LES PARCOURS PROFESSIONNELS ET LES FREINS PERIPHERIQUES A L EMPLOI DU PUBLIC DU PEVELE MELANTOIS CAREMBAULT. Octobre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PARCOURS PROFESSIONNELS ET LES FREINS PERIPHERIQUES A L EMPLOI DU PUBLIC DU PEVELE MELANTOIS CAREMBAULT. Octobre 2012"

Transcription

1 Octobre 2012

2 SOMMAIRE Introduction Page 3 1. Présentation de la démarche 2. Précautions méthodologiques Analyse de l adéquation entre projet professionnel et formation Page 5 1. Nature des besoins en formation perçus sur le territoire 2. Mise en œuvre des réponses aux besoins en formation analysés 3. Enjeux et pistes de travail Etude des freins périphériques à l emploi Page 9 1. Nature des grandes familles de freins périphériques perçus sur le territoire 2. Caractérisation des freins liés au repérage sur le marché du travail 3. Caractérisation des freins liés à la mobilité 4. Caractérisation des freins liés à la santé 5. Caractérisation des freins liés à l adaptation en entreprise 6. Enjeux et pistes de travail Approche des problématiques recensées auprès des différents publics Page Le public jeune non allocataire du RSA 2. Le public sénior non allocataire du RSA 3. Le public allocataire du RSA Annexes Page 20 Questionnaire utilisé dans le cadre de l enquête Définition des notions et méthodes utilisées dans le questionnaire 2

3 1. Présentation de la démarche Les données et les analyses proposées dans le présent document sont issues d une enquête menée en octobre 2011 dans le cadre du «Groupe Permanent Observatoire» animé par la Maison De l Emploi Pévèle Mélantois Carembault. Cette enquête territoriale vise à alimenter les réflexions des différents acteurs, instances ou groupes de travail œuvrant à l insertion, à l orientation ou au retour à l emploi des demandeurs d emploi fragilisés du Pévèle Mélantois Carembault. Les pistes de travail ou les enjeux généraux perçus à travers ce document ont vocation à être approfondis et opérationnalisés par les acteurs de terrain en vue d initier ou de développer des actions susceptibles de répondre aux difficultés du public. L enquête a donc pour principaux objectifs : - D apporter un éclairage sur le différentiel constaté entre le Pévèle Mélantois Carembault et l arrondissement de Lille en matière de croissance de la demande d emploi, - De caractériser les difficultés de retour à l emploi rencontrées par les publics prioritaires du territoire en termes de freins à l emploi et d adéquation entre projet et niveau de formation, - De définir les spécificités des différentes catégories de publics et des différents territoires afin d en déduire des enjeux et des pistes de travail. L enquête a consisté en la réalisation et en la consolidation de 300 études de cas de demandeurs d emploi accompagnés par les acteurs de l emploi du Pévèle Mélantois Carembault. Un questionnaire a permis aux professionnels de l emploi de remonter les situations individuelles de publics jeunes, allocataires du RSA et séniors en termes de projet professionnel, de besoin en formation et de freins périphériques à l emploi rencontrés. Le questionnaire utilisé est joint en annexe du présent document. Il précise, en particulier, la définition des différentes notions et méthodes de travail mobilisées dans le cadre de l enquête. Cette enquête a été mise en œuvre par l intermédiaire des directions, des chargés de missions et des conseillers socioprofessionnels des structures locales suivantes : - CCAS de Ronchin - CCAS de Lesquin - Mission Locale PMC - Office Intercommunal Services SIAME - PLEPS Lille Est - PLEPS Lille Ouest - PLIE Sud Est Métropole - Pôle emploi de Lille Postes Fluvial - Pôle emploi de Seclin - Pôle Interm Aide - R.G.P. de Seclin, de Ronchin et d Ostricourt Les éléments de commentaires et d analyses proposés dans ce document sont le résultat d une démarche de lecture partagée associant l ensemble des partenaires de l enquête réunis au sein du «Groupe Permanent Observatoire». 3

4 2. Précautions méthodologiques Subjectivité des analyses Dans le cadre de l enquête, les études de cas de demandeurs d emploi ont été réalisées en dehors de la présence de ces derniers, à partir de l expertise des conseillers socioprofessionnels et de la consultation des dossiers individuels du public. Il s agira d être attentif au fait que les résultats proposés reflètent uniquement la perception des professionnels de l emploi associés au projet vis-à-vis de la situation des personnes accompagnées. Analyse des spécificités Les raisonnements utilisés dans ce document sont basés sur les notions de spécificité et de surreprésentation des populations chez qui un besoin ou un frein donnés ont été perçus. La population globale étudiée se répartit, d une part, entre 55% d habitants de la petite couronne et 45% d habitants de la grande couronne, et d autre part, entre 37% de jeunes non allocataires du RSA, 3 de séniors non allocataires du RSA et 33% d allocataires du RSA tous âges confondus. On estimera que, si un public particulier est sur-représenté au sein de la population concernée par un frein ou un besoin donnés ces derniers concerneront plus spécifiquement ce public particulier. Généralisation des résultats et marges d erreurs L échantillon de demandeurs d emploi construit dans le cadre de l enquête est représentatif de la population étudiée. Néanmoins, la généralisation à l ensemble des demandeurs d emploi du territoire de statistiques élaborées à partir de 300 études de cas nécessite de tenir compte d un certain nombre de marges d erreurs dans la lecture des chiffres produits. Il faudra être vigilant à ne voir dans ces éléments que les grandes tendances de la réalité territoriale. De même, il est conseillé de n interpréter que les écarts importants constatés au sein des différentes variables. Redressement statistique Parmi les 300 études de cas programmées, 64 n ont pas été menées ou n ont été que partiellement complétées. Les résultats présentés ont donc fait l objet d un redressement statistique qui a consisté à transposer les caractéristiques du public ayant fait l objet d études de cas intégrales sur les personnes dont les problématiques n ont été que partiellement remontées. Ce redressement a, par ailleurs, permis de reconstituer un échantillon parfaitement représentatif de la structure de la population étudiée. On constatera que ce travail statistique ne bouleverse pas les grandes tendances dégagées. 4

5 Analyse de l adéquation entre projet professionnel et formation 5

6 1. Nature des besoins en formation perçus sur le territoire Quand un besoin en formation est repéré, il consiste d abord en un besoin en formation qualifiante ou en contrat de professionnalisation (29% du public enquêté). Ce besoin est proportionnellement plus souvent identifié chez le public jeune. Qualitativement, les besoins en qualification sont de natures très variées. Ils portent sur près de 40 domaines professionnels et niveaux de diplômes, depuis les «Master en ingénierie» jusqu aux «CAP Coiffure». Les autres types de besoins en formation sont plus rarement recensés par les conseillers. Des besoins en modules professionnels sont détectés chez 13% du public enquêté et des besoins en maîtrise des savoirs de base chez 12% du public. Ces besoins en formation concernent plus spécifiquement la population des demandeurs d emploi séniors. Qualitativement, les besoins perçus en modules professionnels sont caractérisés par des formations liées au permis de conduire, au permis CACES en logistique et au perfectionnement informatique (7 des besoins remontés). Les problématiques de maîtrise des savoirs de base concernent d abord les compétences de lecture, d écriture et de calcul puis, dans une moindre mesure, les questions de compréhension et d expression orale. Néanmoins, dans la plupart des cas, aucun besoin en formation particulier n est analysé. Ce constat est réalisé pour près d 1 personne enquêtée sur 2. Plus précisément, 45% de la population chez qui aucun besoin en formation n a été détecté est allocataire du RSA. Ces derniers, ainsi que les séniors, sont sousreprésentés dans le public ayant un besoin en qualification. Le fait que les personnes habitent la petite ou la grande couronne influence peu la nature des besoins en formation détectés. Seules les personnes chez qui un besoin en contrat de professionnalisation a été remonté se concentrent dans la petite couronne. Besoins en formation analysés auprès des demandeurs d emploi du PMC 4 46% 2 Aucun besoin en formation 12% 13% Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels 22% Besoin en Formation Qualifiante 7% Besoin en Contrat de Professionnalisation Besoins en formation analysés auprès des demandeurs d emploi en fonction du lieu d habitation 46% 47% 37% 54% 53% 63% Aucun besoin en formation Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels 52% 48% Besoin en Formation Qualifiante 31% 69% Besoin en Contrat de Professionnalisation Petite Couronne (55%) Grande Couronne (45%) Besoins en formation analysés auprès des demandeurs d emploi en fonction des typologies de publics 10 6% 19% 8 34% 51% 51% 14% % 94% 22% 23% 67% 2 21% 27% 26% Aucun besoin en Besoin en MSB, FLE, Besoin en Modules Besoin en Formation Besoin en Contrat de formation Illettrisme Professionnels Qualifiante Professionnalisation Jeunes Hors RSA (37%) RSA (3) Séniors Hors RSA (33%) 6

7 2. Mise en œuvre des réponses aux besoins en formation analysés Quand des besoins en formation sont perçus chez le public, ils sont généralement considérés par les conseillers comme indispensables à l accès à l emploi (de 64% à 85% des besoins analysés). La nature de ces besoins en formation détectés auprès du public varie en fonction des métiers ciblés par la population. Ainsi, les projets professionnels exprimés par les personnes ayant un besoin en formation qualifiante se répartissent de manière homogène parmi les 4 grandes familles de métiers. Les publics ayant un besoin en modules professionnels s orientent plutôt vers les services aux entreprises (34%) au détriment du commerce (3%). A l inverse, les personnes en recherche de contrat de professionnalisation s orientent prioritairement vers le commerce (49%). Enfin, les personnes recherchant un emploi dans les métiers de la santé et des services aux personnes sont sur-représentées parmi les publics ayant des besoins en maîtrise des savoirs de base (37%). Si la majorité des besoins en formation professionalisante et qualifiante perçus par les conseillers est validée avec le public, la proportion des besoins bénéficiant d une solution de mise en œuvre reste assez faible, notamment pour les modules professionnels (31%). La mise en œuvre de réponses aux besoins en maîtrise des savoirs de base détectés se heurte au fait que seuls 34% de ces besoins sont reconnus par le public concerné. Malgré cela, les conseillers parviennent à initier des réponses pour 4 des besoins en maîtrise des savoirs de base perçus, probablement en mobilisant auprès des demandeurs d emploi des solutions pédagogiques détournées. 10 Projet professionnel exprimé par le public en fonction des besoins en formation constatés 3% 8 21% 37% 34% 23% 22% % 14% 25% 26% 11% 22% 8% 22% 29% 2 24% 15% Aucun besoin en formation 25% 9% Besoin en MSB, FLE, Illettrisme 26% 3% Besoin en Modules Professionnels 25% Besoin en Formation Qualifiante 49% Besoin en Contrat de Professionnalisation Commerce, Hotellerie, Restauration (17%) Industrie, BTP, Maintenance, Agriculture (24%) Projet indéfini ou non validé (13%) Santé et Services aux Personnes (24%) Support à l'entreprise, Banque, Transport, Communication (21%) 9 Statuts des réponses aux besoins en formation remontés par les conseillers % 34% 4 64% 79% 71% 7 31% 49% 72% 78% 61% Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels Besoin en Formation Qualifiante Besoin en Contrat de Professionnalisation Formation indispensable pour l'accès à l'emploi Besoin en formation validé avec la personne Solution en cours de mise en œuvre 7

8 3. Enjeux et pistes de travail Dans le cadre de l enquête, les réflexions sur l adéquation entre le projet professionnel et la formation des demandeurs d emploi du territoire ont été menées à travers l analyse des besoins en formation détectés par les conseillers auprès de chaque demandeur d emploi enquêté. Les données de l enquête permettent de dégager trois grands enjeux et pistes de travail à l échelle du Pévèle Mélantois Carembault. Affiner le déploiement des dispositifs de formation Chacun des différents besoins en formation identifiés sur le territoire semble se concentrer sur une typologie de publics particulière. Ces spécificités pourraient être prises en compte dans les stratégies territoriales de sensibilisation du public local sur les dispositifs de formation et de développement des actions de formation : - Les besoins en formation qualifiante se concentrent chez les jeunes. Toutes les grandes familles de métiers sont représentées parmi les projets professionnels formulés par la population concernée par ce besoin, - Les besoins en modules professionnels se concentrent chez les séniors. Les projets professionnels vers les métiers des services aux entreprises sont sur-représentés dans la population concernée par ce besoin, - Les besoins en maîtrise des savoirs de base se concentrent chez les séniors. Les projets professionnels vers les métiers des services aux personnes et de la santé sont sur-représentés dans la population concernée par ce besoin, - Les besoins en contrat de professionnalisation se concentrent chez les jeunes. Les projets professionnels vers les métiers du commerce, de l hôtellerie et de la restauration sont surreprésentés dans la population concernée par ce besoin. Appuyer les acteurs locaux dans le champ du développement de la formation La part des publics chez qui aucun besoin en formation n a été détecté, le poids des allocataires du RSA dans cette population et la proportion des besoins validés mais ne bénéficiant pas de solution de mise en œuvre interrogent la manière dont les acteurs locaux abordent ces questions avec le public accompagné. Une réflexion territoriale pourrait être particulièrement menée autour : - De la sensibilisation des allocataires du RSA et des séniors à l intérêt du recours à la formation, notamment qualifiante, comme levier de l accès à l emploi, - De l accompagnement des conseillers dans la détection et la réponse aux besoins en formation du public au regard du projet professionnel. Par ailleurs, la faible proportion des besoins en maîtrise des savoirs de base reconnus par le public et le paradoxe apparent lié au volume de besoins bénéficiant d une solution mise en œuvre suggèrent une réflexion sur la création de leviers pédagogiques «alternatifs» dans ce domaine. Développer les ressources de financements mobilisables Au cours de l activité des acteurs de l emploi, l analyse et l organisation de réponses aux besoins en formation du public sont influencées par la disponibilité financière et pédagogique de l offre. Si ce constat permet de nuancer les réflexions sur le déploiement des dispositifs de formation et l appui aux conseillers, il illustre aussi l intérêt de développer des démarches de sensibilisation aux besoins du territoire vers les grands financeurs de formations : Région, Pôle Emploi et Département. Il semblerait intéressant de centrer une telle démarche institutionnelle sur les ressources mobilisables pour développer l offre en modules professionnels en direction des demandeurs d emploi séniors. En effet, ces derniers apparaissent spécifiquement concernés par ce champ de formation caractérisé par une proportion particulièrement importante de besoins détectés mais ne bénéficiant pas de solution de mise en œuvre. 8

9 Etude des freins périphériques à l emploi 9

10 1. Nature des grandes familles de freins périphériques perçus sur le territoire Les conseillers du territoire considèrent que, dans 67% des cas analysés, les personnes accompagnées cumulent de 2 à 4 grandes familles de freins périphériques à l emploi. Les freins les plus souvent repérés sont liés aux difficultés de repérage sur le marché du travail (76% des publics enquêtés), aux capacités financières (61%, essentiellement à travers une insuffisance de revenus) et à la mobilité (6). Les différentes typologies de publics et les deux territoires sont représentés de manière homogène dans la population concernée par les freins de repérage sur le marché du travail et de mobilité. La sous-représentation des allocataires du RSA parmi le public concerné par des freins financiers (19%) met en exergue les difficultés de ressources des jeunes et des séniors ne bénéficiant pas de la couverture des minima sociaux. Des freins liés aux difficultés d adaptation à l entreprise et à la santé sont identifiés chez un peu plus du tiers des personnes enquêtées. Les habitants de la grande couronne sont sur-représentés parmi les publics touchés par les questions d adaptation à l entreprise (57% des publics concernés). Les séniors sont proportionnellement plus nombreux au sein des publics rencontrant des problématiques de santé (52%). Les trois familles de freins les moins souvent perçues sont constituées par le logement, la garde d enfants (d abord à travers des difficultés d organisation familiale) et les difficultés administratives. En dehors du logement, les allocataires du RSA apparaissent systématiquement sur-représentés parmi la population concernée par ces freins. Si les difficultés administratives se concentrent dans la grande couronne, les freins liés à la garde d enfants se situent plutôt dans la petite couronne % Difficultés d'adaptation à l'entreprise Grandes familles de freins à l emploi perçus chez des demandeurs d emploi du PMC 76% Difficultés de repérage sur le marché du travail 6 16% 61% Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants 11% 11% Difficultés administratives 37% Freins santé Grandes familles de freins à l emploi perçus chez les demandeurs d emploi selon le lieu d habitation 29% 57% 48% 46% 43% 49% 54% 52% % 52% 54% 57% 51% 71% 46% 48% Difficultés d'adaptation à l'entreprise Difficultés de repérage sur le marché du travail Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants Difficultés administratives Freins santé Petite Couronne (55%) Grande Couronne (45%) Grandes familles de freins à l emploi perçus chez les demandeurs d emploi selon les typologies de publics 36% 37% 29% 23% 32% 29% 19% 35% 4 41% 45% 4 Difficultés d'adaptation à l'entreprise Difficultés de repérage sur le marché du travail 27% 26% 41% 27% 31% 67% Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants 6% 41% 28% Difficultés administratives Jeunes Hors RSA (37%) RSA (3) Séniors Hors RSA (33%) 52% 3 17% Freins santé 10

11 2. Caractérisation des freins liés au repérage sur le marché du travail En volume, cette grande famille de freins concerne d abord les personnes d un niveau inférieur au bac (8 des publics chez qui ces freins ont été détectés) et les demandeurs d emploi de très longue durée (43%). Néanmoins, ces deux catégories de publics ne sont pas sur-représentées dans la population concernée par ces freins. Les freins liés au repérage sur le marché du travail perçus auprès de la population sont d abord caractérisés par des questions de découragement / démobilisation (49% du public concerné) puis par des enjeux de valorisation des compétences (46%) et de manque d autonomie (42%). Les freins liés à la difficulté à choisir un projet professionnel restent en retrait parmi les problématiques remontées par les conseillers socioprofessionnels. Les conseillers estiment que 71% des publics chez qui des difficultés liées au repérage sur le marché du travail ont été détectées cumulent de 1 à 3 freins périphériques supplémentaires. Ces freins supplémentaires sont de natures relativement variées. Ils sont caractérisés aussi bien par des difficultés de mobilité, par des freins financiers, par des enjeux d adaptation à l entreprise et par des questions de santé. Les 3 autres grandes familles de freins sont perçues dans une moindre mesure au sein de la population concernée. Caractéristiques du public chez qui des freins liés au repérage sur le marché du travail sont perçus Niveau de formation Durée de chômage 8% 12% 13% 28% 8 43% 16% Inférieur au bac (79%) Bac (14%) Supérieur au bac (7%) Moins d'1 an (27%) De 1 à 2 ans (18%) Plus de 2 ans (45%) Non renseigné (1) Typologie détaillée des freins de repérage sur le marché du travail détectés % 46% 42% 3 Découragement - démobilisation Valorisation des compétences Manque d autonomie Difficulté à choisir un projet pro 4 Freins supplémentaires constatés auprès du public ayant des difficultés de repérage sur le marché du travail 2 33% 32% 25% 25% 23% 22% 18% 15% 14% 14% Revenu insuffisant Difficulté d ordre Pas de véhicule physique personnel Aucun revenu Autres difficultés de savoir-être Incapacité à obtenir le permis Difficulté à s intégrer en équipe Difficulté d ordre psychologique Réseau de transport inadapté Difficulté avec la hiérarchie 11

12 3. Caractérisation des freins liés à la mobilité En volume, cette grande famille de freins concerne d abord les personnes d un niveau inférieur au bac (83% des publics chez qui ces freins ont été détectés) et les demandeurs d emploi de très longue durée (46%). Néanmoins, ces deux catégories de publics ne sont pas sur-représentées dans la population concernée par ces freins. Les freins liés à la mobilité perçus auprès du public sont d abord caractérisés par l impossibilité d utiliser une voiture. Soit parce que les personnes n ont pas accès à un véhicule personnel (43% des personnes concernées) soit parce qu elles sont dans l incapacité à obtenir le permis (29%). Les problématiques liées aux dispositifs de transports en commun (inadaptation ou coût) et la réticence des publics à la mobilité sont perçues par les conseillers comme des freins secondaires. Les conseillers estiment que 7 des publics chez qui des difficultés liées à la mobilité ont été détectées cumulent de 1 à 3 freins périphériques supplémentaires. Ces freins supplémentaires sont essentiellement constitués par des difficultés de repérage sur le marché du travail (42% des publics ayant des difficultés de mobilité rencontrent un frein lié au découragement, 39% à la valorisation des compétences et 38% à un manque d autonomie) et par des difficultés financières (31% des publics concernés ont un revenu insuffisant et 27% n ont aucun revenu). Les autres typologies de freins (autres difficultés de savoir être, santé physique ou psychologique, choix d un projet professionnel, intégration en équipe ) sont perçues dans une moindre mesure auprès du public concerné. Ces dernières apparaissent, par ailleurs, peu liées aux problématiques de mobilité. Caractéristiques du public chez qui des freins liés à la mobilité sont perçus Niveau de formation Durée de chômage 13% 4% 12% 21% 83% 46% 22% Inférieur au bac (79%) Bac (14%) Supérieur au bac (7%) Moins d'1 an (27%) De 1 à 2 ans (18%) Plus de 2 ans (45%) Non renseigné (1) Typologie détaillée des freins de mobilité détectés % 29% 25% 19% 17% Pas de véhicule personnel Incapacité à obtenir le permis Réseau de transport inadapté Réticences à la mobilité Frein financier pour train / bus Freins supplémentaires constatés auprès du public ayant des difficultés de mobilité % 39% 38% 31% 27% 27% 25% 2 16% 16% Découragement Valorisation des - démobilisation compétences Manque d autonomie Revenu insuffisant Autres difficultés de savoir-être Aucun revenu Difficulté d ordre physique Difficulté à choisir un projet pro Difficulté d ordre psychologique Difficulté à s intégrer en équipe 12

13 4. Caractérisation des freins liés à la santé Cette grande famille de freins concerne d abord les personnes d un niveau inférieur au bac et les demandeurs d emploi de très longue durée. Ils sont à la fois les plus nombreux et sur-représentés parmi le public chez qui ces freins ont été détectés (respectivement 86% et 62%). Quand les conseillers analysent et remontent dans le cadre de l enquête des problématiques liées à la santé, celles-ci portent d abord sur des difficultés d ordre physique (8 des personnes concernées par des freins de santé). Des difficultés d ordre psychologique sont perçues chez 37% des personnes auprès desquelles une problématique de santé a été détectée. Par ailleurs, 17% des publics rencontrant un frein de santé cumulent des difficultés physiques et psychologiques. Les conseillers estiment que 7 des publics chez qui des difficultés liées à la santé ont été détectées cumulent de 1 à 3 freins périphériques supplémentaires. Ces freins supplémentaires sont essentiellement constitués par des difficultés de repérage sur le marché du travail (51% des publics ayant des difficultés de santé rencontrent un frein lié au découragement, 42% à un manque d autonomie, 32% au choix d un projet professionnel et 24% à la valorisation des compétences) et par des difficultés d adaptation à l entreprise (29% des publics concernés rencontrent d autres difficultés de savoir être, 22% ont des difficultés d intégration en équipe et 21% possèdent des difficultés avec la hiérarchie). Les 5 autres grandes familles de freins touchent la population concernée dans une moindre mesure. Caractéristiques du public chez qui des freins liés à la santé sont perçus Niveau de formation Durée de chômage 1 4% 15% 11% 11% 86% Inférieur au bac (79%) Bac (14%) Supérieur au bac (7%) 62% Moins d'1 an (27%) De 1 à 2 ans (18%) Plus de 2 ans (45%) Non renseigné (1) 8 Typologie détaillée des freins de santé détectés 4 8 Difficulté d ordre physique 37% Difficulté d ordre psychologique 6 Freins supplémentaires constatés auprès du public ayant des difficultés de santé % 42% 33% 32% 29% 26% 24% 22% 21% 21% Découragement - démobilisation Manque d autonomie Revenu insuffisant Difficulté à Autres difficultés Pas de véhicule Valorisation des choisir un projet pro de savoir-être personnel compétences Difficulté à s intégrer en équipe Réticences à la Difficulté avec la mobilité hiérarchie 13

14 5. Caractérisation des freins liés à l adaptation à l entreprise Cette grande famille de freins concerne d abord les personnes d un niveau inférieur au bac et les demandeurs d emploi de très longue durée. Ils sont à la fois les plus nombreux et sur-représentés parmi le public chez qui ces freins ont été détectés (respectivement 86% et 57%). Les conseillers perçoivent parmi la population enquêtée un nombre significatif de personnes concernées par des difficultés objectives et factuelles d adaptation à l entreprise (difficultés de relation avec la hiérarchie, de ponctualité ou d intégration en équipe). Néanmoins, dans près de 6 cas sur 10, les conseillers estiment que les demandeurs d emploi sont confrontés à d «autres difficultés de savoir-être» qui renvoient à la capacité des publics à appréhender les codes subjectifs et non formalisés du monde de l entreprise (codes moraux, codes vestimentaires ). Les conseillers estiment que 57% des publics chez qui des difficultés liées à l adaptation à l entreprise ont été détectées cumulent de 1 à 3 freins périphériques supplémentaires. Ces freins supplémentaires sont d abord constitués par des difficultés de repérage sur le marché du travail (48% des publics ayant des difficultés d adaptation à l entreprise rencontrent un frein lié au découragement, 42% au manque d autonomie, 31% à la définition d un projet professionnel et 29% à la valorisation des compétences). Les 6 autres grandes familles de freins touchent la population concernée dans une moindre mesure. Caractéristiques du public chez qui des freins liés à l adaptation à l entreprise sont perçus Niveau de formation Durée de chômage 9% 5% 14% 12% 17% 86% 57% Inférieur au bac (79%) Bac (14%) Supérieur au bac (7%) Moins d'1 an (27%) De 1 à 2 ans (18%) Plus de 2 ans (45%) Non renseigné (1) 6 Typologie détaillée des freins d adaptation à l entreprise détectés 4 58% % 25% Autres difficultés de savoir-être Difficulté à s intégrer en équipe Difficulté avec la hiérarchie Difficulté à être à l heure Freins supplémentaires constatés auprès du public ayant des difficultés d adaptation à l entreprise % 42% 39% 31% 3 29% 28% 26% 24% 22% Découragement - démobilisation Manque d autonomie Difficulté d ordre physique Difficulté à choisir un projet pro Revenu insuffisant Valorisation des compétences Réticences à la mobilité Incapacité à Difficulté d ordre obtenir le permis psychologique Aucun revenu 14

15 6. Enjeux et pistes de travail Dans le cadre de l enquête, les réflexions sur les questions liées aux freins périphériques à l emploi ont été menées via la consolidation des problématiques individuelles analysées par les conseillers. Les données de l enquête permettent de dégager trois grands enjeux et pistes de travail à l échelle du Pévèle Mélantois Carembault. Développer ou renforcer les actions en direction des 3 principales familles de freins détectés Si les difficultés financières constituent la 2ème grande famille de freins à l emploi la plus souvent perçue, cette piste de travail semble complexe à traiter car ces problématiques semblent inhérentes aux faibles revenus liés aux situations de chômage des personnes accompagnées. Néanmoins, il semble intéressant d aborder les questions touchant à la levée des problématiques liées au repérage sur le marché du travail, à la mobilité et à la santé qui constituent les trois autres grandes familles de freins les plus repérées sur le territoire. Une réflexion sur ces sujets pourrait prendre en compte les différents caractères spécifiques de ces familles de freins : - Les freins liés au repérage sur le marché du travail se répartissent parmi toutes les catégories de publics. La gestion de ces questions semble devoir concilier des approches multidimensionnelles traitant à la fois du découragement, de l autonomie, de la valorisation des compétences mais aussi de la plupart des autres familles de freins à l emploi. - Les freins liés à la mobilité se répartissent parmi toutes les catégories de publics. Sur un territoire comme le Pévèle Mélantois Carembault, l accès à un véhicule personnel reste perçu par les conseillers comme le principal moyen de lever ces freins. Par ailleurs, l approche complémentaire du repérage sur le marché du travail et des freins financiers apparaît être un levier pertinent pour traiter des questions de mobilité. - Les freins liés à la santé se concentrent plutôt chez les demandeurs d emploi séniors, les publics peu formés et les chômeurs de très longue durée. Le traitement de ces problématiques, qui apparaissent essentiellement caractérisées par des difficultés d ordre physique, semble devoir impacter de manière importante les enjeux de repérage sur le marché du travail et d adaptation à l entreprise perçus chez le public. Approfondir la réflexion territoriale sur l intégration et l adaptation des publics en entreprise Des freins liés à l adaptation à l entreprise sont régulièrement détectés par les conseillers du territoire. La population de la grande couronne, les personnes de bas niveau de qualification et les demandeurs d emploi de très longue durée sont sur-représentés dans le public concerné. Néanmoins, l importance des «autres difficultés de savoir-être» remontées dans le cadre de l étude illustre le caractère intangible de ces questions d adaptation à l entreprise. Elles relèvent de «codes» souvent peu formalisés par les entreprises et donc difficiles à appréhender par les demandeurs d emploi et à traiter par les conseillers socio-professionnels. Une étude permettant d objectiver et de rendre lisible sur le territoire les représentations respectives des employeurs, du public et des acteurs de l emploi en matière de savoir-être indispensables dans l entreprise enrichirait l approche initiée ici. Elle permettrait d optimiser les pratiques de placement et de maintien dans l emploi en précisant de manière concrète et opérationnelle ces notions de savoir-être qui sont centrales sur le marché du travail mais qui restent encore peu définies. Initier des projets ciblés en matière de garde d enfants et de levée des freins administratifs Si les freins liés à la garde d enfants et aux difficultés administratives sont identifiés parmi un nombre relativement faible de personnes enquêtées, ils semblent concerner plus particulièrement les demandeurs d emploi allocataires du RSA. Le développement, en direction de ce public particulièrement fragilisé, de stratégies ou de dispositifs particuliers dédiés à la garde d enfants et à la levée des freins administratifs pourrait constituer un champ d actions pertinent à l échelle du territoire. Une telle démarche pourrait intégrer les spécificités des deux couronnes du Pévèle Mélantois Carembault en la matière. 15

16 Approche des problématiques recensées auprès des différents publics 16

17 1. Le public jeune non allocataire du RSA Les besoins en formation et les freins à l emploi perçus auprès de la population jeune correspondent aux grandes tendances observées globalement parmi l ensemble de la population étudiée. La majorité de ce public cumule de 2 à 4 freins à l emploi. Cependant, ce public peut être caractérisé par la part importante de personnes chez qui un besoin en contrat de professionnalisation ou en formation qualifiante est détecté. De même, les grandes familles de freins à l emploi suivantes sont sur-représentées au sein de la population jeune : - Freins de repérage sur le marché du travail caractérisés d abord par des difficultés à valoriser les compétences puis par du découragement et un manque d autonomie et enfin, dans une moindre mesure, par des difficultés à choisir un projet professionnel, - Freins de mobilité caractérisés d abord par l absence de véhicule personnel utilisable puis par un réseau de transport inadapté, des freins financiers d accès au réseau et l incapacité à passer le permis et enfin, dans une moindre mesure, par des réticences à la mobilité, - Difficultés financières caractérisées d abord par l absence de revenu puis, dans une moindre mesure, par l existence d un revenu insuffisant et le surendettement. Besoins en formation analysés auprès des jeunes non allocataires du RSA 4 39% 46% 2 26% 12% 9% 13% 9% 22% 7% 17% Aucun besoin en formation Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels Besoin en Formation Qualifiante Besoin en Contrat de Professionnalisation Tout public Jeunes Hors RSA 9 Familles de freins à l emploi perçus chez le public jeune non allocataire du RSA 6 76% 81% 6 66% 61% 65% 3 34% 32% 16% 19% 11% 2% 11% 8% 37% 17% Difficultés d'adaptation à l'entreprise Difficultés de repérage sur le marché du travail Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants Difficultés administratives Tout public Freins santé Jeunes Hors RSA Nombre de familles de freins à l emploi constatées par personne % 64% 2 3% 4% 15% 15% 16% 17% Aucun frein 1 frein 2 à 4 freins Plus de 5 freins Tout public Jeunes Hors RSA 17

18 2. Le public sénior non allocataire du RSA Les besoins en formation et les freins à l emploi perçus auprès de la population sénior correspondent aux grandes tendances observées globalement parmi l ensemble de la population étudiée. La grande majorité de ce public cumule de 2 à 4 freins à l emploi. Cependant, ce public peut être caractérisé par la part importante de personnes chez qui un besoin en maîtrise des savoirs de base ou en modules professionnels est détecté. De même, les grandes familles de freins à l emploi suivantes sont sur-représentées au sein de la population sénior : - Freins de repérage sur le marché du travail caractérisés d abord par des difficultés à valoriser les compétences puis par du découragement et enfin, dans une moindre mesure, par un manque d autonomie et des difficultés à choisir un projet professionnel, - Freins de santé caractérisés essentiellement par des difficultés d ordre physique puis, dans une moindre mesure, par des difficultés d ordre psychologique, - Difficultés financières caractérisées d abord par l existence d un revenu insuffisant puis, dans une moindre mesure, par le surendettement et l absence de revenu. Besoins en formation analysés auprès des séniors non allocataires du RSA 4 46% 48% 2 12% 19% 13% 2 22% 13% 7% Aucun besoin en formation Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels Besoin en Formation Qualifiante Besoin en Contrat de Professionnalisation Tout public Séniors Hors RSA 9 Familles de freins à l emploi perçus chez le public sénior non allocataire du RSA % 38% Difficultés d'adaptation à l'entreprise 76% 85% Difficultés de repérage sur le marché du travail % 13% Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants 61% 77% 11% 9% 11% 11% Difficultés administratives Tout public 37% 59% Freins santé Séniors Hors RSA Nombre de familles de freins à l emploi constatées par personne 67% 77% 3% 1% 15% 5% 16% 17% Aucun frein 1 frein 2 à 4 freins Plus de 5 freins Tout public Séniors Hors RSA 18

19 3. Le public allocataire du RSA Les besoins en formation et les freins à l emploi perçus auprès de la population allocataire du RSA correspondent aux grandes tendances observées globalement parmi l ensemble de la population étudiée. La majorité de ce public cumule de 2 à 4 freins à l emploi. Cependant, ce public peut être caractérisé par la part importante de personnes chez qui aucun besoin en formation n est détecté même si ce constat interroge la manière dont les demandeurs d emploi et les conseillers appréhendent ces questions. Par ailleurs, les grandes familles de freins à l emploi suivantes sont sur-représentées au sein de la population allocataire du RSA : - Freins de garde d enfants caractérisés d abord par des difficultés d organisation familiale puis, dans une moindre mesure, par des freins financiers d accès aux prestations et l existence d une offre de services insuffisante, - Difficultés administratives caractérisées essentiellement par l absence de couverture sociale, - Freins de mobilité caractérisés d abord par l absence de véhicule personnel utilisable puis par l incapacité à passer le permis et des réticences à la mobilité et enfin, dans une moindre mesure, par un réseau de transport inadapté et des freins financiers d accès au réseau. Besoins en formation analysés auprès des allocataires du RSA 6 69% 4 46% 2 12% 9% 13% 1 22% 1 7% 1% Aucun besoin en formation Besoin en MSB, FLE, Illettrisme Besoin en Modules Professionnels Besoin en Formation Qualifiante Besoin en Contrat de Professionnalisation Tout public Allocataires du RSA 9 Familles de freins à l emploi perçus chez le public allocataire du RSA 6 76% 57% 6 64% 61% 3 34% 33% 16% 15% 38% 11% 24% 11% 15% 37% 37% Difficultés d'adaptation à l'entreprise Difficultés de repérage sur le marché du travail Freins mobilité Freins logement Freins financiers Difficulté de garde d'enfants Difficultés administratives Tout public Freins santé Allocataires du RSA Nombre de familles de freins à l emploi constatées par personne % 59% 2 3% 3% 15% 25% 16% 14% Aucun frein 1 frein 2 à 4 freins Plus de 5 freins Tout public Allocataires du RSA 19

20 Annexes 20

LES BESOINS EN FORMATION ET LES FREINS A L EMPLOI DU PUBLIC SUR 5 TERRITOIRES DE L ARRONDISSEMENT DE LILLE

LES BESOINS EN FORMATION ET LES FREINS A L EMPLOI DU PUBLIC SUR 5 TERRITOIRES DE L ARRONDISSEMENT DE LILLE LES BESOINS EN FORMATION ET LES FREINS A L EMPLOI DU PUBLIC SUR 5 TERRITOIRES DE L ARRONDISSEMENT DE LILLE - LIVRET 2 - Analyse des freins périphériques à l emploi 2 Présentation de la démarche.......

Plus en détail

Etude inter. - Maisons De l Emploi - arrondissement de Lille

Etude inter. - Maisons De l Emploi - arrondissement de Lille Etude inter - Maisons De l Emploi - arrondissement de Lille LES BESOINS EN FORMATION ET LES FREINS A L EMPLOI DU PUBLIC SUR 5 TERRITOIRES DE L ARRONDISSEMENT DE LILLE - LIVRET 1 - Analyse des besoins en

Plus en détail

- LIVRET 3 - Analyse des typologies de demandeur d emploi

- LIVRET 3 - Analyse des typologies de demandeur d emploi LES BESOINS EN FORMATION ET LES FREINS A L EMPLOI DU PUBLIC SUR 5 TERRITOIRES DE L ARRONDISSEMENT DE LILLE - LIVRET 3 - Analyse des typologies de demandeur d emploi 2 Présentation de la démarche.... 4

Plus en détail

La ressource humaine dans l arrondissement de Lille

La ressource humaine dans l arrondissement de Lille COMITÉ DE BASSIN D'EMPLOI LILLE MÉTROPOLE Ensemble pour l emploi sur Lille Métropole dans l arrondissement de Lille Septembre 2012 Tome III : Les Métiers exercés sur les territoires des Maisons de l Emploi

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI LA MOBILITÉ UN ATOUT POUR L EMPLOI MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI BILAN Première année d activité Juillet 2014 Tmobil : Un service d accompagnement à la mobilité Ce dispositif a pour but d intégrer

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Conseiller en insertion professionnelle

Conseiller en insertion professionnelle Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 05/01/2016. Fiche formation Conseiller en insertion professionnelle - N : 0076831 - Mise à jour : 07/12/2015 Conseiller en insertion

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Remontée des besoins des. 18 septembre 2012

Remontée des besoins des. 18 septembre 2012 Remontée des besoins des participants PLIE 18 septembre 2012 Contexte Economique Évolution du chômage (cat. ABC et A de juin 2011 à juin 2012) DEFM cat ABC juin 2012 Evolution sur un an DEFM cat A juin

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Rappel du contexte et du contenu de l accord

Rappel du contexte et du contenu de l accord BILAN DE L EXPERIMENTATION FAVORISANT L ACCES DES JEUNES A L EMPLOI Rappel du contexte et du contenu de l accord La collaboration entre le CNML et le groupe CRIT s est formalisée à travers un accord de

Plus en détail

Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France

Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France Étude réalisée par : la CGPME Paris Ile de France Échantillons: Dirigeants d Entreprises Échantillon de

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste».

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste». CONTRIBUTION DE POLE EMPLOI Contrat de ville 2015-2020 Métropole Rouen Normandie Contribution écrite de Pôle emploi Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Tableau de Bord. du Pévèle Mélantois Carembault Données du 1er trimestre 2010. L'observatoir. Emploi Activité Formation. Sommaire

Tableau de Bord. du Pévèle Mélantois Carembault Données du 1er trimestre 2010. L'observatoir. Emploi Activité Formation. Sommaire Tableau de Bord Juillet du Pévèle Mélantois Carembault 21 Données du 1er trimestre 21 Même si elle suit toujours une hausse inquiétante (5 % depuis le 1er trimestre ), la croissance du nombre de demandeurs

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur de la comptabilité - paie Métier ciblé : gestionnaire de paie Action collective

Plus en détail

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Loi n 2008-1249 du 1 er décembre 2008

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Loi n 2008-1249 du 1 er décembre 2008 REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Loi n 2008-1249 du 1 er décembre 2008 Ce document a été réalisé sur la base d une hypothèse de transfert d une synthèse des éléments contenus dans IODAS RSA aux RGP au moment

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

ETUDE TPE Evolution de l emploi et pratiques RH

ETUDE TPE Evolution de l emploi et pratiques RH VERS UNE GESTION PREVISIONNELLE TERRITORIALE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES Evolution de l emploi et pratiques RH Cellule de veille Aire Urbaine ORDRE DU JOUR Ordre du jour Ouverture par Gérard BAILLY

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Repères & Analyses Enquête

Repères & Analyses Enquête Avril 2014 ETUDES ET STATISTIQUES Repères & Analyses Enquête Direction régionale Languedoc-Roussillon Besoins en Main d Oeuvre 2014 Chiffres clés 2014 2 760 projets de recrutement sur le bassin d emploi

Plus en détail

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Oi Orientation ti et accompagnement des bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Le Revenu de solidarité active Loi du 1er décembre 2008 généralise é le revenu de solidarité ité active

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches»

1. Contexte de l élaboration de l outil. 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Plan de l exposé «Solutions de mobilité en Brabant wallon» 1. Contexte de l élaboration de l outil 2. Objectifs de l outil 3. Formes de l outil : «Un arc à trois flèches» Contexte de l élaboration de l

Plus en détail

Repères & Analyses Enquête

Repères & Analyses Enquête Mai 2012 ETUDES ET STATISTIQUES Repères & Analyses Enquête Direction régionale Languedoc-Roussillon Besoins en Main d Oeuvre 2012 Chiffres clés 2012 15 130 projets de recrutement sur le département des

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION

AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE CHARGÉ(E) DE MISSION PROJETS INNOVANTS SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction du Développement

Plus en détail

3. Evolution des activités et des compétences de l Action sociale

3. Evolution des activités et des compétences de l Action sociale 3. Evolution des activités et des compétences de l 3.1 Au plan des activités Les tendances d évolution évoquées dans le chapitre précédent ne semblent pas modifier la nature intrinsèque des activités de

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Préparation au concours d'infirmier

Préparation au concours d'infirmier Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 26/11/2015. Fiche formation Préparation au concours d'infirmier - N : 9880 - Mise à jour : 16/11/2015 Préparation au concours d'infirmier

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

L offre de service Pôle emploi mobilisée et adaptée aux besoins des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

L offre de service Pôle emploi mobilisée et adaptée aux besoins des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers Contribution de Pôle emploi au pilier 3 du contrat de ville de Rouen Métropole Quartiers Rouen : Grammont Sotteville-lès-Rouen Saint-Etienne-du-Rouvray : Buisson-Gallouen Eléments du diagnostic territorial

Plus en détail

Contexte de l expérimentation

Contexte de l expérimentation CAHIER DES CHARGES Objet de la prestation : Assistance à maîtrise d ouvrage auprès de l Agence nationale de lutte contre l illettrisme relatif à l accompagnement en région Rhône-Alpes, des CFA du CCCA

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Jean-François Giret, IREDU-CNRS, Université de Bourgogne Conférence de l AFDET, Nantes, 13 février 2013

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Santé au travail. Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études

Santé au travail. Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études O bservatoire R é g ional de la S anté de M idi-py rénées Santé au travail Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études Afin de conduire des actions de santé au travail

Plus en détail

Nos solutions & prestations RH

Nos solutions & prestations RH Nos solutions & prestations RH 2 solutions RH Préparation Opérationnelle à l Emploi (POE) Contrat de Professionnalisation 2 prestations RH Pré-recrutement Recrutement 5 rue Condorcet - CS 20312-38093 Villefontaine

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE Information presse + de 130 exposants 1 11 ème édition des Rendez-vous de l Emploi, de la formation et de la création d entreprise RENDEZ-VOUS A MÂCON vendredi edi 17 octobre 2014 de 9h à 17h PARC DES

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Tableau de Bord. L'observatoir. du Pévèle Mélantois Carembault. Le mot du Directeur de la Maison De l'emploi Pévèle Mélantois Carembault.

Tableau de Bord. L'observatoir. du Pévèle Mélantois Carembault. Le mot du Directeur de la Maison De l'emploi Pévèle Mélantois Carembault. Tableau de Bord Avril du Pévèle Mélantois Carembault 29 Données du 4ème trimestre Le mot du Directeur de la Maison De l'emploi Pévèle Mélantois Carembault L axe anticipation/observation est un des axes

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Sortez du Lot! Créateur de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Heureusement, un appel d offres n est pas qu une question d offres. Allô

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013

OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013 OBSERVATOIRE DU MEDEF TENDANCE EMPLOI COMPETENCE 16 AVRIL 2013 1 L Observatoire Tendance Emploi Compétence Panel de 39 566 établissements invités à participer, taux de participation de 61.50 % soit 24

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs Dix années d expérience en formation de chef de projet multimédia

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Président de jury : Madame REBIERE Lydie, Administrateur de la Direction des services départementaux de la Savoie SESSION 2015

Président de jury : Madame REBIERE Lydie, Administrateur de la Direction des services départementaux de la Savoie SESSION 2015 RAPPORT DE JURY Concours externe et interne de secrétaire administratif de l éducation nationale et de l enseignement supérieur de classe normale (Décret n 2010-302 du 19 mars 2010) Président de jury :

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE 1. PREAMBULE ET PROPOSITIONS D ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier www.strategie.gouv.fr 18 octobre 2013, Conseil National Education Economie De quoi parle-t-on? La «relation formation emploi»

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

L offre de services aux entreprises souhaitant s implanter autour d ITER et des énergies renouvelables

L offre de services aux entreprises souhaitant s implanter autour d ITER et des énergies renouvelables L offre de services aux entreprises souhaitant s implanter autour d ITER et des énergies renouvelables Invest in The Energy Region ITER & New energy - Welcome Office for International Companies Ensemble

Plus en détail

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour L emploi des jeunes Les résultats de l étude Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management Tel : 01 78 94 89 87 Mob : 07 77 94 30 21 Email : lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

ENQUÊTE BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE EN 2016

ENQUÊTE BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE EN 2016 ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES REUNION Avril 2016 N 21 SOMMAIRE P2. Les établissements P3. Les profils recherchés et les difficultés de recrutement P5. Les recrutements par type d établissement P8. Les recrutements

Plus en détail