Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)"

Transcription

1 Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont considérés à haut risque cardiovasculaire. 30 % sont à risque cardiovasculaire intermédiaire. Les recommandations qui ont été formulées lors du précédent exposé sur les maladies cardiovasculaires s'appliquent donc aussi au diabète de type 2. Cette pathologie peut aussi s accompagner de neuropathie périphérique des membres inférieurs, responsable de diminution voire de perte de sensibilité des pieds. En conséquence, les malades doivent quotidienneemnt leurs pieds, en recherchant d'éventuelles ampoules ou mycoses interdigitales. Dans 40 % à 60 % des cas, le diabète de type 2 s accompagne d un surpoids ou d une obésité Or, le surpoids ou l'obésité peuvent entraîner des problèmes d'arthrose. Il est recommandé, pour une personne diabétique de type 2, de pratiquer à la fois une discipline d'endurance et de renforcement musculaire. L'endurance doit être accomplie avec une intensité modérée pendant trente minutes, cinq fois par semaine. Le renforcement musculaire doit être effectué à raison de deux séances hebdomadaires de vingt minutes. L'endurance permet de développer la capacité cardiovasculaire, qui est un facteur indépendant de mortalité et de morbidité chez les diabétiques de type 2 (comme chez les sujets en bonne santé). Les niveaux de VO2max, chez ces sujets sont le plus souvent faibles, parfois compris entre 15ml/kg/min et 25ml/kg/min, du fait du niveau d inactivité physique et d déconditionnement. Entre ces valeurs, la surmortalité est multipliée par deux ou trois. Par contre, l activité physique régulière permet d obtenir un gain significatif de la capacité aérobie. Le renforcement musculaire est bénéfique, car le travail du muscle permet de consommer le glucose présent dans l'organisme. En outre, il permet de prévenir les situations d'obésité sarcopénique, car le diabète de type 2 s accompagne d une perte précoce de la masse musculaire. L'étude «Look AHEAD», qui a concerné plus de personnes diabétiques de type 2 en surpoids ou obèses, a montré que 30 % des sujets souffraient de troubles sévères de la mobilité et ne disposaient pas d'une autonomie normale. La pratique d'une activité physique et sportive (APS) a permis de diminuer ces troubles d'environ 48 %. Les diabétiques de type 2 doivent se soumettre chaque année à un bilan. A cette occasion, leur médecin traitant peut délivrer un certificat de non contre-indication à la pratique d'une APS. Les malades qui souffrent d'arthrose peuvent se voir prescrire une activité de renforcement musculaire, de la natation ou du cyclisme. Pour pratiquer une APS, les patients doivent être capables de surveiller leur glycémie avant et après la séance. L'éducateur sportif doit quant à lui être en mesure de repérer les signes d'une éventuelle hypoglycémie. Il doit rappeler aux patients de surveiller leurs pieds, et leur prodiguer des conseils d'hydratation.

2 Monsieur Julien AUCOUTURIER En matière d'obésité, il est recommandé aux enfants de pratiquer 60 minutes d APS par jour. Cette activité doit être accomplie avec une intensité modérée ou soutenue. Il peut s'agir de renforcement musculaire ou d'endurance. Pour les adultes obèses, les recommandations sont similaires à celles qui s'appliquent aux diabétiques de type 2. Il est conseillé de pratiquer 150 minutes d APS par semaine, avec deux séances dédiées au renforcement musculaire. Les activités à dominante aérobie ont vocation à augmenter la dépense énergétique et à agir sur la balance des lipides. Elles permettent également d'obtenir des bénéfices sur le plan cardiovasculaire. Les activités sportives avec renforcement musculaire induisent des effets positifs sur la plupart des paramètres du syndrome métabolique, qui désigne les complications associées à l'obésité, parmi lesquelles l'augmentation des triglycérides, l'hypertension, la diminution du bon cholestérol. En revanche, le renforcement musculaire est moins efficace que les activités à dominante aérobie pour ce qui concerne l obésité abdominale. Les effets sur le cholestérol total sont également un peu moins satisfaisants. L'augmentation ou le maintien de la masse musculaire induit un effet positif sur la dépense énergétique lors de l'exercice, mais aussi en condition de repos. En conclusion, l APS permet d'obtenir des bénéfices significatifs sur les complications cardiométaboliques associées à l'obésité, sans nécessairement provoquer une perte de poids ou de masse grasse. Questions-réponses avec l amphithéâtre Docteur Frédérique GARDANT, référentes sport santé de la fédération française de pentathlon moderne L'insulinothérapie est-elle indiquée pour les diabétiques de type 2 qui pratiquent une activité sportive? Non. Le traitement du diabète de type 2 s'appuie tout d'abord sur des mesures hygiéno-diététiques. Si celles-ci ne donnent pas satisfaction, le médecin prescrit un comprimé oral (Metformine). Les hypoglycémies par sulfamides et l'insuline ne sont utilisées qu'en dernier recours. L'insuline implique une prise de poids d'environ dix kilogrammes. En outre, le traitement par insuline doit être adapté, ce qui induit de nouvelles règles thérapeutiques en matière d'activité physique. Docteur Gilbert PERES, référents sport santé de la fédération française de canoë-kayak A l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le professeur Jean-Michel OPPERT impose à ses patients, quelques semaines après qu'ils aient subi une opération de chirurgie bariatrique, de renouer avec une activité physique d'endurance et de musculation. Ce type d'opération implique en effet la fonte de tissus adipeux, mais aussi des muscles. Ces séances d APS sont prises en charge par un éducateur STAPS. Martine DUCLOS J'ai lu la publication de Jean-Michel OPPERT. Cependant, je considère qu'après une opération, les patients doivent d'abord s'adapter à la nutrition. Il est hors de question que ceux-ci rejoignent un club de manière prématurée. Les patients peuvent en effet souffrir de troubles digestifs dans les premiers mois qui suivent l'opération.

3 Pr Martine DUCLOS Endocrinologue, médecin du sport et physiologiste, Martine Duclos est professeur des Universités-Praticien Hospitalier, chef du service de Médecine du Sport et des explorations fonctionnelles au CHU de Clermont- Ferrand. Son activité de recherche a d abord été orientée sur l'adaptation hormonale à l'entraînement démontrant le continuum adaptatif avec la pratique sportive intensive et la rupture d adaptation liée au surentrainement mais aussi au désentraînement. Elle poursuit actuellement son travail de recherche au sein du Centre de Recherche en Nutrition Humaine (INRA-Université d'auvergne) avec une thématique orientée sur les relations entre muscle, métabolisme et hormones chez le sujet sain et le sujet présentant une pathologie chronique (diabète de type 2, obésité, cancer) mettant en évidence la courbe en U existant entre l activité physique nécessaire pour la santé et aux deux extrémités de la courbe les effets néfastes de l inactivité physique et de la sédentarité (l autre extrémité de la courbe en U, l excès d activité physique et sportive, touchant peu cette population). Auteur de nombreuses publications et conférencière réputée, le Pr Martine Duclos est membre de la commission «activité physique, sport santé» de la SFMES, et membre de la commission mixte CNOSF/SFMES qu elle représente au sein du pôle ressource du CNOSF. Elle est devenue la conseillée scientifique des ministres chargées des sports, le docteur Valérie Fourneyron, puis madame Najat Valaud-Belkacem. Julien AUCOUTURIER, Ph.D Enseignant chercheur en physiologie de l exercice, Julien AUCOUTURIER a obtenu son doctorat d université en sciences de l activité physique à l université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Après plusieurs séjours de recherche à l étranger, il confirme son expérience dans le domaine de l obésité de l enfant lors de son séjour post-doctoral au sein du «Children s Exercise and Medicine Program» du Département de Pédiatrie de l université McMaster (Hamilton, Canada). Ancien collaborateur du Laboratoire de Nutrition Humaine et du laboratoire de Biologie des APS de Clermont Ferrand, il est aujourd hui maître de conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l'education Physique de l Université Lille 2, membre de l équipe d accueil EA4488 "Activité Physique, Muscle, Santé" où il poursuit son travail sur les effets de l activité physique sur la santé métabolique chez l enfant et l adulte. Auteur de plusieurs articles scientifiques et conférencier, son intérêt se porte aujourd hui sur la perfusion musculaire en relation, soit avec l aptitude physique aérobie d enfants obèses ou diabétiques de type 1, soit avec les effets de supplémentations alimentaires chez les sportifs. Résumé 1. L activité physique dans le contexte de l obésité En 2000, l Organisation Mondiale de la Santé a déclaré l obésité «première épidémie mondiale non infectieuse» et selon les données françaises les plus récentes, 32,3% des français de plus de 18 ans sont en surpoids et 15% sont obèses. Chez l enfant, un sur six est en surpoids ou obèse. L obésité, particulièrement lorsqu elle est localisée au niveau abdominal, joue un rôle clé dans le développement du syndrome métabolique, c'est-à-dire la combinaison d un ensemble de facteurs de risque des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2. Les bénéfices de l activité physique et sportive pour la santé de l adulte comme de l enfant obèses sont 1) de favoriser le maintien à long terme de la perte de poids après prise en charge nutritionnelle et 2) de diminuer les facteurs de risque du syndrome métabolique et des

4 atteintes athéromateuses précoces. Au niveau fonctionnel, les paramètres de la condition physique sont améliorés avec en premier lieu une amélioration de l aptitude cardiorespiratoire lorsque des exercices en endurance sont pratiqués, alors que les entraînements de force permettent de préserver la masse musculaire lors des situations de perte de poids. Il est également important de noter que l activité physique et sportive permet une diminution significative des facteurs de risque des pathologies cardiovasculaires et métaboliques sans qu il y ait nécessairement de perte de poids. De fortes disparités sociales, les classes les plus défavorisées étant les plus touchées, et régionales ont été mises en évidence en terme de prévalence de l obésité, les régions les plus concernées étant le Nord-Pas De Calais et la Picardie. Ces disparités mettent en évidence la nécessité d actions ciblées visant à améliorer l état de santé des personnes concernées par cette pathologie par la pratique d activités sportives. Quelques sources d informations complémentaires : Association Française d'etude et de Recherche sur l'obésité : The European Association for the Study of Obesity : Organisation Mondiale de la Santé, : Activité Physique et Obésité de l'enfant ; Bases pour une prescription adaptée : Résumé 2. La pratique Sport Santé des personnes vivant avec un diabète de type 2 L incidence du diabète de type 2 (DT2) augmente partout dans le monde et touche des sujets de plus en plus jeunes. Selon certains spécialistes, le DT2 sera la prochaine épidémie mondiale. Ainsi, on estime qu en 2025, 350 millions de sujets seront atteints dans le monde contre 230 millions actuellement. En France, depuis 1988, la prévalence du diabète a été multipliée par 2. En 2007, elle était de 3.95% (France entière, tous régimes) et est estimée à 4,5% de la population à l horizon Il existe un surrisque masculin à partir de 40 ans. En 2007, près d un homme sur cinq est diabétique à 75 ans. En France, la moitié des diabétiques décèdent de complications cardio-vasculaires. En 2007, 59% des DT2 ont un risque cardio-vasculaire très élevé, 26% un risque élevé, 14% un risque modéré, et seulement 1% ont un risque vasculaire faible. De plus, 39% des DT2 sont en surpoids, 41% ont une obésité, 49% une hypertension artérielle, 42% une hypercholestérolémie et 13% sont fumeurs. L activité physique joue un rôle majeur dans la prise en charge des patients diabétiques de type 2. Les effets de l'activité physique dépassent le cadre de l'obtention d'un meilleur équilibre glycémique car ils participent aussi au contrôle lipidique, du profil tensionnel et des co-morbidités associées au DT2, du risque cardiovasculaire et de la mortalité tout en améliorant la qualité de vie. Nombre des effets favorables de l activité physique sur l état de santé peuvent être obtenus en l absence de modification du poids. Cependant, les effets favorables de l exercice sont de durée limitée dans le temps, soulignant l importance de la régularité de l activité physique dans ce contexte et de son maintien à long terme. La pérennisation d un mode de vie actif chez le patient DT2 nécessite non seulement une coopération entre différents professionnels de santé mais la mise en place de partenariats avec les acteurs de l activité physique et sportive dans la cité. Quelques sources d informations complémentaires : Association française des diabétiques (AFD), Union sports & diabète (www.usd.asso.fr) Collectif interassociatif sur la santé (CISS, Duclos M, Oppert JM, Verges B, Coliche V, Gautier JF, Guezennec CY, Reach G, Strauch G, pour le groupe de travail «Activité physique et Diabète» de la Société francophone du diabète (SFD). Activité physique et diabète de type 2. Référentiel de la Société francophone du diabète (SFD), Médecine des Maladies Métaboliques : 6 (1), 80-96, 2012.

5 M. Duclos, J.-M. Oppert, B. Verges, V. Coliche, J.-F. Gautier, Y. Guezennec, G. Reach, G. Strauch, for the SFD diabetes and physical activity working group. Physical activity and type 2 diabetes. Recommandations of the SFD (Francophone Diabetes Society) diabetes and physical activity working group. Diabetes & Metabolism 39 : , 2013

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv Biomouv Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1 Biomouv Développe des services web et mobiles pour agir sur la santé grâce à l alimentation et aux activités physiques 10/04/2014 BIOMOUV

Plus en détail

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par :

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par : Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un diabète de type 2 Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire interactif

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport

Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport RESEAU APIS Accompagnement Pluridisciplinaire Intégration Sport Dispositif mis en place par la DRDJS Paris Ile de France pour lutter contre : Obésité Tabac Ménopause Cancer Hypertension Responsable du

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Service de Nutrition Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière Service d'endo et d'métab L hôpital

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS.

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS. RESULTATS DEFINITIFS DU PROJET PILOTE SUR LE TRAJET CLINIQUE DE L OBESITE (CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE HUY-SERVICE DE NEPHROLOGIE EN COLLABORATION AVEC L EQUIPE PARAFFINE DU DOCTEUR HANUS). CHR de Huy:

Plus en détail

M.JULIA. Quelques chiffres PLAN. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes BÉNÉFICES ET DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE

M.JULIA. Quelques chiffres PLAN. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes BÉNÉFICES ET DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE BÉNÉFICES ET INCONVENIENTS DE LA PRATIQUE SPORTIVE CHEZ L ADULTE Dr M. JULIA Service Rééducation Fonctionnelle Pr Hérisson Quelques chiffres En France en 2003 : 56 % des femmes } sont touchés par 75 %

Plus en détail

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Comité régional Sports pour Tous, chemin kerbel, LES AVIRONS Tel :. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte... II- Le programme...

Plus en détail

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 La composition corporelle 302 La masse maigre 303 La masse

Plus en détail

L obésité de l adulte et ses risques

L obésité de l adulte et ses risques L obésité de l adulte et ses risques Willendorff Lespugue DR Patrick GELAS Nutrition Clinique Intensive - H.C.L. Définition Se définit comme un excès de masse grasse ayant des conséquences somatiques,

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir. Supplément du magazine des Thermes de Brides-les-Bains à Brides La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

Plus en détail

Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme

Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme Les rencontres de l institut Carnot Qualiment 4 février 2014, Nantes Optimisation de la nutrition périnatale pour réduire les risques de pathologie à court et long terme Martine Champ CRNH Ouest, UMR PhAN,

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Place du médecin généraliste dans l équipe pluridisciplinaire Jean-Pierre Lamandé Médecin généraliste Médecin coordonnateur du réseau ROMDES Jean-Pierre Lamandé 1 Les protagonistes

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en plein

La chirurgie de l obésité en plein 1 sur 6 14/10/2014 13:52 La chirurgie de l obésité en plein essor LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 13.10.2014 à 14h25 Mis à jour le 14.10.2014 à 11h51 Par Pascale Santi (/journaliste/pascale-santi/) «Sans titre»,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

faible niveau d AP habituelle + sédentarité élevée + grande prise de poids avec le temps.

faible niveau d AP habituelle + sédentarité élevée + grande prise de poids avec le temps. Le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a sollicité l INSERM pour la réalisation d une expertise collective, à partir des connaissances scientifiques et médicales, concernant les

Plus en détail

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE UNIVERSITES PARIS VI, PARIS V, PARIS XI, PARIS XII Année 2009-2010 Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE par François LHUISSIER Université Paris 13 DESC de médecine du sport

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant!

Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant! Des régimes qui font perdre patience, mais pas de poids! Maigrir sans effort, c'est fatigant! De nos jours, la question de la perte de poids, tout comme le taux d obésité et les maladies chroniques en

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Point d information 21 février 2013 Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Avec une prévalence de 15% de la population adulte, l obésité touche en France 6,9 millions de personnes

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR?

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE CECIL SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? «FAITES DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE, C EST BON POUR VOTRE SANTÉ». C EST LE PRINCIPAL MESSAGE

Plus en détail

L activité physique, facteur de santé.

L activité physique, facteur de santé. Formation optionnelle des Internes en médecine générale 18-19. 09. 2014 L activité physique, facteur de santé. Notions générales. Effet sur le diabète de type 2 et sur les cancers Jehan Lecocq Jehan.lecocq@chru-strasbourg.fr

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Global Training. Conférences et Bilan prévention santé en entreprise

Global Training. Conférences et Bilan prévention santé en entreprise Global Training Conférences et Bilan prévention santé en entreprise W Sommaire l entreprise 3 Les troubles psychosociaux, Une sédentarité croissante Nos services et tarifs 4, 5 6 Les témoignages 7 Jean-François

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives La surveillance du diabète en France Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives Anne Fagot-Campagna, MD, PhD Epidémiologiste, endocrinologue Institut de Veille sanitaire, France

Plus en détail

«L activité physique au service de la lutte contre le cancer du sein en Europe»

«L activité physique au service de la lutte contre le cancer du sein en Europe» Compte-rendu CONFERENCE EUROPEENNE «L activité physique au service de la lutte contre le cancer du sein en Europe» MARDI 4 DECEMBRE 2012 PARLEMENT EUROPEEN, BRUXELLES INTERVENANTS Sophie AUCONIE, Eurodéputée

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

L obésité constitue un risque important

L obésité constitue un risque important Le diabète de type 2 et l obésité : un lien incontournable Caroline Rhéaume, M.D., Ph. D., MCCM Patrice Brassard, Ph. D. L obésité constitue un risque important pour la santé et est reliée à plusieurs

Plus en détail

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées La Formation et la Recherche en APA-Santé: quels enjeux pour quelles populations cibles? Pr Pascale DUCHÉ 29, 30 et 31 mars 2012 Orsay

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

L activité physique, facteur de prévention du vieillissement musculaire

L activité physique, facteur de prévention du vieillissement musculaire L activité physique, facteur de prévention du vieillissement musculaire Physiologiste au centre de recherche du Service de santé des armées de Grenoble Cet exposé vise à présenter l état des connaissances

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

4. Premier bilan après dix-huit mois d activité

4. Premier bilan après dix-huit mois d activité JOURNEE INTERNATIONALE DE L INFIRMIERE «Les infirmiers à l avant-garde des soins chroniques» CPAM DES ALPES MARITIMES 29 mai 2010 Page n 1 Sommaire 1. Contexte du service 2. Objectifs et caractéristiques

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ************ ANNEE 2011 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale ************ Présentée et soutenue

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

l activité physique Comprendre pour mieux agir Le guide qui préserve votre capital Bien-être N 5 SEPT - Déc 2009

l activité physique Comprendre pour mieux agir Le guide qui préserve votre capital Bien-être N 5 SEPT - Déc 2009 Le guide qui préserve votre capital Bien-être N 5 SEPT - Déc 2009 Comprendre l activité physique pour mieux agir Revue gratuite EN PARTENARIAT AVEC LE MINISTÈRE de la Santé et de la Qualité de la Vie éditorial

Plus en détail

Adaptation du diabétique à

Adaptation du diabétique à Adaptation du diabétique à l'activité i physique à risque l'exemple l de la plongée sous marine Dr Sylvie PRADINES Diabétologue Médecin fédéral FFESSM Grenoble (R.A.B.A) Mise à jour juin 2010 Généralités

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ SANTÉ Dossier 9 Avec la MGEFI l activité physique rime avec santé Pour l année 2014, la MGEFI a fait le choix de sensibiliser ses adhérents aux bienfaits de l activité physique sur la santé. Parmi les

Plus en détail

Activité physique. Expertise collective. Activité physique. Expertise collective. Contextes et effets sur la santé. Contextes et effets sur la santé

Activité physique. Expertise collective. Activité physique. Expertise collective. Contextes et effets sur la santé. Contextes et effets sur la santé Expertise collective Activité physique Contextes et effets sur la santé L exercice physique est de moins en moins intégré aux activités de la vie quotidienne telles que le travail ou les déplacements.

Plus en détail

Des recommandations internationales récentes définissent des niveaux d activité physique bénéfiques pour la santé

Des recommandations internationales récentes définissent des niveaux d activité physique bénéfiques pour la santé Dossier de presse Paris, le 1 er avril 2008 Activité physique, contextes et effets sur la santé Une expertise collective de l Inserm L activité physique regroupe à la fois l exercice physique de la vie

Plus en détail

Master Nutrition Humaine et Santé (NH)

Master Nutrition Humaine et Santé (NH) Master Nutrition Humaine et Santé (NH) BAC+ Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Nutrition, Santé, Aliments Organisation : Faculté de Médecine, Faculté de Pharmacie Cohabilitation : Université

Plus en détail

Spécialité Exercice Sport Santé Handicap (ESSH) SEMESTRE S1 Commun avec la spécialité APAS

Spécialité Exercice Sport Santé Handicap (ESSH) SEMESTRE S1 Commun avec la spécialité APAS Spécialité Exercice Sport Santé Handicap (ESSH) SEMESTRE S1 Commun avec la spécialité APAS Type d'u.e. UE 1.1. Commune Intitulé et descriptif des U.E. Compétences visées Intervenants Coef. Nombre d'heures

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être»

Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être» Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être» La Ministre chargée des Sports (M me Valérie FOURNEYRON) et la Ministre chargée de la Santé (M me Marisol TOURRAINE) ont présenté en conseil des ministres le 8 octobre

Plus en détail

Chirurgie bariatrique de l adolescent

Chirurgie bariatrique de l adolescent Chirurgie bariatrique de l adolescent P. Tounian 1 Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme et Nutrition

Plus en détail

Plan de Formation des internes et chefs de clinique

Plan de Formation des internes et chefs de clinique Plan de Formation des internes et chefs de clinique Service d Endocrinologie, Diabétologie, Hypertension et Nutrition Département des Spécialités de médecine HUG, Genève Adresse pour la correspondance

Plus en détail

Programme obésité en région Nord - Pas-de-Calais. Programme Régional de lutte contre l Obésité 2014-2018

Programme obésité en région Nord - Pas-de-Calais. Programme Régional de lutte contre l Obésité 2014-2018 Programme Régional de lutte contre l Obésité 2014-2018 0 Sommaire Résumé... 2 Introduction... 3 1. Comprendre le défi de l obésité... 4 1.1 Etiologie et définitions... 4 1.2 Mortalité et comorbodités...

Plus en détail

Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle. Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska

Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle. Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska 1 Qu est-ce qu un kinésiologue? Le kinésiologue est le

Plus en détail

L OBESITE Sommet de l iceberg!

L OBESITE Sommet de l iceberg! L OBESITE Sommet de l iceberg! Docteur Patrick Van Alphen Médecine et Psychologie de l Obésité Clinique du Poids Idéal CHU Saint-Pierre Depuis quelques dizaines d années : Augmentation de la graisse dans

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy

Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy Le 4 Avril a eu lieu la soirée thématique «Vieillissement et muscle», organisée par le laboratoire CITRAGE (www.citrage.com),

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

DIU Médecine et chirurgie de l obésité

DIU Médecine et chirurgie de l obésité DIU Médecine et chirurgie de l obésité Facultés de Médecine de Toulouse, Bordeaux, Limoges / Prs P Ritz, V Rigalleau, JC Desport INTRODUCTION La prévalence de l obésité augmente pour atteindre 12% de la

Plus en détail

Voies biologiques de la Sarcopénie

Voies biologiques de la Sarcopénie Voies biologiques de la Sarcopénie Pr. Agathe Raynaud-Simon Département de Gériatrie, Hôpitaux Bichat, Beaujon et Bretonneau APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 EA4466, Biologie de la Nutrition,

Plus en détail

Comment pouvons-nous multiplier les possibilités d activité physique au travail?

Comment pouvons-nous multiplier les possibilités d activité physique au travail? Comment pouvons-nous multiplier les possibilités d activité physique au travail? Gabriela Tymowski, Ph. D. Faculté de kinésiologie, Université du Nouveau-Brunswick Fondation des maladies du cœur du Nouveau-Brunswick

Plus en détail