CNC corrigé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CNC corrigé 2000-2008"

Transcription

1 CNC corrigé physique-chimie MP par : AIT BENALI 1

2 physique I 2

3 Énoncé de l épreuve CNC physique I MP session er problème : Étude de quelques aspects mécaniques d une roue de voiture 1ère partie : Équilibrage d une roue de voiture Lorsqu une roue de voiture possède des défauts de répartition de masse, elle présente alors un défaut d équilibrage qui se traduit par des vibrations parasites que nous nous proposons d étudier. Une roue parfaite complète de voiture - jante et pneumatique - est modélisée (figure 1) par un cylindre de section circulaire d axe O X, de rayon R, d épaisseur 2e < R et de masse M. Lorsque la roue est parfaite, la répartition des masses possède la symétrie cylindrique d axe O X. L utilisation du véhicule sur des routes difficiles peut déformer la roue et détruire la symétrie cylindrique en changeant la répartition des masses. Nous modélisons la roue déformée en supposant qu elle se compose : d une roue parfaite complète R de centre d inertie O, d axe O X, de rayon R, d épaisseur 2e < R et de masse m = M m ; d une masse m supposée ponctuelle, placée en un point A de la périphérie de la roue, sur sa face extérieure. Fig 1 : Roue complète déformée montée sur l équilibreur - vue de coupe 3

4 Fig 2 : Roue complète déformée montée sur l équilibreur - vue de face Pour étudier la déformation de la roue et les vibrations parasites qu elle entraîne, on la place sur un appareil de mesure appelé équilibreur. Ce dispositif se compose d un bâti fixe et d un bras mobile. On note (O, X 0, Y 0, Z 0 ) un repère fixe du référentiel (R 0 ), du laboratoire, supposé galiléen. On munit ce repère de la base cartésienne ( I 0, J 0, K 0 ) habituelle. On note (O, X, Y, Z) un repère fixe du référentiel (R) constitué par le bras mobile. Le bras peut seulement effectuer un mouvement de translation rectiligne de faible amplitude, sans frottement, parallèlement à l axe OY 0 et reste toujours dans le plan (OX 0 Y 0 ) (figure 1). On note (O, X, Y, Z ) un repère fixe du référentiel (R ) constitué par la roue complète déformée. La roue est reliée au bras par une liaison pivot parfaite et effectue un mouvement de rotation d angle θ par rapport à l axe OX (figure 2). La roue reste toujours dans le plan (OY 0 Z 0 ). Le défaut ponctuel (A, m) est placé à la périphérie de la roue parfaite complète, sur sa face extérieure. On négligera la masse et l influence des parties mobiles de l équilibreur devant celles de la roue complète. On pose D > 0 la distance du point O au plan (O Y Z). Le champ de pesanteur g est uniforme et dirigé selon la verticale descendante du lieu. Les angles seront comptés positivement dans le sens trigonométrique. 1.1 Étude cinétique On notera X 0 (t), Y 0 (t) et Z 0 (t) les coordonnées de O relativement à (O, X 0, Y 0, Z 0 ). On exprimera impérativement les composantes de tous les vecteurs dans la base ( I 0, J 0, K 0 ). On rappelle l expression du moment d inertie I x d un cylindre de révolution homogène de section circulaire de rayon R, de masse m et d axe de révolution x : I x = 1 2 mr Exprimer les composantes du vecteur position O A sur la base ( I 0, J 0, K 0 ) en fonction de e, R, θ. 4

5 1.1.2 Soit G le centre d inertie de la roue complète déformée. Exprimer les composantes du vecteur O G sur la base ( I 0, J 0, K 0 ) en fonction de m, m, e, R, et θ Déterminer les composantes de R v A, vecteur vitesse du défaut ponctuel (A, m) par rapport au référentiel (R) lié au bras mobile Exprimer les composantes de R σ A (O ), moment cinétique de (A, m) au point O par rapport au référentiel (R) Rappeler la définition du référentiel barycentrique (R*). Quel est le référentiel barycentrique de la roue parfaite? Énoncer le théorème de KÖNIG relatif au moment cinétique Exprimer les composantes de R σ R (O ), moment cinétique de la roue complète parfaite au point O par rapport au référentiel (R), en fonction de m, R, et θ = dθ/dt D après les questions précédentes, déterminer les composantes de R σ(o ) le moment cinétique de la roue complète déformée au point O par rapport au référentiel (R). 1.2 Étude dynamique On suppose que le bâti exerce sur le bras mobile une réaction R de composantes (R X0, R Y 0, R Z0 dans la base ( I 0, J 0, K 0 ). La roue complète déformée est fixée sur le bras par l intermédiaire d une liaison pivot parfaite qui exerce sur la roue un effort de moment C dont les composantes sont données par (C X0, C Y 0, C Z0 ) dans la base ( I 0, J 0, K 0 ). D autre part on suppose qu un dispositif annexe, que l on n étudiera pas, exerce sur la roue un couple de moment Γ = Γ(t) I 0 qui permet de maintenir la vitesse angulaire θ de la roue constante. On notera ω = θ cette vitesse angulaire ou pulsation constante dans toute la suite du problème Le mouvement de translation du bras se faisant sans frottement, que vaut R Y 0? Rappeler la définition d une liaison pivot parfaite d axe O X. Que vaut C X0 dans ce cas? Rappeler l énoncé du théorème du centre d inertie Rappeler l énoncé du théorème du moment cinétique en un point fixe d un référentiel galiléen (R 0 ). Que devient ce théorème si le référentiel n est pas galiléen? Effectuer dans le référentiel (R) le bilan des forces qui s appliquent sur le système composé de la roue complète déformée Appliquer le théorème du centre d inertie par rapport au référentiel (R), au système composé de la roue complète déformée et du bras mobile En déduire que Y 0 (t) obéit à l équation différentielle suivante : Ÿ 0 (t) = m m + m Rω2 cos(ωt + θ 0 ) (1) On donne pour toute la suite du problème les conditions initiales suivantes : θ 0 = 0, Y 0 (0) = 0 et Ẏ0(0) = Appliquer le théorème du moment cinétique au système composé de la roue complète déformée, au point O et par rapport au référentiel (R) Montrer qu en toute rigueur, le bras mobile décrit des oscillations selon OY 0 à la pulsation ω constante si le couple Γ(t) obéit à une relation que l on donnera en fonction de R, m, m, g, ω et t. 1.3 Applications 5

6 1.3.1 Déduire de la relation (1) la nature du mouvement de l ensemble bras mobile + roue complète dans le plan (OX 0 Y 0 ). On donnera en particulier l expression de l amplitude Y 0max en fonction des données du problème En réalité le mouvement du bras mobile dans le plan (OX 0 Y 0 ) est un mouvement de rotation d angle ϕ autour de OZ 0 de très faible amplitude, assimilable au mouvement de translation selon OY 0 que nous avons étudié. En utilisant les résultats précédents, exprimer ϕ max en fonction de Y 0max et D Que valent Y 0max et ϕ max pour une roue complète parfaite? Comment Y 0max et ϕ max varient-ils avec m? On suppose qu une voiture équipée d une roue déformée présentant un défaut d équilibrage se déplace en ligne droite à vitesse constante. Le volant du véhicule est fixé sur l axe OZ 0. Comment le défaut d équilibrage peut-il être ressenti par le conducteur? On suppose que la roue déformée présente un défaut d équilibrage (A, m) externe, à la périphérie de la roue complète, comme indiqué sur la figure Montrer en faisant un minimum de calculs que l on peut remédier à ce défaut en plaçant une masse supplémentaire m en un endroit bien précis de la roue complète que l on déterminera. 2ème partie : Modélisation d une suspension d automobile Nous abordons dans cette partie une modélisation élémentaire de la suspension d une roue complète de voiture. Cette roue est supposée parfaite (pas de défaut d équilibrage). On suppose que le véhicule est équipé de quatre suspensions identiques, que l on modélise comme indiqué sur la figure 3. Fig 3 : Suspension d une roue de voiture Chaque suspension est composée d une part d un ressort de raideur k et de longueur à vide L 0. D autre part un amortisseur fluide à huile de coefficient d amortissement α permet d atténuer d éventuelles oscillations. On rappelle qu un amortisseur fluide du type représenté sur la figure 3 exerce sur chacune de ses extrémités une force dissipatrice proportionnelle à la vitesse relative d une de ses extrémités par rapport à l autre. D autre part le coefficient α est d autant plus grand que le fluide utilisé est visqueux. Ainsi α huile α air par exemple. Cet ensemble {ressort + amortisseur} est relié au véhicule (châssis) et à la roue complète parfaite par des articulations supposées elles aussi parfaites. On ne s intéressera dans ce problème qu aux mouvements verticaux du châssis, selon l axe Oz ascendant. La masse du véhicule dans les conditions de l étude (avec passagers) est m = 4m. On néglige la masse de l ensemble {ressort + amortisseur} devant la masse m = m /4 du quart de châssis représenté sur la figure 3. 6

7 Le référentiel d étude est supposé galiléen. On travaillera dans le repère (0, x, y, z) muni de la base cartésienne habituelle ( I, J, K). La variable z(t) représente l écart de position du châssis par rapport à sa position lorsqu il n y a aucun mouvement vertical. La variable z 0 (t) représente le profil de la route, c est à dire l écart de celle-ci par rapport à l horizontale choisie comme niveau de référence. Par conséquent, lorsque la route est parfaitement horizontale et le mouvement stabilisé, on a z(t) = 0 et z 0 (t) = Équation différentielle On suppose tout d abord que le véhicule est au repos sur une route parfaitement horizontale. La longueur de chaque ressort est alors l Déterminer l expression de l 0 = L 0 l 0 en fonction des données du problème. On suppose maintenant que le véhicule est en mouvement sur une route rectiligne de profil quelconque Faire un bilan des forces exercées sur la masse m qui représente un quart du châssis. On exprimera les différentes forces en fonction des données du problème Établir l équation différentielle vérifiée par z(t) et montrer qu elle peut se mettre sous la forme : m z + αż + kz = f(t) (2) avec f(t) une fonction du temps dont on donnera l expression en fonction de z 0 (t), ż 0 (t) et d autres données du problème Mettre l équation différentielle précédente sous la forme : z + 2 β ω 0 ż + 1 ω 2 0 z = G(t) (3) Exprimer la pulsation propre ω 0 et le coefficient β en fonction des données. Pourquoi appellet-on β coefficient d amortissement ou coefficient d amortissement réduit? 2.2 Réponse indicielle On suppose que le véhicule suit une trajectoire rectiligne selon Ox à la vitesse constante v 0 = v 0 I dans la base cartésienne habituelle ( I, J, K) avec v 0 > 0. Le conducteur peu attentif monte de face sur un trottoir dont le profil est représenté sur la figure 4. Fig 4 : Profil de route On suppose que le mouvement selon Ox reste rectiligne uniforme même pendant le passage de l obstacle et que la roue reste toujours en contact avec la route Représenter graphiquement sur la copie le profil de la route z 0 = z 0 (t) en fonction du temps. On posera ε = (x l x 0 )/v 0 et on prendra t = 0 pour x = x 0. 7

8 2.2.2 Donner les équations horaires de z 0 (t) pour les instants t tels que t [0, ε] et pour t [ε, + [. On donne pour toute la suite de cette partie α = 10 4 SI, k = SI, x l x 0 = 1 cm, m = 400 kg, Z 0 = 10 cm et v 0 = 10 m.s Quelles sont les unités de k et α dans le système international? Déterminer numériquement les valeurs de ω 0 et β Montrer que pour les instants t appartenant à [0, ε], on peut supposer en bonne approximation que la fonction G(t) du second membre de l équation différentielle (3) est constante D après la question précédente, donner l expression de G(t) et résoudre l équation différentielle (3) pour les instants t appartenant à [0, ε]. On mettra z(t) sous la forme : z(t) = A exp r 1 t + B exp r 2 t + C avec r 2 > r 1. Donner les expressions de r 1 et r 2 en fonction de β et β ainsi que l expression de C en fonction des données du problème On donne les conditions initiales suivantes en t = 0 : z(0) = 0 et ż(0) = 0. On admet sans calcul que les valeurs numériques des données du problème sont telles que εr 1 1 et εr 2 1. Montrer que z(ε) est nul à l ordre zéro en ε alors que ż(ε) ne l est pas. On prendra aussi désormais pour la suite ż(ε) Résoudre l équation différentielle (3) pour les instants t appartenant à [ε, ]. On exprimera les constantes d intégration A et B en fonction des données du problème Rappeler l expression de β en fonction de α, m et k. Représenter sur la copie l allure de z(t) pour β > 1 puis pour β < 1. Lorsque le véhicule est neuf, les caractéristiques physiques α et k de la suspension sont telles que β > 1 pour un bon confort et une meilleure sécurité des usagers. En vieillissant, les amortisseurs fluides se dégradent et l huile peut devenir moins visqueuse ou être remplacée en partie par de l air Quelle est la conséquence de ce vieillissement sur le facteur d amortissement β? Quelle peut en être la conséquence sur le confort des usagers lorsque le véhicule rencontre un obstacle sur la route? Il arrive que des automobilistes imprudents dépassent la charge maximale autorisée pour leur véhicule aux suspensions déjà usées. Quelles peuvent être les conséquences sur la sécurité? 2.3 Réponse harmonique On suppose cette fois que le profil de la route est de la forme : z 0 (t) = Z 0 cos ωt Le véhicule se déplace toujours en ligne droite selon Ox avec une vitesse moyenne constante : v = v I avec v > 0. On adoptera la notation complexe habituelle : z(t) = Z exp iωt Établir l expression de la fonction de transfert harmonique H(iω) = Z/Z 0 de la suspension en fonction de β, ω 0 et ω. Z et Z 0 sont les amplitudes complexes associées respectivement à z(t) et z 0 (t) Déterminer le diagramme de BODE asymptotique du gain G(w) = 20 log 10 H(ω) de la suspension, avec H(ω) = H(iω) le module de la fonction de transfert, pour ω ω 0 et ω ω 0. 8

9 2.3.3 Représenter graphiquement sur la copie le diagramme de BODE asymptotique du gain en fonction de ω/ω 0 en représentation semi-logarithmique pour ω/ω 0 variant de 0,1 à 10. Que peut-on en déduire du comportement de G(ω)? L usager a un bon confort de conduite si le châssis est pratiquement insensible aux ondulations de la route Exprimer la pulsation ω en fonction de la vitesse moyenne v et de λ la période spatiale des ondulations de la route Lors du rallye Paris-Dakar, les concurrents affrontent souvent des profils de route de type tôle ondulée. Si la période spatiale d un tel profil est λ = 1, 5 m, quelle vitesse minimum doit-on conseiller aux pilotes? Si les pilotes entrent dans une zone où le profil ondulé s élargit, c est à dire si λ augmente, que faut-il conseiller aux pilotes? 2ème problème : Étude thermodynamique d un moteur de voiture 1ère partie : Étude qualitative du cycle Ce problème traite de quelques aspects élémentaires du fonctionnement d un moteur thermique à combustion interne. On raisonne sur une masse unité d un mélange de gaz dont la nature évolue au cours d un cycle. Pour simplifier l analyse, on assimilera ce mélange à de l air supposé se comporter comme un gaz parfait de capacités calorifiques massiques c p et c v constantes et de rapport γ = c p /c v = 1, 4. On suit l évolution de cette masse unité pour un cycle de fonctionnement d un des quatre cylindres identiques du moteur. Le volume offert au gaz dans ce cylindre varie entre la valeur maximale V 1 - piston au point mort bas - et la valeur minimale V 2 - piston au point mort haut -. On définit un taux de compression τ par τ = V 1 /V 2 > 1 et un rapport α des températures extrêmes du cycle par : α = T max /T min. On utilise la convention de signe habituelle de la thermodynamique. On a représenté sur la figure 1 un cycle théorique représentant l évolution réversible en diagramme P V de l unité de masse de gaz dans un cylindre. 9

10 Fig 1 : Cycle réversible théorique Les différentes étapes du cycle sont réversibles et se décomposent ainsi : Étape A : le gaz est admis dans le cylindre à la pression atmosphérique P 1 = 10 5 P a et à la température ambiante T 1 = 300K du point mort bas (point 1) ; Étape B : le gaz est ensuite comprimé de manière adiabatique pour atteindre le point 2 à la pression P 2, la température T 2 et le volume V 2 du point mort haut ; Étape C : le gaz subit une explosion qui le détend à pression constante et élève ainsi sa température jusqu à T 3 (point 3) ; Étape D : le gaz subit une détente adiabatique jusqu au point 4 de volume V 4, de température T 4 et de pression P 4 ; Étape E : le gaz est finalement rejeté vers l atmosphère en terminant le cycle au point 1. On donne les valeurs numériques suivantes pour tout le problème : 10 0,4 = 2, 5 ; 10 1,4 = 25 ; 10 0,4 1,4 = 1 ; 2 (10 0,4 ) 1,4 = 1 1,4 ; 10 0,4 4 = ; γ = c p c v = 1, 4 ; α = 10 ; τ = Après avoir représenté le cycle sur la copie, indiquer par des flèches le sens de parcours moteur du cycle en justifiant ce choix. 1.2 Placer les points 1, 2, 3 et 4 sur ce cycle. 1.3 Indiquer sur le cycle les transferts thermiques positifs et négatifs. 2ème partie : Étude quantitative du cycle On exprimera toutes les températures en fonction de T 1 et des paramètres choisis parmi α, τ et γ uniquement. De même on exprimera toutes les pressions en fonction de P 1 et des paramètres choisis parmi α, τ et γ uniquement. 2.1 Point Déterminer l expression littérale de la température T 2. Calculer numériquement la température T Déterminer l expression littérale de la pression P 2. Calculer numériquement la pression P Point Déterminer l expression de α en fonction de deux températures choisies parmi T l, T 2, T 3 et T Déterminer l expression littérale de la température T 3. Calculer numériquement la température T Déterminer l expression littérale de la pression P 3. Calculer numériquement la pression P Point Déterminer l expression littérale de la température T 4. Calculer numériquement la température T Déterminer l expression littérale de la pression P 4. Calculer numériquement la pression P 4. 3ème partie : Rendement d un cycle moteur 10

11 3.1 Rappeler la définition du rendement η d un cycle moteur. 3.2 Rendement du cycle théorique Donner l expression de η en fonction de T l, T 2, T 3, T 4 et γ En déduire l expression littérale de η en fonction de α, τ et γ Calculer numériquement la valeur de η. 3.3 Cycle de Carnot Rappeler la définition d un cycle de CARNOT. Représenter sur la copie un cycle de CARNOT moteur, entre les températures extrêmes T min et T max, en diagramme (P, V ) Établir l expression du rendement η c du cycle moteur de CARNOT en fonction de T min et T max Établir l expression du rendement η c d un cycle de CARNOT moteur qui fonctionnerait entre les mêmes températures extrêmes que le cycle théorique du problème. Calculer numériquement ce rendement η c Comparer η et η c et conclure. 4ème partie : Prise en compte des frottements internes En réalité les étapes B (compression adiabatique) et D (détente adiabatique) ne sont pas réversibles du fait des frottements internes du piston sur la chambre du cylindre. Elles gardent cependant leur caractère adiabatique. On suppose ici que l irréversibilité ne modifie que les températures des points 2 et 4, tous les autres paramètres thermodynamiques gardant par ailleurs la même valeur que dans la situation réversible. Les étapes C et E sont donc toujours supposées réversibles. On notera avec un ( ) les grandeurs thermodynamiques relatives aux transformations irréversibles. 4.1 Représenter sur la copie l allure du cycle moteur totalement réversible de la partie 1 en diagramme T S avec l entropie S en abscisses. On appelle (T Sl) cette figure. Indiquer sur cette figure (T Sl) le sens de parcours du cycle et placer les points 1,2,3 et Rappeler l énoncé du second principe de la thermodynamique. 4.3 On suppose maintenant que les étapes B et D sont irréversibles. Représenter en pointillés sur la figure (TSl) des étapes irréversibles (B ) et (D ) possibles. Justifier ce choix. 4.4 Comparer en le justifiant T 2 et T 2 ainsi que T 4 et T On note β = T 2/T 2 un facteur correctif dû aux frottements internes. On supposera pour simplifier que l on a aussi T 4/T 4 = β Exprimer le rendement η du cycle moteur avec irréversibilités en fonction de T 1, T 2, T 3, T 4 et γ En déduire l expression du rendement η du cycle moteur avec irréversibilités en fonction de T 1, T 2, T 3, T 4, β et γ Montrer que η < η Quel est le rôle des huiles de lubrification utilisées dans les moteurs? fin de l énoncé 11

12 Corrigé de l épreuve CNC physique I MP session 2000 par AIT BENALI 1 er problème : Étude de quelques aspects mécaniques d une roue de voiture 1.1 Étude cinétique O A = O O + O A = O G = m R v A = d( O O + mo A = m m+ m m+ m O O + O A) = R θ dt/r 1ère partie : Équilibrage d une roue de voiture e I 0 R cos θ J 0 R sin θ K 0 e I 0 R cos θ J 0 R sin θ K 0 0 I 0 sin θ J 0 cos θ K R σ A (O ) = O A m R v A = m e I 0 R cos θ J 0 R θ R sin θ K 0 0 I 0 sin θ J 0 cos θ K 0 = R 2 m θ I 0 er m θ cos θ J 0 er m θ sin θ K le référentiel barycentrique R d un système par rapport à R est un référentiel d origine G - par commodité sinon il suffit que G soit fixe dans R - animé d un mouvement de translation par rapport à R relativement à R 0, le référentiel barycentrique de la roue parfaite de centre O est R(O, X, Y, Z) le moment cinétique d un système de centre d inertie G, de masse m, en un point P par rapport à un référentiel R s écrit : L P/R = L + P G m v(g/r) R σ R (O ) = J θ 2 mr2 θ I0 O X I 0 = 0 J 0 0 K 0 R 2 m θ R σ(o ) = R σ R (O ) + R σ A (O 2 mr2 θ I0 ) = er m θ cos θ J 0 er m θ sin θ K Étude dynamique R Y 0 = deux solides en liaison pivot d axe O X ne peuvent effectuer qu un mouvement de rotation l un par rapport à l autre tel que ω(1/2)//o X, la liaison est parfaite s il n y pas de frottement entre les deux solides càd C X = C X0 = 0 12

13 1.2.3 dans un réf Galiléen : m tot a(g) = F ext dans un réf non Galiléen : m tot a (G) = F ext + F ie (G) + F ic (G) d L O dt/r 0 = M O (ext) avec O fixe dans R 0 pour un réf R non Galiléen d L O dt/r = M O (ext) + M O (I.E) + M O (I.E) avec O fixe dans R R est en translation rectiligne non uniforme par rapport à R 0 donc il est non Galiléen, le bilan des efforts extérieurs est alors : action du bras mobile réduite au couple C poids total (m + m) g s appliquant en G inertie d entraînement F ie (G) = (m + m) a e (G)(R/R 0 ) = (m + m) a(o /R 0 ) s appliquant en G (car R est en translation par rapport à R 0 ) inertie de Coriolis F ic (G) = 0 car ω(r/r 0 ) = 0 action du dispositif imposant la rotation réduite au couple Γ(t) le TRD appliqué dans R non Galiléen au système {roue complète(m + m)+bras(masse négligeable} (m + m) a(g/r) = R bati bras + (m + m) g (m + m) a(o /R 0 ) le TRD projeté sur J 0 s écrit donc : (m + m) m (m+ m) (R cos θ) = (m + m)ÿ0(t) or θ = ω soit θ = 0 et θ(t) = ωt + θ 0 d où d R σ(o ) dt/r Ÿ 0 (t) = m (m + m) Rω2 cos(ωt + θ 0 ) le TMC dans R appliqué à la roue complète en O s écrit = C + Γ(t) + O G (m + m) g O G (m + m) a(o /R 0 ) le TMC projeté sur I 0 s écrit,tenant compte de θ = ωt : 1.3 Applications 0 = Γ(t) mgr cos θ + m 2 R sin θÿ0(t) = Γ(t) = gr m cos ωt (Rω m)2 m + m cos ωt sin ωt (1) s intègre une fois en Ẏ0(t) = m Rω sin ωt + Cte (m+ m) or à t = 0 on a Ẏ0(0) = 0 = Cte soit Ẏ0(t) = m Rω sin ωt (m+ m) qui s intègre en Y 0 (t) = m R cos ωt + (m+ m) Cte, or à t = 0 on a Y 0 (0) = 0 donc Y 0 (t) = m (m+ m) de la valeur moyenne R(1 cos ωt), mouvement oscillatoire harmonique à la pulsation ω autour m R d amplitude Y (m+ m) 0max = 2 m R (m+ m) ϕ max tan ϕ max = Y 0max D = 2R m D(m+ m) pour une roue parfaite m = 0 soit Y 0max = 0 et ϕ max = dy 0max d m = 2Rm (m+ m) 2 > 0 et dϕ 0max d m = 2Rm D(m+ m) 2 > 0 si m = Y 0max et ϕ 0max le défaut sera ressenti comme des vibrations horizontale dans la direction de la route la masse m doit être au point A symétrique de A par rapport à O sur la face externe de la roue, dans ce cas on ramène G sur l axe O X le TRD s écrit Ÿ0(t) = 0 d après les conditions initiales Y 0 (t) 0 13

14 2.1 Équation différentielle 2ème partie : Modélisation d une suspension d automobile à l équilibre m g k(l 0 L 0 ) K = 0 soit l 0 = L 0 mg k donc l 0 = + mg k bilan des forces sur {m} : tension du ressort T = k(l L 0 ) K = [(z(t) z 0 (t) + l 0 ) L 0 ] K poids P = mg K frottement visqueux de l amortisseur F = α(ż(t) ż 0 (t)) K le TRD dans R gal lié à la piste projeté sur K : m z = mg k(z z 0 + l 0 L 0 ) α(ż ż 0 ) d après m z + αż + kz = αż 0 + kz 0 = f(t) (2) en divisant par k, il vient z + α k ż + m k z = α k ż0 + z 0 = G(t) donc ω 0 = k et β = α m 2 km β > 0 est responsable de l atténuation de la courbe z(t) en régime libre G(t) 0 selon l un des trois régimes ( pseudo-périodique, critique ou apériodique ) 2.2 Réponse indicielle : z 0 (t) Z 0 0 ε t on a ẋ = v 0 qui donne x = v 0 t + x 0 car à t = 0 x = x 0 0 x x 0 on élimine la variable x dans l expression de z 0 (x) = 0 t 0 v, il vient z 0 (t) = Z 0 t 0 x 1 x 0 0 t ε = x 1 x 0 v 0 t ε Z [k] = Nm 1 = kgs 2 et [α] = Nm 1 s = kgs 1 A.N : ω 0 = 10 Hz et β = 1.25 sans unité pour t [0, ε] on a G(t) = α k ż0(t) + z 0 (t) = Z 0 v 0 x 1 x 0 ( α k + t) x x Z 0 0 x 1 x 0 x 0 x x 1 Z 0 x x 1 pour t ε = 0.001s soit G [25, 25.1] (mètre) qui est presque constante A.N : G(t) = t(mètre) 14

15 v G(t) G 0 = Z 0 α 0 la solution générale de (3) s écrit z(t) = G x 1 x 0 k 0 + A exp r 1 t + exp r 2 t avec r 1 et r 2 sont solution de l équation caractéristique β ω 0 r + r2 = 0 donc = β2 1 A.N : ω0 2 ω0 2 > 0 = r = ( β ± β 2 1)ω 0 soit r 1 = ( β β 2 1)ω 0 et r 2 = ( β + β 2 1)ω 0 v ainsi que C = Z 0 α 0 x 1 x 0 k les conditions initiales s explicitent par : z(0) = A + B + C = 0 et ż(0) = Ar 1 + Br 2 = 0 à l ordre 1 (faute d énoncé ) en ε on a z(ε) = A exp r 1 ε + exp r 2 ε + C A (1 + r 1 ε) + B (1 + r 2 ε) + C = 0, tandis que ż(ε) = Ar 1 exp r 1 ε + Br 2 exp r 2 ε Ar 1 (1 + r 1 ε) + Br 2 (1 + r 2 ε) = (Ar1 2 + Br2)ε les conditions initiales sont z(ε) = 0 et ż(ε) = 0 or G(t > ε) Z 0 l équation (3) se résout z(t) = A exp r 1 (t ε)+b exp r 2 (t ε)+z 0 avec z(ε) = A +B +Z 0 = 0 et ż(ε) = A r 1 + B r 2 = β = α 2 km = z(t) = Z 0 [1 + r 2 r 1 r 2 exp r 1 (t ε) + r 1 r 2 r 1 exp r 2 (t ε)] z(t) Z 0 ε t β > 1 15

16 z(t) Z 0 ε t β < avec le vieillissement du véhicule α 0 = β 0, à chaque passage par une bosse le véhicule oscille plusieurs fois avant d atteindre l équilibre pour un vieux véhicule surchargé α 0 et m = β 0, dans ce cas les oscillations seront incessantes ce qui est dangereux! 2.3 Réponse harmonique (3) s écrit en notation complexe (1 + 2 β ω 0 iω ω2 ω 2 0 )Z = (1 + 2 β ω 0 iω)z 0 soit H(iω) = Z Z 0 = 1+2 β ω 0 iω 1+2 β ω 0 iω ω2 ω G(ω) = 20 log 10 H(iω) = 10 log β 2 ( ω ω 0 ) 2 (1 ( ω ω 0 ) 2 ) 2 +4β 2 ( ω ω 0 ) 2 si ω ω 0 alors G(ω) 0 si ω ω 0 alors G(ω) 20 log 10 2β 20 log 10 ω ω : G db 20 log 10 2β log 10 (ω/ω 0 ) 16

17 G(ω) présente un maximum non nul correspondant à la résonance, le comportement de la suspension est passe-bas λ = vt soit ω = 2πv λ pour atténuer au mieux les ondulations il faut avoir ω > 10ω 0 soit d après v > 86 kmh il faut abaisser fortement la vitesse pour éviter la résonance, en effet pour fixer les idées on prend λ = 15 m la vitesse minimale devient 860 kmh 1 qui est impossible!, par contre il faut rouler à ω < 0.1ω 0 soit v < 8.6kmh 1 2ème problème : Étude thermodynamique d un moteur de voiture 1.1 : 1ère partie : Étude qualitative du cycle P Q 23 > Q 41 <0 V le cycle est moteur si W = pdv < voir figure 1.3 Q 12 = Q 34 = 0 car adiabatiques Q 23 > 0 car le gaz reçoit de la chaleur de la part de la réaction d explosion Q 41 = 41 U = nc v (T 1 T 4 ) < 0 refroidissement isochore du gaz parfait 2.1 Point 2 2ème partie : Étude quantitative du cycle le gaz subit une transformation adiabatique réversible entre (1) et (2) donc par loi de Laplace T 2 = T 1 ( V 1 V 2 ) γ 1 = T 1 τ γ 1 A.N : on a τ = 10 donc T 2 = 750 K P 2 = P 1 ( V 1 V 2 ) γ = P 1 τ γ A.N : P 2 = P a 2.2 Point 3 17

18 2.2.1 la température maximale est après explosion T max = T 3 et la température minimale est celle de départ après admission du gaz T min = T 1 donc α = T 3 T T 3 = αt 1 or α = 10 donc T 3 = 3000 K P 3 = P 2 = P 1 τ γ = P a 2.3 Point d une part loi des gaz parfait nr = P 1V 1 T 1 = P 4V 1 T 4 soit P 4 T 4 = P 1 T 1 d autre part le gaz subit une transformation adiabatique réversible entre (3) et (4) donc par loi de Laplace T 4 = T 3 ( P 3 P 4 ) 1 γ γ on en déduit que T 4 = T γ 3 ( P 3T 1 P 1 ) 1 γ = T γ 3 (τ γ T 1 ) 1 γ = α γ τ γ(1 γ) T 1 A.N : T 4 = 2080 K P 4 = P 3 ( T 3 T 4 ) γ 1 γ = P T4 1 T 1 A.N : P 4 = P a 3.1 η = W Q 23 [0, 1] 3.2 Rendement du cycle théorique au cours du cycle U = W + Q 23 + Q 41 = 0 or Q 23 = 23 H = nc p (T 3 T 2 ) car isobare et Q 41 = 41 U = nc v (T 1 T 4 ) car isochore soit finalement η = 1 + Q 41 Q 23 = 1 T 4 T 1 γ(t 3 T 2 ) η = 1 αγ τ γ(1 γ) 1 γ[α τ γ 1 ] η = Cycle de Carnot 3ème partie : Rendement d un cycle moteur un cycle de Carnot est un cycle réversible formé par deux adiabatiques alternées par deux isothermes une adiabatique P 1 décroît plus vite qu une isotherme P 1 V γ V P isotherme T max adiabatique adiabatique isotherme T min 0 V au cours d un cycle de Carnot : 1 er principe s écrit U = W +Q max +Q min = 0, le 2 d principe S = Qmax T max + Q min T min = 0 donc η c = W Q max = T max T min T max [0, 1] 18

19 3.3.3 on remplace T max = T 3 = 3000 K et T min = T 1 = 300 K soit η c = T 3 T 1 T 3 = η < η c les hypothèses d adiabaticité (paroi sans fuite thermique ) et de réversibilité (sans frottement) sont approximatives! 4ème partie : Prise en compte des frottements internes 4.1 voir figure (a) pour un gaz parfait on a : une adiabatique réversible est une isentropique S = S 0 + nc v ln T T 0 + nr ln V V 0 une isochore T = T 0 e S S 0 ncv S = S 0 + nc p ln T T 0 nr ln P P 0 une isobare T = T 0 e S S 0 ncp T 3 isobare isochore 0 S figure (a) 4.2 il existe une fonction d état extensive, appelé entropie S, dont la variation élémentaire s écrit : ds = δq T ext + δs cree tel que δs cree = 0 pour une transformation réversible et δs cree > 0 pour une transformation irréversible 4.3 voir figure (b) pour une transformation adiabatique irréversible 12 S = S12 cree > 0 donc S 2 > S 1, de même S 4 > S 3 19

20 T isobare 2' isochore 4 4' 0 S figure (b) 4.4 T 2 > T 2 car (2) et (2 ) sont sur la même isobare et T 4 > T 4 car (4) et (4 ) sont sur la même isochore η = W 2 3 au cours du cycle irréversible on a U = W + Q Q 4 1 = 0 or Q 2 3 = 2 3H = nc p (T 3 T 2) car isobare et Q 4 1 = 4 1U = nc v (T 1 T 4) car isochore soit finalement η = 1 + Q 4 1 Q 2 3 = 1 T 4 T 1 γ(t 3 T 2 ) η = 1 βt 4 T 1 γ(t 3 βt 2 ) on a dη dβ = T 4(T 3 βt 2 )+T 2 (βt 4 T 1 ) γ(t 3 βt 2 ) 2 = T 2T 1 T 4 T 3 γ(t 3 βt 2 ) 2 < 0 or d après 4.4 on a β > 1 donc η (β) < η (β = 1) = η minimiser les frottements, ce qui fait augmenter le rendement! fin du corrigé 20

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide Chapitre 5 Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide 5.1 Equations de propagation pour E et B Dans le vide, au voisinage de tout point où les charges et les courants sont nuls, les équations

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne Chapitre 1 Cinématique et Dynamique 1.1 Grandeurs cinématiques En classe de 2 e nous avons introduit les grandeurs cinématiques utilisées pour décrire le mouvement d un point matériel : l abscisse curviligne,

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

1 Exercices d introduction

1 Exercices d introduction Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD 4 : accélération, mouvement parabolique, mouvement oscillant 1 Exercices d introduction 1. Evolution de la population mondiale Année (1er janvier) 1500 1600

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7 Centrale-TSI Physique 0 page /7 Centrale TSI physique 0 : "De la Terre à la Lune" I - De la Terre A - Décollage Choix du référentiel : a) Le référentiel géocentrique est le référentiel en translation par

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 DA 5 pour le 15 avril 2014 Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 Problème : Essuie-vitre à détecteur de pluie Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX)

L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX) L induction électromagnétique et la loi de Faraday (Tous les cours à partir du cours XIX) Le phénomène d induction électromagnétique peut être mis en évidence par les deux expériences simples suivantes.

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

Cours d électricité. Étude des régimes alternatifs. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Étude des régimes alternatifs. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Étude des régimes alternatifs Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Plan du chapitre s sur les

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Propulsion et sustentation magnétiques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Propulsion et sustentation magnétiques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2009 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Oscillateurs amortis et forcés - Résonance

Oscillateurs amortis et forcés - Résonance Année 01-013 École Nationale d Ingénieurs de Tarbes Enseignements Semestres 5-5 et 7 App Oscillateurs amortis et forcés - Résonance Intervenant Karl DELBÉ Karl.Delbe@enit.fr La publication et la diffusion

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série Précision des appareils Appliquer une amplitude s 0 de 800 mv à l oscillo. Déterminer la précision à laquelle on connaît s 0. Est-ce suffisant? Rép L oscillo donne une amplitude qui bouge d environ 2 pour

Plus en détail

PHYSIQUE II. À propos du débitmètre à effet Coriolis

PHYSIQUE II. À propos du débitmètre à effet Coriolis PHYSIQUE II Calculatrices autorisées. À propos du débitmètre à effet Coriolis La mesure du débit massique d un écoulement est une opération très courante dans l industrie. Les débitmètres à effet Coriolis,

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

DS n o 5 TS1 2012 Chutes des boulets (8 points, 1h45)

DS n o 5 TS1 2012 Chutes des boulets (8 points, 1h45) DS n o 5 TS1 2012 Chutes des boulets (8 points, 1h45) Exercice 1 Galilée à Pise (5,5 points) O i Selon la légende, Galilée (1564-1642) aurait étudié la chute des corps en lâchant divers objets du sommet

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Cours préparatoires de physique

Cours préparatoires de physique Cours préparatoires de physique Août 2012 L. Dreesen LA DYNAMIQUE, LES LOIS DE NEWTON Août 2012 L. Dreesen 1 Table des matières Introduction Force La première loi de Newton La troisième loi de Newton La

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Partiel PHY121 Mécanique du point

Partiel PHY121 Mécanique du point Université Joseph Fourier Grenoble Licence Partiel PHY2 Mécanique du point Vendredi 23 mars 202 Durée h30 Calculatrices et documents non-autorisés Pour chaque question, 4 réponses sont proposées dont ou

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

harmonique CHAPITRE 1 Oscillateur Introduction Plan du chapitre1

harmonique CHAPITRE 1 Oscillateur Introduction Plan du chapitre1 CHAPITRE 1 Oscillateur harmonique Introduction L oscillateur harmonique est un concept important en physique car il permet notamment de décrire le comportement autour d une position d équilibre de nombreux

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

LP25. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications.

LP25. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications. LP5. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications. Antoine Bérut, David Lopes Cardozo Bibliographie Physique tout en 1 première année, M.-N. Sanz, DUNOD Électronique

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Electromagnétique 4 (1 ère session)

Electromagnétique 4 (1 ère session) Licence SP Sem4 mardi 30 mai 2006 (1 ère session) Durée : 2 h 00 Document autorisé : aucun Calculatrice : non autorisée I. Equations locales : En intégrant les équations locales en considérant un régime

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Éléments de correction

Éléments de correction Éléments de correction Sujet zéro de l'épreuve informatique et modélisation de systèmes physiques Étude d un capteur de modification de fissure : fissuromètre Q1. Déterminer sa masse linéique. Masse linéique

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - I. Vecteur champ magnétique : a) Détection : si l on saupoudre de limaille de fer un support horizontal au-dessous

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011 EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 200-20 Examen 4.0.20 Nom :... Prénom :... Section :... No :... Les seuls objets autorisés sont: Le formulaire "résumé mécanique" disponible sur le moodle une feuille

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux magnétiques»

Plan du chapitre «Milieux magnétiques» Plan du chapitre «Milieux magnétiques» 1. Sources microscopiques de l aimantation en régime statique 2. Etude macroscopique de l aimantation en régime statique 3. Aimantation en régime variable 4. Les

Plus en détail

Chapitre 5. Le champ magnétique. 5.1 Introduction et historique. 5.1.1 Les phénomènes magnétiques

Chapitre 5. Le champ magnétique. 5.1 Introduction et historique. 5.1.1 Les phénomènes magnétiques Chapitre 5 Le champ magnétique 5.1 Introduction et historique Le domaine de l électrostatique est celui de l interaction entre charges immobiles et de ses effets. Nous allons compléter notre étude en nous

Plus en détail

A. Chauffage d une maison en hiver

A. Chauffage d une maison en hiver Banque Agro - Véto A - 0711 PHYSIQUE Durée : 3 heures 30 minutes L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur

Plus en détail

DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE. Deux phénomènes d hystérésis

DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE. Deux phénomènes d hystérésis ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2009 FILIÈRE PC DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE. Durée : 4 heures SESSION 2012 TSIP003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Électrostatique et rayonnement

Électrostatique et rayonnement ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURS DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLECOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE, DES

Plus en détail

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE CONCOUS COMMUN SUJET A DES ÉCOLES DES MINES D ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES Épreuve de Physique-Chimie (toutes filières) Corrigé Barème total points : Physique points - Chimie 68 points PHYSIQUE Partie A :

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Etude d un haut-parleur

Etude d un haut-parleur Etude d un haut-parleur Le haut-parleur électrodynamique, dont l invention remonte à plus de cent ans, n a pas évolué dans son principe. Il a été amélioré d année en année par l utilisation de nouvelles

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail