équipements en 200 mm permet au Leti de continuer à proposer un large éventail de développements, avec des procédés de référence stables. 3 Le label Carnot, créé en 2006, est un label d'excellence décerné par le ministère de l'enseignement supérieur et de la Recherche, qui valorise des structures de recherche qui s'engagent dans la recherche partenariale. 17

18 MEMS 200 mm : Cette plateforme regroupe les équipements et activités dédiés aux microsystèmes électromécaniques (MEMS), ou plus simplement capteurs. Le Leti mène une très importante activité de R&D dans ce domaine : accéléromètres, capteurs de pression, systèmes de communication RF, récupération et gestion de l énergie, par exemple. (voir aussi page 9 du dossier de presse) Nanoscale Characterization : (voir page 13 du dossier de presse) Integrative industries : Le centre CEA de Grenoble a mis en place en février 2011 un show room de près de 800 m² afin de disposer d un support de communication et de promotion vers les industriels et les investisseurs, et valoriser l innovation. Plus d une centaine de démonstrateurs issus d une vingtaine de thématiques des instituts Leti et Liten (Energies nouvelles et nanomatériaux) y sont présentés. Ils correspondent aux différents stades de l innovation : émergence d idées, maquettage, prototypage. Outre le show room, cette plateforme permet également d accueillir des entreprises au sein d une structure légère, pour des projets d études qui ne font pas appel à des technologies ou équipements lourds (projet PEPITE). Design : La plateforme design est consacrée aux études et développements relatifs à l architecture des composants silicium. L intégration logicielle et l intégration 3D y sont étudiées. La plateforme regroupe également les équipements de caractérisation électrique des composants électroniques étudiés. Integrative Chemistry : Cette plateforme regroupe la R&D sur les microsystèmes d analyse biologique et chimique, depuis l intégration et la préparation des échantillons jusqu à l analyse via des systèmes intégrés comme les biopuces, les laboratoires sur puces, etc. Un objectif majeur consiste à développer de nouveaux outils miniaturisés pour améliorer l analyse, le diagnostic et la thérapie de nombreuses maladies, notamment le cancer. Photonics : La plateforme Photonics rassemble les activités d étude et de conception des composants optiques, en vue de les intégrer en électronique : imagerie infrarouge, fibres optiques, dispositifs de stockage optique, écrans, développement des LEDs 18

Où sont-elles? Presque partout

Où sont-elles? Presque partout Les puces Vision historique Fabrication Les circuits numériques Les microprocesseurs Les cartes à puces Les puces d identification Controverses Questions Les puces Où sont-elles? Presque partout Où ne

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction Contenu du cours Introduction aux circuits intégrés Dispositifs CMOS, processus de fabrication. Inverseurs CMOS et portes logiques. Délai de propagation,

Plus en détail

De la micro à la nano-électronique

De la micro à la nano-électronique De la micro à la nano-électronique Christian Ngô ECRIN LT M ngo@ecrin.asso.fr LE PUCE MICR-ELECTRNIQUE AU QUTIDIEN Cafetière électrique 1 puce 10 000 T Pèse personne 1 puce 10 000 T Télévision 10 puces

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11)

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11) 1/ Généralités : Un ordinateur est un ensemble non exhaustif d éléments qui sert à traiter des informations (documents de bureautique, méls, sons, vidéos, programmes ) sous forme numérique. Il est en général

Plus en détail

Conception et Intégration de Systèmes Critiques

Conception et Intégration de Systèmes Critiques Conception et Intégration de Systèmes Critiques 15 12 18 Non 50 et S initier aux méthodes le développement de projet (plan de développement, intégration, gestion de configuration, agilité) Criticité temporelle

Plus en détail

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Chapitre 2 Architecture d un ordinateur Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Les objectifs : o Identifier les principaux composants d un micro-ordinateur. o Connaître les caractéristiques

Plus en détail

1. La sauvegarde des données

1. La sauvegarde des données 1. La sauvegarde des données La sauvegarde des données Plan de la présentation: 1. Pourquoi sauvegarder? 2. Les supports de sauvegarde 3. Comment sauvegarder. 1. Pourquoi sauvegarder? Qu est-ce qu une

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce)

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Pierre LERAY et Jacques WEISS Équipe de recherche ETSN Supélec Campus de Rennes février, 02 Technologies SoC ; P. Leray, J. Weiss 1 Évolution

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques. S1 BTS Informatique de Gestion 1 ère année THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT Dossier 1 L environnement informatique. Objectifs Enumérer et

Plus en détail

HPT High Power Technology

HPT High Power Technology HPT High Power Technology High Power Technology MM-0008 pour une efficacité optimale Quand la puissance rime avec finesse Jamais les défis dans un monde en évolution permanente comme la microélectronique

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté

Plus en détail

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définition La filière composants électroniques inclut en France les composants et cartes à puces (29 000 emplois), la sous-traitance d assemblage

Plus en détail

Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot

Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot Vendredi 5 juin 2015 Dossier de presse Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot Communauté de communes Le Grésivaudan 390 rue Henri Fabre 38926 Crolles Tél : 04 76 08 04 57 www.le-gresivaudan.fr

Plus en détail

multifonctionnels People Power Partnership HARTING Mitronics Albert Birkicht Packages 3D-MID Décembre 2010 Page 1 1 Pushing Performance

multifonctionnels People Power Partnership HARTING Mitronics Albert Birkicht Packages 3D-MID Décembre 2010 Page 1 1 Pushing Performance Page 1 1 Contenu Profile du groupe Substrats 3D & en technologie MID Portfolio Technologies Solutions d assemblage et de connectivité MEMS Packaging & autres applications Page 2 2 Profile du groupe Page

Plus en détail

Composants et systèmes d Interfaces Homme-Machine

Composants et systèmes d Interfaces Homme-Machine EAO Your Expert Partner for Human Machine Interfaces Production d équipements pour composants électroniques Composants et systèmes d Interfaces Homme-Machine Conception et fabrication d Interfaces Homme-

Plus en détail

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne)

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne) Mémoire - espace destiné a recevoir, conserver et restituer des informations à traiter - tout composant électronique capable de stocker temporairement des données On distingue deux grandes catégories de

Plus en détail

Vidéo Haute définition pour Station Service

Vidéo Haute définition pour Station Service Vidéo Haute définition pour Station Service La technologie appelé HD-SDI (High-Definition Serial Digital Interface) permet d installer un réseau de vidéosurveillance avec une résolution max. de 1080 p.

Plus en détail

Alchin Couderc Flambard TBSEID 2

Alchin Couderc Flambard TBSEID 2 Alchin Couderc Flambard Lycée Charles Blanc TBSEID 2 2008/2009 Depuis le début de notre formation en électronique en lycée professionnel nous avons vu plusieurs domaines d'intervention tel que le brun,

Plus en détail

Vallée Européenne des Matériaux et de l Energie

Vallée Européenne des Matériaux et de l Energie ACTION 5 : Poursuivre la dynamique d équipements et de laboratoires d excellence pour composants dotés de fonctionnalités nouvelles. La Lorraine dispose de forces de recherche exceptionnelles dans le domaine

Plus en détail

Architecture matérielle des systèmes informatiques

Architecture matérielle des systèmes informatiques Architecture matérielle des systèmes informatiques IDEC, Renens. Version novembre 2003. Avertissement : ce support de cours n est pas destiné à l autoformation et doit impérativement être complété par

Plus en détail

Les systèmes embarqués

Les systèmes embarqués Unité IFS (Interface) Les systèmes embarqués Architecture des systèmes à processeur Etienne Messerli Le 17 février 2015 p 1 Ordinateur Système UNIVERSEL de traitement de l'information "binaire" Utilisé

Plus en détail

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique.

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Laboratoire Electronique Méthodologie. Jamart Jean-François. - 1 - La fabrication d un circuit imprimé. SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Analog Power Lab. Votre partenaire en électronique

Analog Power Lab. Votre partenaire en électronique Analog Power Lab Votre partenaire en électronique 1 Services Services rendus dans notre laboratoire et / ou sur site. Validation électronique Développement électronique Développement logiciel Analyse thermique

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

La «smart valley» De Minatec à GIANT en passant par Campus et Minalogic 21/01/2010. Micro- nanotechnologies and embedded software Nanoelectronics

La «smart valley» De Minatec à GIANT en passant par Campus et Minalogic 21/01/2010. Micro- nanotechnologies and embedded software Nanoelectronics La «smart valley» De Minatec à GIANT en passant par Campus et Minalogic 21/01/2010 www.minalogic.com About Minalogic Domain Location Micro- nanotechnologies and embedded software Nanoelectronics Grenoble/France,

Plus en détail

Vous avez une idée? Nous la découpons!

Vous avez une idée? Nous la découpons! Vous avez une idée? Nous la découpons! La précision depuis 1862 La précision, une tradition ARISTO a été créée en 1862 pour la fabrication d outils de mesure et de calcul. Dès le départ, la qualité, la

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett Les derniers microscopes numériques avec Tablette OPTIKA ouvrent de nouveaux horizons dans le domaine de la microscopie. Nos microscopes combinent optique haut de gamme et technologie numérique innovante

Plus en détail

L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR. Page 1

L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR. Page 1 L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR Page 1 Page 2 SOMMAIRE I) Définition II) Boîtier a) Format b) Refroidissement III) Alimentation IV) Carte Mère V) Chipset VI)BIOS VII)Microprocesseur a)qu est ce que c est

Plus en détail

Histoire d ordinateur

Histoire d ordinateur Histoire d ordinateur LES GRANDES DATES LES Inventeurs LES Inventions LES PROGRES APPORTES L EVOLUTION DES PRINCIPES TECHNIQUES Date : 1944 Inventeur : Howard Aiken Invention : ordinateur programmable

Plus en détail

Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV)

Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV) Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV) Évidemment, l emploi le plus fréquent de la fibre optique se trouve dans le domaine des télécommunications. Mais d autre part,

Plus en détail

Le multiplexage. Sommaire

Le multiplexage. Sommaire Sommaire Table des matières 1- GENERALITES... 2 1-1 Introduction... 2 1-2 Multiplexage... 4 1-3 Transmission numérique... 5 2- LA NUMERATION HEXADECIMALE Base 16... 8 3- ARCHITECTURE ET PROTOCOLE DES RESEAUX...

Plus en détail

Living Infrastructure Guide des solutions. www.commscope.com

Living Infrastructure Guide des solutions. www.commscope.com Living Infrastructure Guide des solutions Introduction Aujourd hui, dans l environnement des data centers, les applications exigent une fiabilité, une souplesse et une sécurité optimales, et il incombe

Plus en détail

silicium moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique Les nouveaux matériaux, D après la conférence de Didier Lévy

silicium moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique Les nouveaux matériaux, D après la conférence de Didier Lévy Les nouveaux matériaux, moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique silicium D après la conférence de Didier Lévy Didier Lévy est ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Léger comme une plume, le connecteur rond push-pull plastique

Léger comme une plume, le connecteur rond push-pull plastique Jean-Nicolas Vikélas, responsable de la filiale Française de la société ODU [www.odu.fr, 16, rue de la République 95570 Bouffémont, 01 39 35 46 90, jeannicolas.vikelas@odu.fr], vous propose de découvrir

Plus en détail

L interconnexion et l encapsulation des MEM s

L interconnexion et l encapsulation des MEM s L interconnexion et l encapsulation des MEM s O. PUIG L interconnexion et l encapsulation des MEM s! Les spécificités des MEM s par rapport à l état de l art de la µélectronique Procédés Mécanique Thermique

Plus en détail

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved Le projet HBS LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr Les buts du projet HBS En 2010 : 8.3 milliards, 1.3 millions d implantations par an, forte croissance dans pays émergents Réduire

Plus en détail

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE Etienne Nowak 12 mars 2015 PRÉSENTATION ETIENNE NOWAK

Plus en détail

APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS. D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite

APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS. D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite APPAREILS DE SOUDAGE DE CONTACTS D1Q, D2Q, D3Q Quickchange Appareil de soudage de contacts argent-graphite Appareils de soudage de contacts pour l industrie des circuits imprimés Modules de processus à

Plus en détail

Dossier 03 Périphériques d acquisition

Dossier 03 Périphériques d acquisition Dossier 03 Périphériques d acquisition I. PERIPHERIQUES D ACQUISITION... 1 II. CARACTERISTIQUES GENERALES... 2 A. CLAVIER... 2 B. SOURIS... 3 C. LECTEUR DE CODES A BARRES (OU CODE-BARRES)... 3 D. SCANNER...

Plus en détail

Switching PCIe Photonique/Silicium Intel Connectique Intel MXC

Switching PCIe Photonique/Silicium Intel Connectique Intel MXC Switching PCIe Photonique/Silicium Intel Connectique Intel MXC Le PCI Express comme standard Depuis ces dernières années, le PCI Express est le standard reconnu comme étant le principal interconnexion

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Système de sécurité de périmètre INTREPID

Système de sécurité de périmètre INTREPID TM Système de sécurité de périmètre INTREPID La nouvelle génération de systèmes de sécurité de périmètre MicroPoint Cable combine la technologie brevetée de Southwest Microwave, la puissance d un micro

Plus en détail

Applications des supraconducteurs en courant fort

Applications des supraconducteurs en courant fort Applications des supraconducteurs en courant fort Xavier CHAUD Ingénieur de Recherche du CNRS au Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses à Grenoble Introduction Propriétés supraconductrices

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Modules de processus à CN Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Une parfaite interaction Amenage du produit, taraudage par déformation, assemblage

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit Architecture élémentaire Un cours d architecture pour des informaticiens Samy Meftali Samy.meftali@lifl.fr Bureau 224. Bâtiment M3 extension Sans architecture pas d informatique Comprendre comment çà marche

Plus en détail

Les tablettes. Présentation tablettes Descriptif Fournisseurs Caractéristiques Comparatifs Conseils Perspectives Démonstration

Les tablettes. Présentation tablettes Descriptif Fournisseurs Caractéristiques Comparatifs Conseils Perspectives Démonstration Les Tablettes Les tablettes Présentation tablettes Descriptif Fournisseurs Caractéristiques Comparatifs Conseils Perspectives Démonstration Les tablettes Description: Appareil mobile positionné entre smartphone

Plus en détail

Les capteurs et leurs branchements

Les capteurs et leurs branchements bts mi 2 \ COURS\Technologie des capteurs et leurs branchements 1 1. Les Modules Entrées Les capteurs et leurs branchements Module d extension d Entrées/Sorties TOR Module réseau : communication entre

Plus en détail

Applications des nanotechnologies à la médecinem

Applications des nanotechnologies à la médecinem Applications des nanotechnologies à la médecinem Étude sur la compétitivité et l attractivité de la France Horizon 2025 Mars 2009 1 Résumé Exécutif Le champ d application de la présente étude est circonscrit

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Accord Cadre fourniture de matériels informatiques Objet : Dans le cadre de la réforme d'une partie du parc informatique du musée de l'air et de l'espace, il

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

Terminal point de vente IBM 4695 à écran tactile pour configuration distribuée ou intégrée

Terminal point de vente IBM 4695 à écran tactile pour configuration distribuée ou intégrée Technologie avancée à fonctions tactiles conçue pour le commerce de détail Terminal point de vente IBM 4695 à écran tactile pour configuration distribuée ou intégrée 4695 Principales caractéristiques Une

Plus en détail

Licence et Master E.E.A.

Licence et Master E.E.A. Licence et Master E.E.A. N. Galopin & F. Camus UFR PHITEM 2 avril 2015 Spécialités des Masters 2 De roulement des E tudes Apre s le Master? De roulement des e tudes Locaux et environnement ge ographique

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 8 01 Quelle couche OSI est responsable de la transmission binaire, de la spécification du câblage et des aspects physiques

Plus en détail

Principes de base d'une alarme Anti intrusion

Principes de base d'une alarme Anti intrusion Principes de base d'une alarme Anti intrusion 1 Présentation Ce cours a pour but de vous apprendre les principes de base d'une alarme. Toutes les alarmes aussi sophistiquées soit elles utilisent ces principes.

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Présentation du projet de ressourcement DEAR Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Quelques mots sur l Institut Carnot STAR Institut Carnot STAR Périmètre scientifique

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES Le cœur du produit de pointe que nous avons étudié et réalisé pour le secteur médical est représenté par le nouveau thermostat électronique HACCP, de série

Plus en détail

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Conçus pour les besoins d aujourd hui et les défis de demain Des indicateurs à la pointe de la technologie

Plus en détail

Hiérarchie matériel dans le monde informatique. Architecture d ordinateur : introduction. Hiérarchie matériel dans le monde informatique

Hiérarchie matériel dans le monde informatique. Architecture d ordinateur : introduction. Hiérarchie matériel dans le monde informatique Architecture d ordinateur : introduction Dimitri Galayko Introduction à l informatique, cours 1 partie 2 Septembre 2014 Association d interrupteurs: fonctions arithmétiques élémentaires Elément «NON» Elément

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Guide d achat des imprimantes 3D

Guide d achat des imprimantes 3D Table des matières 1 Introduction 3 2 Quelle est la technologie d impression 3D adaptée à votre application? 4 Modèles de conception................ 4 Modèles de vérification................ 4 Pré-production....................

Plus en détail

«SERVICES D INGENIERIE»

«SERVICES D INGENIERIE» PUNCH POWERGLIDE STRASBOURG 45 années d expériences Le pôle R & D de PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement,

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPEPME Assurer la sécurité physique de l entreprise Vols, vandalisme, dégradations, atteinte à l intégrité des employés, sinistres

Plus en détail

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx COURS DE PERFECTIONNEMENT cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq L ordinateur et Windows 2014-2015 wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Une technologie ludique

Une technologie ludique Une technologie ludique Rémi stavrakas, Patricia chabert [1] C est à partir d un support bien connu de nos élèves, la manette de la Wii, la console de jeu de Nintendo, qu une équipe pédagogique de l académie

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

Design industriel : un pôle émerge dans l Arc jurassien

Design industriel : un pôle émerge dans l Arc jurassien LE JOURNAL DE LA RECHERCHE ET DU TRANSFERT DE L ARC JURASSIEN Le dossier ////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Design industriel : un pôle émerge dans l Arc jurassien

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

Présenté par : Sous la direction de :

Présenté par : Sous la direction de : ANNEE UNIVERSITAIRE 2006 2007 LAYOUT DE SWITCHS RF STAGE EFFECTUE A ST MICROELECTRONICS GRENOBLE Rapport de stage de licence professionnelle EISI option microélectronique microsystèmes Présenté par : Sous

Plus en détail

III Capteurs et actuateurs

III Capteurs et actuateurs III Capteurs et actuateurs Tous les systèmes électroniques ont en commun qu ils fonctionnent selon le principe ETS (Entrée, Traitement, Sortie) du traitement de l information. ENTRÉE TRAITEMENT SORTIE

Plus en détail

Qs & DIY. Des objets connectés du quotidien réalisés avec des solutions personnelles amateurs. Sophia Conf 2014 Lundi 30 juin.

Qs & DIY. Des objets connectés du quotidien réalisés avec des solutions personnelles amateurs. Sophia Conf 2014 Lundi 30 juin. Qs & DIY Des objets connectés du quotidien réalisés avec des solutions personnelles amateurs Sophia Conf 2014 Lundi 30 juin @JulienHoltzer Co-fondateur et président de l association Pobot (robotique) et

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

Un ordinateur, c est quoi?

Un ordinateur, c est quoi? B-A.BA Un ordinateur, c est quoi? Un ordinateur, c est quoi? Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un ensemble de circuits

Plus en détail