MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE"

Transcription

1 Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015

2 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Professeur Michel NONENT CHU Brest / Université de Bretagne Occidentale

3 PLAN Rappel sur les doses réglementaires Estimation du risque : doses estimées, globale et par organes (mains, jambes, cristallin) Nature du risque : rayonnement primaire et rayonnement diffusé Optimisation des procédures pour diminuer l irradiation à l opérateur Protections collectives et individuelles Dosimétrie

4 Limites annuelles d exposition Tissu ou organes exposés Organisme entier Mains Avant bras Pieds Chevilles Travailleurs exposés Catégorie A Catégorie B Autres personnels ni A ni B susceptibles d être exposés 20 msv 6 msv 1 msv 500 msv 150 msv - Peau (1 cm 2 ) 500 msv 150 msv 50 msv Cristallin 150 msv 50 msv 15 msv

5 Comment déterminer le risque d exposition? Analyse de poste Mesures ponctuelles adaptées ou utilisation de dosimètres passifs Effectuer cette étude sur 3 mois d observation Refaire une étude à distance (1 an) pour évaluer la performance des actions de formation en radioprotection Mesure de façon régulière de la dose reçue Zonage

6

7 Un travailleur de catégorie B peut exercer en zone contrôlée si l exposition à son poste ne peut atteindre les 3/10 d une des limites de dose

8 Dose estimée annuelle pour 100 procédures Clinical Radiology 2001; 56 :

9 Procédures éloignées : l opérateur et les mains sont à distance du faisceau incident (artériographie, embolisation ) Procédures rapprochées : les mains sont proches du faisceau, parfois dans le faisceau direct! (drainage biliaire, pyélostomie )

10 Organe Equivalent de dose moyen par PR (msv) Nbre max de PR autorisées par an Equivalent de dose moyen par PE (msv) Nbre max de PE autorisées par an Main gauche 37,1 13 1,2 420 Main droite 24,0 21 1,4 357 Cristallin 3,2 46 0,3 652 Thyroïde 7,3 68 0,3 1677

11 Rayonnement diffusé : énergie moyenne plus faible et protection par tabliers plombés très efficace : exposition divisée par 70 à 100 pour un tablier 0.35 mm eq Pb. Ph MENECHAL, JFR 2009

12 Rayonnement diffusé Dans le cas des RX, la quantité de rayonnement rétrodiffusé n est pas négligeable et est la source principale d irradiation des opérateurs.

13 POSITION DU TUBE

14 Radioprotection du personnel Importance de la géométrie Etre sensibilisé à la position du corps par rapport au faisceau de RX Faisceau horizontal : opérateur et équipe doivent se tenir du côté de l ampli (I.I.) Faisceau vertical : l ampli doit être au-dessus de la table I.I. Image Gently, Step Lightly: Practice of ALARA in Pediatric Interventional Radiology John M Racadio, MD 1 Bairbre Connolly, MB 2 I.I. 1 Cincinnati Children s Hospital Medical Center 2 The Hospital for Sick Children, Toronto

15 Orientation du tube et position du personnel Il est préférable que le tube tire du bas vers le haut, le rayonnement diffusé sera plus important vers le bas (protection des membres inférieurs par une bavette plombée) et plus faible au niveau de la tête.

16 Il est préférable de se trouver face au tube plutôt que du côté du tube. Le rayonnement primaire est arrêté par le patient et par l ampli de brillance ou le capteur digital. Le rayonnement diffusé (vers l avant) produit à l entrée du patient est arrêté par le patient

17 Utilisation du tube à l horizontale (ou oblique) Opérateur côté tube Opérateur face au tube Mauvais Bon RETENIR : REGARDER LE TUBE +++

18 POSITION DES ECRANS

19

20 Exposition maximale en profil, tube côté opérateur

21

22 Exposition du cristallin Retenir que : L angulation, l utilisation d un biplan, la distance, une procédure complexe sont des facteurs d augmentation de la dose au cristallin. La dose est multipliée en moyenne par 2 à 3.5 (maximal jusqu à 7) La collimation, l utilisation d un écran, de lunettes sont des facteurs de diminution de la dose, qui peut être divisée de moitié ou des 3/4 (collimation) et par 33 en moyenne avec un écran ou des lunettes

23 Position des écrans de visualisation Mauvaise pour le cristallin Meilleure pour le cristallin

24 POSITION DE L OPERATEUR

25 Augmenter, si possible, la distance entre le patient et vous Le débit de dose est inversement proportionnel au carré de la distance. Multiplier la distance par 3 = diviser le débit de dose par 9

26 POSITION DES AIDES ET AUTRES PERSONNELS EN SALLE

27 Si vous êtes obligés de rester à proximité de l opérateur et que vous n avez pas d écran mobile de protection, utilisez l opérateur comme écran. AIDE

28 TAILLE DU CHAMP

29 La taille du champ a également une influence sur la dose à l opérateur (et au patient) Collimatez dès que vous le pouvez.

30 ENERGIE DU RAYONNEMENT

31 Augmenter l énergie du rayonnement en utilisant des hautes tensions et des filtrations additionnelles. Pour une même dose au récepteur, plus le faisceau est pénétrant moins la dose au patient est élevée le diffusé est réduit (effet Compton inversement proportionnel à l énergie du faisceau)

32 LES MOYENS DE PROTECTION

33 LES MOYENS DE PROTECTION COLLECTIVE

34 Radioprotection du personnel- Paravents Jupe plombée Paravent plafonnier Dispositifs mobiles Rideau plombé Image Gently, Step Lightly: Practice of ALARA in Pediatric Interventional Radiology John M Racadio, MD 1 Bairbre Connolly, MB 2 1 Cincinnati Children s Hospital Medical Center 2 The Hospital for Sick Children, Toronto

35 Les écrans et les paravents de protection contribuent à diminuer la dose reçue par les parties du corps non-protégées par le tablier et le cachethyroïde.

36 Protection des membres inférieurs BAS VOLETS

37

38 Cardiovasc Intervent Radiol 2007;30: La protection plombée divise par environ 2,8 la dose moyenne aux membres inférieurs Doses reçues sur 1 mois

39 LES MOYENS DE PROTECTION INDIVIDUELLE

40 Radioprotection du personnel Tablier de plomb de taille correcte (genoux) Verres plombés (avec protections latérales) Cache-thyroïde Gants plombés -anesthésiste, opérateur-

41 Règles pour choisir son tablier Tablier de 0,35 mm d équivalent plomb minimum Pour les personnes se trouvant à moins de 1 m du patient, utilisez des tabliers offrant une protection de 0,5 mm de plomb en face avant

42 Epaisseur éq. plomb Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube Transmission RX diffusé Tension tube 70 kv 80 kv 90 kv 100 kv 125 kv 140 kv 0.25 mm 1,7% 4,5% 8% 13% 17% 19% 0.35 mm 0,9% 2% 4% 6% 8% 9% 0.50 mm 0,3% 1% 2% 3% 4,5% 5% Si tension = 90 kv, la dose en-dessous d un tablier de 0,35 mm sera égale à 4% de la dose au-dessus du tablier dose divisée par 25

43 Prendre soin des tabliers

44 Protection des yeux Lunettes plombées souvent inconfortables 0,25 mm, non correctrices ou adaptées à la vue (coût élevé) non protectrices pour une partie du rayonnement diffusé Ne protègent pas (ou peu) des projections de sang Visières de radioprotection écran facial 0,1 mm (atténuation 80 %) permettent un port de lunettes protègent du rayonnement diffusé protègent des projections de sang Source : Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP

45 Cache-thyroïde Demi-gant de protection Gants chirurgicaux à base de caoutchouc plombé

46 DOSIMETRIE

47 DOSIMETRIE Dosimétrie passive thoracique (sous le tablier) Dosimétrie active (opérationnelle) ± dosimétrie extrémités (TLD) Catégorie A : DP mensuelle + DO ± bague TLD Catégorie B : DP trimestrielle ± DO si travail en zone contrôlée

48 DOSIMETRIE OPERATIONNELLE : dosimètre électronique Appareil sensible à la nature du R.I. auquel la personne est exposée Donne une information en temps réel, en dose intégrée et, le cas échéant en débit de dose, accessible directement par l opérateur (affichage et/ou alarme). Le seuil de mesure du débit doit être au plus de 0,5 µsv/h. Il ne peut être utilisé que par des personnes habilitées (borne avec code d accès). Porté sur la poitrine, sous un éventuel vêtement radioprotecteur, pendant le temps de travail en zone contrôlée.

49 DP (seuil 50 µsv) DO (seuil 0,5 µsv/h) Bague TLD (seuil 1µSv)

50 JEU DES ERREURS

51 Jeu des erreurs n 1 MARTIR

52 Jeu des erreurs n 2 MARTIR

53 Jeu des erreurs n 3 MARTIR

54 Jeu des erreurs n 4 Compter le nombre d erreurs

55 Jeu des erreurs n 4 5 erreurs Pas de lunettes ni de cache thyroîde Pas de cache thyroide Ne doit pas rester près de la source Tablier trop petit

56 Jeu des erreurs n 5 Compter le nombre d erreurs

57 Jeu des erreurs n 5 3 erreurs Protection inutile Protection individuelle manipulate urs Sur une incidence de profil, le tube doit être face à l opérateur

58 Jeu des erreurs n 6 Quelle est l erreur?

59 Jeu des erreurs n 6 L erreur Trop grande distance entre l amplificateur et le patient Position correcte de l amplificateur. L opératrice a monté la table.

60 ET AU BLOC OPÉRATOIRE?..ÇA CRAINT!

61 Ph MENECHAL, JFR 2009

62 Ph MENECHAL, JFR 2009

63 Ph MENECHAL, JFR 2009

64 CONCLUSION (1) Ne surestimez pas le risque mais ne le négligez pas Diminuer l exposition au patient (tout en respectant le principe ALARA) c est également se protéger Placez correctement le couple tubedétecteur et les écrans Utilisez correctement les moyens de protection individuelle et collective

65 CONCLUSION (2) Protégez les aides Portez vos dosimètres et respectez le suivi médical (médecine du travail) Faites appel au PCR et au PSRM pour améliorer votre pratique Et pratiquez la radiologie interventionnelle en étant bien formé pour diminuer la durée des gestes

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Rayons x en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Contenu Introduction... 3 Quelles sont les obligations légales pour utiliser et détenir un appareil à rayons x?... 5 Que faire pour installer un

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL

XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL IÈMES JOURNÉES SUR L OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION S LES DOMAINES NUCLÉAIRE, INDUSTRIEL ET MÉDICAL XEMPLE DE GESTION MULTIRISQUE ANS LE DOMAINE MÉDICAL 11 juin 2014 - C.TOURNEUX Centre Hospitalier

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire Présentation des règles et procédures de travail en environnement nucléaire 1 Sommaire Les grandes lignes de la réglementation Le contrôle de l exposition aux rayonnements ionisants Les moyens de protection

Plus en détail

Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps

Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps Protection mobile contre les rayons X, ajustable en hauteur et guidée le long du corps «Le nouveau paravent mobile WD261, développé par MAVIG apporte une protection contre les rayons X là où une protection

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

Paris, le 2 juillet 2013

Paris, le 2 juillet 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-037348 Madame la Directrice Hôpital Saint Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs David CELIER IRSN/DRPH/SER/UEM Catherine LE MEUR Hôpital Privé d Antony de la SoFRa - Paris Sommaire

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Les bases physiques de l'imagerie radiologique Les bases physiques de l'imagerie radiologique Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

CS 9300. La puissance de la flexibilité

CS 9300. La puissance de la flexibilité CS 9300 La puissance de la flexibilité Nouveau système d'imagerie numérique 3D CS 9300 de Carestream Dental L incertitude n est plus de mise. Le CS 9300 tout-en-un est le système d'imagerie le plus flexible

Plus en détail

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT Imagerie panoramique numérique Imagerie céphalométrique dentaire numérique VT Tomographie Volumétrique ORTHOPANTOMOGRAPH OP200 D ORTHOCEPH OC200 D VT Tomographie Volumétrique 1 À la

Plus en détail

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical?

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Exemple de l u*lisa*on du Fluor 18 en médecine nucléaire pour les examens de TEP Chris*an

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Guide sur les rayons X et la radioprotection

Guide sur les rayons X et la radioprotection Guide sur les rayons X et la radioprotection Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Canadian Air Transport Security Authority Auteurs : Tara Hargreaves, B.Sc., M.Sc. Reza Moridi, Ph.D.,

Plus en détail

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex 2003-296) relatif à la protection des

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

PB 501 PB 511 PB 521

PB 501 PB 511 PB 521 PB 501 PB 511 PB 521 Français Description / Instructions de montage 1 Présentation 3 Mise en service 6 Caractéristiques techniques 8-0 - 1- Description Borniers Canaux Voyant d'alarme Voyant de disqualification

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 Genève, le 26 septembre 2007 Communiqué de presse La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 La Clinique Générale-Beaulieu (CGB)

Plus en détail

GE Healthcare. Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal

GE Healthcare. Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal GE Healthcare Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal. Le mammographe Senographe* Crystal facilite la transition vers la mammographie

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières :

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières : Département de radio-oncologie Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy Manuel de radioprotection Table des matières : Préambule p. 2 1. Gestion et responsabilité du programme de radioprotection p.

Plus en détail

Programme Performance Spécifique. Kayak

Programme Performance Spécifique. Kayak Programme Performance Spécifique Kayak Introduction. La chiropratique augmente notre potentiel et améliore nos performances sportives en s assurant du fonctionnement optimal de la colonne vertébrale et

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1 Gamme I-Max Touch Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D Panoramique évolutif 3 en 1 3D Une nouvelle dimension pour un diagnostic complet I-MAX TOUCH 3D Evolutive, simple, rapide La panoramique réalise

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Dans l accompagnement (l installe, l aide à se déshabiller ), dans le soutien psychologique (mise en confiance, réponses aux questions, déroulement

Dans l accompagnement (l installe, l aide à se déshabiller ), dans le soutien psychologique (mise en confiance, réponses aux questions, déroulement Présentation JFR 2009 Le regard de l étudiant porté sur Le Métier de Manipulateur en Electro-Radiologie dans une Vingtaine d'années Étudiants de l ENCPB, École Nationale de Chimie Physique Biologie Sommaire

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Wassim KSOURI, Marc DENOZIÈRE, Nelly LECERF et Eric LEROY LNE-LNHB

Plus en détail

Prévenir... les accidents des yeux

Prévenir... les accidents des yeux Prévenir... les accidents des yeux 19 Ce qui peut venir troubler notre vision Chaque année, des milliers de personnes perdent la vue ou ont une importante baisse de la vision, à la suite d un accident

Plus en détail

Convivial Polyvalent Rentable. Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique.

Convivial Polyvalent Rentable. Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique. Convivial Polyvalent Rentable Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique. Un meilleur rapport qualité-prix SOREDEX fabrique des systèmes de radiographie de qualité

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

Jauges nucléaires et sécurité au travail

Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail INFO-9999-4 (F) Révision 2 Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy. Somfy : Tél 0 810 12 12 37 (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.com Document non contractuel. Nous nous réservons le droit à tout moment,

Plus en détail

Préparation à la pratique

Préparation à la pratique Debout, Préparation à la pratique Frotter le visage Pour faire circuler l énergie Taper sur tout le corps (2 fs) pour réchauffer le corps pour réveiller le Yang, même l après midi après la sieste pour

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

Orthopantomograph OP100 D Orthoceph OC100 D. Imagerie dentaire

Orthopantomograph OP100 D Orthoceph OC100 D. Imagerie dentaire Orthopantomograph OP100 D Orthoceph OC100 D Imagerie dentaire Imagerie panoramique et céphalométrique en acquisition digitale directe Orthopantomograph OP100 D et Orthoceph OC100 D L Orthopantomograph

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Novembre 2010 Guide de présentation d'une demande de permis - Radiothérapie RD/GD-120 Publié par la Commission canadienne de sûreté

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la Édition 2013 Charte de bonnes pratiques Préface Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la radiographie industrielle ne se produisent heureusement que rarement. Pour autant,

Plus en détail

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort Dose réduite - Scan ultra-rapide - Tube x-ray pulsé - Plusieurs modes de balayage partielles 3 détecteurs exclusifs - Procédure fiable - Aucun risque de dommage - Longue durée de vie Mise à niveau facile

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET» 3 sept 2009 PROGRAMME DEVELOPPEMENT La validation de l épreuve «Propulsion» implique la validation de deux parties d épreuve : propulsion «ballet» et propulsion «technique». La nageuse ayant validé une

Plus en détail

Plan 1 LE CONCEPT 2 LE PRINCIPE 3 LA BASE DE TEMPS 4 LE DECLENCHEMENT 5 LA DÉVIATION VERTICALE 6 ENTREE AXE Z

Plan 1 LE CONCEPT 2 LE PRINCIPE 3 LA BASE DE TEMPS 4 LE DECLENCHEMENT 5 LA DÉVIATION VERTICALE 6 ENTREE AXE Z Plan 1 LE CONCEPT 2 LE PRINCIPE 3 LA BASE DE TEMPS 4 LE DECLENCHEMENT 5 LA DÉVIATION VERTICALE 6 ENTREE AXE Z 1 LE CONCEPT Cet instrument assure la fonction principale : Représentation temporelle d un

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

FRANCAIS. Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom.

FRANCAIS. Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom. GiANO - R14.1 - FR FRANCAIS Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom.it Produit par : CEFLA S.C. - CEFLA DENTAL GROUP Via

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION G-121 LA RADIOPROTECTION DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT, DE SANTÉ ET DE RECHERCHE Publie par la Commission de controle de l'energie atomique Mai 2000 Commission

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

GESTION D UN SCANNER

GESTION D UN SCANNER MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE GESTION D UN SCANNER DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2-3), Pr M Claudon (2-3) 1 - Radiolor 2 - CHU de Nancy 3 GCS Bois le

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Evaluation des aptitudes pour les catégories Moins de 14 ans Garçons Moins de 15 Filles et Moins de 18 ans Filles Guide de Procédure Saison 2015 2016

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

CURRICULUM VITAE SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC

CURRICULUM VITAE SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC CURRICULUM VITAE Nom: SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC Langues: Anglais, écrit et parlé Français, écrit et parlé Espagnol, limité ÉDUCATION Pré-Universitaires 1982 DEC en Sciences de la Santé Collège Marguerite

Plus en détail

entilles e contact Corrections visuelles possibles

entilles e contact Corrections visuelles possibles entilles e contact Corrections visuelles possibles Les lentilles de contact ouvrent les yeux d un public de plus en plus grand. Lunettes L invention des verres correcteurs fut un progrès culturel majeur

Plus en détail

SYNCHRO OR. e se présenter. «technique». CRIPTIF. TACHES plongeon CONSEILS. Poussée rétro. Barracuda. legs droits. 1/ Voiliers Ballet

SYNCHRO OR. e se présenter. «technique». CRIPTIF. TACHES plongeon CONSEILS. Poussée rétro. Barracuda. legs droits. 1/ Voiliers Ballet SYNCHRO OR PARCOURS PROPULSION BALLET amentales. Le texte descriptif du parcours fait foi, il précise les critères de réussite sur chacune des tâches réparties sur les 37,50 mètres préconisés. libre, bonnet

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN

Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN Philippe Antoine Conseiller en Prévention Adjoint Head Sub-unit Health Physics ABR, Journée de formation ALARA 1 2007-10-05 La première

Plus en détail

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES Destinés essentiellement à protéger contre les salissures, les vêtements de travail permettent également de valoriser l image des entreprises (personnalisation

Plus en détail

ALARME FILAIRE ELKRON. Plus une entrée sabotage et une entrée clé mécanique.partialisation du système en trois secteurs.

ALARME FILAIRE ELKRON. Plus une entrée sabotage et une entrée clé mécanique.partialisation du système en trois secteurs. Direction Administrative: 44, Rue Nelson Mondela 1002 ALARME FILAIRE ELKRON MP106 TGA Centrale 4 zones extensible à 32 (ajout de cartes EP100) Plus une entrée sabotage et une entrée clé mécanique.partialisation

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE

M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE 2 ovisio, liste du matériel Caméra numérique de type webcam Dispositif de réglage de la distance de travail Ecran blanc de travail et écran

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 15 LE TRAVAIL À L ORDINATEUR : SYMPTÔMES PHYSIQUES ET MESURES CORRECTIVES

FICHE TECHNIQUE # 15 LE TRAVAIL À L ORDINATEUR : SYMPTÔMES PHYSIQUES ET MESURES CORRECTIVES FICHE TECHNIQUE # 15 LE TRAVAIL À L ORDINATEUR : SYMPTÔMES PHYSIQUES ET MESURES CORRECTIVES Le travail à l ordinateur peut parfois entraîner de l inconfort chez l utilisateur. Fréquemment, cette situation

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail