Description des résidants dans les IHP et les MSP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Description des résidants dans les IHP et les MSP"

Transcription

1 I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants et les maisons de soins psychiatriques La moitié (48,7 %) des résidants en IHP y séjournaient à cette date depuis plus de 2 ans. Dans les MSP, la durée du séjour de plus de ¾ (77,8%) des résidants dépassait 2 ans (cf. tableau 5 B, p. 10). Pour 88,5% des résidants en IHP, il s agissait d un premier séjour depuis le démarrage de l enregistrement du RPM en Pour les résidants en MSP, cette proportion était de 96,8% (tableau 3, p.6). D après les tableaux 2A (p. 4 ) et 2B (p. 5), l adressage vers une initiative d habitation protégée s est fait après concertation entre le patient et son équipe de traitement dans l hôpital psychiatrique. En effet, pour 70% des résidants, l adressage avait eu lieu à leur demande (1036 fois en tant que dernier adresseur et 971 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 2853 résidants en IHP) et pour 64% des cas il y avait également eu intervention de l hôpital psychiatrique (1165 fois en tant que dernier adresseur et 658 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 2853 résidants en IHP). Toujours d après ces deux tableaux, cette concertation était absente lors de l adressage vers une MSP. Pour seulement 8% des résidants, cet adressage avait eu lieu à leur demande (146 fois en tant que dernier intermédiaire et 100 fois en tant qu avant-dernier intermédiaire, pour un total de 3088 résidants en MSP) et pour 85%, l adressage avait été décidé par l hôpital psychiatrique (2297 fois en tant que dernier adresseur et 333 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 3088 résidants en MSP). Une admission en IHP ou en MSP est planifiée au moins 24 heures à l avance (tableau 3, p. 6).

2 II Données socio-démographiques Sexe Les 5941 résidants séjournant en MSP ou IHP au 30 juin 1999 ne nécessitaient plus, selon les arrêtés royaux du 10 juillet 1990, de traitement hospitalier. Ce groupe comportait globalement plus d hommes (tableau 4A : n = 3689, p. 7) que de femmes (tableau 4A : n = 2252, p. 7). Figure 3: Distribution des résidants en M SP et IHP selon le sexe au fem m e 38% hom m e 62% Dans les deux secteurs, les hommes étaient plus nombreux que les femmes. La différence entre le nombre d hommes et de femmes était plus prononcée en IHP (34% de femmes contre 66% d hommes sur 2853 résidants) qu en MSP (42% de femmes contre 58% d hommes sur 3088 résidants). Figure 4: distribution selon le sexe pour chaque type d établissement au % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% IHP-homme IHP-femme MSP-homme MSP-femme 10% 0% IHP-homme IHP-femme MSP-homme MSP-femme % par secteur 66% 34% 58% 42%

3 III Les 5941 résidants en MSP et IHP avaient été autrefois adressés à partir d un hôpital psychiatrique vers l un ou l autre des 2 secteurs. Sur le total de la population masculine (n=3689), le nombre de résidants adressés vers l un ou l autre secteur était à peu près le même (51% vers une IHP et 49% vers une MSP). Sur le total de la population féminine (n=2252), 57% des résidantes avaient été adressées vers une MSP et 43% vers une IHP. Figure 5: Adressage des résidants masculins et féminins vers les IHP et MSP Homme Femme IIHP MSP Age D après le tableau 1A (p. 1), les deux secteurs présentent, à côté d une différence liée au sexe, une différence liée à l âge. En comparant la distribution de l âge dans les deux secteurs, on constate que proportionnellement plus de personnes de moins de 55 ans résident en IHP et plus de personnes âgées de plus de 55 ans résident en MSP. L âge médian au 30 juin 1999, calculé à partir de la distribution des classes d âge du tableau 1A, était de 46,8 ans en IHP et de 64,5 ans en MSP.

4 IV Figure 6: distribution selon l âge des résidants en IHP et MSP au Proportion de chaque groupe d âge dans chaque secteur ihp MSP Classes d âge A mesure que vieillissent les patients en psychiatrie qui ne requièrent plus de traitement dans un hôpital, la probabilité qu ils soient adressés vers une MSP s accroît. La figure 7 représente l âge à l admission (Partie II: Population admise : statistiques pluriannuelles : tableau 29A / 29B pp. 59 / 60). Figure 7 : adressage des différentes classes d âge vers les MSP et IHP 1.00 Distribvution des adressages par classe c âge IHP msp Classes d âge

5 V Données sociales Etant donné que les MSP abritent une population plus âgée, il n est pas étonnant que le niveau d études soit plus bas que dans les IHP. De tous les résidants qui avaient terminé l enseignement maternel ou primaire (tableau 4A: n=2186, p. 7), 63,4% se retrouvaient en MSP alors que 69,9% de tous les résidants ayant suivi un enseignement secondaire (inférieur ou supérieur)(tableau 4A : n=2309) résidaient en IHP. Ving-huit pour cent (28%) des résidants en IHP n avaient jamais exercé de profession (tableau 4A : n=795 des 2853 résidants en IHP), ce qui représente 33% de tous les résidants en IHP et MSP combinées n ayant jamais exercé de profession (tableau 4A : n=1626 sur les 3088 résidants en MSP), soit 67% de l ensemble des résidants n ayant jamais exercé de profession. Quarante-trois pour cent (43%) des résidants en IHP (tableau 4A: n=1221) étaient, lors de leur admission, inaptes au travail depuis plus d un an sans interruption et bénéficiaient d une allocation d invalidité) contre 15% des résidants en MSP (tableau 4A : n=458). Quarante-trois pour cent (43%) des résidants en MSP étaient des personnes handicapées bénéficiant d un revenu garanti (soit 70% des 1900 résidants en IHP et MSP combinées avec le statut d handicapé) contre 20% des résidants en IHP (tableau 4A: n=567). Sur les 222 personnes bénéficiant d un soutien financier (p. ex. CPAS), 80,6% résidaient en IHP, alors que sur les 1163 pensionnés, 80% résidaient en MSP. En résumé, on peu conclure qu en ce qui concerne les données socio-démographiques, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs : le résidant type d une MSP est un patient du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée; le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Données cliniques Groupes de diagnostic principal psychiatrique Au 30 juin 1999, pour 44% de tous les résidants en IHP, un diagnostic psychiatrique principal de schizophrénie ou autre affection psychotique avant été établi (tableau 8 : n=1253, p. 17). Dans les MSP, 40% des résidants avaient ce diagnostic principal (n=1209), mais il y avait également 37% de résidants handicapés mentaux (n=1141). Seulement 6% des résidants en IHP souffraient d un handicap mental (n=178).

6 VI Par ailleurs, les personnes affectées de troubles de la personnalité étaient adressées de préférence vers une IHP. Sur les 516 résidants ayant des troubles de la personnalité, 76% résidaient en IHP, dont ils représentaient 14% de la population. Un trouble lié aux substances concernait 13% des résidants en IHP, surtout des hommes, alors que les femmes séjournant en IHP souffraient davantage de troubles de l humeur (11% des résidants en IHP). Dans la population des MSP, ces derniers groupes de diagnostic principal se présentent moins fréquemment. Sur les 501 résidants en IHP et MSP combinées dont le diagnostic principal était un trouble lié aux substances, 27% résidaient en MSP (et donc 73% en IHP), ainsi que 33% de l ensemble des 470 résidants souffrant de troubles de l humeur (67% en IHP). Figure 8: Groupes de diagnostic principal psychiatrique dans les initiatives d habitation protégée Autres troubles 12% Troubles de la personnalité 14% Schizophrénie 44% Schizophrénie Retard mental Troubles substances Troubles de l humeur 11% Troubles substances 13% Retard mental 6% Troubles de l humeur Troubles de la personnalité Autres troubles Figure 9: Groupes de diagnostic principal psychiatrique dans les Maisons de Soins Psychiatriques Autres troubles 10% Troubles de la personnalité 4% Troubles de l humeur 5% Troubles substances 4% Schizophrénie 40% Schizophrénie Retard mental Troubles substances Troubles de l humeur Retard mental 37% Troubles de la personnalité Autres troubles

7 VII Problèmes à l admission Les tableaux ci-dessous présentent un aperçu par rubrique des problèmes avec lesquels les résidants se présentent dans une IHP ou une MSP. La fréquence des problèmes est divisée arbitrairement en trois catégories : problèmes peu fréquents (*<20%), problèmes plutôt fréquents (**20 40%) et problèmes très fréquents (***>40%). Pour le calcul des pourcentages, on additionne, pour chacun des problèmes des tableaux 15A à 15J (pp. 27 à 36), le nombre de résidants pour lesquels le problème est présent mais secondaire au nombre de résidants pour lesquels le problème a contribué à l admission, puis on divise la somme ainsi obtenue par le nombre total de résidants (N= 2583 en IHP et N= 3088 en MSP). SIGNES ET SYMPTOMES PSYCHIQUES : Tableaux 15A-15F INITITATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Idées suicidaires Menaces d auto-agression Auto-agressivité Hostilité, tension, négativisme Agressivité envers objets Agressivité envers personnes Humeur dépressive, sentiment d infériorité Ralentissement, diminution des affects Affects inappropriés Agitation, vocifération Anxiété, angoisse, phobies Obsession, compulsions Retrait social Euphorie Hallucinations Délires Méfiance, sentiment de persécution Idée de grandeur (mégalomanie) Dépendance excessive à autrui Problèmes liés à l alcool Problèmes liés aux médicaments Problèmes liés aux drogues Problèmes liés aux autres drogues Attitude antisociale Préoccupations somatiques Désorientation Problèmes liés à la mémoire Problèmes liés au langage Autre problème psychique : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20%

8 VIII PROBLEMES RELATIONNELS : Tableaux 15E-15H INITIATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Problèmes relationnels avec les enfants Problèmes relationnels avec le partenaire Problèmes relationnels avec les parents Problèmes relationnels avec les frères/soeurs Autres problèmes relationnels : observé dans > 40% observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIES AU FONDTIONNEMENT SOCIAL: Tableaux 15G 15H INITIATIVES D HABITATIONS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES PROTEGEES Problèmes liés aux études Problèmes liés au travail Problèmes liés au ménage Problèmes liés aux loisirs Autres problèmes : observé dans > 40% observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIESAU DEVELOPPEMENT: Tableaux 15G 15J INITIATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Probl. liés au développement intellectuel Probl. liés au développement moteur Problèmes liés au langage Maturation des affects Autre problème lié au développement : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIES AUX FONCTIONS PHYSIQUES: Tableaux 15I 15J INITIATIVES D HABITATIONS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES PROTEGEES Fatigue Problèmes liés au sommeil Problèmes liés à l alimentation Dégradation de l état général Problèmes sexuele Enurésie / encoprésie Crise épileptique, convulsions Problèmes liés à l élocution Autre probl. lié aux fonctions physiques

9 IX : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20% Dans cet aperçu des problèmes, on peut reconnaître la symptomatologie des groupes de diagnostic principal les plus importants, mais on remarquera également qu un comportement manifestement dérangeant (comportement agressif par rapport à autrui, agitation, comportement obsessionnel), un dysfonctionnement cognitif (hallucinations, troubles de la mémoire) ou un déclin physique sont plus fréquents en MSP. Des caractéristiques communes aux populations des deux secteurs sont la tension, un émoussement des affects ou des affects inappropriés, l angoisse et la dépression, des idées délirantes, la méfiance, un isolement social et une dépendance exagérée par rapport à autrui. Le fonctionnement social (travail, ménage, loisirs) pose en général des problèmes. Des troubles liés au langage sont plus fréquemment enregistrés chez les résidants en MSP, alors que des troubles liés à l alimentation ou au sommeil sont présents dans une proportion identique dans les deux types d équipement. En résumé, on peut conclure qu en ce qui concerne les données socio-démographiques et cliniques, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs. : le résidant type d une MSP est un patient psychiatrique du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé, et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie ou d un handicap mental et qui présentent souvent des troubles manifestes du comportement (agressivité, agitation, comportement obsessionnel...). On constate chez bon nombre de résidants un déclin de l état physique inquiétant d un point de vue médical. Des troubles liés au langage limitent la communication avec ces résidants. le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie sans troubles manifestes du comportement. L adressage vers une IHP se fait plutôt pour des patients souffrant de troubles de la personnalité, de troubles liés aux substances et de troubles de l humeur que pour des handicapés mentaux. L humeur est troublée (humeur dépressive surtout) et ils connaissent des problèmes d alcoolisme et dans le réseau de soutien primaire (parents, frères/soeurs).

10 X Statut fonctionnel Score GAF Le score GAF (DSM-IV AS V : Global Assessment of Functioning) correspond à une évaluation globale du fonctionnement psychique, social et professionnel selon un continuum hypothétique de santé mentale (scores de 1 à 100). Contrairement aux MSP, on attend des IHP qu elles visent à une réinsertion sociale des résidants. Pour autant qu il y ait une relation entre une évaluation globale du fonctionnement psychosocial et professionnel et le potentiel de réintégration, on s attend à des scores plus élevés pour les résidants en IHP que pour ceux en MSP. La figure cidessous montre en effet que les scores GAF sont plus élevés en IHP, tandis que des niveaux fonctionnels nettement inférieurs sont observés en MSP (tableau 9, P. 18). Figure 10: Distribution des scores GAF en IHP et MSP 0.35 Proportion de chaque catégorie GAF par secteur IHP MSP Catégories GAF

11 XI Autonomie sociale Alors que le score GAF offre une évaluation globale du fonctionnement psychique, social et professionnel, l enregistrement discontinu présente des informations concrètes sur divers aspects de l autonomie sociale (tableaux 84A à 84G : pp. 224 à 230). Dans quelle mesure les patients psychiatriques qui réintègrent la vie sociale sont-ils capables d utiliser les transports en commun, de faire seul des courses, de dépenser de l argent de façon responsable et de faire seul des démarches administratives? Dans quelle mesure diffèrent-ils sur ces points des patients psychiatriques qui sont adressés vers une MSP? Dans la figure ci-dessous, on a divisé, pour chacun des deux secteurs, le nombre de résidants qui ont obtenu le score pas de limitations pour l item en question par le nombre total de résidants du secteur (n = 2750 en IHP et N = 3052 en MSP). Figure 11: Autonomie sociale des résidants en IHP et MSP Transport public Courses Gestion des dépenses Administration IHP BW MSP La moitié environ des résidants en IHP utilisent de façon autonome les transports en commun, et font seul leur courses. Un tiers seulement est capable de gérer ses dépenses d argent et les quatre cinquièmes ont besoin d une aide ou d une supervision dans leurs démarches administratives. Les résidants en MSP sont incapables, sauf exception, d exercer de telles activités sans aide ou supervision.

12 XII En résumé, on peut conclure qu en ce qui concerne les données sociodémographiques, les données cliniques et les données sur le statut fonctionnel, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs : le résidant type d une MSP est un patient psychiatrique du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé, et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie ou d un handicap mental et qui présentent souvent des troubles manifestes du comportement (agressivité, agitation, comportement obsessionnel...). On constate chez bon nombre de résidants un déclin de l état physique inquiétant d un point de vue médical. Des troubles liés au langage limitent souvent la communication avec ces résidants. Sur base du score GAF, on peut affirmer que le potentiel de réintégration sociale de ces personnes est généralement peu élevé. le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie sans troubles manifestes du comportement. L adressage vers une IHP se fait plutôt pour des patients souffrant de troubles de la personnalité, de troubles liés aux substances et de troubles de l humeur que pour des handicapés mentaux. Leur humeur est troublée (humeur dépressive surtout) et ils connaissent des problèmes d alcoolisme et dans le réseau primaire (parents, frères/soeurs). D après le score GAF, le potentiel de réintégration sociale de ces personnes est moyen. La majorité est incapable d exercer seul leurs aptitudes sociales, et nécessite une aide et/ou une supervision dans l utilisation de services administratifs ordinaires (banque, poste, maison communale, mutualité) pour la gestion des dépenses, les courses, l utilisation des transports en commun). L organisation du ménage et des loisirs leur pose également des problèmes (p. XV).

13 XIII Description de l accompagnement en MSP et IHP Objectifs thérapeutiques Il ressort des objectifs thérapeutiques à l admission que les IHP visent davantage à favoriser une optimisation ultérieure du fonctionnement de leurs résidants que les MSP (tableaux 16A et 16B : pp ). Ainsi, en IHP, on essaie de contrôler le comportement symptomatique (diminution ou disparition des symptômes) pour 41% des résidants, alors qu en MSP, cela ne concerne que 19% des résidants. Les IHP visent à une amélioration ou une restauration du fonctionnement psychosocial de 52% de leurs résidants, alors que cet objectif ne concerne que 17% des résidants en MSP. En raison de ces objectifs et de la description des caractéristiques des résidants, on s attend à ce que l accompagnement soit différent pour les deux types d équipements. Selon l'ar du 10 juillet 1990, cet accompagnement est le suivant : - en MSP : soins et assistance dans les actes de la vie journalière - en IHP : aide à l acquisition d aptitudes sociales. Soins et assistance dans les AVJ Les tableaux 17A et 17B (p ) présentent divers soins de base pour les deux secteurs Les chiffres donnent le nombre de résidants qui, depuis leur admission, ont été soit encouragés verbalement dans les activités AVJ, soit ont nécessité une aide effective dans ces activités (le score pour l item RPM est supérieur à 1 pour une ou plusieurs périodes de traitement). Dans la colonne du total, on trouve le nombre de résidants (séjours) auxquels on a donné une incitation ou une aide. Dans la ligne N, on trouve, pour chaque classe d âge, le nombre total de résidants (séjours) qui étaient accompagnés au 30 juin Quand on divise Total par N, on obtient la proportion de séjours (le pourcentage si on multiplie le quotient par cent) pour lesquels on a donné une incitation ou une aide. Les figures ci-dessous ne prennent pas comme point de départ les classes d âge, mais la population totale par secteur (n= 3088 en MSP et n=2853 en IHP). Au 30 juin 1999, 2374 résidants en MSP sur un total de 3088 avaient été encouragés verbalement pour leur hygiène (le souci de soi, y compris l habillement), soit, si on arrondit, 77% des résidants en MSP (cf. tableau 17 B, p. 40).

14 XIV Figure 12: Proportion de l encouragement verbal et de l aide effective par rapport aux soins de base en IHP Proportion Total / N Hygiène Continence Mobilité Lever/coucher Alimentation Habillage/Déshab. Agir Stimuler Soins de base On peut déduire de la figure 12 que les résidants en IHP disposent des aptitudes à exercer des activités AVJ sans aucune aide, mais également qu une proportion non négligeable de ces résidants nécessitent un encouragement verbal. Figure 13: Proportion de l encouragement verbal et de l aide effective par rapport aux soins de base en MSP Proportion Total / N Hygiène Continence Mobilité Lever/Coucher Alimentation Habillage/Déshab. Agir Stimuler Soins de base Presque la moitié des résidants en MSP ont reçu une aide effective pour tous les items à l exception de la continence. Une aide physique et un encouragement verbal semblent

15 XV souvent liés d après la figure 13 (p.ex. les actes d hygiène pour 87% des séjours mais également incitation à l hygiène pour 77%). Aide à l acquisition d aptitudes sociales Enregistrement continu Dans le bloc 6 (tableaux 21A et 21B : pp ) de l enregistrement continu, on a choisi un certain nombre d activités de soins visant à optimiser l autonomie des résidants : Ergothérapie de type économiquement productive (item MT 16.07) : vise à une resocialisation socio-professionnelle (travail dans un cadre commercial ou semiprofessionnel). Ergothérapie de type économiquement non productive (item MT.16.08) : vise à des activités et une resocialisation non professionnelle (activités artisanales, expressives, créatives ou musicales). Entraînement AVJ (item MT 16.09) : vise à un entraînement aux activités de la vie quotidienne (p. ex. hygiène, habillement, activités ménagères). Accompagnement des activités de loisirs et socioculturelles (item MT16-13) : vise à l occupation des loisirs. Accompagnement social (item 16.13) :vise à l entraînement d aptitudes sociales (administration, transport en commun, gestion financière, courses). Figure 14: Accompagnement fonctionnel en IHP et MSP : enregistrement continu Proportion Total / N Ergo: économ. Ergo : non économ. AVJ-entraînement Loisirs accompagn. Accompagn. social IHP MSP Activités d accompagnement A l exception de l entraînement aux aptitudes sociales, ces activités ont lieu aussi souvent, voire plus souvent, en MSP qu en IHP.

16 XVI Enregistrement discontinu Dans le bloc 11 (tableaux 87 A à 87 F : pp ) de la semaine d enregistrement discontinu, on a choisi les activités de soins visant à optimiser le fonctionnement des résidants qui ont eu lieu pendant la semaine du 22 au 28 avril inclus. Contrairement à l enregistrement continu, seules les activités réalisées personnellement par les membres de l équipe de soins ont été enregistrées. Activités de travail (item PA06) : activités prévues et structurées, destinées à la réalisation ou l achèvement de produits ou de services, et se déroulant dans un milieu professionnel réel, ou dans le cadre d un bénévolat, d une ergothérapie ou dans un cadre ménager. Entraînement des aptitudes socio-économiques (item PA07) : on vise à l apprentissage ou au maintien d aptitudes sociales. Accompagnement des activités ménagères (PA08) : on vise à apprendre et à soutenir des activités ménagères (préparation des repas, nettoyer son environnement, faire la vaisselle, repasser, etc...). Accompagnement des activités socio-culturelles, sociales et de loisirs (item PA 09) : Activités prévues et structurées qui visent à l apprentissage d activités de loisirs et à la structuration d une journée. Accompagnement à la relation patient milieu (item PA 11) : on vise à apporter une compréhension des aspects de l interaction entre le résidant en IHP et son réseau social. Figure 15: Accompagnement fonctionnel en IHP et MSP : semaine d enregistrement discontinu Proportion Total / N Activités de travail Socio-économique Activités ménagères Loisirs Patient-milieu IHP MSP Activités d accompagnement Il est frappant qu à l exception des activités de loisirs, toutes ces activités de soins se déroulent plus souvent en IHP.

17 XVII L accompagnement en IHP diffère considérablement de celui en MSP pour ce qui est de l aide physique apportée lors d activités AVJ. Ce type d accompagnement se retrouve en MSP seulement. Pour ce qui est des activités de soins qui, selon leur définition dans le manuel RPM, visent à optimiser le fonctionnement des résidants, les deux secteurs ne présentent pas de différence marquée; les images fournies par les deux méthodes d enregistrement (continu ou discontinu) diffèrent. En fonction des items de soins sélectionnés parmi ceux de l enregistrement continu, les MSP comptent autant, sinon plus, de résidants concernés par ces activités que les IHP. Les données fournies par des items de soins comparables de l enregistrement discontinu, donnent une information contraire : les activités de soins visant à optimiser le fonctionnement du résidant concernent davantage de résidants en IHP qu en MSP. Etant donné que les deux secteurs n ont pas les mêmes objectifs thérapeutiques, il est possible que des activités de même nature aient lieu dans les deux secteurs dans une optique différente (p. ex. structuration de la journée en MSP et entraînement en IHP) et soient enregistrées par l enregistrement continu sans tenir compte de l objectif, contrairement à l enregistrement discontinu. Cela pourrait signifier que l enregistrement continu se fait de façon assez souple, alors que pour l enregistrement discontinu, moins routinier, les données sont plus précises. En ce qui concerne l entraînement aux aptitudes sociales, les deux types d enregistrement concordent : cet entraînement a lieu nettement plus souvent en IHP qu en MSP. Les deux types d enregistrement sont également cohérents en ce qui concerne les activités de loisirs : ces activités concernent davantage de résidants en MSP qu en IHP; Le pourcentage de séjours pour lesquels s appliquent les items de soins varie selon le type d enregistrement. AInsi, d après l enregistrement continu, 93% des résidants en MSP (77% en IHP) présents au 30juin 1999 avaient connu une forme de loisirs accompagnés depuis leur admission, alors que durant la semaine d enregistrement discontinu, 55% des résidants en MSP (45% en IHP) avaient bénéficié d un accompagnement de leurs loisirs de la part de l équipe de traitement. Un accompagnement social avait eu lieu, selon l enregistrement continu, pour 86% des séjours en IHP (53% en MSP) et selon l enregistrement discontinu, pour 31% des séjours en IHP pendant la semaine d enregistrement discontinu (10% en MSP). Cette différence dans les pourcentages est due au fait que les périodes pendant lesquelles l enregistrement a lieu diffèrent selon le type d enregistrement, mais également au fait que les activités qui peuvent être enregistrées diffèrent pour les deux types d enregistrement (selon que les activités exercées par des externes sont prises en compte ou non). Indépendamment d une comparaison de l accompagnement dans les deux types d établissement, les pourcentages plus élevés correspondent à des activités de soins concernant la plupart des résidants. Pour les MSP, il s agit, dans l ordre, des activités de loisirs, de l ergothérapie non productive, de l accompagnement dans les activités ménagères et AVJ et de l accompagnement social. Pour les IHP, il s agit, dans l ordre, de l accompagnement social, de l accompagnement à la relation patient-milieu, de l accompagnement des activités ménagères et AVJ, des activités de loisirs et des activités de travail.

18 XVIII Synthèse synthétique Le Résumé psychiatrique minimum permet de comprendre davantage les caractéristiques et le déroulement de l accompagnement des résidants dans les initiatives d habitation protégée et les maisons de soins psychiatriques. Bien que ces établissements hébergent des patients dont l état s est stabilisé, ces derniers n en éprouvent pas moins des problèmes de tous ordres. La nature de ces problèmes est en corrélation avec le statut fonctionnel de résidants. Dans les MSP, le comportement perturbateur est plus marqué et le statut fonctionnel moins élevé. Un score GAF entre 21 et 30 signifie que le comportement du résidant en MSP ou IHP est affecté dans une large mesure par un sens des réalités perturbé (fantasmes, hallucinations), par des problèmes de communication ou par une perturbation du jugement conduisant à une incapacité de fonctionner en société. Les résidants en IHP présentent des symptômes psychiatriques s échelonnant de légers à sévères, mais leur score GAF situé entre 41 et 60 n indique pas tant un trouble du sens de la réalité, que des problèmes d intégration dans la vie sociale. En ce qui concerne le diagnostic, on peut diviser les MSP en deux groupes : les résidants psychotiques et les handicapés mentaux. La population en IHP est plus hétérogène, les résidants souffrant d une psychose étant les plus nombreux; mais on y trouve également des personnes souffrant de troubles de l humeur (des femmes surtout), de troubles liés aux substances (surtout des hommes) et de troubles de la personnalité (autant d hommes que de femmes). Le résidant en MSP est plus âgé que celui en IHP. Plus le patient entrant en ligne de compte pour un adressage vers une MSP ou une IHP est âgé, plus il a de chances d être adressé vers une MSP. On remarque également qu en IHP se trouvent nettement moins de femmes que d hommes. Cette différence n est pas aussi marquée en MSP. Les antécédents sociaux des résidants dans les deux types de structure diffèrent également. Les résidants en MSP sont souvent peu instruits et n ont jamais exercé de profession. Ces résidants bénéficient souvent d une pension ou d un revenu garanti lié au statut d handicapé, alors que les résidants en IHP bénéficient plus souvent d une allocation d invalidité suite à une maladie. Les résidants en MSP ne présentent pas seulement des troubles du comportement plus marqués, mais leur état physique est également inquiétant d un point de vue médical. La plupart de ces résidants bénéficient d une aide physique dans les actes de la vie journalière (AVJ), contrairement aux résidants en IHP. Pourtant, un accompagnement en MSP ne se limite pas à des activités de soins. Un grand nombre d activités correspondent aux possibilités fonctionnelles toujours présentes chez ces personnes, mais se déroulent sans visées thérapeutiques, c est-à-dire sans chercher à réduire les symptômes ou à optimiser l adaptation sociale. Ces activités ont également lieu en IHP, mais souvent encore dans un but thérapeutique. Ainsi, on y pratique plus souvent un entraînement aux aptitudes sociales et l interaction entre le résidant et son réseau social y fait l objet d une plus grande attention.

19 XIX La présente contribution est loin d être exhaustive. On peut encore extraire du Rapport national 1999 quantité d informations sur les résidants des deux types équipements et sur l accompagnement dont ils bénéficient. Les tableaux permettent de spécifier les informations par classe d âge. Les caractéristiques et l accompagnement des résidants jeunes en IHP diffèrent-ils de ceux des résidants plus âgés? Nous n avons pas davantage abordé les statistiques pluriannuelles concernant les populations admises ou qui ont bénéficié d une sortie. Dans quelle mesure est-il d ores et déjà possible d obtenir des informations sur d éventuelles différences entre les caractéristiques des résidants admis récemment et celles des résidants admis avant 1998? Quelle est la destination des personnes que l on fait sortir et cette sortie résulte-t-elle d une aggravation du comportement symptomatique et/ou réalise-t-on également une meilleure intégration sociale? * * *

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Juin 2007 33 33 Sommaire 1. Avertissement _ II 2. Critères médicaux actuels d

Plus en détail

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée CPG Clarens Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée Filière : Santé Carte d'identité Nom de l'institution : Fondation de Nant Nom du service : Hôpital de jour du Centre de Psychiatrie

Plus en détail

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées Au 31 décembre 2007, près de 31 000 résidents vivent dans un établissement d hébergement pour personnes âgées (EHPA). La clientèle est

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE

LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE Délégation Île-de-France LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE Exploitation départementale des résultats de l enquête ARHIF Jean-Yves BARREYRE -

Plus en détail

Fait à Le. Signature du responsable légal (Tuteur, vacancier lui même)

Fait à Le. Signature du responsable légal (Tuteur, vacancier lui même) Participant : NOM : Prénom : Date de naissance : Sexe : M F N de Licence FFSA : Adresse :.. Code Postal :.. Ville : Choix du séjour : Loisirs et Nature Sports et Découverte Autonomie : Basse Moyenne Bonne

Plus en détail

Une formation à la carte au sein des institutions

Une formation à la carte au sein des institutions Une formation à la carte au sein des institutions L'équipe mobile de psychiatrie de la personne âgée (EMPA) propose 9 modules de 3 heures pour les équipes soignantes. L'équipe offre également : Des activités

Plus en détail

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique

Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique Introduction Le résumé psychiatrique minimum (RPM) révèle qu'entre l'admission médicale et la sortie, des patients

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations Alimentation S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations 1.1 Aucune intervention.. 1.2 Légère vérification avec

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Caisse :... Nom de l assuré :. Assuré volontaire :... Mutuelle organisme :... N adhérent :

Caisse :... Nom de l assuré :. Assuré volontaire :... Mutuelle organisme :... N adhérent : I - DOSSIER ADMINISTRATIF A retourner au Réjal dans le cadre d une demande d admission Identification du demandeur Nom :. Photo d identité Nom de jeune fille : Prénom :. Date de naissance : / / Lieu de

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Stephan Eliez, M.D. Bruxelles, 11 octobre 2015 stephan.eliez@unige.ch Introduction Les troubles psychiques sont fréquents dans le contexte

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Expérience à HNP St Martin DAVE Bruxelles, SPF 10 décembre 2010 Dr A.DAVAUX HNP St Martin - DAVE 1807:Fondation de la Congrégation des FC: FPJTriest:

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de Sainte-Jeanne d Arc (C-16) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

La cyberaddiction: une dépendance à Internet?

La cyberaddiction: une dépendance à Internet? La cyberaddiction: une dépendance à Internet? Impacts d Internet en santé mentale: Résultats de l enquête sur les accros du web Docteur GAUTIER J., pédopsychiatre Service de psychiatrie infanto-juvénile

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013)

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013) LIVRET D ACCUEIL Maison d Accueil Spécialisée (Mise à jour de Février 2013) Un lieu de vie où l on valorise le bien être de la personne, et son évolution permanente dans un site reposant où l on pratique

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours

Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Fiche Mémo Patient avec un trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale en premier recours Juin 2015 Préambule Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique chronique et récurrente, de

Plus en détail

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation?

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? 2 ème rencontres nationales des réseaux de santé gérontologiques Dr Eliane ABRAHAM Nancy - Lorraine Groupe «réseaux» Les origines, l idée Collège

Plus en détail

Déficiences et activité. Probst Laetitia

Déficiences et activité. Probst Laetitia Probst Laetitia MSP 14-17 B 16.01.2016 Date de réactualisation : 10.01.2016 TABLE DES MATIERES 1 Découpage et échéances du cours... 3 2 Modalités pédagogiques... 3 3 Contenu du support... 3 4 Références

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Médiazur accueille les patients adultes présentant des troubles mentaux stabilisés

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage!

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Congrès biennal du Comité Québécois pour les jeunes en difficultés de comportement Québec - 3 mai 2012 La toxicomanie au Québec Portage

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée),

1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée), Survol des indicateurs du taux de tabagisme au Québec (Mis à jour en octobre 2014) 1) L Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, discontinuée), 2) l Enquête

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE L utilisation des mesures de contrôle, en quête de sens Formation croisée 10 novembre 2015 POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE Le Modèle Safewards Gilbert A. Tremblay, psychologue Agent

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 RAPPORT 3 : UTILISATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Sabine Drieskens, Lydia Gisle (éd.) Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES

Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES Introduction Ce chapitre contient les critères permettant d évaluer la déficience liée aux affections psychiatriques vrant droit à des indemnités d invalidité. Pr

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Evaluation et prise en charge des troubles du comportement chez les patients difficiles, opposant et en auto-exclusion sociale avec comme exemple type

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo--

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPONSE DU GOUVERNEMENT TUNISIEN AU QUESTIONNAIRE ELABORE PAR LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME EN VUE

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION 2015 - LES PIVOINES

DOSSIER D ADMISSION 2015 - LES PIVOINES DOSSIER D ADMISSION 2015 EN ACCUEIL DE JOUR - LES PIVOINES A NEUILLY-SUR-SEINE Accueil de jour les Pivoines - 16, rue des Graviers. 92200 Neuilly sur Seine 01 78 99 72 74 01 78 99 72 75 accueil-de-jour@ehpadneuilly.com

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Toolbox : sous-groupe soins curatifs. Anamnèse à faire en début d inscription : Critères retenus :

Toolbox : sous-groupe soins curatifs. Anamnèse à faire en début d inscription : Critères retenus : Toolbox : sous-groupe soins curatifs. Pour apprécier la charge de travail dans 5 domaines de soins curatifs : 1. Aide sociale 2. Soins médicaux 3. Soins infirmiers 4. Soins kinés 5. Soins psy. Anamnèse

Plus en détail

Connaissance. L utilisation des services de santé mentale par les Montréalais en 2004-2005. Carrefour montréalais d information sociosanitaire

Connaissance. L utilisation des services de santé mentale par les Montréalais en 2004-2005. Carrefour montréalais d information sociosanitaire Agence de la santé et des services sociaux de Montréal L utilisation des services de santé mentale par les Montréalais en 2004-2005 Dé Inf éc ci rmation Connaissance ision Carrefour montréalais d information

Plus en détail

Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap

Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap Nathalie Dutheil Dress, ministère de l emploi et de la solidarité Les caractéristiques socio-démographiques

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail