DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche"

Transcription

1 DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

2 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant formé en 2008 autour de projets de mutualisations. L objet de RAViV est l accompagnement de la mise en œuvre des projets de mutualisations initiés par ses adhérents. En 2014, le réseau comptait 82 structures adhérentes sur toute l Ile-de-France. Il est régi par un Conseil d Administration composé de dix adhérents soutenu par une équipe salariale de deux personnes. OBJECTIF DE STRUCTURE L objectif du Réseau des Arts Vivants en Ile-de-France est de favoriser le développement territorial de ce secteur à travers l accompagnement de projets collectifs et mutualisés initiés par ses structures adhérentes. Il contribue à une meilleure structuration du secteur du spectacle vivant sur l'ensemble du territoire francilien ainsi qu à la stimulation et la pérennisation des projets artistiques portés par ses adhérents. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES ACTIVITES Pour atteindre ces objectifs, RAViV se fixe pour activités : Le développement d'une infrastructure représentative du secteur. Cette infrastructure, animée par des professionnels des arts vivants, contribue au partage et à la mutualisation d'informations, d'expériences et de savoir-faire entre les compagnies et structures de droit privé à but non lucratif. Elle contribue également à la construction d'une parole collective qui lui est propre. La mise à disposition de locaux administratifs, de locaux de répétitions et de lieux de stockage au service des compagnies, en partenariat avec les institutions et autres structures compétentes. La mise en place d outils de travail sur le principe de la mutualisation et d un service de partage de ces outils. L'organisation de manifestations, de débats et de tout autre événement public ayant pour objectifs : - de rendre plus visibles les projets et actions du réseau - de s interroger sur les enjeux de professionnalisation du secteur induits par nos actions de mutualisation - de nourrir la réflexion nécessaire à la reconnaissance croissante du tiers secteur des arts vivants par la société civile, les institutions publiques et privées. Le réseau RAVIV en tant qu acteur visant l amélioration des conditions de travail artistique, technique et administratif des compagnies souhaite inscrire son action dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire (ESS). A ce titre RAVIV compte demander en 2015 l agrément ESS. En réaffirmant ainsi ces valeurs le réseau RAVIV souhaite continuer à élargir ses partenariats. 3

3 MUTUALISATION DE BUREAUX ADMINISTRATIFS La nécessité de structuration des compagnies passe par l accès à des bureaux administratifs. C est une des priorités affirmées par les structures de création du spectacle vivant franciliennes. Depuis juin 2013, des adhérents de RAViV sont organisés en groupe de travail afin de réfléchir et répondre collectivement à ce besoin : développer leurs activités professionnelles dans un environnement adapté. EXPERIMENTATION DU LUT ESS ETAT DES LIEUX ET EVOLUTION Depuis septembre 2014, neuf compagnies franciliennes se partagent un espace de bureaux au Lut ESS, pépinière d entreprise de l Economie Sociale et Solidaire, dans le 19eme arrondissement parisien. Cinq postes de travail sont installés dans ce bureau et répartis entre les compagnies selon un agenda fixé entre les participants. Structuration et pérennisation du projet Le groupe de travail du projet a mis en place un fond de réserve solidaire dès l entrée des compagnies dans les locaux. Ce fond constitué intégralement par les apports des compagnies a pour but : - de favoriser la mutualisation des outils de travail en permettant l achat de matériel commun. - d assurer la pérennité du projet en cas de départ ou de défaut de paiement exceptionnel d une compagnie. Le taux de remplissage du planning d occupation est actuellement de 82%. Pour atteindre l équilibre budgétaire le projet doit encore accueillir au minimum deux compagnies. Nous travaillons activement à la recherche de ces nouveaux acteurs du projet. De par l autogestion des compagnies, ce projet demande plus qu un simple investissement financier des bénéficiaires. Le travail d intégration de nouvelles compagnies est donc complexe : explication du fonctionnement, rappel des valeurs de l association, sans oublier l importance des rapports humains entre compagnies. Avec le groupe de travail, nous avons souhaité que les compagnies prennent une part prépondérante dans le suivi opérationnel et budgétaire ; l objectif final étant une autonomie totale du projet. Cette année un travail d amélioration des outils de suivi sera nécessaire, nous continuerons donc à travailler sur la plateforme internet de partage de documents, les outils de gestion informatisés, la rédaction d avenants aux conventions préexistantes et à l organisation des instances de décisions démocratiques du projet. Solidarité financière entre compagnies Le groupe de travail du projet constitué des représentants des compagnies bénéficiaires des locaux a souhaité allouer une partie du fond de réserve solidaire à la solidarité professionnelle entre compagnies. Ce mécanisme prend la forme d avances de trésorerie destinées aux structures en difficulté passagère. Les objectifs de ce fond ont été fixés contractuellement avec les compagnies à leur entrée dans les locaux. La mise en place empirique de ce mécanisme fera l objet d une réflexion centrale en 2015 à RAVIV. Nous mettons actuellement en place un processus normalisé pour décider de l utilisation de ce fond et travaillons à une gestion administrative efficace assurant une transparente totale. 4

4 Réflexion sur la mise en place d investissements mutualisés Une première expérience de mutualisation de matériel a été effectuée fin 2014 à l occasion de l achat du photocopieur mis à disposition dans le bureau. Pour assurer l investissement équitable des compagnies (compte tenu des départs et des arrivées de compagnies dans le projet), RAVIV a pris en charge le coût initial de l investissement qui sera ensuite remboursé mensuellement par les compagnies pendant 2 ans. Ce type d opération d achat mutualisé permet aux compagnies d acquérir du matériel professionnel, inaccessible de manière individuelle. L investissement par RAVIV permettant aux compagnies d acquérir des outils de travail sans dégager immédiatement la trésorerie. RAVIV souhaite renouveler ce type d initiative, cependant ceci ne pourra se faire que si l association trouve les moyens d avancer la trésorerie nécessaire. Nous étudions actuellement les aides à l investissement dans le domaine de la Culture et de l Economie Sociale et Solidaire Etude de la faisabilité de mutualisation des emplois Le partage des locaux administratifs créé un lien entre les compagnies permettant d entrevoir un élargissement toujours plus important du champ de la mutualisation. Aujourd hui les compagnies du Lut ESS souhaitent réfléchir à la mise en place d une mutualisation des moyens humains pour l administration des compagnies. Le réseau RAVIV accompagnera donc cette réflexion en 2015 en créant un groupe de travail à part entière sur le sujet. La mutualisation d emplois étant sujette à une législation plus complexe que tout autre projet de ce type, RAVIV réfléchit activement aux moyens à mettre en œuvre pour acquérir collectivement une expertise sur ce sujet. RELEXION SUR UNE SECONDE EXPERIMENTATION DE PARTAGE D ESPACES DE TRAVAIL ADMINISTRATIF Sous l impulsion du groupe de travail élargi, les compagnies adhérentes de RAViV souhaitent poser les fondements d une nouvelle expérimentation de mutualisation de bureaux administratif inspirée des réalités de celle du Lut ESS sans forcement en reproduire le modèle. La conception d une nouvelle expérimentation nécessite une réflexion engagée, un travail de recherche assidu et une étude faisabilité économique avant sa réalisation matérielle. En amont de son lancement, RAViV amorce une phase de réflexion sur les modèles économiques des projets mutualisés. Cette réflexion répond à la nécessité d'acquérir un langage commun pour discuter et analyser collectivement des choix économiques et financiers inhérents à chaque chantier de l'association, faisant ainsi écho aux formations proposées en 2015 par le réseau. L'objectif étant de développer les compétences d'analyse financière des bénévoles de l'association en charge de la rédaction et de la mise en œuvre de nouveaux projets de mutualisation. A long terme le réseau souhaite pouvoir mettre en place des outils de suivi budgétaire qui faciliteront la mise en œuvre de ses projets. 5

5 MUTUALISATION DE LIEU DE STOCKAGE Egalement identifié comme l un des besoins majeurs des compagnies en Ile de France, l expérimentation de mutualisation d un lieu de stockage de matériel regroupe cinq compagnies depuis En 2015 cette expérimentation entre dans la phase de développement des règles de mutualisation du matériel. Les participants cherchent à ouvrir ce partage à l ensemble des adhérents RAViV et à agrandir leur capacité de stockage. EXPERIMENTATION DU HARAS EXTENSION DU PROJET ET MODELISATION L année 2014 a été l occasion pour RAVIV et les compagnies participantes de consolider leur mode de fonctionnement, du point de vue de la gestion même du lieu comme de la valorisation du matériel stocké. Accroissement du projet L expérience du HARAS, local de stockage, mis en place avec les compagnies à Chambly (95), montre que ce modèle de mutualisation entre compagnies peut fonctionner financièrement et opérationnellement de manière quasi autonome. Ainsi, après une phase de stabilisation, le projet HARAS a pu atteindre l équilibre financier en 2014 et développe en 2015 ses objectifs : - Accueil de nouvelles compagnies - Formation technique à l utilisation du matériel mutualisé - Création d outils de partage (convention de prêt, fichier et plateforme numérique du matériel mutualisé) Après quatre ans d expérimentation, le projet HARAS se pérennise dans une forme économiquement viable pour les structures participantes. La modélisation de l expérience débutée en 2014 sera donc poursuivie en 2015, par le développement de la communication existante et de l engagement du dialogue avec les collectivités territoriales intéressées par un partenariat. Les adhérents acteurs de ce projet souhaitent étendre cette expérience selon les axes suivants : - Poursuite des actions déjà engagées - Expérimentation de méthodes permettant la mutualisation du matériel stocké - Recherche de financements pour financer la formation des adhérents à l utilisation du matériel spécifique et l embauche d un régisseur responsable du parc de matériel (réfection, vérification d usage, formation et gestion du partage) Le besoin croissant de stockage des compagnies présentes au HARAS justifient la recherche de solutions d expansion du projet. Certaines compagnies, en recherche d espaces supplémentaires sont actuellement concentrer sur la traduction financière de cette option (analyse des besoins existants, intégration de nouvelles structures participantes, recherches de financements complémentaires, ). En 2015, une phase d action et d agrandissement de l espace existant au HARAS et la mise en place d expérimentations similaires sur d autres territoires sont d ores et déjà engagées, permettant aux adhérents de RAVIV de participer à l expérience et/ou d initier d autres projets de mutualisation de stockage. 6

6 Modélisation et reproduction du projet Grâce au soutien du F.S.I.R le groupe de travail élargi souhaite formaliser l expérimentation mise en place pour dégager un modèle économique, que l on peut aujourd hui assurer viable, dans le but de pouvoir multiplier ce type d expérience en Ile-de-France. En 2015 : - RAViV cherche à développer des expérimentations similaires et est à la recherche de nouveaux lieux de stockage pour répondre aux besoins croissants des compagnies franciliennes, manifestant leurs intérêts à participer à un projet de stockage mutualisé. - RAViV initiera des partenariats avec les collectivités territoriales franciliennes et une réflexion sur un meilleur maillage territorial des possibilités de stockage pour les compagnies. 7

7 PARTAGE DE SAVOIRS ET DE SAVOIR FAIRE ATELIER DE CRITIQUE SOLIDAIRE EXTENSION DU PROJET L atelier mensuel de Critique solidaire est animé par les adhérents du réseau. Cet atelier est un espace de travail entre compagnies qui permet à chaque participant de recevoir un regard critique, bienveillant et constructif de ses pairs, sur ses outils de communication. Cet outil cadré, au fonctionnement spécifique, reconnu par les adhérents trouve écho dans d autres expérimentations puisqu il est aujourd hui associé au développement du Partage d espace(s) de travail et de répétitions. Il est également élargi à d autres supports de travail, notamment aux démarches artistiques des compagnies. En 2015 nous souhaitons initier des «Ateliers de critique solidaire artistique» fonctionnant sur le même modèle : chaque compagnie ayant prévu de présenter une étape de travail devant des professionnels pourra faire appel, quelques jours en amont, au regard critique solidaire de quelques adhérents de RAViV pour bénéficier de retours constructifs sur sa proposition. A travers l extension constante des Ateliers de Critique solidaire, RAVIV souhaite participer de manière toujours plus importante au développement des liens professionnels et informels entre les membres de compagnies franciliennes. ESPACE DE RECHERCHE(S) SOLIDAIRE(S) DEVELOPPEMENT ET CONSOLIDATION À partir des besoins exprimés par ses adhérents, RAVIV initie une expérimentation transversale entre Partage(s) d espace de travail et de répétitions et Critique solidaire. Des compagnies se sont regroupées pour étendre l expérience de Partage d espace(s) de travail et de répétitions au reste de l'année sur les périodes de vacances scolaires sous une forme nouvelle. Associés aux ateliers de Critique solidaire, ces temps de travail visent à réunir les compagnies autour d'un temps de création et à échanger librement et solidairement autour de leurs travaux et outils pendant leurs périodes de répétitions. Les objectifs sont multiples : - Inventer et expérimenter des solidarités innovantes dans l acte de créer. - Stimuler la rencontre entre des projets, des équipes, des axes de recherches, d expérimentation, des questionnements artistiques. - Mettre à l épreuve une intuition, un geste artistique, une recherche dès le début d un processus avec ou sans objectif de production. - Permettre aux compagnies de renforcer, de clarifier ou d'élargir leurs perspectives de création dans une dynamique de partage et d échanges. 8

8 Cette expérimentation doit permettre à chaque équipe artistique, selon des principes de solidarité et la notion de bienveillance, d interroger, de confronter, et de repérer les forces et faiblesses de sa proposition, les axes forts de son travail et ceux à renforcer. Pendant une semaine, quatre à six équipes artistiques sont rassemblées dans un même lieu pour initier, explorer, développer leurs recherches artistiques. Chaque compagnie bénéficie de six à huit demi-journées de travail sur le plateau. La semaine se conclut par la présentation d un court extrait du travail accompli par chaque compagnie. Cette présentation est soumise à la critique solidaire et bienveillante des autres participants. L'ensemble des compagnies se met donc au service de l'équipe artistique qui présente son travail en lui faisant des retours qui ont pour but de l éclairer dans sa recherche. En 2015, avec le soutien d ARCADI dans le cadre du F.S.I.R, nous souhaitons reconduire à deux reprises, sur une période d une semaine à chaque session, cette riche expérience qui soutient les compagnies dans leur volonté de professionnalisation tant au niveau de leur structuration qu au niveau de leur démarche artistique. 9

9 COMMUNICATION ET VALORISATION DES EXPERIMENTATIONS CREATION D UNE PLATEFORME RESSOURCE Depuis le début de l année une réflexion sur le développement de la communication interne et externe a été menée au sein de l association. Un projet de refonte du site web a été lancé. Prenant une nouvelle place dans la stratégie de communication numérique de RAVIV, ce nouveau site doit devenir à terme un outil de partage des enseignements tirés de différentes expérimentations et de diffusion de son expertise. Le projet de refonte du site web de l association, engagé en 2014, aboutira à sa mise en ligne courant Le cahier des charges de cet outil comprend : - La création d une plateforme ressource permettant à l association RAVIV de valoriser en Ile-de-France et ailleurs les compétences et les savoirs issus de ses expérimentations. - Un outil de recensement des moyens et des besoins en mutualisation des adhérents. Une carte interactive permettra ainsi aux adhérents d identifier plus aisément de possibles rapprochements, avec d autres membres du réseau et initier de nouveaux projets. - La possibilité de développer la communication interne sur l organisation des projets du réseau (partage des comptes-rendus, agendas partagés, documents à télécharger). De manière générale, ce nouveau site web, ancré dans le web 2.0 devra laisser une place accrue à la participation des adhérents dans l actualisation des contenus et une large diffusion des activités croissantes du réseau. ORGANISATION DU FORUM ACTE V : NOVEMBRE 2015 Le Forum est un espace d échanges, de réflexions et d interrogations sur les pratiques et expérimentations de mutualisation des équipes artistiques du spectacle vivant. La prochaine édition sera organisée au mois de novembre RAViV cherche à mettre en relief les pratiques concrètes et les innovations portées par ses adhérents pour favoriser une autre économie sur les territoires, en s inscrivant dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire. Fort du succès de l acte IV du Forum, RAVIV souhaite poursuivre la réflexion engagée avec les compagnies, les représentants professionnels et les acteurs publics sur l intégration des démarches de mutualisation dans le champ de l Economie Sociale et Solidaire tout au long de l année 2015 et conclue en novembre par un Forum #5. A l aube de l acte V et au regard des thématiques qui ont pu émerger lors de la dernière édition du Forum, RAViV souhaite pouvoir effectuer un travail s articulant sur l ensemble de l année dans le cadre de rencontres informelles mensuelles. Notre volonté est de continuer les échanges, de les renforcer et d ouvrir sur des questionnements posés par membres du réseau. 10

10 Différentes thématiques sont identifiées : les financements solidaires (fond mutualisé de trésorerie, démarches solidaires pour des compagnies en difficultés ) la question de l emploi partagé (forme de regroupement autour de l emploi comme les groupements d employeurs ) Le rythme de ces rendez-vous réguliers permettra d identifier bien en amont le thème de cette rencontre, d y associer les partenaires pour qu ils puissent s emparer des questions abordées et y contribuer tout au long de l année. Il permettra également une communication plus large de l évènement, l intervention de personnalités extérieures et la participation de nombreuses compagnies franciliennes. Prochaines étapes : - Définition du calendrier pour construire ces temps de rencontres - Articulation e la démarche de RAViV avec les initiatives d autres acteurs culturels et /ou de l ESS qui peuvent porter ce types de questions (Atelier IDF, Relais Culture Europe, Opale, Arcadi ). - Anticipation de la construction du Forum avec un comité de pilotage qui pourra se tenir en juin pour mieux définir le rôle de chacun et travailler sur une construction plus collective. - Identifier et associer les partenaires sur le processus de construction du forum. 11

11 CONTACT : Responsable légale : Arlette DESMOTS Présidente de RAViV. Coordination du projet : Géraldine TRONCA Administration : Damien COFFIN RAVIV Réseau des Arts Vivants en Ile de France Maison des Réseaux artistiques et culturels 221 rue de Belleville PARIS

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire et Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire 10 jours de mars à juin 2015 En partenariat avec HorsLesMurs OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

Plus en détail

ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles

ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles ETAPE 3 : APPEL D AIR De la halle Spada aux Abattoirs Rencontres / débats / spectacles L'Entre-Pont aux Abattoirs : greffer les arts vivants... L'Entre-Pont, association de gestion d'un lieu de création

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Catalogue Formations 2015

Catalogue Formations 2015 Catalogue Formations 2015 Thème 1 La Comptabilité & Gestion des entreprises de l ESS Module 1 / session Les outils budgétaires appliqués aux associations Assurer le suivi et l analyse du budget Maîtriser

Plus en détail

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire 10 jours de novembre 2014 à février 2015 En partenariat avec Lieux publics - Centre

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Programme REPERE, année 2011 «Réseau d échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l expertise»

Programme REPERE, année 2011 «Réseau d échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l expertise» Second appel à projets Programme REPERE, année 2011 «Réseau d échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l expertise» Remise des projets : le 15 mars 2011 Date de publication : 17 décembre

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Point d étape au 2 avril 2015 :

Point d étape au 2 avril 2015 : Point d étape au 2 avril 2015 : Rapprochement entre les Fédérations thématiques régionales et le Groupement des Réseaux de santé d Ile-de-France : vers une représentation régionale unique des réseaux de

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION Objectif Actions à mener Outils Thématiques à aborder Contexte de création Évaluer l opportunité de création d un GE Entretien d opportunité Analyse

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation La Charte de l'enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre de 2001 prévoyait que le directeur "conçoit, organise

Plus en détail

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL Mardi 10 décembre 2013 DOSSIER DE PRESSE LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL I. Le contexte national Alors que la demande sociale est en constante augmentation

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail

Le bagic c est pour qui?

Le bagic c est pour qui? Le bagic c est pour qui? Vous pilotez une Maison de Jeunes, un Centre d Information des Jeunes ou un Centre de Rencontres et d Hébergement? Vous coordonnez des projets à destination des jeunes? Vous désirez

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN.. LAMBALLE.ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS - 2013-2016 1 SOMMAIRE : - Edito du Président du Conseil Général

Plus en détail

SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES

SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES MINISTÈRE DU TRAVAIL DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Direction générale de l action sociale Sous-direction de l animation territoriale et du travail social Bureau des professions sociales et

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 CHAPITRE 1 UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ AU SEIN DE LA COMUE UPE UPE : DU PRES À LA COMUE 2007 : UPEC et UPEM deviennent membres fondateurs

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie CONVENTION La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie La Caisse Nationale d Assurance Vieillesse (CNAV) Et La Caisse Centrale de

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL POSITIONNEMENT DE L URIOPSS BRETAGNE Juin 2013 LES POSITIONNEMENTS DE L URIOPSS BRETAGNE Le Projet Régional de Santé de

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013

WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013 WORLD CAFE DU COMITE 21 Evaluation de l Agenda 21 Mercredi 22 mai 2013 Programme de la journée 10h00 Introduction par le Comité 21 10h15 10h45 11h00 12h30 Présentation des enjeux de l évaluation par Auxilia

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION ANNEE 2012-2013 2 I. CONTEXTE ET ORIENTATIONS GENERALES... 3 II. RAPPROCHER LES GROUPES ET LE RESEAU DANS LA CONSTRUCTION D'UNE AGRICULTURE PAYSANNE... 4 DES INTERAMAP

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Le plan d action du Projet Associatif 2015-2020

Le plan d action du Projet Associatif 2015-2020 Le plan d action du Projet Associatif 2015-2020 En complémentarité des fondamentaux, la Maison de l emploi a défini des priorités d actions répondant au diagnostic des groupes de travail sur : L offre

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation DEMOKRATIE «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation civique en Suisse» Un projet visant à renforcer la démocratie La Suisse est fière de sa longue tradition civique,

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Guide d accueil. des. Ateliers Métiers et Compétences

Guide d accueil. des. Ateliers Métiers et Compétences Service du personnel et de la fonction publique Le référentiel des métiers de l administration de la Polynésie française Guide d accueil des Ateliers Métiers et Compétences - 1 - Ia orana, Cher collègue,

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

sociale & solidaire en Aquitaine

sociale & solidaire en Aquitaine chiffres clés L économie sociale & solidaire en Aquitaine édition 2015 2 édito SOMMAIRE Définition 3 Les chiffres clés de l Aquitaine 4 Focus secteurs 6 L Insertion par l Activité Economique (IAE) 6 Les

Plus en détail

Diagnostic comparé de la situation de l emploi et de la formation professionnelle 1997-2004

Diagnostic comparé de la situation de l emploi et de la formation professionnelle 1997-2004 Établissement public sous tutelle du Ministère de l Éducation nationale, et du Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Diagnostic comparé de la situation

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

La professionnalisation de la fonction «ressources humaines» au sein des établissements de santé est donc en Ile-de- France un enjeu majeur.

La professionnalisation de la fonction «ressources humaines» au sein des établissements de santé est donc en Ile-de- France un enjeu majeur. Annexe : extrait du programme fonctionnel 1- Périmètre 1.1. Contexte du projet L Agence régionale de santé d Ile de France L Agence Régionale de Santé (ARS) est la clef de voûte de la nouvelle organisation

Plus en détail

Option culture, virage numérique

Option culture, virage numérique Option culture, virage numérique François Macerola Président et chef de la direction Société de développement des entreprises culturelles François Macerola est président et chef de la direction de la Société

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

Base de données documentaires [financement ACSE]

Base de données documentaires [financement ACSE] Réseau Ressources pour l Égalité des Chances et l Intégration (RECI) Rapport d activité 2010 Le programme de travail 2010 s est décliné autour de quatre types d actions : des outils, de la production de

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80. equipe@kinogeneva.ch www.kinogeneva.ch

Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80. equipe@kinogeneva.ch www.kinogeneva.ch Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80 equipe@kinogeneva.ch La 3ème édition du Kino Kabaret aura lieu 18 au 28 janvier 2016 (dates sous réserve). L'équipe KinoGeneva est à la recherche de personnes

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Projet d accord-cadre sur la qualité de vie au travail dans la fonction publique

Projet d accord-cadre sur la qualité de vie au travail dans la fonction publique Projet d accord-cadre sur la qualité de vie au travail dans la fonction publique Les conditions d exercice des missions des agents publics, leurs métiers et l organisation des services ont beaucoup évolué

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

POPMIND 2014 : http://www.pop- mind.eu/index.php/fr/

POPMIND 2014 : http://www.pop- mind.eu/index.php/fr/ Plus que jamais, en ce terrible début d année 2015, nous apparaît la nécessité de partager nos valeurs, de les questionner à l aulne de nos métiers, de ce que représente le fait d être aujourd hui un professionnel

Plus en détail

100 Jours 100% Gagnants

100 Jours 100% Gagnants 100 Jours 100% Gagnants Charte et guide du parrainage Le Département du Pas-de-Calais se veut porteur d une ambition et de projets pour la jeunesse. Le 17 décembre 2012, il s est donc doté d un Pacte départemental

Plus en détail

Réseau Compostage-au-jardin

Réseau Compostage-au-jardin Alexia HEBRAUD Aubagne, janvier 2012 - rev avril 2012 Réf. :AH/1201.001.PRO.GFR Réseau Compostage-au-jardin RESEAU COMPOSTAGE AU JARDIN PROMOTION DU COMPOSTAGE DOMESTIQUE ET MICRO-COLLECTIF PHASE V VERS

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET DOCUMENT PROJET Maître d ouvrage : ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES Objet : EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL DU

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Journée d actualité du CNFPT. La mise en œuvre de la réforme des travaux à proximité des réseaux (DT-DICT) MONTIGNY Le - BRETONNEUX - le 28 juin 2013

Journée d actualité du CNFPT. La mise en œuvre de la réforme des travaux à proximité des réseaux (DT-DICT) MONTIGNY Le - BRETONNEUX - le 28 juin 2013 Journée d actualité du CNFPT La mise en œuvre de la réforme des travaux à proximité des réseaux (DT-DICT) MONTIGNY Le - BRETONNEUX - le 28 juin 2013 Impacts pour les collectivités - témoignage Erwan LEMARCHAND

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE 1 LE HANDICAP, UN ATOUT POUR L ENTREPRISE DÉMYSTIFIER LE HANDICAP ET FAVORISER LE MAINTIEN DANS L EMPLOI CONNAITRE LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE ADMINISTRATIVE DU HANDICAP MIEUX CONNAÎTRE LE HANDICAP

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD COMMUNAUTE D AGGLOMERATION SAINT-ETIENNE METROPOLE Argo&Siloe DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD Restitution 4 juillet 2013 Définition 9 rue des d une Tuiliers stratégie

Plus en détail

Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa

Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa Dossier de presse Contacts presse : Ministère des solidarités et de la cohésion sociale - 01 42 75 50 01 Assemblée des départements de

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail