REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES"

Transcription

1 Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Dr Sabrina Chiheb Pr Christophe Barrat UFR SMBH BOBIGNY PARIS XIII 19 Janvier 2013

2 Morbidité et obésité RelaWon entre IMC et Incidence du cancer Etude prospecwve Cohorte de 1.2 million femmes (Million WomenStudy), Agées ans, , suivi 5.4 ans Reeves GK et al, BMJ 2007

3 Chirurgie de l obésité et mortalité Méta analyse, 8 Etudes, pawents IMC 47±1,1 Kg/M² Age 45± 1,07 ans Suivi 7,5 ± 0,71 AE ponwroli et al Annal of surgery 2011

4 Chirurgie de l obésité et mortalité Méta analyse, 8 Etudes, pawents IMC 47±1,1 Kg/M² Age 45± 1,07 ans Suivi 7,5 ± 0,71 AE ponwroli et al Annal of surgery 2011

5 Bénéfices de la chirurgie bariatrique L amélioration Les comorbidités des comorbidités SOS study AmélioraWon des pathologies associées à 2 et à10ans L Sjostrom InternaWonal Journal of Obesity 2008

6 Bénéfices de la chirurgie bariatrique Le poids K M. Flegal et al,jama. 2012

7 Chirurgie de l obésité et super super obésité Pas de différence significawve Mortalité post opératoire précoce Durée d hospitalisawon 291 «super super obèse» IMC à 60 vs IMC à 60 Quelque soit la procédure chirurgicale D J Stephen Surg Obes Relat Dis 2008

8 Chirurgie de l obésité et pawents âgés (>70 ans) La chirurgie est licite, mais perte pondérale amélioration des comorbidités modestes Quelque soit la procédure chirurgicale Etude rétrospective, 42 patients, IMC 46,8 ± 9,3 kg/m² A Ramirez et al Surgery for obesity and Related Deseases 2012

9 Chirurgie bariatrique et néphropathie Etude prospecwve Comparaison 61 super obèses vs 24 contrôles But: évaluer l effet de la perte de poids après chirurgie sur la pression artérielle, la foncwon rénale (24 mois) M Navarro- Diaz J Am Soc Nephrol, 2006

10 Chirurgie bariatrique et néphropathie Etude rétrospecwve Nb de pawents But: effet de l areinte rénale sur la morbidité opératoire N A Turgeon J Am Nephrol 2012

11 Chirurgie bariatrique et néphropathie Etude rétrospecwve Nb de pawents But: effet de l areinte rénale la morbidité opératoire N A Turgeon J Am Nephrol 2012

12 Chirurgie bariatrique et néphropathie Patiente 47 ans Avant chirurgie Après chirurgie IMC 51 Kg/m² 36 Kg/m² HbA1c 6,6% 6,4% LDLc 2,8 mm 1,9 mm Clairance créat 55 ml/mn 79 ml/mn By pass gastrique

13 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Etude prospecwve 22 femmes Obésité morbide Court circuit gastrique ou Anneau gastrique AmélioraWon des paramètres anthropométriques, métaboliques, et de la structure du ventricule gauche trois mois après chirurgie bariatrique J G leichman Surg Obes Relat Dis. 2006

14 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Etude longitudinale obèses morbides vs sujets contrôles ModificaWons structurelles et foncwonnelles du myocarde C A Garza et al Am J Cardiol 2010

15 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie CaractérisWques structurelles et foncwonnelles cardiaques d une série de 69 pawents obèses non compliqués: Insulinorésistants dans environ 50% des cas. 160 IMC : 33,5 Troubles de la glycorégulawon 32 % Chirurgie restricwve 85 % 110 Perte de poids de 22,8% A 17,6 mois de la chirurgie 60 Poids pré Poids post EvoluWon de la MVG semble être moins favorable en cas de dysglycémie préexistante Normoglycémie massevgpre massevgpost 0 50 massevgpre Prédiabète 50% massevgpost Cussac- Pillegand et al JESFC 2013

16 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Au stade de défaillance cardiaque Homme 35 ans, 148 Kg, IMC 43 SAS, CMD avec HTAP Hospitalisé pour décompensawon cardiaque globale Liste de transplantawon cardiaque, mais le poids!? OpWmisaWon du traitement médical ( IEC, B-, DiuréWques), SAS appareillé. - 4 mois sous diétéwque contrôlée, mais 7 Kg - Gastrectomie verwcale calibrée - En 03 mois SAS plus appareillé - Plus sur liste d arente B Ristow Journal of Cardiac Failure 2008

17 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Au stade de défaillance cardiaque Cas clinique 2 Femme 36 ans, poids 129 Kg, IMC 56 DécompensaWon globale sur CMD OpWmisaWon du traitement médical PAS 90/60 USIC, sous dobutamine mais sevrage impossible liste transplantawon Gastrectomie verwcale 5 mois Dobutamine sevrage réussi B Ristow Journal of Cardiac Failure 2008

18 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Au stade de défaillance cardiaque Homme 26 ans, IMC > 60, HTA DécompensaWon CMD inefficacité du traitement médical Court circuit gastrique S Iyengar The American Journal of Medicine 2006

19 Chirurgie bariatrique et cardiomyopathie Au stade de défaillance cardiaque Patient 46 ans, IMC 36 Kg/m² Cardiomyopathie dilatée diagnostiquée en CMNO d obèse à coronaires saines avec 3 épisodes de décompensation cardiaque globale SAS non appareillé Stéatose hépatique Prise en charge diét Sleeve Poids FEVG A amélioré sa tolérance à l effort Qualité de vie

20 CONCLUSIONS ELARGIR LES INDICATIONS DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES MAJEURES POSSIBLE Pas de contre indica-on de principe La perte de poids doit être l élément déterminant influençant la mortalité et la qualité de vie liés à la comorbidité Doit perme=re de repousser le moment d u-liser les traitement majeurs de la comorbidité Balance bénéfices risques Décision mulwdisciplinnaire élargie et prise en charge dans une structure adaptée InformaWon complète et précise du pa-ent

21 CONCLUSION Réservée à des adultes dont l IMC 40 Ou dont l IMC 35 avec des facteurs de comorbidité (cv, respiratoires, métaboliques, ostéo- arwculaires, NASH, oncologiques..) Après échec du traitement convenwonnel de l obésité combinant plusieurs approches thérapeuwques : régimes diétéwques, acwvité physique, traitement psychologique (la durée de prise en charge médicale devant être au moins égale à 1 an) Après évaluawon globale personnalisée non chirurgicale du problème sur le plan nutriwonnel Chez des malades bien informés et mowvés, présentant des risques anesthésiques et chirurgicaux acceptables

22 CONCLUSION Lever le tabou de la contre indicawon de principe Si la perte de poids est la seule opwon de survie Balance bénéfices risques LA MULTIDISCIPLINARITÉ au sein d une unité bariatrique

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Chirurgie bariatrique :

Chirurgie bariatrique : Association Nationale Française de Formation Continue en Hépato-Gastro-Entérologie Chirurgie bariatrique : Quel patient opérer? J. Gugenheim Université de Nice - Sophia Antipolis Service de Chirurgie Digestive,

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Chirurgie bariatrique en France: les chiffres clés de la CCAM en 2013. Docteur Olivier Barbe chirurgie viscérale HIA Clermont Tonnerre Brest

Chirurgie bariatrique en France: les chiffres clés de la CCAM en 2013. Docteur Olivier Barbe chirurgie viscérale HIA Clermont Tonnerre Brest Chirurgie bariatrique en France: les chiffres clés de la CCAM en 2013 Docteur Olivier Barbe chirurgie viscérale HIA Clermont Tonnerre Brest L obésité en France Etude Obépi 2012: - Prévalence de l obésité

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Chirurgie bariatrique de l adolescent

Chirurgie bariatrique de l adolescent Chirurgie bariatrique de l adolescent P. Tounian 1 Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme et Nutrition

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et contraception Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et risque de TVP Augmentation des facteurs pro-coagulants (7,8,12 et du fibrinogène) stase veineuse augmentée Risque de TVP augmenté (=

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète?

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Syndrome d apnées du sommeil et risques cardiométaboliques La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Expert - E. FRIJA-ORVOEN (Paris) Animateur - H. PEGLIASCO (Marseille)

Plus en détail

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 INDICATEURS D ACTIVITÉ OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 Cahier des charges «Centres spécialisés» dans la prise en charge de l obésité sévère 1 MATÉRIEL ET MÉTHODE I. HOSPITALISATION

Plus en détail

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 La chirurgie bariatrique Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 L obésité : une maladie chronique grave L obésité : une maladie chronique grave Reeves GK et al, BMJ 2007 L obésité : un problème

Plus en détail

SleeveGastrectomie ou By-Pass Gastrique: Quelle intervention pour quel patient?

SleeveGastrectomie ou By-Pass Gastrique: Quelle intervention pour quel patient? 2èmes rencontres Hautes-Normandes autour de l obésité: «L obésité tous concernés!» SleeveGastrectomie ou By-Pass Gastrique: Quelle intervention pour quel patient? Dr Rachid Chati Dr Emmanuel Huet Chirurgie

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 CONTENU : - Modification du délai de consultation dans le cadre de l avis de consultant

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

L obésité en transplantation rénale: Quelles stratégies? Quelles limites?

L obésité en transplantation rénale: Quelles stratégies? Quelles limites? L obésité en transplantation rénale: Quelles stratégies? Quelles limites? Betoul SCHVARTZ CHU REIMS 27 mars 2015 Définition de l obésité Selon l OMS: Obésité abdominale = tour de taille / tour de hanche

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE: UN PARCOURS MÉDICO-CHIRURGICAL INDIVIDUALISÉ

CHIRURGIE BARIATRIQUE: UN PARCOURS MÉDICO-CHIRURGICAL INDIVIDUALISÉ CHIRURGIE BARIATRIQUE: UN PARCOURS MÉDICO-CHIRURGICAL INDIVIDUALISÉ PLAN 1. Introduction: histoire de l'obésité et indications de la chirurgie 2.Les techniques chirurgicales 3.Les complications chirurgicales

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Volumétrie gastrique après sleeve. tomodensitométrie

Volumétrie gastrique après sleeve. tomodensitométrie Volumétrie gastrique après sleeve gastrectomy: étude de faisabilité en tomodensitométrie A. Texier (1), B. Robert (1), JB Deguines (2), D. M Bayo (1), JM Régimbeau (2), P Verhaeghe (2), T. Yzet (1) (1)

Plus en détail

Prise en charge du diabète et de l'hypertension artérielle par les soins primaires : l'exemple du Programme Santé de la Famille brésilien

Prise en charge du diabète et de l'hypertension artérielle par les soins primaires : l'exemple du Programme Santé de la Famille brésilien Prise en charge du diabète et de l'hypertension artérielle par les soins primaires : l'exemple du Programme Santé de la Famille brésilien Annick Fontbonne 1, Eduarda AP Cesse 2, Eduardo M Freese de Carvalho

Plus en détail

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant La filière médicale Pr Paul Valensi Prévalence de l obésité par région et son évolution depuis 1997 ObEpi Relation

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

Réponse clinique et biologique à la prise en charge chirurgicale de l obésité sévère de l adolescent

Réponse clinique et biologique à la prise en charge chirurgicale de l obésité sévère de l adolescent Réponse clinique et biologique à la prise en charge chirurgicale de l obésité sévère de l adolescent Nathalie Blohm Journées Parisiennes de Pédiatrie Le 6 Octobre 2018 Cet intervenant : n a pas de conflit

Plus en détail

Tarification à l Activité (T2A)

Tarification à l Activité (T2A) 27 28 Novembre 2009 Scanner le haut de la page des assises Codage CCAM V11 Mode d emploi pour le Cardiologue Alain Dibie, Département de Pathologie Cardiaque, Institut Mutualiste Montsouris, Paris alain.dibie@imm.fr

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Définition de l éducation thérapeutique «L information laisse le patient passif,

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Point d information 21 février 2013 Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Avec une prévalence de 15% de la population adulte, l obésité touche en France 6,9 millions de personnes

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Chirurgie bariatrique après transplantation hépatique

Chirurgie bariatrique après transplantation hépatique Chirurgie bariatrique après transplantation hépatique 3 ème journée régionale de l obésité A. Lazzati, MD PhDc Service de Chirurgie Digestive - CH Intercommunal de Créteil. Aucun conflit d intérêt concernant

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques

Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques Romain KESSLER Service de pneumologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Déclaration de liens d intérêts J ai actuellement, ou j ai

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille 1. Concernant la fertilité pendant la chimiothérapie du cancer du sein, la ou lesquelles de ces propositions

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en plein

La chirurgie de l obésité en plein 1 sur 6 14/10/2014 13:52 La chirurgie de l obésité en plein essor LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 13.10.2014 à 14h25 Mis à jour le 14.10.2014 à 11h51 Par Pascale Santi (/journaliste/pascale-santi/) «Sans titre»,

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

Chirurgie bariatrique : indications, résultats, quel suivi post opératoire? Réseau ASDES

Chirurgie bariatrique : indications, résultats, quel suivi post opératoire? Réseau ASDES Chirurgie bariatrique : indications, résultats, quel suivi post opératoire? Réseau ASDES Dr Claire Carette Service de Nutrition CHU Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt (92) Centre intégré médico-chirurgical

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

Pourquoi?... Pour qui?

Pourquoi?... Pour qui? Pourquoi?... Pour qui? Prévalence de l obésité Obésité massive IMC >40 49,2% 32,3% Obésité 15,0 % 3,5% 10,7% 3,1% 1,2% Moins de 18,5 18,5 à 24,9 25,0 à 29,9 30,0 à 34,9 35,0 à 39,9 40,0 ou plus Dépenses

Plus en détail

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles OBESITE ET GROSSESSE PRISE EN CHARGE OBSTETRICALE Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles CLASSIFICATION OMS IMC (Kg/m 2 ) Risque 20 25 Normal 25 30 Surpoids

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Chirurgie Digestive et Métabolique

La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Chirurgie Digestive et Métabolique La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Pierre VERHAEGHE Abdennaceur DHAHRI Chirurgie Digestive et Métabolique CHU Amiens Picardie Chirurgie de l obésité Les indications de ces thérapeutiques

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

RISQUE ŒSOPHAGIEN POST CHIRURGIE BARIARIATRIQUE. Dr Rachid CHATI, Dr Emmanuel HUET Service de Chirurgie Digestive Pr Tuech

RISQUE ŒSOPHAGIEN POST CHIRURGIE BARIARIATRIQUE. Dr Rachid CHATI, Dr Emmanuel HUET Service de Chirurgie Digestive Pr Tuech RISQUE ŒSOPHAGIEN POST CHIRURGIE BARIARIATRIQUE Dr Rachid CHATI, Dr Emmanuel HUET Service de Chirurgie Digestive Pr Tuech EVOLUTION DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE 49 000 actes en 2015 (PMSI) Haute Normandie

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail