Le sevrage de la trachéotomie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sevrage de la trachéotomie"

Transcription

1 Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

2 Déclaration de conflit d intérêt Mon intervention ne présente aucun conflit d intérêt CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2

3 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 3

4 ! Indications :! Ventilation Mécanique (VM) prolongée! Systématique! Échec(s) à tentative de sevrage! Insuffisants Respiratoires Chroniques évolués Idem intubation! Protéger les voies aériennes! Faciliter le drainage bronchique! Ne concerne que 10% des patients de réanimation! Blot, Chest 2005 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 4

5 ! Arguments en faveur :! Lésions trachéales en lien avec une intubation prolongée # nets progrès des matériaux utilisés pour les sondes! Baisse de Pneumopathies Acquises sous Ventilation Mécanique (PAVM) # développement de conduite à tenir et progrès technologiques des ballonnets! Confort. Discutable! Débat autour de la trachéotomie précoce (<7j) aujourd hui tranché :! 3 études randomisées multicentriques «négatives» en terme de mortalité, de PAVM et de durée de ventilation Trouillet, Réanimation 2011 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 5

6 ! Pour qui?! Recommandations de conférence de consensus : proposé en cas échec(s) de sevrage, au-delà de 21j de VM Boles, ERJ 2007! Situations spécifiques :! Insuffisant respiratoire Chronique! Patients neur-lésés! Fonction d habitudes locales! Méthode :! Développement majeur des techniques percutanées.! Problème du devenir! Difficultés du transfert d un patient trachéotomisé, notamment en France Clec h, Crit Care Med 2007 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 6

7 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 7

8 !!!!! CHU_Hôpitaux de Rouen - page 8

9 18 % CHU_Hôpitaux de Rouen - page 9

10 !!!!! CHU_Hôpitaux de Rouen - page 10

11 !!!!! CHU_Hôpitaux de Rouen - page 11

12 Recours à la trachéotomie en Réanimation médicale à Rouen! Échec(s) de sevrage :! Quid des Neuromyopathies acquises en réanimation?! Oui+++ si probablement transitoire :! Sécurisation, confort, alternance VM/respiration spontanée facilitée! Réflexion différente en cas d IRCO, conjointe avec pneumologues! Explications patient/famille! Structure prise en charge au-delà?? CHU_Hôpitaux de Rouen - page 12

13 Unité de Sevrage et de Réhabilitation (CHU Rouen)! Intégrée au service de Réanimation médicale.! 6 lits.! Ouverture mars 2004.! 1 infirmière / 8h! 1 aide soignante / 8h.! 1 ETP kinésithérapeute théorique (jamais pourvu)! 1 médecin référent. 1 interne dédié.! Equipe de garde de Réanimation médicale. CHU_Hôpitaux de Rouen - page 13

14 !!!!!!!! CHU_Hôpitaux de Rouen - page 14

15 Needham, JAMA, 2008, 300, 1685 Morris, CCM, 2008, 36, 8 Bailey, CCM, 2007, 35, 139 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 15

16 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 16

17 Trachéotomie en pratique au CHU de Rouen! Idéalement chemise interne! Ballonnet systématique initialement! Rare recours à la ventilation en fuite! Intérêt majeur porté à la gestion du diamètre des canules, et au caractère gonflé ou non du ballonnet! Jamais de canule fenêtrée (granulomes, charge en soins excessive) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 17

18 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 18

19 Rq : pas de canule fenêtrée CHU_Hôpitaux de Rouen - page 19

20 ! Conditions nécessaires: La décanulation! sevrage de la ventilation mécanique! drainage efficace autonome des voies aériennes! absence de granulome ou de contre indication (arguments cliniques et fibroscopiques)! petit diamètre de canule et +/- contrôle de la déglutition! Mise en place d un bouchon pendant 48h! Si bonne tolérance, ablation de la canule! Pansement compressif avec éducation du patient à appuyer sur celui-ci pour tousser, parler CHU_Hôpitaux de Rouen - page 20

21 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 21

22 Sevrage prolongé, selon période (sans USR) (avec USR) p N classe III IGS II 53 [13-104] 53 [16-98] NS DS Réanimation DVM Réanimation 39 [16;270] 33 [16;105] 0,02 34 [16;162] 32 [16;141] NS Trachéotomie 51 (58%) 87 (58%) NS Sevrage VM 43 (49%) 88 (59%) NS Décanulation 9 (10%) 41 (27%) 0,03 Mortalité 40% 37% NS CHU_Hôpitaux de Rouen - page 22

23 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 23

24 Admissibles USR + p N classe III IGS II 47 [13-104] 48 [18-98] NS DS REANIMATION 49 [21-270] 36 [16-105] 0,0007 Trachéotomie 43 (91%) 74 (91%) NS Sevrage VM 31 (66%) 63 (78%) NS Décanulation 9 (19%) 40 (49%) 0,0014 Mortalité 3 11 NS CHU_Hôpitaux de Rouen - page 24

25 Unité de sortie de réanimation ou d'usr selon période 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 USC conventionnelle CRF, SSR autres 0 période période CHU_Hôpitaux de Rouen - page 25

26 Mme P. Evolution charge en soins Trachéotomie Vent./SV/KTC Entrée Déglutition Décanulation S. de base S. techniques S. relationnels Crevel, Lacroix, Congrès IDE SRLF 2009 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 26

27 !!!!!!!!! CHU_Hôpitaux de Rouen - page 27

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation

Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation Mémoire de DESC de réanimation Soutenu le 10 décembre 2014 par le Dr Julie Mankikian Directeur de mémoire:

Plus en détail

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHEOTOMIE Dispositif tubulaire court introduit dans la trachée par voie percutanée pour pallier une défaillance des voies aériennes supérieures Visée

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière 20 e Journée de Formation des Infirmièr(e)s Lundi 14 Octobre 2013 La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière HOF Frank Infirmier spécialiste clinique Soins ORL et trachéotomies

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest TRACHEOTOMIE TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN Introduction Trachéotomie Définition Indications

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Société de Kinésithérapie de Réanimation Cliniques universitaires Saint-Luc Objectifs de la formation Après cette formation, le kinésithérapeute

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS :

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS : SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE PROGRAMME DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014 Organisme de formation agréé FMC N Agrément : 117 527 938 75 N SIRET : 323 814 657 00041 INSCRIPTIONS : www.srlf.org

Plus en détail

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010»

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010» L ASPIRATION ENDOTRACHEALE MATERIEL METHODES HYGIENE Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET Définition de l aspiration Différents types de sondes Différents types d appareils Installation du patient Méthodologie

Plus en détail

EVACUATION DES SECRETIONS SUBGLOTTIQUES :

EVACUATION DES SECRETIONS SUBGLOTTIQUES : La Pneumonie Acquise sous Ventilation Mécanique (PAVM) est une pneumonie nosocomiale qui se développe après plus de 48 heures d intubation endotrachéale. 1 Il s agit de l infection la plus fréquemment

Plus en détail

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 Compressions thoraciques mécaniques et défibrillations simultanées vs réanimation cardiorespiratoire conventionnelle dans l arrêt cardiaque en pré-hospitalier. Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 IMPORTANCE

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE Catherine Strub, Pascale Frosio, Dominique Astruc CHU Strasbourg

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE?

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? JOURNEE CLIN NOV.2011 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DE QUOI DOIT-ON TENIR COMPTE pour une prise en soin de qualité d un patient en EHPAD? PERSONNE ÂGEE PANSEMENT EHPAD

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES»

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» «REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» CoCLINNOR - 12 mai 2011 Présentation : Dominique Woinet, Suzanne Haghighat en lien avec groupe sondage vésical

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE

LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE La trachéotomie en 2010 LES CANULES DE TRACHÉOTOMIE VALÉRIE GAËREL, INFIRMIÈRE ADEP ASSISTANCE Descriptif: Tube courbe avec un angle d environ 110 à 130 dont une Tube, courbe, avec un angle d environ 110

Plus en détail

BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE

BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE BPA-PEC-1009TRACHEOT PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRACHEOTOMISES DE LA PERIODE POST-OPERATOIRE A LA SORTIE Date de création : Version validée le : 21/09/10 REDACTEUR (S) Membres du groupe de travail :

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité L unité des soins intensifs de la Clinique Générale Saint-Jean est une

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Spontanément des questions!!! De l Evaluation des Pratiques Professionnelles à l

Plus en détail

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983 Ventilation intelligente Hamilton Medical La ventilation intelligente depuis 1983 Intelligent Ventilation since 1983 Nous nous efforçons de développer des systèmes intelligents pour servir au mieux les

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Le PRADO BPCO vu par le SML

Le PRADO BPCO vu par le SML Le PRADO BPCO vu par le SML LES CONSTATS du SML Actuellement, les patients hospitalisés pour décompensation de BPCO ne le sont pas en pneumologie faute de lit. Ils sont éparpillés dans les différents services

Plus en détail

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Avis de la Commission 1 er décembre 2004

Avis de la Commission 1 er décembre 2004 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 1 er décembre 2004 Prestation : Forfait de ventilation assistée par embout buccal dans le cadre d une réhabilitation

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Référentiel de compétences de l infirmière de réanimation

Référentiel de compétences de l infirmière de réanimation Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0242-2 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences de l infirmière de réanimation Guide to required skills for the intensive care nurse SRLF et Springer-Verlag

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

SONDES DE SPÉCIALITÉS

SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPECIALITES 2 SONDES MICROLARYNGEES Utilisation, service rendu: Anesthésie ORL (pour les chirurgies du larynx) : encombrement minimal pour ne pas gêner le chirurgien Spécificités

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile.

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile. LVL Médical La référence de l assistance médicale à domicile > Expérience > Expertise > Qualité > Valeurs humaines > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie > ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Exsufflation et drainage thoracique

Exsufflation et drainage thoracique Exsufflation et drainage thoracique Où, quand, comment? Dr Alain Meyer Service de réanimation chirurgicale Hôpital de Hautepierre A comprendre Le pneumothorax simple seul ne tue pas Le pneumothorax suffocant

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

INFOS PATIENTS PATHOLOGIES CERVICO-FACIALES

INFOS PATIENTS PATHOLOGIES CERVICO-FACIALES INFOS PATIENTS PATHOLOGIES CERVICO-FACIALES CE QU IL FAUT SAVOIR DE LA LARYNGECTOMIE TOTALE VOUS DEVEZ ÊTRE OPÉRÉ D UNE LARYNGECTOMIE TOTALE, C EST-À-DIRE SUBIR L ABLATION TOTALE DU LARYNX. DE QUOI S AGIT-IL?

Plus en détail

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille

Drainage thoracique. Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH. Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Drainage thoracique Stéphanie ABRAS - IDE Dr Antoine ROCH Réanimation Médicale Hôpitaux Sud - Marseille Plan Rappels anatomiques Indications et leur diagnostic Types de drainages Réalisation Surveillance

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Trachéotomie. et maladies neuromusculaires REPÈRES OCTOBRE 2007 SAVOIR ET COMPRENDRE

Trachéotomie. et maladies neuromusculaires REPÈRES OCTOBRE 2007 SAVOIR ET COMPRENDRE Trachéotomie et maladies neuromusculaires OCTOBRE 2007 Dans les maladies neuromusculaires, l affaiblissement progressif des muscles respiratoires ou un défaut de leur commande altère la qualité de la respiration

Plus en détail

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION Trachéotomie Per Cutanée Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier 10/2007 DEFINITION Elle consiste en l ouverture de la trachée entre le deuxième et le troisième anneau trachéal afin

Plus en détail

Comment maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire des personnes hébergées ou hospitalisées?

Comment maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire des personnes hébergées ou hospitalisées? SENIOR DENTAL CONFORT 15 rue Mertens 92270 Bois Colombes 01.47.60.99.19 06.74.08.29.56 seniordentalconfort@orange.fr www.seniordentalconfort.com Organisme formateur N 11 92 16202 92 Comment maintenir une

Plus en détail

Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire

Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire Réanimation (2009) 18, 576 581 MISE AU POINT Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire Weaning of mechanical ventilation in neuromuscular

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

Introduction. 1 - Quels risques? 1 - Quels risques : cardiovasculaire. 1 - Quels risques : neurologique. 1 - Quels risques : respiratoire

Introduction. 1 - Quels risques? 1 - Quels risques : cardiovasculaire. 1 - Quels risques : neurologique. 1 - Quels risques : respiratoire FAUT-IL MEDICALISER LES TRANSFERTS SECONDAIRES? Contre! Dr Frédéric BERTHIER SAMU 44 CHU NANTES frederic.berthier berthier@chu-nantes.fr Introduction Les Les T2 SMUR sont justifiés par l'existence de patients

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Ventilation artificielle De la physiologie à la pratique

Ventilation artificielle De la physiologie à la pratique CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Ventilation artificielle De la physiologie à la pratique j a n v i e r o c t o b re 2 0 1 3 p r o g r a m m e e n c o u r s d e m p

Plus en détail

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ

TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ TROUBLES de l ALIMENTATION CHEZ L ENFANT POLYHANDICAPÉ PALIPED Journée du 3 février 2015 Dr Anne-Emmanuelle Piquet-Massin Neuropédiatre CESAP «Les Cerisiers» et «Graine d Etoile» Alimentation chez la plupart

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales 3442 ANNEXE I FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR Informations administratives et sociales Date d admission souhaitée / / Date de la demande / / Date d admission prévue avec le SSR / / Date d admission réelle

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Service de Réanimation Médicale Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail