PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE"

Transcription

1 EUROPEAN LABORATORY FOR NUCLEAR RESEARCH CERN - LHC DIVISION LHC-VAC/KW Vacuum Technical Note May 2000 PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE K. Weiss

2 Performances d une pompe turbomoléculaire 1 Introduction Le but de cette étude est de comparer le vide obtenu avec une pompe turbomoléculaire A lorsque le refoulement de celle-ci est connecté à une pompe sèche de type scroll, à une pompe à palettes (qui est suspectée d engendrer une rétrodiffusion d huile vers l enceinte à pomper) ou à un groupe de pompage turbomoléculaire. Après l étuvage du dispositif expérimental, la pression partielle de vapeur d eau au niveau de l enceinte représentait environ 50% de la pression totale ce qui est anormalement haut. La quasi-totalité de la pression partielle de vapeur d eau n étant pas imputable au dégazage des parois de notre dispositif, cela nous a conduit à effectuer des essais supplémentaires pour déterminer l'origine de cette vapeur d'eau. Ce rapport est un résumé de ces différents tests. 2 Dispositif expérimental Le schéma dans la figure 1 montre le dispositif expérimental. Figure 1 : système de mesure Jauge Bayard Alpert Analyseur de gaz Balzers QMG 112 A V1 V2 Pompe turbomoleculaire Filtre Pompe primaire a palettes Venting Groupe de pompage de reference Enceinte a vide V3 Pompe Scroll Vp Flexible Pompe turbomoleculaire de test A Vi V4 Ligne d'injection Jauge Penning Jauge capacitive Pompe primaire a palettes ou groupe de pompage turbomoleculaire Groupe de pompage de test

3 Il est constitué d une enceinte raccordée par une vanne tout métal V1 à une pompe turbomoléculaire de référence de 56 l/s en série avec une pompe à palettes à deux étages d un débit de 12m 3 /h. La seconde vanne tout métal V2 sert à raccorder à l enceinte la pompe turbomoléculaire d essai (60l/s) en série soit avec une pompe de type scroll d un débit de 25 m 3 /h (la pression limite de cette pompe est 2*10-3 torr), ou une pompe à palettes à deux étages de 12 m 3 /h (pression limite =7*10-4 torr) ou d un groupe de pompage turbomoléculaire. Les caractéristiques techniques de la pompe d essai A Turbo V 70 D (DN 63) données par le fabricant sont indiquées dans le tableau 2. Sur la ligne primaire se trouvent deux jauges : une jauge capacitive compacte Balzers CMR274 qui sert pour les mesures du taux de compression et une jauge Penning Balzers IKR 020. L enceinte à vide est équipée d une jauge à ionisation de marque SVT et d un analyseur de gaz QMG 112 de la société Balzers qui permet d analyser la composition des gaz résiduels de la pompe de référence et de la pompe d essai. 3. Procédure L enceinte a été étuvée à 300 C pendant 24 heures (V1 et V2 à 200 C) avec les deux pompes en communication avec l enceinte (vannes V1 et V2 ouvertes). La vanne V1 est fermée après le dégazage de l analyseur et de la jauge. Quelques heures après l étuvage le groupe de pompage est isolé par la vanne V4, et la vanne V3 qui relie la pompe scroll est ouverte pour vérifier l impact sur le vide secondaire. Après cela, la pompe à palettes ou un groupe turbomoléculaire sont reliés à la pompe A (V4 ouverte, V3 fermée) afin de comparer les différents types de pompes primaires. Pour vérifier s il y a une influence sur la pression partielle de la vapeur d eau au niveau de l enceinte à vide, le flexible reliant la pompe scroll à la pompe turbomoléculaire est plongé dans l azote liquide. 4. Résultats Deux heures après l arrêt de l étuvage, la pression dans l enceinte obtenue par la pompe turbomoléculaire de test pompée au refoulement par le groupe de pompage turbomoléculaire (le système est encore à environ 60 C) est de 3.2*10-9 torr, dont 9% de vapeur d eau. Dix minutes après avoir basculé le prévidage sur la pompe scroll, la pression est de 3.1*10-9 torr (l enceinte refroidie lentement) mais la participation du pic d eau est monté à 21.5% (6.7*10-10 torr). Trois heures après la fin d étuvage, nous obtenons une pression de 2.4*10-9 torr, on observe encore au spectromètre de masse une augmentation du pic 18 qui se situe maintenant à 43% de la pression totale, soit 1*10-9 torr. Vers 70 heures de pompage, la pression totale (la pompe de test étant connectée à la pompe Scroll) se stabilise à 5.4*10-9 torr, la pression partielle d eau atteint 2.4*10-9 torr soit 44.4%. Pour les autres gaz nous avons : H 2 : 33%, CO : 8%, CH 4 : 4.1%, et CO 2 : 10%

4 Le refoulement de la pompe de test est alors connecté au groupe de pompage turbomoléculaire. La pression totale passe de 5.4*10-9 torr à 2.6*10-9 torr 19 heures après, avec une participation de vapeur d eau de 8*10-10 torr (31%). Le pourcentage des autres composants étant 38% pour H 2, 9% pour CO, 6% pour CH 4 et 16% pour CO 2. Cela signifie aussi un reflux d eau en provenance de la pompe malgré une pression primaire de 5*10-6 torr. En utilisant la pompe primaire à palettes CIT Alcatel 2012A comme pompe de prévidage par rapport à la pompe scroll le pic d eau est 1.6 fois plus bas. Nous observons peu de différence pour les autres gaz. La pression passe de 5.4*10-9 torr à 4.1*10-9 torr. Pour les trois types de pompe utilisées au refoulement de la pompe turbomoléculaire de test les compositions gazeuses mesurées sont données dans le tableau ci-dessous. Tableau 1 : pressions obtenues avec trois différentes pompes de refoulement Gaz résiduel Pompe à palettes Pompe scroll Groupe turbomoléculaire Pression partielle % Pression partielle % Pression partielle % (torr équivalent N 2 ) (torr équivalent N 2 ) (torr équivalent N 2 ) H 2 1.6* * * CH 4 1.8* * * H 2 O 1.4* * * CO 3.1* * * CO 2 6.1* * * C x H y <2*10-13 <2*10-13 <2*10-13 Pression 4.1* * *10-9 totale Pression de refoulement 7*10-4 2*10-3 5* Origine de la vapeur d'eau Le tableau 1 montre la présence d'une quantité d'eau importante et inattendue dans un système étuvé. Des tests supplémentaires ont été effectués pour déterminer l'origine de ce gaz. Pour déterminer si l eau vient principalement de la pompe scroll, le flexible reliant la pompe turbomoléculaire et la pompe scroll a été immergé dans l azote liquide. Dans ce cas la pression totale passe de 5.4 à 4.4*10-9 torr. Cette diminution de la pression est due principalement à celle de la vapeur d eau. La mème expérience conduite avec la pompe à palette n'a pas d'influence sur la pression dans l'enceinte. Afin de comparer les deux pompes turbomoléculaires la vanne V1 vers le groupe de pompage de référence (V2 fermée), a été ouverte. Trente heures après ouverture une pression de 6.6*10-10 torr a été relevée avec le pic 18 à 3.8*10-11 torr (5.8%). Vers 100

5 heures la pression totale est de 3.9*10-10 torr, la pression de vapeur d eau de 1.7*10-11 torr (4.3%). Ces mesures montrent qu'après étuvage la pression partielle d'eau obtenue dans le système de mesure avec la pompe de référence et avec la pompe A est très différente (1.4*10-9 pour la pompe A, 1.7*10-11 torr pour la pompe de référence). L'eau en excès semble donc provenir de la pompe A. L'expérience avec l'azote liquide montre aussi que la pression partielle d'eau dans le système est influencée par la pression au refoulement de la pompe A ce qui peut s'expliquer par une compression insuffisante de cette pompe. 5.1 Mesure du taux de compression Nous avons donc mesuré le taux de compression pour l hydrogène, le néon et l azote de la pompe A ainsi que pour la pompe de référence. Pour la pompe de référence les taux de compression correspondent à peu près à ceux donné par le constructeur (1*10 8 pour N 2, 7*10 3 pour He et 6*10 2 pour H 2 ). Par contre en ce qui concerne la pompe de test pour le néon (taux de compression voisin de celle de la vapeur d eau) nous trouvons un taux de 8.6*10 5, soit un facteur 10 plus bas que pour la pompe de référence. Pour l azote nous trouvons un taux de 2.7*10 6 soit 18 fois plus bas que le taux donné par le fabricant. 6. Conclusion Il n y a pas de grande différence entre le prévidage avec une pompe scroll ou une pompe à palettes. En particulier, dans les deux cas, les pressions partielles d'hydrocarbures ne sont pas mesurables (p< 2*10-13 Torr). En utilisant une pompe primaire à bain d huile par rapport à la pompe scroll, le pic d eau est 1.6 fois plus bas du fait du bas taux de compression de la pompe turbomoléculaire A et du meilleur taux de compression de la pompe primaire à palettes. Nous observons peu de différence pour les autres gaz. Le taux de compression de la pompe A n est pas conforme aux spécifications du constructeur (5*10 7 pour N 2, 2.7*10 6 mesuré). Ceci explique une pression partielle d eau excessive dans le gaz résiduel d un système étuvé. Dans le domaine des très basses pressions cette pompe est donc à déconseiller, mais elle peut-être utilisée pour le prévidage et durant l'étuvage d installations à vide.

6 Tableau 2 : caractéristiques techniques de la pompe A

DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU

DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU EUROPEAN LABORATORY FOR PARTICLE PHYSICS CERN - LHC DIVISION LHC-VAC/CB Vacuum Technical Note 01-14 Octobre 2001 DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU C. Boullard, P. Thirion

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle permet de comprendre l'interaction avec la croissance d'une couche

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

K1. Technique du vide

K1. Technique du vide K1. Technique du vide I. BUTS DE L'EXPERIENCE. 1) Se familiariser avec le fonctionnement des éléments principaux du vide tels que les pompes, les s, les manomètres. 2) Déterminer le débit effectif (cinétique

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

PDF created with pdffactory Pro trial version www.pdffactory.com

PDF created with pdffactory Pro trial version www.pdffactory.com Identification des codes de défaut Type VAG à 4 Localisation du défaut Cause probable chiffres Calculateur de gestion 1111 Calculateur de Capteur de du 1231, tachymètre, capteur de du véhicule véhicule

Plus en détail

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 E R L A B D. F. S RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 CAPTAIR FLEX M391 L A B O R A T O I R E R & D E R L A B D. F. S P A R C D A F F A I R E S D E S P O R T E S V O I E D U F U T U R 2 7 1

Plus en détail

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ.

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. Auteur : Rouibet Karim Eddine ingénieur process Structure : SH, Acivité Amont/ DP/Direction exploitation BP50 Hassi Messaoud Email : krouibet@yahoo.com Résumé : Les

Plus en détail

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D.

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D. THÈME : MOTORISATION TITRE : Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs 1.1.1. Cours 1.1.2. T.P. / T.D. Date mise à jour 6 mai 2004 Auteur référent Nom :

Plus en détail

Actionneur d arbre à cames, montage de côté/gauche/avant, rangée de cylindres 1 Dysfonctionnement circuit

Actionneur d arbre à cames, montage de côté/gauche/avant, rangée de cylindres 1 Dysfonctionnement circuit Codes défauts Diagnostiqueur pour voiture OBD II P0001 Régulateur de débit de carburant Circuit électrique ouvert P0002 Régulateur de débit de carburant Erreur plage/fonction du circuit électrique P0003

Plus en détail

Technical Information

Technical Information Date of last update: Oct 12 Ref: Application Engineering Europe REMPLACEMENT DE FLUIDE HFC R404A OU R507 PAR DU HFC R407F AVERTISSEMENT Utiliser uniquement les fluides frigorigènes et lubrifiants approuvés

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

TP 11: Réaction d estérification - Correction

TP 11: Réaction d estérification - Correction TP 11: Réaction d estérification - Correction Objectifs : Le but de ce TP est de mettre en évidence les principales caractéristiques de l'estérification et de l'hydrolyse (réaction inverse). I ) Principe

Plus en détail

RAPPORT DÉFINITIF DE SÛRETÉ CHAPITRE : 4 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3

RAPPORT DÉFINITIF DE SÛRETÉ CHAPITRE : 4 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3 Palier 1300 MWe Edition VD2 PAGE : 1 III-4.3.3. Accidents de fréquence très faible - Conditions de fonctionnement de catégorie 3 SOMMAIRE III-4.3.3.1. Perte de réfrigérant

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

Gamme de produits 2014 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications

Gamme de produits 2014 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications Gamme de produits 2014 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications Le monde du vide Table des matières: Vide primaire Vide Poussé Page Oerlikon Leybold Vacuum

Plus en détail

Rinçage et nettoyage d une installation clim

Rinçage et nettoyage d une installation clim Rinçage et nettoyage d une installation clim Lors d une pollution ou d une panne d une installation clim, Le rinçage est l étape la plus importante pendant les travaux de maintenance et le rétablissement

Plus en détail

1 er Séminaire Bodycote / AIR LIQUIDE MOYENS DE PRODUCTION ET CONTROLE DES PROCEDES. Laurent CHARRA. 9 & 10 octobre 2008

1 er Séminaire Bodycote / AIR LIQUIDE MOYENS DE PRODUCTION ET CONTROLE DES PROCEDES. Laurent CHARRA. 9 & 10 octobre 2008 1 er Séminaire Bodycote / AIR LIQUIDE MOYENS DE PRODUCTION ET CONTROLE DES PROCEDES Laurent CHARRA 9 & 10 octobre 2008 B.M.I. Fours Industriels 65, rue du Ruisseau / 38297 Saint Quentin-Fallavier Tel:

Plus en détail

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT)

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT) Fontenay-aux-Roses, le 29 mars 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN n 2013-00120 Objet : CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

Liste des codes défauts génériques EOBD

Liste des codes défauts génériques EOBD Fournis par le Groupe ETAI Liste des codes défauts génériques EOBD www.groupe-etai.com Cliquer sur les liens ci-dessous afin d atteindre les groupes désirés : ¾ P00xx Dosage du carburant et de l air ¾

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Technique du froid & composants frigorifiques

Technique du froid & composants frigorifiques 3ème Cours, 2006 Technique du froid & composants frigorifiques Mohammed YOUBI-IDRISSI Chargé de Recherche, Cemagref LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DE LA CHAÎNE DU FROID - TRANSPORT ET LOGISTIQUE Technologie

Plus en détail

2. Inscrivez sur la fiche de travail de l exercice 1.11 l heure du début de l exercice (voir la rubrique «Main d oeuvre»).

2. Inscrivez sur la fiche de travail de l exercice 1.11 l heure du début de l exercice (voir la rubrique «Main d oeuvre»). Exercice 1.12 Pose de l unité de condensation et de l évaporateur Durée : But : 2 heures 30 minutes Apprendre à faire l installation des composants frigorifiques. Préalable : Avoir complété les exercices

Plus en détail

Téléphone: Fax: VAT Registration No.:

Téléphone: Fax: VAT Registration No.: Téléphone: Fax: VAT Registration No.: Codes EOBD Tous les codes EOBD commençant par P zéro ont une signification standard indépendamment de la marque ou du modèle de véhicule. Pour les codes EOBD autres

Plus en détail

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 Arrête les retours de flamme Montage sur canalisation après détente Grand débit Basse pression En laiton Compatibilité avec les gaz Les clapets pare flammes 85-30 sont

Plus en détail

P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S

P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S D I N J E C T I O N E T É T A B L I S S E M E N T D E C E

Plus en détail

M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE

M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE QUALITE COMPACTE FIABILITE LEGERE EFFICACITE PUISSANTE M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE TEL. + 33 (0)4 67.48.17.15 - FAX. +33 (0)4 67.48.17.21 E-mail. : info@midibobinage.fr -

Plus en détail

La gravité n est pas toujours une bonne idée

La gravité n est pas toujours une bonne idée La gravité n est pas toujours une bonne idée Ralf Schomäcker, Responsable Produit Déplacer de grandes quantités de sol, placer des tuyauteries interminables, déplacer les conduits des égouts, creuser dans

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

LE GROUPE COMPRESSEUR. Christian DIELMANN MF1 10815

LE GROUPE COMPRESSEUR. Christian DIELMANN MF1 10815 LE GROUPE COMPRESSEUR Christian DIELMANN MF1 10815 Objectifs : Etre capable de : Objectifs Sommaire Décrire le principe de fonctionnement d un groupe compresseur Utilité Groupe compresseur Appliquer les

Plus en détail

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs.

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs. Présentation Professeur agrégé de mécanique, j enseigne la conception des installations frigorifiques depuis 1989 en B.T.S. Fluides Énergies Environnement option Génie Frigorifique. Lors de sa dernière

Plus en détail

Les compresseurs Plan du cours

Les compresseurs Plan du cours Les compresseurs Plan du cours Rappels, Principe de fonctionnement, Pour le nitrox, Entretiens et réglementations 1 Les compresseurs Rappels Remettons nous en mémoire : - La pression : Force/Surface -

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Description des codes défauts standards par famille

Description des codes défauts standards par famille www.techn-ishop.fr / contact@techn-ishop.fr Description des codes défauts standards par famille Les codes défauts standard ou génériques sont une liste de codes commune à tous les constructeurs. Cette

Plus en détail

ACQUISITION DU SAVOIR

ACQUISITION DU SAVOIR FI SPV - Module INC TC ACQUISITION DU SAVOIR «Extincteurs» Objectif : Amener tous les apprenants au minimum de performances demandées. Savoir choisir un extincteur en fonction du type de feu connaître

Plus en détail

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION :

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Page 1 sur 7 LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Circuit fermé dans le but d'évacuer des calories créées sous forme de chaleur. Le plus souvent, il s agit d eau avec un additif permettant d augmenter

Plus en détail

- DIVISION 25 Lignes directrices pour la conception de centrale de refroidissement - 25 40 00

- DIVISION 25 Lignes directrices pour la conception de centrale de refroidissement - 25 40 00 Partie 1 Général 1.1 Sommaire 1. De façon générale, suivre les standards ci-dessous pour la division nommée. Ces standards ne sont pas destinés à restreindre ou remplacer le jugement d un professionnel.

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

TEPZZ 97767ZA_T EP 2 977 670 A1 (19) (11) EP 2 977 670 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

TEPZZ 97767ZA_T EP 2 977 670 A1 (19) (11) EP 2 977 670 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (19) TEPZZ 97767ZA_T (11) EP 2 977 670 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.01.16 Bulletin 16/04 (21) Numéro de dépôt: 1162707.2 (1) Int Cl.: F17C 9/00 (06.01) F17C 6/00 (06.01)

Plus en détail

Présentation technique de la microstation S 21 EH

Présentation technique de la microstation S 21 EH Microstations de traitement des eaux usées domestiques De 4 à 1350 EH Présentation technique de la microstation S 21 EH «Quand l eau a besoin d une nouvelle vie» 1 Principe de fonctionnement épuratoire

Plus en détail

POUMON : Dispositif de charge

POUMON : Dispositif de charge POUMON : Dispositif de charge d un véhicule en R134a SODEREL Plus de 30 ans à votre service Version 07/2007 Présentation Le poumon : Ce dispositif est constitué de deux chambres à volume variable, le volume

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes.

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes. BIO-DESEMBOUAGE 100% biologique pour pompes à chaleur, chauffage sol, circuits fermés de chauffage, climatisation et refroidissement. Un procédé physique et naturel Plus de consommable Pas d intervention

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Applications typiques Les systèmes WPS 3.5/5.2 UNO et WPS 2.9/3.5 UNO MAX sont des pompes volumétriques à

Plus en détail

Le contrôle d étanchéité

Le contrôle d étanchéité Le contrôle d étanchéité Bernard SEEMANN Groupe Eyrolles, 2008, isbn 978-2-212-12374-6 TABLE DES MATIÈRES 1 Le fait de contrôler... 1 1.1 Historique... 1 1.2 Les contrôles destructifs versus non destructifs...

Plus en détail

Techniques du vide POLYTECH 2011. Simone Cassette

Techniques du vide POLYTECH 2011. Simone Cassette Techniques du vide Simone Cassette 1 LE VIDE Au programme : Un peu de théorie gaz parfaits / gaz réels une description statistique des gaz un peu de mécanique des fluides et les technologies du vide une

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

LE SYSTEME DE SURALIMENTATION 1. Mise en situation

LE SYSTEME DE SURALIMENTATION 1. Mise en situation 1. Mise en situation (entourez le turbo) Renault Mégane 1.9 dci 2. Necessité du système 2.1 Rappel P = C.ω P Puissance (watt) C Couple (N.m) ω Vitesse angulaire (rad.s -1 ) 2.2 Paramètres influençant les

Plus en détail

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau COMMUNE DE LUTRY PREAVIS MUNICIPAL N 1114/ 2007 Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau Au Conseil communal de Lutry,

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Rappel des caractéristiques typiques du moteur diesel

Rappel des caractéristiques typiques du moteur diesel Rappel des caractéristiques typiques du moteur diesel Il est normal que le moteur diesel fume légèrement blanc lors du démarrage, le phénomène est amplifié par une température basse. Les performances d'accélération

Plus en détail

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002)

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002) Méthode OIV-MA-AS323-02B Méthodes Type II Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 3/2002). DOMAINE D'APPLICATION La présente méthode s'applique à l'analyse

Plus en détail

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS Stockage non enterré Capacité maximale de 2 500 litres Le stockage peut être implanté en rez-de-chaussée ou en sous-sol. Le local doit être

Plus en détail

Le programme international Phébus PF (produits

Le programme international Phébus PF (produits 1La sûreté des réacteurs 1 6 Résultats des deux premiers essais PhébuS PF, FTP-0 et FTP-1 S. BOURDON (IRSN) D. JACQUEMAIN (IRSN) R. ZEYEN (JRC/PETTEN) Le programme international Phébus PF (produits de

Plus en détail

Fiche commerciale. Cuisine Pro. PyroSafe Système de détection et d extinction feu integré. www.france-air.com

Fiche commerciale. Cuisine Pro. PyroSafe Système de détection et d extinction feu integré. www.france-air.com Fiche commerciale Cuisine Pro PyroSafe Système de détection et d extinction feu integré Cuisine Pro Direct @ccess PyroSafe : Système de détection et d extinction incendie pour cuisine La réglementation

Plus en détail

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) CLIMATOLOGIE ET LE SÉCHAGE Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1) Introduction 2) Propriétés de l

Plus en détail

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine

P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine P7669 MACHINE A VAPEUR MINIATURE P7669R A mouvement alternatif P7669T Turbine Caractéristiques Modèle de démonstration d un système à vapeur représentatif d un Système d Alimentation Industriel Appareil

Plus en détail

L injection essence 1 DATE : CLASSE :

L injection essence 1 DATE : CLASSE : 1 1. Frontière de l étude : 2. Solutions technologiques : On dénombre deux architectures selon le nombre et l emplacement des injecteurs : L injection multipoint : système le plus répandu actuellement,

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Pompes WANGEN Vos experts pour boues déshydratées

Pompes WANGEN Vos experts pour boues déshydratées Pompes WANGEN Vos experts pour boues déshydratées Pompes WANGEN l entreprise La société Wangen GmbH a été créée en 1969. En tant que constructeur de pompes à vis excentriques de très grande qualité, de

Plus en détail

Sortie de liquide de refroidissement pour chauffage externe

Sortie de liquide de refroidissement pour chauffage externe Le liquide de refroidissement peut servir à chauffer des éléments extérieurs, Les exemples comprennent les caisses, les cabines à grue et les casiers de rangement. La chaleur est extraite du débit dans

Plus en détail

DECRIRE OU CALCULER LES DIFFERENTS NIVEAUX D ENERGIE (DEBIT, PRESSION, INTENSITE ) MAINTENANCE INDUSTRIELLE. Niveau IV MI IV 200A

DECRIRE OU CALCULER LES DIFFERENTS NIVEAUX D ENERGIE (DEBIT, PRESSION, INTENSITE ) MAINTENANCE INDUSTRIELLE. Niveau IV MI IV 200A DECRIRE OU CALCULER LES DIFFERENTS NIVEAUX D ENERGIE (DEBIT, PRESSION, INTENSITE ) MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveau IV 2006 CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex

Plus en détail

POMPAGE & ETUVAGE. VINCI TECHNOLOGIES - DIVISION MECA

POMPAGE & ETUVAGE. VINCI TECHNOLOGIES - DIVISION MECA POMPAGE & ETUVAGE VINCI TECHNOLOGIES - DIVISION MECA 2000 www.vinci-technologies.com www.meca2000.fr Le groupe de pompage d un système sous vide doit être choisi en fonction des applications menées dans

Plus en détail

Groupes d eau glacée Arcoa

Groupes d eau glacée Arcoa Groupes d eau glacée Arcoa groupes de production d eau glacée de 45 à 160 kw - Échangeurs côté eau : à plaques en inox avec isolation en mousse polyuréthane expansée à cellules fermées, équipés de pressostat

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Généralités o Pour les condenseurs à eau de moyenne et grosse puissance on est amené à prévoir des dispositifs spéciaux permettant

Plus en détail

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes 2 décembre 2014 Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes Par Kevin Mathieu, ing., PA LEED Directeur Associé Plan de la présentation Caractéristiques

Plus en détail

4.1 COMPOSANTS DE BASE

4.1 COMPOSANTS DE BASE sghhhf hhfhhj gbjgbj bsghh hfhh jgbjgbbs bbsghhhf ;y dpi CHAPITRE 4 LES COMPOSANTS D UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE Introduction Dans ce chapitre, la théorie portera sur les composants de base d un circuit frigorifique.

Plus en détail

Entretien annuel du brûleur FICHE PEDAGOGIQUE

Entretien annuel du brûleur FICHE PEDAGOGIQUE TP n 3 ACTIVITE 1 Brûleur fioul Entretien annuel du brûleur FICHE PEDAGOGIQUE Niveau d'enseignement : 5 Nature : TP par groupe Temps prévisionnel : 4 heures Objectif : l élève doit être capable de réaliser

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ

RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, RTI 3.7.1 DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT 01/10/2006 RHÔNE-ALPES DCT-S2-06-641 RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ CHANGEMENT DE SOURCE D ÉNERGIE ÉQUIPEMENT AU GAZ DE PÉTROLE

Plus en détail

MECA-FLU V : LES POMPES

MECA-FLU V : LES POMPES MEC-FLU V : LES POMPES I DEFINITION ET DOMINES D PPLICTIONS Les pompes sont des appareils qui génèrent une différence de pression entre les tubulures d entrée et de sortie. Suivant les conditions d utilisation,

Plus en détail

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CONFIDENTIEL CERN LIBRARIES, GENEVA Original: français 22 août.1983 CM-P00090707 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DES FINANCES

Plus en détail

HELIAL liquéfacteurs. Gamme de liquéfacteurs hélium automatiques. www.airliquideadvancedtechnologies.com

HELIAL liquéfacteurs. Gamme de liquéfacteurs hélium automatiques. www.airliquideadvancedtechnologies.com HELIAL liquéfacteurs Gamme de liquéfacteurs hélium automatiques www.airliquideadvancedtechnologies.com HELIAL liquéfacteurs est une gamme complète de liquéfacteurs d hélium de 15 à 300 L/h. Pour plus de

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

TURBO CONSIGNES GÉNÉRALES

TURBO CONSIGNES GÉNÉRALES ÉTAPE 1: AVANT DE REMPLACER UN TURBO Il est important de réaliser un diagnostic approfondi du système moteur afin de déterminer si le «défaut» se situe effectivement au niveau du turbo. Manque de puissance,

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Conception et réalisation. Caractérisation, performances. Mesure de pression des gaz quelconques

Conception et réalisation. Caractérisation, performances. Mesure de pression des gaz quelconques D É V E L O P P E M E N T D U N E J A U G E C A PA C I T I V E A J U S TA B L E P O U R M E S U R E S D E B A S S E S P R E S S I O N S À B A S S E S T E M P É R A T U R E S L. Lago, C. Herbeaux, P. Roy,

Plus en détail

Directive Technique DT N. 01.00-10f. 1. Domaine d application. 2. Références normatives. 3. Termes et définitions

Directive Technique DT N. 01.00-10f. 1. Domaine d application. 2. Références normatives. 3. Termes et définitions Fédération suisse des sapeurs-pompiers Directive Technique DT N Pompes centrifuges avec dispositif d amorçage destinées à la lutte contre l incendie conformes aux normes européennes (EN) 01.00 - f Décembre

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S DOSSIER TECHNIQUE APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S 1 PRESENTATION ET FONCTIONNEMENT 1.1 Mise en situation 1.2 Principe de fonctionnement 1.3 Chronogramme de fonctionnement 1.4 Régulation

Plus en détail

Nilfisk France 26 avenue de la Baltique BP 246 - F-91944 Courtaboeuf Cedex Tel: 01 69 59 87 01 - Fax: 01 69 59 87 01

Nilfisk France 26 avenue de la Baltique BP 246 - F-91944 Courtaboeuf Cedex Tel: 01 69 59 87 01 - Fax: 01 69 59 87 01 Design compact, haute performance et productivité Fiche produit Existe en version X avec enrouleur pour les modèles NEPTUNE 4-50 FA et NEPTUNE 4-55 FA La nouvelle série NEPTUNE 4 FA continue de fournir

Plus en détail

Réunion vide valise et chambre de transfert photocathode

Réunion vide valise et chambre de transfert photocathode Réunion vide valise et chambre de transfert photocathode 1/14 Service vide SDTM / LAL Vide valise et transfert photocathode Autonomie du pompage ionique 2/14 Service vide SDTM / LAL Vide valise et transfert

Plus en détail

Gamme de produits 2015 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications

Gamme de produits 2015 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications Gamme de produits 2015 Systèmes et composants innovants pour le vide destinés à un large éventail d applications Le monde du vide Table des matières: Vide primaire Vide Poussé Page Oerlikon Leybold Vacuum

Plus en détail