Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD"

Transcription

1 Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD J Boursier, A Guillet, S Michalak, Y Gallois, F Oberti, I Fouchard-Hubert, MC Rousselet, V Moal, S Bertrais, P Cales Angers, France

2 Conflits d intérêt MSD Roche Aptalis

3 Introduction Chez les patients avec une NAFLD : La NASH est associée à une diminution de la survie globale. La NASH est associée à une augmentation de l incidence du diabète et des complication cardiovasculaires (Ekstedt, Hy 2006). L inflammation hépatique est un prédicteur indépendant de la progression vers une fibrose avancée (Argo, J Hepatol 2009). La NASH est un critère d inclusion dans les études thérapeutiques.

4 Introduction En France (OBEPI 2009) : - 31,9% surpoids - 14,5% obésité - Prévalence estimée de la NASH 5% Tests simples (transaminases) peu performants pour le diagnostic de NASH Nouveau marqueur CK18 nécessite des études de validation (guidelines AASLD 2012)

5 Objectifs de l étude 1. Evaluer la performance du CK18 pour le diagnostic non-invasif de NASH chez les patients avec une NAFLD 2. Améliorer le diagnostic non-invasif de NASH en créant un nouveau test sanguin performant

6 Patients et Méthodes (1) Critères d inclusion : NAFLD prouvée histologiquement (biopsie hépatique entre janvier 2002 et mars 2012) Critères d exclusion : - Cirrhose décompensée - Carcinome hépatocellulaire Relecture des biopsies hépatiques par un expert Selon les critères diagnostiques du NASH-CRN : - NASH : non, indéterminée, certaine (Sanyal, Hy 2011) - NAFLD Activity Score (0-8) (Kleiner 2005) - Stade de fibrose (0-4) (Kleiner 2005)

7 Patients et Méthodes (2) Bilan sanguin le jour de la biopsie hépatique CK18 (sérum -80 C) : kit ELISA M30-Apoptosense (PEVIVA, Bromma, Suède ) Tests sanguins de NASH : HAIR Palekar Gholam Hossain Hypertension, ALAT, IR Age, sexe, BMI, ASAT, ALAT, hyaluronate ASAT, diabète Caucasien, sexe, diabète, ALAT, ASAT Nice Model CK18, ALAT, syndrome métabolique

8 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,325 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,489 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 <0,001 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,354 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 <0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 <0,001 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,002 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 <0,001 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 <0,001

9 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,325 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,489 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 <0,001 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,354 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 <0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 <0,001 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,002 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 <0,001 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 <0,001

10 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,325 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,489 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 <0,001 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,354 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 <0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 <0,001 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,002 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 <0,001 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 <0,001

11 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,325 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,489 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 <0,001 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,354 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 <0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 <0,001 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,002 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 <0,001 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 <0,001

12 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,325 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,489 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 <0,001 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,354 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 <0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 <0,001 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,002 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 <0,001 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 <0,001

13 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,143 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,299 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 0,040 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,153 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 0,320 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,035 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 0,655 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 0,402

14 Résultats (1) Caractéristiques des patients Tous NASH Non Indéterm. Certaine p Patients (n) Age (années) 56,4 ± 11,6 56,4 ± 11,3 51,1 ± 16,2 57,8 ± 10,1 0,143 Sexe masculin (%) 59,7 62,5 68,4 55,3 0,299 BMI (kg/m 2 ) 30,9 ± 5,4 28,7 ± 4,7 31,0 ± 7,3 32,8 ± 4,7 0,040 Longueur de la biopsie (mm) 30,0 ± 13,7 29,3 ± 13,8 26,6 ± 13,7 31,3 ± 13,7 0,153 NAS 3,3 ± 1,5 2,0 ± 1,1 3,4 ± 0,8 4,3 ± 1,1 0,001 Kleiner F 2 (%) 64,2 37,5 73,7 84,2 0,320 ALAT (UI/L) 65 ± ± ± ± 38 0,035 ASAT (UI/L) 46 ± ± ± ± 25 0,655 CK18 (UI/L) 303 ± ± ± ± 463 0,402

15 Résultats (2) Cytokératine 18 et NASH NASH Absente vs indeterminée/certaine NASH Absente/indeterminée vs certaine AUROC = 0,743 ± 0,048 AUROC = 0,716 ± 0,048

16 Résultats (2) Cytokératine 18 et NASH Indéterminé VPP 90% 80% 19% VPN 90% 1%

17 Résultats (2) Cytokératine 18 et NAS Rs = 0,579 (p<0,001) NAS

18 Résultats (3) Prédicteurs indépendants de NASH indéterminée/certaine Pas Variable p OR (IC 95%) 1 er BMI 0,003 1,203 (1,066-1,358) 2 ème CK18 0,001 1,006 (1,002-1,010) 3 ème Hyperglycémie 0,034 3,436 (1,095-10,782) NASH-Score

19 Résultats (4) Performance diagnostique du NASH-Score NASH Absente vs indeterminée/certaine NASH Absente/indeterminée vs certaine Test AUROC Test AUROC NASH-Score 0,846 ± 0,039 CK18 0,743 ± 0,048 p<0,029 NASH-Score 0,804 ± 0,043 CK18 0,716 ± 0,048 p=0,035 BMI 0,774 ± 0,047 BMI 0,755 ± 0,048

20 Résultats (4) Performance diagnostique du NASH-Score 1,0 AUROC 0,9 0,8 0,7 0,6 HAIR Palekar Gholam Hossain Nice Model NASH Score 0,5 Indéterminée/certaine NASH Certaine

21 Résultats (4) Performance diagnostique du NASH-Score Indéterminé VPP 90% 31% 53% VPN 90% 16%

22 Résultats (4) Performance diagnostique du NASH-Score Zone Grise (% patients) NASH Score Gholam Nice Model Hossain Palekar HAIR 0

23 Résultats (5) Corrélation avec le NAS Coefficient de corrélation de Spearman NASH Score Nice Model Gholam Hossain HAIR Palekar 0,578 0,529 0,451 0,312 0,292 0,184

24 Conclusion Le taux sérique de CK18 est bien corrélé à l activité histologique de la NASH mesurée par le score NAS. Un score combinant le CK18 avec 2 variables simples (BMI, hyperglycémie) a une très bonne performance pour le diagnostic non-invasif de la NASH. Ce score doit être évalué pour le suivi non-invasif des NASH en pratique clinique et dans les essais thérapeutiques.

25 Back up slides

26 Tests sanguins de NASH Authors Variables Dixon 2001 Hypertension, ALT >40 UI/L, IR >5.0 Palekar 2006 Age 50, female, BMI 30, AST 45 UI/L, AST/ALT 0.80, hyaluronate 55 µg/l Zein AASLD 2007 Age, HOMA-2, AST/ALT, female sex, BMI Gholam 2007 AST, diabetes Shimada 2007 Adiponectin, HOMA, type IV collagen 7S Younossi 2008 Cleaved CK18, adiponectin, resistin Campos 2008 hypertension, diabete, AST, ALT, obstructive sleep apnea, ethnicity Hossain 2009 Caucasian, male sex, diabetes, ALT, AST Lemoine 2009 HOMA, ratio adiponectin/leptin Anty 2010 CK18, ALT, metabolic syndrom Ulitsky 2010 Diabetes, ALT, triglycerides, obstructive sleep apnea Sumida 2011 Ferritinemia, Insuline, type IV collagen 7S Tamimi 2011 CK18, Soluble Fas Alkouri 2012 Ratio neutrophile/lymphocyte Sheng 2012 CK18, FGF21 Francque 2012 ALT, ultrasonographic steatosis, C peptide

27 NASH et Survie globale Stéatose NASH p = NS p = NS p = 0,01 Eksted, Hepatology 2006

28 NASH et complication extra-hépatiques Stéatose NASH Taux durant le suivi (%) Diabète Cardio-Vasc. Complication hépatique Eksted, Hepatology 2006

29 NASH et progression de la fibrose Présence d un infiltrat inflammatoire = risque de progression de la fibrose x2,5 Argo, J Hepatol 2009

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES HEPATITES DOCTEUR LAURENT CASTERA SERVICES D HEPATO-GASTROENTEROLOGIE, C.H.U. BORDEAUX Introduction La quantification

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Stéatose hépatique non alcoolique et stéato-hépatite non alcoolique

Stéatose hépatique non alcoolique et stéato-hépatite non alcoolique World Gastroenterology Organisation Global Guidelines Stéatose hépatique non alcoolique et stéato-hépatite non alcoolique Juin 2012 Review Team Douglas LaBrecque (chair) Zaigham Abbas Frank Anania Peter

Plus en détail

Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique

Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique Manifestations hépatiques du syndrome métabolique Christine Bernsmeier, Markus H. Heim Quintessence P La stéatose hépatique non alcoolique

Plus en détail

JOURNÉE DE FORMATION. 75èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE. ème PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE 2014

JOURNÉE DE FORMATION. 75èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE. ème PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE 2014 5 ème JOURNÉE DE FORMATION MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE 204 75èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF Actualités hépato-biliaires - Cas cliniques interactifs Cas

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Les marqueurs de fibrose

Les marqueurs de fibrose Les marqueurs de fibrose J. P. ZARSKI, Unité INSERM U 548, C.H.U. de Grenoble Tirés à part : Jean-Pierre Zarski Département d Hépato-Gastroentérologie Unité INSERM U 548, CHU de Grenoble, BP 217, 38043

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. La Revue de médecine interne (2006) Mise au point

ARTICLE IN PRESS. La Revue de médecine interne (2006) Mise au point Modele+ ARTICLE IN PRESS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 Résumé Mise au

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

La stéatose hépatique le point de vue de l hépatologue. M Bourlière Marseille 11 Avril 2006

La stéatose hépatique le point de vue de l hépatologue. M Bourlière Marseille 11 Avril 2006 La stéatose hépatique le point de vue de l hépatologue M Bourlière Marseille 11 Avril 2006 Historique ( NASH ) Ludwig et coll 1980 : NASH 20 patients : 60 % femme 90% obèse 25% hyperlipoprotidémie 25%

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique À partir de la Vème année Médecine Générale et notamment pour les médecins anatomopathologues ANATOMIE PATHOLOGIQUE Hôpital du Bon Secours

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH?

Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH? Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH? Introduction La fibrose hépatique est la conséquence de toutes les maladies chroniques du foie quelle qu en soit la cause. La cirrhose représente

Plus en détail

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004 Actualités sur l hépatite C 20 Janvier 2004 Guérison sans séroconversion? CONTAMINATION 4 à 12 semaines HEPATITE AIGUE 15-45 % 55-85 % GUERISON ARN VHC- 25-40% INFECTION CHRONIQUE ARN VHC+ 60-75% ALAT

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2011

DOSSIER DE PRESSE 2011 DOSSIER DE PRESSE 2011 Contacts presse : ECHOSENS 153 Avenue d Italie 75013 Paris MEDIAL Sophie BAUMONT Attachée de presse Tél. : 01 53 83 81 55 49 : sophiebaumont@medial-rp.com Le foie, un organe vital

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Lignes directrices

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

AXE ENTERO-HEPATIQUE et OBESITE chez l enfant. Thierry Lamireau CHU Bordeaux

AXE ENTERO-HEPATIQUE et OBESITE chez l enfant. Thierry Lamireau CHU Bordeaux AXE ENTERO-HEPATIQUE et OBESITE chez l enfant Thierry Lamireau CHU Bordeaux Bordeaux novembre 2012 Le syndrome métabolique Figure 10: Pathophysiologie du syndrome métabolique. La lipolyse des tissus adipeux

Plus en détail

Altération des tests hépatiques: attitude diagnostique et prise en charge

Altération des tests hépatiques: attitude diagnostique et prise en charge Altération des tests hépatiques: attitude diagnostique et prise en charge Prof Christophe Moreno Service de Gastroentérologie et Hépatopancréatologie Hôpital Erasme Contacts: Christophe.moreno@erasme.ulb.ac.be

Plus en détail

Le psoriasis est reconnu depuis

Le psoriasis est reconnu depuis et comorbidités cardiométaboliques Résumé : Les études récentes ont montré que le psoriasis est associé à un risque accru de comorbidités incluant le syndrome métabolique, l obésité, le diabète, l hypertension,

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours 878 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Recommandations pour la pratique clinique ARGUMENTAIRE Septembre 2011 1 Les recommandations

Plus en détail

LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN

LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN LE SUIVI DU PATIENT SOUFFRANT D HYPERCHOLESTÉROLÉMIE EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NICOLAS NOËL, PHARMACIEN Objectifs Évaluer le risque d événements cardiovasculaires. Cibler les patients à diriger vers leur

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose BROCHURE BLEUE comprendre et m adapter aux différentes situations de la maladie être hépatant7 C comme Cirrhose apprendre à vivre avec une cirrhose Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

ATELIER 1 : Hépatite C : Attendre ou traiter maintenant? (Salles Chagall /Van Dongen)

ATELIER 1 : Hépatite C : Attendre ou traiter maintenant? (Salles Chagall /Van Dongen) Symposium Gestion Fiscalité Retraite Dr Jean-Luc Friguet ATELIER 1 : Hépatite C : Attendre ou traiter maintenant? (Salles Chagall /Van Dongen) Dr Hervé DESMORAT (clinique du Parc, Toulouse) Dr Bertrand

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail