Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?"

Transcription

1 Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis

2

3 Thallium 201: Le thallium 201 présente par rapport aux autres traceurs myocardiques: une meilleure extraction myocardique (x 3-4) une meilleure traçabilité du débit sanguin myocardique

4 Son principal désavantage est sa dosimétrie patient plus importante (40 msv: 0.23 msv x 185 MBq!!!!! Radiology, 2008, ; N Engl J Med 2009, ) Surestimée dans la CIPR 80 (0.23 msv /MBq) qui s appuie sur les travaux de Gupta et Hosain (1981) qui surestiment d un facteur 2 la dose testiculaire et souffrent d erreurs méthodologiques Recalculée: Thomas et al: radiation-absorbed dose from 201Tl-thallous chloride, J Nucl Med. 2005; 46: msv/mbq pour 70kgs

5 2009: caméras à semi-conducteur GE Discovery NM 530c D Spect

6 VALIDATION AVEC LE THALLIUM 201 D'UNE CAMERA A SEMI-CONDUCTEUR CADMIUM-ZINC-TELLURIDE (CZT) B. Songy, D. Lussato, M. Guernou, M. Queneau, R. Geronazzo Centre Cardiologique du Nord ( CCN ), Saint-Denis, France Première étude de validation avec le thallium patients consécutifs Acquisitions successives sur les deux caméras: Anger (double tête) en mn CZT en 5 mn effort et redistribution (H4-6) Résultats: Positionnement de 152/153 patients Acquisition plus confortable avec la CZT pour tous les patients Statistique de comptage myocardique CZT 6 à 8 fois plus élevée Qualité des images CZT meilleure ou identique Concordance diagnostique dans 94% des cas * Validation with thallium 201 of a new cadmium-zinc-telluride (CZT) cardiac camera accepté pour communication orale à la SNM 2010 (Salt Lake City),

7 CZT versus Anger / scintigraphie myocardique au Tl 201 regular dose Anger: 30 pas de 1 mn, soit 15 mn avec une «double-tête» 3 mci de thallium cps/ projection 1.5 M cps acquis 200 Kcps «utiles» dans le myocarde CZT: 5 mn 3 mci de thallium à 1.2 M cps acquis 400 à 600 Kcps «utiles» dans le myocarde Donc: temps : divisé par 3 Coups utiles: multipliés par 2 à 3 C est-à-dire une sensibilité de détection multipliée par 6 à 8

8 VALIDATION D UN PROTOCOLE «THALLIUM 201 FAIBLE DOSE» AVEC UNE CAMERA A SEMI-CONDUCTEUR CADMIUM-ZINC-TELLURIDE (CZT) B. Songy, D. Lussato, M. Guernou, M. Queneau, R. Geronazzo Centre Cardiologique du Nord ( CCN ), Saint-Denis, France Méthode: 137 patients inclus prospectivement: 129 effort, 8 dipyridamole Ayant eu précédente scintigraphie au thallium dans notre service au cours des 5 dernières années injection de 1 à 1.2 MBq/kg ( moyenne: 88 vs 125 MBq: - 30% ) Acquisition en 5 à 8 mn ( moyenne: 6 vs 13 mn: -54% ) Redistribution à H4 si images initiales anormales Avec réinjection (37 MBq) si hypofixation sévére ou antécédent d infarctus Sans réinjection dans les autres cas Comparaison avec la scintigraphie précédente

9 Résultats qualité des images CZT meilleure dans 70% (cavité mieux définie, piliers visibles, analyse de l'épaississement facilitée) identique dans 24% moins bonne dans 6% des cas (artéfacts:6, contamination digestive:2) artéfacts: 30 inchangés, 29 en moins, 6 en plus aucune image pathologique "manquée" par rapport à l'examen précédent par contre 5 diagnostics redressés avec la CZT Dose efficace calculée < 12mSv (pas de réinjection) et < 18 msv (réinjection) Thallium faible dose, CCN

10 1m55, 73kgs 74 MBq, 8 mn

11 1m75, 70 kgs 70 MBq, 6 mn Thallium faible dose, CCN

12 1m65, 70 kgs 111 MBq, 12mn Lacune A L ap ( diagonale ) Hypofix. inférieure (artéfact)

13 70 MBq (-37%) 8 mn ( - 33%) Lacune A L ap ( diagonale ) pas d artéfact

14 70 MBq (-37%) 8 mn ( - 33%) Lacune A L ap ( diagonale ) pas d artéfact

15

16

17 Discussion La statistique de comptage avantageuse ( 400 à 600 Kcps) nous a autorisé à aller encore plus loin dans la diminution de dose: nous avons diminué: la dose à 1 MBq/kg, le temps à 6 à 9 mn la dose réinjectée à 0.3 MBq/kg ( 1/3 dose d effort ) La dose efficace est calculée à: 10 msv en l absence de réinjection 13 msv si réinjection

18 Femme de 42 ans 1m72, 60 kgs 45 MBq, 8 mn 1 Mcps, 450 Kcps dans le myocarde 7 msv!

19 Femme de 42 ans 1m72, 60 kgs 45 MBq, 8 mn 1 Mcps, 450 Kcps dans le myocarde 7 msv!

20 Homme de 62 ans 1m70, 52 kgs 30 MBq, 8 mn 1.05 M cps 400 Kcps dans le myocarde 5 msv!

21 Homme de 62 ans 1m70, 52 kgs 30 MBq, 8 mn 1.05 M cps 400 Kcps dans le myocarde 5 msv!

22 MBq dose standard 0 dose étude 50 kgs 70 kgs 90 kgs 110 kgs dose CCN Thallium faible dose, CCN

23 Thallium ou MIBI? Thallium 201: Traceur «dynamique» du métabolisme du potassium captation myocardique élevée (x4) linéarité débit coronaire captation dosimétrie «élevée» sestamibi-tc99m: Traceur «statique» du métabolisme de la mitochondrie dosimétrie faible même sensibilité diagnostique pour le dépistage

24 «ultra-fast» caméra à semi-conducteur Thallium : 0.16 msv/ MBq (pour 70 kgs) 1 MBq / kg 11 msv ( = DLP à 650 ) SestaMIBI: msv/ MBq (pour 70 kgs) 3 MBq / kg 1,5 msv ( = DLP à 90! ) 3 fois moins de rayons que si vous déménagez de Paris en Bretagne Quelque soit l âge, la FC, l état respiratoire du patient!

25 algorithme Dépistage, faible prévalence MIBI = traceur de dépistage peu irradiant 1,5 msv = DLP à 90! Coronarien connu thallium = meilleur traceur 10 à 15 msv = DLP entre 600 et 900

26 Conclusion Avec : les nouvelles caméras cardiaques ultrasensibles à semi-conducteurs les deux types de traceurs disponibles: Thallium 201 et sestamibi-tc 99m Nous avons développé et validé des protocoles «faible dose»

27 La dose efficace est réduite à: 1,5 msv en cas d examen de dépistage ( = DLP à 90!!! ) sestamibi- Tc 99m 10 à 15 msv en cas d examen approfondi chez les coronariens thallium 201 ( = DLP entre 600 et 900 ) Ce qui correspond à une irradiation négligeable ou faible Et constitue une réponse de qualité à la pénurie mondiale en radioisotopes aux préoccupations de radioprotection de l opinion

28 L'imagerie médicale menacée de paralysie mondiale La pénurie des isotopes médicaux Excessive radiation from medical imaging tests The high cost of precision expose patients to significant radiation.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015 PROCES-VERBAL SÉANCE DU COLLÈGE DÉLIBÉRATIF MERCREDI 18 MARS 2015 Etaient présents : - M. le Professeur Jean-Luc Harousseau, Président - M. le Professeur Jacques Belghiti - M. Alain Cordier - M. le Professeur

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

www.health.fgov.be/csh_hgr

www.health.fgov.be/csh_hgr Rapport Assurance de qualité et radioprotection en médecine nucléaire Décembre 2003 CSH n 7221 www.health.fgov.be/csh_hgr Assurance de qualité et radioprotection en médecine nucléaire 2/51 Table des matières

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Directeur Dominique Le Guludec Tomographie d'emission MonoPhotonique (TEMP) Convention

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

METHODES DE MESURE ET OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION : LE CAS DES EXPOSITIONS INTERNES PAR INHALATION AUX COMPOSES D'URANIUM NATUREL

METHODES DE MESURE ET OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION : LE CAS DES EXPOSITIONS INTERNES PAR INHALATION AUX COMPOSES D'URANIUM NATUREL FR0003907 METHODES DE MESURE ET OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION : LE CAS DES EXPOSITIONS INTERNES PAR INHALATION AUX COMPOSES D'URANIUM NATUREL J.P. DEGRANGE*. B. GIBERT** * Centre d'étude sur l'evaluation

Plus en détail

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs David CELIER IRSN/DRPH/SER/UEM Catherine LE MEUR Hôpital Privé d Antony de la SoFRa - Paris Sommaire

Plus en détail

TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES

TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES Présentation par Carl Bellehumeur, T.I.M au CHUM Capsules par Benoît Bourassa Moreau, Physicien médical au CHUM Congrès annuel de l ACMN, 30 Janvier 2015

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION :

DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION : ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES UNITE DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION : EXPERIENCE DES 30

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical?

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Exemple de l u*lisa*on du Fluor 18 en médecine nucléaire pour les examens de TEP Chris*an

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire. Mammographe Philips MicroDose. sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité

Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire. Mammographe Philips MicroDose. sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire Mammographe Philips MicroDose sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité Pour optimiser la prise en charge de vos Le mammographe Philips

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. lan I.

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Dans l accompagnement (l installe, l aide à se déshabiller ), dans le soutien psychologique (mise en confiance, réponses aux questions, déroulement

Dans l accompagnement (l installe, l aide à se déshabiller ), dans le soutien psychologique (mise en confiance, réponses aux questions, déroulement Présentation JFR 2009 Le regard de l étudiant porté sur Le Métier de Manipulateur en Electro-Radiologie dans une Vingtaine d'années Étudiants de l ENCPB, École Nationale de Chimie Physique Biologie Sommaire

Plus en détail

Le rôle des infirmières en PIA

Le rôle des infirmières en PIA Cours de transplantation Le rôle des infirmières en PIA Mme Chantal Fortin IPSN, MSc., CNephro(C) Infirmière praticienne spécialisée en néphrologie RUIS McGill -UdeM 16 avril 2010 Objectifs Comprendre

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. CS 9300 / CS 9300C

UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. CS 9300 / CS 9300C CS 9300 / CS 9300C UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Radionucléides à usage médical Aspects diagnostiques et thérapeutiques

Radionucléides à usage médical Aspects diagnostiques et thérapeutiques Radionucléides à usage médical Aspects diagnostiques et thérapeutiques Dès 1908, on utilise le radium pour soigner de nombreuses affections, notamment les affections cutanées. Les radioéléments, comment

Plus en détail

IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année

IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE. Formation Générale en Sciences Médicales 2 année IMAGERIE SCINTIGRAPHIQUE Formation Générale en Sciences Médicales 2 année Module biopathologie-imagerie Denis Mariano-Goulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier http:\\scinti.etud.univ-montp1.fr

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE PENDANT LA PERIODE 2009-2011 RESUME Le bilan national des inspections des services de médecine nucléaire a été établi sur la

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman PET/CT et Sarcoïdose Daniel O Slosman Objectifs (PET-FDG) Rappel technique (SPECT vs. PET) Rappel biologique (Radiotraceurs et FDG) Investigations scintigraphiques (Ga-67 vs autres) Utilité clinique du

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique ROYAUME DU MAROC Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE : Hassan II ETABLISSEMENT : Faculté de Médecine &

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo»

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» RAPPORT du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» JANVIER 2012 Recommandations sur les règles techniques minimales de conception, d exploitation et de maintenance

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Reprise du travail après un événement cardiaque

Reprise du travail après un événement cardiaque Reprise du travail après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Fabrice Locher Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP Revue des livres Radiation Protection and Safety of Radiation Sources: International Basic safety Standards, Interim edition, ISBN 978-92-0-120910-8, IAEA, Vienne 2011, 65. Elles étaient attendues, voici

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985. ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS

1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985. ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS Bull. Acad.NatleMéd., 1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985 Etude des méridiens d'acupuncture Par les traceurs radioactifs Pierre de VERNEJOUL *, Pierre ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS On sait

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant 1 DIAGNOdent: détecte l invisible des caries Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant Formation Continue Les étapes de l expérimentation

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

CS 9300. La puissance de la flexibilité

CS 9300. La puissance de la flexibilité CS 9300 La puissance de la flexibilité Nouveau système d'imagerie numérique 3D CS 9300 de Carestream Dental L incertitude n est plus de mise. Le CS 9300 tout-en-un est le système d'imagerie le plus flexible

Plus en détail

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica)

Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) December 1, 2010 Klick Inc. Marche à suivre pour importer votre base de données Guide santé CV MC ) (Réservé à l usage de Clinemetrica) Les utilisateurs de l application Guide santé CV MC qui souhaitent

Plus en détail

formations Catalogue des Formation professionnelle Préparations Cours & tests pour les soignants aux concours paramédicaux pour étudiants infirmiers

formations Catalogue des Formation professionnelle Préparations Cours & tests pour les soignants aux concours paramédicaux pour étudiants infirmiers E-learning pour les soignants Catalogue des formations Formation professionnelle pour les soignants Préparations aux concours paramédicaux Cours & tests pour étudiants infirmiers www.mediformation.com

Plus en détail

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Table des matières Société IBA Vue d ensemble Procédure Product Life Management (PLM)

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet Evalua&on tests diagnos&ques Arnaud Fontanet Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 2 Résultats

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril La thrombo-embolie veineuse dévoilée Pierre Baril M me Élisa T., 53 ans, se présente au service d urgence ambulatoire en raison d une douleur thoracique droite associée à de la dyspnée dont elle souffre

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail