quelques points essentiels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "quelques points essentiels"

Transcription

1 actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14

2 - ventilation au masque difficile - intubation difficile prédiction et définition

3 intubation difficile nécessite plus de deux laryngoscopies et/ou mise en œuvre d une technique alternative après optimisation de la position de la tête, avec ou sans manipulation laryngée externe plus de notion de temps npc laryngoscopie difficile et IOT difficile quantifier une notion subjective: score d Adnet

4 ventilation au masque difficile impossible d obtenir ampliation thoracique suffisante ou VT>VD (3ml/kg), capnogramme identifiable, SpO 2 >92%, nécessaire d utiliser le by-pass d oxygène à plusieurs reprises, d appeler un autre opérateur pression d insufflation > 25 cmh 2 O

5 dépistage de l ID et de la VMD: systématique et documenté chaque fois qu une intubation est prévue ou probable: consultation d anesthésie admission en réanimation plus difficile en urgence

6 Critères prédictifs de la VMD 2 des 5 critères suivants (grade C) IMC 26kg/m 2 édentation ronfleur âge 55 ans barbe VMD multiplie par 4 le risque d ID (grade D)

7 VM 3: Critères prédictifs de la VMD IMC > 30 ronfleur protraction mandibule limitée Mallampati 3 âge > 57 ans; barbe VM 4 = VMI: ronfleur et DTM < 6 cm VM 3 ou 4 et ID: IMC > 30 SAOS, ronfleur protraction mandibulaire limitée; anomalies cervicales Kheterpal S. et al. Anesthesiology 2006;105: n =

8 Critères prédictifs de l ID antécédents d ID classe de Mallampati > II DTM < 65mm ouverture de bouche < 35mm critères également conseillés mobilité mandibulaire : morsure de lèvre supérieure mobilité rachis cervical : flexion-extension < 90 critères propres au terrain IMC > 35 kg/m 2 ; diabète et signe de la prière SAOS avec périmètre cou > 45,6 cm; pathologie cervico-faciale pré éclampsie

9

10 morsure de la lèvre supérieure A comparison of the upper lip bite test (a simple new technique) with modified Mallampati classification in predicting difficulty in endotracheal intubation: a prospective blinded study. Khan ZH. Anesth Analg. 2003;96:595-9.

11 DTM distance et compliance

12 35 études patients ID 5,8% [1% - 20%] Mallampati DTM (4 à 7 cm; < 6 cm) DSM OB Wilson critère isolé : peu de valeur combinaisons : plus efficaces

13

14 tolérance à l apnée et préoxygénation femme enceinte dénitrogénation plus rapide mais temps d apnée avant désaturation plus court obèse et enfant

15 désaturation rapide malgré préoxygénation efficace - CRF basse - V O2 élevée obstétrique célocurine pathologie associée Initial F A O 2 = 0.87

16 préoxygénation: réalisation pratique objectif: F ET O 2 entre 80 et 90% système purgé, ballon grande capacité, FiO2=1, DGF>12L/min masque étanche VT: 3 min; 4 CV en 30 sec; 8 CV en 1 min obèse: position ½ assise utilisation du circuit principal recommandée contrôles spirométrique, pressions, composition permet la V assistée au masque facial (pression ou volume contrôlé) pression d insufflation majore le risque d insufflation gastrique

17 ID prévue intubation par MLI LMA-Fastrach : alternative à la fibroscopie le propofol et le sévoflurane: agents de choix pour l insertion du MLI. morphinique: améliore le succès mais risque de dépression respiratoire

18 AL & sédation pour intubation fibroscopique maintien de la ventilation spontanée aivoc propofol 2 µg/ml ou rémifentanil 1,5 ng/ml sévoflurane représente une alternative ID et estomac plein: AL topique de proche en proche avec INT fibroscopique sans sédation: technique la moins risquée

19 dispositifs recommandés et chariot d ID lame métallique réutilisable immédiatement si ID avec lame à usage unique en première intention si urgence ou ID prévue mandrin d intubation recommandé = mandrin long béquillé autres dispositifs recommandés: masque et canule pour fibroscopie MLI Fastrach O 2 transtrachéal: matériel spécifique validé cricothyroïdotomie: technique de Seldinger

20

21

22 chariot ou valise d ID identifiable et accessible fiches explicatives + suivi régulier sondes d intubations de toutes tailles lames métalliques de MacIntosh de toutes tailles pinces de Magill mandrins longs béquillés MLI (Fastrach ) de tailles différentes dispositif d oxygénation transtrachéale dispositif d abord trachéal ou set de cricothyroïdotomie guide échangeur creux masques et canules d aide à la fibroscopie fibroscope: éventuellement sur un chariot dédié avec tous ses accessoires

23 algorithmes et conditions de mise en oeuvre: approche systémique de l ID

24 I D Prévue évaluer la difficulté prévisible de la ventilation au masque facial prévoir le maintien de l oxygénation ML et/ou Fastrach utilisables? abord trachéal possible? choix des techniques d anesthésie : apnée ou ventilation spontanée?

25 aide prévue INTUBATION ventilation au masque efficace Apnée Ventilation Spontanée Laryngoscopie 2 essais optimisation exposition long mandrin béquillé Echec MLI (Fastrach) ML enfant <30 kg Echec FIBROSCOPE Réveil Réveil Echec intubation intubation ± fibroscope intubation réveil abord trachéal si réveil impossible

26 intubation OXYGENATION ventilation au masque inefficace échec intubation MLI (Fastrach ) / DSG* ML enfant <30 kg appel à l aide dans tous les cas réveil O 2 transtrachéal déconseillé chez le nourrisson échec contre-indication succès échec autres techniques d'intubation échec CRICOTHYROÏDOTOMIE TRACHEOTOMIE réveil intubation réveil * DSG = dispositif supra-glottique

27 INTUBATION DIFFICILE IMPREVUE appel à l aide dans tous les cas + chariot + maintien anesthésie efficace ventilation au masque facial inefficace laryngoscopie 2 essais optimisation exposition - long mandrin béquillé échec MLI (Fastrach ) ML enfant <30 kg ventilation Fastrach intubation efficace ALGORITHME DE L INTUBATION inefficace ALGORITHME DE L OXYGENATION

28 extubation à risque: facteurs prédictifs liés au patient ventilation au masque difficile à l induction intubation difficile, traumatique sonde de gros calibre, ballonnet surgonflé œdème ou tumeur des VAS liés à la chirurgie chirurgie ORL et maxillo-faciale (blocages) chirurgie céphalique, rachidienne, cervicale Op prolongées > 4 h, posture déclive remplissage ++, radiottt et curages

29 extubation à risque : présence d un médecin senior avant l extubation FiO2=1 aspiration trachéobronchique si nécessaire inspiration profonde bloquée: recrutement qq secondes extubation en fin d inspiration sans aspiration trachéale après aspiration buccale

30 test de fuite avant l extubation pas justifié si intubation de courte durée pas prédictif d une extubation à risque test de fuite positif + situation d extubation à risque => stratégie préventive guide échangeur creux: que si accès aux VAS est rendu difficile par l acte opératoire

31 formation la formation initiale ne doit pas débuter sur le patient la formation doit comporter un programme théorique un apprentissage sur mannequin un apprentissage sur patient

32 formation théorie documents écrits discussion de vidéos simulations informatiques apprentissage sur mannequin étudiants inexpérimentés ventilation au masque facial intubation trachéale intubation sur guide mise en place d un ML mise en place d un Fastrach praticiens intubation facilitée par la fibroscopie oxygénation transtrachéale n d essais sur mannequin avant de passer au patient 20 intubations 15 pose d un ML ou d un Fastrach

33 perspectives place des vidéolaryngoscopes en routine dans les ID prévues dans les ID non prévues ML de nouvelle génération association vidéolaryngoscope-fibroscope dispositifs hybrides organisation générale de la prise en charge

Intubation difficile

Intubation difficile Intubation difficile Pr Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Réanimation Chirurgicale Polyvalente Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Paris Evolution de la prise en charge périopératoire

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC Introduction Augmentation de la prévalence Morbi-mortalité cardio-respiratoire et néoplasique Chirurgie bariatrique ou conventionnelle Spécificité

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte à l'exception de l'intubation difficile

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte à l'exception de l'intubation difficile Société française d'anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société française d'oto-rhino-laryngologie CONFERENCE DE CONSENSUS Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte à l'exception

Plus en détail

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise.

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise. Chirurgie céphalique : Contrôle de la ventilation : - pas d'accès à la tête pendant l'intervention. - l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée

Plus en détail

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile

Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile Prise en charge des voies aériennes en anesthésie adulte, à l'exception de l'intubation difficile Conférence de consensus Texte court 7 juin 2002 Hôpital d'instruction des Armées Bégin 94160 Saint-Mandé

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

GESTION DE L EXTUBATION L UNE INTUBATION DIFFICILE

GESTION DE L EXTUBATION L UNE INTUBATION DIFFICILE GESTION DE L EXTUBATION L APRES UNE INTUBATION DIFFICILE Dr Hélène H JAUMAIN-VAILLANT Clinique anesthésie sie réanimation r Hôpital Roger Salengro CHRU de LILLE INTRODUCTION Les complications respiratoires

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Question 5 Difficult airway algorithms and management Question 5

Question 5 Difficult airway algorithms and management Question 5 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 27 (2008) 41 45 Conférence d experts Stratégies et algorithmes de prise en charge d une difficulté de contrôle

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance GEN N-PdC 2005 D après ERC 2001 (European Ressuscitation Council) et RANP 2001 (Réanimation Avancée Néonatale et Pédiatrique) Circulation 2005 ; 112 : III-91

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHEOTOMIE Dispositif tubulaire court introduit dans la trachée par voie percutanée pour pallier une défaillance des voies aériennes supérieures Visée

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique

ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique N Préambule ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique L anesthésie est une spécialité dynamique de la médecine qui a grandement évolué au cours des dernières années. Au Canada,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

Le respirateur et la ventilation en anesthésie

Le respirateur et la ventilation en anesthésie Le respirateur et la ventilation en anesthésie S. Jaber*, X. Capdevila**, JJ. Eledjam* *Département d Anesthésie et Réanimation B - DAR B ; hôpital Saint Eloi ** Département d Anesthésie et Réanimation

Plus en détail

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA)

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) A. DRIFFAUD IADE CHI Villeneuve St Georges T. ROUSSEAU IADE CHI Villeneuve St Georges AFISAR NOV 2014

Plus en détail

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière 20 e Journée de Formation des Infirmièr(e)s Lundi 14 Octobre 2013 La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière HOF Frank Infirmier spécialiste clinique Soins ORL et trachéotomies

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Les accidents dentaires en anesthésie

Les accidents dentaires en anesthésie Les accidents dentaires en anesthésie NEUF ANNÉES DE SUIVI (2000 À 2008) AU CHU DE REIMS Quatrièmes journées de l axe Charleroi-Reims 28 novembre 2009 DOCTEUR M. BERNASINSKI Les accidents dentaires en

Plus en détail

Bris dentaires périanesthésiques : texte long

Bris dentaires périanesthésiques : texte long Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 31 (2012) 213 223 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Recommandations formalisées d experts Bris dentaires périanesthésiques : texte long French

Plus en détail

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest TRACHEOTOMIE TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN Introduction Trachéotomie Définition Indications

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant

Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant Réanimation de l arrêt cardiorespiratoire chez l enfant Définition : Inconscient Sans mouvements respiratoires = ACR RCP I. RÉANIMATION CARDIO-RESPIRATOIRE ÉLÉMENTAIRE Débuter réanimation cardio-pulmonaire

Plus en détail

INTUBATION DIFFICILE CHEZ L ENFANT

INTUBATION DIFFICILE CHEZ L ENFANT Accès aux voies aériennes en anesthésie 77 INTUBATION DIFFICILE CHEZ L ENFANT I. Spahr-Schopfer, Service d Anesthésie Pédiatrique, Hôpital Cantonal de Genève, rue Micheli du Crest 24, 1211 Genève, Suisse.

Plus en détail

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION Trachéotomie Per Cutanée Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier 10/2007 DEFINITION Elle consiste en l ouverture de la trachée entre le deuxième et le troisième anneau trachéal afin

Plus en détail

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010 Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Épidémiologie Incidence annuelle comprise entre 7 et 20/ 100000 dans les

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Dispositifs Pédiatriques VBM. Medizintechnik GmbH VBM 1

Dispositifs Pédiatriques VBM. Medizintechnik GmbH VBM 1 Dispositifs Pédiatriques VBM Medizintechnik GmbH VBM 1 Le traitement des enfants et plus spécifiquement des nourrissons demande un soin tout particulier. VBM, tenant compte de ces éléments, a développé

Plus en détail

La tête et la jambe : lambeau libre de péroné pour reconstruction mandibulaire. Prise en charge anesthésique

La tête et la jambe : lambeau libre de péroné pour reconstruction mandibulaire. Prise en charge anesthésique La tête et la jambe : lambeau libre de péroné pour reconstruction mandibulaire. Prise en charge anesthésique Fabien GOHIER, IADE gohfab@yahoo.fr Dr Michel CHANDON mchandon@invivo.edu Service d anesthésie

Plus en détail

Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire. Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire. Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 2 CNCE-ADARPEF Conditions d organisation Locaux avec environnement hôtelier (berceaux, lits,

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

SONDES DE SPÉCIALITÉS

SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPECIALITES 2 SONDES MICROLARYNGEES Utilisation, service rendu: Anesthésie ORL (pour les chirurgies du larynx) : encombrement minimal pour ne pas gêner le chirurgien Spécificités

Plus en détail

http://www.adarpef.fr/site/activites/recommandations/accueil-urgences-vitales-pediatr...

http://www.adarpef.fr/site/activites/recommandations/accueil-urgences-vitales-pediatr... Page 1 of 9 MISE EN PLACE, GESTION, UTILISATION ET ÉVALUATION D UNE SALLE D ACCUEIL DES URGENCES VITALES PÉDIATRIQUES GROUPE DE TRAVAIL Dr. Jean-Louis Chabernau SAMU 92, SMUR Pédiatrique, CHUAntoine-Béclère,

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie Dr Jean-Pol DEPOIX Faut il une équipe d anesthésie en cardiologie interventionnelle? Recommandations de la SFC Stimulateurs cardiaques: pas d

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE 1.INTRODUCTION : Les traumatismes maxillo-faciaux (TMF) sont fréquents dans le cadre de la traumatologie actuelle. Chez 9 543 patients (Autrichiens)

Plus en détail

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Drainage thoracique Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Plan Rappels anatomiques Indications et leur diagnostic Types de drainages Réalisation Surveillance

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon INTRODUCTION La mort subite concerne approximativement 50 000 personnes par an en France Le pronostic de l ACR reste sombre

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

Prise en charge des voies aériennes. 1. Anatomie des voies aériennes supérieures

Prise en charge des voies aériennes. 1. Anatomie des voies aériennes supérieures Prise en charge des voies aériennes Dr Dominique Buteau, MD, CCMF(MU) Département d urgence Hôtel-Dieu de Lévis Plan : 1) Anatomie des voies aériennes supérieures 2) Reconnaître airway difficile 3) Techniques

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!!

FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!! FAISONS DES ECONOMIES DEVELOPPONS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE!!! Clément GUYONAUD (Interne) Christophe CRACCO (PH) Réanimation Polyvalente CH d Angoulême ARCO 11 février 2014 Aucun conflit d intérêt Mme S,

Plus en détail

Recommandations. Groupe de travail :

Recommandations. Groupe de travail : Réanimation 12 (2003) 519 525 www.elsevier.com/locate/reaurg Recommandations Recommandations concernant la mise en place, la gestion, l utilisation, et l évaluation d une salle d accueil des urgences vitales

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

L appareil d anesthésie

L appareil d anesthésie L appareil d anesthésie (principe de fonctionnement, composants, circuits, ventilateurs, évaporateurs) Dr Yannaël COISEL Département d Anesthésie et Réanimation B ; Hôpital Saint Eloi Pr Samir JABER INSERM

Plus en détail

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr L'oxygène Spengler, fabricant français de matériel médical et établissement pharmaceutique distributeur en gros de gaz à usage médical, propose des ensembles de premiers secours conformes à la législation

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT sept 2011 Prat G Page 1 19/07/2013 PREAMBULE Ce polycopié s adresse à tous ceux qui arrivent en réa (nouvelles infirmières, nouveaux internes et externes),

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

ANESTHESIE ET CHIRURGIE BARIATRIQUE

ANESTHESIE ET CHIRURGIE BARIATRIQUE ANESTHESIE ET CHIRURGIE BARIATRIQUE L obésité est une maladie chronique qui engendre d autres pathologies susceptibles d aggraver le pronostic vital de ces patients et d augmenter le risque péri-opératoire

Plus en détail

Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes

Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes 20 Novembre 2014 Papu Nath R5 - Anesthésiologie Université de Montréal

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 1 L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 2 La prise en charge I.D.E de l arrêt cardio-respiratoire (A.C.R) 1- Introduction. 2- Mécanisme de l A.C.R. 3- Diagnostic. 4- Etiologies.

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

Anesthésie Générale. Dr. KHOUADJA Hosni. Service Anesthésie Réanimation CHU Farhat HACHED Sousse

Anesthésie Générale. Dr. KHOUADJA Hosni. Service Anesthésie Réanimation CHU Farhat HACHED Sousse Anesthésie Générale Dr. KHOUADJA Hosni Service Anesthésie Réanimation CHU Farhat HACHED Sousse Introduction Définition de l anesthésie: C est une abolition induite de la conscience et une incapacité à

Plus en détail

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983 Ventilation intelligente Hamilton Medical La ventilation intelligente depuis 1983 Intelligent Ventilation since 1983 Nous nous efforçons de développer des systèmes intelligents pour servir au mieux les

Plus en détail

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA INTRODUCTION chirurgie otorhinolaryngologique ;domaine très variable -terrain - type de chirurgie

Plus en détail

Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE III - CONDUITE À TENIR IV SYNTHESE ANNEXES. A. Localisation. B. Maintenance. C.

Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE III - CONDUITE À TENIR IV SYNTHESE ANNEXES. A. Localisation. B. Maintenance. C. Comité des Gestes d Urgence 2005 Sommaire I - CADRE LEGAL II - LE CHARIOT D URGENCE A. Localisation B. Maintenance C. Contenu III - CONDUITE À TENIR A. Organisation et installation B. Les gestes de survie

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

SYNDROME D APNEES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL : ANESTHESIE GENERALE

SYNDROME D APNEES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL : ANESTHESIE GENERALE RONFLEMENT ET SYNDROME D APNEES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL 301 SYNDROME D APNEES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL : ANESTHESIE GENERALE J-F. Payen. Département d Anesthésie-Réanimation, Hôpital Michallon, BP 217,

Plus en détail

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP Anesthésie sie-réa a en Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique tique Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP INTRODUCTION Chirurgie de la Peau Surtout fonctionnelle Rarement hémorragique

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Indication et limites de la Polygraphie

Indication et limites de la Polygraphie Indication et limites de la Polygraphie M. Piot,A. Juchet, B Sablayrolles Pneumopédiatrie B Gardini, S Lagleyre, F Martin ORL. Clinique Sarrus Teinturiers Toulouse Troubles de la respiration pendant le

Plus en détail

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

Comparaison des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques réutilisables dans l induction de l anesthésie par séquence rapide.

Comparaison des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques réutilisables dans l induction de l anesthésie par séquence rapide. ACADEMIE DE PARIS Année 2009 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésiologie-Réanimation Chirurgicale Coordonnateur : Mr le Professeur M. SAMAMA par Aurélie BIRENBAUM Présenté et soutenu le 9 avril 2009

Plus en détail

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus)

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) R Robert 1, C Bengler 2, P Beuret 3, B Dureuil 4, G Géhan 5, F Joye 6, V Laudenbach

Plus en détail

Le chariot d urgence G.Lenfant

Le chariot d urgence G.Lenfant Le chariot d urgence G.Lenfant Objectifs: Caractériser les éléments constitutifs d un chariot d urgence Justifier leur utilité et leur fonctionnement Connaître les règles de gestion Plan du cours Le cadre

Plus en détail

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI E ALASTOR, I PHILIPPOT, G MION Hôpital d'instructions des Armées VAL DE GRÂCE 74 Boulevard du Port Royal - 75005 PARIS Infirmière anesthésiste Cadre de Santé,

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Livret daccueil Réanimation

Livret daccueil Réanimation Zone de transfert Zone médico-technique Zone de soins Bureau de la secrétaire Bureau du cadre de santé Entrée du service Vestiaire des visiteurs Bureaux des médecins Hôpital de Moulins 10, av. du G al

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Recommandations pour les structures et le matériel de l'anesthésie pédiatrique

Recommandations pour les structures et le matériel de l'anesthésie pédiatrique Recommandations pour les structures et le matériel de l'anesthésie pédiatrique Septembre 2000 Membres du groupe d'experts C. Ecoffey (Rennes), coordonnateur P. Aknin (Lyon), G. Bazin (Le Mans), J. Bing

Plus en détail

Matériel d'hôpital. - Masques -

Matériel d'hôpital. - Masques - Matériel d'hôpital - Masques - Masques à coussin d'air Les masques à coussin d'air ont une forme anatomique et sont très doux et agréables à porter grâce à leur étanchéité à coussin d'air. Le code de coloris

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant

Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant JLAR 31 mars - 01 avril 2011 Arrêt cardiaque chez l enfant Réanimation Cardio-Pulmonaire de l enfant Biarent D et al. European Resuscitation Council Guidelines for Resuscitation 2010 Section 6. PLS. Resuscitation

Plus en détail

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. J. Flandrin

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATIONS centre d enseignement des soins d urgence 2012-2013

PROGRAMME DE FORMATIONS centre d enseignement des soins d urgence 2012-2013 URGENCE EN MILIEU SCOLAIRE INITIATION A L UTILISATION DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES P.S.C. 1. Secourisme Formations qualifiantes FORMATION AUX RISQUES N.R.B.C. FORMATIONS SPECIALISEES EN MEDECINE A.F.G.S.U.

Plus en détail

Analyse et évaluation des statistiques Combitube 2006 (2 ème année d utilisation)

Analyse et évaluation des statistiques Combitube 2006 (2 ème année d utilisation) Par François Ducas En association avec Dominick Gauthier Et Dr Wenceslao Garcia Analyse et évaluation des statistiques Combitube 2006 (2 ème année d utilisation) Service d ambulance de la Sarine Fribourg,

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION S. N. I. A. - 1 - Bulletin N 184-4 eme trimestre 2 0 0 9 BULLETIN D INFORMATION N 184 Novembre 2009 SOMMAIRE Édito Check list sécurité du patient au bloc opératoire Pages Anesthésie en chirurgie cervico-faciale

Plus en détail

ANESTHÉSIE DU PATIENT OBÈSE EN CHIRURGIE BARIATRIQUE. Emilie DENECE Arnaud PERU Vincent VETO

ANESTHÉSIE DU PATIENT OBÈSE EN CHIRURGIE BARIATRIQUE. Emilie DENECE Arnaud PERU Vincent VETO ANESTHÉSIE DU PATIENT OBÈSE EN CHIRURGIE BARIATRIQUE Emilie DENECE Arnaud PERU Vincent VETO DEFINITION DE L'OBESITE (1) Indice de masse corporelle (imc) ou le body mass index (bmi) Correspond au poids

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

ANESTHÉSIE POUR ENDOSCOPIE ORL CHEZ L ADULTE

ANESTHÉSIE POUR ENDOSCOPIE ORL CHEZ L ADULTE ANESTHÉSIE POUR ENDOSCOPIE ORL CHEZ L ADULTE C. Penon. Département d anesthésie-réanimation, Hôpital Bicêtre, 94275 Le Kremlin-Bicêtre, France. INTRODUCTION Différentes techniques d anesthésie peuvent

Plus en détail

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier 1 Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier Chabernaud JL. SMUR pédiatrique (SAMU 92), CHU Antoine-Béclère (AP-HP) 157, rue de la Porte de Trivaux 92141 Clamart. Tél : 01-45-37-46-14

Plus en détail