Les outils de la nanotechnologie:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les outils de la nanotechnologie:"

Transcription

1 Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos Les outils de la nanotechnologie: Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (1)

2 Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos Nano-électronique Suivant les techniques de réalisation des systèmes en nanotechnologie on distingue généralement deux voies : -la voie «top-down» - la voie «bottom-up» Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (2)

3 Polytech-Lyon 5 ème année Nano-électronique Voies top-down ou descendantes. On part d une structure existantes (par exemple un circuit imprimé ) et on va chercher à le miniaturiser de plus en plus, chaque composant diminuant de taille graduellement et atteignant des dimensions nanométriques. Voies bottom-up ou ascendantes. On part d objets nanométriques qu on va essayer d assembler, ou d auto-assembler, pour former des matériaux, des structures, de plus en plus complexes et dont l échelle augmente vers le «macro». - L utilisation de ces termes est souvent galvaudé ou fourre-tout. - Les nanotechnologies utilisent souvent des voies hybrides empruntant le meilleur des 2 voies. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (3)

4 Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos Nano-électronique La voie top-down est tirée par l industrie micro- nano électronique qui progresse extrêmement rapidement (loi de Moore) Son outil de prédilection pour la définition et la réalisation des étapes est la photo-lithographie. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (4)

5 Polytech-Lyon 5 ème année bottom-up Les voies bottom-up. Quelques outils de base : matériaux piézo-électriques. Microscopes à champ de forces (AFM) Emission de champ Effet tunnel Voir les atomes Sonde atomique Le FIB (Focused ion beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (5)

6 Polytech-Lyon 5 ème année matériaux piézos Les matériaux piézos Une des avancées actuelles de la nanotechnologie repose essentiellement sur une utilisation systématique de céramiques piézo-électriques pour générer facilement des déplacements mécaniques contrôlés avec une précision meilleure que 0.1 nm. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (6)

7 Les matériaux piézos Les matériaux piézo-électrique : La piézoélectricité est la propriété que possèdent certains corps de se polariser électriquement sous l action d une contrainte mécanique et réciproquement de se déformer lorsqu on leur applique un champ électrique. Les deux effets sont indissociables. Le premier est appelé effet piézoélectrique direct ; le second effet piézoélectrique inverse. Le plus connu est sans doute le quartz, toujours utilisé aujourd hui dans les montres pour créer des impulsions d horloge. Mais ce sont des céramiques synthétiques, les PZT qui sont le plus largement utilisées aujourd hui dans l'industrie. En 2010, le marché des dispositifs piézoélectriques est estimé à 14,8 milliards de dollars. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (7)

8 Piezo-électricité: Chap. 3 : les outils des nanos Les matériaux piézos La première démonstration de l'effet piézoélectrique direct est due à Pierre et Jacques Curie en À cette époque, les deux frères, âgés respectivement de 21 et 25 ans, sont tous deux préparateurs à la faculté des sciences de Paris. Combinant leurs connaissances de la pyroélectricité et de la structure cristalline, ils prédirent et vérifièrent l'existence de la piézoélectricité sur des cristaux de quartz, de tourmaline, de topaze et de sel de Rochelle. L'existence de l'effet inverse fut prédite l'année suivante par Gabriel Lippmann sur la base de calculs thermodynamiques, et immédiatement vérifiée par les Curie (1882). Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (8) Pierre Curie ( ) Marie Curie ( )

9 Paramètres caractéristiques Soit V le potentiel appliqué, E 3 = V / z est le champ électrique à l intérieur du piézo, les composantes du tenseur de contrainte sont S 1 = dx/x et S 3 = dz/z. Les coefficients piézo-électriques sont définis comme : d 31 = S 1 / E 3 (m/v) d 33 = S 3 / E 3 (m/v) Ces valeurs caractérisent les déformations du piézo par une ddp appliquée et inversement. Elles dépendent du matériau piézo et de la qualité de ce matériau et de son vieillissement. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (9)

10 Effets piézo - électriques Une céramique piézo utilisée couramment est une solution solide de PbTiO 3 et de PbZrO 3 ou PZT. S1 = dx/x S3 = dz/z. d31 = S1 / E3 (m/v) d33 = S3 / E3 (m/v) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (10)

11 Les matériaux piézos Le cas (a) la constante piézo est d33 (b) la constante est d31 et le cas (c) la constante est d15. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (11)

12 Les matériaux piézos Pour le cas (b) par exemple : l = d 31 V l / h où V est le potentiel appliqué, l la longueur du barreau et h son épaisseur. La quantité d 31 l/h est appelée constante du piézo, elle a pour valeur environ 1.5 nm/v pour l = 2 cm, h = 2 mm pour le PZT-4D par exemple. l est directement proportionnelle à V. Une variation de V de 0.1 V entraîne une variation l d environ 0.1 nm. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (12)

13 Déplacement piézo, quelques exemples Tube cylindriques Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (13)

14 Déplacement piézo, quelques exemples Moteur PZT «inchworm» Basé sur le principe de la reptation Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (14)

15 Déplacement piézo, quelques exemples Les moteurs piézo-inertiels basé sur le stick-slip (ou frotté-glissé) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (15)

16 Les scanners piézos Chap. 3 : les outils des nanos Déplacement piézo, quelques exemples Course en x-y-z 10 µm Pilotage V Résolution subnanométrique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (16)

17 Microscope à «champs de force» AFM : Vraiment devenu un outil de base pour la recherche et au-delà. Fonctionnement à l air, sous vide, en milieu liquide, Réglages relativement faciles, Principe relativement simple : basé sur l interaction d un levier avec la surface de l échantillon Différent types d imagerie Mode contact Mode dynamique «mode tapping» Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (17)

18 Microscope à «force atomique» AFM : le capteur de force : le levier Image MEB d un levier rectangulaire et d une pointe. Paramètres importants : leur constante de raideur (N/m) le rayon de courbure de la pointe qui détermine la résolution latérale. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (18)

19 Microscope à «force atomique» AFM : le capteur de force : le levier Différents types de pointes sont utilisés en fonction des performances souhaitées Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (19)

20 Microscope à «force atomique» AFM : le capteur de force : le levier La constante de raideur est alors donnée par k = Ewt 3 /4l 3 La fréquence de résonance est donnée par f 0 = 1/2pi sqrt (k/m eff ) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (20)

21 Microscope à «force atomique» Rappels de Mécanique : Une force conservative dérive d un potentiel : à une dimension Mesures de F et V sont liées. Mesure de force par un levier Un levier statique est équivalent à un ressort. La déflexion du levier est directement relié à la force : F = k d où k est la constante de raideur et d la déflexion. Mode contact Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (21)

22 Microscope à «force atomique» Mesure de gradient de force par un levier résonant Un levier en résonance (oscillation forcée) est sensible au gradient de force. Le gradient de force joue sur la raideur apparente du levier et donc sur sa fréquence propre. La variation de la fréquence de résonance permet de remonter au gradient de force. Mode dynamique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (22)

23 AFM : Courbe approche retrait théorique Chap. 3 : les outils des nanos Microscope à «force atomique» Mode contact Mode dynamique : - «mode tapping» - mode résonant Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (23)

24 Microscope à «force atomique» AFM : Représentation des différentes forces d interaction en fonction de la distance sonde-échantillon Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (24)

25 Microscope à «force atomique» AFM : Potentiel de Lennard-Jones (bleu) et la force d interaction (rouge) en fonction de la distance sonde-échantillon Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (25)

26 AFM : en pratique Chap. 3 : les outils des nanos Microscope à «force atomique» Courbe d approche retrait : déflexion du levier en fonction de la distance pointe-échantillon Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (26)

27 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode contact. Un laser focalisé sur l extrémité du levier est réfléchi sur une photodiode (quadripôle). La déflexion du levier est lisible par la variation du courant sur la photodiode. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (27) On peut faire une rétraction sur la hauteur de l échantillon.

28 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode contact. Mesures à hauteur constante La hauteur de la pointe ne bouge pas et on code la déflexion en fonction de la position. Très gros risque de casser la pointe. Mesures à déflexion constante On varie la hauteur de l échantillon (ou de la pointe) en chaque point pour garder la déflexion (force) constante Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (28)

29 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode contact. Mesures à déflexion constante Pour cela on utilise un système de rétroaction qui maintient la déflexion constante Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (29)

30 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode contact. Résolution latérale. Le rayon de courbure détermine la résolution latérale. La pointe doit donc être la plus fine possible pour rendre fidèlement la topographie. En AFM on dit que : «c est toujours l objet le plus petit qui image». On considère habituellement que la résolution verticale de l AFM est très bonne mais que la résolution latérale doit être traitée avec soin suivant le type d échantillon. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (30)

31 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode dynamique. La pointe AFM, qui se comporte comme un résonateur, est excitée (par exemple par un petit piézo). Rappel sur les courbes de résonance Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (31)

32 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode dynamique (mode résonant). Supposons maintenant que la pointe oscille dans un gradient de force L équation de mouvement devient Et la nouvelle fréquence propre du levier devient : La variation de fréquence propre est directement liée au gradient de force Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (32)

33 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode dynamique (mode résonant). Comment imager à partir de ce principe? On pourrait choisir d imager à altitude constante et de suivre la fréquence de résonance du levier. Non utilisé. Comme le z constant pour le mode contact. Trop de risque de casse. On choisit généralement d imager à gradient de force constant (à écart de fréquence constant). L échantillon (ou la pointe) est monté ou descendu pour garder un écart de fréquence constant. Dans ce cas il peut être dur de séparer la contribution de la topographie et d une force longue portée (magnétique, électrique) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (33)

34 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode Lift (cas du MFM et EFM). Lors d un premier passage, on enregistre la topographie de surface. Lors d un second passage, on enregistre le signal d intérêt : champ magnétique ou électrique, modulation de force Ainsi on dissocie topographie et autre information d intérêt Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (34) Le second passage est réalisé à une hauteur donnée au dessus de la surface en décrivant exactement le profil de surface de l échantillon.

35 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM en mode Lift (cas du MFM et EFM). topographie Contraste de phase Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (35)

36 Imagerie AFM Chap. 3 : les outils des nanos Microscope à «force atomique» Lorsque l on travaille à l air, à l échelle micrométrique et nanométrique, une des forces prédominantes est la force de capillarité résultant du ménisque d'eau qui se forme entre l'objet et le substrat. Image MEB du ménisque d'eau entre une pointe de microscope en champ proche et une surface Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (36)

37 Microscope à «force atomique» AFM pour nanolithographie Oxydation anodique sur silicium Wafer de silicium épitaxié. Imagerie en mode Tapping. Polarisation à 7V de la pointe Si pour oxydation anodique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (37)

38 Microscope à «force atomique» Manipulation par la pointe AFM ci-dessous déplacement d un nanotube sur un substrat Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (38)

39 Microscope à «force atomique» Imagerie AFM résolution ultime. Imagerie avec une molécule de CO au bout de la pointe permet d'obtenir un gain de résolution lors de l'observation de molécules. En effet, la molécule de CO est particulièrement stable, bien comprise, et, entre la pointe et les objets atomiques ou moléculaires à étudier, des forces plus faibles apparaissent. Molécule de pentacène (C22H14). Ils ont observé les atomes d'hydrogène et de carbone individuellement ainsi que l'ensemble de la structure. Conditions expérimentales : ultravide, températures de -268 C, 20 heures d enregistrement. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (39) Crédit, IBM Zurich

40 Effet tunnel Chap. 3 : les outils des nanos Émission de champ L'effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l'énergie minimale requise pour franchir cette barrière. C'est un effet purement quantique, qui ne peut pas s'expliquer par la mécanique classique. Version classique Version quantique Pour une telle particule, la fonction d'onde, dont le carré du module représente la densité de probabilité de présence, ne s'annule pas au niveau de la barrière, mais s'atténue à l'intérieur de la barrière, pratiquement exponentiellement pour une barrière assez large. Si, à la sortie de la barrière de potentiel, la particule possède une probabilité de présence non nulle, elle peut traverser cette barrière. Cette probabilité dépend des états accessibles de part et d'autre de la barrière ainsi que de l'extension spatiale de la barrière. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (40)

41 Effet tunnel Chap. 3 : les outils des nanos Émission de champ L'effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l'énergie minimale requise pour franchir cette barrière. C'est un effet purement quantique, qui ne peut pas s'expliquer par la mécanique classique. Version classique Version quantique Pour une telle particule, la fonction d'onde, dont le carré du module représente la densité de probabilité de présence, ne s'annule pas au niveau de la barrière, mais s'atténue à l'intérieur de la barrière, pratiquement exponentiellement pour une barrière assez large. Si, à la sortie de la barrière de potentiel, la particule possède une probabilité de présence non nulle, elle peut traverser cette barrière. Cette probabilité dépend des états accessibles de part et d'autre de la barrière ainsi que de l'extension spatiale de la barrière. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) Polytech-Lyon (41) / Matériaux 5ème année ( ) (1)

42 Effet tunnel Chap. 3 : les outils des nanos Émission de champ Fonction d'onde d'un électron, représentant la densité de probabilité de sa position. La plus grande probabilité est que l'électron soit réfléchi. Il existe une faible probabilité que l'électron franchisse la barrière de potentiel. L'effet tunnel est à l'œuvre dans : les molécules : NH 3, par exemple, Les modélisations des désintégrations (fission, radioactivité alpha), certaines diodes, la mémoire MRAM (dans toutes vos clefs USB), les microscopes à effet tunnel, Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (42)

43 Émission de champ Effet tunnel : désintégration α Version classique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (43)

44 Émission de champ Effet tunnel : désintégration α Version classique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (44) Version quantique Une loi empirique veut que plus la barrière de potentiel est haute, plus l'épaisseur à traverser est importante et plus le noyau vit longtemps. Ceci explique certaines durées de vie particulièrement longues.

45 Émission de champ Effet tunnel : le Microscope à effet tunnel Voir video Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (45)

46 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Comment faire???? Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (46)

47 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Petits rappels en vidéos Niveaux quantifiés Structure électronique Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (47)

48 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Emission thermoïonique (on chauffe) Photo-émission (on bombarde avec des photons d énergie suffisante E= hν) Niveau de Fermi Bande de conduction Travail de sortie φ Bande de valence Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (48)

49 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Emission thermoïonique (on chauffe) Photo-émission (on bombarde avec des photons d énergie suffisante E= hν) 1 0 Travail de sortie φ O K Distribution de Fermi-Dirac Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (49)

50 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Emission thermoïonique (on chauffe) Photo-émission (on bombarde avec des photons d énergie suffisante E= hν) 1 0 Travail de sortie φ 300 K Distribution de Fermi-Dirac Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (50)

51 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Emission thermoïonique (on chauffe) Photo-émission (on bombarde avec des photons d énergie suffisante E= hν) e Travail de sortie φ Très chaud K Distribution de Fermi-Dirac Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (51)

52 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Emission thermoïonique (on chauffe) Photo-émission (on bombarde avec des photons d énergie suffisante E= hν) Photon d énergie supérieur à φ e - Travail de sortie φ Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (52)

53 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? On peut aussi appliquer un champ électrique qui courbe la barrière de potentiel Champ électrique intense e - qui traverse la barrière de potentiel par effet tunnel Les électron traverse la barrière par effet tunnel et on parle alors d émission de champ froide. Champs électriques nécessaires ~3 V / nm ~ V / m!!!!!!!!!!! Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (53)

54 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Comment obtenir de tels champs électriques? Rappel, le champ disruptif de l'air est évalué à 3600 kv/m pour de l'air sec à la pression atmosphérique et au niveau de la mer, il peut descendre à un seuil de 1000 kv/m dans un air saturé en humidité, ceci pour des distances inter-électrodes proches d Champ électrique entre deux plaques F= V / d par exemple 1000 volt /1 cm F=10-4 Volt /nm V Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (54)

55 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Comment obtenir de tels champs électriques? Champ électrique sphères concentriques r R 0 F( r) = V 2 ( r + R ) r V F ( r0) = si R0 >> r r par exemple 1000 volt /50 nm F(r 0 ) = 20 Volt /nm 0 0 r 0 R 0 C est-à-dire une augmentation de 10 5 Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (55)

56 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Comment obtenir de tels champs électriques? Effet de pointe Pointe en face d un plan F( r0) V = κ 6 (R 0 >> r 0 ) r κ 0 On peut obtenir des champs suffisant pour extraire des électrons par effet tunnel en utilisant une géométrie pointe. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (56)

57 Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Microscope à effet de champ Ecran e - e - Image obtenu par émission de champ d un nanotube de carbone Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (57)

58 Evolution du courant I(V) = A V 2 exp[-b Φ 3/2 /V] Chap. 3 : les outils des nanos Émission de champ Extraire des électrons d un métal dans le vide? Equation de Fowler-Nordheim Evolution du courant extrêmement rapide. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (58)

59 Émission de champ Extraire des atomes (des ions) d un métal dans le vide? Evaporation de champ, désorption de champ Atome neutre - force attractive - + Dans un champ électrique (E) fort, création et éjection d'un ion Champs électriques nécessaires Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (59)!!!!!!!!!!!!!!!!! ~30 V / nm ~ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! V / m

60 Émission de champ Extraire des atomes d un métal dans le vide? Modèle énergétique pour l évaporation de champ Potential energy Ι φ Ionic curve with field Ionic curve Par effet tunnel on peut avoir éjection d ions à partir des atomes de surface. Cette effet est très sensible au champ électrique. Cela amène un lissage au niveau atomique de la surface. Λ Q IF Q CE Atomic curve x c Distance from "surface" Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (60)

61 Émission de champ Voir des atomes par émission ionique Microscopie ionique Ionisation de champ Evaporation de champ Gaz d image (He, H, Ne, etc.) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (61)

62 Émission de champ Voir des atomes par émission ionique Microscopie ionique Première observation des atomes par Edwin Muller en Bien avant le TEM et le STM Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (62)

63 Émission de champ Erwin Müller ( ), le premier homme a observer expérimentalement des atomes Erwin Müller, and his graduate student Kanwar Bahadur, used their FIM to resolve clearly the individual atoms in a piece of crystalline wire. For mankind this was a landmark achievement, the first convincing direct visual evidence that the atomic notion of Democritus was indeed true. And most amazingly, this was achieved not with a room-size apparatus and racks of electronics, but a diminutive instrument blown from glass that could readily fit in a backpack. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (63)

64 Émission de champ Extraire des atomes dans le vide.. Et les analyser??? Atom Probe Tomography (APT) ou sonde atomique tomographique Chaque atome émis est analysé chimiquement par un «temps de vol» et sa position déduite grâce à un détecteur sensible à l endroit du choc. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (64)

65 Émission de champ Observer de l évaporation de champ en direct Film évaporation d un nanotube de BN Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (65)

66 Le FIB (Focused Ion Beam) Il s agit d utiliser un faisceau d ions focalisés pour interagir avec la matière. Il existe plusieurs types de sources pour les FIB (LMIS, plasma, ASIS, ) ici nous nous concentrerons sur la source la plus utilisé (et de loin) la source LMIS à Gallium. Présentation rapide Rappel sur les sources «Liquid Metal Ion Sources» Applications et exemples d utilisation Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (66)

67 Le FIB (Focused Ion Beam) Colonne ionique Colonne électronique Présentation rapide Aspect d un gros MEB Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (67) Dual Beam : 1 colonne ionique + 1 colonne electronique Prix ~ 500 k

68 Structure schématique d un dual Beam Chap. 3 : les outils des nanos Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (68)

69 Le FIB (Focused Ion Beam) Principe de base d une source LMIS- FIB I A + Production du faisceau ionique LMIS Extracteur Premier lentille Diaphragm Selecteur de masse Ionique Focalisation Deuxième lentille Système de balayage Détection Particules Reflechie Injecteur de gaz Substrat Zone d'intéraction Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (69) Interaction Ions/ Matière

70 La source LMIS- Gallium I A Chap. 3 : les outils des nanos Le FIB (Focused Ion Beam) C est la source quasi exclusive des FIB La source ionique est principalement du Gallium (nombreux avantages) Présentation rapide Fonctionnement à faible chauffage voir chauffage nul La Gallium est liquide et les ions Ga+ sont produits à l extrémité Cone detaylor Nanojet (~nm) A l extrémité il se forme un cône (cône de Taylor) à l extrémité duquel apparait un jet nanométrique d où partent les ions Ion Beam Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (70)

71 Le FIB (Focused Ion Beam) Le Gallium Présentation rapide Applications et exemples d utilisation Découvert en 1875 par Paul-Émile Lecoq de Boisbaudran Température de fusion : 29,8 C Température d évaporation : 2204 C Faible pression de vapeur même à haute température Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (71)

72 Le FIB (Focused Ion Beam) Les applications dépendent de l énergie, du courant, des ions,. Déposition Usinage Modification structurale Dopage Dopage Analyse Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (72)

73 Le FIB (Focused Ion Beam) Caractéristique d un FIB typique Energie du faisceau : kev (plutôt 30kV) Courant : 1 pa (10-12 A) 20 na (10-9 A) Meilleur résolution cité - 8 nm (NANOFIB) Typiquement on travail à 100 nm taille de focalisation Pression du vide 10-7 Torr Note sur le taux de bombardement 1 pa ~ 10 7 particules/sec Densité de sites atomiques sur une surface ~ /cm 2 Si la zone est de 10x10 nm 2 = cm 2 tout site atomique visité en t = *10-12 /10 7 = 10-4 sec 1 na : 100x100 nm 2 t = 10-5 sec Si rendement = 1, on peut creuser à ~1-100 µm/sec! (on suppose une épaisseur atomique de 0.3 nm) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (73)

74 Le FIB : un processus série Chap. 3 : les outils des nanos Le FIB (Focused Ion Beam) Faisceau d'ions large FIB Balayage Masque Structure locale PROCESSUS PARALLELE : RAPIDE MAIS BESOIN D'UN MASQUE PROCESSUS SERIE : LENT MAIS SANS MASQUE ET FLEXIBLE Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (74)

75 Le FIB (Focused Ion Beam) gravure déposition imagerie Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (75)

76 Quelques films de gravures au FIB Chap. 3 : les outils des nanos Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (76)

77 Le FIB (Focused Ion Beam) Imagerie par FIB : effet de channelling ou «canalisation» + + Libre parcours moyen des électrons ~ dizaine de nm (dans les métaux) microcristaux de Nickel Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (77) Donc le rendement des e- secondaires à partir d ions qui entre profondément par channeling est réduit contraste dans les images des matériaux polycristallins.

78 Le FIB (Focused Ion Beam) Effet du tilt sur les contrastes de l image Analyse des tailles des cristaux Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (78)

79 Le FIB (Focused Ion Beam) gravure déposition imagerie Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (79)

80 Le FIB (Focused Ion Beam) Ajout d un système d injection de gaz Les molécules de gaz adsorbées à la surface vont être décomposées par le faisceau d électron ou d ions. On peut par ce principe déposer du carbone, des métaux (W, Pt, ) et même des isolants. Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (80)

81 Le FIB (Focused Ion Beam) E/I BID : Electron / Ionic Beam Induced Deposition : quelques exemples simples SEM 5 kv 15 kv 2 kv Astigmatic beam t dep = 30s Réalisation de contact sans étape de lithographie Dépôt réalisés au MEB en mode spot Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (81)

82 Le FIB (Focused Ion Beam) Autres exemples de déposition plus compliqués Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (82) Toshiaki Fujii, and Takashi Kaito, Microsc. Microanal. 11(Suppl 2), 2005

83 Le FIB (Focused Ion Beam) Autres exemples de déposition plus compliqués H.Dallaporta CRMCN Marseilles H.Dallaporta CRMCN Marseilles C. Burkhardt, NMI Reutlingen 14 µm A.Linden Raith GmbH Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (83) M.Prestigiacomo Orsay Physics H.Dallaporta CRMCN Marseilles

84 Le FIB (Focused Ion Beam) Autres exemples de déposition plus compliqués Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (84)

85 Le FIB (Focused Ion Beam) Modification d un micro-circuit : utilisation combinée de l usinage et du dépôt Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (85)

86 Le FIB (Focused Ion Beam) Détection de panne, fabrication de couches minces pour TEM Problème : Si la tension de grille dépasse environ 17 V l oxyde est détruit et un courant important passe entrainant la fusion du silicium Une fois le transistor localisé on usine rapidement pour l atteindre Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (86)

87 Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (87)

88 Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (88)

89 Le FIB (Focused Ion Beam) Une fois la panne trouvée, fabrication d une tranche pour observation en Microscopie Electronique à Transmission Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (89)

90 Films sur la réalisation de lames TEM Chap. 3 : les outils des nanos Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (90)

91 Le FIB (Focused Ion Beam) Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année ( ) (91)

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences

Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences Alexandre Dazzi, Université Paris-Sud, Laboratoire de Chimie Physique, PMIPS bâtiment 201-P2, Orsay Alexandre.dazzi@u-psud.fr Introduction La

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Annexe F Microscopie à Force Atomique

Annexe F Microscopie à Force Atomique Annexe F Microscopie à Force Atomique 1 Introduction...211 2 Instrumentation...212 2.1 Le levier... 212 2.2 La pointe... 213 2.3 La tête optique... 214 2.4 La céramique piézoélectrique... 214 3 Le mode

Plus en détail

Autour du microscope à force atomique

Autour du microscope à force atomique Autour du microscope à force atomique Introduction Approche expérimentale et théorique du microscope à force atomique (AFM). Un outil d analyse de forces Ma modélisation macroscopique de l AFM BilanIntroduction

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test

Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test 1. Contexte En vue de l acquisition par la SF Fermat d un Microscope à Force Atomique (AFM), les analyses de cinq échantillons ont été réalisées

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM)

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) La microscopie électronique en transmission est proche dans son principe de la microscopie optique. Cependant la longueur

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

HOURIEZ Xavier HANAT François. Culture Générale 2003/2004. avec Michaël Karkut L.P.M.C

HOURIEZ Xavier HANAT François. Culture Générale 2003/2004. avec Michaël Karkut L.P.M.C HOURIEZ Xavier HANAT François Culture Générale 2003/2004 le MICROSCOPE à EFFET TUNNEL avec Michaël Karkut L.P.M.C IIntroductiion L exploration du nanomonde a été permise par la découverte en 1981 du microscope

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

TP POLYTECH GRENOBLE : MICROSCOPIE A SONDE LOCALES.

TP POLYTECH GRENOBLE : MICROSCOPIE A SONDE LOCALES. TP POLYTECH GRENOBLE : MICROSCOPIE A SONDE LOCALES. Les microscopies à sonde locale ont connu un développement considérable depuis une dizaine d année, suite à l invention de la microscopie à effet tunnel

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

L Enregistrement Optique : Comment ça a marche?

L Enregistrement Optique : Comment ça a marche? «Longévité des disques enregistrables (CD, DVD ) : mythe ou réalité?» L Enregistrement Optique : Comment ça a marche? Jean-José Wanègue Le 17 Novembre 2009 Jean-José Wanègue : «L enregistrement Les disques

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Systèmes embarqués Cours 6

Systèmes embarqués Cours 6 Principes Systèmes embarqués Cours 6 Systèmes embarqués Sylvain Tisserant - ESIL Système physique Capteurs avec conditionnement Actionneurs avec conditionnement CAN CNA Système numérique de contrôle commande

Plus en détail

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha.

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha. L effet Tunnel L effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l énergie minimale requise pour franchir cette

Plus en détail

La transduction piézoélectrique

La transduction piézoélectrique La transduction piézoélectrique STÉPHANE DURAND ET HERVÉ LISSEK Table des matières Objectifs 5 I - Exercice : QUESTIONNAIRE D'ENTRÉE 7 II - L'effet piézoélectrique 9 A. Découverte de la piézoélectricité...9

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Initiation à la Microscopie à force atomique - Spécialisation électrique 12 Mars 2008

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

La révolution des microscopies en champ proche

La révolution des microscopies en champ proche La révolution des microscopies en champ proche Benjamin Grévin CR-CNRS UMR 5819 SPrAM CEA-CNRS-UJF CEA-Grenoble INAC/SPrAM Bactéries 1 à 10 microns Virus 20 à 450nm Rayon des atomes 0.1nm Distances inter-atomiques

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

L émission d électrons à partir

L émission d électrons à partir A la pointe de l instrumentation Les nouvelles sources d électrons On observe depuis quelque temps un regain d intérêt pour le développement de nouvelles sources d électrons pour des applications très

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Cours de physico-chimie. appliquée aux capteurs L1PC. Marcel Carrère 2011-2012

Cours de physico-chimie. appliquée aux capteurs L1PC. Marcel Carrère 2011-2012 Cours de physico-chimie appliquée aux capteurs L1PC Marcel Carrère 2011-2012 Livre support de ce cours «les capteurs en instrumentation industrielle» G. Asch et ses collaborateurs, aux éditions Dunod.

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Technologie de pointes. Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel

Technologie de pointes. Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel Technologie de pointes Dr. Laure Aeschimann NanoWorld AG, Neuchâtel Technologie de pointes NanoWorld AG Headquarters NanoWorld AG, Rue Jaquet Droz 1 2000 Neuchâtel Données de la société Fondée en juin

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

L art de l architecture atomique

L art de l architecture atomique L art de l architecture atomique Alain ROCHEFORT, Centre de recherche en calcul appliqué (CERCA), 5160 Boul. Décarie, bureau 400, Montréal, (Québec) Canada H3X 2H9. Démocrite avait raison! On peut différencier

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces»

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Plan de la présenta-on : 1- Microscopie électronique : - Microscope électronique à Balayage (MEB) - Microscope électronique

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

INTERFACE HAPTIQUE POUR MICROSCOPE À FORCE ATOMIQUE (AFM) ET SERVICE D IMAGERIE AFM À L ESRF

INTERFACE HAPTIQUE POUR MICROSCOPE À FORCE ATOMIQUE (AFM) ET SERVICE D IMAGERIE AFM À L ESRF VIAL Anthony Université Claude Bernard Lyon 1 Master 2 Contrôle et Supervision des Systèmes d Énergie Année universitaire 2013-2014 Rapport d alternance : INTERFACE HAPTIQUE POUR MICROSCOPE À FORCE ATOMIQUE

Plus en détail

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Brice Gautier, Antoine Brugère, Wael Hourani, Octavian Ligor, Antonin Grandfond, Alexis Borowiak, David Albertini, Armel

Plus en détail

Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr.

Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr. Quelques exemples d images disponibles auprès de la photothèque du CNRS. Tél : 01 45 07 56 87 ; Mél : phototheque@cnrs-bellevue.fr. CNRS Photothèque - CHATIN Jérôme. Cylindre de nanotubes de carbone préformés

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Principe du laser guidé par jet d eau Laser Avantages: Lentille de focalisation Le jet d eau agit comme

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail