L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière"

Transcription

1 L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière

2 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

3 INTRODUCTION Mise en place individualisée d une activité physique à but préventif primaire et/ou thérapeutique adaptée à la personne présentant les effets d un état de sédentarité Nécessité d intervenants multiples Individu / patient, famille Médecins, paramédicaux Professionnels de l éducation physique..

4 INTRODUCTION Intervention du médecin : Indispensable s il y a pathologie et sinon conseillée ++ évaluation, prescription et suivi Objectifs de l évaluation médicale Indications Contre-indications et facteurs limitant Évaluation d indicateurs de suivi Niveau activité physique Qualités physiques Bilan clinique et complémentaire Permettre une prescription adaptée et individualisée

5 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

6 INDICATIONS Définir les buts recherchés et indications Quel est le bénéfice attendu par le patient et le médecin? Perte de poids, amélioration de l équilibre glycémique, prévention cardio-vasculaire? Dépister et annuler les objectifs irréalistes (courir un marathon ). Donc se mettre d accord!

7 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

8 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

9 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Physique/physiologique : l âge, la condition physique ou l état de santé ostéo-articulaires : Arthrose modérée pathologie rachidienne (tassements, hernie discale ) Tendinopathie, syndrome rotulien. cardio-vasculaires HTA et exercices de force métaboliques : diabète (malaise), hypercholestérolémie

10 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Physique/physiologique : (suite) Pulmonaire : l asthme, la BPCO et gène à l effort Interactions médicamenteuses statines et myalgies insulinothérapie et effort (adaptations) ß bloquants, ß2 stimulants

11 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Individuel : Idées reçues concernant l activité physique Expériences antérieures négatives en matière d activité physique Gêne vis-à-vis du corps Manque de confiance en soi, sentiment d incapacité physique

12 FACTEURS LIMITANT Évaluer la motivation à changer ses habitudes d activité physique la classification des étapes de changements : Situer le stade auquel se situe le sujet apparaît important pour individualiser et orienter les premiers conseils.

13 FACTEURS LIMITANT Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Socio-environnemental : Manque de temps, contraintes financières Difficulté d accès à des équipements récréatifs ou sportifs Absence de soutien par l entourage

14 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

15 ACTIVITE PHYSIQUE L évaluation de l activité physique (AP) partie des habitudes de vie est un temps essentiel de l entretien personnalisé. Toujours préalable à la prescription. Il faut caractériser l AP en termes de (FIDT) : Fréquence, Intensité moyenne, Durée de chaque session et Type d exercices (éventuellement dépense énergétique par semaine).

16 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique même succinctement c est utile! car permet : d individualiser les conseils donnés, de limiter le risque d accident et de mesurer les effets obtenus en termes d augmentation de l activité quotidienne (ou de diminution du comportement sédentaire). l évaluation du temps passé à des occupations sédentaires et des modes de trajet (pour se rendre à l école ou au travail) est essentielle

17 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Chez l adulte :

18 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Chez l enfant : estimer la place des activités physiques et sportives dans le mode de vie de l individu et de sa famille : au sein de l école : la participation aux cours d EPS, les dispenses éventuelles et leurs motifs, la participation aux activités des associations sportives scolaires en dehors de l école : la pratique sportive en club ou association mais aussi la pratique d activités physiques non structurées en semaine et le week-end ; évaluer le niveau d activité physique des parents et de la fratrie ainsi que le soutien qu ils sont susceptibles d apporter à l enfant dans ce domaine.

19 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique nombreuses méthodes de mesure de l activité physique habituelle qui peuvent être classées en quatre grands types : carnets et questionnaires d activité physique, compteurs de mouvements (ex. podomètres et accéléromètres), marqueurs physiologiques (ex. fréquence cardiaque) calorimétrie indirecte, Les paramètres recueillis diffèrent en fonction de la méthode utilisée et donc l emploi de l une ou l autre de ces méthodes ne permet en général l approche que d un aspect en rapport avec l activité physique habituelle.

20 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique La méthode du carnet (ou journal) d activité physique : report par le sujet lui-même de ses activités / carnet à intervalles réguliers autoévaluation par le patient au cours du suivi. Les questionnaires représentent la méthode d évaluation de l AP la plus répandue Autoadministrés ou remplis lors d un entretien. différents types d activités (professionnelles, domestiques, loisirs, sport,ou des activités spécifiques) à l aide de réponses ouvertes ou fermées. période des 24 heures, 7 jours ou 12 mois précédents, voire la vie entière. l expression des résultats est variable (unités arbitraires, durée, équivalent énergétique ).

21 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Le podomètre mesurer le nombre de pas effectués / sujet (le plus simple des compteurs de mouvement) taille d une petite boîte d allumettes et se fixe à la ceinture au-dessus de la hanche / clip. ne mesure que le nombre de pas ne permet pas d évaluer l intensité du mouvement ni la dépense énergétique liée à l activité. La précision est variable en fonction des modèles disponibles.

22 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Le podomètre (suite) : Après avoir mesuré la longueur du pas habituel du sujet => distance parcourue. La marche étant l activité physique la plus fréquente, en pratique, le podomètre est un outil simple d évaluation de ce type d activité dans la vie quotidienne. Son utilisation permet également une autoévaluation par les sujets eux-mêmes, pouvant aider à fixer des objectifs réalistes et à évaluer s ils ont été atteints.

23 ACTIVITE PHYSIQUE

24 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique accéléromètres portables : dimensions comparables au podomètre, Lors du mouvement, le tronc est soumis à des accélérations et décélérations proportionnelles à la force musculaire exercée et donc à l énergie dépensée. permettent de mesurer le signal d accélération décélération => estimation du mouvement et de son intensité dans la vie courante. résultats : unités de mouvements («coups») / unité de temps ou en dépense énergétique liée à l activité. les activités statiques (port de charges, vélo, rame ) sont mal prises en compte.

25 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Cardiofréquencemètre : émetteur de petite taille, avec des électrodes précordiales maintenues par une sangle thoracique, et d un microprocesseur (montrebracelet) enregistrent la fréquence cardiaque en continu. relation linéaire entre la FC et le VO2 chez un individu soumis à un exercice de puissance progressivement croissante. déterminent la FC moyenne, le pourcentage du temps passé au dessus de la FC de repos ou d un autre seuil de FC donné.

26 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Cardiofréquencemètre (suite) : Souvent utilisée lors de programmes d entraînement suivi. Son intérêt est plus limité pour l évaluation de l activité physique habituelle chez les sujets les moins actifs. De plus, dans certaines circonstances (stress, température externe élevée ), la fréquence cardiaque peut être augmentée sans relation avec l activité physique.

27 ACTIVITE PHYSIQUE Évaluer le niveau habituel d activité physique Questionnaires Actiphymètre, Claude bouchard Inconvénient : surévaluation fréquente Intérêt : évaluation qualitative > quantitative, environnement Compteurs de mouvement Podomètre (adapté si activité principale = marche) Accéléromètre (bonne mesure intensité, mais lourd à mettre en place) Cardiofréquencemètrie intéressant pour l endurance et les séances programmées. Inconvénient : Variation FC pour d autres causes que l exercice.

28 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

29 L ENVIRONNEMENT Apprécier l environnement Déterminer les activités du patient professionnelles : vie active ou retraite familiales autres : vie associative, activités culturelles Définir le temps libre (quel temps le(la) patient(e) peut consacrer à une activité physique?) et les lieux possibles d activité (environnement urbain, rural, proximité d un parc, d une piscine, disponibilité d une voiture... Matériel disponible à domicile : vélo, cardiofréquencemètre, haltères, tapis de sol.

30 LA CULTURE SPORTIVE Le patient est un ancien sportif : Sports déjà pratiqués et activités préférées Marche / Vélo / Natation /Autre (Ex : roller ) Plus facile de le convaincre des effets bénéfiques de l activité physique. Reprise très progressive de l activité. Tendance ++ à vouloir reprendre à son ancien niveau. Expliquer le déconditionnement physique important qu entraîne la sédentarité. Qu il faut laisser le temps aux adaptations (cardiovasculaires, respiratoires, métaboliques, musculaires) de se remettre en place. Le patient est un «Churchill»

31 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

32 LES ANTECEDENTS Personnes apparemment saines ATCD familiaux + personnels Personnes présentant des facteurs de risques pour leur santé Étude des facteurs de risque ATCD familiaux + personnels Personnes présentant une pathologie Apprécier la nature, la gravité, la stabilité et les modalités thérapeutiques de la pathologie ATCD familiaux + personnels

33 BILAN PHYSIQUE Anthropométrie Poids actuel Poids recherché Taille Masse grasse IMC : P/T² Étude de la croissance Courbes staturo-pondérales (carnet de santé++) Maturation pubertaire

34 BILAN PHYSIQUE Appareils locomoteur Rachis : Déformations : cyphose, scoliose, hyperlordose Souplesse : Distance doigts sol, schöber Évaluation musculature paravertébrale et abdominale Membres inférieurs et supérieurs : Étude des mobilités articulaires, douleurs Souplesse : IJ, Q Axe et longueur : valgus, varus, recurvatum Pieds : Statique du pied, forme des orteils, hyperkératose Estimation de la dynamique plantaire : chaussures

35 BILAN PHYSIQUE Appareil respiratoire Auscultation Inspection : déformation Appareil cardio-vasculaire Auscultation précordiale et gros troncs artériels Palpation des pouls périphériques PAS/PAD : droit et gauche État veineux des Membres inférieurs Neurologique : Réflexes, déficit moteur, sensibilité, latéralité, équilibre

36 BILAN PHYSIQUE Abdomen : Palpation (hernie) et inspection (insuff. musculaire) Dermatologique Mycose++ Bucco-dentaire Lésion dentaire ORL Aspect des tympans, perméabilité tubaire, sinus Général Ganglionnaire, thyroïde.. État des vaccinations (VAT++)

37 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

38 BILAN COMPLEMENTAIRE Fonction : Résultat du bilan clinique Facteurs de risque identifiés Pathologie(s) identifiées Prescriptions souhaitables Liste non exhaustive : EE, ECG, GDS, Biologie, Rx Buts : Évaluation initiale du patient : recherche de non contre-indication + étude des qualités physiques Indications à la prescription Indicateurs d intensité d exercice

39 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE FACTEURS LIMITANT ACTIVITE PHYSIQUE HABITUDES DE VIE BILAN CLINIQUE BILAN COMPLEMENTAIRE QUALITES PHYSIQUES PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

40 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de la souplesse tendino-musculaire : Rachis lombaire : Distance mains-sol, inclinaisons latérale Schöber Chaîne tendino-musculaire postérieure Lasègue : mesure hauteur talon-table d examen sans mouvement du bassin Chaîne tendino-musculaire antérieure A plat ventre genou fléchi : mesure de la distance genoutable d examen Chaîne tendino-musculaire interne Mesure au goniomètre Élévation antérieure du membre supérieur : Position main en AV, à hauteur, en AR de l apex du crâne : (dos droit) Croisement des bras (droit et gauche)dans le dos, avec mesure de la distance interdigitale.

41 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de la force : Mb supérieurs : Statique : Serrage manuel Mb inférieurs Statique : Force de quadriceps Dynamique : Détente verticale Tronc Abdominaux statiques : Mesure de la durée de maintien en position tronc et membres inférieurs relevés, signe des talons décollés. Abdominaux dynamiques : Mesure du nombre de semi-relevé de tronc, membres inférieurs en équerre ou repliés Lombaires statiques : Mesure de la durée de maintien buste relevé, sujet à plat ventre, membres inférieurs maintenu par l examinateur Lombaires dynamiques : Mesure du nombre de relevés de bassin, allongé sur le dos genoux repliés.

42 QUALITES PHYSIQUES Évaluation de l équilibre : Équilibre sur Membre inférieur droit et gauche bras tendus : yeux ouverts et fermés Test de Romberg Sautillement en croix et en demi-cercle si possible Évaluation de l intensité de travail recherchée : Seuil aérobie, Lipoxmax : Valeur de la fréquence cardiaque et % de Fcmax Valeur de la puissance au seuil Sensations cliniques VO2max (puissance aérobie)

43 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

44 LA PRESCRIPTION La prescription doit être écrite avec le patient. On doit recueillir son adhésion! Cette ordonnance doit définir : le type d exercice, sa fréquence, sa durée et son intensité. Les précautions à prendre Tenir compte du contexte +++ Elle peut se concevoir à trois niveaux : Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale Niveau 3 : Exercices associés

45 LA PRESCRIPTION Éléments susceptibles de garder les patients motivés : Se fixer des objectifs réalisables! à court, moyen et long terme permet de garder la concentration et d éviter la monotonie. Encourager à varier les activités, Mettre en avant les aspects plaisir, rencontre et bien être.

46 LA PRESCRIPTION Les éléments nécessaires : Toujours après synthèse Bilan pathologie : nature, la gravité, la stabilité les modalités thérapeutiques ATCD familiaux et personnels Mode de vie : Obstacles à l activité Facteurs favorisants, temps libre Bilan clinique Évaluation des qualités physiques : Équilibre Force Endurance Identification intensité optimale d exercice

47 LA PRESCRIPTION Niveau 1 = Ne pas être sédentaire «Comment en faire un peu plus dans la vie de tous les jours?»

48 LA PRESCRIPTION Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Intérêt du podomètre Objectif = Nombre moyen de pas quotidiens calculé sur une semaine + 20%.

49 LA PRESCRIPTION Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale = Activité «structurée» INTENSITE Sensation clinique activité d intensité modérée : «tout en transpirant un peu et en étant légèrement essoufflée, la personne est encore capable de parler» activité d intensité élevée : «la personne ne peut plus dire une phrase de manière continue» FC (cardiofréquencemètre) Apprentissage utilisation Facteurs de variations de la FC +++ Connaître les valeurs de l individu Vitesse de course ou marche, Puissance (ergocycle)

50 LA PRESCRIPTION Niveau 2 = Activité «structurée» FREQUENCE 3 X par semaine Intérêt de varier les exercices DUREE 20 minutes (peuvent être fractionnées) PROGRESSIVITE ET REGULARITE!

51 LA PRESCRIPTION Niveau 3 : Activités «associées» Exercices associées : Travail équilibre Souplesse Force = renforcement musculaire Ils permettent : Mieux tolérer les activités physiques Prévention des traumatismes Entretien de la masse musculaire A orienter en fonction de l évaluation médicale

52 LE SUIVI réévaluation régulière qualitative et quantitative de l activité physique du patient (carnet, podomètre) Fréquence mensuelle puis trimestrielle, associée à une évaluation plus globale visant à préciser l état de santé du patient mais aussi la qualité de vie. médicale, nutritionnelle Psychosociale

53 LE SUIVI Suivi en lien avec les différents intervenants : éducateurs, kinés Notion de carnet de suivi, feuille de liaison.. Le cadre des activités et les moyens utilisés pour pratiquer l activité physique sont importants. Certains individus ont besoin d un encadrement pour être motivés, d autres souhaiteront évoluer en groupe, d autres préféreront les activités extérieures Chez l enfant, une priorité est d impliquer la famille, ce qui peut être moins le cas chez l adolescent

54 INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

55 CONCLUSION Les conséquences de la sédentarité sur la santé sont multiples Les professionnels de santé doivent investir ce domaine de santé publique La prescription d activité physique à but thérapeutique relève d une réelle démarche médicale. Son application pratique ne peut se faire par le seul médecin.

56 CONCLUSION Nécessité d intervenants multiples Individu / patient, famille Médecins, paramédicaux Professionnels de l éducation physique.. La sédentarité relève de multiples facteurs Il faudra : agir sur l ensemble des comportements conduisant à la sédentarité identifier les obstacles à la pratique. Beaucoup d acteurs dont le monde sportif ont un rôle à jouer.

57 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé Acti March Une Fédération pour votre forme Moyen de déplacement à la portée de tous, quel que soit son âge, la marche est une forme d activité physique

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Entraînement de la force musculaire

Entraînement de la force musculaire Module S.PH.370.0301.F.08 Evaluation et traitement des fonctions musculo-squelettiques Membre inférieur Entraînement de la force musculaire Les modes de contraction Isométrique Concentrique Excentrique

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION)

EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION) EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION) PLAN : 1. Pathologies ostéo-articulaires du jeune obèse 2. Examen clinique 3. APA et obésité pédiatrique 4. Certificat Gailledrat

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

Les Véritables contre-indications à la pratique du sport

Les Véritables contre-indications à la pratique du sport Les Véritables contre-indications à la pratique du sport L environnement familial joue beaucoup sur les conditions de pratique de nos enfants. En effet, si les parents veulent réaliser leurs rêves à travers

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien CRF Bretegnier Centre de Réadaptation Fonctionnelle - Héricourt Apprendre à vivre avec son dos au quotidien Ce livret est destiné aux personnes souhaitant prendre soin de leur dos. CRF Bretegnier 14 rue

Plus en détail

le décor change mais les principes restent les mêmes.

le décor change mais les principes restent les mêmes. PRESENTATION Ce guide vous est proposé par la commission formation de la Fédération Européenne de Krav Maga. Il vous aidera à planifier vos cours ainsi que vos entraînements physiques simplement et en

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

10 RÈGLES D OR. 8. Variété d activités, variété de mouvements, variété de stress

10 RÈGLES D OR. 8. Variété d activités, variété de mouvements, variété de stress 10 RÈGLES D OR 1. Bien s entourer L encadrement médical d un coureur, que ce soit un athlète de haut niveau ou un jogger occasionnel, doit être fait par un professionnel compétent, spécialisé et compréhensif.

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012 Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Anniversaire ASL Paris 26 mai 2012 Présentation de l'équipe

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

Test d évaluation de la condition physique pour les «Journées Sentez-vous Sport» *

Test d évaluation de la condition physique pour les «Journées Sentez-vous Sport» * Test d évaluation de la condition physique pour les «Journées Sentez-vous Sport» * Compte-tenu de l'absence de validation scientifique des tests existants, la commission médicale du CNOSF propose d'utiliser

Plus en détail

La musculation en période hivernaleeeee

La musculation en période hivernaleeeee Centre de formation CR4C Roanne Flash performance n 2 (entraînement, biomécanique, nutrition, récupération ) Réalisé par Raphaël LECA & Jean-Charles ROMAGNY www.culturestaps.com La musculation en période

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

Programme Performance Spécifique. Kayak

Programme Performance Spécifique. Kayak Programme Performance Spécifique Kayak Introduction. La chiropratique augmente notre potentiel et améliore nos performances sportives en s assurant du fonctionnement optimal de la colonne vertébrale et

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

L entraîneur de poche

L entraîneur de poche L entraîneur de poche 04 06 20 30 34 38 44 47 INTRODUCTION MOBILITe FORCE COORDINATION ENDURANCE ENVIE DE NOUVEAUTe? PROGRAMME D ENTRAiNEMENT BIBLIOGRAPHIE DR. HANS SPRING DIReCTeUR MeDICAL DU CeNTRe De

Plus en détail

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

ECHAUFFEMENT GENERALISE

ECHAUFFEMENT GENERALISE ECHAUFFEMENT L'échauffement, tout d abord généralisé, deviendra au fil des séances plus spécifique. L enseignant pourra donc choisir parmi les situations suivantes celle qui correspondent à un objectif

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n dos p r e n d r e s o i n d e s o n Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse La qualité au service de votre santé Cette information, éditée par l Institut de physiothérapie de la Clinique de La Source, vous

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

La baropodométrie dynamique

La baropodométrie dynamique La baropodométrie en chirurgie du pied Bordeaux le 27 mars 2004 La baropodométrie dynamique dans la chirurgie des troubles statiques du pied Docteur E. Toullec Centre de Chirurgie du Pied Polyclinique

Plus en détail

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Au programme Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Club La Foulée 5 août 2004 Dre Mireille Belzile La lombo-sciatalgie Inflammation du périoste au site d insertion des muscles du mollet Erreur

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

l avant, puis vers l arrière.

l avant, puis vers l arrière. Faire 10 répétitions de chaque mouvement Demi-cercle avec la tête Ne pas aller vers l arrière. Rotation des épaules Faites des rotations vers l avant, puis vers l arrière. Rotation du bassin Placez vos

Plus en détail

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège L éducation physique et sportive Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège LES PROGRAMMES OFFICIELS Priorités, objectifs généraux, connaissances et compétences, Horaires et spécificités

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Les principales pathologies du cycliste

Les principales pathologies du cycliste Les principales pathologies du cycliste Très peu de personnes qui pratiquent le cyclisme ont de véritables pathologies liées à un problème physique Les douleurs ressenties par le cycliste sont souvent

Plus en détail

VENDREDI. Matin. Natation SAMEDI. Matin. Mer LUNDI. Dynamique MARDI. - 10 mn vélo. Série 1. Série 2. Série 3

VENDREDI. Matin. Natation SAMEDI. Matin. Mer LUNDI. Dynamique MARDI. - 10 mn vélo. Série 1. Série 2. Série 3 62 LUNDI Brasse 1 4 x {10 x (25 m apnée +25m aéro)} Repos 3 2 x 100 m aéro 2 x 100 m jambes ou Brasse 2 Échauffement 200 m libre 2 x {10 x (25 m apnée +25m aéro)} Repos 3 6 x 50 m apnée 200 m souple ou

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

1 POURQUOI FAUT-IL S ECHAUFFER?

1 POURQUOI FAUT-IL S ECHAUFFER? 1 POURQUOI FAUT-IL S ECHAUFFER? Les muscles et les tendons sont, en période de repos, à la température de 37. Or, on sait maintenant que : 1) Les muscles et les tendons ont un rendement maximum à la température

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Objectif de votre rééducation

Plus en détail

Attention les articulations La meilleure prévention.

Attention les articulations La meilleure prévention. Attention les articulations La meilleure prévention. Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne Téléphone 041 419 51 11 Fax 041 419 59 17 (pour commandes) Internet

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

Analyse biomécanique du mouvement

Analyse biomécanique du mouvement Analyse biomécanique du mouvement Introduction Les 4 mouvements qui seront étudiés dans cette section 1. Squat 2. Développé couché 3. Rameur tronc penché 4. Planche abdominale Squat arrière Squat Technique

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Evaluation des aptitudes pour les catégories Moins de 14 ans Garçons Moins de 15 Filles et Moins de 18 ans Filles Guide de Procédure Saison 2015 2016

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

Exercices avec SWISS - BALL

Exercices avec SWISS - BALL 2010 Exercices avec SWISS - BALL CAYUELA Christophe 23/10/2010 Quelques explications : Qu est ce que le swiss ball : Conçue dans les années 60 par un Suisse, le Swissball se repend dans les salles de gym.

Plus en détail

Livret participant. Prévention. Ouest. Kiné

Livret participant. Prévention. Ouest. Kiné Livret participant 1 Objectifs : Atelier «La santé du dos» Permettre aux participants d évaluer leurs facteurs de risques personnels et environnementaux de rachialgies Permettre aux participants d acquérir

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Préservons notre santé au travail. Programme. Quelles sont les plaintes au bureau?

Préservons notre santé au travail. Programme. Quelles sont les plaintes au bureau? Préservons notre santé au travail Travail de bureau et prévention des risques liés au travail statique F.GAVRAY Ergonome Kinésithérapeute Licencié en éducation pour la santé Programme Quels sont les problèmes/plaintes

Plus en détail