Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1"

Transcription

1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

2 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi, bien prescrit (dose, durée), et acheté (coût correct) Le malade est satisfait et rentre chez lui Est on sûr que ce traitement sera efficace? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 2

3 Qu est ce que la compliance? Question : est on sûr que ce traitement sera efficace? Réponse : ca dépend! Question : ca dépend de quoi? Réponse : de la compliance du malade! C est à dire de son aptitude à **prendre strictement et complètement le médicament tel qu il a été prescrit (**observer le traitement, **adhérer au traitement) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 3

4 Compliance au médicament : un problème majeur et préoccupant Un Problème majeur ; émergeant? de pratique quotidienne dans tous pays et situations qui met en jeu : l évolution & qqfois la vie du malade la santé de la communauté (ex.tb, IST) l économie de la santé la «bonne pratique clinique» doit en tenir compte IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 4

5 Compliance: Définitions et Limites 1. Par Compliance on signifie en général : le respect strict des prescriptions de médicaments au cours d une maladie aiguë ou chronique (surtout chronique) 2. Mais on peut étendre la notion de Compliance à : - traitements non médicamenteux : s astenir de tabac, d alcool, perdre du poids, dans le diabète, l épilepsie, l HTA -suivi : RDV manqués - prévention : vaccinations, diabéte, épilepsie, asthme 3. Les limites de la Compliance sont ainsi imprécises IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 5

6 Compliance : 7 questions 1. synonymes? observance, adhérence (obéissance) 2. quelles pathologies sont les + concernées? 3. la C est mal connue et mal évaluée? Pourquoi? infection VIH et «découverte» de l amplitude du problème 4. y a t il une définition précise et unique de la C? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 6

7 Compliance : 7 questions 5. quel est le niveau «acceptable» de la C? (ou seuil de C) 100%? 90%? 80%? 50%? «tout ou rien»? - peut on parler de demi-c? peut on faire des «drug holidays?» (fenêtre thérapeutique) : est ce de la non compliance? 6. comment mesurer la C :? 7. comment prédire la C? qui sera compliant, qui ne le sera pas? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 7

8 Compliance : Historique - Diabète (éducation des diabétiques) -Asthme -HTA - Epilepsie - Santé des adolescents (diabète, grossesses) - TB - VIH Beaucoup plus préoccupant car sont des maladies transmissibles et résistantes an cas de Non-Compl. Risque «individuel» Risque «collectif» IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 8

9 Médicaments, éducation, compliance et évolution historique du diabète Mortalité à 5 ans 80% Insuline Le bénéfice de l éducation à une bonne compliance est égal à celui de la découverte de l insuline 40 Antibiotiques 20 Éducation diabétique 5 ( à la Compliance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 9

10 HTA et Compliance : règle de 2 NB. Problème et chiffres transposables au VIH (Europe) 100 HTA HTA : la règle des 50% Connaissance (awareness) 50% Compliance 50% Succès du traitement 50% 50 connaissent leur HTA (NC de prévention) 25 se traitent (NC de traitement) 12.5 sont contrôlés (suivi) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 10

11 Non Compliance (NC) 1. la NC est un Comportement - naturel - ubiquitaire - modifiable (? ) 2. Concerne par ex. 50% des HTA sont NC à 1 an 25% des patients sous AVK 48% des «homeless TB patients» de New York 20% des VIH+ sous ARV (Europe, hors essais cliniques) 3. Le médecin estime très mal la C de son malade IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 11

12 Conséquences de la Non Compliance 1. la NC est quelquefois «intelligente» dans ce cas elle est favorable au malade - mauvaise prescription médicale - effet secondaire grave 2. La NC est en règle générale défavorable au malade 3. Elle peut être défavorable à la communauté coût des maladies chron non contrôlées: diabète, HTA, asthme.. transmission de germes résistants: TB, IST transmission de maladies très graves : VIH IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 12

13 Facteurs de la C 1. la maladie 2. le médicament 3. le malade 4. le médecin 5. la relation médecin malade 6. le système de soin IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 13

14 Facteur 1 : la maladie 1. Maladies percues comme graves : C en générale bonne ex. cancer (pas toujours) VIH/SIDA (pas toujours) possible fatalisme : «ca ne sert à rien» 2. Maladies douloureuses : C en générale bonne ex. neuropathies, artérite MI.. 3. Maladies asymptomatiques : C en générale mauvaise ex HTA, diabète, maladies cardio-vasculaires IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 14

15 Facteur 2 : le(s) Médicament(s) 1. Contraintes du M pour le malade n de comprimés ou injections / j, horaires de prise goût, aspect, taille des comprimés excès de prescription (overprescription) 2. Effets II souvent sous estimés par les médecins certains effets II mineurs sont «invivables», mais on n en parle pas : impuissance, nausées, malaises, goût 3. Coût 4. Bénéfices - attendus par le malade (objectif thérapeutique) - ressentis effectivement par le malade IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 15

16 Facteur 3 : le Malade 1. personnalité individuelle : mais la C est peu prévisible 2. sexe : C de F>H 3. âge : adolescent, jeune (= refus) ; sujet âgé (= oubli) 4. handicap : - mental, physique (cécité) - social : pauvreté, solitude, illetrisme - culturel : minorités ethniques 5. culture : représentation de la maladie et du remède 6. suspicion / manque de confiance envers l institution 7. état de santé : excellent ou au contraire dégradé niveau d éducation : pas forcément associé à la compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 16

17 Facteur 4 : le Médecin 1. Expérience de la situation 2. Conviction (force de conviction) 3. Qualité de communication : expliquer le traitement fixer des objectifs thérapeutiques avec le malade ex. asthme, diabète, VIH, épilepsie. 4. Qualité de l information délivrée : claire? adaptée? comprise? répétée? prospective? effets II aires annoncés? 5. Entourage du malade mis à contribution? IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 17

18 Facteur 5 : La Relation Médecin-Malade Le médecin peut être considéré en soi comme «médicament» La C est favorisée par une bonne relation M-M : le patient est «satisfait» du médecin (mesurable) relation ancienne (?), durable, confiante avec la participation active du malade et de sa famille incitation positive: pas de menaces «sinon vous allez mourir» basée sur - écoute, disponibilité - compassion - objectifs aidée par le recours aux outils de compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 18

19 Facteur 6 : le système de soin La C est favorisée par une bonne relation avec le syst de soin système de soin accessible système performant qui satisfait le malade bon accueil & écoute peu d attente délivrance de médicaments qui ne sont pas «douteux» IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 19

20 Facteurs 7 : Divers La C nécessite une bonne information - compréhension de la maladie du traitement Favorisent pas la mauvaise Compliance : l auto-médication le mépris du soignant envers le malade la pharmacie trottoir les faux médicaments ( échec thérapeutique) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 20

21 Les outils de compliance ledots réveil matin, téléphone portable carnet pilulier électronique mise à contribution de tiers : membre de la famille travailleurs sociaux groupes de malades pairs consultations spécialisées compliance IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 21

22 Quelles interventions réalistes sont possibles pour améliorer la C? 1. simplifier au maximum le schéma thérapeutique 2. utiliser les améliorations pharmacologiques 3. adapter le schéma au patient (sur mesure ou «tailoring») 4. négocier les objectifs 5. supervision / famille, entourage, infirmière etc.. 6. «éducation» du patient par professionnels ou par pairs 7. incitation positive ( jamais négative ) 8. DOT ( au besoin payer ou dédommager le patient ) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 22

23 Compliance : les autres médecines aussi IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 23

24 Conclusions - Mots-clés - Compliance Observance Effets IIaires mineurs Succès thérapeutic Compétence Compliance intelligente Transmissio n Adhérence Relation médecin - malade Echec thérpeutic Ecoute, accueil compassion Maladies chroniques Prédicition Information du malade Objectif de traitement Resistance Persuasion Conviction Mal asymptomatique Non compliance Effets secondaires Qualité de prescription Schéma Ttt acceptable Accès au médicament Prescription excessive Incitation positive Participation familliale Participation de pairs Education counselling Objectifs concordants IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 24

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

L adhésion au traitement: les clés du succès

L adhésion au traitement: les clés du succès L adhésion au traitement: les clés du succès Dr Marie P. Schneider, pharmacienne Policlinique Médicale Universitaire Lausanne CHUV avril 005 Mme W.M. 970 Patiente d origine angolaise, en Suisse depuis

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Décret n 2010-1229 du 19 octobre

Décret n 2010-1229 du 19 octobre Télémédecine et diabète : le plan d éducation personnalisé électronique para médical (epep) Lydie Canipel Colloque TIC Santé 2011, 8 et 9 février 2011, Paris Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en santé Québec 1980 à 2012 50 000,0 45 000,0 40 000,0 35 000,0 30 000,0 Pourquoi les dépenses

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple :

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple : J'ai oublié de prendre ma pilule, qu'est-ce que je dois faire? Le délai au-delà duquel il existe un risque de grossesse dépend du type de pilule que vous prenez. Afin de le connaître, reportez-vous à la

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Direction générale de la Démocratie PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES Document établi par Raymond XERRI (Malte), Consultant Août

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Lignes directrices

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION

DOSSIER D'INSCRIPTION Ce dossier vaut pour inscription définitive DOSSIER D'INSCRIPTION CE DOCUMENT RECTO EST A REMPLIR PAR LA TUTELLE et à nous envoyer directement LES PAGES SUIVANTES sont à remplir par l'établissement ou

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Résumé des prestations

Résumé des prestations Résumé des prestations Un tableau simple pour vous aider à choisir le niveau de couverture qui correspond à vos besoins Plan Santé International healthcare Choisissez le niveau de couverture qui vous convient:

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire?

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? Simon Equilibré grâce à sa pompe depuis 2004 J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? L hypoglycémie peut être l une des préoccupations majeures des diabétiques de type 1,

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

MÉDICAMENTS M INS CHERS

MÉDICAMENTS M INS CHERS MÉDICAMENTS M INS CHERS 10 conseils malins! www.fmsb.be MÉDICAMENTS M INS CHERS 10 conseils malins! 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 DIALOGUEZ AVEC VOTRE MÉDECIN ET VOTRE PHARMACIEN... p 4 SANS ORDONNANCE, CHOISISSEZ

Plus en détail

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse VIRAMUNE 200mg Névirapine, NVP INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Info-médicaments anti-vih en LSQ Octobre 2011 Français : LSQ : Viramune (200 mg) doit être pris à raison

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ _GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ INTRODUCTION L accès à la contraception, sans autorisation parentale, est un droit pour les mineur(e)s. Néanmoins, dans la réalité, les jeunes ayant besoin

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Un (tout petit) peu de méthodologie Un comité d organisation

Plus en détail

CRIXIVAN 400mg. Indinavir, IDV. IP inhibiteurs de la protéase

CRIXIVAN 400mg. Indinavir, IDV. IP inhibiteurs de la protéase CRIXIVAN 400mg Indinavir, IDV IP inhibiteurs de la protéase Info-médicaments anti-vih en LSQ Octobre 2011 Français : LSQ : Il faut prendre 2 comprimés de Crixivan à jeun d avoir mangé aux 8 heures (trois

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue

l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue l ETP est elle compatible avec La télésurveillance de l observance à la PPC? Dany Baud CHSPneumologie Chevilly Larue Surveiller et punir/ le panoptisme Michel Foucault Un assujettissement réel nait mécaniquement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault

SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault ATELIER THEMATIQUE : APPLICATIONS POUR TABLETTES ET SMARTPHONES SUAREZ VALENCIA Juan Sebastian @toolsdoc MARCHAND Guillaume @drguiloo dmdpost.com Résumé Hélène Caillault INTRODUCTION La santé mobile, c

Plus en détail