LES FICHES OUTILS DIRECCTE d Ile-de-France 5 avril 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES FICHES OUTILS DIRECCTE d Ile-de-France 5 avril 2012"

Transcription

1 LES FICHES OUTILS

2 ENJEUX DES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHES DU GRAND PARIS Enjeux du Grand Paris Le projet du Grand Paris représente la ville de demain, destiné à faciliter la vie de ses habitants, en symbiose avec son environnement, avec un réseau de transport plus efficace et plus respectueux de l environnement. L ambition du Grand Paris, c est avant tout de faire de la capitale une des villes les plus attractives de la planète, une métropole capable de répondre aux défis du futur, d incarner l avenir dans son organisation et son fonctionnement, mais aussi d être un moteur pour la croissance en Ile-de-France. Le projet prévoit trois domaines de développement majeurs autour du logement, des transports et du développement économique : Le Grand Paris prévoit d atteindre l objectif de logements annuels. Il vise à améliorer l existant en matière de transport public et de préparer l avenir, en améliorant les réseaux RER, et en réalisant, d ici 2025, un projet en rocade structurant à l échelle régionale. Au total, ce sont 32,4 milliards d euros qui vont être investis dès 2010 et ce jusqu à 2025, dont 22,7 Md pour le seul projet de rocade. Le Grand Paris vise également à attirer autour de ces réseaux les pôles de développement et d innovation qui permettront à la région Capitale de renforcer son attractivité internationale et à construire autour d eux les logements et aménagements urbains qui permettront d améliorer les conditions de vie des franciliens. Les chantiers du Grand Paris vont constituer une opportunité exceptionnelle pour favoriser le développement de l emploi, de l insertion et de la formation. Enjeux des clauses sociales Les clauses d insertion sociale sont des dispositions du code des marchés publics dont l utilisation est à la main des pouvoirs adjudicateurs (État, collectivités territoriales, établissements publics) pour développer l insertion par l activité économique (IAE). Les clauses d insertion sociale constituent un moyen pour la commande publique d'intervenir directement sur l'emploi et l insertion professionnelle. Les clauses d insertion sociales constituent un dispositif innovant, efficace et peu coûteux pour favoriser la qualification, l accès et le retour à l emploi des personnes

3 INTERET DES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHES PUBLICS Pour les donneurs d ordres: Engager une démarche de développement durable et de responsabilité sociale Pour les entreprises : Transformer une contrainte en opportunité(s) L opportunité de recruter des salariés et des compétences qui leur font défaut L opportunité de trouver de nouvelles formes de sourcing L opportunité d identifier de nouveaux partenaires commerciaux, les SIAE L opportunité de valoriser leurs actions sur un territoire Pour les acteurs de l emploi : Inverser les pratiques et orienter son offre de services vers «l entreprise d abord» Construire, par le levier de l obligation contractuelle du marché public un partenariat durable avec les entreprises (saisir les opportunités) Exploiter le temps long du marché public Le temps long est essentiel à la construction de parcours d insertion réussis, au développement de la formation et de la qualification, notamment en alternance Aller au-delà des objectifs d insertion (cadre contractuel du marché public) pour pérenniser les emplois Organiser le suivi des publics en entreprises jusqu à la fin de la période d intégration dans l emploi

4 BOITE A OUTILS JURIDIQUE DU CODE DES MARCHES PUBLICS 1 La détermination des besoins à satisfaire (article 5) Les objectifs de développement durable sont pris en compte dans la définition des besoins (art.5 CMP) tout en respectant les grands principes de la commande publique : liberté d accès, égalité de traitement des candidats et transparence des procédures (art.1 CMP) 2 L allotissement par principe (article 10) Par l allotissement, la commande publique est plus accessible aux PME et notamment aux structures d insertion par l activité économique (SIAE) qui ne sont pas nécessairement aptes à réaliser l intégralité d un marché. L allotissement est le mode de dévolution par défaut. Sauf si : La dévolution en lots séparés est de nature à restreindre la concurrence, Elle risque de rendre techniquement difficile ou financièrement coûteuse l exécution des prestations S il n est pas en mesure d assurer par lui-même les missions d organisation, de pilotage et de coordination Les clauses sociales, outils du code des marchés publics 1 Clause sociale (art. 14) L insertion est une condition d exécution du marché. La prestation à réaliser prévoit de réserver une part des heures de travail générées par le marché à une action d insertion. Pour répondre à leurs obligations, les entreprises peuvent choisir l embauche directe de personnes en insertion, la sous-traitance ou la cotraitance avec une structure d insertion par l activité économique (SIAE), la mise à disposition de personnel par une SIAE. 2 Les marchés réservés (art. 15) Certains marchés ou certains lots peuvent être réservés à une entreprise adaptée (EA), un établissement ou service d'aide par le travail (ESAT) ou à toute autre structure employant majoritairement des personnes handicapées, qui en raison de la nature ou de la gravité de leurs déficiences ne peuvent exercer une activité professionnelle dans un autre contexte. 3 Les marchés de services de qualification et d insertion professionnelles (art. 30) L objet même du marché est l insertion sociale et professionnelle. La prestation à réaliser est un support à la démarche d insertion, sans pour autant que la qualité de la production à réaliser devienne secondaire. Les ateliers et chantiers d insertion (ACI) sont les principaux bénéficiaires de l utilisation de l article 30 du CMP. 4 Critères d attribution (art. 53-I) Il permet de retenir parmi les critères d attribution d un marché «les performances de l entreprise en matière d insertion professionnelle des publics en difficulté», au même titre que les critères de prix et de valeur technique. Toutefois, ce critère doit obligatoirement être lié à l objet du marché. 5 Le 14 rénové 53 L article 14 est utilisé en complément de l article 53. Les performances en matière d insertion sont appréciées à partir des modalités proposées par les

5 entreprises soumissionnaires pour réaliser les heures d insertion fixées dans le marché en application de l article Droit de préférence (art. 53-IV) Un droit de préférence peut être attribué, à égalité de prix ou à équivalence d offres, à l offre présentée par une société coopérative ouvrière de production, un groupement de producteurs agricoles reconnu par arrêté du ministre de l'agriculture, un artisans et une société coopérative d'artisans, une société coopérative d'artiste, une entreprise adaptée.

6 LES PUBLICS ELIGIBLES AUX CLAUSES SOCIALES Art L du Code du travail Les Demandeurs d Emploi de Longue Durée (plus de 12 mois d inscription au chômage) Les allocataires du R.S.A. (en recherche d emploi) ou leurs ayants droits Les publics reconnus travailleurs handicapés, au sens de l article L du code du travail, fixant la liste des bénéficiaires de l obligation d emploi Les bénéficiaires de l Allocation Spécifique de Solidarité (ASS), de l Allocation d Insertion (AI), de l Allocation Parent Isolé (API), de l Allocation Adulte Handicapé (AAH), de l Allocation d Invalidité Les jeunes de Niveau infra 5, c est-à-dire de niveau inférieur au CAP/BEP Les personnes prises en charge dans le dispositif IAE (Insertion par l Activité Économique), c est-à-dire les personnes mises à disposition par une Association Intermédiaire (AI) ou par une Entreprise de Travail Temporaire d Insertion (ETTI), ainsi que des salariés d une Entreprise d Insertion (EI), d un Atelier et Chantier d Insertion (ACI), ou encore des Régies de quartier agrées ainsi que les personnes prises en charge dans des dispositifs particuliers, par exemple «Défense 2ème chance» Les personnes employées dans les GEIQ (Groupements d Employeurs pour l Insertion et la Qualification) et dans les associations poursuivant le même objet En outre, d autres personnes rencontrant des difficultés particulières peuvent, sur avis motivé de Pôle Emploi, des Maisons de l Emploi, des Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi (PLIE), des Missions Locales, ou des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), être considérées comme relevant des publics les plus éloignés de l emploi.

7 MISE EN ŒUVRE DE LA CLAUSE SOCIALE Mobilisation d acteurs et Gouvernance territoriale dans la gestion de la clause Mobilisation des acteurs Actions auprès des acheteurs publics (Etat, Actions auprès des soumissionnaires collectivités territoriales et leurs potentiels (entreprises, SIAE) établissements) Promotion des clauses Mise en visibilité de Promotion de l offre Professionnalisation sociales l offre des SIAE SIAE auprès des entreprises des SIAE Actions auprès des acheteurs Diagnostic de l offre des Promotion de l offre SIAE Formations, publics. Présentation du SIAE et communication auprès des entreprises de la veille dispositif et mise en évidence auprès des acheteurs des enjeux pour les territoires publics CMRA/SAE (pour les achats de l Etat) FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES REFERENTS OFFRE INSERTION FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES REFERENTS OFFRE INSERTION FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES REFERENTS OFFRE INSERTION organisation Mise en œuvre opérationnelle d une clause sociale Actions auprès des acheteurs publics (Etat, collectivités territoriales et leurs établissements) Evaluation des capacités du territoire Accompagnement dans la réalisation des pièces du marché Actions auprès des soumissionnaires potentiels (entreprises, SIAE) Intermédiation offre/ demande «Calibrage» de Appui technique Information et la clause conseil FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES CMRA/SAE (pour les achats de l Etat) FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES Actions en lien avec les attributaires (entreprises, SIAE) Identification et mobilisation des publics Actions conduites en lien avec le Service Public de l Emploi Accompagnement Vérification des attributaires des engagements pour le compte du maître d ouvrage et évaluation du dispositif Aide au choix des modalités de mise en œuvre des actions d insertion Suivi des heures d insertion effectuées et renducompte auprès de l acheteur FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES Evaluation des effets de la clause sociale Evaluation de l effet «emploi» du recours à la clause sociale Suivi des publics et mesure des résultats en insertion dans l emploi FACILITATEURS DES CLAUSES SOCIALES CMRA/SAE (pour les achats de l Etat)

8 MARCHE PRIVE ET CLAUSES SOCIALES EPAMARNE & MDEF NO77 Etablissement Public d Aménagement Les établissements publics d aménagement de Marne-la-Vallée, EPAMARNE et EPAFRANCE, sont deux Etablissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC). Ils combinent des règles publiques (code des Marchés Publics) et une gestion privée, c est-à-dire qu ils sont dotés d une autonomie financière. Leur activité est soumise à la tutelle du préfet et des administrations centrales, essentiellement les Ministères de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), de l'intérieur, de l'economie et des Finances. Après avoir acquis et viabilisé les terrains (infrastructures routières, réseaux ), EPARMARNE les commercialise, selon les plans approuvés, auprès des promoteurs de logements, de bureaux, de centres commerciaux, d industriels ou de collectivités publiques. Ainsi, il procède à toute opération destinée à favoriser l'aménagement, la restructuration urbaine et le développement économique de son territoire. Naissance du projet de Chanteloup-en-Brie Propriétaire d un terrain destiné à la réalisation de 35 logements individuels à Chanteloup-en-Brie, en concertation avec le Maire de la commune, EPAMARNE a souhaité développer une opération exemplaire en matière de développement durable, plus ambitieuse qu une simple performance énergétique. Les modalités du cahier des charges de l EPA Marne L EPAMARNE a souhaité être innovant sur tous les aspects du développement durable y compris sur le volet social. Ainsi, le cahier des charges incite les entreprises candidates à intégrer des clauses sociales et des techniques écodurable dans leur réponse au projet. Procédure EPAMARNE a lancé un appel à projets exigeant auquel 17 candidats ont répondu. Trois équipes ont été présélectionnées et autorisées à participer à une phase de co-élaboration sur plusieurs mois jusqu à la sélection finale par un jury. Chaque équipe est composée d un : - Promoteur immobilier - Architecte - Paysagiste - Bureau d étude technique - Entreprise de construction Parallèlement, un comité partenarial composé d experts a été mis en place pour évaluer les 3 équipes et assister EPARMARNE dans la co-élaboration des projets avec les équipes. Un calendrier a été communiqué à ces dernières, les informant des dates de présentation des projets. Ces présentations devant le comité partenarial visent à faire le point sur l avancement des projets et à contribuer à leur amélioration grâce aux orientations et suggestions des membres du comité

9 partenarial. Le choix définitif du lauréat est prévu en novembre Le démarrage du chantier est prévu pour fin 2013 /début Le rôle d EPAMARNE L EPAMARNE accompagne les 3 équipes dans la réalisation du projet et veille à ce que les critères du cahier des charges soient bien respectés. Pour l aider dans la mise en œuvre de son projet, EPAMARNE a fait appel à des partenaires tels que Pôle Emploi et la MDEFNO 77 (au sein du Comité Partenarial). Le rôle de la Maison de l Emploi et de la Formation du Nord-Ouest / Seine et Marne MDEFNO77 a pour mission d informer les promoteurs sur les clauses sociales et d accompagner le promoteur qui sera sélectionné dans l écriture et la mise en œuvre des clauses sociales. A ce jour, la MDEFNO77 a communiqué auprès des 3 équipes autour des clauses sociales et reste à disposition pour toutes informations complémentaires. L'introduction des clauses sociales dans le projet. EPAMARNE souhaite développer le volet social du développement durable mais il s'agit du volet le plus difficile à cerner et à encourager. Le maire a été tout à fait favorable à la démarche. La Maison Pour l'emploi a pris contact avec EPAMARNE, qui a décidé d'encourager les promoteurs à introduire ces clauses sociales. Les objectifs de l'introduction des clauses sociales. Aller au-delà de l'insertion de ces clauses dans les marchés publics en incitant les promoteurs à les introduire dans les marchés avec les entreprises privées. Objectifs : - aider à l'embauche des publics cibles identifiés par la Maison pour l'emploi, - faire connaître la démarche aux entreprises privées pour les inciter à reproduire la démarche dans d'autres marchés...

10 LES MARCHES PUBLICS, LES SIAE ET LA MISE EN RESEAU DES PME L étude fait apparaitre une forte disparité au niveau des pratiques sur les marchés publics. Ceci s explique par un positionnement très variable des SIAE. En effet, les modalités et les objectifs ne sont pas les mêmes d une SIAE à une autre: Des modalités de développement pour certaines. Des ressources complémentaires pour d autres. Et concernant, les critères de choix de «GO/NO GO» du marché public : la taille, la durée, l enveloppe financière etc Ainsi, nous ne pouvons pas dégager une pratique unique des marchés publics qui conviendrait à l ensemble des SIAE. Les Marches publics et les SIAE : des impacts positifs. Pour une partie des SIAE, les marchés publics représentent une part importante dans leurs activités. D autres impacts autres que financiers sont à souligner : Economique : Augmentation du chiffre d affaire. Développement de nouvelles activités. Organisationnel : Veille sur les marchés publics pouvant aller jusqu au recrutement d une personne en charge de la veille et de la réponse aux marchés. Démarche de certification. Mutualisation des ressources et moyens entre SIAE. Effets induits : Amélioration de l image des SIAE et plus largement de l insertion. Accès à des entreprises initialement inaccessibles pour les SIAE. Les marchés publics sont utilisés comme un argument commercial dans la prospection de nouveaux clients y compris sur les marchés privés. Mise en place de partenariats entre SIAE et entreprises classiques. Comment dépasser les craintes des SIAE de se positionner sur les marchés publics? Les marchés publics ont été considérés comme un élément perturbateur dans l équilibre économique des SIAE. Malgré l inquiétude, elles se sont prêtées au jeu. Pour cela, les SIAE se sont organisées de la manière suivante : Formation technique et juridique autour des marchés publics. Regroupement entre SIAE pour répondre à des marchés publics. Un appui de la part des réseaux locaux, nationaux et des chargés de mission de clauses sociales autour de la gestion administrative et financière des marchés publics. Se tenir informer sur l actualité des marchés publics et réaliser une veille. Citations : «Les marchés publics tirent les SIAE vers le haut». «Les marchés publics nous ont permis de passer d une entreprise artisanale vers une entreprise professionnalisant.».

11 «Les marchés publics nous permettent de remettre en question nos pratiques au niveau organisationnel, du recrutement, de la gestion des RH..». «Les marchés publics permettent de rassurer les banques et de faire des prêts.»

12 MUTUALISATION Bonnes Pratiques au sein des SIAE Définition La mutualisation est la mise en commun entre plusieurs structures de moyens humains, financiers et matériels, de manière à être plus efficace. Avantages La mutualisation présente de nombreux avantages : - Meilleur suivi des salariés en insertion et une sécurisation des parcours d insertion. - Meilleure image des SIAE. - Plus de poids pour répondre aux marchés et faire face à la concurrence. - Réduction des coûts, solidité financière, meilleure gestion de la trésorerie. - Partage d expérience. - Professionnalisation de l activité et donc une prestation de meilleure qualité. Modalités de la mutualisation La mutualisation peut se faire : - Sous la forme d un groupement qui passe par la création d une entité agissant pour l ensemble des structures adhérentes qui conservent toute leur autonomie et par la mise en commun des moyens humains, financiers et matériels. - Via un partenariat qui se traduit par la signature de conventions reprenant les modalités de la collaboration (mise à disposition de personnel, de matériel, répartition de l activité ). - Via une convention annuelle avec les organismes de formation visant la mise en place de plan de formation adapté au projet professionnel et au besoin du salarié en insertion. - De façon informelle pour échanger sur des pratiques, sur des difficultés rencontrées, sur des pistes d amélioration Périmètre d action (localisation, structures, moyens ) Types de structures Pour les SIAE la mutualisation peut se faire avec d autres SIAE telles que des AI, EI, ETTI ou Régie de Quartier. Tout comme elle peut se faire avec des entreprises du secteur privé. Etendue géographique La mutualisation peut se faire au niveau local, départemental, régional voir national. Ressources mutualisées Différentes ressources peuvent être mutualisées : - L accompagnement des salariés en insertion, le type de public en insertion. - Les compétences : RH, juridique, financière. - Les ressources techniques : matériel, bureau, équipement.

13 - Les ressources financières. - Les pratiques et les méthodologies : procédures, groupes d échanges, formations. Préconisations La mutualisation présente certes des avantages, néanmoins pour éviter une mutualisation infructueuse qui pourrait avoir des répercutions négatives, il faut être vigilant sur certains points et s assurer : - De l adhésion de chaque structure au projet commun. - D une totale transparence dans la prise de décision. - D une répartition équitable (des marchés, des investissements et des risques financiers). - D une complémentarité entre les structures pour une meilleure optimisation des ressources.

14 MUTUALISATION LE TRAMWAY 3 Naissance du projet Pour répondre au prolongement du T3 de la porte d Ivry (13 ème ) à la porte de la Chapelle (18 ème ) qui a commencé en janvier 2009, la Maison de l Emploi de Paris qui a joué le rôle de facilitateur a fortement impulsé le projet de mutualisation en faveur de deux AI et en y associant une Régie de Quartier. Modalité de la mutualisation La mutualisation est passée par un groupement solidaire, formalisée par la signature d une charte «éthique» reprenant les modalités de la collaboration (mise à disposition de personnel, de matériel, répartition de l activité ). Périmètre d action (localisation, structures, moyens ) Acteurs et Relations Entreprises : - Valentin - Colas - Eiffage Maison de l Emploi Entreprises : - Bouygues - Eurovia Régie Saint-Blaise- Charonne AI Secours Emploi AI Ménage Services Relations directes... Relations indirectes

15 Etendue géographique Une répartition a été réalisée par territoire : - L AI Secours Emploi située dans le 11 ème arrondissement couvre le tronçon de la Porte Dorée à la Porte de Montreuil - La Régie Saint-Blaise-Charonne située dans le 20 ème arrondissement couvre le tronçon de la Porte de Montreuil à la Porte des Lilas. - L AI Ménage Services située dans le 19 ème arrondissement couvre le reste du tronçon de la Porte des Lilas à la Porte de la Villette Ressources mutualisées Différentes ressources ont été mutualisées : - financières et comptables, - techniques : matériel, équipement, - organisationnelles : procédures administratives, réunion de pilotage et de coordination. A cela, s ajoute le soutien des têtes de réseau. Avantages La mutualisation a permis aux trois structures : - d accéder au marché du T3, - d être complémentaires au niveau du territoire et de la gestion du matériel, - de bénéficier d un partage d expérience, - de se professionnaliser, - de véhiculer une meilleure image, - d utiliser le T3 comme levier dans la réalisation de nouveaux marchés, - de disposer d une ressource financière supplémentaire. Préconisations La mutualisation présente certes des avantages, néanmoins pour éviter une mutualisation infructueuse qui pourrait avoir des répercutions négatives, il faut être vigilant sur certains points et s assurer : - d une totale transparence, - d une répartition équitable (des marchés, des investissements et des risques financiers), - d un cadre juridique définissant les rôles et les responsabilités de chaque structure, - de disposer d une trésorerie pour faire face aux délais de paiement assez long, - identifier les interlocuteurs.

16 Les facteurs de réussite La mutualisation a fonctionné car différents facteurs étaient réunis : - une totale transparence et confiance entre les trois structures, - une complémentarité géographique, - une bonne entente, - la disponibilité des différents acteurs, - le rôle de l intermédiation (facilitateur, chargé de mission, chargé de clauses sociales).

17 PROFESSIONNALISATION Bonnes Pratiques au sein des SIAE Le positionnement sur les marchés publics amène les SIAE à revoir progressivement leurs pratiques. Pour maximiser leurs chances de réussite dans l obtention des marchés publics, elles s orientent vers une démarche de professionnalisation afin de mieux répondre aux exigences des marchés et cela passe par : La Gestion et Politique RH : - Formation des permanents sur la gestion administrative, - Recrutement de profils juridiques et financiers pour la gestion des marchés publics, - Recrutement de profils métiers plus expérimentés pour l encadrement technique, - Professionnalisation de l encadrement technique sur la gestion des salariés en insertion avec la mise en place de fiches de poste, de référentiel compétences, parcours de formation, de systèmes d évaluation des compétences. L organisation : - Procédures pour standardiser les pratiques que ce soit au niveau du suivi des salariés en insertion, des propositions commerciales, - Veille concernant la publication des nouveaux marchés, abonnement à de la presse spécialisée et des revues, alertes mails - Outils de communication adaptés, à destination des entreprises, des collectivités et des associations. Le développement commercial : - Offres commerciales adaptées aux différents acteurs, - Fidélisation des clients et démarchage de nouveaux clients, - Participation à des salons et forums. La mise en place d une démarche qualité : - ISO, - CEDRE (Coorace), - Certification professionnelle par type de secteur. A titre d exemple: - La certification : Pour une EI rencontrée la certification a été un projet commun porté par les salariés permanents pour les salariés en insertion dans l optique de mieux se positionner sur les marchés publics. Son choix s est orienté vers la certification CEDRE qui participe à l amélioration de la qualité de travail, qui répond aux besoins des différents acteurs (entreprises, collectivités, particuliers) et qui prépare à la certification ISO. Cette démarche lui a permis de se faire connaître des acteurs locaux. Au-delà de l investissement financier que cela représente, la certification devient un outil qui permet à la structure d acquérir une organisation

18 comparable à celle d une entreprise classique, mais surtout elle favorise la sécurisation des parcours d insertion. - Le contrat de professionnalisation : Il s agit d une ETTI qui a recours à des contrats de professionnalisation d une durée pouvant aller de 6 à 12 mois. C est une convention tripartite signée entre l ETTI, l entreprise et le salarié en insertion. En plus d une qualification reconnue, ce type de dispositif permet de sécuriser les parcours d insertion par une mise en situation réelle de travail, et voir même dans certains cas d aboutir à un emploi stable au sein de l entreprise d accueil.

19 RESEAU D ENTREPRISE LA CAPEB 75 - Paris et Petite Couronne Naissance du projet Le Grenelle de l environnement est un ensemble de mesures en faveur de l environnement et du développement durable. L objectif est de restaurer la biodiversité en diminuant les émissions de gaz à effet de serre tout en améliorant l'efficience énergétique. Pour répondre aux enjeux de la maîtrise de la performance énergétique dans le bâtiment, la CAPEB a créé le label «Eco-Artisan» Ainsi pour faire face aux attentes du Grenelle de l environnement, les entreprises du bâtiment doivent apprendre à travailler en réseau pour accéder à la commande publique liée au développement durable et/ou à l éco rénovation. Ce faisant, la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne a sensibilisé ses adhérents sur les atouts de la mise en réseau dans le but de répondre aux marchés publics. La mise en réseau consiste à aider les artisans à s identifier entre eux, à se constituer en groupement momentané d entreprises et à réunir une expertise métier et technique et une fiabilité financière pour qu ils puissent à terme s organiser d une manière autonome et se saisir d eux-mêmes des marchés qui les intéressent. Pour cela la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne a mis en place une procédure d intégration au réseau. Procédure d intégration au réseau En vue d intégrer le réseau, la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne a mis en place une procédure qui passe par 3 étapes : 1er étape - Questionnaire Il est destiné à mieux connaitre les attentes des artisans, les critères de la mise en place de ce réseau, les conditions d éligibilité, et le rôle de la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne. Ce questionnaire a été envoyé en 2010 et en 2011 à 3000 artisans adhérents et 200 ont répondu. Ces derniers ont été convoqués à un entretien destiné à poser un diagnostic aux fins d intégrer le réseau. 2ème étape - Entretien de diagnostic Ce dernier permet à la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne de mieux connaître les attentes et le degré d implication des artisans intéressés par le projet de réseau. Pour cela, la CAPEB 75 Paris et Petite Couronne et l artisan complètent le dossier d intégration qui vise à retracer le parcours professionnel, à identifier les compétences de l entreprise et à évaluer sa capacité à intégrer le réseau. Cet entretien permet d élaborer le parcours d intégration. 3ème étape - Le parcours d intégration Il consiste à suivre un certain nombre de formations en vue d obtenir des qualifications et labels nécessaires aux marchés sur lesquels les entreprises interviendront en réseau. Pour l intégration définitive au réseau, les entreprises adhérentes doivent réunir 4 conditions : - adhésion à la chambre Syndicale,

20 - constitution d un dossier d intégration, - suivi de formations, obtention de qualifications, labels, appellations, - signature de la Charte du réseau qui définit les engagements de chaque membre. Les modalités de groupement Le Groupement Momentané d Entreprises (GME) passe par la signature d une convention où chaque entreprise garde son indépendance. Ainsi, le GME permet à des entreprises de s unir dans la mise en commun des moyens et de matériels durant l exécution d un marché. On distingue deux types de GME : - le groupement conjoint : limite la responsabilité de chaque entreprise à son champ de compétences, - le groupement solidaire engage la responsabilité de l ensemble des entreprises. En effet, en cas de défaillance d une entreprise le groupe doit s organiser pour y pallier et ce bien qu elles soient sur des métiers différents. Le rôle de la CAPEB La CAPEB accompagne les adhérents dans la démarche de groupement, cela passe par : - un soutien technique et juridique (exemple : rédaction de la convention GME), - un plan de formation adapté à leurs besoins, - une mise en relation entre adhérents. De plus, elle met à disposition des adhérents des outils tels que : - un guide sur la commande publique, - un guide sur comment se constituer en GME. A cela s ajoute, des réunions, des groupes de travail et des salons qui font la promotion du réseau. Avantages - une accessibilité aux marchés publics. - une sécurité via la diminution des risques. - une insertion sociale pour les salariés, en multipliant ses chances d embauche dans le cadre du groupement.

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES

COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES GUIDES ET RECOMMANDATIONS COMMANDE PUBLIQUE ET ACCES A L EMPLOI DES PERSONNES QUI EN SONT ELOIGNEES Guide élaboré par l Atelier de réflexion sur les aspects sociaux de la commande publique 2 ème édition

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Stratégie pour l IAE. Direccte d Ile-de-France. Avril 2015

Stratégie pour l IAE. Direccte d Ile-de-France. Avril 2015 Initiatives 77 K. Crona - Ares Avril 2015 Stratégie pour l IAE en Ile-de-FrancE 2015-2017 Direccte d Ile-de-France Rejoué Imaj Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation,

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE L ACHAT PUBLIC Commande publique et accès à l emploi des personnes qui en sont éloignées Guide à l attention des acheteurs publics Guide élaboré par l Atelier de réflexion sur

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

RELAIS CHANTIERS Bilan 2013

RELAIS CHANTIERS Bilan 2013 RELAIS CHANTIERS Bilan 2013 Gestion de la clause de promotion de l emploi Relais Chantiers - 7, Rue du Verdon - 67100 STRASBOURG : 03 88 23 32 81 - : 03 88 23 32 90 : contact@relaischantiers.eu 1 EQUIPE

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets NOUVEAUX CONTRATS Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets L Essonne au service des territoires et des Essonniens Des contrats plus simples pour une action concertée Le Conseil général, face

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

FRARU de Marseille - 29 avril 2008

FRARU de Marseille - 29 avril 2008 Préfecture de l Hérault FRARU de Marseille - 29 avril 2008 Atelier n 1 «l insertion par l économique et l emploi» Une ingénierie partenariale au service de l insertion 1 1. Conditions de mises en œuvre

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Le recueil des Fondamentaux de la Clause Sociale d Insertion et de Promotion de l Emploi

Le recueil des Fondamentaux de la Clause Sociale d Insertion et de Promotion de l Emploi Le recueil des Fondamentaux de la Clause Sociale d Insertion et de Promotion de l Emploi Ce guide est cofinancé par l Union Européenne ÉDITO La montée en puissance de la clause sociale et son impact sur

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

La Newsletter de l URIAE n 40 du 12 avril 2011

La Newsletter de l URIAE n 40 du 12 avril 2011 La Newsletter de l URIAE N 40 du 12 avril 2011 Communiqué Jérôme LEGEIN, membre du Conseil d Administration de l URIAE, serait reconnaissant envers la personne qui lui a «emprunté par inadvertance» un

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au Label Empl itude»

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au Label Empl itude» CAHIER DES CHARGES CONCERNANT «Prospection et accompagnement des entreprises candidates au Label Empl itude» CONTEXTE ET ENJEUX La labellisation Empl itude représente un levier de valorisation économique

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Guide de la Clause sociale

Guide de la Clause sociale Guide de la Clause sociale Deuxième édition décembre 2011 CE GUIDE EST COFINANCÉ PAR L UNION EUROPÉENNE Éditorial Initiée par les collectivités locales sous l impulsion des Plans Locaux pluriannuels pour

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France Contacts Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle d Ile de France Orientation et appui Service FSE

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE

PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE COMMUNIQUE DE PRESSE PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE A l occasion de l année internationale du microcrédit, Primagaz déploie une nouvelle action dans le contexte

Plus en détail

ANNEXE N 1 PROJET D AVENANT N 8 A LA CONVENTION DE SUBVENTION GLOBALE 2007/2013 DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

ANNEXE N 1 PROJET D AVENANT N 8 A LA CONVENTION DE SUBVENTION GLOBALE 2007/2013 DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Conseil régional d Ile de France 3 CP 13-347 ANNEXE N 1 PROJET D AVENANT N 8 A LA CONVENTION DE SUBVENTION GLOBALE 2007/2013 DU FONDS SOCIAL EUROPEEN @BCL@E40F32FC 06/05/2013 Conseil régional d Ile de

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

- ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel. Acheteurs de l Etat, établissements publics, collectivités locales, hôpitaux

- ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel. Acheteurs de l Etat, établissements publics, collectivités locales, hôpitaux - ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel Les Achats doivent cultiver l idée que tout besoin peut donner lieu à une recherche d innovation Acheteurs de l Etat, établissements publics,

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Séminaire interrégional des CDIAE automne 2008 - Paris. Table ronde Le plan de modernisation de l IAE, le rôle et la place des CDIAE

Séminaire interrégional des CDIAE automne 2008 - Paris. Table ronde Le plan de modernisation de l IAE, le rôle et la place des CDIAE Séminaire interrégional des CDIAE automne 2008 - Paris Table ronde Le plan de modernisation de l IAE, le rôle et la place des CDIAE Olivier WICKERS Sous-directeur de l insertion et de la cohésion sociale

Plus en détail

Droit au séjour et droit au travail

Droit au séjour et droit au travail Fiche n 1 Droit au séjour et droit au travail La liberté de circulation étant étroitement liée à celle d exercer une profession, cette fiche recouvre à la fois le droit au séjour et le droit au travail.

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

Axe 3 du Programme Opérationnel National du Fonds social européen pour l emploi et l inclusion en métropole 2014-2020

Axe 3 du Programme Opérationnel National du Fonds social européen pour l emploi et l inclusion en métropole 2014-2020 Appel à projet du Département des Yvelines dans le cadre du Fonds Social Européen Année 2015 Axe 3 du Programme Opérationnel National du Fonds social européen pour l emploi et l inclusion en métropole

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail

L appui de la collectivité à la revitalisation économique du site de Belle-Beille. Les missions de l agence Angers Loire Développement

L appui de la collectivité à la revitalisation économique du site de Belle-Beille. Les missions de l agence Angers Loire Développement Sommaire L appui de la collectivité à la revitalisation économique du site de Belle-Beille La Zone Franche Urbaine de Belle-Beille Parc d activités ZFU - Plan de commercialisation - Chiffres clés Animation

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés

Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés LES ACHATS RESPONSABLES : LEVIER POUR L INSERTION Intégrer des clauses sociales d insertion dans les marchés Page 1/60 Table des matières 1- Définition et acteurs de l insertion 5 1.1- Les personnes concernées

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Compte-rendu du Séminaire AMADEUS - CGET - CDC du 2 avril 2015 à Lyon. Le développement économique et la politique de la ville

Compte-rendu du Séminaire AMADEUS - CGET - CDC du 2 avril 2015 à Lyon. Le développement économique et la politique de la ville Compte-rendu du Séminaire AMADEUS - CGET - CDC du 2 avril 2015 à Lyon Le développement économique et la politique de la ville 1 Table des matières INTRODUCTION... 3 ATELIER 1 : DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!!

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!! Direction Générale Formation Education Contribution du groupe de travail sur l «Action prioritaire 3» du Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle «Conception et mise en place progressive

Plus en détail

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Vendredi 26 avril 2013 ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Sommaire ERDF accompagne l insertion sociale 3 La convention partenariale qui unit la Direction

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Ministère de l'intérieur Préfecture de Belfort Représentant du Pouvoir Adjudicateur (RPA)

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Présentation de la réforme : origines, contenu et calendrier 2014-2015

Présentation de la réforme : origines, contenu et calendrier 2014-2015 Présentation de la réforme : origines, contenu et calendrier 2014-2015 Présentation de la réforme : origines, contenu et calendrier 2014-2015 Samuel Berger, Chef de la mission Insertion professionnelle,

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES

Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES IUT RENNES SERVICE FORMATION CONTINUE ET ALTERNANCE (Certifié AFAQ ISO 9001 : 2008) Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES - Bénéficiaires : Personnes

Plus en détail

AIDE AU PERMIS DE CONDUIRE

AIDE AU PERMIS DE CONDUIRE PRÉSENTATION DE DISPOSITIF AIDE AU PERMIS DE CONDUIRE BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE DE LA VILLE DE METZ Une aide pour le permis contre un engagement citoyen Depuis 2009, la Ville de Metz s'est engagée dans

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN Congrès annuel à Toulouse Atelier : Les différentes modalités de contractualisation 19 juin 2014 Francis COHEN I/ Bien appréhender l univers contractuel : enjeux et réflexes à acquérir Des questions clés

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI)

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) SOMMAIRE POUR COMMENCER Qu est-ce qu un ACI? Quels sont les enjeux? Quels sont les points de vigilance à prendre en considération? ETATS DES LIEUX Les chiffres

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail