PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE"

Transcription

1 PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne

2

3 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Initiée dès 1994 par les collectivités territoriales sous l impulsion des Plans Locaux pluriannuels pour l Insertion et l Emploi (PLIE), l utilisation de la commande publique comme levier de développement de l insertion et de l accès à l emploi au bénéfice des personnes en difficulté sociale et professionnelle est désormais mise en œuvre par l ensemble des donneurs d ordres publics (Etat, Collectivités Territoriales, Etablissements Publics de Coopération Intercommunale et leurs établissements publics). Cette faculté offerte aux acheteurs publics de prendre en compte les objectifs des achats responsables dans la définition de leurs besoins a été inscrite dans le code des marchés publics en En effet, ce dernier prévoit quatre articles pour la mise en œuvre des clauses sociales. Depuis 1994, les PLIE et, à partir de 2006, les Maisons de l Emploi se sont engagés dans la mobilisation et l accompagnement des donneurs d ordres dans l inscription, la mise en œuvre et l évaluation de clauses sociales dans leurs marchés publics. Ceux-ci peuvent s appuyer sur l offre de service proposée par les facilitateurs de la clause sociale au sein des PLIE, des Maisons de l Emploi et de quelques Collectivités Territoriales. Dans le cadre d une mission de service public, le facilitateur contribue au développement, sur son territoire, des clauses sociales dans les marchés publics (et privés le cas échéant). Il fournit un appui aux maîtres d ouvrage couvrant l ensemble des différentes phases du dispositif. Il remplit également une fonction d intermédiation entre tous les partenaires concernés, le donneur d ordres, les entreprises, les personnes éloignées de l emploi, le Service Public de l Emploi et les acteurs de l Insertion par l Activité Economique. On dénombrait plus de 260 facilitateurs de la clause sociale en novembre 2011, alors qu ils n étaient que 108 en 2007(1). Dans le cadre de l accompagnement à la professionnalisation des facilitateurs de la clause sociale que l Alliance Villes Emploi conduit depuis 2007, un Pôle de compétences a été créé. Ce dernier, composé de représentants régionaux des facilitateurs de la clause sociale pour chaque région, et animé par l Alliance Villes Emploi avec l appui d experts, a été constitué afin de produire, d échanger sur la thématique, de restituer les débats et problématiques soulevés au niveau régional et les faire évoluer, et enfin, de valider la production de travaux, documents. C est dans ce cadre et à partir du logiciel commun «ABC CLAUSE» créé spécifiquement, opérationnel depuis juillet 2011, et installé progressivement par les facilitateurs, qu il a été décidé de produire une première analyse des clauses sociales en 2011 afin de rendre lisibles les premiers résultats de cette politique volontariste. 78(2) PLIE et MDE ont pu répondre dans des délais très courts à l enquête proposée. Les résultats obtenus donnent une première image de l impact des clauses sociales, confortant l atteinte de l objectif initialement fixé de faire en sorte que la commande publique soit un levier facilitant l accés à l emploi des publics en difficulté. Ces résultats devront être amplifiés et complétés dans les prochaines consolidations. (1) On dénombre 298 facilitateurs au 13 décembre 2012 (2) Parmi les 138 structures PLIE/MDE utilisant d ores et déjà ce logiciel depuis juillet 2011, seuls 55 ont pu saisir les données pour la totalité de l année Aux 55 PLIE et MDE cités ci-dessus, s ajoutent 23 structures qui ont pu communiquer leurs résultats de Alliance Villes Emploi

4 Les articles du code des marchés publics pour la mise en œuvre des clauses sociales (3) L article 14 - la clause d insertion sociale et professionnelle Le code des marchés publics prévoit le recours à la clause sociale dans les marchés publics, sous la forme d une condition obligatoire d exécution du marché ; les marchés publics deviennent ainsi un levier supplémentaire pour l insertion, l emploi et le développement local. La clause est une condition d exécution du marché : elle ne permet ni de comparer les offres des entreprises, ni d en sélectionner la lauréate ; l entreprise, en répondant au marché, s oblige à en respecter le contenu sans aucune réserve. Toute entreprise peut répondre dans le respect de la clause, condition d exécution du marché. L article 30 - les marchés dits de services de qualification et d insertion professionnelle Il s agit de la catégorie des marchés de services dont l objet est l insertion sociale et professionnelle. Ces marchés, tels que le nettoyage de la voirie, la collecte des déchets, l entretien des espaces verts, etc., sont réalisés sous forme de prestations d appui et d accompagnement à l emploi, de formation ou d expériences préqualifiantes ou certifiantes et destinées aux jeunes sans emploi, aux personnes rencontrant des difficultés d accès ou de maintien dans l emploi, aux personnes handicapées. L article 53, alinéa 1- les performances de l entreprise en matière d insertion professionnelle des publics en difficulté Il est possible de retenir parmi les critères d attribution d un marché «les performances de l entreprise en matière d insertion professionnelle des publics en difficulté». Il est conseillé une utilisation combinée des articles 14 et 53. L article 15 - les marchés réservés Certains marchés ou certains lots peuvent être réservés à des Entreprises Adaptées (EA) ou à des Etablissements et Services d Aides par le Travail (ESAT, anciens C.A.T) lorsque la majorité des travailleurs concernés sont des personnes handicapées qui ne peuvent exercer une activité professionnelle que dans des conditions adaptées à leurs besoins. Les conditions d une mise en œuvre «réussie» Les conditions La bonne perception d une par mise les entreprises œuvre soumissionnaires «réussie» ; Une inscription de la clause sociale selon une méthodologie spécifique Une mise en œuvre «réussie» dépend de nombreux facteurs : La volonté politique et la mobilisation des services de marchés ; La mobilisation des facilitateurs de la clause sociale ; La préexistence ou la mise en place d une organisation spécifique des intermédiaires de l insertion et de l emploi ; La mobilisation de moyens humains et financiers pour préparer les ressources humaines locales à occuper les emplois repérés. L inscription de la clause sociale suppose le respect d une méthodologie spécifique en plusieurs points. Le rôle du facilitateur des clauses sociales est fondamental. Cet acteur, dont la fonction a été inventée par les PLIE, est l intermédiateur entre toutes les parties liées à la mise en œuvre de la clause dans les marchés (donneurs d ordres, entreprises, organismes de l IAE, organismes de formation et publics). (3) Cf Guide de la Clause Sociale Deuxième édition décembre 2011, 2 Alliance Villes Emploi

5 Son rôle est : En amont de la consultation : Le repérage des opérations, dans la commande publique, qui permettrait la mise en œuvre de clauses sociales ; La rencontre des représentants du donneur d ordres, afin de présenter la démarche et de valider le principe de la mise en œuvre de la clause sociale ; Le diagnostic et l identification des publics potentiellement concernés ; L aide apportée au donneur d ordres, dans la rédaction de la clause sociale dans les pièces administratives. Pendant la consultation : L information apportée aux entreprises soumissionnaires, strictement en matière d outils et de dispositifs d insertion, de formation et d emploi ; La formalisation d une offre de service globale en direction de l entreprise, présélection de candidats, évaluation et bilan, formation, présentation à l entreprise, aide au choix du contrat, suivi dans l emploi, etc. En aval de la consultation : La mise au point du plan d action de la réalisation de l engagement avec les entreprises attributaires notamment par l animation du partenariat territorial pour la réalisation de l action d insertion : Identifier les publics en lien avec les organismes prescripteurs et valider les candidatures ; Mobiliser les structures d insertion par l activité économique ; Mobiliser le service public de l emploi local, les services insertion des collectivités territoriales ; Développer les liens entre les entreprises et les acteurs locaux du secteur de l emploi, de la formation et de l insertion. Le suivi de l action en lien avec les référents de parcours d une part, les entreprises d autre part ; L évaluation de l action et la transmission des résultats au donneur d ordres, concernant la réalisation des clauses sociales ; chacun sur leur champ d intervention, ils rendent compte des objectifs atteints. L action de l Alliance Villes Emploi L Alliance Villes Emploi, convaincue de l importance des clauses sociales, a developpé, depuis 2007, toute une démarche dont l objectif est de renforcer la place des PLIE et des Maisons de l Emploi dans le développement des clauses sociales. Cette action a débuté en particulier en septembre 2009, avec le concours de la DGEFP, dans le cadre d un programme d assistance technique du FSE ayant pour objectifs : impulser l animation des facilitateurs de la clause sociale des Maisons de l Emploi et des PLIE sur la thématique de l ingénierie des clauses sociales, inscrites dans les marchés publics des collectivités territoriales et de l Etat ; professionnaliser les facilitateurs de la clause sociale ; poursuivre le développement et la coordination des guichets uniques territoriaux de la clause développés par les PLIE et les Maisons de l Emploi ; favoriser l homogénéisation des interventions sur tous les territoires ; mieux prendre en compte les préoccupations territoriales dans la mise en œuvre des clauses sociales ; développer des offres de services coordonnées en matière d ingénierie des clauses sociales par les Maisons de l Emploi et les PLIE sur les territoires ; évaluer qualitativement et quantitativement l évolution de la mise en œuvre des clauses sociales dans les marchés publics ; apporter aux pouvoirs publics des propositions de rédaction de protocoles d action en matière de clauses sociales. Les résultats 2011 Les 78 Maisons de l Emploi et PLIE ont facilité, pour l année 2011, la réalisation de heures d insertion correspondant à contrats de travail. On ne peut que souligner la montée en charge des clauses sociales. Dans l enquête précédente (cf Guide de la Clause Sociale Deuxième édition décembre 2011), treize millions d heures d insertion avaient été recensées entre 1995 et 2010 pour un échantillon identique des PLIE et des MDE. Alliance Villes Emploi

6 Les donneurs d ordres, les marchés Les principaux maitres d ouvrage, ayant inscrit la clause sociale dans leurs marchés sont : Donneurs d ordres % des heures % des contrats Communes et EPCI 48 % 46 % Bailleurs Sociaux 33 % 39 % Etablissements publics 5 % 5 % Conseils Régionaux 3 % 4 % Conseils Généraux 3 % 4 % État 1 % 1 % Avec la création du Service des Achats Publics en 2009, l État en tant que donneur d ordres a souhaité lui aussi être exemplaire. Une organisation spécifique s est mise progressivement en place, les marchés engagés couvrant des territoires souvent très étendus, amenant PLIE et MDE à mutualiser leurs réponses, parfois à des niveaux inter régionaux. Pour ces 78 MDE et PLIE, l Etat représente à peine 1% des heures et des contrats mais les conditions sont aujourd hui réunies pour une montée en puissance en Les montants des marchés se repartissent comme suit : Moins de 100 K : 78 % Entre 100 et 500 K : 17 % Plus de 500 K : 5 % Ces marchés se situent principalement, en lien avec le Programme de Rénovation Urbaine, sur : le secteur du bâtiment pour 46 % ; le secteur des travaux publics pour 27 % Les principaux articles du code des marchés utilisés sont : % des heures réalisées Article % Article % Article % Les modalités de contrats sont principalement les suivantes : Article 14 % par type de contrats ETTI 35 % Embauche directe 28 % ETT 20 % GEIQ 9 % Article % par type de contrats Embauche directe 37 % ETTI 22 % Sous-traitance EI / Co-traitance EI 19 % ETT 14 % Article 30 % par type de contrats ACI 70 % AI 18 % ETTI 5 % Sous-traitance EI / Co-traitance EI 3 % Régie de quartier 2 % 4 Alliance Villes Emploi

7 Les principaux types d employeurs sont dans l ordre : Article 14 % par type d entreprises ETTI 38,5 % Entreprises (toutes tailles) 35,5 % GEIQ 9,5 % Autres 6,5 % EI 6,0 % AI 2,5 % ACI 1,5 % Article % par type d entreprises Entreprises (toutes tailles) 34,0 % ETTI 27,5 % EI 26,0 % GEIQ 4,5 % AI 3,0 % ACI 2,5 % Autres 2,5 % Article 30 % par type d entreprises ACI 55,0 % AI 23,0 % Entreprises (toutes tailles) 9,5 % EI 8,3 % ETTI 3,5 % ESAT 0,7 % Le classement du nombre d heures travaillées par taille d entreprise utilisatrice (4) de contrats se présente comme suit : Article 14 % par taille des entreprises 1 à 10 salariés 11 % 11 à 50 salariés 38 % 51 à 100 salariés 18 % 101 à 500 salariés 18 % plus de 500 salariés 15 % Article % par taille des entreprises 1 à 10 salariés 11,0 % 11 à 50 salariés 34,5 % 51 à 100 salariés 38,0 % 101 à 500 salariés 9,0 % plus de 500 salariés 7,5 % Article 30 % par taille des entreprises 1 à 10 salariés 38 % 11 à 50 salariés 53 % 51 à 100 salariés 7 % 101 à 500 salariés 2 % (4) Les entreprises utilisatrices sont les entreprises adjudicataires des marchés. Elles peuvent embaucher en direct ou sous-traiter et donc ne pas être les employeurs directs des participants. Alliance Villes Emploi

8 Les participants participants suivis par les 76 MDE ou PLIE ont bénéficié des clauses sociales pour heures travaillées soit une moyenne de 405 heures par participant. Les statuts de ces participants (5) se répartissent comme suit à l entrée du dispositif des clauses sociales : Statut des publics Par nombre de participants Par nombre d heures travaillées DELD 37 % 40 % Jeunes 36 % 38 % RSA 26 % 22 % Autres minima sociaux Non significatif 1 % TH 0,5 % 3 % + 50 ans 0,5 % 4 % Autres (DE / Salariés en contrat aidé) 24 % 24 % Sur les participants, 11 % sont des femmes et 89 % sont des hommes. La répartition des heures travaillées est quasiment identique : 9 % par les femmes, 91 % par les hommes. Cette grande majorité d hommes est à mettre en lien avec les secteurs principaux des marchés, bâtiment et travaux publics, secteurs» traditionnellement» occupés par des hommes. La répartition par zone géographique, très fortement liée au Programme de Rénovation Urbain, est la suivante : Zone géographique % de participants % des heures travaillées ZUS 33 % 32 % Hors ZUS 67 % 68 % La répartition des niveaux de qualification des participants est la suivante : Niveau de qualification % de participants Moyenne d heures travaillées par participant Niveau I 0,4 % 510 h Niveau II 0,3 % 424 h Niveau III 3,0 % 654 h Niveau IV 9,3 % 455 h Niveau V 42,0 % 405 h Niveau V bis 23,0 % 389 h Niveau VI 22,0 % 370 h Les participants de niveau V et infra sont largement majoritaires. Ils représentent 87 % des participants. Toutefois la moyenne d heures travaillées par participant augmente avec le niveau de formation. La répartition par âge des participants est la suivante : Niveau de qualification % de participants % des heures travaillées Moins de 26 ans 38 % 40 % 26 à 40 ans 40 % 39 % 41 à 50 ans 16 % 15 % Sup à 50 ans 7 % 6 % (5) Un même participant peut cumuler plusieurs statuts 6 Alliance Villes Emploi

9 La pyramide des âges est particulièrement équilibrée, considérant que la majorité des marchés s effectue sur des marchés de Bâtiment Travaux Publics. Ces participants ont été orientés par les principaux prescripteurs suivants par ordre décroissant (éléments concernant 2404 participants) : Les PLIE Les Missions Locales Pôle emploi Les SIAE Les CCAS et services insertion Cap Emploi Les contrats mobilisés par les participants durant l année 2011 (6) Nombre Total des contrats (pour participants) % des contrats Total des contrats analysés ,0 % Contrats de travail temporaire % d insertion Contrats de travail temporaire ,0 % Contrats à durée déterminée ,0 % Contrats à durée déterminée d insertion 823 9,0 % CUI-CAE non marchands 654 7,0 % Contrats de professionnalisation 540 6,0 % CDI 278 3,0 % Contrats d apprentissage 159 2,0 % Contrats AI - ETTI 101 1,0 % Contrats aidés marchands 45 0,5 % 51,5 % des contrats sont des contrats d insertion, reflétant bien l objectif de la clause de permettre l insertion dans l emploi de personnes en difficulté. 48,5% des contrats sont des contrats dits de droit commun démontrant que la clause facilite aussi le parcours vers l emploi stable et durable. La situation des participants à 6 mois après le début du premier contrat : 6 mois après leur entrée dans le dispositif des clauses sociales, la situation de participants sur soit 44% de la cohorte- est renseignée comme suit : CDD/CDI/Alternance : 24 % Intérim : 22 % Contrats aidés/contrats d insertion : 21 % Demandeurs d emploi 14 % Toujours dans le dispositif clause : 9 % Abandons, décès 8 % Formation 2 % 76% des participants sont en situation de travail 6 mois après leur entrée dans le dispositif dont 60% d entre eux sur un contrat classique. (6) Ces données sont calculées à partir des réponses de 55 MDE ou PLIE Alliance Villes Emploi

10 La situation des participants à 12 mois après le début du premier contrat : 12 mois après leur entrée dans le dispositif des clauses sociales, la situation de participants sur soit 39% de la cohorte- est renseignée comme suit: CDD/CDI/Alternance : 23,0 % Demandeurs d emploi 17,5% Intérim : 17,0 % Toujours dans le dispositif clause : 15,0 % Contrats aidés/contrats d insertion : 14,0 % Abandons, décès 10,5 % Formation 3,0 % 69% des participants sont en situation de travail 12 mois après leur entrée dans le dispositif dont 58% d entre eux sur un contrat classique. La situation des participants à 18 mois après le début du premier contrat : 18 mois après leur entrée dans le dispositif des clauses sociales, la situation de 630 participants sur soit 24% de la cohorte- est renseignée comme suit: CDD/CDI/Alternance : 27,0 % Intérim : 19,0 % Demandeurs d emploi : 16,5 % Contrats aidés/contrats d insertion : 12,5 % Toujours dans le dispositif clause : 10,5 % Abandons, décès : 10,5 % Formation : 4,0 % 69% des participants sont en situation de travail 18 mois après leur entrée dans le dispositif dont 66% d entre eux sur un contrat classique. Que ce soit à 6 mois, à 12 mois ou à 18 mois après leur entrée dans le dispositif, le pourcentage de demandeurs d emploi ou d abandons reste extrêmement faible comparé aux autres dispositifs d insertion (respectivement 15% et 10% en moyenne). L accès à la formation quoique faible reste constant. A noter que ces résultats sont mesurés alors que les PLIE ont une obligation de suivi dans l emploi à 6 mois et non à 12 ou 18 mois et que les Maisons de l Emploi ne sont pas dotées de moyens suffisants pour assurer ce suivi. Le dispositif des clauses sociales est remarquable pour sa capacité à : Intégrer les participants dans les parcours d insertion, Maintenir en situation active une grande majorité de ses participants, Permettre l accès et le maintien dans l emploi classique. 8 Alliance Villes Emploi

11

12 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne ALLIANCE VILLES EMPLOI 28, rue du Quatre Septembre Paris Tél. : Fax :

COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES

COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES GUIDES ET RECOMMANDATIONS COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES Guide élaboré par l Atelier de réflexion sur les aspects sociaux de la commande publique 2 ème édition

Plus en détail

Guide de la Clause sociale

Guide de la Clause sociale Guide de la Clause sociale Deuxième édition décembre 2011 CE GUIDE EST COFINANCÉ PAR L UNION EUROPÉENNE Éditorial Initiée par les collectivités locales sous l impulsion des Plans Locaux pluriannuels pour

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DIRECCTE d Ile-de-France 5 avril 2012

LES FICHES OUTILS DIRECCTE d Ile-de-France 5 avril 2012 LES FICHES OUTILS ENJEUX DES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHES DU GRAND PARIS Enjeux du Grand Paris Le projet du Grand Paris représente la ville de demain, destiné à faciliter la vie de ses habitants,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Accompagnement en Chantier d insertion

Accompagnement en Chantier d insertion UNION EUROPEENNE Fonds Social Européen Département de Seine-Maritime Accompagnement en Chantier d insertion 2012/2013 Direction de l insertion Mai 2011 Accompagnement en Chantier d insertion 1 Préambule

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Questions-réponses DGEFP n 1 relatif aux emplois d avenir 11 janvier 2013

Questions-réponses DGEFP n 1 relatif aux emplois d avenir 11 janvier 2013 Questions-réponses DGEFP n 1 relatif aux emplois d avenir 11 janvier 2013 Rappel : les emplois d avenir sont conclus sous la forme, selon le cas, des contrats d accompagnement dans l emploi dans le secteur

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés

Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés LES ACHATS RESPONSABLES : LEVIER POUR L INSERTION Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés Page 1/60 Table des matières 1- Définition et acteurs de l insertion 5 1.1- Les personnes concernées

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC Commande publique et accès à l emploi des personnes qui en sont éloignées Guide à l attention des acheteurs publics Guide élaboré par l Atelier de réflexion sur

Plus en détail

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 SE FORMER une passerelle vers l emploi l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 TRAVAIL ET EMPLOI NOTE EXPLICATIVE Cette annexe

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

GUIDE POUR LES ENTREPRISES SPECIAL CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

GUIDE POUR LES ENTREPRISES SPECIAL CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS GUIDE POUR LES ENTREPRISES SPECIAL CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Comment élaborer votre réponse en matière d insertion professionnelle et/ou réaliser vos engagements La Maison des Entreprises

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir

GUIDE DE La formation. Pour les employeurs d emploi d avenir GUIDE DE La formation Pour les employeurs d emploi d avenir SOMMAIRE POURQUOI UN GUIDE DE LA FORMATION À 3 DESTINATION DES EMPLOYEURS D EMPLOI D AVENIR? L ESSENTIEL DU GUIDE 4 I. faites DE VOS ENGAGEMENTS

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

CONSOLIDATION DES PLIE

CONSOLIDATION DES PLIE CONSOLIDATION DES PLIE 2008 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 1 LA CONSOLIDATION QUANTITATIVE... 5 C... 6 T... 15 LA CONSOLIDATION QUALITATIVE... 25 1. L... 27 1.1 Lever les freins à l emploi... 27 1.2 Orienter

Plus en détail

Donneurs d ordres du secteur public ou du secteur privé, vous trouverez dans ce livret :

Donneurs d ordres du secteur public ou du secteur privé, vous trouverez dans ce livret : Avant-propos Donneurs d ordres du secteur public ou du secteur privé, vous trouverez dans ce livret : Un guide qui présente : le dispositif des clauses d insertion, le secteur de l Insertion par l Activité

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE Vendredi 1 avril 2011 ORDRE DU JOUR ACCUEIL RAPPORT MORAL FILM RAPPORT D ACTIVITES RAPPORT FINANCIER CANDIDATURES AU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT MORAL INTRODUCTION AUX RAPPORTS

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

Le Plan administration exemplaire du MEEDDM

Le Plan administration exemplaire du MEEDDM Réunion des correspondants régionaux et centraux du PAE (COPAE) La Défense le 30 novembre 2009 Le Plan administration exemplaire du MEEDDM ACTUALITÉS Achats et Commande Publique SG/SPSSI/PFDM2 Rémy RISSER

Plus en détail

GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP

GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP ATELIER DE REFLEXION SUR LES ASPECTS SOCIAUX DE LA COMMANDE PUBLIQUE Version 1, Décembre 2014 INTRODUCTION... 2 POINTS-CLES... 3 DONNEES SUR LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

Consultable et téléchargeable sur le site de la communauté d agglomération de Val de Bièvre www.agglo-valdebievre.fr. Guide cofinancé par

Consultable et téléchargeable sur le site de la communauté d agglomération de Val de Bièvre www.agglo-valdebievre.fr. Guide cofinancé par Consultable et téléchargeable sur le site de la communauté d agglomération de Val de Bièvre www.agglo-valdebievre.fr Guide cofinancé par Avant-propos Donneurs d ordres du secteur public ou du secteur privé,

Plus en détail

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Cerfa FA14 Avant de conclure un contrat d apprentissage, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues dans

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Les politiques régionales de soutien à l insertion par l activité économique

Les politiques régionales de soutien à l insertion par l activité économique Mai 2014 Insertion par l activité économique PANORAMA Les politiques régionales de soutien à l insertion par l activité économique o Points de repère sur la place de l IAE dans les politiques régionales

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France Contacts Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle d Ile de France Orientation et appui Service FSE

Plus en détail

Tél : 02 53 46 79 00 Fax : 02 53 46 78 00 MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

Tél : 02 53 46 79 00 Fax : 02 53 46 78 00 MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Ministère des Finances et des Comptes Publics Ministère de l Economie, du Redressement Productif et du Numérique Ministère du Travail, de l Emploi et du Dialogue Social Direction Régionale des Entreprises,

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Quelques éléments de cadrage

Quelques éléments de cadrage La prise en compte du développement durable passe par la prise en compte de l achat vert qui vise au respect de l environnement mais également de l achat éthique qui veille au respect des droits sociaux

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PREFET Chambre Régionale de l'économie Sociale et Solidaire Languedoc-Roussillon S'associer I Coopérer I Mutualiser PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Languedoc-Roussillon édition 2013 Chambre

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

Droit au séjour et droit au travail

Droit au séjour et droit au travail Fiche n 1 Droit au séjour et droit au travail La liberté de circulation étant étroitement liée à celle d exercer une profession, cette fiche recouvre à la fois le droit au séjour et le droit au travail.

Plus en détail

Actions courtes de professionnalisation 2014

Actions courtes de professionnalisation 2014 Achat de prestations de formation par le GIP Corse Compétences dans le cadre de son dispositif de professionnalisation des acteurs du champ emploi - formation - insertion Document de consultation des entreprises

Plus en détail

Questions-réponses actualisé relatif aux emplois d avenir 10 avril 2013

Questions-réponses actualisé relatif aux emplois d avenir 10 avril 2013 Questions-réponses actualisé relatif aux emplois d avenir 10 avril 2013 Rappel : les emplois d avenir sont conclus sous la forme, selon le cas, des contrats d accompagnement dans l emploi dans le secteur

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

Création d activité : chacun a-t-il sa chance? Tours 8 juillet 2009

Création d activité : chacun a-t-il sa chance? Tours 8 juillet 2009 Création d activité : chacun a-t-il sa chance? 1 Objectifs Améliorer la lisibilité des structures d aide à la création d activité : rôles et spécificités Comprendre comment les publics plus fragiles, mais

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

ETUDE - ACTION. «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E

ETUDE - ACTION. «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E ETUDE - ACTION «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E Pôle Régional d Animation et de Développement de l Insertion par l Economique 1 Contexte : objectifs et

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

- Quelles situations socioprofessionnelles. - Comment les mettons-nous en œuvre? Les réponses possibles

- Quelles situations socioprofessionnelles. - Comment les mettons-nous en œuvre? Les réponses possibles FICHE 7 : ANALYSE DE L OFFRE D INSERTION INTERNE ET EXTERNE De quoi parle-t-on? Pour pouvoir définir les actions, les mener, les suivre et donc être en mesure de s engager envers les personnes accueillies

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Rapport de capitalisation annuel

Rapport de capitalisation annuel ~ Première année de mise en œuvre ~ Rapport de capitalisation annuel Limousin Novembre 2012 à Octobre 2013 ARML Limousin Rapport de capitalisation EAV / MV - 1 - SOMMAIRE REMERCIEMENTS p.7 PARTIE 1 - CHAMP

Plus en détail

LE DISPOSITIF ENVOL AIDE A LA CREATION OU REPRISE D ENTREPRISES 2014-2015

LE DISPOSITIF ENVOL AIDE A LA CREATION OU REPRISE D ENTREPRISES 2014-2015 LE DISPOSITIF ENVOL AIDE A LA CREATION OU REPRISE D ENTREPRISES 2014-2015 OBJET Le dispositif ENVOL est destiné aux personnes résidant en Champagne-Ardenne, désireuses de créer leur propre emploi par la

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse Réalisation d une enquête auprès des jeunes en demande d insertion Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse SOMMAIRE 1. OBJET DE LA CONSULTATION 2 2. PRESENTATION DU GIP CORSE COMPETENCES

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Tous gagnants Réussir ensemble l intégration. et la professionnalisation. des jeunes en entreprise.

Tous gagnants Réussir ensemble l intégration. et la professionnalisation. des jeunes en entreprise. Tous gagnants Réussir ensemble l intégration. et la professionnalisation. des jeunes en entreprise. > Préface Tous gagnants pour l emploi des jeunes De nombreuses entreprises ont engagé des actions afin

Plus en détail

EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et entreprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi

EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et entreprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi EMPLOI MODE D EMPLOi Chantier et treprise d insertion, régie DE quartiers MODE D EMPLOi Fonds social europé Investit pour votre avir IAE insertion par l activité économique L Activité économique : Un dispositif

Plus en détail

Travaux de nettoyage des bâtiments intercommunaux Marché public n 04-2008

Travaux de nettoyage des bâtiments intercommunaux Marché public n 04-2008 1 Département de Seine et Marne Marché public n 04-2008 Date limite de dépôt des offres : 16/06/08 à 12 heures REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.) 2 SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION 2 ARTICLE 2

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

PROGRAMME DEPARTEMENTAL PLURIANNUEL D INSERTION 2013-2015

PROGRAMME DEPARTEMENTAL PLURIANNUEL D INSERTION 2013-2015 PROGRAMME DEPARTEMENTAL PLURIANNUEL D INSERTION 2013-2015 1 Avant-propos du Président du Conseil général Faciliter et encourager le retour à l emploi des publics les plus fragilisés, et notamment les bénéficiaires

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Comité Ile de France ATELIER du 9 avril 2013 INFORMATIONS STATUTAIRES ET EMPLOIS S.MILED Soyons plus performants

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Bilan 2014 Plan local pour l insertion et l emploi

Bilan 2014 Plan local pour l insertion et l emploi Bilan 2014 Plan local pour l insertion et l emploi 1 Sommaire Membres et financeurs du PLIE Présentation Les missions Le public Le Plan local pour l insertion et l emploi en chiffres en 2014 Les actions

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics 2009 Document élaboré par Raphaël Dugailliez Consultant, Formateur Formateur pour la dynamique «marchés publics durables» Mise en

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

PLIE d Asnières/Villeneuve la Garenne PLIE de Clichy la Garenne PLIE de Colombes PLIE de Gennevilliers PLIE de Nanterre/Rueil Malmaison

PLIE d Asnières/Villeneuve la Garenne PLIE de Clichy la Garenne PLIE de Colombes PLIE de Gennevilliers PLIE de Nanterre/Rueil Malmaison ASSOCIATIONPOURLAGESTION MUTUALISEEDESFONDSEUROPEENSDES HAUTS DE SEINE POFSE2007 2013«COMPETITIVITEREGIONALE ETEMPLOI» : APPELAPROJETS2014 AXE3 Renforcerlacohésionsociale,favoriserl inclusion socialeetluttercontrelesdiscriminations

Plus en détail

UNI EST Plan Local pour l Insertion et l Emploi Cadre FSE 2014 2020

UNI EST Plan Local pour l Insertion et l Emploi Cadre FSE 2014 2020 L Europe participe au financement des actions initiées et développées par UNI EST dans le cadre du PLIE de l est et sud lyonnais UNI EST Plan Local pour l Insertion et l Emploi Cadre FSE 2014 2020 Appel

Plus en détail

Règlement du prix OCTOBRE 2014

Règlement du prix OCTOBRE 2014 Règlement du prix OCTOBRE 2014 Avec l'ambition de faire progresser la qualité de l emploi associatif et dans le cadre de la Grande cause nationale 2014, Le Mouvement associatif en partenariat avec l UDES,

Plus en détail

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 ÉDITO Pôle emploi 2015, le pari de la confiance Vous avez entre les mains notre nouvelle feuille de

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail