Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1"

Transcription

1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

2 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi, bien prescrit (dose, durée), et acheté (coût correct) Le malade est satisfait et rentre chez lui Est on sûr que ce traitement sera efficace? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 2

3 Qu est ce que la compliance? Question : est on sûr que ce traitement sera efficace? Réponse : ca dépend! Question : ca dépend de quoi? Réponse : de la compliance du malade! C est à dire de son aptitude à **prendre strictement et complètement le médicament tel qu il a été prescrit (**observer le traitement, **adhérer au traitement) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 3

4 Compliance au médicament : un problème majeur et préoccupant Un Problème majeur ; émergeant? de pratique quotidienne dans tous pays et situations qui met en jeu : l évolution & qqfois la vie du malade la santé de la communauté (ex.tb, IST) l économie de la santé la «bonne pratique clinique» doit en tenir compte IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 4

5 Compliance: Définitions et Limites 1. Par Compliance on signifie en général : le respect strict des prescriptions de médicaments au cours d une maladie aiguë ou chronique (surtout chronique) 2. Mais on peut étendre la notion de Compliance à : - traitements non médicamenteux : s astenir de tabac, d alcool, perdre du poids, dans le diabète, l épilepsie, l HTA -suivi : RDV manqués - prévention : vaccinations, diabéte, épilepsie, asthme 3. Les limites de la Compliance sont ainsi imprécises IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 5

6 Compliance : 7 questions 1. synonymes? observance, adhérence (obéissance) 2. quelles pathologies sont les + concernées? 3. la C est mal connue et mal évaluée? Pourquoi? infection VIH et «découverte» de l amplitude du problème 4. y a t il une définition précise et unique de la C? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 6

7 Compliance : 7 questions 5. quel est le niveau «acceptable» de la C? (ou seuil de C) 100%? 90%? 80%? 50%? «tout ou rien»? - peut on parler de demi-c? peut on faire des «drug holidays?» (fenêtre thérapeutique) : est ce de la non compliance? 6. comment mesurer la C :? 7. comment prédire la C? qui sera compliant, qui ne le sera pas? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 7

8 Compliance : Historique - Diabète (éducation des diabétiques) -Asthme -HTA - Epilepsie - Santé des adolescents (diabète, grossesses) - TB - VIH Beaucoup plus préoccupant car sont des maladies transmissibles et résistantes an cas de Non-Compl. Risque «individuel» Risque «collectif» IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 8

9 Médicaments, éducation, compliance et évolution historique du diabète Mortalité à 5 ans 80% Insuline Le bénéfice de l éducation à une bonne compliance est égal à celui de la découverte de l insuline 40 Antibiotiques 20 Éducation diabétique 5 ( à la Compliance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 9

10 HTA et Compliance : règle de 2 NB. Problème et chiffres transposables au VIH (Europe) 100 HTA HTA : la règle des 50% Connaissance (awareness) 50% Compliance 50% Succès du traitement 50% 50 connaissent leur HTA (NC de prévention) 25 se traitent (NC de traitement) 12.5 sont contrôlés (suivi) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 10

11 Non Compliance (NC) 1. la NC est un Comportement - naturel - ubiquitaire - modifiable (? ) 2. Concerne par ex. 50% des HTA sont NC à 1 an 25% des patients sous AVK 48% des «homeless TB patients» de New York 20% des VIH+ sous ARV (Europe, hors essais cliniques) 3. Le médecin estime très mal la C de son malade IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 11

12 Conséquences de la Non Compliance 1. la NC est quelquefois «intelligente» dans ce cas elle est favorable au malade - mauvaise prescription médicale - effet secondaire grave 2. La NC est en règle générale défavorable au malade 3. Elle peut être défavorable à la communauté coût des maladies chron non contrôlées: diabète, HTA, asthme.. transmission de germes résistants: TB, IST transmission de maladies très graves : VIH IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 12

13 Facteurs de la C 1. la maladie 2. le médicament 3. le malade 4. le médecin 5. la relation médecin malade 6. le système de soin IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 13

14 Facteur 1 : la maladie 1. Maladies percues comme graves : C en générale bonne ex. cancer (pas toujours) VIH/SIDA (pas toujours) possible fatalisme : «ca ne sert à rien» 2. Maladies douloureuses : C en générale bonne ex. neuropathies, artérite MI.. 3. Maladies asymptomatiques : C en générale mauvaise ex HTA, diabète, maladies cardio-vasculaires IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 14

15 Facteur 2 : le(s) Médicament(s) 1. Contraintes du M pour le malade n de comprimés ou injections / j, horaires de prise goût, aspect, taille des comprimés excès de prescription (overprescription) 2. Effets II souvent sous estimés par les médecins certains effets II mineurs sont «invivables», mais on n en parle pas : impuissance, nausées, malaises, goût 3. Coût 4. Bénéfices - attendus par le malade (objectif thérapeutique) - ressentis effectivement par le malade IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 15

16 Facteur 3 : le Malade 1. personnalité individuelle : mais la C est peu prévisible 2. sexe : C de F>H 3. âge : adolescent, jeune (= refus) ; sujet âgé (= oubli) 4. handicap : - mental, physique (cécité) - social : pauvreté, solitude, illetrisme - culturel : minorités ethniques 5. culture : représentation de la maladie et du remède 6. suspicion / manque de confiance envers l institution 7. état de santé : excellent ou au contraire dégradé niveau d éducation : pas forcément associé à la compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 16

17 Facteur 4 : le Médecin 1. Expérience de la situation 2. Conviction (force de conviction) 3. Qualité de communication : expliquer le traitement fixer des objectifs thérapeutiques avec le malade ex. asthme, diabète, VIH, épilepsie. 4. Qualité de l information délivrée : claire? adaptée? comprise? répétée? prospective? effets II aires annoncés? 5. Entourage du malade mis à contribution? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 17

18 Facteur 5 : La Relation Médecin-Malade Le médecin peut être considéré en soi comme «médicament» La C est favorisée par une bonne relation M-M : le patient est «satisfait» du médecin (mesurable) relation ancienne (?), durable, confiante avec la participation active du malade et de sa famille incitation positive: pas de menaces «sinon vous allez mourir» basée sur - écoute, disponibilité - compassion - objectifs aidée par le recours aux outils de compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 18

19 Facteur 6 : le système de soin La C est favorisée par une bonne relation avec le syst de soin système de soin accessible système performant qui satisfait le malade bon accueil & écoute peu d attente délivrance de médicaments qui ne sont pas «douteux» IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 19

20 Facteurs 7 : Divers La C nécessite une bonne information - compréhension de la maladie du traitement Favorisent pas la mauvaise Compliance : l auto-médication le mépris du soignant envers le malade la pharmacie trottoir les faux médicaments ( échec thérapeutique) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 20

21 Les outils de compliance ledots réveil matin, téléphone portable carnet pilulier électronique mise à contribution de tiers : membre de la famille travailleurs sociaux groupes de malades pairs consultations spécialisées compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 21

22 Quelles interventions réalistes sont possibles pour améliorer la C? 1. simplifier au maximum le schéma thérapeutique 2. utiliser les améliorations pharmacologiques 3. adapter le schéma au patient (sur mesure ou «tailoring») 4. négocier les objectifs 5. supervision / famille, entourage, infirmière etc.. 6. «éducation» du patient par professionnels ou par pairs 7. incitation positive ( jamais négative ) 8. DOT ( au besoin payer ou dédommager le patient ) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 22

23 Compliance : les autres médecines aussi IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 23

24 Conclusions - Mots-clés - Compliance Observance Effets IIaires mineurs Succès thérapeutic Compétence Compliance intelligente Transmissio n Adhérence Relation médecin - malade Echec thérpeutic Ecoute, accueil compassion Maladies chroniques Prédicition Information du malade Objectif de traitement Resistance Persuasion Conviction Mal asymptomatique Non compliance Effets secondaires Qualité de prescription Schéma Ttt acceptable Accès au médicament Prescription excessive Incitation positive Participation familliale Participation de pairs Education counselling Objectifs concordants IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 24

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS

LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS LE MEDECIN GENERALISTE ET LA PRISE EN CHARGE D UNE ACCOUCHEE CONSOMMATRICE DE TABAC ET/OU D ALCOOL ET/ OU DE CANNABIS Pr Francis RAPHAËL, Professeur honoraire de Médecine Générale à la Faculté de Médecine

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE Important : Ce document a pour but d apporter des informations autour de la création et le développement de centre de consultations psychologiques en situation interculturelle. Ce document est proposé

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Compétences CanMeds, atelier du Collège des médecins du Québec. Marie-Thérèse Lussier, M.D., B. Sc., M. Sc.,

Compétences CanMeds, atelier du Collège des médecins du Québec. Marie-Thérèse Lussier, M.D., B. Sc., M. Sc., comment annoncer une mauvaise nouvelle au patient ou à la famille tout au long de la maladie d Alzheimer Compétences CanMeds, atelier du Collège des médecins du Québec Marie-Thérèse Lussier, M.D., B. Sc.,

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

La Douleur? Il faut consulter un médecin! Mais si la douleur. 1 s aggrave, 2 vous inquiète, 3 s accompagne d autres signes. Un signal d alarme

La Douleur? Il faut consulter un médecin! Mais si la douleur. 1 s aggrave, 2 vous inquiète, 3 s accompagne d autres signes. Un signal d alarme La Douleur? Un signal d alarme Une douleur aiguë Une douleur chronique Dans le cas d une blessure, d une fracture, ou encore d une maladie, la douleur est nécessaire puisqu elle nous alerte. Elle est limitée

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

QUELLE STRUCTURE JURIDIQUE CHOISIR?

QUELLE STRUCTURE JURIDIQUE CHOISIR? Dans une démarche de création d entreprise, vous devez réfléchir au statut juridique que vous allez donner à votre entreprise. En effet, il existe plusieurs statuts juridiques et il n est pas toujours

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Être Psychologue en Cancérologie

Être Psychologue en Cancérologie Être Psychologue en Cancérologie Mission Possible? Florence NORE - Psychologue Équipe Mobile de Psycho Oncologie Adulte CHU / Centre Jean Perrin 9 novembre 2004 Qu est-ce qu un Psychologue?/ Qu est-ce

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015)

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) École de réadaptation Programme de physiothérapie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) Préparé par Direction

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie La dignité de la personne humaine Principe selon lequel une personne ne doit jamais être traitée comme un objet ou comme un moyen, mais comme une entité

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. Guide employeurs http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr Parce qu une première expérience dans l univers professionnel est souvent déterminante

Plus en détail

Les clés de l'accessibilité

Les clés de l'accessibilité H Coordination Handicap Normandie Musée de l'horlogerie Les Papillons Blancs de l'agglomération rouennaise et du Pays de Caux Tourisme et Culture Les clés de l'accessibilité communication et formations

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

JEU DE ROLE MEDICAMENTS ET GROSSESSE

JEU DE ROLE MEDICAMENTS ET GROSSESSE JEU DE ROLE MEDICAMENTS ET GROSSESSE Méthode Jeu de rôles (1 animateur et un expert par groupe) Demander des volontaires. Rappeler que dans un jeu de rôles des acteurs vont jouer une situation sans s'impliquer

Plus en détail

Une relation de soins qui implique le patient?

Une relation de soins qui implique le patient? 1/5 Souvent perçus comme incapables d être acteurs de leur santé, du fait de leur déficit cognitif, les patients vivant avec une pathologie neurodégénérative semblent fréquemment exclus de la relation

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

L importance. de bien prendre son traitement

L importance. de bien prendre son traitement L état moteur du patient atteint de maladie de Parkinson est le reflet de l effet des médicaments. De ce fait, une prise régulière et à la dose adéquate est très importante. L analyse des doses et des

Plus en détail

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller?

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? 1 Absence de définition de l aptitude et de l inaptitude dans le Code du travail La limite à ne pas franchir : le secret médical I

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans Caisse de coordination aux assurances socialesaux Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2014 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Cahier de Stage. Du 15/2 au 20/2 2016. NOM : Prénom : Classe : Entreprise :

Cahier de Stage. Du 15/2 au 20/2 2016. NOM : Prénom : Classe : Entreprise : Cahier de Stage Du 15/2 au 20/2 2016 NOM : Prénom : Classe : Entreprise : 1 Sommaire Recommandations : 3 Rapport de stage : 4 Cahier de stage : 4 Diaporama : 4 Présentation orale : 4 Présentation de l

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

Erreur d administration d insuline analysée avec la méthode REMED EPSMR Septembre 2009 Anne-céline Ballet Présentation d un cas suivant la méthode REMED Une REMED c est quoi? Revue d une Erreur MEDicamenteuse

Plus en détail

Premier degré technique (T1)

Premier degré technique (T1) METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES Premier degré technique (T1) Syndicat Professionnel des Métiers du Coaching - 37, rue des Mathurins - 75008 Paris page 1/5 Téléphone (du président) : 06

Plus en détail

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics

Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics Téléphone, internet, réseaux sociaux : quelle efficacité en prévention pour la santé? Réseaux sociaux et community management : la prévention à la rencontre des publics David Heard Chef du dpt des campagnes,

Plus en détail

Guide d insuline basale.

Guide d insuline basale. Guide basale. Déterminez votre optimale. Ligne d'appel à votre service Nom:......... :... Si vous avez des questions, vous pouvez téléphoner 24h/24 et 7j/7 au numéro vert B-GLA 09 12 01 Bien vivre avec

Plus en détail

Recrutement de collaborateur. Entretien. Grille d évaluation. Recherche d emploi STRUCTURE. 3. Expérience professionnelle o Résultats, succès

Recrutement de collaborateur. Entretien. Grille d évaluation. Recherche d emploi STRUCTURE. 3. Expérience professionnelle o Résultats, succès Techniques de recherche d emploi Formation et Conseil Jean-Marc Guscetti - Formateur en entreprise 1195 Bursinel Switzerland -+4179 310 8900 info@jmg-formation.ch - Extrait du support de cours 2011 Informations

Plus en détail

utils de perfectionnement

utils de perfectionnement O Préambule utils de perfectionnement Les inhalothérapeutes travaillant dans les établissements de santé et services sociaux ont le devoir de dispenser des soins de qualité. Il est de leur responsabilité,

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013

STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013 STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013 Association AMPHORE Promotion 2011-2014 IRFSSA Moulins Remerciements Nous tenons tout d abord à remercier nos familles pour leur soutien dans notre projet. Ensuite

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS Préparées par Raymond Villeneuve Formateur au C.R.E.P. de la C.S.D.M. Animateur au CLSC St Henri Collaboratrice : Linda Mc

Plus en détail

La négociationn UE 3.2.S3 MHFF

La négociationn UE 3.2.S3 MHFF La négociationn UE 3.2.S3 Le concept de négociation La négociation est définie comme " une rencontre entre des acteurs qui veulent régler leurs divergences par un arrangement ". (Christophe Dupont, 1986

Plus en détail

Processus de promotion candidature au niveau de juge international

Processus de promotion candidature au niveau de juge international Processus de promotion candidature au niveau de juge international Renseignements généraux Le présent document donne un aperçu du processus de demande pour la candidature à l ISU en vue de la promotion

Plus en détail

Communication Médecin-Pharmacien

Communication Médecin-Pharmacien Communication Médecin-Pharmacien Prescriptions et Remèdes Médecin-Pharmacien Deux perspectives, un même objectif François Parent, MD, CMFC(mu), FCMF Marc Parent, D.P.H, MSc., BCPS Communiquer... Émetteur

Plus en détail

Le coût humain des maladies chroniques

Le coût humain des maladies chroniques Annexe 1 Le coût humain des maladies chroniques «3four50», trois chiffres, un message simple et puissant qui met en lumière un des principaux enjeux sanitaires de notre époque. Elaborée par l Oxford Health

Plus en détail

Comment intervenir avec les couples et les familles

Comment intervenir avec les couples et les familles Comment intervenir avec les couples et les familles Objectifs: Présenter les principes généraux et règles de base àconsidérer dans le travail avec les proches d un patient Définition du couple Institution

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

la qualité de vie des salariés

la qualité de vie des salariés facilit Un service innovant pour améliorer la qualité de vie des salariés VIE FAMILIALE VIE PROFESSIONNELLE SANTÉ LOGEMENT Service gratuit réservé aux adhérents en Prévoyance de la mutuelle CHORUM S engager

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie 1. L expérience du cancer est toujours bouleversante. Malgré

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2015 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

A PROPOS DES TRANSMISSIONS CIBLEES. IFSI de Longjumeau / C HORDESSEAUX Mai 2010

A PROPOS DES TRANSMISSIONS CIBLEES. IFSI de Longjumeau / C HORDESSEAUX Mai 2010 A PROPOS DES TRANSMISSIONS CIBLEES IFSI de Longjumeau / C HORDESSEAUX Mai 2010 Qu est ce qu une transmission ciblée? LA TRANSMISSION CIBLÉE EST UNE MÉTHODE D ORGANISATION DANS L ÉCRITURE DES TRANSMISSIONS

Plus en détail

Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5

Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5 Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5 Objectif : Cet outil a été conçu pour améliorer les connaissances des participants à propos des modèles du handicap et pour comprendre comment ces modèles

Plus en détail

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article I - Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Elle doit pouvoir profiter de l autonomie permise par ses capacités physiques et mentales, même au prix

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

Baromètre satisfaction NOM DU SERVICE : Questions relatives à votre identification

Baromètre satisfaction NOM DU SERVICE : Questions relatives à votre identification Baromètre satisfaction NOM DU SERVICE : Questions relatives à votre identification 1. Votre Age : moins de 18 ans entre 18 et 25 ans entre 25 et 40 ans entre 40 et 60 ans plus de 60 ans 2. Votre Type de

Plus en détail

Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses

Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses INTERVENTIONS DES RESEAUX EN EHPAD : MAUVAISES EXCUSES ET VRAIES RAISONS Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses Objectif : Il s agit de mieux comprendre les raisons pour

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITÉS

DROITS ET RESPONSABILITÉS CHARTE INTERNATIONALE DES DROITS ET RESPONSABILITÉS DES PERSONNES ATTEINTES DU DIABÈTE CHARTE INTERNATIONALE DES DROITS ET RESPONSABILITÉS DES PERSONNES ATTEINTES DU DIABÈTE - 1 Introduction Le diabète

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Qui sont les professionnels qui prennent soin de votre proche dépendant?

Qui sont les professionnels qui prennent soin de votre proche dépendant? La recette du mois Qui sont les professionnels qui prennent soin de votre proche dépendant? Niveau de difficulté : Ingrédients indispensables : 1 once de coordination 1 bonne dose d anticipation Ustensiles

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté

Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté 1 L ulcère de Buruli est une maladie causée par un microbe L ulcère de Buruli n est pas dû à la sorcellerie L ulcère de Buruli n est pas une

Plus en détail

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE?

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? FREROT Mathilde Interne de santé publique Université de Bourgogne 27/01/2014 Séminaire inter-régionale 2014- Économie de

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Comité régional Sports pour Tous, chemin kerbel, LES AVIRONS Tel :. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte... II- Le programme...

Plus en détail

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité Objectif de la réunion Connaître et comprendre la nouvelle réglementation Intérêt

Plus en détail

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 AMIFORM Docteur Renaud Gruat Mars 2015 Loi du 4 mars 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Appelée

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Prise en charge de la douleur dans l exercice soignant en soins palliatifs Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Spécificités toilettes et pansements Quelles

Plus en détail

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN PROJET EDUCATIF Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN Révisé en décembre 2013 Le projet éducatif est un outil nécessaire au travail d équipe. Il permet d élaborer

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès

RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès RiskSolo Réassurance congruente des risques d invalidité et de décès Réassurance congruente selon vos besoins «Par les caisses de pension pour les caisses de pension». C est selon ce principe que nous

Plus en détail

Identifier les besoins en formation

Identifier les besoins en formation Identifier les besoins en formation Le dossier consacré à l'élaboration des plans de formation a mis en évidence que l'étape de récolte des besoins en formation était très importante pour permettre d'identifier

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE?

POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE? POURQUOI ET COMMENT MENER UNE DEMARCHE QUALITE? Jeudi 25 Mars 2004 Quelques définitions... Label : mot anglais qui signifie étiquette. Marque spéciale créée par un syndicat professionnel et apposée sur

Plus en détail

L Éducation thérapeutique du patient (etp)

L Éducation thérapeutique du patient (etp) L Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) Préface La maladie chronique a un impact important sur la vie quotidienne du patient et de son entourage (changement du mode de vie, prise quotidienne d un traitement,

Plus en détail