IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES"

Transcription

1 Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Comparaison avec la France D après les données de l enquête «santé mentale en population générale» (SMPG) Secteur 4 du Centre Hospitalier Henri LABORIT (86) Secteur 4 du Centre Hospitalier du NORD DEUX-SEVRES (79) Secteur 3 du Centre Hospitalier Camille CLAUDEL (16) Secteur 4 du Centre Hospitalier de NIORT (79) RAPPORT DANS LE CADRE DE L ETUDE ASEP-CCOMS-DIRM EPSM LILLE METROPOLE «LA SANTE MENTALE EN POPULATION GENERALE : IMAGES ET REALITES» Rapport n 109 Mai 2007 ORSPEC 17 bd Salvador Allendé POITIERS Tél. : Fax : Site Internet : ARPCIMEP - Centre Hospitalier Henri LABORIT - BP POITIERS CEDEX Tél. : Fax :

2 IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Comparaison avec la France D après les données de l enquête «santé mentale en population générale» (SMPG) Julie DEBARRE, Francis CHABAUD Rapport n 109 Mai 2007 RAPPORT DANS LE CADRE DE L ETUDE ASEP-CCOMS-DIRM EPSM LILLE METROPOLE «LA SANTE MENTALE EN POPULATION GENERALE : IMAGES ET REALITES»

3 REMERCIEMENTS Nous remercions ici le groupe de travail de l Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) pour leur aide efficace et soutenue, et plus particulièrement le Dr Bouet. Les remerciements s adressent également aux membres du Conseil Scientifique du Centre Collaborateur de l Organisation Mondiale de la Santé (C.C.O.M.S.) pour leur relecture et leurs remarques, en particulier Aude Caria, Jean-Luc Roelandt et Anne Vandeborre.

4 RESUME IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES COMPARAISON AVEC LA FRANCE D APRES LES DONNEES DE L ENQUETE SMPG Rapport n 109 Mai 2007 Auteur JULIE DEBARRE FRANCIS CHABAUD Organisme commanditaire Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Contexte général L enquête «Santé Mentale en Population Générale : images et réalités» (SMPG) est une recherche-action internationale multicentrique menée par l Association Septentrionale d Epidémiologie Psychiatrique (ASEP) et le Centre Collaborateur de l Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS, Lille, France), en collaboration avec la Direction de la Recherche, des Etudes, de l Evaluation et des Statistiques (DREES) et le Département d Information et de Recherche Médicale (DIRM) de l EPSM-Lille-Métropole. Elle a été réalisée en France métropolitaine entre 1999 et Depuis 2006, la troisième phase de l enquête se poursuit au niveau national et international. De janvier à avril 2002, quatre secteurs psychiatriques volontaires de Poitou-Charentes ont participé à l étude. Ce fut donc l occasion pour l Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) et l Observatoire Régional de la Santé Poitou-Charentes (ORSPEC) de comparer les représentations de la santé mentale au niveau régional et national au regard des troubles mentaux identifiés par le questionnaire du MINI (Mini International Neuropsychiatric Interview). Objectifs, méthode et population L objectif principal de ce travail est de comparer les données de l enquête SMPG en Poitou-Charentes et en France métropolitaine sur les axes anthropologiques et épidémiologiques. Il s agit d une analyse statistique des représentations de la santé mentale selon l existence ou non de troubles mentaux identifiés en Poitou-Charentes et en France. A partir des données sur les représentations associées au «fou», au «malade mental» et au «dépressif», une illustration visuelle privilégiant la proximité en terme de fréquence de chaque comportement proposé a été réalisée. Un échantillon national (France métropolitaine) a été constitué en agrégeant les données d une cinquantaine de sites français. Les données ont été redressées sur l âge, le sexe, le niveau d études et la catégorie socioprofessionnelle pour être représentatives de la population française âgée de 18 ans ou plus. Cet échantillon national redressé compte individus. En Poitou-Charentes, des redressements statistiques ont été appliqués afin de rendre l échantillon obtenu représentatif de la population de 18 ans et plus du Poitou-Charentes selon les critères de sexe et d âge ainsi que le niveau d études. Au total, l échantillon régional redressé comporte individus. Cette enquête a été réalisée à partir d un questionnaire composé de 4 volets : un questionnaire principal concernant la représentations de la folie et de la maladie mentale (axe socioantropologique), le questionnaire du MINI qui a permis le repérage des troubles psychiques (axe épidémiologique) et la fiche complémentaire du MINI qui précise les éventuels recours thérapeutiques en cas de diagnostic positif repéré par le MINI, et qui évalue la gêne occasionnée par ce trouble dans le vie quotidienne et au travail, ainsi qu un questionnaire d identification (données socio-démographiques).

5 Résultats Tout le monde est susceptible d être concerné par la santé mentale. En effet, en Poitou- Charentes, plus d une personne sur quatre est susceptible de présenter un trouble mental et cette prévalence est plus importante en France (32%). Les troubles anxieux (19%) puis les troubles dépressifs (12%) sont les troubles les plus fréquents en terme de prévalence. La population estime que le «fou», et, à un degré moindre, que le «malade mental» est quelqu un qui commet des actes dangereux et anormaux dont il n est pas responsable. Il a peu de possibilités de guérison, tout en ayant peu conscience de son état, et doit être soigné contre son gré si nécessaire, par des professionnels de psychiatrie ou à l hôpital psychiatrique par des médicaments. De plus, la population pense qu un «fou» ou un «malade mental» est victime d exclusions importantes surtout au niveau professionnel. Le «dépressif», quant à lui, se caractérise plutôt par son attitude de retrait par rapport à la société et à la vie : il pleure, est attiré par le suicide et à tendance à l isolement. Ces comportements, dont les personnes interrogées estiment que le dépressif est responsable, sont plutôt considérés comme «normaux» et «peu dangereux». Ce sont les événements de la vie qui seraient principalement à l origine du fait de devenir dépressif, et donc cet état est réversible : la quasi-totalité des personnes interrogées pense que sa guérison est possible. La population envisage la famille comme un lieu de soin possible. Des différences de représentation vis-à-vis de la santé mentale ont été observées entre le Poitou- Charentes et la France métropolitaine, notamment une tolérance des familles qui semblent plus marquée : Les Picto-Charentais sont plus nombreux à penser qu un «fou», un «malade mental» ou un «dépressif» peuvent guérir et se sentent plus volontaires dans l aide à la réhabilitation d un proche «fou», d un «malade mental» ou d un «dépressif». De plus, ils déclarent plus souvent connaître dans leur entourage un «malade mental» ou un «dépressif». Quant au recours aux soins, les habitants du Poitou-Charentes préconiseraient plus souvent un recours au médecin généraliste pour un proche «malade mental» ou pour soi-même. Ils sont également plus nombreux à déclarer être consommateurs de psychotropes que les autres français. D autre part, ils avouent plus fréquemment avoir été soignés pour folie, pour maladie mentale ou pour dépression, mais moins souvent par psychothérapie. Enfin, en Poitou-Charentes, les comportements violents sont moins souvent attribués au «fou», et plus souvent au «malade mental» qu en France. Les personne interrogées estiment également plus souvent que le «dépressif» est plus conscient et responsable de son état et de ses actes et moins exclu de son travail. Les comportements de violence envers ses proches ou autrui sont estimés plus fréquemment comme anormaux en France qu en Poitou-Charentes. Enfin, la présence d au moins un trouble mental a peu d influence sur la représentation liée aux comportements proposés dans cette enquête, excepté quand ces comportements sont associés au trouble lui-même. En effet, les personnes souffrant de troubles de l humeur ou de l anxiété estiment que les comportements associés à leur trouble sont plus souvent dangereux. Inversement, ceux qui consomment régulièrement de la drogue ou de l alcool considèrent ce même comportement comme «normal» et «peu dangereux». Conclusion La réalisation de cette analyse a permis d identifier les spécificités des représentations des habitants du Poitou-Charentes au regard de la présence de psychopathologies. Elle a également permis de dégager les spécificités régionales par rapport à la France métropolitaine. Mots clés thématiques Santé mentale Psychopathologie Population générale Représentations Prévalence Questionnaire du MINI Mots clés géographiques Poitou-Charentes, France métropolitaine

6 SOMMAIRE OBJECTIFS, MATERIEL ET METHODES... 7 I- Description de l echantillon du Poitou-Charentes et comparaison avec l echantillon France métropolitaine... 8 II- Représentations liées au «fou», au «malade mental» et au «dépressif» (approche anthropologique) Comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental», au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» Perceptions de la responsabilité, de la conscience, de la souffrance du «fou», du «malade mental», du «dépressif» Exclusion familiale, professionnelle et sociale du «fou», du «malade mental», du «dépressif» Le rôle de la famille et de l entourage Modes d aide et de soins Recours à l hôpital psychiatrique La guérison Recours aux soins de la personne interrogée III- Prévalence des troubles mentaux (approche épidémiologique) et caractéristiques sociodémographiques des personnes atteintes de ces troubles IV- Perception et présence de troubles mentaux (Axe anthropologique et épidémiologique) : SYNTHESE DES RESULTATS DISCUSSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE 1 : DESCRIPTION GENERALE DE L ENQUETE SMPG Contexte de l étude Rappel des objectifs généraux Matériel et méthodes de l enquête SMPG ) Le questionnaire ) L échantillonnage ) L enquête en Poitou-Charentes ) L enquête en France métropolitaine ANNEXE 2 : Caractéristiques religieuses en Poitou-Charentes et en France ANNEXE 3 : Comportements et conduites les plus fréquemment associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» en Poitou- Charentes ANNEXE 4 : Attributions des comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon l ensemble des personnes interrogées ainsi que selon le fait de présenter un trouble mental en Poitou-Charentes 33 ANNEXE 5 : Attributions des comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon l ensemble des personnes interrogées ainsi que selon le fait de présenter un trouble mental en France métropolitaine Annexe 6 : Lexique des psychopathologies Rapport ORS n Mai 2007 p. 6

7 OBJECTIFS, MATERIEL ET METHODES OBJECTIFS L objectif principal de ce travail est de comparer les données de l enquête Santé Mentale en Population Générale (SMPG) en Poitou-Charentes et en France métropolitaine sur les axes anthropologiques et épidémiologiques. On dégagera donc des différences ou des similitudes de représentation par rapport à la santé mentale et de prévalence de quelques troubles mentaux entre le niveau régional et national, sachant que les deux échantillons sont représentatifs de la population générale des 18 ans et plus. Il s agit d une analyse statistique des représentations de la santé mentale au regard des troubles mentaux identifiés par le questionnaire du Mini en Poitou-Charentes et en France. MATERIEL L étude «La santé mentale en population générale : Images et Réalités» (SMPG) est une enquête internationale multicentrique menée par l Association Septentrionale d Epidémiologie Psychiatrique (ASEP) et le centre collaborateur de l Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS, Lille, France). Ces objectifs principaux sont, d une part de décrire les représentations liées aux maladies mentales, à la folie, à la dépression et aux différents modes d aide et de soins, d autre part, d évaluer la prévalence des principaux troubles mentaux, dans la population générale. Les données sont recueillies grâce à des questionnaires administrés au cours d entretiens face à face, à un échantillon représentatif de la population générale, par des enquêteurs formés à la passation. Pour chaque personne interrogée, les questions explorent ses propres représentations ainsi que la présence de troubles mentaux actuels ou passés et les ressources thérapeutiques utilisées. Une description générale plus complète de l enquête SMPG se situe en annexe 1. METHODE Des comparaisons statistiques entre les pourcentages de la France et du Poitou-Charentes ont été réalisées par le «test du Khi-deux» avec le logiciel de statistiques SAS. Les résultats Poitou- Charentes seront systématiquement présentés, et le sens de la différence statistiquement significative avec la France sera précisé (proportion plus ou moins importante en France), s il n existe aucune différence, seule la proportion Poitou-Charentes sera précisée. A partir des données sur les représentations associées au «fou», au «malade mental» et au «dépressif», une illustration visuelle privilégiant la proximité en terme de fréquence de chaque comportement proposé a été réalisée. Ainsi, par exemple le fait de commettre un meurtre, est associé principalement au «fou» (42%) mais également au «malade mental» (34%), il sera présenté dans l intersection de la sphère du fou et du malade mental mais plus proche de celle du fou. Limites de la méthode D un point de vue méthodologique, certains problèmes peuvent être abordés lors de la comparaison des données France et Poitou-Charentes. En effet, en théorie, l échantillon régional est inclus dans l échantillon national, les deux échantillons ne sont donc pas totalement indépendants (ce qui est une condition d utilisation des tests statistiques). Cependant, l échantillon Poitou-Charentes représente environ 6% du total de l échantillon France métropolitaine, on considère donc que les deux échantillons peuvent donc être comparés. D autre part, les deux échantillons sont redressés pour être représentatifs chacun de leur population générale mais pas exactement selon les mêmes critères. En effet, les catégories socioprofessionnelles (CSP) ne sont pas un critère de redressement dans l enquête en Poitou- Charentes (à cause des données manquantes). Au niveau des comparaisons, les liens entre les variables vont rester les mêmes, seules les prévalences des psychopathologies en Poitou-Charentes peuvent être légèrement différentes, s il existe effectivement une différence selon les CSP en réalité. Rapport ORS n Mai 2007 p. 7

8 I - DESCRIPTION DE L ECHANTILLON DU POITOU-CHARENTES ET COMPARAISON AVEC L ECHANTILLON FRANCE METROPOLITAINE Avant propos : L échantillon de Poitou-Charentes est redressé sur le sexe et l âge et le niveau d étude afin d être représentatif de la population régionale au recensement de De la même façon, au niveau de la France métropolitaine, l échantillon a été redressé sur l âge, le sexe, le niveau d études et l activité. Comparer les deux échantillons selon ces critères revient donc à comparer la situation régionale et nationale sur ces mêmes critères (données INSEE). 24,5 21,3 10,7 11,6 16,1 18,4 17,6 18,8 17,517,9 13, ans ans ans ans ans 65 ans et plus Poitou-Charentes France Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes France métropolitaine Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Fig.2 : Représentation de l échantillon Poitou-Charentes et France métropolitaine selon l âge Les personnes vivant en Poitou-Charentes sont plus âgées (38% ont plus de 55 ans contre 33% en France), sont plus fréquemment mariées et moins souvent célibataires, vivent plus généralement seules ou avec une autre personne, déclarent un revenu familial moyen moins élevé, sont moins souvent croyantes ou pratiquantes que les personnes qui font parties de l échantillon national (cf. annexe 1). Fig.3 : Caractéristiques de l échantillon Poitou-Charentes et France métropolitaine (en %) H F Age moyen (en ans) Marié (ou concubin) Célibataire Bac et + Revenu mensuel familial < 840 Poitou-Charentes 48,1 51,9 49,2 59,6 20,9 16,3 19,5 France 47,9 52,1 47,1 56,1 24,0 22,5 15,6 Test NS * * * * * NS : pas de différence significative entre les résultats nationaux et ceux de Poitou-Charentes * : différence statistiquement significative entre les résultats nationaux et ceux de Poitou-Charentes au seuil 5% Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes France métropolitaine Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Rapport ORS n Mai 2007 p. 8

9 II- REPRESENTATIONS LIEES AU «FOU», AU «MALADE MENTAL» ET AU «DEPRESSIF» (APPROCHE ANTHROPOLOGIQUE) Cette partie du questionnaire se centre sur les représentations associées à trois mots appartenant au lexique de la santé mentale : «fou», «malade mental» et «dépressif» 1. La question posée est : «Selon vous, quelqu un qui pleure souvent est fou? malade mental? dépressif? aucun des trois / normal, anormal? / dangereux, peu dangereux?». 1- COMPORTEMENTS ET CONDUITES ASSOCIES AU «FOU», AU «MALADE MENTAL», AU «DEPRESSIF» ET JUGES COMME «ANORMAUX» ET «DANGEREUX» Cette question, la première du questionnaire principal, tente de cerner la perception du «fou», du «malade mental» et du «dépressif» dans l opinion en faisant associer à ces termes dix-huit comportements ou conduites reconnues comme illustratives de troubles mentaux. La figure suivante illustre les réponses des personnes interrogées en Poitou-Charentes. Fig.4 : Comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon les personnes interrogées en Poitou-Charentes FOU EN POITOU-CHARENTES Meurtre Délire Violence proches Violence autres Viol Inceste Discours bizarre MALADE MENTAL Attardé Légende : Dangereux Anormaux DEPRESSIF Violence soi Pleure Tentative de suicide Isolé, en retrait Négligé, sale Crises, convulsions Comp. bizarre Alcool Drogue Anxieux AUCUN DES 3 Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Exploitation ORSPEC Grille de lecture : Les comportements et conduites présents dans les bulles «fou», «malade mental», «dépressif» ou «aucun des 3» signifient que les personnes interrogées les ont attribués majoritairement (plus de 50%). Par exemple, 53% des personnes interrogées en Poitou-Charentes estime que quelqu un qui commet un viol est un «malade mental». Par contre, les comportements situés à l intersection de 2 bulles signifient qu ils sont simultanément attribués à 2 qualificatifs (donc avec une proportion inférieure à 50% chacun). Par exemple, le meurtre est associé à 42% au «fou» mais aussi à 34% au «malade mental». Les comportements soulignés dans cette représentation indiquent qu ils sont considérés majoritairement comme dangereux, et ceux en italique qu ils sont jugés comme anormaux. Un comportement souligné et en italique sera donc estimé dangereux et anormal, celui simplement souligné signifiera qu on l associe à une conduite dangereuse mais jugée normale, celui en italique désignera un comportement jugé anormal mais peu dangereux et, dernier cas de figure, celui ni souligné ni en italique indiquera un comportement jugé majoritairement normal et peu dangereux. 1 Les termes apparaissent entre guillemets pour bien souligner qu il s agit de représentations et non de vérités ou diagnostics psychiatriques. Rapport ORS n Mai 2007 p. 9

10 Tout d abord, le «fou» apparaît comme «anormal» et «dangereux» parce qu il transgresse des tabous dont le meurtre, essentiellement. Il représente en quelque sorte le niveau de dangerosité maximal. Quant au «malade mental» qui transgresserait des tabous plus intimes qu externes et moins perceptibles de prime abord (viol, inceste, violence familiale) ; il apparaît certes comme «anormal» et «plus ou moins dangereux», mais à un degré moindre que le «fou». Enfin, «normal» et «peu dangereux», le «dépressif» se caractériserait par son attitude de retrait par rapport à la société et à la vie : il pleure, est attiré par le suicide et a une tendance à l isolement. 2 D autres comportements tels qu être déficient intellectuellement (attardé), être sale, faire des crises ou avoir des convulsions, avoir un comportement bizarre, boire régulièrement de l alcool, prendre régulièrement de la drogue, être anxieux, sont les comportements que l on attribue majoritairement (de 52% à 76%) à aucun des 3 («ni au fou, ni au malade mental, ni au dépressif»). En quelque sorte, les enquêtés semblent établir une axiologie (échelle des valeurs) des comportements reconnus et signalés comme «anormaux», dont le degré inférieur serait l apparence sale et négligée et les degrés supérieurs, le meurtre, le viol, la violence familiale et l inceste. Fig.5 : Comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon les personnes interrogées en France EN FRANCE FOU Meurtre Viol Inceste Viol Inceste MALADE MENTAL Légende : Dangereux Anormaux DEPRESSIF Délire Violence proches Violence autres Violence soi Pleure Tentative de suicide Isolé, en retrait Attardé Attardé Discours bizarre Négligé, sale Crises, convulsions Comportement bizarre Alcool Drogue Anxieux AUCUN DES 3 Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Exploitation ORSPEC Grille de lecture : Voir page précédente Comparaison Poitou-Charentes et France Dans la représentation ci-dessus, quelques différences sont apparues par rapport à la figure 4 : le viol et l inceste, jugés à plus de 50% comme des conduites associées à un «malade mental» en Poitou-Charentes, sont, en France, associés à 46% également à un «malade mental» et à 40% à un «fou». De même, une personne qui est déficiente intellectuelle, attardée est jugée majoritairement comme une personne ni «folle» ni «malade mental» ni «dépressive» en Poitou-Charentes, alors qu en France, elle est considérée à 48% comme «malade mental» et à 47% comme «aucun des 3». 2 CARIA A., BELLAMY V., ROELANDT J.L., KERGALL A. Images et réalités de la santé mentale en France. Revue Confluences. Institut Wallon pour la santé mentale. Mars p. Rapport ORS n Mai 2007 p. 10

11 De plus, en Poitou-Charentes, les comportements violents sont moins souvent attribués au «fou», et plus souvent au «malade mental» qu en France. (cf. annexe 2) Le «dépressif», quant à lui, est plus souvent considéré comme «quelqu un qui tente de se suicider», «qui est violent envers lui» ou «qui prend régulièrement de la drogue» au niveau régional et étant plus jugé comme «dangereux» qu au niveau national. Les comportements de violence envers ses proches ou autrui sont jugés plus anormaux en France qu en Poitou-Charentes. Les comportements cités ci-dessus qui ne sont ni attribués «au fou, au malade mental, ou au dépressif» le sont plus fréquemment en Poitou-Charentes, excepté pour celui qui prend régulièrement des drogues, qui dans la région, est attribué à «aucun des 3» pour 58,8% (contre 59,4% en France) et au «dépressif» pour 21,8% (contre 18,9% en France). Au niveau de la dangerosité, ces comportements sont jugés de la même manière, excepté pour quelqu un qui «pleure souvent», qui «boit régulièrement des boissons alcoolisées» qui sont plus souvent considérés comme des comportements dangereux en Poitou-Charentes qu au niveau national, et inversement, celui qui «tente de se suicider», qui «prend régulièrement des drogues» ou qui «est violent envers soi-même» sont perçus plus fréquemment comme des comportements et attitudes dangereux au niveau national qu au niveau régional. Différence de représentations selon le fait de croire ou de pratiquer une religion Au niveau des actes violents 3, les personnes ayant déclaré pratiquer et/ou croire à une religion (quelle qu elle soit),, attribuent plus ces actes au «fou» et au «dépressif» et moins au «malade mental». Le fait de consommer régulièrement de l alcool ou de la drogue est plus souvent, selon les croyants ou les pratiquants, associé à un «fou» ou à un «malade mental». Les personnes se déclarant croyante jugent plus fréquemment le fait de pleurer souvent, la prise régulière de drogue, un comportement et un discours bizarre, l anxiété ou la déficience intellectuelle comme des conduites «anormales», et parallèlement comme dangereux, que ceux qui disent ne pas croire à une religion. Inversement, le fait de commettre un viol ou un inceste est plus souvent considéré comme normal (5% contre 3%) pour ceux qui déclarent pratiquer une religion. D ailleurs, 7% de ces personnes estiment que commettre un inceste est un acte peu dangereux (contre 3% pour les non-pratiquants). Le fait de tenter de se suicider, d être violent envers les autres ou envers soi sont moins souvent considérés comme dangereux par les personnes croyantes que par les autres. 2- PERCEPTIONS DE LA RESPONSABILITE, DE LA CONSCIENCE, DE LA SOUFFRANCE DU «FOU», DU «MALADE MENTAL», DU «DEPRESSIF» Fig.6 : Conscience, responsabilité et souffrance selon les personnes interrogées en Poitou-Charentes (en %) Fou Malade Mental Dépressif Pas conscience de son état Pas responsable de son état Pas responsable de ses actes Souffrance du sujet Souffrance de sa famille Légende : En rouge : pourcentage plus élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes En vert et italique : pourcentage moins élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes. Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Un «fou» ne sait pas qu il est «fou» selon 82% des personnes interrogées (80% en France), un «malade mental» n a pas conscience de sa maladie pour 54% des picto-charentais, enfin près d une personne sur 5 estime qu un «dépressif» ne sait pas qu il est «dépressif» (16% en France). 3 Viol, inceste, meurtre, violences envers les proches, les autres ou par rapport à soi-même Rapport ORS n Mai 2007 p. 11

12 Plus de 9 personnes sur 10 estiment que le «malade mental» n est pas responsable de son état (92%), un peu moins pour le «fou» (84%) Plus de 7 personnes interrogées sur 10 considèrent que le «fou» et le «malade mental» ne sont pas responsables de leurs actes ; en revanche, un peu moins de la majorité pense que le «dépressif» n est pas responsable de ses actes (44%). Les enquêtés établissent une échelle de souffrance qui va du «fou» (54%) au «malade mental» (79%) au «dépressif» (97%). Il apparaît clairement une corrélation entre la représentation de l état de conscience de son état et celle de la souffrance du sujet. En quelque sorte, les personnes interrogées pensent que plus on est conscient, plus on souffre. En revanche, la souffrance des familles est unanimement reconnue : c est un invariant. 3- EXCLUSION FAMILIALE, PROFESSIONNELLE ET SOCIALE DU «FOU», DU «MALADE MENTAL», DU «DEPRESSIF» Fig. 7 : Exclusion familiale, professionnelle et sociale selon les personnes interrogées en Poitou-Charentes (en %) Fou Malade Mental Dépressif Exclusion familiale 61,2 40,4 18,8 Exclusion professionnelle 88,6 72,4 38,6 Exclusion sociale 82,3 63,1 23,4 Légende : En rouge : pourcentage plus élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes En vert et italique : pourcentage moins élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes. Pour le «fou», le «malade mental» et le «dépressif» c est l exclusion professionnelle qui est dominante, suivie de l exclusion sociale puis familiale. Les notions d exclusion sont inversement proportionnelles au degré de sévérité des troubles psychiques, comme pour la souffrance. En France, on considère plus souvent que le «fou» est exclu de sa famille, que le «malade mental» est plus fréquemment écarté de sa famille, de son travail et de la société qu en Poitou-Charentes. Inversement, le «dépressif» est considéré comme étant moins exclu de son travail au niveau national qu au niveau régional. 4- ROLE DE LA FAMILLE ET DE L ENTOURAGE Comme vu précédemment, la souffrance des familles est unanimement reconnue et l exclusion familiale est moins fréquente que l exclusion professionnelle ou sociale. La réintégration au sein de la famille peut se faire si le sujet est soigné (96% pour un dépressif, 86% pour un malade mental et 78% pour un fou). D ailleurs, 3 personnes sur 10 accepteraient de soigner à domicile un proche «fou», 50% un «malade mental» et 84% un «dépressif». Si un proche était «fou» ou «malade mental», sa présence serait considérée comme un fardeau pour 9 personnes sur 10. Elles feraient appel à une aide extérieure d abord s il y avait du danger pour l entourage ou pour le sujet. Concernant le proche «dépressif», le recours à une aide extérieure se ferait d abord en cas de danger pour le sujet lui-même. La proportion des personnes qui estiment pouvoir soigner à domicile un proche «fou», «malade mental» ou «dépressif» est moins importante en France qu en Poitou-Charentes. Ce constat est aussi fait pour la proportion des personnes qui pensent que la réintégration de ces personnes au sein de leur famille est possible s ils sont soignés. Connaissance dans l entourage de quelqu un qui est «fou», «malade mental» ou «dépressif» 16% des personnes interrogées déclarent connaître quelqu un de «fou» ; pour plus d un tiers d entre eux, il s agit d un membre de sa famille, un ami (27%) ou un voisin (21%). Cette répartition est identique en France. 40% des Picto-Charentais témoignent connaître un «malade mental», contre 32% en France. Un membre de la famille (46%), un ami (26%) ou un voisin (13% contre 17% en France) sont les principales connaissances citées. Rapport ORS n Mai 2007 p. 12

13 Près de 8 individus sur 10 attestent connaître un «dépressif», ce qui est plus qu en France (74%). Les personnes évoquées sont d abord des membres de sa famille (60% contre 57% en France), des amis (33% contre 36% en France) et des voisins (8%). Fig. 8 : Recours aux soins conseillés pour un proche «fou», «malade mental» ou «dépressif» ou pour soi-même (en %) Pour un proche «Fou» «Malade Mental» «Dépressif» Pour soimême Professionnel de santé générale 28,1 29,3 48,1 42,3 Professionnel de psychiatrie 66,8 68,2 52,3 11,6 Relations 1,6 1,5 6,5 38,5 Personne 2,9 1,1 0,8 3,8 Légende : En rouge : pourcentage plus élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes En vert et italique : pourcentage moins élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes. Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Pour plus de 6 personnes sur 10, on doit soigner un «fou», un «malade mental» ou un «dépressif» même contre son gré. Plus de deux tiers des personnes interrogées conseilleraient à un «fou» ou à un «malade mental» de consulter un psychiatre. Pour la moitié de l échantillon, on recommanderait à un «dépressif» d avoir recours à un médecin généraliste ou à un psychiatre, alors que pour soi, en cas de difficultés psychologiques, la majorité des personnes interrogées déclarent qu elles en parleraient d abord à un médecin généraliste, puis à un proche (ami, famille). Au niveau national, cette configuration est identique. Cependant, pour un proche «fou», on conseillerait plus souvent le psychiatre ou le médecin généraliste, et moins fréquemment «personne». Pour le «malade mental», on recommanderait plus le psychiatre et moins le médecin généraliste. Et enfin, pour un proche «dépressif» ou pour soi-même, le relationnel serait plus préconisé que le médecin généraliste notamment. 5- MODES D AIDE ET DE SOINS Recours à l hôpital psychiatrique 44% des personnes interrogées en Poitou-Charentes ont déclaré être déjà entrées dans un hôpital psychiatrique ou un service psychiatrique contre 40% en France. Fig.9 : Soins cités comme donnés à l hôpital (ou en clinique) psychiatrique (en %) Poitou-Charentes France Traitements médicamenteux 60,2 % 72,4 % Psychothérapie 19,8 % 25,3 % Soutien relationnel 13,2 % 11,6 % Pratiques médicalisées 6,5 % 8,2 % Légende : En gras : pourcentage le plus élevé s il existe une différence significative entre les résultats nationaux et ceux de Poitou-Charentes au seuil 5% Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes et France métropolitaine Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC La majorité des personnes interrogées pense que les médicaments sont les soins les plus fréquemment donnés en hôpital psychiatrique, suivi de la psychothérapie. Rapport ORS n Mai 2007 p. 13

14 Fig.10 : Connaissance d autres lieux que l hôpital psychiatrique pour soigner un «fou», un «malade mental» ou un «dépressif» (en %) Fou Malade Mental Dépressif Lieux d hospitalisation (clinique, maison de repos) 6,2 % 9,9 % 22,0 % Lieux de vie (Foyers, IMP, ) 5,3 % 15,2 % 3,0 % Lieux de consultation (CMP, CATTP, hôpital de jour, MG, ) 5,1 % 8,8 % 11,4 % Maison, famille, entourage 3,9 % 7,9 % 43,3 % Lieux religieux 0,1 % 0,2 % 0,5 % Légende : En rouge : pourcentage plus élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes En vert et italique : pourcentage moins élevé pour la France que pour le Poitou- Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Près de 8 individus sur 10 conseilleraient à un de ses proches «fou» d être hospitalisé à l hôpital psychiatrique, un peu moins à un proche «malade mental» (68%). Par contre, on le conseillerait moins souvent à un «dépressif» (30%). D ailleurs, plus de quatre personnes sur cinq citent d autres lieux de soins pour un dépressif : la famille (43%) ou les maisons de repos. La guérison Fig.11 : Jugement sur la possibilité de guérison d un «fou», un «malade mental» ou un «dépressif» (en %) Fou Malade Mental Dépressif Possibilité de guérison 33,7 % 50,3 % 95,4% Possibilité de guérison complète 9,6 % 23,0% 77,7 % Possibilité de guérison tout seul 6,5% 4,6% 28,4% Légende : En rouge : pourcentage plus élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes En vert et italique : pourcentage moins élevé pour la France que pour le Poitou-Charentes. Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Près d un quart des personnes interrogées pense qu un «fou» peut guérir, la moitié qu un «malade mental» peut guérir et 95% considèrent que la guérison d un «dépressif» est possible. Toutefois, environ 95% des gens pensent qu un «fou» ou «un malade mental», et dans une moindre mesure (28%) un «dépressif» ne peuvent guérir seuls, sans aide. Les habitants du Poitou-Charentes sont plus optimistes face à la guérison que les français, excepté pour le «dépressif» où la proportion de personnes interrogées déclarant que celui-ci peut guérir seul est plus importante en France qu en Poitou-Charentes (34% contre 28%). 6- RECOURS AUX SOINS DE LA PERSONNE INTERROGEE Le recours aux médicaments pour les nerfs En Poitou-Charentes comme en France, près de 2 personnes sur 5 déclarent avoir déjà pris des médicaments pour les nerfs. Pour plus de la moitié des personnes concernées, il s agit d anxiolytiques (56%), d antidépresseurs (35%) ou d hypnotiques (20%). Les habitants du Poitou-Charentes ont plus souvent déclaré consommer ces deux premières classes de médicaments que les autres. Rapport ORS n Mai 2007 p. 14

15 Fig.12 : Recours aux soins de la personne interrogée (en %) Poitou-Charentes France Avoir pris des médicaments pour les nerfs 38,0 36,6 Avoir été soigné pour folie 0,8 0,4 Avoir été soigné pour maladie mentale 8,9 0,7 Avoir été soigné pour dépression 21,8 18,8 Avoir déjà suivi une psychothérapie 8,9 10,3 Légende : En gras : pourcentage le plus élevé s il existe une différence significative entre les résultats nationaux et ceux de Poitou-Charentes au seuil 5% Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes et France métropolitaine Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC En Poitou-Charentes, les personnes interrogées avouent plus souvent que les autres avoir été soignées pour folie (0,8%), pour maladie mentale (9%) ou pour dépression (22%). Les personnes soignées pour folie ou pour maladie mentale l ont été principalement par traitements médicamenteux (45%), par psychothérapie (23%) ou par hospitalisation (6% contre 34% en France). Les personnes déjà soignées pour dépression l ont été par traitements médicamenteux (72%), par psychothérapie (10%) ou par hospitalisation (6%). Près de 9 % énoncent le fait d avoir déjà suivi une psychothérapie en Poitou-Charentes, ce qui est proche des 10% déclarés en France. SYNTHESE SUR LES PARTICULARITES DES REPRESENTATIONS DU «FOU», DU «MALADE MENTAL» ET DU «DEPRESSIF» EN POITOU-CHARENTES Tout d abord, les Picto-Charentais se sentent plus souvent capables de pouvoir soigner à domicile un proche «fou», un «malade mental» ou un «dépressif» que les autres habitants de la France. Ils s estiment également plus volontaires quant à la réintégration possible d un proche atteint de folie, de maladie mentale ou de dépression dans sa famille. De même, ils sont plus optimistes face à la guérison partielle ou complète de ces personnes. Cet écart de perception pourrait être expliqué par le fait qu ils déclarent plus souvent connaître dans leur entourage un «malade mental» ou un «dépressif». Quant au recours aux soins, les habitants du Poitou-Charentes préconiseraient plutôt avoir recours au médecin généraliste pour un proche «malade mental» ou pour soi-même. Ils sont également plus nombreux à déclarer être déjà entrées dans un hôpital ou un service psychiatrique et avoir consommé des anxiolytiques et des antidépresseurs. D autre part, ils avouent plus fréquemment avoir été soignés pour folie, pour maladie mentale ou pour dépression, mais moins souvent par psychothérapie. Enfin, en Poitou-Charentes, les comportements violents sont moins souvent attribués au «fou», et plus souvent au «malade mental» qu en France. Le «dépressif», quant à lui, est plus souvent considéré comme «quelqu un qui tente de se suicider», «qui est violent envers soi» ou «qui prend régulièrement de la drogue» au niveau régional et est plus fréquemment jugé comme «dangereux» qu au niveau national. De plus, les Picto-Charentais estiment plus souvent que les français que le «dépressif» est conscient et responsable de son état et de ses actes et moins exclu de son travail qu en France. Les comportements de violence envers ses proches ou autrui sont estimés plus anormaux en France qu en Poitou-Charentes. Enfin, «la personne qui pleure souvent» et «celle qui boit régulièrement des boissons alcoolisées» sont plus fréquemment perçus comme des comportements dangereux en Poitou-Charentes qu au niveau national. Rapport ORS n Mai 2007 p. 15

16 III- PREVALENCE DES TROUBLES MENTAUX (APPROCHE EPIDEMIOLOGIQUE) ET CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES PERSONNES ATTEINTES DE CES TROUBLES Fig. 13 : Prévalence des différents troubles mentaux repérés par le MINI en Poitou-Charentes et en France (en %) Prévalence Troubles mentaux repérés par le MINI Poitou-Charentes France métropolitaine Au moins un trouble 4 28,2 % 31,9 % * Trouble de l'humeur 12,4 % 13,6 % épisode dépressif (2 semaines) 9,8 % 11,0 % dont trouble dépressif récurrent (vie entière) 5,3 % 5,6 % dysthymie (2 dernières années) 2,6 % 2,4 % épisode maniaque (vie entière) 1,6 % 1,6 % Troubles anxieux 19,1 % 21,6 % * anxiété généralisée (6 derniers mois) 11,6 % 12,8 % phobie sociale (actuelle) 3,6 % 4,3 % troubles paniques (actuel) 3,9 % 4,2 % agoraphobie (actuelle) 1,8 % 2,1 % état de stress post traumatique (actuel) 0,5 % 0,7 % agoraphobie avec troubles paniques (actuelle) 0,4 % 0,5% Syndrome d'allure psychotique (vie entière) 3,0 % 2,7 % récurrent actuel 1,3 % 1,1 % récurrent passé 0,8 % 0,8 % isolé passé 0,8 % 0,5 % isolé actuel 0,1 % 0,2 % Troubles liés aux conduites addictives 5,5 % 6,0 % Consommation abusive d alcool 4,2 % 4,2 % Consommation abusive de drogue 2,2 % 2,5 % Risque suicidaire 14,1 % 13,7 % Léger 10,3 % 9,7 % Moyen 2,2 % 2,1 % Elevé 1,6 % 1,9 % * : différence statistiquement significative entre les résultats nationaux et ceux de Poitou-Charentes au seuil 5% Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Champ : Poitou-Charentes et France métropolitaine Personnes âgées de 18 ans et plus. Exploitation ORSPEC Plus du quart de l ensemble des personnes interrogées a été repéré comme ayant au moins un trouble de santé mentale 28% des personnes interrogées ont été repérées grâce à un questionnaire de détection médicale, le MINI, comme ayant un trouble de santé mentale. Cette prévalence est moins importante qu en France (32%). Il s agit le plus souvent de femmes et de jeunes (moins de 35 ans). Les personnes divorcées ou séparées, les célibataires, les personnes qui vivent seules, les personnes ayant un revenu familial 4 Au moins un trouble recensé par le MINI pour les troubles suivants : troubles dépressifs, troubles de l anxiété, troubles addictifs et troubles psychotiques. Rapport ORS n Mai 2007 p. 16

17 moins important (< 534 /mois) et les inactifs sont plus fréquemment identifiés comme ayant au moins un trouble. Enfin, 17% des personnes interrogées ont été diagnostiquées comme ayant au moins 2 troubles mentaux à la fois : ce sont surtout des personnes âgées de moins de 45 ans, des personnes séparées ou divorcées et des célibataires. 12% des personnes sont identifiées comme ayant un trouble de l humeur Cette prévalence est la même en France. En Poitou-Charentes, les troubles de l humeur touchent indifféremment les hommes et les femmes ; alors qu en France, la prévalence chez les femmes est plus élevée (15,2% contre 11,2%). Les moins de 35 ans, les personnes divorcées ou séparées, les chômeurs ou les étudiants ainsi que les personnes ayant un revenu familial moins important (< 534 /mois) sont plus souvent repérés comme ayant connu des troubles dépressifs. De plus, un dixième des personnes interrogées a été diagnostiqué comme ayant eu un épisode dépressif dans les deux semaines qui ont précédé l enquête (contre 11% en France, la différence étant à la limite de la significativité statistique). Moins de personnes repérées comme anxieuses en Poitou-Charentes qu en France En effet, les troubles anxieux concernent 19% des personnes interrogées en Poitou-Charentes et 22% en France. Les femmes, les moins de 35 ans (surtout les ans), les personnes séparées ou divorcées, les célibataires et les individus ayant un revenu familial mensuel inférieur à 534 sont plus souvent concernés par ce trouble. De même, les inactifs et les chômeurs puis les employés ont également une prévalence des troubles anxieux supérieure aux autres. L anxiété généralisée est le trouble anxieux le plus fréquemment identifié à travers le MINI (11,6% des personnes enquêtées en Poitou-Charentes). 3% des personnes repérées comme souffrant de syndromes d allure psychotique Cette prévalence est identique en France. Contrairement aux autres troubles, les hommes souffrent plus souvent de syndrome d allure psychotique que les femmes (3,7% contre 2,4%). Les troubles psychotiques récurrents actuels sont les plus fréquemment cités. Plus d une personne sur 20 a des troubles liés aux conduites addictives La prévalence régionale de troubles liés à l utilisation nocive ou à la dépendance d alcool et/ou de drogue est de 5,5% : 4,2% pour l alcool et 2,2% pour la drogue. Il n existe pas de différence significative avec la France. Comme pour les troubles psychotiques, les hommes sont plus souvent concernés que les femmes (9,2% contre 2,1%). Les jeunes, les célibataires et les personnes séparées ou divorcées sont également les plus fréquemment identifiés comme présentant ce type de trouble. Environ 1 personne sur 6 présente un risque suicidaire Ce risque est plus élevé chez les femmes, les jeunes (moins de 35 ans), les personnes divorcées ou séparées, les célibataires, ceux qui ont des revenus faibles, chez les chômeurs. En Poitou-Charentes, 1,6% des adultes présentent un risque suicidaire élevé, contre 1,9% en France. Rapport ORS n Mai 2007 p. 17

18 IV- PERCEPTION ET PRESENCE DE TROUBLES MENTAUX (AXE ANTHROPOLOGIQUE ET EPIDEMIOLOGIQUE) : LE FAIT DE PRESENTER UN TROUBLE INFLUENCE T-IL LA REPRESENTATION? EENN PPOOI II TTOOUU- -CCHHAARREENNTTEESS Les différentes réponses de l ensemble des personnes interrogées en Poitou-Charentes ainsi que celles des personnes ayant des troubles mentaux identifiés par le MINI se situent en annexe 3. Seules les réponses statistiquement différentes des réponses de l ensemble de l échantillon Picto-Charentais ont été précisées. Avoir au moins un trouble mental Globalement, le fait d avoir un trouble mental, diagnostiqué par le MINI, n influence pas les représentations du «fou», du «malade mental» ou du «dépressif», comme le montre la figure 14 (comparé à la figure 4 page 8). Excepté pour celui qui commet un inceste, qui est majoritairement associé à un «malade mental» par l ensemble des personnes interrogées, alors que pour ceux qui ont un trouble mental, ce comportement est l œuvre d un «malade mental» (à 49%) ou d un «fou» (à 36%). Fig. 14 : Comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon les personnes ayant au moins un trouble en Poitou-Charentes AVOIR AU MOINS UN TROUBLE FOU Meurtre Inceste Délire Viol Inceste MALADE MENTAL Violence proches Violence autres Discours bizarre Attardé Légende : Dangereux Anormaux DEPRESSIF Violence soi Pleure Tentative de suicide Isolé, en retrait Négligé, sale Crises, convulsions Comportement bizarre Alcool Drogue Anxieux AUCUN DES 3 Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Exploitation ORSPEC Grille de lecture : Voir page 8 de ce document Au niveau des actes violents, les personnes ayant été diagnostiquées comme ayant au moins un trouble mental, attribuent plus ces actes au «fou» et au «dépressif» et moins au «malade mental» ou à «aucun des 3» que l ensemble des personnes interrogées. Le fait de consommer régulièrement de l alcool est plus souvent, selon eux, associé à un «malade mental» ou à un «dépressif». Le fait de pleurer souvent, d avoir tenté de se suicider, d être violent envers soi-même sont jugés plus souvent comme des comportements normaux par ceux ayant un trouble que par les autres. Rapport ORS n Mai 2007 p. 18

19 De même, boire régulièrement de l alcool, battre régulièrement ses proches, faire des crises ou des convulsions, être négligé et isolé, en retrait sont plus souvent perçus comme des comportements dangereux par les personnes ayant un trouble que par les autres. Avoir un trouble de l humeur Ceux qui ont un trouble de l humeur attribuent de la même façon les comportements proposés au «fou», au «malade mental» et au «dépressif» que ceux ayant un trouble mental (cf. figure 14). Les personnes révélées dépressives par le questionnaire MINI associent plus les actes violents au «fou» et au «dépressif» et moins au «malade mental» ou à «aucun des 3» que l ensemble des personnes interrogées. De même, le fait de consommer régulièrement de l alcool est plus fréquemment attribué à un «fou», à un «malade mental» ou à un «dépressif» par ces personnes. Les personnes ayant un trouble de l humeur désignent plus couramment quelqu un qui délire, qui est négligé, sale ou encore qui est anxieux comme «dépressif». Le fait d être violent envers soi-même et d être déficient intellectuellement sont jugés plus fréquemment comme des comportements normaux par ceux ayant un trouble de l humeur que par les autres, et inversement, le fait d avoir un comportement bizarre et être négligé ou sale sont plus associés à un comportement anormal. Enfin, le fait de pleurer souvent, de boire régulièrement de l alcool, de faire des crises ou des convulsions, d avoir un comportement bizarre, d être négligé ou sale, d être isolé ou en retrait et, enfin, d être anxieux sont plus souvent perçus comme des comportements dangereux par les personnes dépressives que par les autres. Avoir un trouble anxieux Comme pour les troubles de l humeur, ceux qui ont un trouble anxieux ont les mêmes représentations que ceux ayant un trouble mental (cf. figure 14). Les personnes anxieuses associent plus les actes violents au «fou» et au «dépressif» et au «malade mental» et moins à «aucun des 3». De même, le fait de consommer régulièrement de l alcool est plus fréquemment attribué à un «malade mental» ou à un «dépressif» par ces personnes. A noter également que la représentation de «quelqu un d anxieux» est la même selon que la personne interrogée présente un trouble anxieux ou non, c est à dire qu elle est majoritairement associé à «aucun des 3». Au niveau de la normalité, aucune différence n est apparue selon la présence ou non de troubles anxieux chez la personne interrogée. Enfin, le fait de boire régulièrement de l alcool, de faire des crises ou des convulsions, d être négligé ou sale, d être isolé ou en retrait et, enfin, d être anxieux sont plus souvent perçus comme des comportements dangereux par les personnes anxieuses que par les autres. Avoir un syndrome d allure psychotique Au niveau global, peu de différences de représentation sont apparues entre les personnes repérées comme ayant des troubles psychotiques et celles qui n en ont pas. Cependant, ceux présentant des traits psychotiques considèrent que le viol est un acte que l on peut plus souvent attribuer à un «fou», à un «malade mental» et moins souvent à «aucun des 3». La violence envers soi-même est plus fréquemment considérée comme un acte «normal» (27% contre 13%). Enfin, tenir un discours bizarre est plus généralement perçu comme un comportement dangereux (25% contre 16%). Consommation abusive d alcool Les actes de violence ainsi que le fait de délirer, d halluciner sont plus globalement attribués au «fou» et «dépressif» et moins souvent au «malade mental» et à «aucun des 3». De plus, les personnes identifiées comme dépendantes à l alcool ou qui ont une utilisation nocive de l alcool, pensent plus souvent que les autres, que quelqu un qui prend régulièrement de l alcool est «dépressif» (36% contre 24). Alors que ce comportement était jugé comme anormal par 55% de l ensemble des personnes interrogées, il est alors considéré comme normal par 57% des personnes ayant un problème avec l alcool. Le fait de pleurer souvent, de consommer régulièrement des drogues, de délirer, et de tenir un discours bizarre et d être déficient intellectuel sont des comportements que les personnes atteintes de dépendance alcoolique jugent également plus souvent normaux que l ensemble des personnes interrogées. Consommer régulièrement de l alcool et/ou de la drogue est également considéré comme un comportement moins dangereux par les gens ayant des problèmes avec l alcool que les autres, ainsi que le fait de commettre un viol ou un inceste. Rapport ORS n Mai 2007 p. 19

20 Consommation abusive de drogue La population ayant une dépendance ou une utilisation nocive de drogue(s) ont des représentations différentes de celle de l ensemble de la population. Celles-ci sont illustrées sur la figure 15. Les personnes identifiées comme dépendantes à une drogue ou ayant pris une drogue dans l année écoulée, pensent nettement plus que les autres, que quelqu un qui prend régulièrement de la drogue n est ni «fou», ni «malade mental», ni «dépressif» («aucun des 3» : 80% vs 58%). De même, quelqu un qui délire, hallucine a un comportement attribué d abord au «malade mental» à 48% puis au «fou» (21%), alors que les consommateurs de drogue estiment que l on peut l attribuer en proportion identique au «malade mental» et à «aucun des 3». Quelqu un qui commet un meurtre, jugé dans l ensemble comme un acte associé à un «fou» et au «malade mental», est pour les personnes ayant un trouble lié à la drogue, plutôt attribué au «malade mental» puis à «aucun des 3». Avoir un comportement bizarre est plus souvent associé au «fou» et à «aucun des 3» par cette population. Au niveau de la normalité, les représentations changent également selon le fait de posséder au non ce trouble : ainsi, le fait de consommer régulièrement de la drogue ou de l alcool, de tenter de se suicider ou d être déficient intellectuel, alors jugés comme des comportements ou attitudes «anormaux» par l ensemble des personnes interrogées, sont considérés comme «normaux» par les consommateurs de drogue. Egalement, les comportements associés majoritairement au dépressif 5, les violences et le fait d avoir un discours bizarre sont considérés comme des actes plus normaux par ces personnes que par la totalité des personnes interrogées. Parallèlement, le fait de consommer de la drogue est un comportement considéré comme «peu dangereux» parmi ceux qui en consomment, alors que pour l ensemble des personnes interrogées, il s agit d un comportement «dangereux» (respectivement 46% contre 73%). La perception des consommateurs de drogue est déviée par rapport aux autres : il y a un déplacement et une restructuration des valeurs de notre société. Fig. 15 : Comportements et conduites associés au «fou», au «malade mental» au «dépressif» et jugés comme «anormaux» et «dangereux» selon les consommateurs de drogue en Poitou-Charentes FOU Légende : Dangereux Anormaux DEPRESSIF DEPENDANCE OU UTILISATION NOCIVE DE DROGUE MALADE Viol MENTAL Meurtre Pleure Délire Violence proches Violence autres Violence soi Tentative de de suicide Isolé, en retrait Inceste Délire Discours bizarre Attardé Attardé Meurtre Négligé, sale Crises, convulsions Comportement bizarre Alcool Drogue Anxieux AUCUN DES 3 Source : Enquête SMPG Ministère de la Santé et de la protection sociale, DREES-ASEP-CCOMS-EPSM-Lille-Métropole Exploitation ORSPEC 5 Pleurer souvent, tenter de se suicider, être isolé en retrait Rapport ORS n Mai 2007 p. 20

Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif

Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif Avril 2014 HANDICAP PSYCHIQUE ADULTES POITOU-CHARENTES ETAT DES LIEUX Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif Rapport n 158 Avril 2014 Handicap psychique en Poitou-Charentes

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France Dr Christine Cohidon Département Santé-Travail Institut de veille sanitaire UMRESTTE (Lyon) 1 Programme SAMOTRACE

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale Vivre avec un problème de santé mentale Un aperçu de l état de santé mentale de la population lanaudoise Résultats de l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes «Les troubles mentaux peuvent

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Gérard Bouvier, Liliane Lincot, Chantal Rebiscoul* En 2009, un peu plus de 600 000 personnes sont hébergées

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes

Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes Février 2014 TERRITOIRES DE SANTE TABLEAU DE BORD Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes FEVRIE SUICIDES ET TENTATIVES DE SUICIDE Rapport n 154 Février 2014

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Dares Analyses L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011

Dares Analyses L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011 Dares Analyses OCTOBRE 2013 n 066 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011 En 2011, 2 millions de

Plus en détail

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1 Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague Des pratiques uniformisées en Europe? Septembre 04 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

La couverture complémentaire santé des jeunes

La couverture complémentaire santé des jeunes La couverture complémentaire santé des jeunes en France et dans les Pays de la Loire 2013 Décembre www.santepaysdelaloire.com Auteur Sandrine David, Dr Anne Tallec, Observatoire régional de la santé (ORS)

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Février 2013. Sondage sur les français et leur pharmacie. Date : 05 mars 2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

Février 2013. Sondage sur les français et leur pharmacie. Date : 05 mars 2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Sondage sur les français et leur pharmacie Février 2013 Date : 05 mars 2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Toute publication totale ou partielle doit impérativement

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception,

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception, Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants Habitudes alimentaires, sexualité alcool, contraception, tabac, quel est l état de santé des étudiants en èmes 3 Assises de la santé étudiante Congrès de la

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Les coûts du stress en Suisse

Les coûts du stress en Suisse Staatssekretariat für Wirtschaft Secrétariat d Etat à l économie Segretariato di Stato dell'economia State Secretariat for Economic Affairs 12 septembre 2 Les coûts du stress en Suisse Etat de la question

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé. La santé. des étudiants en 2005

Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé. La santé. des étudiants en 2005 F N O R S Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé La santé des étudiants en 2005 4 e enquête Juin 2005 Sommaire Introduction 4 Méthode d'enquête 7 1 - Profil des étudiants 10 1.1 -

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Coûts sociaux du jeu dans les casinos

Coûts sociaux du jeu dans les casinos BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN BASS AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Coûts sociaux du jeu dans les

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Enquête Médecine prédictive

Enquête Médecine prédictive Enquête Médecine prédictive Mars 2015 Version n 1-BJ11234 Date : 12 mars 2015 From: Nadia AUZANNEAU/ Claire URBAN To: Karim OULD-KACI OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes «Une association de l analyse des réseaux sociaux à une perspective clinique des histoires et du contexte de

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail