Description des résidants dans les IHP et les MSP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Description des résidants dans les IHP et les MSP"

Transcription

1 I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants et les maisons de soins psychiatriques La moitié (48,7 %) des résidants en IHP y séjournaient à cette date depuis plus de 2 ans. Dans les MSP, la durée du séjour de plus de ¾ (77,8%) des résidants dépassait 2 ans (cf. tableau 5 B, p. 10). Pour 88,5% des résidants en IHP, il s agissait d un premier séjour depuis le démarrage de l enregistrement du RPM en Pour les résidants en MSP, cette proportion était de 96,8% (tableau 3, p.6). D après les tableaux 2A (p. 4 ) et 2B (p. 5), l adressage vers une initiative d habitation protégée s est fait après concertation entre le patient et son équipe de traitement dans l hôpital psychiatrique. En effet, pour 70% des résidants, l adressage avait eu lieu à leur demande (1036 fois en tant que dernier adresseur et 971 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 2853 résidants en IHP) et pour 64% des cas il y avait également eu intervention de l hôpital psychiatrique (1165 fois en tant que dernier adresseur et 658 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 2853 résidants en IHP). Toujours d après ces deux tableaux, cette concertation était absente lors de l adressage vers une MSP. Pour seulement 8% des résidants, cet adressage avait eu lieu à leur demande (146 fois en tant que dernier intermédiaire et 100 fois en tant qu avant-dernier intermédiaire, pour un total de 3088 résidants en MSP) et pour 85%, l adressage avait été décidé par l hôpital psychiatrique (2297 fois en tant que dernier adresseur et 333 fois en tant qu avant-dernier adresseur, pour un total de 3088 résidants en MSP). Une admission en IHP ou en MSP est planifiée au moins 24 heures à l avance (tableau 3, p. 6).

2 II Données socio-démographiques Sexe Les 5941 résidants séjournant en MSP ou IHP au 30 juin 1999 ne nécessitaient plus, selon les arrêtés royaux du 10 juillet 1990, de traitement hospitalier. Ce groupe comportait globalement plus d hommes (tableau 4A : n = 3689, p. 7) que de femmes (tableau 4A : n = 2252, p. 7). Figure 3: Distribution des résidants en M SP et IHP selon le sexe au fem m e 38% hom m e 62% Dans les deux secteurs, les hommes étaient plus nombreux que les femmes. La différence entre le nombre d hommes et de femmes était plus prononcée en IHP (34% de femmes contre 66% d hommes sur 2853 résidants) qu en MSP (42% de femmes contre 58% d hommes sur 3088 résidants). Figure 4: distribution selon le sexe pour chaque type d établissement au % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% IHP-homme IHP-femme MSP-homme MSP-femme 10% 0% IHP-homme IHP-femme MSP-homme MSP-femme % par secteur 66% 34% 58% 42%

3 III Les 5941 résidants en MSP et IHP avaient été autrefois adressés à partir d un hôpital psychiatrique vers l un ou l autre des 2 secteurs. Sur le total de la population masculine (n=3689), le nombre de résidants adressés vers l un ou l autre secteur était à peu près le même (51% vers une IHP et 49% vers une MSP). Sur le total de la population féminine (n=2252), 57% des résidantes avaient été adressées vers une MSP et 43% vers une IHP. Figure 5: Adressage des résidants masculins et féminins vers les IHP et MSP Homme Femme IIHP MSP Age D après le tableau 1A (p. 1), les deux secteurs présentent, à côté d une différence liée au sexe, une différence liée à l âge. En comparant la distribution de l âge dans les deux secteurs, on constate que proportionnellement plus de personnes de moins de 55 ans résident en IHP et plus de personnes âgées de plus de 55 ans résident en MSP. L âge médian au 30 juin 1999, calculé à partir de la distribution des classes d âge du tableau 1A, était de 46,8 ans en IHP et de 64,5 ans en MSP.

4 IV Figure 6: distribution selon l âge des résidants en IHP et MSP au Proportion de chaque groupe d âge dans chaque secteur ihp MSP Classes d âge A mesure que vieillissent les patients en psychiatrie qui ne requièrent plus de traitement dans un hôpital, la probabilité qu ils soient adressés vers une MSP s accroît. La figure 7 représente l âge à l admission (Partie II: Population admise : statistiques pluriannuelles : tableau 29A / 29B pp. 59 / 60). Figure 7 : adressage des différentes classes d âge vers les MSP et IHP 1.00 Distribvution des adressages par classe c âge IHP msp Classes d âge

5 V Données sociales Etant donné que les MSP abritent une population plus âgée, il n est pas étonnant que le niveau d études soit plus bas que dans les IHP. De tous les résidants qui avaient terminé l enseignement maternel ou primaire (tableau 4A: n=2186, p. 7), 63,4% se retrouvaient en MSP alors que 69,9% de tous les résidants ayant suivi un enseignement secondaire (inférieur ou supérieur)(tableau 4A : n=2309) résidaient en IHP. Ving-huit pour cent (28%) des résidants en IHP n avaient jamais exercé de profession (tableau 4A : n=795 des 2853 résidants en IHP), ce qui représente 33% de tous les résidants en IHP et MSP combinées n ayant jamais exercé de profession (tableau 4A : n=1626 sur les 3088 résidants en MSP), soit 67% de l ensemble des résidants n ayant jamais exercé de profession. Quarante-trois pour cent (43%) des résidants en IHP (tableau 4A: n=1221) étaient, lors de leur admission, inaptes au travail depuis plus d un an sans interruption et bénéficiaient d une allocation d invalidité) contre 15% des résidants en MSP (tableau 4A : n=458). Quarante-trois pour cent (43%) des résidants en MSP étaient des personnes handicapées bénéficiant d un revenu garanti (soit 70% des 1900 résidants en IHP et MSP combinées avec le statut d handicapé) contre 20% des résidants en IHP (tableau 4A: n=567). Sur les 222 personnes bénéficiant d un soutien financier (p. ex. CPAS), 80,6% résidaient en IHP, alors que sur les 1163 pensionnés, 80% résidaient en MSP. En résumé, on peu conclure qu en ce qui concerne les données socio-démographiques, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs : le résidant type d une MSP est un patient du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée; le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Données cliniques Groupes de diagnostic principal psychiatrique Au 30 juin 1999, pour 44% de tous les résidants en IHP, un diagnostic psychiatrique principal de schizophrénie ou autre affection psychotique avant été établi (tableau 8 : n=1253, p. 17). Dans les MSP, 40% des résidants avaient ce diagnostic principal (n=1209), mais il y avait également 37% de résidants handicapés mentaux (n=1141). Seulement 6% des résidants en IHP souffraient d un handicap mental (n=178).

6 VI Par ailleurs, les personnes affectées de troubles de la personnalité étaient adressées de préférence vers une IHP. Sur les 516 résidants ayant des troubles de la personnalité, 76% résidaient en IHP, dont ils représentaient 14% de la population. Un trouble lié aux substances concernait 13% des résidants en IHP, surtout des hommes, alors que les femmes séjournant en IHP souffraient davantage de troubles de l humeur (11% des résidants en IHP). Dans la population des MSP, ces derniers groupes de diagnostic principal se présentent moins fréquemment. Sur les 501 résidants en IHP et MSP combinées dont le diagnostic principal était un trouble lié aux substances, 27% résidaient en MSP (et donc 73% en IHP), ainsi que 33% de l ensemble des 470 résidants souffrant de troubles de l humeur (67% en IHP). Figure 8: Groupes de diagnostic principal psychiatrique dans les initiatives d habitation protégée Autres troubles 12% Troubles de la personnalité 14% Schizophrénie 44% Schizophrénie Retard mental Troubles substances Troubles de l humeur 11% Troubles substances 13% Retard mental 6% Troubles de l humeur Troubles de la personnalité Autres troubles Figure 9: Groupes de diagnostic principal psychiatrique dans les Maisons de Soins Psychiatriques Autres troubles 10% Troubles de la personnalité 4% Troubles de l humeur 5% Troubles substances 4% Schizophrénie 40% Schizophrénie Retard mental Troubles substances Troubles de l humeur Retard mental 37% Troubles de la personnalité Autres troubles

7 VII Problèmes à l admission Les tableaux ci-dessous présentent un aperçu par rubrique des problèmes avec lesquels les résidants se présentent dans une IHP ou une MSP. La fréquence des problèmes est divisée arbitrairement en trois catégories : problèmes peu fréquents (*<20%), problèmes plutôt fréquents (**20 40%) et problèmes très fréquents (***>40%). Pour le calcul des pourcentages, on additionne, pour chacun des problèmes des tableaux 15A à 15J (pp. 27 à 36), le nombre de résidants pour lesquels le problème est présent mais secondaire au nombre de résidants pour lesquels le problème a contribué à l admission, puis on divise la somme ainsi obtenue par le nombre total de résidants (N= 2583 en IHP et N= 3088 en MSP). SIGNES ET SYMPTOMES PSYCHIQUES : Tableaux 15A-15F INITITATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Idées suicidaires Menaces d auto-agression Auto-agressivité Hostilité, tension, négativisme Agressivité envers objets Agressivité envers personnes Humeur dépressive, sentiment d infériorité Ralentissement, diminution des affects Affects inappropriés Agitation, vocifération Anxiété, angoisse, phobies Obsession, compulsions Retrait social Euphorie Hallucinations Délires Méfiance, sentiment de persécution Idée de grandeur (mégalomanie) Dépendance excessive à autrui Problèmes liés à l alcool Problèmes liés aux médicaments Problèmes liés aux drogues Problèmes liés aux autres drogues Attitude antisociale Préoccupations somatiques Désorientation Problèmes liés à la mémoire Problèmes liés au langage Autre problème psychique : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20%

8 VIII PROBLEMES RELATIONNELS : Tableaux 15E-15H INITIATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Problèmes relationnels avec les enfants Problèmes relationnels avec le partenaire Problèmes relationnels avec les parents Problèmes relationnels avec les frères/soeurs Autres problèmes relationnels : observé dans > 40% observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIES AU FONDTIONNEMENT SOCIAL: Tableaux 15G 15H INITIATIVES D HABITATIONS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES PROTEGEES Problèmes liés aux études Problèmes liés au travail Problèmes liés au ménage Problèmes liés aux loisirs Autres problèmes : observé dans > 40% observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIESAU DEVELOPPEMENT: Tableaux 15G 15J INITIATIVES D HABITATIONS PROTEGEES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES Probl. liés au développement intellectuel Probl. liés au développement moteur Problèmes liés au langage Maturation des affects Autre problème lié au développement : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20% PROBLEMES LIES AUX FONCTIONS PHYSIQUES: Tableaux 15I 15J INITIATIVES D HABITATIONS MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES PROTEGEES Fatigue Problèmes liés au sommeil Problèmes liés à l alimentation Dégradation de l état général Problèmes sexuele Enurésie / encoprésie Crise épileptique, convulsions Problèmes liés à l élocution Autre probl. lié aux fonctions physiques

9 IX : observé dans > 40% : observé dans 20 <40% : observé dans < 20% Dans cet aperçu des problèmes, on peut reconnaître la symptomatologie des groupes de diagnostic principal les plus importants, mais on remarquera également qu un comportement manifestement dérangeant (comportement agressif par rapport à autrui, agitation, comportement obsessionnel), un dysfonctionnement cognitif (hallucinations, troubles de la mémoire) ou un déclin physique sont plus fréquents en MSP. Des caractéristiques communes aux populations des deux secteurs sont la tension, un émoussement des affects ou des affects inappropriés, l angoisse et la dépression, des idées délirantes, la méfiance, un isolement social et une dépendance exagérée par rapport à autrui. Le fonctionnement social (travail, ménage, loisirs) pose en général des problèmes. Des troubles liés au langage sont plus fréquemment enregistrés chez les résidants en MSP, alors que des troubles liés à l alimentation ou au sommeil sont présents dans une proportion identique dans les deux types d équipement. En résumé, on peut conclure qu en ce qui concerne les données socio-démographiques et cliniques, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs. : le résidant type d une MSP est un patient psychiatrique du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé, et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie ou d un handicap mental et qui présentent souvent des troubles manifestes du comportement (agressivité, agitation, comportement obsessionnel...). On constate chez bon nombre de résidants un déclin de l état physique inquiétant d un point de vue médical. Des troubles liés au langage limitent la communication avec ces résidants. le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie sans troubles manifestes du comportement. L adressage vers une IHP se fait plutôt pour des patients souffrant de troubles de la personnalité, de troubles liés aux substances et de troubles de l humeur que pour des handicapés mentaux. L humeur est troublée (humeur dépressive surtout) et ils connaissent des problèmes d alcoolisme et dans le réseau de soutien primaire (parents, frères/soeurs).

10 X Statut fonctionnel Score GAF Le score GAF (DSM-IV AS V : Global Assessment of Functioning) correspond à une évaluation globale du fonctionnement psychique, social et professionnel selon un continuum hypothétique de santé mentale (scores de 1 à 100). Contrairement aux MSP, on attend des IHP qu elles visent à une réinsertion sociale des résidants. Pour autant qu il y ait une relation entre une évaluation globale du fonctionnement psychosocial et professionnel et le potentiel de réintégration, on s attend à des scores plus élevés pour les résidants en IHP que pour ceux en MSP. La figure cidessous montre en effet que les scores GAF sont plus élevés en IHP, tandis que des niveaux fonctionnels nettement inférieurs sont observés en MSP (tableau 9, P. 18). Figure 10: Distribution des scores GAF en IHP et MSP 0.35 Proportion de chaque catégorie GAF par secteur IHP MSP Catégories GAF

11 XI Autonomie sociale Alors que le score GAF offre une évaluation globale du fonctionnement psychique, social et professionnel, l enregistrement discontinu présente des informations concrètes sur divers aspects de l autonomie sociale (tableaux 84A à 84G : pp. 224 à 230). Dans quelle mesure les patients psychiatriques qui réintègrent la vie sociale sont-ils capables d utiliser les transports en commun, de faire seul des courses, de dépenser de l argent de façon responsable et de faire seul des démarches administratives? Dans quelle mesure diffèrent-ils sur ces points des patients psychiatriques qui sont adressés vers une MSP? Dans la figure ci-dessous, on a divisé, pour chacun des deux secteurs, le nombre de résidants qui ont obtenu le score pas de limitations pour l item en question par le nombre total de résidants du secteur (n = 2750 en IHP et N = 3052 en MSP). Figure 11: Autonomie sociale des résidants en IHP et MSP Transport public Courses Gestion des dépenses Administration IHP BW MSP La moitié environ des résidants en IHP utilisent de façon autonome les transports en commun, et font seul leur courses. Un tiers seulement est capable de gérer ses dépenses d argent et les quatre cinquièmes ont besoin d une aide ou d une supervision dans leurs démarches administratives. Les résidants en MSP sont incapables, sauf exception, d exercer de telles activités sans aide ou supervision.

12 XII En résumé, on peut conclure qu en ce qui concerne les données sociodémographiques, les données cliniques et les données sur le statut fonctionnel, il existe de nettes différences entre les résidants des deux secteurs : le résidant type d une MSP est un patient psychiatrique du troisième âge (homme ou femme) avec un niveau d études peu élevé, et qui n a pas exercé d activité professionnelle. Il/elle est soit pensionné(e), soit bénéficiaire d un revenu garanti en tant que personne handicapée. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie ou d un handicap mental et qui présentent souvent des troubles manifestes du comportement (agressivité, agitation, comportement obsessionnel...). On constate chez bon nombre de résidants un déclin de l état physique inquiétant d un point de vue médical. Des troubles liés au langage limitent souvent la communication avec ces résidants. Sur base du score GAF, on peut affirmer que le potentiel de réintégration sociale de ces personnes est généralement peu élevé. le résidant type d une IHP est un homme d âge moyen, ayant suivi un enseignement secondaire inférieur ou supérieur et inapte au travail en raison de sa maladie. Il s agit surtout de patients psychiatriques souffrant de schizophrénie sans troubles manifestes du comportement. L adressage vers une IHP se fait plutôt pour des patients souffrant de troubles de la personnalité, de troubles liés aux substances et de troubles de l humeur que pour des handicapés mentaux. Leur humeur est troublée (humeur dépressive surtout) et ils connaissent des problèmes d alcoolisme et dans le réseau primaire (parents, frères/soeurs). D après le score GAF, le potentiel de réintégration sociale de ces personnes est moyen. La majorité est incapable d exercer seul leurs aptitudes sociales, et nécessite une aide et/ou une supervision dans l utilisation de services administratifs ordinaires (banque, poste, maison communale, mutualité) pour la gestion des dépenses, les courses, l utilisation des transports en commun). L organisation du ménage et des loisirs leur pose également des problèmes (p. XV).

13 XIII Description de l accompagnement en MSP et IHP Objectifs thérapeutiques Il ressort des objectifs thérapeutiques à l admission que les IHP visent davantage à favoriser une optimisation ultérieure du fonctionnement de leurs résidants que les MSP (tableaux 16A et 16B : pp ). Ainsi, en IHP, on essaie de contrôler le comportement symptomatique (diminution ou disparition des symptômes) pour 41% des résidants, alors qu en MSP, cela ne concerne que 19% des résidants. Les IHP visent à une amélioration ou une restauration du fonctionnement psychosocial de 52% de leurs résidants, alors que cet objectif ne concerne que 17% des résidants en MSP. En raison de ces objectifs et de la description des caractéristiques des résidants, on s attend à ce que l accompagnement soit différent pour les deux types d équipements. Selon l'ar du 10 juillet 1990, cet accompagnement est le suivant : - en MSP : soins et assistance dans les actes de la vie journalière - en IHP : aide à l acquisition d aptitudes sociales. Soins et assistance dans les AVJ Les tableaux 17A et 17B (p ) présentent divers soins de base pour les deux secteurs Les chiffres donnent le nombre de résidants qui, depuis leur admission, ont été soit encouragés verbalement dans les activités AVJ, soit ont nécessité une aide effective dans ces activités (le score pour l item RPM est supérieur à 1 pour une ou plusieurs périodes de traitement). Dans la colonne du total, on trouve le nombre de résidants (séjours) auxquels on a donné une incitation ou une aide. Dans la ligne N, on trouve, pour chaque classe d âge, le nombre total de résidants (séjours) qui étaient accompagnés au 30 juin Quand on divise Total par N, on obtient la proportion de séjours (le pourcentage si on multiplie le quotient par cent) pour lesquels on a donné une incitation ou une aide. Les figures ci-dessous ne prennent pas comme point de départ les classes d âge, mais la population totale par secteur (n= 3088 en MSP et n=2853 en IHP). Au 30 juin 1999, 2374 résidants en MSP sur un total de 3088 avaient été encouragés verbalement pour leur hygiène (le souci de soi, y compris l habillement), soit, si on arrondit, 77% des résidants en MSP (cf. tableau 17 B, p. 40).

14 XIV Figure 12: Proportion de l encouragement verbal et de l aide effective par rapport aux soins de base en IHP Proportion Total / N Hygiène Continence Mobilité Lever/coucher Alimentation Habillage/Déshab. Agir Stimuler Soins de base On peut déduire de la figure 12 que les résidants en IHP disposent des aptitudes à exercer des activités AVJ sans aucune aide, mais également qu une proportion non négligeable de ces résidants nécessitent un encouragement verbal. Figure 13: Proportion de l encouragement verbal et de l aide effective par rapport aux soins de base en MSP Proportion Total / N Hygiène Continence Mobilité Lever/Coucher Alimentation Habillage/Déshab. Agir Stimuler Soins de base Presque la moitié des résidants en MSP ont reçu une aide effective pour tous les items à l exception de la continence. Une aide physique et un encouragement verbal semblent

15 XV souvent liés d après la figure 13 (p.ex. les actes d hygiène pour 87% des séjours mais également incitation à l hygiène pour 77%). Aide à l acquisition d aptitudes sociales Enregistrement continu Dans le bloc 6 (tableaux 21A et 21B : pp ) de l enregistrement continu, on a choisi un certain nombre d activités de soins visant à optimiser l autonomie des résidants : Ergothérapie de type économiquement productive (item MT 16.07) : vise à une resocialisation socio-professionnelle (travail dans un cadre commercial ou semiprofessionnel). Ergothérapie de type économiquement non productive (item MT.16.08) : vise à des activités et une resocialisation non professionnelle (activités artisanales, expressives, créatives ou musicales). Entraînement AVJ (item MT 16.09) : vise à un entraînement aux activités de la vie quotidienne (p. ex. hygiène, habillement, activités ménagères). Accompagnement des activités de loisirs et socioculturelles (item MT16-13) : vise à l occupation des loisirs. Accompagnement social (item 16.13) :vise à l entraînement d aptitudes sociales (administration, transport en commun, gestion financière, courses). Figure 14: Accompagnement fonctionnel en IHP et MSP : enregistrement continu Proportion Total / N Ergo: économ. Ergo : non économ. AVJ-entraînement Loisirs accompagn. Accompagn. social IHP MSP Activités d accompagnement A l exception de l entraînement aux aptitudes sociales, ces activités ont lieu aussi souvent, voire plus souvent, en MSP qu en IHP.

16 XVI Enregistrement discontinu Dans le bloc 11 (tableaux 87 A à 87 F : pp ) de la semaine d enregistrement discontinu, on a choisi les activités de soins visant à optimiser le fonctionnement des résidants qui ont eu lieu pendant la semaine du 22 au 28 avril inclus. Contrairement à l enregistrement continu, seules les activités réalisées personnellement par les membres de l équipe de soins ont été enregistrées. Activités de travail (item PA06) : activités prévues et structurées, destinées à la réalisation ou l achèvement de produits ou de services, et se déroulant dans un milieu professionnel réel, ou dans le cadre d un bénévolat, d une ergothérapie ou dans un cadre ménager. Entraînement des aptitudes socio-économiques (item PA07) : on vise à l apprentissage ou au maintien d aptitudes sociales. Accompagnement des activités ménagères (PA08) : on vise à apprendre et à soutenir des activités ménagères (préparation des repas, nettoyer son environnement, faire la vaisselle, repasser, etc...). Accompagnement des activités socio-culturelles, sociales et de loisirs (item PA 09) : Activités prévues et structurées qui visent à l apprentissage d activités de loisirs et à la structuration d une journée. Accompagnement à la relation patient milieu (item PA 11) : on vise à apporter une compréhension des aspects de l interaction entre le résidant en IHP et son réseau social. Figure 15: Accompagnement fonctionnel en IHP et MSP : semaine d enregistrement discontinu Proportion Total / N Activités de travail Socio-économique Activités ménagères Loisirs Patient-milieu IHP MSP Activités d accompagnement Il est frappant qu à l exception des activités de loisirs, toutes ces activités de soins se déroulent plus souvent en IHP.

17 XVII L accompagnement en IHP diffère considérablement de celui en MSP pour ce qui est de l aide physique apportée lors d activités AVJ. Ce type d accompagnement se retrouve en MSP seulement. Pour ce qui est des activités de soins qui, selon leur définition dans le manuel RPM, visent à optimiser le fonctionnement des résidants, les deux secteurs ne présentent pas de différence marquée; les images fournies par les deux méthodes d enregistrement (continu ou discontinu) diffèrent. En fonction des items de soins sélectionnés parmi ceux de l enregistrement continu, les MSP comptent autant, sinon plus, de résidants concernés par ces activités que les IHP. Les données fournies par des items de soins comparables de l enregistrement discontinu, donnent une information contraire : les activités de soins visant à optimiser le fonctionnement du résidant concernent davantage de résidants en IHP qu en MSP. Etant donné que les deux secteurs n ont pas les mêmes objectifs thérapeutiques, il est possible que des activités de même nature aient lieu dans les deux secteurs dans une optique différente (p. ex. structuration de la journée en MSP et entraînement en IHP) et soient enregistrées par l enregistrement continu sans tenir compte de l objectif, contrairement à l enregistrement discontinu. Cela pourrait signifier que l enregistrement continu se fait de façon assez souple, alors que pour l enregistrement discontinu, moins routinier, les données sont plus précises. En ce qui concerne l entraînement aux aptitudes sociales, les deux types d enregistrement concordent : cet entraînement a lieu nettement plus souvent en IHP qu en MSP. Les deux types d enregistrement sont également cohérents en ce qui concerne les activités de loisirs : ces activités concernent davantage de résidants en MSP qu en IHP; Le pourcentage de séjours pour lesquels s appliquent les items de soins varie selon le type d enregistrement. AInsi, d après l enregistrement continu, 93% des résidants en MSP (77% en IHP) présents au 30juin 1999 avaient connu une forme de loisirs accompagnés depuis leur admission, alors que durant la semaine d enregistrement discontinu, 55% des résidants en MSP (45% en IHP) avaient bénéficié d un accompagnement de leurs loisirs de la part de l équipe de traitement. Un accompagnement social avait eu lieu, selon l enregistrement continu, pour 86% des séjours en IHP (53% en MSP) et selon l enregistrement discontinu, pour 31% des séjours en IHP pendant la semaine d enregistrement discontinu (10% en MSP). Cette différence dans les pourcentages est due au fait que les périodes pendant lesquelles l enregistrement a lieu diffèrent selon le type d enregistrement, mais également au fait que les activités qui peuvent être enregistrées diffèrent pour les deux types d enregistrement (selon que les activités exercées par des externes sont prises en compte ou non). Indépendamment d une comparaison de l accompagnement dans les deux types d établissement, les pourcentages plus élevés correspondent à des activités de soins concernant la plupart des résidants. Pour les MSP, il s agit, dans l ordre, des activités de loisirs, de l ergothérapie non productive, de l accompagnement dans les activités ménagères et AVJ et de l accompagnement social. Pour les IHP, il s agit, dans l ordre, de l accompagnement social, de l accompagnement à la relation patient-milieu, de l accompagnement des activités ménagères et AVJ, des activités de loisirs et des activités de travail.

18 XVIII Synthèse synthétique Le Résumé psychiatrique minimum permet de comprendre davantage les caractéristiques et le déroulement de l accompagnement des résidants dans les initiatives d habitation protégée et les maisons de soins psychiatriques. Bien que ces établissements hébergent des patients dont l état s est stabilisé, ces derniers n en éprouvent pas moins des problèmes de tous ordres. La nature de ces problèmes est en corrélation avec le statut fonctionnel de résidants. Dans les MSP, le comportement perturbateur est plus marqué et le statut fonctionnel moins élevé. Un score GAF entre 21 et 30 signifie que le comportement du résidant en MSP ou IHP est affecté dans une large mesure par un sens des réalités perturbé (fantasmes, hallucinations), par des problèmes de communication ou par une perturbation du jugement conduisant à une incapacité de fonctionner en société. Les résidants en IHP présentent des symptômes psychiatriques s échelonnant de légers à sévères, mais leur score GAF situé entre 41 et 60 n indique pas tant un trouble du sens de la réalité, que des problèmes d intégration dans la vie sociale. En ce qui concerne le diagnostic, on peut diviser les MSP en deux groupes : les résidants psychotiques et les handicapés mentaux. La population en IHP est plus hétérogène, les résidants souffrant d une psychose étant les plus nombreux; mais on y trouve également des personnes souffrant de troubles de l humeur (des femmes surtout), de troubles liés aux substances (surtout des hommes) et de troubles de la personnalité (autant d hommes que de femmes). Le résidant en MSP est plus âgé que celui en IHP. Plus le patient entrant en ligne de compte pour un adressage vers une MSP ou une IHP est âgé, plus il a de chances d être adressé vers une MSP. On remarque également qu en IHP se trouvent nettement moins de femmes que d hommes. Cette différence n est pas aussi marquée en MSP. Les antécédents sociaux des résidants dans les deux types de structure diffèrent également. Les résidants en MSP sont souvent peu instruits et n ont jamais exercé de profession. Ces résidants bénéficient souvent d une pension ou d un revenu garanti lié au statut d handicapé, alors que les résidants en IHP bénéficient plus souvent d une allocation d invalidité suite à une maladie. Les résidants en MSP ne présentent pas seulement des troubles du comportement plus marqués, mais leur état physique est également inquiétant d un point de vue médical. La plupart de ces résidants bénéficient d une aide physique dans les actes de la vie journalière (AVJ), contrairement aux résidants en IHP. Pourtant, un accompagnement en MSP ne se limite pas à des activités de soins. Un grand nombre d activités correspondent aux possibilités fonctionnelles toujours présentes chez ces personnes, mais se déroulent sans visées thérapeutiques, c est-à-dire sans chercher à réduire les symptômes ou à optimiser l adaptation sociale. Ces activités ont également lieu en IHP, mais souvent encore dans un but thérapeutique. Ainsi, on y pratique plus souvent un entraînement aux aptitudes sociales et l interaction entre le résidant et son réseau social y fait l objet d une plus grande attention.

19 XIX La présente contribution est loin d être exhaustive. On peut encore extraire du Rapport national 1999 quantité d informations sur les résidants des deux types équipements et sur l accompagnement dont ils bénéficient. Les tableaux permettent de spécifier les informations par classe d âge. Les caractéristiques et l accompagnement des résidants jeunes en IHP diffèrent-ils de ceux des résidants plus âgés? Nous n avons pas davantage abordé les statistiques pluriannuelles concernant les populations admises ou qui ont bénéficié d une sortie. Dans quelle mesure est-il d ores et déjà possible d obtenir des informations sur d éventuelles différences entre les caractéristiques des résidants admis récemment et celles des résidants admis avant 1998? Quelle est la destination des personnes que l on fait sortir et cette sortie résulte-t-elle d une aggravation du comportement symptomatique et/ou réalise-t-on également une meilleure intégration sociale? * * *

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

EXONERATION DU TICKET MODERATEUR

EXONERATION DU TICKET MODERATEUR EXONERATION DU TICKET MODERATEUR 1. Art. D. 322-1 1 du Code de la Sécurité Sociale Fixe la liste des affections comportant un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse susceptibles

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT BOÎTE À TILS D ÉVALUATION PR LES RESSRCES PRIVÉES COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Recherche et intervention sur les substances psychoactives - Québec Septembre 2010 Dans le but de satisfaire aux

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Qu est ce que le handicap psychique?

Qu est ce que le handicap psychique? Qu est ce que le handicap psychique? Mont de Marsan le 18 novembre 2014 ARRIETA Christophe Directeur SESSAD LSO «Devenir AVS» Objectif un éclairage sur les difficultés scolaires des enfants présentant

Plus en détail

1.2. Composition et modalités de fonctionnement du comité d accompagnement :

1.2. Composition et modalités de fonctionnement du comité d accompagnement : http://www.huy-sud.huy.be ECOLE COMMUNALE DU SUD Avenue du Hoyoux 7 4500 HUY Tél./Fax : 085/21.15.74 Ecole communale de Huy-Sud Fase 01770 1. IDENTIFICATION Ecole communale de Huy-Sud Avenue du Hoyoux,

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 Symboles et abréviations % : pourcentage $ : en milliers de dollars ou moins M $ : en

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE

LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE LES ENJEUX DE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE Cette contribution aborde 3 thèmes : - la réhabilitation des personnes en situation de handicap psychique - la situation à Genève et les obstacles à l intégration

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte SFMG RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte Décembre 2004 I. PROMOTEURS Société

Plus en détail

Les Français et leur «chère voiture»

Les Français et leur «chère voiture» Les Français et leur «chère voiture» Novembre 2012 Sondage réalisé par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet*

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE

LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE Délégation Île-de-France LES PATIENTS SÉJOURNANT AU LONG COURS DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE ADULTE EN ÎLE-DE-FRANCE Exploitation départementale des résultats de l enquête ARHIF Jean-Yves BARREYRE -

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux?

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? . LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? Des crédits en augmentation pour financer les établissements

Plus en détail

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Au cours de ses études en école primaire, votre enfant sera soumis à des tests standardisés en lecture de l anglais et en mathématiques.

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis.

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis. Article 7 : spécifications de la participation au projet pilote 1. Objectifs Une équipe mobile sera créée. Cette équipe sera créée par une collaboration entre une ou plusieurs initiatives de coordination

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Atelier social sur les questions liées au travail

Atelier social sur les questions liées au travail Atelier social sur les questions liées au travail Avril 2013 Nathalie RAYMOND Assistante Sociale Lorsque vous êtes en difficulté dans le cadre du travail, vous pouvez solliciter différents dispositifs

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 RAPPORT 3 : UTILISATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Sabine Drieskens, Lydia Gisle (éd.) Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013)

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013) LIVRET D ACCUEIL Maison d Accueil Spécialisée (Mise à jour de Février 2013) Un lieu de vie où l on valorise le bien être de la personne, et son évolution permanente dans un site reposant où l on pratique

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations

S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations Alimentation S alimenter proprement, sans risque d étouffement et de problème pour sa santé. N.B. Le descripteur inclut les repas et les collations 1.1 Aucune intervention.. 1.2 Légère vérification avec

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Table des matières I. Qu entend-on par travail à temps partiel dans l assurance-chômage? II. III. IV. items spéciaux: Qu est-ce que l allocation de

Plus en détail

Pro Infirmis Jura-Neuchâtel

Pro Infirmis Jura-Neuchâtel Pro Infirmis Jura-Neuchâtel La Relève est une aide momentanée relayant l action ordinaire des proches qui vivent à domicile avec un enfant ou un adulte handicapé. Elle permet donc à ces personnes de Elle

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Les critères d Equivalence de Garantie. Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015

Les critères d Equivalence de Garantie. Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015 Les critères d de Garantie Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015 Document non contractuel à jour au 27/03/2015 Document à titre d information commerciale 1 Les Critères d des Garanties,

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013 Rencontre du CCED Processus CIPR le mardi 15 octobre 2013 000008 Processus du comité d identification, de placement et de révision (CIPR) et du comité d appel Les dispositions particulières au processus

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel 2014 Rapport annuel Office de l assurance invalidité Partie V Caisse de compensation du Jura 1. Activité de l office L'Office de l'assurance invalidité du Jura assume les tâches suivantes : met en œuvre

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail