MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE"

Transcription

1 Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015

2 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Professeur Michel NONENT CHU Brest / Université de Bretagne Occidentale

3 PLAN Rappel sur les doses réglementaires Estimation du risque : doses estimées, globale et par organes (mains, jambes, cristallin) Nature du risque : rayonnement primaire et rayonnement diffusé Optimisation des procédures pour diminuer l irradiation à l opérateur Protections collectives et individuelles Dosimétrie

4 Limites annuelles d exposition Tissu ou organes exposés Organisme entier Mains Avant bras Pieds Chevilles Travailleurs exposés Catégorie A Catégorie B Autres personnels ni A ni B susceptibles d être exposés 20 msv 6 msv 1 msv 500 msv 150 msv - Peau (1 cm 2 ) 500 msv 150 msv 50 msv Cristallin 150 msv 50 msv 15 msv

5 Comment déterminer le risque d exposition? Analyse de poste Mesures ponctuelles adaptées ou utilisation de dosimètres passifs Effectuer cette étude sur 3 mois d observation Refaire une étude à distance (1 an) pour évaluer la performance des actions de formation en radioprotection Mesure de façon régulière de la dose reçue Zonage

6

7 Un travailleur de catégorie B peut exercer en zone contrôlée si l exposition à son poste ne peut atteindre les 3/10 d une des limites de dose

8 Dose estimée annuelle pour 100 procédures Clinical Radiology 2001; 56 :

9 Procédures éloignées : l opérateur et les mains sont à distance du faisceau incident (artériographie, embolisation ) Procédures rapprochées : les mains sont proches du faisceau, parfois dans le faisceau direct! (drainage biliaire, pyélostomie )

10 Organe Equivalent de dose moyen par PR (msv) Nbre max de PR autorisées par an Equivalent de dose moyen par PE (msv) Nbre max de PE autorisées par an Main gauche 37,1 13 1,2 420 Main droite 24,0 21 1,4 357 Cristallin 3,2 46 0,3 652 Thyroïde 7,3 68 0,3 1677

11 Rayonnement diffusé : énergie moyenne plus faible et protection par tabliers plombés très efficace : exposition divisée par 70 à 100 pour un tablier 0.35 mm eq Pb. Ph MENECHAL, JFR 2009

12 Rayonnement diffusé Dans le cas des RX, la quantité de rayonnement rétrodiffusé n est pas négligeable et est la source principale d irradiation des opérateurs.

13 POSITION DU TUBE

14 Radioprotection du personnel Importance de la géométrie Etre sensibilisé à la position du corps par rapport au faisceau de RX Faisceau horizontal : opérateur et équipe doivent se tenir du côté de l ampli (I.I.) Faisceau vertical : l ampli doit être au-dessus de la table I.I. Image Gently, Step Lightly: Practice of ALARA in Pediatric Interventional Radiology John M Racadio, MD 1 Bairbre Connolly, MB 2 I.I. 1 Cincinnati Children s Hospital Medical Center 2 The Hospital for Sick Children, Toronto

15 Orientation du tube et position du personnel Il est préférable que le tube tire du bas vers le haut, le rayonnement diffusé sera plus important vers le bas (protection des membres inférieurs par une bavette plombée) et plus faible au niveau de la tête.

16 Il est préférable de se trouver face au tube plutôt que du côté du tube. Le rayonnement primaire est arrêté par le patient et par l ampli de brillance ou le capteur digital. Le rayonnement diffusé (vers l avant) produit à l entrée du patient est arrêté par le patient

17 Utilisation du tube à l horizontale (ou oblique) Opérateur côté tube Opérateur face au tube Mauvais Bon RETENIR : REGARDER LE TUBE +++

18 POSITION DES ECRANS

19

20 Exposition maximale en profil, tube côté opérateur

21

22 Exposition du cristallin Retenir que : L angulation, l utilisation d un biplan, la distance, une procédure complexe sont des facteurs d augmentation de la dose au cristallin. La dose est multipliée en moyenne par 2 à 3.5 (maximal jusqu à 7) La collimation, l utilisation d un écran, de lunettes sont des facteurs de diminution de la dose, qui peut être divisée de moitié ou des 3/4 (collimation) et par 33 en moyenne avec un écran ou des lunettes

23 Position des écrans de visualisation Mauvaise pour le cristallin Meilleure pour le cristallin

24 POSITION DE L OPERATEUR

25 Augmenter, si possible, la distance entre le patient et vous Le débit de dose est inversement proportionnel au carré de la distance. Multiplier la distance par 3 = diviser le débit de dose par 9

26 POSITION DES AIDES ET AUTRES PERSONNELS EN SALLE

27 Si vous êtes obligés de rester à proximité de l opérateur et que vous n avez pas d écran mobile de protection, utilisez l opérateur comme écran. AIDE

28 TAILLE DU CHAMP

29 La taille du champ a également une influence sur la dose à l opérateur (et au patient) Collimatez dès que vous le pouvez.

30 ENERGIE DU RAYONNEMENT

31 Augmenter l énergie du rayonnement en utilisant des hautes tensions et des filtrations additionnelles. Pour une même dose au récepteur, plus le faisceau est pénétrant moins la dose au patient est élevée le diffusé est réduit (effet Compton inversement proportionnel à l énergie du faisceau)

32 LES MOYENS DE PROTECTION

33 LES MOYENS DE PROTECTION COLLECTIVE

34 Radioprotection du personnel- Paravents Jupe plombée Paravent plafonnier Dispositifs mobiles Rideau plombé Image Gently, Step Lightly: Practice of ALARA in Pediatric Interventional Radiology John M Racadio, MD 1 Bairbre Connolly, MB 2 1 Cincinnati Children s Hospital Medical Center 2 The Hospital for Sick Children, Toronto

35 Les écrans et les paravents de protection contribuent à diminuer la dose reçue par les parties du corps non-protégées par le tablier et le cachethyroïde.

36 Protection des membres inférieurs BAS VOLETS

37

38 Cardiovasc Intervent Radiol 2007;30: La protection plombée divise par environ 2,8 la dose moyenne aux membres inférieurs Doses reçues sur 1 mois

39 LES MOYENS DE PROTECTION INDIVIDUELLE

40 Radioprotection du personnel Tablier de plomb de taille correcte (genoux) Verres plombés (avec protections latérales) Cache-thyroïde Gants plombés -anesthésiste, opérateur-

41 Règles pour choisir son tablier Tablier de 0,35 mm d équivalent plomb minimum Pour les personnes se trouvant à moins de 1 m du patient, utilisez des tabliers offrant une protection de 0,5 mm de plomb en face avant

42 Epaisseur éq. plomb Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube 70 kv 80 kv 90 kv 100 kv 125 kv 140 kv 0.25 mm 1,7% 4,5% 8% 13% 17% 19% 0.35 mm 0,9% 2% 4% 6% 8% 9% 0.50 mm 0,3% 1% 2% 3% 4,5% 5% Si tension = 90 kv, la dose en-dessous d un tablier de 0,35 mm sera égale à 4% de la dose au-dessus du tablier dose divisée par 25

43 Prendre soin des tabliers

44 Protection des yeux Lunettes plombées souvent inconfortables 0,25 mm, non correctrices ou adaptées à la vue (coût élevé) non protectrices pour une partie du rayonnement diffusé Ne protègent pas (ou peu) des projections de sang Visières de radioprotection écran facial 0,1 mm (atténuation 80 %) permettent un port de lunettes protègent du rayonnement diffusé protègent des projections de sang Source : Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP

45 Cache-thyroïde Demi-gant de protection Gants chirurgicaux à base de caoutchouc plombé

46 DOSIMETRIE

47 DOSIMETRIE Dosimétrie passive thoracique (sous le tablier) Dosimétrie active (opérationnelle) ± dosimétrie extrémités (TLD) Catégorie A : DP mensuelle + DO ± bague TLD Catégorie B : DP trimestrielle ± DO si travail en zone contrôlée

48 DOSIMETRIE OPERATIONNELLE : dosimètre électronique Appareil sensible à la nature du R.I. auquel la personne est exposée Donne une information en temps réel, en dose intégrée et, le cas échéant en débit de dose, accessible directement par l opérateur (affichage et/ou alarme). Le seuil de mesure du débit doit être au plus de 0,5 µsv/h. Il ne peut être utilisé que par des personnes habilitées (borne avec code d accès). Porté sur la poitrine, sous un éventuel vêtement radioprotecteur, pendant le temps de travail en zone contrôlée.

49 DP (seuil 50 µsv) DO (seuil 0,5 µsv/h) Bague TLD (seuil 1µSv)

50 JEU DES ERREURS

51 Jeu des erreurs n 1 MARTIR

52 Jeu des erreurs n 2 MARTIR

53 Jeu des erreurs n 3 MARTIR

54 Jeu des erreurs n 4 Compter le nombre d erreurs

55 Jeu des erreurs n 4 5 erreurs Pas de lunettes ni de cache thyroîde Pas de cache thyroide Ne doit pas rester près de la source Tablier trop petit

56 Jeu des erreurs n 5 Compter le nombre d erreurs

57 Jeu des erreurs n 5 3 erreurs Protection inutile Protection individuelle manipulate urs Sur une incidence de profil, le tube doit être face à l opérateur

58 Jeu des erreurs n 6 Quelle est l erreur?

59 Jeu des erreurs n 6 L erreur Trop grande distance entre l amplificateur et le patient Position correcte de l amplificateur. L opératrice a monté la table.

60 ET AU BLOC OPÉRATOIRE?..ÇA CRAINT!

61 Ph MENECHAL, JFR 2009

62 Ph MENECHAL, JFR 2009

63 Ph MENECHAL, JFR 2009

64 CONCLUSION (1) Ne surestimez pas le risque mais ne le négligez pas Diminuer l exposition au patient (tout en respectant le principe ALARA) c est également se protéger Placez correctement le couple tubedétecteur et les écrans Utilisez correctement les moyens de protection individuelle et collective

65 CONCLUSION (2) Protégez les aides Portez vos dosimètres et respectez le suivi médical (médecine du travail) Faites appel au PCR et au PSRM pour améliorer votre pratique Et pratiquez la radiologie interventionnelle en étant bien formé pour diminuer la durée des gestes

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, Cochin, 14 et 15 Janvier 2010 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP ANMTEPH La Baule le 9 octobre 2009 Plan Définition de la radiologie interventionnelle

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

«Le réseau de correspondants référents régionaux et nationaux d aide au médecin du travail en radioprotection.»

«Le réseau de correspondants référents régionaux et nationaux d aide au médecin du travail en radioprotection.» La Radioprotection en santé au travail «Le réseau de correspondants référents régionaux et nationaux d aide au médecin du travail en radioprotection.» Docteur CANALES Jean-Michel Institut de Radioprotection

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire La radioprotection des patients et des travailleurs en radiologie interventionnelle et Journées Françaises de Radiologie 16 au 20 octobre 2009 Ph. MENECHAL / ASN Division de Bordeaux M. VALERO/ ASN Direction

Plus en détail

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL Dr DJ Gambini SCMT AP HP 1 Cadre juridique Code du Travail Article 231-75 : «Les expositions professionnelles individuelles et collectives

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Joël GUERSEN 1, Laurent DONADILLE 2, Jean Luc REHEL 2, Audrey CHARVAIS 1, Rania ZAKNOUNE 2, Lucie CASSAGNES 1, Pascal CHABROT

Plus en détail

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE Radioprotection 2010 C. BARRET S. PAYEN Service de Radioprotection Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE 1 Respecter les champs d intervention des acteurs et les règles de collaboration L employeur responsable

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

L actualité en radioprotection.

L actualité en radioprotection. Docteur Jean-Michel CANALES -IRSN 42 ièmes Journées nationales ANMTEPH Marseille le 19 octobre 2006 L actualité en radioprotection. Docteur CANALES Jean-Michel Institut de Radioprotection et de Sûreté

Plus en détail

PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature

PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature PROBLEMATIQUE IRRADIATION PATIENT/CHIRURGIEN/BLOC Littérature COURS DE DES NEUROCHIRURGIE CAP HORNU 8 ET 9 OCTOBRE 2015 LAURA TERRIER SOMMAIRE I- RAPPORT ASN 2014 1) Introduction 2) Réglementation 3) Contrôle

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

Le zonage en radiologie conventionnelle

Le zonage en radiologie conventionnelle Le zonage en radiologie conventionnelle Présenté par Jean-luc REHEL Jean-luc.rehel@irsn.fr Système de management de la qualité IRSN certifié 6 èmes Rencontres des Personnes compétentes en radioprotection

Plus en détail

Introduction. Procédure de IR et IC: personnel proche de la source primaire. Mains, pieds et yeux: sans protection doses élevées

Introduction. Procédure de IR et IC: personnel proche de la source primaire. Mains, pieds et yeux: sans protection doses élevées Doses aux Extrémités et au Cristallin du personnel médical Résultats du projet Européen ORAMED L. Struelens 1, E. Carinou 2, J. Dominiek 3, M. Brodecki 3, L. Donadille 4, P. Ferrari 5, C. Koukorava 2,

Plus en détail

Radiologie conventionnelle Installations fixes en milieu médical

Radiologie conventionnelle Installations fixes en milieu médical RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Radiologie conventionnelle Installations fixes en milieu médical L application des principes de justification et d optimisation de la radioprotection est à la base d une

Plus en détail

Radiologie interventionnelle : enjeux et responsabilités Fiche n 4 : Radioprotection des travailleurs bilan des inspections 2010-2012

Radiologie interventionnelle : enjeux et responsabilités Fiche n 4 : Radioprotection des travailleurs bilan des inspections 2010-2012 Radiologie interventionnelle : enjeux et responsabilités Fiche n 4 : Radioprotection des travailleurs bilan des inspections 2010-2012 En savoir plus téléchargeable sur www.asn.fr Présentation des principales

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS Organisée par l équipe des Personnes Compétentes en Radioprotection et le Radiophysicien de la SAS Scanner Poitou-Charentes Orateurs : Dr Thierry DIESCE

Plus en détail

État des lieux de la radioprotection en radiologie interventionnelle

État des lieux de la radioprotection en radiologie interventionnelle État des lieux de la radioprotection en radiologie interventionnelle Autorité de sûreté nucléaire Direction des rayonnements ionisants et de la santé (DIS) Sandrine MOUGNIOT État des lieux de la radioprotection

Plus en détail

Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents. déclarés à l ASN? Autorité de sûreté nucléaire

Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents. déclarés à l ASN? Autorité de sûreté nucléaire Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents Autorité de sûreté nucléaire Direction des rayonnements ionisants et de la santé (DIS) Carole ROUSSE 1 Les constats

Plus en détail

Les événements significatifs de radioprotection déclarés à l ASN en radiologie interventionnelle

Les événements significatifs de radioprotection déclarés à l ASN en radiologie interventionnelle Les événements significatifs de radioprotection déclarés à l ASN en radiologie interventionnelle Autorité de sûreté nucléaire Direction des rayonnements ionisants et de la santé (DIS) Sandrine MOUGNIOT

Plus en détail

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides 1 Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides Ce livret a pour but de vous sensibiliser et de vous informer sur les mesures de radioprotection prises autour de SAFIR

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Radiologie conventionnelle

Radiologie conventionnelle RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Radiologie conventionnelle Installations mobiles en milieu médical : radiographies au lit Dans le cadre de la justification des actes et de l optimisation de la radioprotection

Plus en détail

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE SOLVANT RADIOLOGIE DENTAIRE Endobuccale La présente fiche traite des techniques endobuccales dont la pratique est soumise à l application des dispositions réglementaires

Plus en détail

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Rayons x en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Contenu Introduction... 3 Quelles sont les obligations légales pour utiliser et détenir un appareil à rayons x?... 5 Que faire pour installer un

Plus en détail

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Scanographie L application des principes de justification et d optimisation de la radioprotection est à la base d une radioprotection efficace. Dans ce but et dans le

Plus en détail

RaMiP. PONT Stéphane. Exemples de zonage pour l utilisation des générateurs électriques à rayons X

RaMiP. PONT Stéphane. Exemples de zonage pour l utilisation des générateurs électriques à rayons X Exemples de zonage pour l utilisation des générateurs électriques à rayons X Cas n 1 : Dans un cabinet dentaire Cas n 2 : Dans une salle scanner Cas n 3 : Dans un bloc opératoire PONT Stéphane du Cas n

Plus en détail

Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité

Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité Isabelle Buchheit Unité de Radiophysique Médicale, Responsable Radioprotection Institut de Cancérologie

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Radioprotection opérationnelle en santé au travail

Radioprotection opérationnelle en santé au travail Services de santé au travail Radioprotection opérationnelle en santé au travail Système de management de la qualité IRSN certifié Docteur Jean-Michel CANALES Docteur CANALES Jean-Michel Institut de Radioprotection

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

RADIOPROTECTION ET EXERCICE DE LA MEDECINE VETERINAIRE CANINE RADIOPROTECTION ET EXERCICE DE LA MEDECINE VETERINAIRE CANINE

RADIOPROTECTION ET EXERCICE DE LA MEDECINE VETERINAIRE CANINE RADIOPROTECTION ET EXERCICE DE LA MEDECINE VETERINAIRE CANINE RADIOPROTECTION EXERCICE DE LA MEDECINE VERINAIRE CANINE Jacques DOUC, Bruno PELLIER, Catherine ROY EUROCONGRES AFVAC LILLE 29 RADIOPROTECTION EXERCICE DE LA MEDECINE VERINAIRE CANINE INTRODUCTION OBLIGATIONS

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS Objet

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne ClermontFerrand France Etudes de poste en radiothérapiecuriethérapie Expérience du Denise DONNARIEIX, Physicienne médicale, PCR 1 Plan Introduction

Plus en détail

XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL

XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL IÈMES JOURNÉES SUR L OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION S LES DOMAINES NUCLÉAIRE, INDUSTRIEL ET MÉDICAL XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL 11 juin 2014 - C.TOURNEUX Centre Hospitalier

Plus en détail

Radioprotection du personnel en radiologie et cardiologie interventionnelle : Résultats et recommandations issus du groupe européen ORAMED

Radioprotection du personnel en radiologie et cardiologie interventionnelle : Résultats et recommandations issus du groupe européen ORAMED www.oramed-fp7.eu Radioprotection du personnel en radiologie et cardiologie interventionnelle : Résultats et recommandations issus du groupe européen ORAMED L. Donadille 1, E. Carinou 2, M. Brodecki 3,

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Tutoriale 3 Jean-Luc REHEL David CELIER Bernard AUBERT PRP-HOM/SER/UEM Fontenay aux Roses Sommaire La norme NFC 15-160 édition mars

Plus en détail

Utilisation des rayonnements ionisants au bloc opératoire. Quels enjeux de radioprotection?

Utilisation des rayonnements ionisants au bloc opératoire. Quels enjeux de radioprotection? Utilisation des rayonnements ionisants au bloc opératoire Quels enjeux de radioprotection? Philippe MENECHAL Inspecteur de la radioprotection à la division de Bordeaux Sandrine MOUGNIOT Chargée d affaires

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier. Risques Mesures préventives

Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier. Risques Mesures préventives Exposition aux rayonnements ionisants en milieu hospitalier Risques Mesures préventives Menu du jour Rappel: effets biologiques des rayonnements ionisants Exposition médicale du citoyen belge, petit état

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé RADIOPROTECTION : FICHE MÉDICALE Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé Les procédures décrites dans cette fiche concernent uniquement les applications de curiethérapie à débit pulsé (1) utilisant une

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

TECHNIQUE CHIRURGICALE

TECHNIQUE CHIRURGICALE Dr Olivier Traxer Urologue, Hôpital Tenon - Paris I. INTRODUCTION Depuis l origine des temps, l homme est exposé aux rayonnements émis par les sources naturelles de radioactivité. Aujourd hui, il est exposé

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

Un réseau original de radioprotection professionnelle

Un réseau original de radioprotection professionnelle Un réseau original de radioprotection professionnelle Le GOOGLEGROUP PCR-DENTAIRE 1 Sommaire Présentation du GoogleGroup Structure du groupe Intérêt du groupe Activité des membres Evolution du groupe Préoccupations

Plus en détail

RaMiP NF C-15 160. Retours d expérience

RaMiP NF C-15 160. Retours d expérience NF C-15 160 Retours d expérience 1 GT RaMiP Alimenter le GT CORPAR Permettre au GT CORPAR de tester ses idées Faire remonter le REX 9 personnes aux profils variés (PCR ext, int, OA,..) et plusieurs secteurs

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

Notions de Radioprotection

Notions de Radioprotection Notions de Radioprotection en Milieu Médical Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire- Hôpital International et Universitaire Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat 1 Généralités

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2012-064048 Monsieur le Directeur général CHU de Pointe à Pitre - Les Abymes Route de Chauvel 97159 Pointe à Pitre

N/Réf. : CODEP-PRS-2012-064048 Monsieur le Directeur général CHU de Pointe à Pitre - Les Abymes Route de Chauvel 97159 Pointe à Pitre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 5 décembre 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-064048 Monsieur le Directeur général CHU de Pointe à Pitre - Les Abymes Route de Chauvel 97159 Pointe à Pitre Objet

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

Evolutions réglementaires

Evolutions réglementaires Evolutions réglementaires S. LAFFONT, PSRPM/PCR UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Evolutions avant 2013 Arrêté du 24 Octobre 2011 relatif aux niveaux de référence diagnostique en radiologie

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

L inspection avait pour but d examiner la conformité du service de curiethérapie vis-à-vis de la réglementation relative à la radioprotection.

L inspection avait pour but d examiner la conformité du service de curiethérapie vis-à-vis de la réglementation relative à la radioprotection. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 28 janvier 2015 N/Réf. : CODEP-STR-2015-003729 Madame la Directrice Générale CHR Metz-Thionville Hôpital de Mercy 1 allée du Château CS 45001

Plus en détail

réglementaires de RP applicables en radiologie (2010)

réglementaires de RP applicables en radiologie (2010) Principales dispositions réglementaires de RP applicables en radiologie (2010) http://www.asn.fr/index.php/s-informer/publications/ Guides-pour-les-professionnels/Radioprotection/ Presentation-des-principales-dispositions-reglementaires-deradioprotection-applicables-en-radiologie-medicale-et-dentaire

Plus en détail

RADIOPROTECTION CIRKUS

RADIOPROTECTION CIRKUS RADIOPROTECTION CIRKUS Document technique Radioprotection Cirkus 8, rue du Valois, 91940 Les Ulis www.rpcirkus.org - contact@rpcirkus.org Association loi 1901 créée le 9 mars 2010 n W913002355 enregistrée

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

L objectif de ce texte introductif

L objectif de ce texte introductif dmt 100 dossier médico-technique TC 100 Médecine et rayonnements ionisants : des fiches d aide à l analyse des risques A la suite d une enquête menée en Ile-de-France sur la radioprotection, un comité

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Comme les précédentes,

Comme les précédentes, dmt TC d o s s i e r m é d i c o - t e c h n i q u e 126 Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en curiethérapie à débit pulsé Cette nouvelle fiche d aide à l analyse

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 19 avril 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-021910 M. le Radiologue Cabinet de radiologie Centre d imagerie médicale du Val d Argenteuil 5, rue du Poirier Fourrier

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS Hygiène et sécurité Inspection du travail Rayonnement Service déconcentré du travail, de l emploi et de la formation professionnelle MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES

Plus en détail

Radiologie Interventionnelle

Radiologie Interventionnelle Radiologie Interventionnelle Bernard AUBERT HCTISN 13 décembre 2012 Définition de la RI Le GT R I du GPMED a défini la RI comme : «L ensemble des actes médicaux diagnostiques et/ou thérapeutiques guidés

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 CODEP- LIL-2015-027459 FM/NL SELARL Parc Bertin 90, rue Emile Morlaix 59500 DOUAI Objet : Inspection de la radioprotection référencée INSNP-LIL-2015-0578

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

6 novembre 2014. Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de la recherche publique Tél. 05 56 00 05 37

6 novembre 2014. Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de la recherche publique Tél. 05 56 00 05 37 6 novembre 2014 Sommaire - Présentation de l ASN et de la Division de Bordeaux - Nouveautés réglementaires touchant la radioprotection Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de

Plus en détail

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité.

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité. Fiche à remplir par le chef d établissement conformément à l art. R-4451-57 à 61 du Code du Travail Pourquoi? Pour répondre à l obligation faite au chef d établissement (article R. 4451-57 à 61 du code

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Définition Objectif(s) Intervenants Mode(s) d action. RECIPROCS Groupe de Travail Réglementation. 2nde Session ANGD : RECIPROCS : 12/11/ 2009 Paris

Définition Objectif(s) Intervenants Mode(s) d action. RECIPROCS Groupe de Travail Réglementation. 2nde Session ANGD : RECIPROCS : 12/11/ 2009 Paris Définition Objectif(s) Intervenants Mode(s) d action RECIPROCS Groupe de Travail Réglementation Définition : Hygiène & Sécurité Réglementation Objectif(s) être autorisé à travailler travailler en toute

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

Stand Universel alizé MT DR

Stand Universel alizé MT DR Stand Universel alizé MT DR Photo : Table à panneau flottant fibre de carbone (optionnel) Par son design compact, alizé est facilement adaptable aux salles ayant une faible hauteur sous plafond Système

Plus en détail

Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps

Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps «Le nouveau paravent mobile WD261, développé par MAVIG apporte une protection contre les rayons X là où une protection

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail...

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... è Risques et prévention...1 AISMT-Avril 2013 TRAVAIL SUR ÉCRAN è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... 4 è Choix du matériel...5 Document

Plus en détail

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 RELATIVE A LA RADIOPROTECTION 1. Renseignements d ordre général La campagne de contrôle, organisée du 3 mai au 15 septembre 2010 par le ministère

Plus en détail

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire Présentation des règles et procédures de travail en environnement nucléaire 1 Sommaire Les grandes lignes de la réglementation Le contrôle de l exposition aux rayonnements ionisants Les moyens de protection

Plus en détail

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION CNPE DAMPIERRE en BURLY Rudi Hauser SPR Dr Frédérique LEVRAY SST 1 Principes de Surveillance Radioprotection 2 Principe de fonctionnement d une centrale

Plus en détail

des scanners corporels à rayons X «backscatter»

des scanners corporels à rayons X «backscatter» R A P P O R T Evaluation du risque sanitaire des scanners corporels à rayons X «backscatter» DIRECTION DE LA RADIOPROTECTION DE L HOMME SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 PRINCIPE DE LA TECHNOLOGIE «BACKSCATTER»

Plus en détail

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan TRAVAUX DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET CURATIVE EFFECTUES N DESIGNATION MARQUE MODEL 1 ECG HP 2 Pompe à perfusion Alaris PAN 3 Bistouri électrique 4 Pousse seringue Vial PSE 5 Pousse seringue Vial Pilot

Plus en détail

AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS ALARMES

AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS ALARMES N de série : Réglage affichage à 4mA: Réglage affichage à 20mA: Réglage alarme 1: Réglage alarme 2: AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS

Plus en détail

Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables

Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables dmt TC d o s s i e r m é d i c o - t e c h n i q u e 123 Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en radiologie dentaire endobuccale et textes applicables Une nouvelle fiche

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

La Radiologie Vétérinaire, Notre métier

La Radiologie Vétérinaire, Notre métier La Radiologie Vétérinaire, Notre métier GeR-International 1 rue de Bourgogne 89140 CUY France Standard : 33 (0) 3-86-64-07-31 Fax : 33 (0) 3-86-65-90-03 E-mail : contact@ger-int.com Site Web : www.ger-int.com

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-055194 Nantes, le 23 décembre 2014 Monsieur le Directeur Polyclinique du Trégor Rue Docteur FEUILLU CS 50319 22300 LANNION cedex Objet :

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

travailleurs français l expérience d AREVA Patrick DEVIN Alain ACKER UIC PARIS, 9 février 2012

travailleurs français l expérience d AREVA Patrick DEVIN Alain ACKER UIC PARIS, 9 février 2012 La protection des travailleurs français intervenant au Japon, l expérience d AREVA Patrick DEVIN Olivier i LEJEUNE Alain ACKER J é SFRP l id t d FUKUSHIMA Journée SFRP sur l accident de FUKUSHIMA UIC PARIS,

Plus en détail