Innovations thérapeutiques en transplantation

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Innovations thérapeutiques en transplantation"

Transcription

1 Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg

2 Etat des lieux en transplantation : 2010 Amélioration des résultats à court terme Progrès chirurgicaux et de l immunosuppression Problèmes à long terme: survie, qualité de vie Toxicité: Insuffisance rénale, diabète, pathologies cardio-vasculaires, Infection et cancer Immunosuppresseur s Inefficacité à prévenir ou traiter le rejet chronique

3 Problématique en transplantation L idéal: une greffe sans immunosuppression au long cours ou une immuno-modulation menant à la tolérance Eviter les rejets aigus Doses d immunosuppresseurs - Limiter les complications infectieuses, rénales, HTA, dyslipidémie, tumeurs - Sans signe de rejet chronique

4 Définition Bon fonctionnement du greffon, Sans signe de rejet histologique, En l absence de traitement immunosuppresseur, Chez un hôte immunocompétent Un rêve?

5 Une réalité! -1956: 1 ère transplantation rénale, 2 jumeaux pas d immunosuppresseurs (IS)Merrill JAMA 1956 Pour élargir la greffe aux «non jumeaux» IS introduits débuts années : 11 transplantations hépatiques Starzl Hepatol 1993 Patients non-observants Patients avec pathologies lymphoprolifératives PTLPD Succès de la transplantation malgré l arrêt des immunosuppresseurs

6 d organe solide La quête de la tolérance? Induire une tolérance Greffe de moelle. Protocoles d induction médicamenteux Observation Etude de cas spontanés Recherche de marqueurs cliniques, biologiques..

7 Quelle procédure? 1) Greffe de moelle osseuse pré-greffe d organe Protocole myelo-ablatif lourd: Fehr Transpl Immun 2004 ( Foie) Irradiation corporelle, chimiothérapie Risque infectieux et GVH liés à l immuno-ablation 2 Greffons même donneur>donneurs différents Efficace chimérisme complet Donneur vivant ++ greffe d organe post GVH Protocole lourds en l absence d hémopathie

8 Quelle procédure? 2) Induction cellulaire: Protocole non myélo-ablatif: Sachs NEJM 2008 (Rein) Cyclophosphamide j-5, anti-cd52 et irradiation thymus j-1 Transplantaion de CSH J0 OU Rapamycine, anti-thymocyte globuline, corticostéroïdes.. Et greffe de cellules souches CD34+, à J7 post greffe Efficace, chimérisme partiel ou mixte Procédures lourdes ++ Donneur vivant

9 Quelle procédure? 3) Induction médicamenteuse: Kirk Transpl 2003 Organe greffé = source de cellules tolérogènes Déplétion leucocytaire J0 par: Alemtuzumab ou anti-thymoglobulline But: Elimine clones de cellules immunitaires responsable de rejets, avant le contact avec les antigènes du donneur Simple mais pas de réelle tolérance, maintien d IS

10 Quelle procédure? 4) Diminution ou arrêt simple des IS Etude de cas isolés, Inobservance, toxicité, PTLD Elaboration d essais prospectifs avec arrêt IS Procédure la plus simple Mais Difficile éthiquement d élaborer des protocoles

11 La littérature: 168 cas de tolérance en greffe hépatique 50 cas de tolérance en greffe rénale 1 cas de tolérance en greffe pulmonaire Aucun cas de tolérance décrit en greffe: pancréatique, intestinale cardiaque

12 Le foie (168 cas) un organe particulier en greffe: Le Foie un organe «bien accepté» Interruption rapide des corticoïdes en post greffe Résistance des greffons aux Acps anti-hla Effet tolérogène +++si transplantation combinée foierein Simpson N, Transpl 2006 Récupération totale du foie post rejet aigu Foie=candidat idéal du point de vue éthique pour tenter des protocoles de tolérance

13 Le foie: études prospectives Orlando Trans Proc 2009 Procédure: simple arrêt des IS++ (toxicité) Traitements immunosuppresseurs Variés, non homogène Arrêt tardif en moyenne à 40 mois post greffe Durée de la procédure d arrêt Mal renseignée 1 mois à 10 mois Taux de réussite d arrêt des IS 27 à 38 % Durée de suivi de 20 à 180 mois

14 Le foie: études prospectives (2) Orlando Trans Proc 2009 Conclusions: Procédure d arrêt des IS peut être tentée Chez certains patients greffés hépatiques Sans pathologie auto-immune L absence d acquisition de tolérance ou la survenue d un RA n expose Ni à la perte du greffon Ni au décès du patient

15 Le rein (1) Cas sporadiques ou anecdotiques +++ Procédures : inobservance>transfusion CSH 1 protocole tolérogène cellulaire Sachs NEJM 2008 Greffe CSH+rein du même donneur: 5 patients Protocole non myeloablatif Stop des IS entre 9 et 14 mois chez 4/5 Fonction rénale stable à 5 ans sans rejet mais altérée: Pas considéré comme tolérance

16 Le rein (2) 1 étude rétrospective Roussey-Kesler 2006 Am J of Transpl 10 patients stop IS à 7 ans post greffe Inobservance (7/10) ou PTLD Pas de protocole IS spécifique et induction 6/10 Interruption longue sur 1,5 ans difficile à préciser Donneur jeune ( 25 ans moyenne) HLA classe II anti-donneur chez 2/10 Durée de la tolérance 9 ans +/- 5,2

17 Le poumon 1 seul cas dans la littérature Svendsen 1995 ERJ Procédure avec greffe de moelle osseuse Fille 11 ans greffée d un lobe pulmonaire, 6 ans post 1 greffe de moelle pour déficit immunitaire Donneur lobe pulmonaire et moelle: sa mère Chimère complète avec Ag de classe II de la mère Corticoïdes seuls durant 4 mois puis stop IS Evolution à 14 mois OK

18 Les hypothèses physiopathologiques (1): Beaucoup d hypothèses: Tolérance centrale? Absence de molécule de co-stimulation? Déletion de réaction thymique versus Ag greffon? Tolérance périphérique? Rôle des lymphocytes T régulateurs? Peu de certitudes.

19 Les hypothèses physiopathologiques (2): A partir d 1 cas: Tx Hépatique Alexander SI, NEJM 2008 Receveur 9 ans hépatite fulminante, O Rh D- Donneur 12 ans, O Rh D + J2 FK506, stop Aza/ lymphop Aza, CS // 14mois Stop FK506 et CS JO= Greffe 6 semaines maladie CMV 9 mois O Rh + 10 mois Anémie 15 mois Plus d anémie 5 ans post greffe pas d IS et pas d anémie

20 Les hypothèses physiopathologiques(3): Age du D: Organe riche en cellules hématopoïétiques Lymphopénie R: Favorise la migration-greffe des cellules dans la moelle du receveur Pour induire effets tolérogènes Immuno-modulation par CMV infection? Identique à greffe combinée foie et CSH! Anémie= signe de GHV suggérant un chimérisme partiel

21 Conclusions: Etudes réalisées Tx hépatique/rein montrent: Que la tolérance existe Spontanée ou/ induction tolérance cellulaire? Immuno-modulation>>immuno-suppression Qu on ne sait ni pourquoi, ni comment Plusieurs interrogations subsistent:

22 Les clés de la tolérance: Receveur type? Profil génétique pour identifier un receveur type? Donneur type? Jeune, décès «immunologique»? Greffe type? Mismatch HLA/D-R minime? Organe type? Vraiment que le foie >> rein?

23 Les clés de la tolérance: Protocole type? Induction médicamenteuse, cellulaire? FK506 << Rapamycine Différentiation LT CD4 et CD25+ Timing: moment clé pour l arrêt des IS Durée de la décroissance avant arrêt Marqueurs biologiques de tolérance? IL-2 hapto, transthyr et α-1at HsLW Transp Imm 2007

24 Les questions futures: Maladie du greffon contre l hôte (GVH) Problème de la Tx? Tolérance aquise Définitivement? Réversible si immuno-stimulation?

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche 1 Molécule (Anticorps, Protéine de Fusion) dirigée contre un ou des antigènes lymphocytaires et modifiant l activité du système

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Aline Voidey Soirée de la Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 27 novembre 2014 L hématopoièse Une seule et unique

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe par Jean-Jacques Haxhe (1930 - professeur émérite 1996) Les greffes d organes sont un des fleurons des cliniques universitaires et du département

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS.

CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS. CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS. CONDITIONNEMENT STANDARD SUIVI D UNE ALLOGREFFE CHEZ DES PATIENTS AVEC MYÉLODYSPLASIE OU LAM SECONDAIRE ETUDE RICMAC : ESSAI RANDOMISÉ DE PHASE III DU CHRONIC MALIGNANCIES WORKING

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité Les lymphocytes naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes CM en situation d HLA compatibilité Bachra CHOUFI EA2686 Laboratoire d'immunologie - HLA-Transplantation Centre de

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Immunosuppresseurs : Tendances et Nouveautés. Christian Coursol, pharmacien Hôpital Royal Victoria Centre Universitaire de Santé McGill

Immunosuppresseurs : Tendances et Nouveautés. Christian Coursol, pharmacien Hôpital Royal Victoria Centre Universitaire de Santé McGill Immunosuppresseurs : Tendances et Nouveautés Christian Coursol, pharmacien Hôpital Royal Victoria Centre Universitaire de Santé McGill 20 février 2015 Plan de la présentation Historique et mécanisme d

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

LA TRANSPLANTATION RÉNALE

LA TRANSPLANTATION RÉNALE Sommaire Préface, par J.-F. BACH Avant-propos, par C. LEGENDRE LA TRANSPLANTATION RÉNALE HISTOIRE DE LA TRANSPLANTATION RÉNALE 1. Histoire de l immunologie de transplantation Premiers débuts Deuxièmes

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Diabète Sucré. Généralités 1. Problème de santé publique: Deux maladies différentes :

Diabète Sucré. Généralités 1. Problème de santé publique: Deux maladies différentes : Diabète Sucré Généralités 1 Problème de santé publique: Mal. en expansion : augmente parallèlement au vieillissement à la sédentarité et à l obésité 3% de la population en France(2 500 000) + les non diagnostiqués

Plus en détail

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait aux études cliniques précoces portant sur les thérapies cellulaires et géniques.

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Bilan des greffes dérogatoires virales

Bilan des greffes dérogatoires virales Bilan des greffes virales Le décret de sécurité sanitaire n 97-928 du 9 octob re 1997 précisé par un arrêté ministériel permettait à titre exceptionnel, dans des situations de mise en jeu du risque vital

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Lésions tissulaires & auto-anticorps par LT spécifiques du soi Sclérose en plaques MBP : Myelin Basic Protein/PLP : ProteoLipid Protein/MOG : Myelin Oligodendrocyte Glycoprotein! Dégradation de la myéline

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD. D Chauveau. Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse

Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD. D Chauveau. Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD D Chauveau Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse Conflit d intérêt (avec l industrie pharmaceutique) : non Traitements conventionnels dans la

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Pierre Tiberghien, Olivier Adotevi, François Lemoine, Jean François Moreau, Salima Hacein-Bey I. Introduction...

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources?

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Moelle osseuse hématopoïétique «Le greffon de moelle osseuse hématopoïétique provenant d un frère ou d une sœur entièrement compatible

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Laurent Beaugerie Pôle digestif Hôpital Saint-Antoine Paris Traitement de fond des MICI

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015 La vaccination des immunodéprimés N. Viget DUACAI 17/4/2015. Liens d intérêts : congrès Giléad, Janssen, MSD, Viiv. 16/04/2015 Les immuno-déprimés Nombre croissant de patients Chimiothérapies pour tumeurs

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Les maladies de déficits immunitaires : des milliers d enfants et d'adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc

Les maladies de déficits immunitaires : des milliers d enfants et d'adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les maladies de déficits immunitaires Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les enjeux des maladies de déficits immunitaires (En débats le 26 octobre 2013 à Casablanca)

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus UN CHOIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus DEPLIANT-SCELTA-IN-COMUNE-FRANCESE.indd 1 27/04/15 15:49 INFORME TOI, DÉCIDE ET SIGNE À PARTIR D AUJOURD HUI, S EXPRIMER

Plus en détail

Transfusion en hémato-oncologie

Transfusion en hémato-oncologie Transfusion en hémato-oncologie Pour qui? Pour quoi? Comment? Dr.Dominique Jaulmes (hématologie St Antoine Paris) Support transfusionnel et cancer Le support transfusionnel fait partie intégrante du traitement

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Transplantation Rapport d atelier

Transplantation Rapport d atelier Transplantation Rapport d atelier Instituts de recherche en santé du Canada Institut des maladies infectieuses et immunitaires 1 er et 2 février 2011 Hôtel Sheraton, Montréal, Québec Canadian Institutes

Plus en détail