DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION"

Transcription

1 Novembre 2008 ; N 19 ARTICLE COMMENTE NSCLC Meta-Analyses Collaborative Group. Chemotherapy in addition to supportive care improves survival in advanced non small-cell lung cancer: a systematic review and meta-analysis of individual patient. Data from 16 randomized controlled trials. J Clin Oncol 2008;26: Article discuté en Web RCP - 16 octobre Vernejoux JM, Bakhatar A, Jouhadi H, Taytard A, Touboul JL. Cet article a pour objectif la mise à jour de la méta-analyse sur données individuelles de 1995 réalisée à partir d essais randomisés contrôlés comparant une chimiothérapie (CT) de première ligne et les meilleurs soins de support (BSC) chez des patients traités pour un cancer non à petites cellules (CNPC) inopérable pour évaluer les nouvelles associations et déterminer l effet de la chimiothérapie. DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION P. Diot, A. Taytard. Editeur / GERI-Communication 4 voie romaine - Bât. G Canéjan

2 CONTINUITE DU TRAITEMENT Assistance Respiratoire - Oxygénothérapie - Ventilation Assistée - Aérosolthérapie - Apnées du Sommeil (PPC) Nutrition - Perfusion - Insulinothérapie

3 ARTICLE COMMENTE Vernejoux JM 1, Bakhatar A 2, Jouhadi H 3, Taytard A 4, Touboul JL Pneumologie, CHU Bordeaux - 2. Pneumologie, CHU Casablanca - 3. Oncologie / Radiothérapie, CHU Casablanca - 4. Pneumologie, CHU Bordeaux - 5. Pneumologie, CH Chalon-sur-Saône. NSCLC Meta-Analyses Collaborative Group. Chemotherapy in addition to supportive care improves survival in advanced non small-cell lung cancer: a systematic review and meta-analysis of individual patient. Data from 16 randomized controlled trials. J Clin Oncol 2008;26: Objectif de l article Mise à jour de la méta-analyse sur données individuelles de 1995 réalisée à partir d essais randomisés contrôlés comparant une chimiothérapie (CT) de première ligne et les meilleurs soins de support (BSC) chez des patients traités pour un cancer non à petites cellules (CNPC) inopérable pour évaluer les nouvelles associations et déterminer l effet de la chimiothérapie. Notes De La Rédaction Mise à jour de la méta-analyse de 1995 portant sur une population limitée de stades IV (36 %) et apportant finalement peu d informations sur les nouvelles associations de chimiothérapie. Biais potentiels - Forte proportion des études déjà présentes en 1995 ; études supplémentaires comportant soit de nouveaux médicaments en monothérapie (4 essais) soit des associations de médicaments plus anciennes (4 essais). - Définition des meilleurs soins de support variable selon les études. - Forte proportion (34 %) de stades I-IIIA et forte proportion de stades non précisés (30 %). Pas d analyse de la qualité de vie ou du coût médico-économique. Retrouvez l ensemble de l article commenté sur : Réagissez à ce commentaire! Vous avez une question? Vous souhaitez faire un commentaire? 183

4 DOSSIER : Aérosolthérapie par Nébulisation Diot P 1, Taytard A Pneumologie, CHU Tours - 2. Pneumologie, CHU Bordeaux. - Le Dossier «Aérosolthérapie par Nébulisation» incluant l ensemble de ses liens hypertextes est également disponible en version HTML : Systèmes de nébulisation Générateurs d aérosol Ils sont actuellement de 3 types : t les générateurs pneumatiques où la préparation médicamenteuse est nébulisée sous l effet d un gaz comprimé. Le gaz propulseur peut être stocké sous pression (bouteille ou prise murale) ou produit par un compresseur. La pression et le débit d alimentation de la cuve de nébulisation doivent être respectés afin de ne pas modifier la taille des particules. Quand la pression et le débit de service de la cuve de nébulisation sont assurés par un gaz comprimé, il s agit sauf prescription contraire d air comprimé. L oxygène médical ne peut être considéré comme un simple gaz propulseur. Il est utilisé sur prescription spécifique, après avoir vérifié l absence d incompatibilité avec le produit nébulisé et l absence de contre-indication à l oxygénothérapie à haut débit. t les générateurs ultrasoniques où la préparation médicamenteuse est nébulisée sous l effet d ultrasons. Les générateurs sont munis d une simple ou d une double cuve. Ils peuvent être équipés d un réglage de la puissance de nébulisation. Ils ne sont pas compatibles avec toutes les formes médicamenteuses. t les nébulisateurs électroniques à tamis : débit élevé permettant de raccourcir la durée des séances ; compatibles avec toutes les formes médicamenteuses. Pour les indications bronchiques ou pulmonaires on préfèrera un embout buccal, sauf cas particulier. Systèmes de nébulisation Ils sont classés en trois catégories selon le lieu de dépôt souhaité des principes actifs dans les voies respiratoires hautes et basses : t les dispositifs pour dépôt dans la sphère ORL produisant un aérosol de grosses particules dont la masse est majoritairement contenue dans des particules de plus de 5 µm de diamètre, t les dispositifs pour dépôt trachéo-bronchique produisant un aérosol dont la masse est majoritairement contenue dans des particules de 2 à 6 µm de diamètre, t les dispositifs pour dépôt pulmonaire profond produisant un aérosol dont la masse est majoritairement contenue dans des particules de 0,5 à 3 µm de diamètre. Produits nébulisés t Les produits nébulisés peuvent être : - un médicament ayant l AMM par cette voie pour la nébulisation, - un produit reconnu efficace par cette voie d administration, que son action soit principalement pharmacologique ou physique (eau). t Il est déconseillé de nébuliser : - des produits huileux susceptibles de provoquer une pneumopathie lipidique, - de l eau pure et des préparations hypotoniques, notamment de l eau distillée, - des préparations ayant des additifs potentiellement dangereux (tels les sulfites). t La préparation nébulisée doit toujours utiliser des liquides stériles. 184

5 t Les notices des médicaments destinés à la nébulisation précisent : - la nature physique du principe actif (solution, suspension ou émulsion), - sa sensibilité éventuelle au chauffage, - la stabilité de la préparation éventuellement diluée, - sa compatibilité éventuelle avec d autres principes actifs dans une même cuve de nébulisation, - la totalité des excipients, - son ph, - son osmolarité, - les types de systèmes de nébulisation présentant des incompatibilités, - les caractéristiques précises des systèmes de nébulisation recommandés. Osmolarité des solutions utilisées en nébulisation Indépendamment de leur action pharmacologique, les solutions nébulisées ont des propriétés physico-chimiques pouvant avoir des effets secondaires sur les bronches : les solutions non iso-osmolaires peuvent induire un bronchospasme. t La plupart des bronchodilatateurs sont iso-osmolaires (terbutaline, bromure d ipratropium). t certaines solutions sont très hyper-osmolaires (mesna, netilmicine, acétylcystéine). t certaines solutions sont très hypo-osmolaires (goménol, cromoglycate de sodium). Il faut rappeler que beaucoup de médicaments utilisés n ont pas d autorisation de mise sur le marché (AMM) pour la voie nébulisée. Ces observations incitent à la prudence dans l utilisation de ces solutions, en particulier lorsqu il s agit de malades présentant une hyper-réactivité bronchique. Indications Le choix du système de nébulisation dépend de : - recommandations existantes concernant la forme galénique à nébuliser (ex : budésonide), - l indication médicale : ORL, bronchique ou pulmonaire, - volume à nébuliser : la nébulisation d une préparation ne doit pas excéder 10 minutes chez l enfant et 20 minutes chez l adulte, sauf indication contraire, pour un volume de 4-5 ml, - patient et sa capacité d adaptation au système de nébulisation, - critères économiques liés au système de nébulisation ou au médicament. Pathologies concernées t Maladie asthmatique et hyper-réactivité bronchique dans le cadre d autres bronchopathies : - traitement continu anti-inflammatoire de l asthme permanent léger : cromoglycate, en particulier chez le nourrisson selon les recommandations de l AMM, - traitement continu anti-inflammatoire de l asthme persistant de l enfant après échec des autres traitements : budésonide selon les recommandations de l AMM, - traitement symptomatique des asthmes aigus sévères selon les recommandations de l AMM, et des asthmes rebelles au traitement classique : terbutaline, salbutamol, bromure d ipratropium. t Mucoviscidose - fluidification des sécrétions bronchiques chez les patients de plus de 5 ans ayant une CVF > 40 % atteints de mucoviscidose : rh-dnase selon les recommandations de l AMM, suivi d une séance de drainage bronchique, - antibiothérapie selon des protocoles standardisés (aminosides, colimycine) pour les infections chroniques à Pseudomonas en complément ou en alternance avec la voie systémique, - bronchodilatateurs en cas d hyper-réactivité bronchique selon les mêmes principes que les BPCO. t BPCO - fluidifications des sécrétions bronchiques au cours des exacerbations de BPCO après échec des autres traitements, - bronchodilatation dans les formes graves de BPCO après échec d un traitement bien conduit par aérosol-doseur ou dispositifs multidoseurs à poudre : bromure d ipratropium, terbutaline, salbutamol. La reconduite du traitement audelà d un mois n est justifiée dans cette indication que si l on apporte la preuve d un bénéfice après une première prescription. t Pneumocystose - Prévention primaire ou secondaire après intolérance ou échec d un traitement par sulfaméthoxazole-triméthoprime : Pentacarinat selon les indications de l AMM. 185

6 t Laryngites aiguës et œdème laryngé de l enfant La nébulisation d adrénaline est validée dans le traitement des laryngites aiguës de l enfant. Les corticoïdes destinés à l injection ne sont pas validés en nébulisation dans cette indication. t Bronchiolite aiguë du nourrisson La nébulisation de ß2-agonistes est proposée en cas de réponse clinique favorable initiale. Les corticoïdes inhalés ne sont pas validés dans cette indication. t Bronchite aiguë et pneumopathie communautaire Les traitements par nébulisation ne sont pas validés dans ces indications. t Rhinites aiguës et chroniques, sinusites aiguës et chroniques à ostium ouvert, otites séro-muqueuses et otites chroniques. Les traitements par nébulisation ne sont pas validés dans toutes ces indications Mise en oeuvre La prescription de la nébulisation précise : - le principe actif, - la dose par séance, ou préciser jusqu à la cessation de la formation du brouillard, - la dilution quand elle est nécessaire (nature et volume du diluant), - le nombre de séances par jour, - le nombre de jours, - le nébuliseur, le cas échéant son gaz propulseur, l interface nébuliseur-patient ou, au minimum, le lieu de dépôt souhaité du principe actif, - l interface entre le système de nébulisation et la face. Médicaments ayant l AMM pour une utilisation par la voie nébulisée Cf. Tableau. Famille et indications DCI Nom de spécialité Bronchodilatateurs Terbutaline* Bricanyl solution pour inhalation Asthme et BPCO Salbutamol* Ventoline solution pour inhalation Ipratropium bromure* Atrovent solution pour inhalation Corticoïdes inhalés Budésonide Pulmicort suspension pour inhalation Asthme Béclométasone Beclospin suspension pour inhalation Cromones Asthme Prévention Pneumocystose Fluidifiants bronchiques Mucoviscidose (âge > 5 ans) Hyper-sécrétion bronchique Cromoglycate disodique Lomudal Pentamidine rh-dnase** (Dornase alpha) Mesna Acétyl-cystéine Pentacarinat poudre pour aérosol Pulmozyme solution pour inhalation Mucofluid (AMM : instillation trachéale seule) Mucomyst (AMM : instillation trachéale seule) Antibiotiques Tobramycine** Tobi solution pour inhalation (300mg/5mL) Mucoviscidose (âge 6 ans) Colimycine** Colistine Indications ORL Essence végétale Goménol solution pour aérosol (82,5mg/5mL) Vasodilatateur Iloprost**/*** Ventavis (HTAP primitive) Humidifiant Sérum salé isotonique (0,9%) Expectoration induite Sérum salé hypertonique (7,5%) * Prescription par les pneumologues et les pédiatres. * * Prescription initiale hospitalière. * * * Réserve hospitalière. Réagissez à ce dossier! Vous avez une question? Vous souhaitez faire un commentaire? 186

7

Bonnes pratiques de l aérosolthérapie par nébulisation

Bonnes pratiques de l aérosolthérapie par nébulisation Série «Aérosolthérapie» Coordonnée par P. Diot Bonnes pratiques de l aérosolthérapie par nébulisation B. Dautzenberg, M.H. Becquemin, J.P. Chaumuzeau, P. Diot, pour les membres du GAT La nébulisation est

Plus en détail

AÉROSOLTHÉRAPIE EN PÉDIATRIE

AÉROSOLTHÉRAPIE EN PÉDIATRIE AÉROSOLTHÉRAPIE EN PÉDIATRIE R.Boussoffara INTRODUCTION Aérosolthérapie : délivrer un aérosol médicamenteux aux voies aériennes. Qu est- ce qu un aérosol? Un brouillard de fines particules contenant un

Plus en détail

ATELIER E-FLOW 1ère journée du GREPI. 1 ère journee du GREPI

ATELIER E-FLOW 1ère journée du GREPI. 1 ère journee du GREPI ATELIER E-FLOW 1ère journée du GREPI 1 Aér : air Sol : solution Des médicaments dans les nuages 2 Aérosol : Suspension stable de particules ou de gouttelettes dans un gaz (tombant à moins de 0,5 m/ sec).

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DE L AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION

BONNES PRATIQUES DE L AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION Page 1 sur 10 Commission Sécurisation du circuit du médicament FICHE THERAPEUTIQUE DATE : décembre 2008 Mise à jour VERSION N 02 BONNES PRATIQUES DE L AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION Août 2011 1. DEFINITIONS

Plus en détail

pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012

pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012 Traitement inhalés en pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012 Définition Aérosol : suspension stable dans air ou autre gaz de particules liquides ou solides de très petite taille

Plus en détail

AEROSOLS EN PRATIQUE

AEROSOLS EN PRATIQUE AEROSOLS EN PRATIQUE 3 ème Symposium respiratoire d Aquitaine 20 oct 2012 LEFEVRE Sandrine, infirmière puéricultrice CRCM pédiatrique DERLICH Laurence, kiné CRCM adultes Bordeaux DEFINITIONS Aérosol Suspension

Plus en détail

Aérosols d antibiotiques et maladies bronchiques suppuratives. Patrice Diot, Tours

Aérosols d antibiotiques et maladies bronchiques suppuratives. Patrice Diot, Tours Aérosols d antibiotiques et maladies bronchiques suppuratives Patrice Diot, Tours Problématiques de l antibiothérapie inhalée Les molécules/dispositifs Les indications Les molécules ayant l AMM DCI / spécialité

Plus en détail

DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON

DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON Décembre 2008 ; N 20 DOSSIER - BRONCHIOLITE AIGUË DU NOURISSON Pr. M. Fayon. ARTICLE COMMENTE Hermes A et al. Irinotecan plus carboplatin versus oral etoposide plus carboplatin in extensive smallcell lung

Plus en détail

La pratique des aérosols en gériatrie : intérêt et conditions de réalisation

La pratique des aérosols en gériatrie : intérêt et conditions de réalisation La pratique des aérosols en gériatrie : intérêt et conditions de réalisation Dr Annick GREIL Service de Pneumologie et Service E.E.G. - E.F.S.N. HOPITAL GABRIEL MONTPIED C.H.U. de CLERMONT-FERRAND (France)

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

ATROVENT. ( Ipratropium bromure ) Récipient unidose en plastique de 0,25 mg ou 0,50 mg / 2ml. Pulmicort?

ATROVENT. ( Ipratropium bromure ) Récipient unidose en plastique de 0,25 mg ou 0,50 mg / 2ml. Pulmicort? ATROVENT ( Ipratropium bromure ) Solution ( ph : 3,4 ) Récipient unidose en plastique de 0,25 mg ou 0,50 mg / 2ml Dilution avec du sérum physiologique isotonique stérile Mélange possible avec : Bricanyl

Plus en détail

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires de l enfant Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires Dyspnée ou gène inspiratoire, expiratoire ou aux 2 temps

Plus en détail

MRC MOYENS MEDICAMENTEUX

MRC MOYENS MEDICAMENTEUX A. Voies d administration MRC MOYENS MEDICAMENTEUX La voie inhalée+++ La voie systémique M. El Biaze Service des Maladies Respiratoires CHU HassanII www.anfas-assoc.com www.facebook.com/elbiazem 1/Techniques

Plus en détail

A.PROUST DEFINITIONS TRAITEMENTS INHALES EN PNEUMOLOGIE. Générateurs aérosols AVANTAGES / VOIE ORALE. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

A.PROUST DEFINITIONS TRAITEMENTS INHALES EN PNEUMOLOGIE. Générateurs aérosols AVANTAGES / VOIE ORALE. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes DEFINITIONS TRAITEMENTS INHALES EN PNEUMOLOGIE Aérosol: suspension stable dans l air (ou autre gaz) de particules liquides ou solides, de très petite taille (

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite par arrêté du 14 mai 1998

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 PULMOZYME 2500 U/2,5 ml, solution pour inhalation par nébuliseur B/6 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009 364 674 8 4) B/30 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009

Plus en détail

Les bonnes pratiques de l aérosolthérapie dans les maladies respiratoires. Jamel Dakhil, Marlène Murris

Les bonnes pratiques de l aérosolthérapie dans les maladies respiratoires. Jamel Dakhil, Marlène Murris Les bonnes pratiques de l aérosolthérapie dans les maladies respiratoires Jamel Dakhil, Marlène Murris Ce n est pas nouveau! Aérosol, nom donné en 1932 par Whytlaw Gray et Patterson à partir de «aer» (air)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN)

GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN) DP100+ GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) INDICATIONS ORL AÉROSOLTHÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE BRONCHES POUMON PROFOND DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN)

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Aérosolthérapie. Types d appareils, types de médicaments. Quelle utilisation optimale pour le kinésithérapeute hospitalier ou en ambulatoire.

Aérosolthérapie. Types d appareils, types de médicaments. Quelle utilisation optimale pour le kinésithérapeute hospitalier ou en ambulatoire. Aérosolthérapie F.Faurisson Types d appareils, types de médicaments. Quelle utilisation optimale pour le kinésithérapeute hospitalier ou en ambulatoire. Sommaire 1. INTRODUCTION...2 2. TYPES D APPAREIL...2

Plus en détail

PHARMACOLOGIE EN PNEUMOLOGIE C. HALLER / IFSI CHU DE NICE 09 08

PHARMACOLOGIE EN PNEUMOLOGIE C. HALLER / IFSI CHU DE NICE 09 08 PHARMACOLOGIE EN PNEUMOLOGIE C. HALLER / IFSI CHU DE NICE 09 08 PLAN DE LA PRESENTATION LES ANTITUSSIFS LES ANTI-ASTHMATIQUES ASTHMATIQUES LES ANTITUSSIFS GENERALITES TRAITEMENT DES TOUX NON PRODUCTIVES

Plus en détail

Dr R. Janssen-Langenstein Service de Réanimation Médicale Hôpital de Hautepierre Strasbourg

Dr R. Janssen-Langenstein Service de Réanimation Médicale Hôpital de Hautepierre Strasbourg FORMATION KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE EN REANIMATION AEROSOLOTHERAPIE Dr R. Janssen-Langenstein Service de Réanimation Médicale Hôpital de Hautepierre Strasbourg AEROSOL Definition: Suspension de particules

Plus en détail

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments Asthme et BPCO Recommandations et listes des médicaments Sommaire Sommaire 1 Introduction 3 1 e Partie Asthme 5 I. Asthme: recommandation 6 1. Posez le diagnostic 6 2. Choisissez le traitement chronique

Plus en détail

De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant. Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance

De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant. Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance De la bronchiolite à l asthme Si votre jeune enfant de moins de 5 ans a eu plusieurs

Plus en détail

Module de formation aérosol

Module de formation aérosol Groupe aérosol thérapie de la Société de Pneumologie de langue Française GAT-form Module de formation aérosol Groupe aérosolthérapie GAT-form 2003 Diaporama long 1 Groupe aérosolthérapie de la Société

Plus en détail

Choix du dispositif d inhalation en fonction de l indication. L Vecellio, Ph D Aerodrug Tours, France

Choix du dispositif d inhalation en fonction de l indication. L Vecellio, Ph D Aerodrug Tours, France Choix du dispositif d inhalation en fonction de l indication L Vecellio, Ph D Aerodrug Tours, France Une multitude de nébuliseurs sur le marché!!! QUEL EST LE TRAJET DU MEDICAMENT DURANT UNE SEANCE D AEROSOL?

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

Education Thérapeutique

Education Thérapeutique Asthme du nourrisson AKCR 12/10/2009 Education Thérapeutique Efficacité en pédiatrie Efficacité chez l adulte Conduite à tenir dans l asthme du nourrisson Education thérapeutique Gestion optimale de la

Plus en détail

Jean-Christophe DUBUS Unitéde Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM & CNRS URMITE 6436, Marseille

Jean-Christophe DUBUS Unitéde Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM & CNRS URMITE 6436, Marseille Jean-Christophe DUBUS Unitéde Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM & CNRS URMITE 6436, Marseille La nébulisation en pédiatrie Pourquoi la voie nébulisée? Quand la prescrire? Quel matériel choisir? Comment

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME A. LES TRAITEMENTS DE L ASTHME 08/06/09 Dr Ausias Pharmaco I. Généralités II. Thérapeutiques inhalées A. Particules B. Les différents systèmes 1. Aérosols doseurs 2. Les chambres d inhalation 3. Les inhalateurs

Plus en détail

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Introduction L asthme est un inflammation chronique des voies aériennes associées à une hyperréactivité bronchique responsable

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile.

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile. LVL Médical La référence de l assistance médicale à domicile > Expérience > Expertise > Qualité > Valeurs humaines > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie > ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 21 décembre 2010 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 21 décembre 2010 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 décembre 2010 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 XYZALL 0,5 mg/ml, solution buvable Flacon de 200 ml avec seringue pour administration orale (CIP : 376 538-7) UCB PHARMA SA lévocétérizine Liste II Date

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

Depuis la parution de la mise au point sur la nébulisation. La nébulisation en D o n n é e s n o u v e l l e s. Nebulization 2007 RÉSUMÉ

Depuis la parution de la mise au point sur la nébulisation. La nébulisation en D o n n é e s n o u v e l l e s. Nebulization 2007 RÉSUMÉ La nébulisation en 2007 Nebulization 2007 J.P. Chaumuzeau* RÉSUMÉ Un certain nombre de développements ont marqué le domaine de la nébulisation thérapeutique au cours des trois dernières années. Ils concernent

Plus en détail

Travail soutenu et validé par le Groupe Aérosolthérapie (GAT) de la Société de Pneumologie de langue Française (SPLF)

Travail soutenu et validé par le Groupe Aérosolthérapie (GAT) de la Société de Pneumologie de langue Française (SPLF) Travail soutenu et validé par le Groupe Aérosolthérapie (GAT) de la Société de Pneumologie de langue Française (SPLF) DTF médical est heureux de mettre en version française les recommandations suivantes

Plus en détail

Le bon usage clinique des aérosols et nébuliseurs

Le bon usage clinique des aérosols et nébuliseurs Le bon usage clinique des aérosols et nébuliseurs Séminaire Dispositifs médicaux et matériovigilance MAS en pharmacie hospitalière 29 septembre 2009 Ermindo.Di-Paolo@chuv.ch 1 Plan 1. Généralités 2. Aérosols-doseurs

Plus en détail

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Asthme du NRS Priam 05 mars 2003 Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Définition de l asthme : clinique Crises de dyspnée Sibilances Obstruction bronchique Réversibilité bétamimétique MAIS aussi *

Plus en détail

Programme de formation de base en MPOC

Programme de formation de base en MPOC Programme de formation de base en MPOC et spécifiques Développé en 2009 Valérie Chabot, inhalothérapeute, conseillère aux programmes, RQAM Patricia Côté, inf., M. A., directrice générale adjointe, RQAM

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Budesonid Sandoz 0,25 mg/ml et 0,5 mg/ml suspension pour inhalation par nébuliseur.

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Budesonid Sandoz 0,25 mg/ml et 0,5 mg/ml suspension pour inhalation par nébuliseur. NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Budesonid Sandoz 0,25 mg/ml et 0,5 mg/ml suspension pour inhalation par nébuliseur Budésonide Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser

Plus en détail

Les préparations pour inhalation

Les préparations pour inhalation Module 7 Marchais 27/01/12 10h30 12h30 Brubru et Popie Les préparations pour inhalation I/ DEFINITION GENERALE Les préparations pour inhalation sont des préparations liquides ou solides destinées à être

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 6 juillet 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 26 mai 2000 (JO du 8 juin 2000) ASMABEC CLICKHALER 100

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes.

La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes. La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes. M VERSTRAETE, B VRIGNAUX, K LEVIEUX, E LAUNAY, I HAZART,N VABRES, C GRAS-LE GUEN Urgences pédiatriques et pédiatrie

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION

TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION TRAITEMENTS PAR INHALATION SILVIA VIGNA THEYTAZ PROF. PIERRE-OLIVIER BRIDEVAUX SERVICE DE PNEUMOLOGIE HÔPITAL DE SION http://www.hopitalvs.ch/pneumocolloque CATHERINE ESCHER-REVAZ ET JEAN BORIS VON ROTEN,

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 27 septembre 2006 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 27 septembre 2006 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 septembre 2006 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service attendu

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

AVIS 17 octobre 2012

AVIS 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 EXOCINE 0,3 %, collyre en solution Flacon de 5 ml (CIP : 34009 331 708 0 6) Laboratoire ALLERGAN FRANCE SAS DCI Code ATC (année) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Date d entrée en vigueur : 24 août 2007. L ensemble des secteurs d activité du CSSS Jeanne-Mance

Date d entrée en vigueur : 24 août 2007. L ensemble des secteurs d activité du CSSS Jeanne-Mance Titre Initier l administration de salbumatol (Ventolin MC) par aérosolthérapie O.C.M-5 Référence à un protocole : Oui Non Date d entrée en vigueur : 24 août 2007 Date de révision : 2 mai 2013 Secteurs

Plus en détail

LES FORMES PHARMACEUTIQUES

LES FORMES PHARMACEUTIQUES LES FORMES PHARMACEUTIQUES I ) Formes pharmaceutiques destinées à la voie orale A ) Les formes solides 1 ) Poudres orales 2 ) Formes obtenues par répartition des poudres dans des enveloppes a ) Les sachets

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Chapitre 8 Aérosol et Location

Chapitre 8 Aérosol et Location Chapitre 8 Aérosol et Location 1) Pourquoi? A la reprise de l officine, je me suis retrouvée devant une vingtaine d appareils + ou en bon état et de plus avec des nébuliseurs + ou fantaisistes. - Devant

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725

Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725 Pr Ali Ben Kheder Astra Zeneca Mars 2014 Sally E Wenzel. Asthma phenotypes: the evolution from clinical to molecular approaches Nature Medicine 2012;18:716 725 GINA TTT APCI ASTHME NON CONTRÔLE! A QUI

Plus en détail

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Aérosolthérapie par nébulisation. L Vecellio, DTF Medical Aerodrug Tours, France

Aérosolthérapie par nébulisation. L Vecellio, DTF Medical Aerodrug Tours, France Aérosolthérapie par nébulisation. L Vecellio, DTF Medical Aerodrug Tours, France PLAN -Anatomie et physiologie -Pathologies -Aérosolthérapie Anatomie et physiologie P. Atm P. Pleur. Dépression P. Alv

Plus en détail

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant 14 L enfant avant tout L asthme chez l enfant Au Canada, la prévalence de l asthme chez l enfant a quadruplé au cours de la dernière décennie, et l asthme est devenu l une des principales causes d hospitalisation

Plus en détail

Recommandations d hygiène pour nettoyer les nébuliseurs et conserver leurs performances

Recommandations d hygiène pour nettoyer les nébuliseurs et conserver leurs performances CRCM NANTES pédiatrie Recommandations d hygiène pour nettoyer les nébuliseurs et conserver leurs performances d après les recommandations du GRAM ( Groupe Aérosols et Mucoviscidose) et de l association

Plus en détail

Solution Pr VENTOLIN pour respirateur

Solution Pr VENTOLIN pour respirateur MONOGRAPHIE DE PRODUIT Solution Pr VENTOLIN pour respirateur solution de sulfate de salbutamol 5 mg/ml Pr VENTOLIN NEBULES P.F. solution de sulfate de salbutamol ampoules de 2,5 mg/2,5 ml et de 5 mg/2,5

Plus en détail

Aérosolthérapie et Nébulisation

Aérosolthérapie et Nébulisation INSTITUT DE FORMATION DE PUÉRICULTURE ROCKEFELLER Aérosolthérapie et Nébulisation Soins Infirmiers 6 Mai 2013 Bourderiat Virginie Hadjersi Ludmilla Ulliel Charlotte Marchand Sarah Objectifs de l intervention

Plus en détail

Médicaments et ventilation

Médicaments et ventilation Médicaments et ventilation JLPR 2006 O. Martin Réanimation Médicale HEH 1 Plan Le Monoxyde d Azote : NO Les médicaments inhalés en ventilation assistée O. Martin Réanimation Médicale HEH 2 Le Monoxyde

Plus en détail

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux Novembre 2007 ; N 8 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux FICHE INFORMATIVE GRAND PUBLIC La bronchite

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Pathologie agricole. Jean-Charles Dalphin Service de Pneumologie Besançon

Pathologie agricole. Jean-Charles Dalphin Service de Pneumologie Besançon 1 Pathologie agricole Jean-Charles Dalphin Service de Pneumologie Besançon Les agriculteurs et les employés du milieu rural sont exposés à des risques professionnels et aux risques de l environnement induisant

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

SYSTEMES D INHALATION

SYSTEMES D INHALATION SYSTEMES D INHALATION Dr LOMBRY Catherine 1 Appareillages pour l administration pulmonaire Inhalateurs pressurisés à valve doseuse; aérosols-doseurs (MDI; Metered Dose Inhaler) Inhalateurs à poudre sèche

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 15 mai 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 1 er décembre 1998 (JO du 6 décembre

Plus en détail

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm Page 1 sur 6 Vous êtes ici : Accueil > Médicaments et autres > Médicaments > Asthme et BPCO : prescription des médicaments selon les recommandations > FAQ - Asthme et BPCO Questions fréquemment posées

Plus en détail

L'AEROSOLTHERAPIE. (Kinésithérapie Scientifique Mai 2000)

L'AEROSOLTHERAPIE. (Kinésithérapie Scientifique Mai 2000) L'AEROSOLTHERAPIE (Kinésithérapie Scientifique Mai 2000) Valérie Doudeuil José Curraladas Masseurs- kinésithérapeutes. CHU Henri Mondor Créteil. Sollicité quotidiennement dans les services d'hospitalisation

Plus en détail

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires Mardi, 30 Juin 2009 20:52 Mis à jour Mardi, 30 Juin 2009 20:56 Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances

Plus en détail

Les «bonnes pratiques» de la nébulisation dans les rhinosinusites. J. Percodani, E. Serrano (Toulouse)

Les «bonnes pratiques» de la nébulisation dans les rhinosinusites. J. Percodani, E. Serrano (Toulouse) Les «bonnes pratiques» de la nébulisation dans les rhinosinusites J. Percodani, E. Serrano (Toulouse) Nébulisation en ORL Historique 2000 avant JC : utilisation de fumées pour soulager la toux 400 avant

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 SINGULAIR 4 mg, comprimé à croquer Boîte de 28 (CIP : 393 112-4) Boîte de 50 (CIP : 393 118-2) SINGULAIR 4 mg, granulé Boîte de 28 sachets-dose de 4 mg

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 BETNESOL 0,50 mg, comprimé effervescent B/30 (CIP : 34009 301 097 3-1) BETNESOL 4 mg/ml, solution injectable B/3 (CIP : 34009 301 096 7-0) BETNESOL 5 mg/100

Plus en détail

SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE

SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE Fixe : MGOP SPECIFICITE DES TRAITEMENTS EN PEDIATRIE I/- L enfant et le médicament : Nouveau-né : de la naissance à 30 jours Nourrisson : 1 mois à 2 ans Enfant : 2 ans à 15 ans La réaction du nouveau-né,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 08/02/07 Ré f.: CMUB - 009 Pagination : 1/8 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 009 Rédacteurs Dr H. ROY, SAMU 21 Date 13/05/00 MAJ le 08/02/2007

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 février 2012 ASMANEX TWISTHALER 200 µg/dose, poudre pour inhalation Inhalateur de 30 doses (CIP : 359 243-2) Inhalateur de 60 doses (CIP : 359 244-9) ASMANEX TWISTHALER

Plus en détail

ATROVENT 0,50 mg/2 ml solution pour inhalation par nébuliseur: Bromure d ipratropium

ATROVENT 0,50 mg/2 ml solution pour inhalation par nébuliseur: Bromure d ipratropium NOTICE ATROVENT 0,25 mg/2 ml solution pour inhalation par nébuliseur ATROVENT 0,50 mg/2 ml solution pour inhalation par nébuliseur (BPI 0014-06 + 0022-05 + 0013-05) Veuillez lire attentivement l'intégralité

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu - Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie H Dhivert Donnadieu Philippe 55 ans, habite à Amiens Antc: symptômes polliniques

Plus en détail

L AEROSOLTHERAPIE C. HALLER - IFSI CHU DE NICE 08 07

L AEROSOLTHERAPIE C. HALLER - IFSI CHU DE NICE 08 07 L AEROSOLTHERAPIE C. HALLER - IFSI CHU DE NICE 08 07 Objectifs de la séquence s aérosol thérapie - oxygénoth nothérapie Définir l aérosol l thérapie Définir l oxygl oxygénothérapie Connaître les indications

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien?

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Prof. Jean-William Fitting Colloque du 6 février 2014 Service de pneumologie Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Lausanne,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 2 novembre 2005 SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 3 plaquettes thermoformées de 10 gélules avec inhalateur (CIP: 368

Plus en détail