L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière"

Transcription

1 L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière

2 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

3 INTRODUCTION Mise en place individualisée d une activité physique à but préventif primaire et/ou thérapeutique adaptée à la personne présentant les effets d un état de sédentarité Nécessité d intervenants multiples Individu / patient, famille Médecins, paramédicaux Professionnels de l éducation physique..

4 INTRODUCTION Intervention du médecin : Indispensable s il y a pathologie et sinon conseillée ++ évaluation, prescription et suivi Objectifs de l évaluation médicale Indications Contre-indications et facteurs limitant Évaluation d indicateurs de suivi Niveau activité physique Qualités physiques Bilan clinique et complémentaire Permettre une prescription adaptée et individualisée

5 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

6 INDICATIONS Définir les buts recherchés et indications Quel est le bénéfice attendu par le patient et le médecin? Perte de poids, amélioration de l équilibre glycémique, prévention cardio-vasculaire? Dépister et annuler les objectifs irréalistes (courir un marathon ). Donc se mettre d accord!

7 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

8 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

9 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Physique/physiologique : l âge, la condition physique ou l état de santé ostéo-articulaires : Arthrose modérée pathologie rachidienne (tassements, hernie discale ) Tendinopathie, syndrome rotulien. cardio-vasculaires HTA et exercices de force métaboliques : diabète (malaise), hypercholestérolémie

10 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Physique/physiologique : (suite) Pulmonaire : l asthme, la BPCO et gène à l effort Interactions médicamenteuses statines et myalgies insulinothérapie et effort (adaptations) ß bloquants, ß2 stimulants

11 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Individuel : Idées reçues concernant l activité physique Expériences antérieures négatives en matière d activité physique Gêne vis-à-vis du corps Manque de confiance en soi, sentiment d incapacité physique

12 FACTEURS LIMITANT Évaluer la motivation à changer ses habitudes d activité physique la classification des étapes de changements : Situer le stade auquel se situe le sujet apparaît important pour individualiser et orienter les premiers conseils.

13 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Socio-environnemental : Manque de temps, contraintes financières Difficulté d accès à des équipements récréatifs ou sportifs Absence de soutien par l entourage

14 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

15 ACTIVITE PHYSIQUE L évaluation de l activité physique (AP) partie des habitudes de vie est un temps essentiel de l entretien personnalisé. Toujours préalable à la prescription. Il faut caractériser l AP en termes de (FIDT) : Fréquence, Intensité moyenne, Durée de chaque session et Type d exercices (éventuellement dépense énergétique par semaine).

16 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique même succinctement c est utile! car permet : d individualiser les conseils donnés, de limiter le risque d accident et de mesurer les effets obtenus en termes d augmentation de l activité quotidienne (ou de diminution du comportement sédentaire). l évaluation du temps passé à des occupations sédentaires et des modes de trajet (pour se rendre à l école ou au travail) est essentielle

17 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Chez l adulte :

18 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Chez l enfant : estimer la place des activités physiques et sportives dans le mode de vie de l individu et de sa famille : au sein de l école : la participation aux cours d EPS, les dispenses éventuelles et leurs motifs, la participation aux activités des associations sportives scolaires en dehors de l école : la pratique sportive en club ou association mais aussi la pratique d activités physiques non structurées en semaine et le week-end ; évaluer le niveau d activité physique des parents et de la fratrie ainsi que le soutien qu ils sont susceptibles d apporter à l enfant dans ce domaine.

19 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique nombreuses méthodes de mesure de l activité physique habituelle qui peuvent être classées en quatre grands types : carnets et questionnaires d activité physique, compteurs de mouvements (ex. podomètres et accéléromètres), marqueurs physiologiques (ex. fréquence cardiaque) calorimétrie indirecte, Les paramètres recueillis diffèrent en fonction de la méthode utilisée et donc l emploi de l une ou l autre de ces méthodes ne permet en général l approche que d un aspect en rapport avec l activité physique habituelle.

20 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique La méthode du carnet (ou journal) d activité physique : report par le sujet lui-même de ses activités / carnet à intervalles réguliers autoévaluation par le patient au cours du suivi. Les questionnaires représentent la méthode d évaluation de l AP la plus répandue Autoadministrés ou remplis lors d un entretien. différents types d activités (professionnelles, domestiques, loisirs, sport,ou des activités spécifiques) à l aide de réponses ouvertes ou fermées. période des 24 heures, 7 jours ou 12 mois précédents, voire la vie entière. l expression des résultats est variable (unités arbitraires, durée, équivalent énergétique ).

21 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Le podomètre mesurer le nombre de pas effectués / sujet (le plus simple des compteurs de mouvement) taille d une petite boîte d allumettes et se fixe à la ceinture au-dessus de la hanche / clip. ne mesure que le nombre de pas ne permet pas d évaluer l intensité du mouvement ni la dépense énergétique liée à l activité. La précision est variable en fonction des modèles disponibles.

22 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Le podomètre (suite) : Après avoir mesuré la longueur du pas habituel du sujet => distance parcourue. La marche étant l activité physique la plus fréquente, en pratique, le podomètre est un outil simple d évaluation de ce type d activité dans la vie quotidienne. Son utilisation permet également une autoévaluation par les sujets eux-mêmes, pouvant aider à fixer des objectifs réalistes et à évaluer s ils ont été atteints.

23 ACTIVITE PHYSIQUE

24 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique accéléromètres portables : dimensions comparables au podomètre, Lors du mouvement, le tronc est soumis à des accélérations et décélérations proportionnelles à la force musculaire exercée et donc à l énergie dépensée. permettent de mesurer le signal d accélération décélération => estimation du mouvement et de son intensité dans la vie courante. résultats : unités de mouvements («coups») / unité de temps ou en dépense énergétique liée à l activité. les activités statiques (port de charges, vélo, rame ) sont mal prises en compte.

25 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Cardiofréquencemètre : émetteur de petite taille, avec des électrodes précordiales maintenues par une sangle thoracique, et d un microprocesseur (montrebracelet) enregistrent la fréquence cardiaque en continu. relation linéaire entre la FC et le VO2 chez un individu soumis à un exercice de puissance progressivement croissante. déterminent la FC moyenne, le pourcentage du temps passé au dessus de la FC de repos ou d un autre seuil de FC donné.

26 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Cardiofréquencemètre (suite) : Souvent utilisée lors de programmes d entraînement suivi. Son intérêt est plus limité pour l évaluation de l activité physique habituelle chez les sujets les moins actifs. De plus, dans certaines circonstances (stress, température externe élevée ), la fréquence cardiaque peut être augmentée sans relation avec l activité physique.

27 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Questionnaires Actiphymètre, Claude bouchard Inconvénient : surévaluation fréquente Intérêt : évaluation qualitative > quantitative, environnement Compteurs de mouvement Podomètre (adapté si activité principale = marche) Accéléromètre (bonne mesure intensité, mais lourd à mettre en place) Cardiofréquencemètrie intéressant pour l endurance et les séances programmées. Inconvénient : Variation FC pour d autres causes que l exercice.

28 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

29 L ENVIRONNEMENT Apprécier l environnement Déterminer les activités du patient professionnelles : vie active ou retraite familiales autres : vie associative, activités culturelles Définir le temps libre (quel temps le(la) patient(e) peut consacrer à une activité physique?) et les lieux possibles d activité (environnement urbain, rural, proximité d un parc, d une piscine, disponibilité d une voiture... Matériel disponible à domicile : vélo, cardiofréquencemètre, haltères, tapis de sol.

30 LA CULTURE SPORTIVE Le patient est un ancien sportif : Sports déjà pratiqués et activités préférées Marche / Vélo / Natation /Autre (Ex : roller ) Plus facile de le convaincre des effets bénéfiques de l activité physique. Reprise très progressive de l activité. Tendance ++ à vouloir reprendre à son ancien niveau. Expliquer le déconditionnement physique important qu entraîne la sédentarité. Qu il faut laisser le temps aux adaptations (cardiovasculaires, respiratoires, métaboliques, musculaires) de se remettre en place. Le patient est un «Churchill»

31 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

32 LES ANTECEDENTS Personnes apparemment saines ATCD familiaux + personnels Personnes présentant des facteurs de risques pour leur santé Étude des facteurs de risque ATCD familiaux + personnels Personnes présentant une pathologie Apprécier la nature, la gravité, la stabilité et les modalités thérapeutiques de la pathologie ATCD familiaux + personnels

33 BILAN PHYSIQUE Anthropométrie Poids actuel Poids recherché Taille Masse grasse IMC : P/T² Étude de la croissance Courbes staturo-pondérales (carnet de santé++) Maturation pubertaire

34 BILAN PHYSIQUE Appareils locomoteur Rachis : Déformations : cyphose, scoliose, hyperlordose Souplesse : Distance doigts sol, schöber Évaluation musculature paravertébrale et abdominale Membres inférieurs et supérieurs : Étude des mobilités articulaires, douleurs Souplesse : IJ, Q Axe et longueur : valgus, varus, recurvatum Pieds : Statique du pied, forme des orteils, hyperkératose Estimation de la dynamique plantaire : chaussures

35 BILAN PHYSIQUE Appareil respiratoire Auscultation Inspection : déformation Appareil cardio-vasculaire Auscultation précordiale et gros troncs artériels Palpation des pouls périphériques PAS/PAD : droit et gauche État veineux des Membres inférieurs Neurologique : Réflexes, déficit moteur, sensibilité, latéralité, équilibre

36 BILAN PHYSIQUE Abdomen : Palpation (hernie) et inspection (insuff. musculaire) Dermatologique Mycose++ Bucco-dentaire Lésion dentaire ORL Aspect des tympans, perméabilité tubaire, sinus Général Ganglionnaire, thyroïde.. État des vaccinations (VAT++)

37 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

38 BILAN COMPLEMENTAIRE Fonction : Résultat du bilan clinique Facteurs de risque identifiés Pathologie(s) identifiées Prescriptions souhaitables Liste non exhaustive : EE, ECG, GDS, Biologie, Rx Buts : Évaluation initiale du patient : recherche de non contre-indication + étude des qualités physiques Indications à la prescription Indicateurs d intensité d exercice

39 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

40 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de la souplesse tendino-musculaire : Rachis lombaire : Distance mains-sol, inclinaisons latérale Schöber Chaîne tendino-musculaire postérieure Lasègue : mesure hauteur talon-table d examen sans mouvement du bassin Chaîne tendino-musculaire antérieure A plat ventre genou fléchi : mesure de la distance genoutable d examen Chaîne tendino-musculaire interne Mesure au goniomètre Élévation antérieure du membre supérieur : Position main en AV, à hauteur, en AR de l apex du crâne : (dos droit) Croisement des bras (droit et gauche)dans le dos, avec mesure de la distance interdigitale.

41 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de la force : Mb supérieurs : Statique : Serrage manuel Mb inférieurs Statique : Force de quadriceps Dynamique : Détente verticale Tronc Abdominaux statiques : Mesure de la durée de maintien en position tronc et membres inférieurs relevés, signe des talons décollés. Abdominaux dynamiques : Mesure du nombre de semi-relevé de tronc, membres inférieurs en équerre ou repliés Lombaires statiques : Mesure de la durée de maintien buste relevé, sujet à plat ventre, membres inférieurs maintenu par l examinateur Lombaires dynamiques : Mesure du nombre de relevés de bassin, allongé sur le dos genoux repliés.

42 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de l équilibre : Équilibre sur Membre inférieur droit et gauche bras tendus : yeux ouverts et fermés Test de Romberg Sautillement en croix et en demi-cercle si possible Évaluation de l intensité de travail recherchée : Seuil aérobie, Lipoxmax : Valeur de la fréquence cardiaque et % de Fcmax Valeur de la puissance au seuil Sensations cliniques VO2max (puissance aérobie)

43 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

44 LA PRESCRIPTION La prescription doit être écrite avec le patient. On doit recueillir son adhésion! Cette ordonnance doit définir : le type d exercice, sa fréquence, sa durée et son intensité. Les précautions à prendre Tenir compte du contexte +++ Elle peut se concevoir à trois niveaux : Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale Niveau 3 : Exercices associés

45 LA PRESCRIPTION Éléments susceptibles de garder les patients motivés : Se fixer des objectifs réalisables! à court, moyen et long terme permet de garder la concentration et d éviter la monotonie. Encourager à varier les activités, Mettre en avant les aspects plaisir, rencontre et bien être.

46 LA PRESCRIPTION Les éléments nécessaires : Toujours après synthèse Bilan pathologie : nature, la gravité, la stabilité les modalités thérapeutiques ATCD familiaux et personnels Mode de vie : Obstacles à l activité Facteurs favorisants, temps libre Bilan clinique Évaluation des qualités physiques : Équilibre Force Endurance Identification intensité optimale d exercice

47 LA PRESCRIPTION Niveau 1 = Ne pas être sédentaire «Comment en faire un peu plus dans la vie de tous les jours?»

48 LA PRESCRIPTION Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Intérêt du podomètre Objectif = Nombre moyen de pas quotidiens calculé sur une semaine + 20%.

49 LA PRESCRIPTION Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale = Activité «structurée» INTENSITE Sensation clinique activité d intensité modérée : «tout en transpirant un peu et en étant légèrement essoufflée, la personne est encore capable de parler» activité d intensité élevée : «la personne ne peut plus dire une phrase de manière continue» FC (cardiofréquencemètre) Apprentissage utilisation Facteurs de variations de la FC +++ Connaître les valeurs de l individu Vitesse de course ou marche, Puissance (ergocycle)

50 LA PRESCRIPTION Niveau 2 = Activité «structurée» FREQUENCE 3 X par semaine Intérêt de varier les exercices DUREE 20 minutes (peuvent être fractionnées) PROGRESSIVITE ET REGULARITE!

51 LA PRESCRIPTION Niveau 3 : Activités «associées» Exercices associées : Travail équilibre Souplesse Force = renforcement musculaire Ils permettent : Mieux tolérer les activités physiques Prévention des traumatismes Entretien de la masse musculaire A orienter en fonction de l évaluation médicale

52 LE SUIVI réévaluation régulière qualitative et quantitative de l activité physique du patient (carnet, podomètre) Fréquence mensuelle puis trimestrielle, associée à une évaluation plus globale visant à préciser l état de santé du patient mais aussi la qualité de vie. médicale, nutritionnelle Psychosociale

53 LE SUIVI Suivi en lien avec les différents intervenants : éducateurs, kinés Notion de carnet de suivi, feuille de liaison.. Le cadre des activités et les moyens utilisés pour pratiquer l activité physique sont importants. Certains individus ont besoin d un encadrement pour être motivés, d autres souhaiteront évoluer en groupe, d autres préféreront les activités extérieures Chez l enfant, une priorité est d impliquer la famille, ce qui peut être moins le cas chez l adolescent

54 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

55 CONCLUSION Les conséquences de la sédentarité sur la santé sont multiples Les professionnels de santé doivent investir ce domaine de santé publique La prescription d activité physique à but thérapeutique relève d une réelle démarche médicale. Son application pratique ne peut se faire par le seul médecin.

56 CONCLUSION Nécessité d intervenants multiples Individu / patient, famille Médecins, paramédicaux Professionnels de l éducation physique.. La sédentarité relève de multiples facteurs Il faudra : agir sur l ensemble des comportements conduisant à la sédentarité identifier les obstacles à la pratique. Beaucoup d acteurs dont le monde sportif ont un rôle à jouer.

57 MERCI DE VOTRE ATTENTION

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP

Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP Dr Jean-Marc SENE médecin du sport Centre National des Sports de la Défense INTRODUCTION EVALUATION ACTIVITE

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015 Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015 Réunion d information 26 janvier 2015 Les objectifs du projet As du Cœur CONCEVOIR UN PROGRAMME D ACTIVITÉS PHYSIQUES

Plus en détail

Entraînement de la force musculaire

Entraînement de la force musculaire Module S.PH.370.0301.F.08 Evaluation et traitement des fonctions musculo-squelettiques Membre inférieur Entraînement de la force musculaire Les modes de contraction Isométrique Concentrique Excentrique

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

J.MERCIER. Pourquoi cet examen? EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 01/10/12 LIPCOM-RM)

J.MERCIER. Pourquoi cet examen? EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 01/10/12 LIPCOM-RM) 2 ème cycle DCEM MT4.7/2 (Nîmes) Examen médical d aptitude au sport Année Universitaire 2012-2013 EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DAPTITUDE AU SPORT Département de Physiologie Service Central de Physiologie

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

Technologie gymnique travail des abdominaux

Technologie gymnique travail des abdominaux 1 - Pourquoi renforcer Pour améliorer la respiration, avec une meilleure expiration Pour modifier la statique rachidienne, par rétroversion du bassin et limiter les appuis sur les arcs postérieurs, Pour

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

FÉDERATION FRANCAISE DE BASKET BALL DOSSIER MÉDICAL ARBITRE SECRET MÉDICAL

FÉDERATION FRANCAISE DE BASKET BALL DOSSIER MÉDICAL ARBITRE SECRET MÉDICAL FÉDERATION FRANCAISE DE BASKET BALL DOSSIER MÉDICAL ARBITRE SECRET MÉDICAL SAISON : Nom :... Prénom :... Date de naissance :... Profession :... Adresse : N...rue.......... Ville.. CP Téléphone (s) :...

Plus en détail

FICHE ADMINISTRATIVE

FICHE ADMINISTRATIVE FICHE ADMINISTRATIVE SAISON : 2012-13 Nom : Prénom : Date de naissance : ADRESSE : Fille / Garçon Code postal : ville : : SPORT PRATIQUE : Catégorie : Surclassement : OUI NON Nombre d années d ancienneté

Plus en détail

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière.

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Mathias WILLAME Masseur Kinésithérapeute Ostéopathie. Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement,

Plus en détail

Perdre l équilibre = chuter

Perdre l équilibre = chuter Les chutes Perdre l équilibre = chuter Conséquences : - 2 millions de chutes par an - 1/3 des + de 65 ans concernés chaque année - 30% des chutes entrainent une hospitalisation - 40% entrainent une fracture

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique

Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique Conçu par le centre médico-sportif de Bretagne-Sud Objectif général : Apporter des repères pédagogiques aux éducateurs sportifs partenaires de l événement

Plus en détail

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION NOM PRÉNOM CLASSE Projet Choisi LES DIFFERENTS TYPES DE FORCES QUE NOUS UTILISERONS TYPES DE FORCE VITESSE ou EXPLOSIVE % de la charge maximale en 10 répétitions 70%

Plus en détail

ENTRETIEN PHYSIQUE ET RETOUR SUR LE TERRAIN DU FOOTBALLEUR BLESSE. Docteur Stéphane CASCUA Centre de formation du PSG

ENTRETIEN PHYSIQUE ET RETOUR SUR LE TERRAIN DU FOOTBALLEUR BLESSE. Docteur Stéphane CASCUA Centre de formation du PSG ENTRETIEN PHYSIQUE ET RETOUR SUR LE TERRAIN DU FOOTBALLEUR BLESSE Docteur Stéphane CASCUA Centre de formation du PSG Un footballeur et son entraîneur passent une petite annonce : «Articulation retrouvée

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été.

Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été. Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été. Ce programme consiste à faire au moins deux séances d entraînement

Plus en détail

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF Dr Frédéric MATON SUIVI MEDICAL SE CONNAÎTRE! MODE D ENTRAINEMENT EQUIPEMENT FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ETIREMENTS REGLES DIETETIQUES Visite d aptitude: Quel intérêt?

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR?

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE CECIL SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? «FAITES DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE, C EST BON POUR VOTRE SANTÉ». C EST LE PRINCIPAL MESSAGE

Plus en détail

Outils d évaluation de la performance en APA

Outils d évaluation de la performance en APA Outils d évaluation de la performance en APA S. Lemoine-Morel Laboratoire Mouvement Sport Santé (M2S) Université Rennes 2 ENS Cachan. EA1274. Rennes, France sophie.lemoine-morel@uhb.fr Evaluation des capacités

Plus en détail

Comité Régional de Bourgogne ------

Comité Régional de Bourgogne ------ in Plan Régional de Détection et d Evaluation des Pilotes PLAN REGIONAL DE DETECTION ET D EVALUATION DES PILOTES Comité Régional de la Fédération Française de Cyclisme de Bourgogne Comité Régional de Bourgogne

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

Courses Juniors Conseils d entraînement

Courses Juniors Conseils d entraînement Courses Juniors Conseils d entraînement Nouveautés proposées par le Genève Marathon for Unicef en 2010, 4 courses de 1km à 3 km seront à nouveau proposées pour les juniors âgés de 6 à 13 ans. Pour des

Plus en détail

ppg : l autre moyen de progresser!

ppg : l autre moyen de progresser! ppg : l autre moyen de progresser! Cinq exercices de PPG 1. Gainage Intérêt : renforcement musculaire et particulièrement les chaînes musculaires abdominaux/dorsaux/pectoraux. a) Gainage ventral sur les

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

Conduite d un examen médical de non contre-indication à la pratique du sport (111a) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Docteur Michel GUINOT Décembre 2002

Conduite d un examen médical de non contre-indication à la pratique du sport (111a) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Docteur Michel GUINOT Décembre 2002 Conduite d un examen médical de non contre-indication à la pratique du sport (111a) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Docteur Michel GUINOT Décembre 2002 Pré-Requis : sémiologie clinique cardio-respiratoire et

Plus en détail

DIVERSES PATHOLOGIES CHEZ LE CYCLISTE

DIVERSES PATHOLOGIES CHEZ LE CYCLISTE DIVERSES PATHOLOGIES CHEZ LE CYCLISTE TENDINITE ROTULIENNE Manivelles trop longues, selle trop basse, utilisation de trop grands braquets, position en " bec de selle ". La " bonne longueur de manivelles"

Plus en détail

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos KINĒ SITHĒ RAPIE DU SPORT Fiche Pratique publiée le 01.10.08 Quelques exercices pour prévenir le mal de dos Par le Docteur Frédéric Maton, médecin du sport. La première étape d une bonne prévention, passe

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile»

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile» SPORT SANTE «expérience dans l obésité infantile» DU Promotion de la santé et activité physique et sportive : prescription d activités physiques à titre préventif ou thérapeutique 25 janvier 2011 Présentation

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

DEMARCHE DE REENTRAINEMENT A L EFFORT A DOMICILE

DEMARCHE DE REENTRAINEMENT A L EFFORT A DOMICILE DEMARCHE DE REENTRAINEMENT A L EFFORT A DOMICILE 2 Démarche de réentrainement à l effort à domicile Ce fascicule présente une démarche pour le réentrainement à l effort et des exercices réalisés avec le

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL LYCEE J. FAVARD GUERET DEVELOPPE COUCHE Placement : Bas du dos collé au banc, pieds posés sur le banc, les yeux sous la barre Exécution : Contrôler la descente de la barre

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

La prévention des blessures ou inconforts en cyclisme

La prévention des blessures ou inconforts en cyclisme La prévention des blessures ou inconforts en cyclisme Présentation Club Cycliste Cyclorizon 22 avril 2015 Nicolas Poirier Physiothérapeute, «Bike PT» Fondateur de PhysioCycle Mon cheminement Diplômé en

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques. 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques

Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques. 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques UTILISATION DU COMPTEUR D ACTIVITÉS PHYSIQUES Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques Le Compteur

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Filières et activité sportive KNUTTGEN Journal of Strength and Conditioning Research,

Plus en détail

Activité Physique Adaptée

Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Ce programme est encadré par l un de nos éducateurs médicosportifs. Ils sont formés à l éducation à la santé et vous proposent des exercices adaptés

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé

Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé Niveau primaire 3e cycle Niveau secondaire 1er à 5e sec. Durée : 4 cours Compétence disciplinaire : -Agir -Adopter un mode de vie sain Auteure

Plus en détail

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé Sommaire I. Pourquoi le programme «Bouger sur prescription» en Savoie?... 2 II. Le programme «Bouger sur

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

exemples d'exercices pour l'entraînement de la force

exemples d'exercices pour l'entraînement de la force Physical activity promotion in primary care exemples d'exercices pour l'entraînement de la force INFORMATION DESTINÉE AUX PATIENTS Physical activity promotion in primary care exemples d'exercices pour

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Orthèse lombaire et abdominale

Orthèse lombaire et abdominale Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

La genèse et le calendrier

La genèse et le calendrier AVEC LE SOUTIEN DE La genèse et le calendrier Fin 2011-2012 : Contact entre Pierre MOLINA D ARANDA et l Agence Ecomobilité Mobilisation de la CPAM et contact de l URPS 2013 : Soirée d information aux médecins

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

L examen de santé de l UC-Centre de Médecine Préventive PRÉSENTATION

L examen de santé de l UC-Centre de Médecine Préventive PRÉSENTATION L examen de santé de l UC-Centre de Médecine PRÉSENTATION SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE SYNTHÈSE p. 1 Venez faire une «Pause Santé» à l UC-Centre de Médecine L ACTION DU CENTRE D EXAMEN DE SANTÉ p. 2 Ses missions

Plus en détail

Le programme d entraînement Activie. Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe

Le programme d entraînement Activie. Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe Le programme d entraînement Activie Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe Le programme d entraînement Activie Conflit d intérêts: Dre Carole Lapointe: Hématologue Oncologue de la CSL Aucun conflit

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE LE GOLF EST-IL UN SPORT???? GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech www.preparationphysique.net SOMMAIRE Geste du golf en chiffre La préparation physique, à quoi ça sert?

Plus en détail

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance!

LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance! LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance! Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport www.irbms.com Acteur par Passion dans le Sport et la Santé Dr Frédéric MATON Mme Brigitte KOTWICA M.

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES

ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES Jean-François KAHN Laboratoire de Physiologie CHU Pitié-Salpêtrière INTRODUCTION Notion de risque FACTEURS DE RISQUE Fréquence de la pratique Intensité de la pratique

Plus en détail

Sport, Santé et Préparation Physique N 26

Sport, Santé et Préparation Physique N 26 Sport, Santé et Préparation Physique N 26 Lettre électronique des entraîneurs du Val-de-Marne NOVEMBRE 2004 Université Paris 12 Conseil général du Val-de-Marne Sommaire de ce numéro : 1) A propos de l

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail