COURS DE THERMODYNAMIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS DE THERMODYNAMIQUE"

Transcription

1 I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie COURS DE THERMODYNAMIQUE eme Semestre Olivier PERROT

2 Avertissement : Ce cours de thermodynamique présente quelques applications aux machines thermiques des deux premiers principes de la thermodynamique. La présentation des ces applications reflète grossièrement la chronologie de l histoire industrielle. Elle correspond également à l évolution complexité) de ces machines. En conséquence les chapitres ne sont pas équilibrés : nous n abordons dans ce document que les machines dont la description à l aide des cycles thermodynamiques élémentaires reste significative. Cette présentation résulte de la lecture de nombreux ouvrages et documents dont la plupart ne sont pas cités dans la bibliographie. En particulier, je me suis largement inspiré du polycopié du professeur R. Houdart, ainsi que des nombreux documents accessibles en ligne.

3 Bibliographie : 1. G. BRUHAT, Thermodynamique, Edition Masson. J.P.LONCHAMP, Thermodynamique et introduction à la physique statistique, Edition Eyrolles 3. J.M.SMITH et H.C. VAN HESS, Introduction to chemical engineering thermodynamics, Edition Mc Graw-Hill 4. J.C. SISSI, Principes de thermodynamique, Edition Mc Graw- Hill 5. R. VICHNIEVSKY, Thermodynamique appliquée aux machines, Edition Masson 6. C. LHUILLIER, J. ROUS, Introduction à la thermodynamique, Edition Dunod 7. F. REIF, Physique statistique, Edition Armand Colin 8. H. GUENOCHE, C. SEDES, Thermodynamique appliquée, Edition Masson 9. H.LUMBROSO, Thermodynamique, 100 exercices et problèmes résolus, Edition Mc Graw-Hill 10. J.L. QUEYREL, J. MESPLEDE, Précis de physique, thermodynamique, cours et exercices résolus, Edition Réal 11. A. MOUSSA, P. PONSONNET, Exercices de themodynamique, Edition André Desvigne 3

4 Table des matières 1 Généralités sur les machines thermiques Les machines alternatives à combustion externe Les machines alternatives à combustion interne Turbines à combustion externe Turbines à combustion interne Moteurs à combustion interne 11.1 Cycle de Lenoir Description Calcul des travaux Calcul du rendement Cycle de Beau de Rochas Description Cycle de Beau de Rochas : description Calcul des travaux Calcul du rendement Cycle de Beau de Rochas à longue détente Description Calcul des travaux Calcul du rendement Cycle à admission partielle Cycle diésel Description Calcul des travaux Calcul du rendement Moteurs à combustion externe Le moteur de Stirling : cycle théorique Moteur de Stirling : cycle expérimental Étude cinématique à 1 piston Cinématique à pistons

5 TABLE DES MATIÈRES 3..3 Étude thermodynamique Application numérique Comparaison avec le cycle de Stirling théorique Calcul du rendement Turbines à vapeur Le 1 er principe : systèmes ouverts stationnaires Turbines à vapeur Cycle théorique d une machine à vapeur : cycle de Rankine Cycle de Rankine : bilan énergétique Cycle de Hirn Cycle de Hirn avec resurchauffe Cycle avec soutirage Le cycle supercritique à vapeur La cogénération Bilan exergétique d un système ditherme Rendement exergétique du moteur thermique Rendement exergétique d une turbine Variation d exergie d un système avec l extérieur : fonction énergie libre Fonction enthalpie libre Rendement exergétique du moteur thermique Rendement exergétique d une pompe à chaleur Rendement exergétique d une installation de cogénération

6 Table des figures.1 Cycle de Lenoir Rendement du cycle de Lenoir Cycle à admission partielle Cycle de Stirling Couplage des pistons Couplage des pistons Course des pistons Volume des compartiments Cylindre bitherme Cycle de Stirling pour T 1 = 373 K et T = 73 K Cycle de Stirling pour T 1 = 373, et T 1 = 573 K avec T = 73 K Cycle de Stirling théorique Cycle de Rankine en vapeur humide Cycle d une turbine à vapeur Cycle de Rankine Cycle de Hirn Cycle de Hirn Cycle de Hirn avec resurchauffe Cycle de Hirn avec resurchauffe Cycle de Rankine Cycle de Rankine avec soutirage Cycle de Rankine avec soutirage Cycle supercritique

7 Chapitre 1 Généralités sur les machines thermiques On distingue principalement quatre types de machines : 1. Les machines alternatives à combustion externe anciennes machines à vapeur). Les machines alternatives à combustion interne moteur à essence, moteur diésel... ) 3. Les turbines à combustion externe centrales électriques...) 4. Les turbines à combustion interne réacteurs...) 1.1 Les machines alternatives à combustion externe Dans les machines alternatives la variation du volume est obtenue par un mouvement alternatif du piston qui est transformé en mouvement rotatif du vilebrequin par l intermédiaire du système bielle-manivelle. Les premières machines à vapeur furent réalisées successivement par Papin, Newcomen et Jauffroy au début du 18 e siècle. Dans ces machines, la vapeur provenant de la chaudière pénètre directement dans le cylindre. Les communications entre la chaudière et le cylindre sont régulées par des robinets manœuvrés par des hommes. Malgré l automatisation de l admission et de l échappement de la vapeur proposée par Watt, en équipant les machines d un «tiroir de distribution», le rendement reste très faible. De plus ces machines présentaient deux autres inconvénients principaux : 1. une longue période de mise en chauffe. un encombrement important 7

8 CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES THERMIQUES 1. Les machines alternatives à combustion interne Dans les machines alternatives à combustion interne, la combustion s effectue au sein même du fluide moteur. C est le même fluide qui repousse le piston et qui subit une combustion. Exemples moteur à essence, moteur diésel... La conception des moteurs à combustion interne remonte à la deuxième partie du 19 e siècle. Le premier moteur à explosion industriel est le moteur à gaz réalisé par Lenoir en Son rendement ne devint bon que lorsque Otto lui appliqua en 1877 la compression imaginée par Beau de Rochas. Ces moteurs sont à ou à 4 temps. Le piston à double effet n est plus utilisé. La combustion est provoquée soit : par une étincelle à un instant donné moteur à essence) par pulvérisation du carburant dans l air chaud sous pression. Développement chronologique : 1860 : Cycle de Lenoir moteur à deux temps avec piston à double effet, la pression agissant à chaque demi-tour sur l une des faces du piston. 186 : Cycle de Beau de Rochas. Beau de Rochas propose un moteur à quatre temps. La même année Otto Allemagne ) réalise le moteur à quatre temps. 189 : Cycle Diésel. Diésel dépose un brevet sur un moteur à allumage par compression A l origine il souhaitait brûler de la poussière de charbon dans de l air surchauffé et comprimé. Son moteur commencera à fonctionner avec une injection d huile lourde. Propriétés du moteur à combustion interne Le moteur à combustion interne est caractérisé par : Un taux de compression faible pour les moteurs à essence 8 à 10), plus élevé pour le moteur diésel). Une préparation du mélange du combustible carburateur, injection...) Un allumage du mélange combustible en fin de compression Une combustion produisant des polluants NO, CO Un diamètre du cylindre compris entre quelques mm et 00 mm maximum. 8

9 CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES THERMIQUES 1.3 Turbines à combustion externe Principe : Un fluide préalablement chauffé ou surchauffé par une source extérieure gaz, fuel,...) met en mouvement rotatif un arbre sur lequel sont fixées des aubes. Contrairement aux machines alternatives elles transforment de façon continue l énergie thermique en énergie mécanique. Il en résulte une amélioration du rendement par rapport aux machines alternatives ainsi que la possibilité de travailler sur des machines de grosses puissances. Le cycle comprend fondamentalement deux changements d état évaporation et condensation). En pratique la température est limitée à 550 ou 580 C, tandis que la pression est de l ordre de 00 bars. Une turbine est constituée d un rotor comprenant un arbre sur lequel sont fixées les aubes et, d un stator constitué d un carter portant des déflecteurs. Applications : Les turbines à vapeur sont très employées dans les centrales thermiques de forte et moyenne puissance pour la production d électricité. Elles sont également employées dans le domaine de la propulsion navale. Pour les petites puissances la fonction d entraînement est en voie de disparition au profit des moteurs électriques. 1.4 Turbines à combustion interne Une turbine à gaz est un moteur thermique produisant de l énergie mécanique à partir de l énergie contenue dans un hydrocarbure. Principe : Un compresseur constitué d un ensemble de roues munies d ailettes comprime l air extérieur. Du gaz est injecté dans la chambre de combustion où il se mélange à l air compressé et s enflamme. Les gaz chauds se détendent en traversant la turbine transformant l énergie thermique en énergie mécanique. Le turboréacteur est une turbine à gaz utilisant le principe de réaction comme propulseur. Une turbine à gaz est souvent à cycle ouvert, c est-à dire que le refroidissement s effectue à l extérieur de la machine. 9

10 CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS SUR LES MACHINES THERMIQUES Applications : Les turbines à gaz sont employées dans le propulsion de navires, d avions. Comme la turbine à vapeur la turbine à gaz est également employée dans la production d électricité et d une façon générale pour toutes les applications dont le régime et la charge sont constantes. La liste des applications est limitée par les contraintes suivantes : taux de compression, température de combustion chute du rendement pour une faible charge inaptitude aux changements de régime. 10

11 Chapitre Moteurs à combustion interne.1 Cycle de Lenoir.1.1 Description Le cycle de Lenoir est un moteur à deux temps, très semblable aux premières machines à vapeur : 1 er temps Admission, combustion, détente e temps Échappement Le piston est à double effet, la pression agissant à chaque demi-tour sur l une des faces : Admission Echappement Les phases du cycle se décomposent dans l ordre suivant : 0 1 admission, inflammation en 1) 1 combustion isochore 3 détente adiabatique 11

12 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE P V Fig..1 Cycle de Lenoir 3 0 échappement des gaz La surface de ce cycle est totalement déterminée à partir d un seul paramètre : ε = V 3 V 1 ou δ = T T 1 = P P 1 Cherchons une relation entre entre ε et δ 3 adiabatique P V γ = P 3 V γ 3 P P 3 = P P 1 = V3 V ) γ = ) γ V3 V 1 δ = P P 1 = ε γ.1).1. Calcul des travaux 0 1 admission : W 01 = P 0 V 1 V 0 ) = P 0 V 1.) 1

13 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE 1 combustion : ) T Q 1 = C V T T 1 ) = C V T 1 1 T 1 taux de compression. soit puisque δ = T T 1 = P P 1 Q 1 = C V T 1 δ 1).3) 3 détente adiabatique : W 3 = U = C V T 3 T ) T3 = C V T 1 T ) T 1 T 1 = C V T 1 T3 T T T 1 T T 1 ) Calcul de T 3 T en fonction de ε = V 3 V 3 adiabatique T V γ 1 = T 3 V γ 1 3 Soit : T ) γ 1 ) γ 1 3 V V1 = = = ε 1 γ T V 3 V 3 Travail total W 3 = C V T 1 ε 1 γ δ δ ) = C V T 1 δ ε 1 γ 1 ).4) W tot = W 01 + W 3 + W 30 Avec : P 0 V 1 = RT 1 = γ 1) C V T 1 = P 0 V 1 + C V T 1 δ ε 1 γ 1 ) + P 0 V 3 P 0 V 3 = P 3 V 3 = RT 3 = γ 1) C V T 3 = γ 1) C V T 1 δ ε 1 γ) 13

14 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE W tot = γ 1) C V T 1 + C V T 1 δ ε 1 γ 1 ) + γ 1) C V T 1 δ ε 1 γ) W tot = C V T 1 [ 1 γ + ε γ ε 1 γ 1 ) + γ 1) ε γ ε 1 γ] = C V T 1 [1 γ + ε ε γ + γ 1) ε] = C V T 1 [1 γ ε γ + γ ε].1.3 Calcul du rendement W tot = C V T 1 [1 γ ε γ + γ ε] Par définition le rendement est défini comme le rapport du travail total fourni sur l énergie consommée au cours d un cycle soit : η = W tot Q 1 = [C V T 1 1 γ ε γ + γ ε)] C V T 1 ε γ 1) = εγ 1 + γ γ ε ε γ 1 γ 1 ε) = 1 + = 1 ε γ 1 γ ε 1) ε γ 1 η = 1 γ ε 1) ε γ 1 Le rendement du cycle de Lenoir croit avec : 1. le rapport γ. le taux de compression P P 1 Remarque : η = 1 γ ε 1) ε γ 1 Pour γ = 1 le rendement du cycle de Lenoir est égal à 0 quelque soit le taux de compression. 14

15 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE η γ =1,6 γ =1,8 0.4 γ =1, ε Fig.. Rendement du cycle de Lenoir. Cycle de Beau de Rochas..1 Description Ce moteur à allumage commandé est un moteur à quatre temps : c est le cycle théorique des moteurs à essence Admission Compression Explosion Détente Echappement 15

16 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE 1 er temps : admission P Admission A B V Le piston aspire le mélange gazeux à pression constante e temps : compression P C Compression B V Le piston comprime de façon adiabatique le mélange. 3 e temps : Explosion-détente P D C E Explosion Détente V 16

17 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE La combustion étant très rapide, le volume n a pas le temps de varier : la pression augmente rapidement de C en D. Puis la combustion est suivie d une détente adiabatique de D en E. P D E A Ouverture soupape, échappement et refoulement des gaz brulés B V Le piston se déplace en chassant à pression constante les produits de combustion jusqu au moment ou il revient au point de départ du cycle... Cycle de Beau de Rochas : description Ce cycle se compose de deux transformations isentropiques et de deux transformations isochores. P D W th C E A B V 17

18 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE La surface de ce cycle ne dépend que de deux paramètres : ε = V B V C δ = T D T C = P D P C et Déterminons les températures T C, T D et T E en fonction de T B, ε et δ B C adiabatique T B V γ 1 B D E adiabatique T D V γ 1 D = T C V γ 1 C = T E V γ 1 E a) b) ) γ 1 VB a) = T C = T B = T B ε γ 1 V C T C = T B ε γ 1 T D = δ T C = T B δ ε γ 1 ) γ 1 VD VC b) = T E = T D = T D V E V B = T B δ ε γ 1 ε 1 γ = T B δ Validité des hypothèses : T E = T B δ ) γ 1 1. Rapidité de transformations adiabatiques Les transformations BC et DE ne peuvent être considérées comme des adiabatiques que si elles sont très rapides pour limiter le flux de chaleur vers le milieu extérieur. Si l on considère qu un moteur d automobile tourne à environ 4000 tours/min, le vilebrequin effectuant tours par cycle, il y a 000 cycles/min, soit une durée d un cycle de 3 10 s. La transformation est donc rapide.. Réversibilité Les transformations du cycle ne seront réversibles que si la température des parois du moteur suivent les variations de température du système. Cette condition est impossible à réaliser car les parois doivent être 18

19 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE refroidies par circulation d air ou d eau ) afin de ne pas subir de déformations. Les transformations réelles sont donc irréversibles. Cycle théorique et cycle réel P D P D W th C W ind C A Cycle théorique E B V E A B V Cycle réel Dans le cas du cycle réel le travail de transvasement A B A n est pas nul...3 Calcul des travaux Les travaux échangés pendant les opérations de transvasement AB et BA sont égaux et de signe opposés, ils s annulent donc sur un cycle. P D W th C E A B W tot. = W BC + W CD + W DE + W EB V W tot. = W BC + W DE Expression de W BC 19

20 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE W BC = P CV C P B V B γ 1 = C V T C T B ) = C V R P CV C P B V B ) = C V T B ε γ 1 1 ).5) Expression de W DE W DE = P EV E P D V D γ 1 = C V T E T D ) = C V R P EV E P D V D ) Le travail total échangé par le gaz au cours d un cycle est donc : W tot = C V T B ε γ 1 1 ) + C V T B δ ε γ 1 δ ) = C V T B ε γ δ ε γ 1 δ ) = C V T B ε γ 1 1 δ) 1 δ) ) = C V T B 1 δ) ε γ 1 1 ) W tot = C V T B 1 δ) ε γ 1 1 )..4 Calcul du rendement En considérant que C V est constant au cours d un cycle, les quantités de chaleur échangées avec l extérieur sont : Q CD = C V T D T C ) Q EB = C V T B T E ) ν = W Q CD = Q CD + Q EB Q CD = 1 + T B T E T D T C = 1 + Q EB Q CD 0

21 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE ν = 1 + T B T E T D T C = 1 T B 1 T E T B T C 1 T D T C ) ) or : T E T B = T D T C Le rendement s écrit donc : ν = 1 T B T C = 1 VC V B ) γ 1 = 1 1 ε γ 1 Évolution du rendement en fonction du rapport volumétrique ε η = 1 1 ε γ 1 η γ = 1,6 γ = 1,8 0.6 γ = 1, ε 10 Conclusion : Le rendement de ce cycle croît avec : le rapport volumétrique, le rapport γ. Le rapport γ du mélange varie entre 1, 4 pour l air et 1, 8 pour le mélange air-carburant. Lorsque la richesse du carburant décroît, γ augmente. Cette 1

22 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE augmentation de γ provoque une augmentation du rendement. Si l on souhaite augmenter le rendement, on a donc intérêt à diminuer la richesse du carburant. Comparaison des rendements : cycle de Lenoir et cycle de Beau de Rochas, γ = 1, 4 η Beau de rochas = 1 1 γ ε 1) η ε γ 1 Lenoir = 1 ε γ 1 η Beau de rochas Lenoir ε 10 Remarque : La quantité de chaleur Q CD fournie par la combustion du carburant entre les points C et D, pour l unité de masse du carburant, provoque une augmentation de température et de pression V = C te ) telle que : Q CD = m c V T D T C ) où m est la masse du mélange air + carburant. Notons T comb = Q CD m c V l augmentation de température, soit : T comb = T D T C L expression du travail total W tot devient :

23 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE W tot = C V T B 1 δ) ε γ 1 1 ) = C V T B 1 T ) D ε γ 1 1 ) T C = C V T B 1 T ) C + T comb ε γ 1 1 ) T C = C V T B T ) comb ε γ 1 1 ) T B ε γ 1 ε γ 1 1 = C V T comb εγ 1 = C V T comb 1 1 ) ε γ 1 = C V T comb η ε) Conclusion : Le travail total échangé au cours du cycle est proportionnel au rendement du cycle η ε). Selon le pouvoir calorifique du carburant T comb varie de 1000 K à 3000 K. Prenons : T comb = 1500 K, γ = 1, 3 et R c V = 1000 J. kg 1 M γ 1) Le travail échangé au cours du cycle par unité de masse de carburant est : R W tot = M γ 1) T comb 1 1 ) J. kg 1 ε γ 1 W tot = R M γ 1) T comb 1 1 ) ε γ 1 J. kg 1 W tot J) 8e5 6e5 γ = 1. γ = 1.4 γ = 1.3 4e5 e ε 3

24 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE.3 Cycle de Beau de Rochas à longue détente.3.1 Description Pour que le travail échangé entre le système gazeux et le piston soit élevé, on allonge la course du piston. Cette modification s accompagne d un retard de la fermeture de la soupape d admission entre B et B. P D δ = P D P C C W th A ε = V B V C Σ = V B B E E B V V C D A A C E E B B B E B B B B Détente Longue échappement admission détente retard fermeture soupape compression Notations : ce cycle dépend de trois paramètres : ε = V B V C Σ = V E V D et δ = P D P C 4

25 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Calcul des températures T C, T D, T E et T B en fonction de T B T C = T B ε γ 1 T D = T B δ ε γ 1 D E adiabatique T D V γ 1 D γ 1 1 ε γ 1 T E = T D = T B δ Σ) Σ) = T E V γ 1 E a) T E = T B δ ε Σ) γ 1 B B isobare = V B T B = V B T B ) T B = T B Σ ε.3. Calcul des travaux P D C W th A B E V E B W AB est inchangé W BC est inchangé W DE devient W DE W BA devient W B A W tot = W AB + W BC + W CD + W DE + W E B + W B B + W BA = W BC + W DE + W B B.6) 5

26 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Remarque : La modification de la surface du cycle correspond à : W EE + W B B P D P D C A E W > 0 EE E C A E W B B < 0 E B B B B V V Calcul de W BC W BC inchangé. W BC = C V T B ε γ 1 1 ) Calcul de W DE W DE = C V T E T D ε ) γ 1 W DE = C V T B δ ε γ 1) Σ W DE = C V T B ε γ 1 δ Σ 1 γ 1 ) Calcul de W B B W B B = B B P dv = P B V B P B V B ) = P B V E P B V B 6

27 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE V E = V D Σ = Σ ε V B ) Σ Σ W B B = P B ε V B P B V B = ε 1 R T B ) Σ = ε 1 C V γ 1) T B W B B = C V T B γ 1) ) ε 1 Calcul de W tot W tot = W BC + W DE + W BB = C V T B ε γ 1 1 ) + C V T B ε γ 1 δ Σ 1 γ 1 ) ) Σ + C V T B γ 1) ε 1 = C V T B [ε γ ε γ 1 δ Σ 1 γ 1 ) + γ 1).3.3 Calcul du rendement )] Σ ε 1 Expression de Q CD : ν = W tot Q CD Q CD = C V T D T C ) En remplaçant T D et T C par leur valeur Q CD = C V TB ε γ 1 δ T B ε γ 1) = C V T B ε γ 1 δ 1) ) 7

28 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE ν = = C V T B [ε γ ε γ 1 δ Σ 1 γ 1) + γ 1) C V T B ε γ 1 δ 1)) [ )] Σ ε γ ε γ 1 δ Σ 1 γ 1) + γ 1) ε 1 ε γ 1 δ 1)) )] Σ ε 1 δ ν = 1 ε Σ) γ γ 1) Σ ε 1 ) ε γ 1 δ 1) Remarque 1 : Pour le cycle de Beau de Rochas E = E soit : Σ = V E V D = V E V C = ε ν = 1 1 ε γ 1 Remarque : Dans le cas d un cycle à longue détente le travail est maximal si P E = P A.4 Cycle à admission partielle La régulation de la puissance des moteurs à allumage commandé est effectuée en faisant varier la pression du mélange pénétrant dans le cylindre lors de l admission. En diminuant la pression d admission, on diminue la surface du cycle et donc le travail total et inversement. Remarque : Le calcul des caractéristiques du cycle doit faire intervenir le travail des opérations de transvasement : Admission à la pression :P adm. Échappement à la pression P atm. 8

29 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE P D C E P atm A B P adm V Fig..3 Cycle à admission partielle Expression du travail total : Expression du rendement : [ W tot = C V T ) A ε γ 1 1 δ) ) )] 1 γ 1) ε 1 Padm 1 P atm Avec c = 1 + ν = 1 c ε γ 1 ) ) 1 γ 1) ε 1 Padm 1 P atm δ 1 Remarque : Si P adm = P atm, on retrouve le rendement du cycle atmosphérique de Beau de Rochas. 9

30 .5 Cycle diésel.5.1 Description CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Ce moteur à combustion interne fonctionne par allumage spontané du gazole injecté dans l air préalablement comprimé, sous pression élevée. Cette forte compression appliquée à l air seul ne présente aucun risque d inflamation. Le taux de compression peut atteindre la valeur de 0. Le carburant nécessite un raffinage moins poussé que celui de l essence. Comme le moteur à essence le moteur Diésel est un moteur à quatre temps : Admission Compression Explosion Echappement Détente 1 er temps : admission L air seul est admis dans le cylindre P Admission A B V e temps : compression P C Compression B V 30

31 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Le piston comprime l air de façon adiabatique. La température s élève jusqu à 600 C et la pression peut atteindre 0 à 5 bars. 3 e temps : Explosion-détente P C D E Injection Détente V Quand le volume est minimal, le combustible est injecté finement pulvérisé. Il s enflamme spontanément et continue de brûler pendant que le piston commence à descendre. La pression se maintient à sa valeur maximale malgré l augmentation de volume. Après l inflamation la détente se poursuit de façon isentropique. 4 e temps : Échappement P D E A Ouverture soupape, échappement et refoulement des gaz brulés B V Le piston se déplace en chassant à pression constante les produits de combustion jusqu au moment ou il revient au point de départ du cycle. Ce cycle se compose de deux transformations isentropiques d une transformation isobare et d une transformation isochore. Ce cycle dépend de deux paramètres : 31

32 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Σ = V D V C P C D W th A ε = V V B C E B V Calcul des températures T C, T D et T E en fonction de T B Calcul de T C T C = T B ε γ 1 Calcul de T D C D isobare = T D = T C V D V C = T C Σ T D = T C Σ = T B ε γ 1 Σ Calcul de T E D E adiabatique T D V γ 1 D = T E V γ 1 ) E γ 1 ) γ 1 VD Σ T E = T D = T B ε γ 1 Σ = T B Σ γ V E ε T E = T B Σ γ 3

33 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE.5. Calcul des travaux Calcul de W BC W BC inchangé. W BC = C V T B ε γ 1 1 ) Calcul de W CD W CD = P C V D V C ) = P C V C 1 Σ) = C V γ 1) T B ε γ 1 1 Σ) W CD = C V γ 1) T B ε γ 1 1 Σ) Calcul de W DE W DE = C V T E T D ) = C V T B Σ γ ε γ 1 Σ ) W DE = C V T B Σ γ ε γ 1 Σ) Calcul de W tot W tot = W BC + W CD + W DE = C V T B ε γ γ 1) ε γ 1 1 Σ) +Σ γ ε γ 1 Σ ) = C V T B [ γε γ 1 1 Σ) + Σ γ 1 ] W tot = C V T B [ γε γ 1 1 Σ) + Σ γ 1 ].5.3 Calcul du rendement ν = W tot Q CD 33

34 CHAPITRE. MOTEURS À COMBUSTION INTERNE Expression de Q CD : Q CD = C P T D T C ) En remplaçant T D et T C par leur valeur Q CD = γ C V TB ε γ 1 Σ T B ε γ 1) = γ C V T B ε γ 1 Σ 1) ν = W tot = C V T B [γε γ 1 1 Σ) + Σ γ 1] Q CD γ C V T B ε γ 1 Σ 1) = 1 1 Σ γ 1 γε γ 1 Σ 1 η = 1 1 Σ γ 1 γε γ 1 Σ 1 Le rendement peut se mettre sous l expression : ν = 1 C ε γ 1 avec C = 1 γ [ ] Σ γ 1 Σ 1 34

35 Chapitre 3 Moteurs à combustion externe 3.1 Le moteur de Stirling : cycle théorique Le moteur de Stirling est un moteur à combustion externe, comportant deux pistons. Son rendement élevé permet de l utiliser dans les installations de cogénération. Ce moteur très silencieux est également utilisé pour motoriser certains navires de forces navales sous-marins...) Considérons un cylindre comportant deux parties supposées isothermes : la partie haute est chauffée brûleur externe...), la partie basse est refroidie circulation d eau froide...) Compartiment chaud Compartiment froid Piston déplaceur Piston de travail Compartiment chaud Compartiment froid Le moteur de Stirling utilise deux pistons : 1. le piston de travail dont la fonctionnalité réside dans la mise en rotation d un arbre, par l intermédiaire d une bielle. 35

36 CHAPITRE 3. MOTEURS À COMBUSTION EXTERNE. le piston déplaceur, dont le rôle est de répartir le volume de gaz entre le compartiment chaud et le compartiment froid. Considérons les transformations suivantes : Compartiment chaud Compartiment froid Compression isotherme Echauffement isochore Détente isotherme Refroidissement isochore Ce cycle se compose de deux transformations isothermes et de deux transformations isochores. P D W th C E A B V Fig. 3.1 Cycle de Stirling La surface de ce cycle ne dépend que de deux paramètres : ε = V B V C δ = T D T C = P D P C et Expression de W BC et de Q BC 36

37 CHAPITRE 3. MOTEURS À COMBUSTION EXTERNE W BC = P dv = R T dv V = n R T B ln V C V B = n R T B ln 1 ε = n R T B ln ε > 0 Q BC = W BC = n R T B ln ε < 0 Expression de W CD et de Q CD W CD = 0 ) TD Q CD = n C V T D T C ) = n C V T C 1 T C = n C V T C δ 1) = n R γ 1 T B δ 1) Expression de W DE et de Q DE W DE = n R T D ln ε = n R T B δ ln ε Q DE = W DE = n R T B δ ln ε Expression de W EB et de Q EB W EB = 0 Q EB = n C V T B T E ) = n C V T B 1 T ) E T B = n C V T B 1 δ) = n R γ 1 T B 1 δ) 37

38 CHAPITRE 3. MOTEURS À COMBUSTION EXTERNE Le travail total échangé par le gaz au cours d un cycle est donc : W tot = n R T B ln ε n R T B δ ln ε = n R T B ln ε 1 δ) Bilan des échanges de chaleur : Nous supposons que la chaleur reçue au cours de la transformation isochore CD est intégralement restituée au gaz au cours de la transformation EB. La chaleur reçue par le gaz au cours d un cycle provient alors uniquement de la chaleur reçue au cours de la transformation DE soit : Q abs = Q DE = n R T B δ ln ε Le rendement du cycle a pour expression : η = W tot = n R T B ln ε 1 δ) Q abs n R T B δ ln ε = 1 1 δ = 1 T C T D C est le rendement du cycle de Carnot. 3. Moteur de Stirling : cycle expérimental 3..1 Étude cinématique à 1 piston a 1 A 1 θ) b 1 Posons : B 1 θ) c 1 = C 1 d 1 θ) = D 1 θ) : rayon de l arbre : projection horizontale de la bielle d accouplement : longueur de la bielle d accouplement : projection horizontale du point d ancrage : longueur de la bielle horizontale : hauteur du volume gazeux 38

39 CHAPITRE 3. MOTEURS À COMBUSTION EXTERNE θ π/ Fig. 3. Couplage des pistons θ b 1 a 1 D 1 1 θ ) C B 1 θ ) A 1 θ ) L 0 Fig. 3.3 Couplage des pistons A 1 θ) = a 1 sin θ 3.1) B 1 θ) = b 1 a 1 cos θ) ) 1/ 3.) Calculons la longueur L 0 en fonction de a 1, b 1 et c 1 : L 0 = D 1 θ) + C 1 + B 1 θ) + A 1 θ) Pour θ = π le volume mort est nul soit : 39

40 CHAPITRE 3. MOTEURS À COMBUSTION EXTERNE D 1 π ) = 0, B 1 π ) = b 1 et A 1 π ) = a 1 soit : L 0 = a 1 + b 1 + c 1 Soit en remplaçant B 1 θ) = b 1 a 1 cos θ) ) 1/ et A 1 θ) = a 1 sin θ il vient : D 1 θ) = a 1 + b 1 a 1 sin θ b 1 a 1 cos θ ) 1/) Remarque : Si a 1 << b 1 alors d 1 = a 1 1 sin θ) : le mouvement est sinusoïdal. 3.. Cinématique à pistons Hypothèses : Nous considérons, pour simplifier cette étude préalable, que : le piston déplaceur a une épaisseur g, La longueur de la bielle du piston de travail est déterminée de façon que le volume mort du piston de travail soit minimal. Il existe donc une valeur de l angle θ pour laquelle le piston déplaceur et le piston de travail sont joints : tout le gaz est alors contenu dans le compartiment chaud fig La cinématique du piston de travail s écrit alors, en prenant les mêmes notations : D θ) = L 0 C B θ) A θ) A θ) = a cos θ 3.3) B θ) = b a sin θ) ) 1/) 3.4) L 0 = a 1 + b 1 + c 1 3.5) D θ) = a 1 + b 1 + c 1 c b a sin θ) ) 1/ a cos θ 40

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 4 TEMPS I:PRINCIPE DE BASE. 1-1:Situation problème. Lorsque nous voulons déplacer un véhicule manuellement, il est plus facile de le déplacer en créant une force sur

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur LEPLOMB Romain Année universitaire 2004-2005 LE ROI Gautier VERNIER Marine Groupe Sup B, C, D Professeur accompagnateur : M. Guerrier T.I.P.E Optimisation d un moteur 1 1. Présentation du fonctionnement

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling

Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Développement de nouveaux convertisseurs d énergie: Etude du moteur Stirling Bert Juliette Ingénieur R&D juliette.bert@danielson-eng.fr 24 janvier 2013 SOMMAIRE Présentation Danielson Engineering de l

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Chauffage à eau chaude sous pression

Chauffage à eau chaude sous pression Chauffage à eau chaude sous pression par René NARJOT Ingénieur de l École Centrale des Arts et Manufactures 1. Généralités... B 2 425-2 1.1 Domaine d utilisation de l eau chaude sous pression... 2 1.2

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils?

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? Ce n est pas un hasard si, en modélisme, les moteurs à deux temps sont utilisés dans 95% des cas. Le deux temps est un moteur très simple quant à sa composition;

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Les véhicules La chaîne cinématique

Les véhicules La chaîne cinématique Un peu d histoire 1862 : M. BEAU DE ROCHAS invente le cycle à 4 temps 1864 : premier moteur à 4 temps, par M.OTTO 1870 : industrialisation de la voiture 1881 : première voiture électrique par M. JEANTAUD

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Chapitre 2. Combustion

Chapitre 2. Combustion Chapitre 2 Combustion 1 Nous étudierons dans ce chapitre le mode de production de chaleur le plus couramment rencontré dans l industrie. Nous nous limiterons au bilan énergétique et non aux processus de

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine Caractéristiques Modèle de démonstration d un système à vapeur représentatif d un Système d Alimentation Industriel Appareil

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Foyer 900 Double ouverture

Foyer 900 Double ouverture Foyer 900 Double ouverture Référence 6890 LC 26/01/2010 page 1/6 580 1158 Foyer 900 Double ouverture Notice particulière d utilisation et d installation AD6890 Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Foyer 1100 Double ouverture

Foyer 1100 Double ouverture Foyer 1100 Double ouverture Référence 6811 44 LC 27/01/2010 page 1/6 580 949 1158 Foyer 1100 DO AD681144 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

véhicule hybride (première

véhicule hybride (première La motorisation d un véhicule hybride (première HERVÉ DISCOURS [1] La cherté et la raréfaction du pétrole ainsi que la sensibilisation du public à l impact de son exploitation sur l environnement conduisent

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

association adilca www.adilca.com LE COUPLE MOTEUR

association adilca www.adilca.com LE COUPLE MOTEUR LE COUPLE MOTEUR Quelles sont les caractéristiques essentielles d un véhicule à moteur? Les services marketing le savent, c est la puissance et la vitesse maximale qui, au premier abord, focalisent l attention

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ B. AMANA et J.-L. LEMAIRE 2 LIQUEFACTION D'UN GAZ Cette expérience permet d'étudier la compressibilité et la liquéfaction d'un fluide en fonction des variables P,

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

1 Thermodynamique: première loi

1 Thermodynamique: première loi 1 hermodynamique: première loi 1.1 Énoncé L énergie d un système isolé est constante, L énergie de l univers est constante, de univers = de syst + de env. = 0 1 L énergie d un système est une fonction

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Énergie - Matériel Thermique

Énergie - Matériel Thermique Énergie - Matériel Thermique Énergie...p. 119 à 121 Échangeurs de chaleur...p. 122 Exploitation des fours et des chaudières...p. 123 à 124 Eaux de réfrigération et froid industriel...p. 125 Énergie EMT

Plus en détail

Optimisation des systèmes énergétiques Master 1 : GSI Génie Energétique et Thermique

Optimisation des systèmes énergétiques Master 1 : GSI Génie Energétique et Thermique Optimisation des systèmes énergétiques Master 1 : GSI Génie Energétique et Thermique Année 2009-2010 2008-09 Stéphane LE PERSON Maître de Conférences Université Joseph Fourier Jean-Paul THIBAULT LEGI UMR

Plus en détail

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune :

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune : 1 L injection à rampe commune : 1.Mise en situation : 2. Définition : - On entend par système «common rail», un système d injection Diesel dont les injecteurs sont alimentés par une rampe commune et pilotés

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

REDUCTION DES EMISSIONS DE NOX SUR UNE CHAUDIERE INDUSTRIELLE EN UTILISANT LE PROCEDE DE RECOMBUSTION AU GAZ NATUREL

REDUCTION DES EMISSIONS DE NOX SUR UNE CHAUDIERE INDUSTRIELLE EN UTILISANT LE PROCEDE DE RECOMBUSTION AU GAZ NATUREL REDUCTION DES EMISSIONS DE NOX SUR UNE CHAUDIERE INDUSTRIELLE EN UTILISANT LE PROCEDE DE RECOMBUSTION AU GAZ NATUREL Franck LAINAULT, Ingénieur, Direction de la Recherche, Gaz de France Philippe BOUGIT,

Plus en détail

Foyer 700 GA Double ouverture à contre poids

Foyer 700 GA Double ouverture à contre poids Foyer 700 GA Double ouverture à contre poids Référence 6876 43 Rédacteur FL, le 23/06/2014 Page 1 sur 7 AN687643 Foyer 700 GA DO à contre poids référence 6876 43 Notice particulière d utilisation et d

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Introduction aux systèmes de cogénération et rappels d énergétique et d exergétique.

Introduction aux systèmes de cogénération et rappels d énergétique et d exergétique. Introduction aux systèmes de cogénération et rappels d énergétique et d exergétique. Préambule... 2 I Définitions... 2 I.1 Cogénération... 2 I.2 Critères spécifiques... 3 I.3 Classification par puissance

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

PHYSIQUE. 1re année. VISA pour la 1 re année Santé. Santé. 2 e édition. Salah Belazreg. Préparer et réussir son entrée en PACES/L1 Santé 100%

PHYSIQUE. 1re année. VISA pour la 1 re année Santé. Santé. 2 e édition. Salah Belazreg. Préparer et réussir son entrée en PACES/L1 Santé 100% 100% 1re année Santé Médecine harmacie Dentaire Sage-Femme Salah Belazreg HYSIQUE ISA pour la 1 re année Santé réparer et réussir son entrée en ACES/L1 Santé Toutes les notions du Lycée requises Des QCM

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

COURS DE MACHINES FRIGORIFIQUES

COURS DE MACHINES FRIGORIFIQUES I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE MACHINES FRIGORIFIQUES Olivier ERRO 200-20 2 Avertissement : Ce cours de machines frigorifiques propose d aborder le principe

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Physique : Thermodynamique

Physique : Thermodynamique Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Le moteur de Stirling : Conception et Performances

Le moteur de Stirling : Conception et Performances BOULANT Anthony VIVET Nicolas Licence Physique 2003 Université du Maine (le Mans) Le moteur de Stirling : Conception et Performances VIVET Nicolas et BOULANT Anthony, mis à jour le 12_01_2009 Table des

Plus en détail

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits Quatrième partie Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits 105 Chapitre 11 LE THÉORÈME DE BERNOULLI Le principe de conservation de l énergie est très général. Nous allons montrer qu il permet

Plus en détail

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage

LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage LA FORCE DE FREINAGE ou les lois physiques du freinage Du point de vue de la conduite automobile, le freinage d urgence est sans doute le geste technique le plus difficile à réaliser. C est pourtant un

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O. Notice d emploi Chaudière gaz à condensation

GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O. Notice d emploi Chaudière gaz à condensation GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O Notice d emploi Chaudière gaz à condensation Modèles et brevets déposés Réf. : OSW Table des matières Table des matières Mesures de sécurité

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox Ventilateurs centrifuges Points forts de la gamme Ventilateur centrifuge insonorisé Groupe moto-turbine monté sur porte avec charnières pour un nettoyage et un entretien facilités Moteur à vitesse variable,

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Une compression intelligente

Une compression intelligente LE MOTEUR VCRI DE MCE-5 Une compression intelligente WILLIAM FOURMENTAL, LUC NADALON [1] Les émissions produites par les moteurs représentent environ 1/4 des émissions des gaz à effet de serre. Augmenter

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail