Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction"

Transcription

1 Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les répercussions de la maladie et de son traitement perçues par le patient dans les différentes dimensions de la vie et sur son état de bien-être physique, psychique et social Dans les études cliniques interventionnelles : Évaluer une stratégie, un traitement, un dispositif médical Critères de jugement d efficacité précis et fiables Utiliser des Echelles de mesure Validées pour mesurer un phénomène subjectif

2 Contexte Propriétés psychométriques des échelles : Évaluées dans un contexte culturel donné pour une population définie Enfant, adolescents, adultes Avec ou sans pathologie Conception d une échelle de Qualité de Vie d après le point de vue du patient Conçue à partir d entretiens auprès des patients Complétée par le patient : Autoquestionnaire Limites : jeune enfant, présence de troubles cognitifs Hétéroquestionnaire complété par un proche (parents, soignants) Contexte Différents types d outils selon le domaine couvert : Échelles Génériques : mis au point en population générale Échelles Spécifiques d une pathologie : existent dans de nombreuses pathologies chroniques de l adulte mais peu chez l enfant et l adolescent Comment choisir l échelle de qualité de vie la plus adaptée dans le cadre d une étude de recherche clinique?

3 Choix d une échelle de Qualité de vie en 10 questions Relatives à l étude 1. Objectif de l étude? 2. Population cible? 3. Critère de jugement et nombre de sujets nécessaire Relatives au questionnaire 1. Le questionnaire mesure t-il l ensemble des déterminants de la QdV dans la pathologie considérée? 2. Le questionnaire est-il correctement validé? 3. Le questionnaire a t-il été développé ou adapté en langue française? 4. Le questionnaire est-il «acceptable» pour le patient ou ses proches? 5. Les modalités de réponse aux items sont-elles adaptées? 6. Sur quelle période de référence porte les questions? 7. Les modalités de calcul des scores et leur interprétation sont-elles disponibles? Critères de Choix des Questionnaires de Qualité de Vie en fonction de l Etude

4 Critère 1 : L Objectif de l étude Se comparer à la population générale? Échelle générique Comparer différentes pathologies? Échelle générique Comparer différents traitements ou type de prise en charge? Étudier l évolution? Privilégier la Sensibilité : échelle spécifique Pas d échelle spécifique chez l enfant et l adolescent dans l autisme Une échelle spécifique du handicap chez l adulte : WHODAS 2.0 Intérêt d une échelle générique chez l adolescent : VSP-A Quality of life of adolescents with autism spectrum disorders: comparison to adolescents with diabetes. Cottenceau et al, 2012

5 Critère 2 : Population Cible Adaptée à l âge (enfants, adolescents, adultes, sujets âgés) Complétée ou non par le patient : Auto-questionnaire Pas de distorsion : point de vue du patient Mais : Nécessité des questions simples Bonne coopération des sujets nécessaire : difficile voire impossible chez le jeunes enfants (< 5 ans) Hétéroquestionnaire complété par un tiers si : âge < 5 ans (Varni et al, 2007) Présence de Troubles cognitifs Mais : Concordance faible surtout dimensions émotionnelles et sociales Impact de l état de santé des parents sur l évaluation de la QdV des enfants» Santé mentale des parents (Stress, dépression anxiété)» Capacités d adaptation psychosociales des familles (Coping) Autoquestionnaire Evaluation parent

6 Critère 3 : Qualité de vie, critère de jugement principal ou secondaire? Si le bénéfice attendu est l amélioration globale d une pathologie chronique : La Qualité de Vie est le critère le plus adapté Variation du score de QdV entre inclusion (état de base) et fin du suivi Pas d évaluation rapprochée (6 mois, 1 an) Estimer le nombre de sujets nécessaire à partir des scores de QdV attendu : différence minimale ayant un sens clinique Justifier le choix du questionnaire (propriétés psychométriques, pertinence du contenu) En pratique : La mesure de QdV n est pas admise comme critère principal pour l obtention d une AMM Critères de Choix selon les Caractéristiques des Questionnaires de Qualité de Vie

7 Critère 4 : Contenu & principales dimensions Conception de l échelle : selon Le point de vue du patient sur son état de santé Questionnaires conçus et développés à partir des valeurs et des questions des patients Vérifier les méthodes de génération des items : Entretiens auprès des patients Analyser Le CONTENU : Concepts mesurés Dimensions étudiées : Bien être physique, psychologique, autonomie et relations avec parents, soutien entourage, environnement scolaire Contenu des items : Adéquation avec concepts étudiés Lire le questionnaire et l étude de validation Comparaison du Contenu des échelles de QdV génériques chez l enfant Champ Domaine Exemples CHQ PedsQL Kidscreen Physique Activité physique Sports, exercice physique + + Restriction des Limitation marcher, courir, se + + activités baisser, monter étages Symptômes physique Douleur, céphalées + + Ressenti En pleine forme, se sentir + résistant Psychologique Pensées négatives Se sentir inquiet, triste Emotions positives Se sentir content joyeux + + Estime de soi Etre satisfait de son apparence, + + de ce qu on a accompli Fonctionnement Difficultés à se concentrer, à + + cognitif apprendre Comportement Par rapport à l âge, voler, + contester Social Amis Relations, influence + (pos) + (neg) + Ecole Relations enseignants, travail + + Famille Activités, compréhension, + + écoute, aide, protection Isolement, Se sentir seul, exclus + + intégration sociale Ressources Assez d argent pour faire des + financières choses avec ses amis Ref. :d après Rajmil et al., 2004

8 Contenu de l échelle (de qualité de vie spécifique) du handicap de l adulte 1. Cognition : Compréhension et la communication 2. Mobilité : Déplacer et se déplacer 3. Autonomie : soins d'hygiène, s'habiller, manger et rester seul 4. Relations sociales : Interagir avec d'autres personnes 5. Vie quotidienne : Activités domestiques, loisirs, travail et école 6. Participation à des activités communautaires Critère 5 : Les Propriétés Psychométriques Reproductibilité (Test-retest) : Assure la qualité de la mesure d un critère subjectif Concordance entre 2 mesures, Corrélation intraclasse Validité : Aptitude de l'échelle à mesurer ce qu'elle est supposée mesurer Validité interne : contenu, structure (dimensions) Validité externe : discriminante, contre critère Sensibilité aux changements : Important pour évaluer l impact d une l intervention dans les études cliniques

9 Critère 6 : Adaptée et validée en français Obtenir l équivalence CONCEPTUELLE de la mesure : équivalence sémantique est insuffisante pour assurer l équivalence interculturelle Comporte habituellement 5 étapes itératives : 1. Traduction de la langue source vers la langue cible : 2 traducteurs indépendants, bilingues 2. Rétrotraduction : vérifier concepts 2 traducteurs dont langue maternelle =langue source 3. Établissement d une version finale (comité de pilotage) 4. Test de compréhension et d'acceptabilité (sujets...) 5. Adaptation des pondérations Critères 7 & 8 : Acceptabilité Conditionne l Adhésion : Items simples, courts, sans ambiguïté, n'exprimant qu'une seule idée, action ou concept Eviter vocabulaire technique Nombre d items limité : Temps de passation KIDscreen 52 items : 15 à 20 min KIDscreen 27 items : 10 à 12 min KIDscreen 10 items : 3 à 5 min Les modalités de réponse aux items : simples et adaptées à l âge (enfant en particulier) Indicateur de l acceptabilité : taux de réponses manquantes

10 Critères 9 : Période de rappel Kidscreen 10 : Critères 10 : Scores et interprétation Règles d agrégation des réponses pour le calcul des scores : Score total, Profil pluridimensionnel Pondérations des items Guide d utilisation : Interprétation des scores (variable latente mesurée ) «normes» disponibles : score de référence en population générale Falissard B., Mesurer la subjectivité en santé

11 En conclusion (1) Le choix d un questionnaire de qualité de vie est difficile : r l ensemble des instruments disponibles (littérature ) Prendre le temps de lire les questionnaires : s assurer de la pertinence du contenu et des questions par rapport à la population étudiée s assurer de la clarté des questions et des modalités de réponse Autoquestionnaire à privilégier + hétéroquestionnaire à compléter par les parents pour très jeunes enfants ou troubles cognitifs Choix d une échelle : Conclusion Générique ou Spécifique? Selon l objectif, possibilité d associer les 2 Choisir une Echelle déjà validée, Ne pas construire un nouvel instrument (très lourd, travail collaboratif, pas de comparaison possible ) L intégration de mesures de qualité de vie dans une étude de recherche clinique impose la même rigueur que l évaluation des autres paramètres Enjeu important : Participe à la prise en charge globale du patient

12

Modules spécifiques. Outil Proxy. OUTIL Domaines Items Age. Version Durée CHQ-CF87 DISABKIDS KINDL-R. KIDSCREEN 10 52/27/10 8-18 Non Europe OK-ADO

Modules spécifiques. Outil Proxy. OUTIL Domaines Items Age. Version Durée CHQ-CF87 DISABKIDS KINDL-R. KIDSCREEN 10 52/27/10 8-18 Non Europe OK-ADO OUTIL Domaines Items Age CHQ-CF87 DISABKIDS KINDL-R 12 Fonctionnement physique, rôle socio-émotionnel, rôle socio-comportemental, rôle socio-physique, douleur, comportements, santé mentale, estime de soi,

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.»

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» «La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» Pierre Duffour Fédération Addiction Besançon 14 Juin 2013 Plan de la présentation Evolution du concept de la qualité

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

d évaluation de la toux chez l enfant

d évaluation de la toux chez l enfant Validation d un questionnaire d évaluation de la toux chez l enfant Mémoire présenté par Caroline TROCCY Pour l obtention du diplôme de master(e) en kinésithérapie Promoteur: Monsieur G. Reychler Année

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

«LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques

«LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques «LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques Charles LAMY (Infirmier puériculteur) Agnès BERGERON (IADE Référente douleur) Catherine

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

ENFANTS DYSPHONIQUES:

ENFANTS DYSPHONIQUES: ENFANTS DYSPHONIQUES: Auto-évaluation des symptômes par les enfants et leurs parents. I. Verduyckt, C. Benderitter, T. Ferrara, C. Gavouyère, C. Degoutte, D. Morsomme, M. Remacle. CONTEXTE AUTO-EVALUATION:

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr

Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr 1 Contexte (1) Contexte économique Croissance faible + Augmentation constante des dépenses

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine

Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine Passer de l Étudiant Médecin au Médecin Responsable : Malaise et problématiques éthiques des étudiants en Médecine Étude transversale sur les étudiants en DCEM 3 de Paris Descartes Matthieu PICCOLI Directeur

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Pierre ALEXANDRE Kinésithérapeute Cadre de santé. Service central de rééducation Fonctionnelle Pr. Ch.HERISSON

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Approches basées sur la pleine conscience:

Approches basées sur la pleine conscience: Approches basées sur la pleine conscience: Utilisation de questionnaires pour déterminer qui en bénéficie le plus? Françoise Jermann Département de Santé Mentale et de Psychiatrie, Programme Dépression

Plus en détail

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés»

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Texte introductif, à lire à haute voix par l enquêteur : «La question qui suit concerne les problèmes

Plus en détail

Emotions et adaptation

Emotions et adaptation Emotions et adaptation Béatrice Cahour* et Janick Naveteur** *CNRS Télécom ParisTech **Université de Valenciennes Journées de printemps du GDR Mars 2010 - Nantes Fonction adaptative des émotions >> Les

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Marie-Thérèse Lussier MD, MSc Claude Richard PhD 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques Montréal, 2 octobre 2014 Plan Introduction

Plus en détail

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident M. Hours (1), P. Charnay (1), E. Fort (1), M. Bernard (1), V. Bonnavion (1),

Plus en détail

LA CLAIRVOYANCE NORMATIVE : UNE QUESTION D INTELLIGENCE? PAR

LA CLAIRVOYANCE NORMATIVE : UNE QUESTION D INTELLIGENCE? PAR LA CLAIRVOYANCE NORMATIVE : UNE QUESTION D INTELLIGENCE? PAR DANIEL PASQUIER, CABINET AVENIR & ENTREPRISE, SAINT-JEAN DE BRAYE LABORATOIRE P.R.I.S., ROUEN & PATRICK VALÉAU, UNIVERSITE DE SAINT-DENIS DE

Plus en détail

Le stress : Comment le gérer étape par étape

Le stress : Comment le gérer étape par étape Le stress : Comment le gérer étape par étape Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 8.3 évaluer la relation qui existe entre la gestion

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie -

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie - Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir - Tunisie - Abdelmajid LARIBI Cadre infirmier Évaluation du stress au travail chez le personnel

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Annexe : Échelles d évaluation de la douleur Echelle Visuelle Analogique Cette échelle est composée, côté verso d une ligne horizontale allant

Plus en détail

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation?

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? 2 ème rencontres nationales des réseaux de santé gérontologiques Dr Eliane ABRAHAM Nancy - Lorraine Groupe «réseaux» Les origines, l idée Collège

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet Diagnostic éducatif DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011 A. Communier et D. Couralet Objectifs de la matinée Définir le diagnostic éducatif Analyser le déroulement

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Processus psychologiques d adaptation au handicap

Processus psychologiques d adaptation au handicap DIU «TRAUMATISMES CRANIENS» Processus psychologiques d adaptation au handicap Michèle Koleck Le TBI Traumatisme physique et psychosocial Répercussions sur la vie du patient et de ses proches Nécessité

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir

Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir Élisabeth GREBOT Stress et burnout au travail : identifier, prévenir, guérir Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54014-7 Sommaire Introduction... 1 Partie 1 D où vient le stress? Chapitre 1 Le stress

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Présentation PLUS D'INFOS

Présentation PLUS D'INFOS MASTER 1 PSYCHOLOGIE CLINIQUE, PSYCHOPATHOLOGIE ET PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ PARCOURS NEUROPSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE, ADULTE ET PERSONNE ÂGÉE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme

Plus en détail

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Stephan Backes Coordonnateur COFETIS asbl Coordination Fédérale de la Traduction et de l Interprétariat

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale La théorie du Flow Psychologie du bonheur Psychologie de l expérience optimale Olivier Guillaneux Double activité : Consultant en management, Groupe Ressources & Changement wwwressources-et-changementcom

Plus en détail

Démarche et résultats

Démarche et résultats Enquête de satisfaction de patients en milieu psychiatrique résidentiel Démarche et résultats Fondation de Nant, Secteur Psychiatrique de l Est Vaudois - Suisse l historique SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L'EST

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

BIEN SE CONNAÎTRE. Exercice 1 VOS CHAMPS D INTÉRÊT. Quels sont les champs d intérêt qui correspondent le mieux aux vôtres?

BIEN SE CONNAÎTRE. Exercice 1 VOS CHAMPS D INTÉRÊT. Quels sont les champs d intérêt qui correspondent le mieux aux vôtres? BIEN SE CONNAÎTRE Les 3 exercices suivants vous permettront d évaluer votre situation par rapport à l emploi. Mieux vous connaître vous aidera à préciser les offres d emploi qui correspondent à vos intérêts,

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail