Demande d attestation de capacité sur Guide de prise en main

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Demande d attestation de capacité sur www.datafluides.fr Guide de prise en main"

Transcription

1 Demande d attestation de capacité sur Guide de prise en main

2 2 LES ETAPES DE VOTRE DEMANDE D ATTESTATION DE CAPACITE AVEC LE CEMAFROID Transmettre le bon de commande complété avec le chèque de règlement de la première annuité à CEMAFROID SNC- 5 Avenue des Près FRESNES CEDEX Créer un compte utilisateur sur Datafluides Dès réception de votre commande votre compte sera validé par le Cemafroid Saisir votre dossier en ligne Munissez-vous des pièces à télécharger (copie des diplômes, factures ) Après évaluation, télécharger votre attestation de capacité au format PDF (original transmis par la poste) sur A partir de ce moment vous devrez assurer la traçabilité des fluides manipulés. Déclarer avant le 31 janvier de chaque année, vos bilans de fluides frigorigènes en ligne sur

3 3 LE CEMAFROID : CENTRE D EXPERTISE DE LA CHAINE DU FROID Quelques mots sur le CEMAFROID Le Cemafroid, centre d expertise français de la chaîne du froid, a été créé en 2000 par IRSTEA (Etablissement public de recherche) (anciennement Cemagref), PERIFEM et Transfrigoroute France. Le Cemafroid a repris les activités d essais et d expertise développées par les équipes de recherche du Cemagref sur les sites d Antony et de Cestas. Il dispose de plus de 40 ans d expérience sur la chaîne du froid et les équipements frigorifiques et de réfrigération. Depuis 2000, le Cemafroid a développé une activité de certification des entreprises de la chaîne du froid dans le domaine réglementaire (centre technique des camions frigorifiques). Il a également repris une partie des services publics jusque-là pris en charge par les services de l Etat. Avec le Cemafroid vous bénéficiez: - D un organisme dont le statut garantit l impartialité des décisions ; - D une expertise dans le froid et les matériels frigorifiques de plus de 40 ans ; - D une évaluation adaptée à la taille de votre organisation partout en France et dans les DOM ; - D un site internet dédié pour vos déclarations de bilans de fluides ; - D un organisme membre de l Institut International du Froid (IIF) et de l AFF (Association Française du Froid). - D un organisme indépendant des distributeurs de fluides, pilote de la base de données Datafluides maintenue par Supralog en charge également de la base de données Datafrig.

4 4 DEPOSER VOTRE DEMANDE : Pour déposer votre demande vous devez créer un compte Datafluides. Pour activer votre compte, il est nécessaire de cliquer sur un lien qui vous est transmis par à votre de contact. Si vous n activez pas votre compte, vous ne pourrez pas accéder à Datafluides. Pour chaque rubrique de Datafluides pensez à cocher la catégorie dont vous relevez : Catégorie I : Contrôle d étanchéité, maintenance et entretien, mise en service, récupération des fluides des équipements de tous les équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur ; Catégorie II : Maintenance et entretien, mise en service, récupération des fluides des équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur contenant moins de 2 kg de fluide frigorigène et contrôle d étanchéité des équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur ; Catégorie III : Récupération des fluides des équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur contenant moins de 2 kg de fluide frigorigène ; Catégorie IV : Contrôle d étanchéité des équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur ; Catégorie V : Contrôle d étanchéité, maintenance et entretien, mise en service, récupération des fluides des systèmes de climatisation de véhicules, engins et matériels mentionnés à l article R du code de la route. Lors de votre premier accès à Datafluides, vous devrez compléter les données générales de votre entreprise :

5 5 Vous pouvez désormais déposer votre demande en cliquant sur «votre dossier en cours» : La saisie d une demande pour 1 site avec 5 intervenants et l outillage associé prend environ 35 minutes. Ayez à disposition tous les justificatifs demandés (diplômes, factures ) sous forme de facsimilés au format PDF ou JPG.

6 6 COMPLETER LE DOSSIER DE DEMANDE : ETAPE 1 SUBDIVISIONS Pour les entreprises mono sites : passez cette étape. Si vous souhaitez déposer plusieurs demandes d attestation pour plusieurs sites et si vous souhaitez regrouper ses sites par critères géographiques, créez plusieurs subdivisions. La création d une subdivision vous permettra de demander au Cemafroid la création d un accès limité à la subdivision. Notez que, l accès restreint à une subdivision limite les possibilités de modification des demandes d attestation aux seuls établissements rattachés à ces subdivisions. Par contre, l ensemble du personnel et de l outillage reste visible. COMPLETER LE DOSSIER DE DEMANDE : ETAPE 2 - VOTRE REGISTRE DU PERSONNEL Déclarez le personnel manipulant les fluides et uniquement celui-là : L intervenant doit impérativement disposer d une attestation d aptitude, choisissez l organisme ayant délivré l attestation dans la liste déroulante et téléchargez la copie PDF de l attestation. Si la personne dispose d un diplôme figurant dans la liste déroulante, vous pouvez choisir le diplôme correspondant dans Datafluides et téléchargez la copie des diplômes.

7 7 COMPLETER LE DOSSIER DE DEMANDE : ETAPE 3 - INVENTAIRE DE L OUTILLAGE Déclarez l outillage en votre possession et figurant dans la liste du matériel obligatoire et uniquement celui-ci :

8 8 Liste des équipements obligatoires : CATÉGORIES d activités OUTILLAGE OBLIGATOIRE (arrêté du 30 juin 2008) Catégorie I Station de charge et de récupération conforme à la norme NF E Bouteilles de récupération par type de fluide. Détecteur de fuites conforme à la norme NF EN Raccords flexibles avec obturateurs. Manomètres, thermomètre électronique et balance de précision 5 %. Matériel de marquage. Catégorie II Station de charge et de récupération conforme à la norme NF E Bouteilles de récupération par type de fluide. Détecteur de fuites conforme à la norme NF EN Raccords flexibles avec obturateurs. Manomètres, thermomètre électronique et balance de précision 5 %. Matériel de marquage. Catégorie III Station de charge et de récupération conforme à la norme NF E Bouteilles de récupération par type de fluide. Manomètres et balance de précision 5 %. Catégorie IV Détecteur de fuites conforme à la norme NF EN Manomètres, thermomètre. Catégorie V Station de charge et de récupération compacte ou en éléments séparés. Matériel de détection des fuites adapté aux systèmes de climatisation de véhicules. Thermomètre et balance de précision 5 %. Tableau mis à jour des charges en fluide et en huile des véhicules. Télécharger les éléments suivants : Preuves de détention du matériel : Les factures. (Une photographie avec numéro de série visible ou un contrat de maintenance peut être accepté en l absence de facture) Maintenance : Votre procédure de vérification interne pour les stations de récupération. le détecteur de fuites, le thermomètre, la balance (si non intégrée à la station). Traçabilité : Si les tableaux des charges en fluide par type de véhicule sont accessibles uniquement via internet, télécharger un document décrivant les modalités d accès au site concerné.

9 9 ETAPE 4 : ETABLISSEZ VOTRE DOSSIER DE DEMANDE D ATTESTATION ET METTEZ EN PLACE VOTRE TRAÇABILITE DES FLUIDES (MISE EN PLACE DE FICHE D INTERVENTION) Assurer la traçabilité des fluides que vous manipulez et en assurer le bon confinement : c est l objectif de la réglementation, en demandant une attestation vous vous engagez à assurer la traçabilité des fluides manipulés en mettant en place une comptabilité des achats et des flux manipulés. Pour établir votre demande, vous devez déclarer l établissement concerné par la demande même s il s agit du même établissement que celui déclaré dans les informations générales de votre entreprise. Vérifier que le numéro de SIRET, nom et adresse sont bien exacts car ils figureront sur votre future attestation. Affectez à votre établissement, le personnel qui figure dans le registre que vous avez complété à l étape 2.

10 10 Affectez à votre établissement, les outillages qui figurent dans l inventaire que vous avez complété à l étape 3. Pour les demandes multi sites, vous pouvez affecter à chaque établissement une subdivision pour les regrouper. Ne pas omettre d affecter le personnel et l outillage Décrivez les modalités mises en place pour assurer la traçabilité des fluides, sélectionner les éléments mis en place (fiches d intervention, certificat de recherche de fuites ). Téléchargez les documents concernés au format pdf ou jpg. Si vous ne disposez pas encore de modèle de fiche d intervention, de certificat de contrôle d étanchéité ou de modèles de marquage, vous pouvez télécharger des exemples sur rubrique fluides frigorigènes.

11 11 LORSQUE VOUS JUGEZ VOTRE DEMANDE COMPLETE TRANSMETTEZ-LA EN CLIQUANT SUR L ICONE DE VOTRE TABLEAU DE SUIVI Cette étape est impérative pour que le CEMAFROID débute l évaluation de votre dossier.

12 12 ETAPE 5 : DECLAREZ VOTRE BILAN FLUIDE ANNUEL Vous devrez déclarer votre bilan de l année en cours avant le 31 janvier de l année suivante. La déclaration sera ouverte à la saisie en fin d année en cours. Ex : le bilan 2012 est à déclarer au plus tard le 31 janvier 2013 Pour préparer votre bilan annuel, une notice particulière vous sera adressée. Lorsque vous jugez votre déclaration complète et sincère, cliquez sur Validez bilan. Cette étape est impérative pour que le CEMAFROID visualise et évalue votre déclaration. Etablissez l état de vos stocks de fluides dès la mise en place des fiches d intervention, conservez les tickets émis par les stations de charge et mettez en place un registre pour enregistrer les flux.

13 13 VOTRE ATTESTATION DE CAPACITE Votre attestation de capacité sera délivrée dans un délai maximal de deux mois. Le processus de traitement de votre demande est le suivant : Dès que vous disposerez de l attestation de capacité Cemafroid, vous pourrez utiliser le logo ci-dessus sur vos documents commerciaux (devis, plaquettes ).

14 14 ANNEXE 1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES RELATIVES AU SUIVI ET A LA MAINTENANCE DES OUTILLAGES Préambule : L objectif de la réglementation applicable à la manipulation des fluides frigorigènes est la démonstration du bon confinement des gaz halogénés et la prévention des fuites sur les installations contenant ces gaz. Dans ce cadre, le bon confinement des gaz repose sur une exigence de traçabilité des flux de gaz manipulés qui passe par des mesurages de masse, de température et les caractéristiques des dispositifs de récupération. La prévention des fuites passe par un contrôle tierce partie périodique des installations dont l efficacité dépend du matériel de détection. La réglementation Française précise la liste de l outillage à détenir et spécifie des exigences de conformité du matériel. Le présent document fait un point sur les dispositions que l on peut raisonnablement mettre en place du point de vue économique pour atteindre les objectifs fixés par la réglementation à savoir : - Permettre d établir un bilan global des flux et stocks de fluides à l échelle du pays sur la base des déclarations des opérateurs - Assurer une bonne prévention des fuites par des recherches périodiques avec du matériel approprié. 1- Le rôle des outillages obligatoires : L arrêté du 30 juin 2008 fixe les outillages obligatoires dont la liste est rappelé à la suite et dépend de l activité concernée. Parmi ces outillages figurent des instruments de mesure ou des dispositifs qui vont directement influencer la détermination des quantités de fluides manipulés. Il s agit : - Des balances dont la justesse impacte directement les masses de fluides mesurées au regard des exigences de la réglementation applicable aux fluides frigorigènes mais qui sert aussi dans certains cas à facturer le fluide à un client ; - Les stations de récupération qui ne permettent pas de récupérer 100% des fluides et contribuent donc, par leur qualité, à limiter la quantité de fluides récupérés sur une installation ; - Les thermomètres et manomètres. Rappelons que le thermomètre a, selon le type d activité (cat I ou V), plusieurs usages. Pour la catégorie I, il permet de mesurer la surchauffe à l évaporateur des machines frigorifiques afin de s assurer que la quantité de fluide réintroduite est suffisante pour assurer le bon fonctionnement de la production de froid (quantité optimale de fluides délivrée à l évaporateur par le détendeur thermostatique). Cette démarche permet de palier à une défaillance d indication de la charge de fluide nominale prévue par le constructeur en déterminant la charge nécessaire et suffisante lors de la réintroduction de fluide. La quantité de fluide est estimée comme adéquate lorsque la température mesurée par le thermomètre à l évaporateur est 5 K supérieure à la température de pression saturante du gaz considéré pour la pression lue sur le manomètre. Dans ce cas, le thermomètre influe directement sur la quantité de gaz nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de la machine frigorifique. Le graphique suivant décrit un système frigorifique et les différences de température aux différents points du circuit.

15 15 A B : désurchauffe C : température de condensation C D : sous refroidissement E : température d évaporation E F : surchauffe à l évaporateur E G : surchauffe à l aspiration A G : échauffement dû à la compression Pour la catégorie 5, le thermomètre permet de vérifier le bon fonctionnement de la climatisation des véhicule en mesurant la température dans l habitable, fonctionnement qu à l extrême limite on peut vérifier sans thermomètre. Les manomètres sont des indicateurs importants de l état des fluides dans le circuit ( HP ou BP) et intervient dans la détermination de la surchauffe. Les détecteurs (ou mesureurs) de fuites quant à eux permettent comme leur nom l indique de détecter les fuites et donc de les prévenir. 2- Le contrôle du bon fonctionnement des outillages et des moyens de mesure La réglementation fait appel à deux concepts qui imposent des vérifications des outillages et moyens de mesure : o La conformité à des normes du modèle ou du type d outillage o L exigence de bon fonctionnement des outillages et moyens de mesure une fois en service. 2.1 Cas des balances La réglementation fluides n impose pas de conformité aux normes pour les balances et se limite donc à la vérification du bon fonctionnement des instruments de pesage pour atteindre une «précision de 5 %». Il résulte de cette exigence que les flux de fluides manipulés ne pourront pas être déterminés globalement avec une incertitude meilleure que 5 % ce qui fixe un critère assez souple sur les contrôle à réaliser.

16 16 Masse connue L usage de la balance étant nécessairement limité à des mesures de variation de masse d une bouteille contenant plus ou moins de fluide, le critère des 5 % peut facilement être respecté par un contrôle interne réalisé avec des masses étalons représentant les charges maximales de fluide manipulé lors des récupérations ou des charges. Bien entendu, lors de ces vérifications, on s assurera que l instrument de pesage dispose d une tare représentant la masse conventionnelle d une bouteille de fluide vide. La comparaison de l affichage de l instrument de pesage (taré avec la bouteille) et de la valeur de la masse étalon fournit un moyen de vérification suffisant. Classiquement les vérifications des instruments de pesage sont réalisées tous les deux ans. Une question est souvent posée à juste titre : Les balances utilisées dans le domaine des fluides frigorigènes relèvent elle de la métrologie légale? Du point de vue de l attente de l Etat pour le domaine des fluides, la réponse est non, même si le décret du 3 mai 2001 mentionne que les mesurages réalisés dans le domaine d une réglementation dépendent de la métrologie légale. En effet, les attentes en termes de justesse des mesures (5%) n imposent pas l application des exigences propres à la métrologie légale pour ce domaine réglementé. Cependant, comme il est dit plus haut, les balances sont aussi utilisées pour facturer dans certains cas des clients des opérateurs. Dans ce cadre, les transactions sont, dans les faits, couverts par la directive 90/384/CEE et le décret français relatif au contrôle en service des IPFNA. Cela signifie que le client de la transaction peut légitimement demander que la balance soit d un modèle approuvé et fasse l objet d une vérification périodique par un organisme agréé. Cette pratique n est cependant pas observée dans ce secteur. 2.2 Cas des stations de récupération La réglementation prévoie que les stations de récupération soient pour la catégorie I conformes à la norme E Cette exigence nécessite d être interprétée car la norme E est une norme d essais qui ne précise aucune spécification technique à vérifier. Cette norme décrit les essais à réaliser (par exemple pour déterminer le taux et le temps de récupération). Il résulte de ces considérations qu un matériel de récupération doit avoir été testé selon les essais de la norme pour définir à minima les deux paramètres qui impactent la qualité de la récupération des fluides, à savoir le taux et le temps de récupération. Les organismes agréés travaillent actuellement sur le recensement du matériel pour proposer un taux minimal de récupération. Compte tenu de la justesse des mesures de masse (5% près), il ne serait pas illégitime de fixer un taux de récupération minimal de l ordre de 95 %... Du point de vue des opérateurs, il est donc demandé de se procurer les rapports d essais des stations de récupération auprès de leurs fournisseurs permettant de connaitre le taux et le temps de récupération, le protocole des essais étant celui de la norme E Ces essais ne sont à réaliser que sur un exemplaire représentatif du modèle ou du type de station (essais de type). En conséquence, le Cemafroid a été chargé par le ministère de recenser le matériel pour mutualiser ces données auprès de l ensemble des organismes agréés pour le bénéfice de tous les opérateurs attestés. Dans le cas de stations de récupération développées en interne pour des besoins spécifiques, les essais permettant de déterminer les taux et temps de récupération doivent être réalisés souvent sur site en respectant au mieux la norme de référence.

17 17 Outre, ces essais de type, il convient de mettre en place une maintenance périodique permettant de justifier du bon fonctionnement de ces stations. Enfin, l opérateur doit s assurer que le temps de récupération de ses stations est bien compatible avec son processus industriel et que le protocole de récupération est bien réalisé complètement par ses intervenants. Ce point est vérifié par les organismes agréés lors de leurs audits qui jugent de la bonne adaptation des moyens à l activité concernée. 2.3 Cas des thermomètres Comme il est dit plus haut, l usage du thermomètre et son impact sur le bon usage et le bon confinement des fluides frigorigènes dépend de l activité. D une manière générale, le thermomètre sert au mieux à définir une température qui sera utilisée pour calculer un écart de l ordre de 5 K. Il en découle qu une justesse estimée à 1 C est suffisante. Le contrôle de la qualité des thermomètres ne nécessite donc pas un étalonnage externe systématique mais un minimum de vérification périodique (tous les ans par exemple) pour s assurer du respect de ce critère. En thermométrie de contact, un moyen simple de contrôler un thermomètre est de réaliser un point de glace fondante. Le point de glace fondante est réalisé à partir d un mélange équivalent en volume d eau et de glace pillée. Le critère caractéristique d un point de glace fondante est la couleur grise que prend ce mélange et qui matérialise une température de 0 C avec une excellente incertitude. Cette méthode peu couteuse est suffisante pour vérifier la qualité des thermomètres de contact notamment les thermomètres à résistance dont on sait que la principale cause de dérive peut être identifiée par un contrôle en un point (à 0 C). Il est à souligner que les pyromètres (thermométrie optique) sont plus complexe à vérifier et que les mesures sont très sensibles à la nature des surfaces visées en raison des facteurs variables d émissivité des dites surfaces. 2.4 Cas des manomètres Les manomètres interviennent de manière importante dans les relations pression-température des fluides frigorigènes dont les caractéristiques de changement de phases sont la base du caractère frigorigènes des fluides. Il convient donc de s assurer de leur bon réglage par, au minimum, une intercomparaison de plusieurs de ces équipements. Par ailleurs, les manomètres pouvant intervenir sur la détermination de la surchauffe à l évaporateur, une erreur de la mesure de pression implique une erreur sur la détermination de la température ayant un impact sur la quantité optimale de fluides déterminé par cette méthode. 2.5 Cas des détecteurs de fuites La réglementation prévoie que les détecteurs ou mesureurs de fuites soient pour la catégorie I conforme à la norme EN Cette exigence nécessite d être interprétée car la norme EN est une norme d essais qui ne précise aucune spécification technique à vérifier. Cette norme décrit les essais à réaliser par exemple pour déterminer les taux de détection minimaux pour certains gaz en position fixe ou en mouvement. Par contre et à la différence des stations de récupération, la réglementation prévoit aussi un seuil de sensibilité minimal fixé à 5 g/an pour les recherches de fuite. Ce critère s applique aux détecteurs utilisés pour la recherche de fuites dans le cadre des dispositions de l arrêté du 7 mai Il en résulte que l opérateur doit demander à son fournisseur : - Soit un certificat de conformité déclarant que le seuil de sensibilité du détecteur est inférieur à 5 g/an (critère de l arrêté du 7 mai 2007), ce seuil étant déterminé conformément à la norme EN Soit un rapport d essais réalisé selon la norme EN Le seuil ainsi déterminé devant être comparé par l opérateur lui-même au seuil réglementaire des 5 g/an. Les organismes agréés recueillent actuellement les données relatives aux détecteurs de fuites du marché pour établir une liste de matériel conforme. En ce qui concerne le contrôle de leur bon fonctionnement en service, plusieurs possibilités sont offertes :

18 18 - L étalonnage par le LNE qui a mis en place un banc de référence dans ce domaine en coopération avec l école des Mines de Paris : cette méthode a l inconvénient majeur de nécessiter l envoi des instruments au LNE et des frais important lié à une prestation de haut niveau métrologique. - La vérification interne nez à nez avec une fuite calibrée : cette méthode est la mieux adaptée pour un parc important de détecteur car elle se limite à acquérir une fuite calibrée, les vérifications étant réalisées en interne. Faut-il étalonner une fuite calibrée? Dans l absolu, oui car une fuite calibrée sans certificat d étalonnage n assure pas la traçabilité aux étalons nationaux. Cependant, il peut être admis pendant une période transitoire qu une fuite calibrée ne disposant pas d un certificat d étalonnage COFRAC constitue un moyen reproductible de comparaison des détecteurs de fuite et permet au moins de s assurer de l absence de dérive des instruments concernés. 3. Synthèse Le tableau suivant donne une rapide synthèse des contrôles à mettre en place : Balance Moyen Références Périodicité Procédure Masses étalons Tous les ans Comparaison avec une équivalente à la charge tare représentant une maximale de fluide bouteille manipulée Station de récupération Essais normatif pour déterminer le taux et le temps de récupération Tous les ans Maintenance annuelle Thermomètres Point de glace fondante Tous les ans Comparaison directe Manomètres Un manomètre de référence est souhaitable Tous les ans Intercomparaison sur une ligne de pression Détecteur ou mesureur de fuites Fuite calibrée si possible étalonnée périodiquement Tous les ans Comparaison nez à nez

A qui transmettre les dossiers de demande ou de renouvellement :

A qui transmettre les dossiers de demande ou de renouvellement : DEMANDE D'ENREGISTREMENT AUPRES DES PREFECTURES (VERSION AVRIL 2001) Application du décret n 92-1271 du 7 décembre 1992 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques

Plus en détail

Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2012

Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2012 Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de l arrêté du 12 janvier 2000 relatif au contrôle

Plus en détail

Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2009

Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2009 Attestation de capacité pour la manipulation de fluides frigorigènes 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de l arrêté du 12 janvier 2000 relatif au contrôle

Plus en détail

C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e

C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e Une attestation de capacité est désormais obligatoire Décret du 7 mai 2007 Relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg FICHE D'INTERVENTION sur CIRCUIT de FROID, CLIMATISATION, POMPE A CHALEUR (fixe) CONTENANT des CFC HCFC ou HFC à conserver 5 ans par l'opérateur et le détenteur suivant le Code de l'environnement articles

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 34 29 67 67 fluides-frigorigenes@socotec.com Sommaire Introduction A. Processus de délivrance de l attestation 1. Demande

Plus en détail

Règlement «F-GAS» 517/2014/UE. Abroge le règlement 842/2006

Règlement «F-GAS» 517/2014/UE. Abroge le règlement 842/2006 Règlement «F-GAS» 517/2014/UE Abroge le règlement 842/2006 F-GAZ 517/2014/UE Sommaire Le Cemafroid Préambule Mise sur le marché Confinement Traçabilité Interdictions et restrictions Certification Révisions

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

Les gaz frigorigènes sont utilisés dans les équipements frigorifiques (chambre froide, vitrine réfrigérée, climatisation ) pour produire du froid.

Les gaz frigorigènes sont utilisés dans les équipements frigorifiques (chambre froide, vitrine réfrigérée, climatisation ) pour produire du froid. Bien qu ayant un intérêt évident en matière de maîtrise de la chaîne du froid, certains fluides frigorigènes (CFC, HCFC, HFC) couramment utilisés dans les métiers de l alimentation ont par ailleurs un

Plus en détail

CAP FROID ET CLIMATISATION EPREUVE EP2 Préparation et Mise en Oeuvre PARTIE PRATIQUE 8h

CAP FROID ET CLIMATISATION EPREUVE EP2 Préparation et Mise en Oeuvre PARTIE PRATIQUE 8h Académie : : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat (le numéro est

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

CEMAFROID FORMATION. Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques

CEMAFROID FORMATION. Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques Le 05/03/2015 Objectifs : Acquérir les notions de bases permettant d appréhender les réglementations thermiques dans les

Plus en détail

DEMANDE D'ENREGISTREMENT AUPRES DES PREFECTURES (décembre 2007)

DEMANDE D'ENREGISTREMENT AUPRES DES PREFECTURES (décembre 2007) DEMANDE D'ENREGISTREMENT AUPRES DES PREFECTURES (décembre 2007) I. TEXTES DE REFERENCE : - Décret n 2007-737 du 7 mai 2007 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques

Plus en détail

Dimensionner, sélectionner et installer la climatisation gainable mono et multi-zones (2 jours) CLM 1-15

Dimensionner, sélectionner et installer la climatisation gainable mono et multi-zones (2 jours) CLM 1-15 CLIMATISATION CLIMATISATION CLIMATISATION ET VENTILATION Sommaire VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Réussir la sélection et la vente d un climatiseur réversible (Distributeurs) (2 jours) CLM 1-17

Plus en détail

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 Centre Technique du Papier CTP Domaine Universitaire - 351, rue de la Papeterie - 38044 Grenoble Cedex 09 - France Tél.

Plus en détail

REPÈRE DE FORMATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DES FLUIDES FRIGORIGÈNES ATTESTATION D APTITUDE

REPÈRE DE FORMATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DES FLUIDES FRIGORIGÈNES ATTESTATION D APTITUDE REPÈRE DE FORMATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DES FLUIDES FRIGORIGÈNES ATTESTATION D APTITUDE 1 SOMMAIRE 1)- CHAMP DE L ÉTUDE 2)- EVOLUTION DE LA LEGISLATION 3) CATEGORIES D ATTESTATIONS

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D INFORMATION

QUESTIONNAIRE D INFORMATION QUESTIONNAIRE D INFORMATION APPROBATION DE SYSTEME QUALITE DES FABRICANTS, REPARATEURS ET INSTALLATEURS D INSTRUMENTS DE MESURE REGLEMENTES Ce questionnaire concerne les entreprises souhaitant l approbation

Plus en détail

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013 PROGRAMME GENERAL SESSION : «Incertitudes de mesure - Applications pratiques» : Georges BONNIER Date : Lundi 22 Avril SESSION : «Statistiques pour la mesure : cartes de contrôles, comparaisons interlaboratoires»

Plus en détail

CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE

CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE CAP FROID ET CLIMATISATION EP1 REALISATION ET TECHNOLOGIE A : partie écrite EP1 A : Dossier de travail 1 ère partie : Etude de l installation 2 ème partie : Electrique 3 ème partie : Etude de l électrovanne

Plus en détail

REGLEMENTATION FLUIDES FRIGORIGENES (d application au 31.01.2013)

REGLEMENTATION FLUIDES FRIGORIGENES (d application au 31.01.2013) REGLEMENTATION FLUIDES FRIGORIGENES (d application au 31.01.2013) 1987 : Protocole de Montréal : suppression des fluides détruisant la couche d ozone. 1991 : Arrêté Royal du 7 mars 1991 : CFC ne peuvent

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

Votre attestation climatisation automobile (Cat V)

Votre attestation climatisation automobile (Cat V) Votre attestation climatisation automobile (Cat V) Le Cemafroid a forcément la prestation qu il vous faut : Nos prestations : Option BASIC Gestion du transfert et la reprise des données Délivrance de l

Plus en détail

LIMITATION DES EMISSIONS DANS LES TRANSPORTS FRIGORIFIQUES

LIMITATION DES EMISSIONS DANS LES TRANSPORTS FRIGORIFIQUES TRANSICOLD LIMITATION DES EMISSIONS DANS LES TRANSPORTS FRIGORIFIQUES Les transports frigorifiques sont effectués par différents types d'équipements : des semi-remorques, des camions porteurs équipés de

Plus en détail

Atelier Utilisation Rationnelle de l Energie Froid industriel Ile Maurice 6 juin 2012 SORELAIT/ SOREFROID/ ADEME

Atelier Utilisation Rationnelle de l Energie Froid industriel Ile Maurice 6 juin 2012 SORELAIT/ SOREFROID/ ADEME Atelier Utilisation Rationnelle de l Energie Froid industriel Ile Maurice 6 juin 2012 SORELAIT/ SOREFROID/ ADEME Environnement réglementaire et professionnel des industries Décalage fort entre la prise

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Précision pour les professionnels: Service de climatisation Bosch R-134a

Précision pour les professionnels: Service de climatisation Bosch R-134a Précision pour les professionnels: Service de climatisation Bosch R-134a 1 ACS 511, 611, 810 Service de climatisation Bosch pour R134a ACS 511 La solution d'entrée de gamme ACS 611 Automatique : service

Plus en détail

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION Olivier ROBERT Responsable Qualité, Sécurité, Environnement de la société ENERTHERM Vice Président de CLIMAFORT Plan de la présentation : Introduction : L utilisation

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS. Ultra compact. Solution RT 2012

HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS. Ultra compact. Solution RT 2012 HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS INNOVATION 2013 Ultra compact Solution RT 2012 Performances et économies FAITES CONNAISSANCE AVEC... HYSAÉ

Plus en détail

Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans

Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans Guide pratique du Centre de Tests Engins Classiques de Moins de 12 ans Date rapport : mardi 25 juin 2013 Référence rapport et version : I72013 version b 2/64 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 5 REFERENCES...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Décret n o 2007-737 du 7 mai 2007 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques)

12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques) 12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques) Du fait des nouvelles normes de protection d'environnement et d une réduction globale des coûts de fabrication, les systèmes

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Récupérateurs de chaleur thermodynamiques Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Stop au gaspillage! La consommation d énergie des chauffe-eaux représente une part croissante

Plus en détail

LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE,

LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE, M é t r o l o g i e É TALONNAGE V É RIFICATION CERTIFICATION FORMATION LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE & DE LA SÉCURITÉ LE PROGRÈS, UNE PASSION À PARTAGER Des ré ponses pour l industrie

Plus en détail

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025 Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse environnementale Programme d accréditation des laboratoires d analyse agricole GRILLE D AUDIT

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Certificat d examen de types n F-03-C-228 du 10 septembre 2003

Certificat d examen de types n F-03-C-228 du 10 septembre 2003 Certificat d examen de types n F-03-C-228 du 10 septembre 2003 Organisme désigné par le ministère chargé de l industrie par arrêté du 22 août 2001 DDC/22/D011177-D1 Ensembles de mesurage routiers DRESSER

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2015-1790 du 28 décembre 2015 relatif à certains fluides frigorigènes et aux gaz

Plus en détail

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015 DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES 1 Version 0.6 06/02/2015 2 PARTIE I : DÉCRYPTAGE RÉGLEMENTAIRE Cadre réglementaire et normatif Les entreprises concernées Objectifs

Plus en détail

Le compresseur : Le support compresseur :

Le compresseur : Le support compresseur : Conditionnement d air des véhicules est les différents organes que l on peut trouver suivant la marque le type et le modèle de véhicule, ainsi que sur les véhicules de TP. L été, dans les véhicules, la

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Notice du fichier excel : Suivi des mouvements de fluides frigorigènes et déclaration annuelle

Notice du fichier excel : Suivi des mouvements de fluides frigorigènes et déclaration annuelle Notice du fichier excel : Suivi des mouvements de fluides frigorigènes et déclaration annuelle Version 1 1/11 Rappel des obligations Tous les opérateurs titulaires d une attestation de capacité doivent

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

Mesure des températures des caisses vides avant. Procédures et mise en œuvre

Mesure des températures des caisses vides avant. Procédures et mise en œuvre Mesure des températures des caisses vides avant chargement Procédures et mise en œuvre Contenu Le contexte des mesures de température en transport Les bonnes pratiques mais de quelle température parle

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Plan d'études pour l enseignement en entreprise

Plan d'études pour l enseignement en entreprise Plan d'études pour l enseignement en entreprise Monteur frigoriste CFC Monteuse frigoriste CFC Utilisation du plan d'étude pour l enseignement en entreprise Le présent plan d'étude pour l enseignement

Plus en détail

N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI FACILE

N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI FACILE Document professionnel ODYSSÉE split CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE SPLIT sur air extérieur L INNOVATION grandeur nature haut RENDEMENT grand confort ecs fonctionnement silencieux odyssée split : l innovation

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La basse pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La basse pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La basse pression flottante Aout 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Décret n o 2011-396 du 13 avril 2011 relatif à des substances appauvrissant

Plus en détail

Appareils de mesure Réseaux & Télécoms

Appareils de mesure Réseaux & Télécoms MÉTROLOGIE ET RÉPARATION Appareils de mesure Réseaux & Télécoms ASSISTANCE VÉRIFICATION MAINTENANCE ÉTALONNAGE Développons aujourd hui les réseaux de demain EXPERTISE RÉSEAUX & TÉLÉCOMS A travers une veille

Plus en détail

A l attention de : Cemafroid SAS 5 avenue des Prés CS 20029 94266 FRESNES Cedex

A l attention de : Cemafroid SAS 5 avenue des Prés CS 20029 94266 FRESNES Cedex (à compléter impérativement) Numéro d attestation de capacité CEMAFROID : Date de délivrance : / / A l attention de : Cemafroid SAS 5 avenue des Prés CS 20029 94266 FRESNES Cedex Je soussigné Madame Monsieur

Plus en détail

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs.

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs. Présentation Professeur agrégé de mécanique, j enseigne la conception des installations frigorifiques depuis 1989 en B.T.S. Fluides Énergies Environnement option Génie Frigorifique. Lors de sa dernière

Plus en détail

Outillage d atelier. Consommables

Outillage d atelier. Consommables Outillage d atelier Consommables Equiper son atelier pour la climatisation Détection de fuite par rayon UV Coffret Lampe ultraviolet sans fil Ref : 420A58 Kit de détection de fuites air conditionné véhicule.

Plus en détail

Format de restitution pour la publication du bilan GES

Format de restitution pour la publication du bilan GES Format de restitution pour la publication du bilan GES Bilan des émissions de gaz à effet de serre conformément au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Version : 28 décembre 2012 Rédaction : Pascal OCHALEK

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle CARROSSERIE-PEINTURE (Contrat de Professionnalisation)

Certificat de Qualification Professionnelle CARROSSERIE-PEINTURE (Contrat de Professionnalisation) Certificat de Qualification Professionnelle CARROSSERIE-PEINTURE (Contrat de Professionnalisation) ETUDE DE CAS Validation du module «MECANIQUE COLLISION» CORRIGE Date : Nom du candidat : Signature : Session

Plus en détail

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Jean-Pierre ROPTIN DREAL Basse-Normandie Division Energie-Air-Climat du 8 septembre 2009 Séminaire Document de stratégie régional du MEEDDM 1

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION REFERENCE H01 Être capable de mettre en œuvre des instruments de mesure de l'humidité de l'air (choix de la technologie, méthode de mesure, préconisations d emploi,

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Projets normatifs en cours en France, en Europe et à l international Plan Qu est que la normalisation? Quelles sont les «sources» du programme de normalisation dans le domaine de la chaîne du froid des

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE Nicolas Lavenant¹, Martine Ollitrault², Yannick Hamon³, Nicolas Gilliet³, Yannick Fauvel ³, Mickael Faucheux ³ ¹ CNRS/ Université UMR6118 Géosciences (Beaulieu Université

Plus en détail

Pôle AIP-PRIMECA Lorraine Centre de Mesures Lorrain Rapport d activités 2014

Pôle AIP-PRIMECA Lorraine Centre de Mesures Lorrain Rapport d activités 2014 le 03 mars 2015 Pôle AIP-PRIMECA Lorraine Centre de Mesures Lorrain Rapport d activités 2014 Sommaire 1. INTRODUCTION... 2 2. ACTIVITÉS 2014... 2 3. BILAN 2014... 4 4. ANALYSE DES ACTIVITÉS 2014... 5 4.1.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.11/2014/13 Distr. générale 8 juillet 2014 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Smartphone. Smart Probes. Smart work.

Smartphone. Smart Probes. Smart work. Smartphone. Smart. Smart work. Testo Smart : des appareils de mesure compacts de la qualité professionnelle de Testo, optimisés pour le Smartphone. Smart pour la température, l'humidité, l'écoulement et

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD Version V4 du 28 mai 2013 Bureau Veritas Certification 1 / 20 SOMMAIRE OBJET, CONDITIONS PREALABLES DE L AUDIT TIERCE PARTIE ET PERIMETRE DE CONFORMITE...

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

PROCEDURE MAINTENANCE - METROLOGIE

PROCEDURE MAINTENANCE - METROLOGIE Page 1 sur 7 1. LISTE DE DIFFUSION Fichier informatique d aide en ligne 2. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DE LA La présente procédure a pour objet de déterminer l ensemble des activités et des moyens destinés

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

Sommaire II. III. IV. VI.

Sommaire II. III. IV. VI. 1 Sommaire I. II. III. IV. V. VI. Généralités Paramètres métrologiques Etalonnage et vérification Exploitation des résultats ATOL-GPI et la 21 CFR part 11 Les technologies utilisées 2 I. Généralités 1.

Plus en détail

SPECIALITE INSTALLATEUR, DEPANNEUR EN FROID ET CONDITIONNEMENT D AIR DE BREVET PROFESSIONNEL

SPECIALITE INSTALLATEUR, DEPANNEUR EN FROID ET CONDITIONNEMENT D AIR DE BREVET PROFESSIONNEL SPECIALITE INSTALLATEUR, DEPANNEUR EN FROID ET CONDITIONNEMENT D AIR DE BREVET PROFESSIONNEL SOMMAIRE DES ANNEXES ANNEXE I : pages Référentiel des activités professionnelles.. 3 Référentiel de certification....

Plus en détail

Cahier des charges spécifique du Label

Cahier des charges spécifique du Label Cahier des charges spécifique du Label Engins de transport sous température dirigée pour les produits de santé Révision 1 du 19 Mars 2014 [1]/[32] SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1- GLOSSAIRE... 5 2- OBJET ET DOMAINE

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Octobre 2010/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Certificat d examen de type n F-03-L-194 du 3 juin 2003

Certificat d examen de type n F-03-L-194 du 3 juin 2003 Certificat d examen de type n F-03-L-194 du 3 juin 2003 Organisme désigné par le ministère chargé de l industrie par arrêté du 22 août 2001 DDC/72/D011158-D1 Ensemble de conversion de volume de gaz de

Plus en détail

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main)

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Le Groupe froid négatif en un clin d œil Sections Energétique. Points Forts & Activités Clés

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL. Monteur(se) Dépanneur(se) Frigoriste. Niveau V

REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL. Monteur(se) Dépanneur(se) Frigoriste. Niveau V REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL Monteur(se) Dépanneur(se) Frigoriste Niveau V Site : http://www.emploi.gouv.fr SOMMAIRE Pages Présentation de l évolution du Titre Professionnel...5

Plus en détail

Pannes. Généralités MDF_M2 TIFCC_M2 TIFI_M2 A.F.P.A. 2001 DEAT - DSBTP 1/4

Pannes. Généralités MDF_M2 TIFCC_M2 TIFI_M2 A.F.P.A. 2001 DEAT - DSBTP 1/4 Pannes Généralités MDF_M2 TIFCC_M2 TIFI_M2 A.F.P.A. 2001 DEAT - DSBTP 1/4 --- Maintenance Pannes Généralités 2/6 Dans le cadre de la maintenance préventive des installations frigorifiques le technicien

Plus en détail

Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006

Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006 Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006 Accréditation n 5-0012 Organisme désigné par le Ministère chargé de l Industrie par arrêté du 22 août 2001 DDC/22/D011134-D21 Ensemble de mesurage

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/5 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES Date d application : 01 juillet 2015 2/5

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Auréa. Auréa Système. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire auto-vidangeable

Auréa. Auréa Système. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire auto-vidangeable Les solutions s pour l Eau Chaude ou le Chauffage Auréa Chauffe-Eau Solaire N 0-7S84 F Système auto-vidangeable et ANTI-SURCHAUFFE Avec Auréa PAC 90% Jusqu à d énergie Gratuite pour votre ECS Auréa Système

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE «L ENGAGEMENT SERVICE» LE FROID PECOMARK

CONDITIONS GENERALES DE VENTE «L ENGAGEMENT SERVICE» LE FROID PECOMARK CONDITIONS GENERALES DE VENTE «L ENGAGEMENT SERVICE» LE FROID PECOMARK Notre Technothèque : votre Bibliothèque Technique d un simple clic http://doc.lefroid.fr/ est l adresse internet de la «Technothèque»

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Mesure Régulation. Débit Gaz Débit Liquide. Évaporation Dilution. Pression Vide. Solutions Pilotes. Études Procédés. Métrologie Services

Mesure Régulation. Débit Gaz Débit Liquide. Évaporation Dilution. Pression Vide. Solutions Pilotes. Études Procédés. Métrologie Services Mesure Régulation Débit Gaz Débit Liquide Pression Vide Études Procédés Solutions Pilotes Évaporation Dilution Métrologie Services Une couverture nationale 45 personnes à votre service Création en 1986

Plus en détail

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. CODEP-LYO-2015-039393 Lyon, le 25 septembre 2015 Monsieur le Directeur général délégué EURODIF-Production Usine Georges Besse BP 175 26 702 - PIERRELATTE Cedex

Plus en détail

Version du 14/10/2015. Bureau Veritas Certification France 2015-10-14 GP01 ClimPAC.docx page 1/13

Version du 14/10/2015. Bureau Veritas Certification France 2015-10-14 GP01 ClimPAC.docx page 1/13 Processus de certification de compétences des personnes réalisant les inspections périodiques des systèmes de climatisation et pompes à chaleur réversibles de plus de 12 kw Version du 14/10/2015 Bureau

Plus en détail

Modification de l ORRChim Installations stationnaires contenant des fluides frigorigènes stables dans l air

Modification de l ORRChim Installations stationnaires contenant des fluides frigorigènes stables dans l air Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l'environnement OFEV Division Protection de l air et produits chimiques Modification

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail