Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique"

Transcription

1 Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique Introduction Le résumé psychiatrique minimum (RPM) révèle qu'entre l'admission médicale et la sortie, des patients réalisent de meilleurs scores à l'évaluation globale du fonctionnement (EGF) 1. Si cette amélioration est due au traitement des patients, il faut s'attendre à une corrélation significativement positive entre la durée du traitement et l'amélioration du score EGF. Les patients qui restent peu longtemps en traitement améliorent moins leur score que ceux qui sont traités plus longtemps. Si l'amélioration du score EGF est manipulée, il ne faut pas s'attendre à une corrélation significative parce qu'alors une amélioration serait enregistrée pour chaque durée de traitement. Il n'est pas illusoire de penser que le score à la sortie est manipulé puisque le score à l'admission est connu dans le RPM. Évaluation globale du fonctionnement (EGF) L'EGF est une composante du DSM-IV qui, outre un codage du ou des diagnostics psychiatriques principaux et secondaires, demande également d'indiquer les problèmes physiques et/ou sociaux qui ont éventuellement une incidence supplémentaire sur la problématique du patient et son traitement, et d'évaluer d'une manière générale dans quelle mesure la psychopathologie du patient influence son fonctionnement psychosocial. Dans cette évaluation, il ne faut pas tenir compte de facteurs limitants externes (physiques et/ou dans le cadre de vie du patient). Le score EGF reflète sur une échelle de 1 à 100 dans quelle mesure le fonctionnement psychosocial du patient est altéré par des symptômes psychopathologiques. L'EGF distingue 10 niveaux de fonctionnement psychosocial : Niveau supérieur de fonctionnement dans une grande variété d'activités. N'est jamais débordé par les problèmes rencontrés. Est recherché par autrui en raison de ses nombreuses qualités. Absence de symptômes Symptômes absents ou minimes (p. ex., anxiété légère avant un examen), fonctionnement satisfaisant dans tous les domaines, intéressé et impliqué dans une grande variété d'activités, socialement efficace, en général satisfait de la vie, pas plus de problèmes ou de préoccupations que les soucis de tous les jours (p. ex., conflit occasionnel avec des membres de la famille) Si des symptômes sont présents, ils sont transitoires et il s'agit de réactions prévisibles à des facteurs de stress (p. ex., des difficultés de concentration après une dispute familiale) ; pas plus qu'une altération légère du fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., retard 1 RPM 2004 : Flux d'entrée et de sortie de patients dans les soins de santé mentale résidentiels, p. 43 (http://www.health.belgium.be/eportal/healthcare/healthcarefacilities/registrationsystems/mpd(minimumpsychiat ricdata)/publications/index.htm - 1 -

2 temporaire du travail scolaire) Quelques symptômes légers (p. ex., humeur dépressive et insomnie légère) ou une certaine difficulté dans le fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., école buissonnière épisodique ou vol en famille) mais fonctionne assez bien de façon générale et entretient plusieurs relations interpersonnelles positives Symptômes d'intensité moyenne (p. ex., émoussement affectif, prolixité circonlocutoire, attaques de panique épisodiques) ou difficultés d'intensité moyenne dans le fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., peu d'amis, conflits avec les camarades de classe ou les collègues de travail) Symptômes importants (p. ex., idéation suicidaire, rituels obsessionnels sévères, vols répétés dans les grands magasins) ou altération importante du fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex. absence d'amis, incapacité à garder un emploi) Existence d'une certaine altération du sens de la réalité ou de la communication (p. ex., discours par moments illogique, obscur ou inadapté) OU déficience majeure dans plusieurs domaines, p. ex., le travail, l'école, les relations familiales, le jugement, la pensée ou l'humeur (p. ex., un homme déprimé évite ses amis, néglige sa famille et est incapable de travailler ; un enfant bat fréquemment des enfants plus jeunes que lui, se montre provocant à la maison et échoue à l'école) Le comportement est notablement influencé par des idées délirantes ou des hallucinations OU troubles graves de la communication ou du jugement (p.ex., parfois incohérent, actes grossièrement inadaptés, préoccupation suicidaire) OU incapable de fonctionner dans presque tous les domaines (p. ex., reste au lit toute la journée, absence de travail, de foyer ou d'amis) Existence d'un certain danger d'auto ou d'hétéro-agression (p. ex., tentative de suicide sans attente précise de la mort, violence fréquente, excitation maniaque) OU incapacité temporaire à maintenir une hygiène corporelle minimale (p. ex., se barbouille d'excréments) OU altération massive de la communication (p. ex., incohérence indiscutable ou mutisme) Danger persistant d'auto ou d'hétéro-agression grave (p. ex., accès répétés de violence) OU incapacité durable à maintenir une hygiène corporelle minimale OU geste suicidaire avec attente précise de la mort. Objectif de l'egf Le psychiatre traitant peut déterminer le score EGF à différents moments du traitement dans le but de suivre l'évolution du patient et, partant, l'efficacité du traitement mis en place. Par ailleurs, un hôpital et/ou un organisme assureur peuvent décider sur la base du score EGF si une admission est justifiée, combien de temps elle peut durer et/ou si une indemnité peut être accordée (Warsi, 2007, Woldoff, 2004, Moos, 2002)

3 Fiabilité et validité L'objectif étant fixé, il est important que deux évaluateurs arrivent pour le même patient au même score EGF au même moment (fiabilité, consistance) et qu'un changement de score ne soit pas imputable à des considérations subjectives ou autres coïncidences, mais à un changement effectif de fonctionnement (validité, précision). Lors d'une évaluation de patients atteints de trouble psychotique, l'egf a obtenu une évaluation B/C pour la fiabilité, une C pour la validité en ce qui concerne le fonctionnement social comme critère externe et une évaluation A pour la sensibilité au changement de fonctionnement à la suite du traitement (Mausbach, 2009). S'agissant de la fiabilité interjuges, certaines études y souscrivent (Hilsenroth, 2000), d'autres restent sceptiques lorsqu'un entraînement n'est pas prévu, étant donné que le score porte à la fois sur la symptomatologie et sur le fonctionnement psychosocial (Woldoff, 2004, Janca, 2001; Warsi, 2007). D'autres encore estiment que la fiabilité de l'egf ne peut être garantie qu'au niveau collectif, étant donné que les évaluateurs ne témoignent pas toujours du même sens aigu des responsabilités (Söderberg, 2005). Quant à la validité, la conclusion est que l'egf peut être utilisée dans la pratique clinique comme mesure générale de la santé mentale. Toutefois, le score est surtout influencé par la symptomatologie du patient et moins par son fonctionnement social (Tungström, 2005, Woldoff, 2004). Conclusion : le score EGF est fiable au niveau collectif et suffisamment sensible au changement de l'état clinique du patient. Fiabilité de l'egf dans le RPM Dans le RPM, l'egf est cotée dans différents établissements. C'est pourquoi il est important que les scores soient comparables. Lorsque des patients quittent un établissement pour un autre, les scores EGF communiqués à la sortie devraient correspondre aux scores EGF à l'admission dans le nouvel établissement. L'intervalle de temps entre les deux périodes d'évaluation est faible et, de plus, le patient est préparé à une telle sortie, ce qui rend moins probables les différences de symptomatologie imputables au déménagement. Lorsqu'on sélectionne parmi les séjours médicopsychiatriques terminés en hôpital psychiatrique (HP) en 2007 ceux qui ont comme destination à la sortie une initiative d'habitation protégée (IHP) ou une maison de soins psychiatrique (MSP), on obtient un groupe de N=2031 séjours avec un score EGF moyen 2 à la sortie de 49 (ET=14). La médiane égale 50 (Pc25=40 et Pc75=60). Lorsqu'on sélectionne parmi les admissions médicales en IHP et en MSP en 2007 celles où le cadre de vie le plus important au cours des trois mois ayant précédé l'admission est l'hôpital psychiatrique, on obtient alors un groupe de N=1950 séjours avec un score EGF moyen à l'admission de 47 (ET=13). La médiane égale 50 (Pc25=40 et Pc75=55). Il y a une concordance presque parfaite entre les deux groupes (1950/2031=96 %), étant donné que tous les HP, IHP et MSP enregistrent le RPM. Les nombres N peuvent être différents parce 2 Tous les séjours ayant un score EGF à l'admission et/ou à la sortie égal à 0 ont été négligés

4 que l'établissement qui reçoit le patient n'enregistre pas nécessairement l'établissement référent comme cadre de vie pour l'admission. C'est le cas, par exemple, des patients qui au cours des trois mois avant l'admission ont séjourné plus longtemps dans un autre cadre de vie que dans l'établissement référent. C'est pourquoi l'on a choisi en l'espèce les renvois depuis un HP et non depuis un SPHG. Inversement, il arrive que des patients adressés à une IHP ou une MSP ne s'y retrouvent finalement pas, même si l'on peut admettre que ce nombre est faible. Dans le RPM, il n'est pas possible de comparer deux par deux les patients des deux groupes, car les numéros d'identification des patients ne sont pas uniques entre établissements. La comparaison des distributions des scores EGF à la sortie et à l'admission ne montre que des différences minimes, comme l'illustre le tableau ci-après. Les évaluateurs de l'établissement référent (HP) évaluent le fonctionnement de leurs patients en moyenne (EGF=49) un peu plus élevé que ceux de l'établissement qui les reçoit (EGF=47). L'évaluation moyenne des patients qui passent d'un HP à une MSP est un peu plus élevée dans le HP que dans la MSP qui les reçoit. Par ailleurs, on constate que des patients qui passent d'un HP à une IHP obtiennent en moyenne le même score, à l'exception des scores bas.. Transfert Transfert Population HP IHP HP MSP totale Score EGF à la sortie de HP N Moyenne Écart type Pc Médiane P Score EGF à l'admission en IHP/MSP : N Moyenne Écart type Pc Médiane P Conclusion : Analyser la fiabilité des scores exige en soi que ces scores puissent être comparés au niveau individuel. Ceci n'étant pas possible dans le RPM, on utilise la comparaison des distributions comme indication grossière. Cet exercice ne donne pas d'évidence contre une fiabilité acceptable. Mais il est donc possible en principe que des patients qui sont moins cotés dans un HP - 4 -

5 obtiennent un score plus élevé dans une IHP et, à l'inverse, des patients qui sont bien cotés dans un HP obtiennent un score plus bas dans une MSP. UValidité de l'egf dans le RPM Une comparaison des scores EGF à l'admission et à la sortie a montré une amélioration des patients en HP et en SPHG, ce qui n'était pas le cas des résidents en IHP et en MSP. Ces derniers 3 établissements ne traitent pasf F. Si cette amélioration est bien réelle chez les patients et est imputable au résultat d'un traitement, il faut alors s'attendre à une corrélation positive entre la durée du traitement en tant que critère externe et l'amélioration du score EGF. Si l'amélioration du score EGF est manipulée, il ne faut pas s'attendre à une corrélation significative parce qu'alors une amélioration serait enregistrée pour chaque durée de traitement. Il n'est pas illusoire de penser que le score à la sortie est manipulé puisque le score à l'admission est connu dans le RPM.. Le score EGF étant plutôt une mesure au niveau ordinal qu'au niveau ratio, on calcule le coefficient rhô de Spearman. Si on sélectionne dans le RPM les séjours médicopsychiatriques en HP et en SPHG, qui ont commencé et se sont terminés (en concertation) en 2007 (N=63677), on trouve une corrélation de Spearman significative de (p<.0001) entre la durée de séjour en jours civils et la différence entre le score EGF à la sortie et à l'admission. Le score EGF à l'admission était en moyenne de 43.2 (ET=14.5, médiane=42) et à la sortie de 55.6 (ET=14.7 médiane=56). Cette corrélation faible mais significative signifie qu'une amélioration plus nette se réalise 4 lorsque le traitement dure plus longtempsf F. Le nombre moyen de jours de traitement pour cette population de séjours terminés au cours desquels tous les tableaux cliniques surviennent s'élève à jours civils (ET=39.56 et médiane=17 jours) pour une amélioration du score EGF de points (ET=14.1 et médiane=10). La ventilation de cette population en traitements terminés respectivement en HP et en SPHG donne les résultats illustrés dans le tableau suivant : 3 RPM 2004 : Flux d'entrée et de sortie de patients dans les soins de santé mentale résidentiels 4 La durée maximale de séjour dans cette population de séjours terminés est de 360 jours civils

6 HP SPHG N Corrélation de Spearman (p<.0001) (p<.0001) Admission médicale : Score EGF moyen en points Écart type Médiane Sortie médicale: Score EGF moyen en points Écart type Médiane Amélioration réalisée Moyenne Écart type Médiane Jours civils de séjour Moyenne Écart type Médiane L'association entre le nombre de jours de traitement et l'amélioration réalisée lors de la sortie est plus marquée en SPHG (rhô de Spearman = +.28 p<.0001) qu'en HP (rhô de Spearman = +.20 p<0001). Cela s'explique par la durée du séjour. Lorsque la population HP est répartie par rapport à la durée médiane de séjour de 28 jours en un groupe de traitements terminés qui ont duré 28 jours ou moins et un groupe de traitements terminés qui ont duré 29 jours et plus, on observe pour le premier groupe un coefficient rhô de Spearman égal à (p<.0001 N= 13288) et pour le second groupe un coefficient rhô de Spearman non significatif égal à (p=.32 ; N=12738). Lorsqu'on procède de la même façon pour la population SPHG, on constate pour les traitements terminés d'une durée inférieure à 14 jours un coefficient rhô de Spearman de +.37 (p<.0001 N=18957) et pour les traitements de plus de 13 jours un coefficient rhô de Spearman non significatif de (p=0.27; N=18694). La figure suivante montre l'amélioration médiane du score EGF pour des traitements terminés classés par durée de séjour. L'amélioration réalisée plafonne après la durée de séjour médiane en SPHG et en HP. L'amélioration est la faible chez les patients qui restent peu de temps et ceux qui restent longtemps en traitement

7 Amélioration médiane du score EGF pour traitements terminés classés par durée de séjour Amélioration score EGF HP SPHG Traitements terminés > 300 UConclusion : Cette analyse exploratoire de l'utilisation de l'évaluation globale du fonctionnement dans le RPM n'a pas permis de démontrer que l'egf n'est pas fiable. Les distributions de scores d'un même groupe de patients à la sortie d'un établissement et à l'admission dans un autre s'équivalaient. On n'a pas non pu démontrer qu'une différence de scores pour l'egf n'est pas corrélée avec un critère externe. La prévision selon laquelle l'amélioration exige du temps et que l'amélioration la plus forte du fonctionnement psychosocial concerne les patients qui restent plus longtemps en traitement a été confirmée au moyen d'une corrélation de Spearman positive significative. Cette corrélation disparaît toutefois lorsque les séjours durent trop longtemps. La durée du traitement médicopsychiatrique n est donc pas synonyme de la durée du séjour médicopsychiatrique

8 ULittérature : Woldoff,S. Reliability of the Global Assessment of Functioning Scale. Drexel University, Mausbach, BT. et al. A review of instruments for measuring functional recovery in those diagnosed with psychosis. Schizophrenia Bulletin, 2009, vol 35, n 2, p Hilsenroth, MJ. et al. Reliability and validity of DSM-IV Axis V. Am J Psychiatry, 2000, 157:11, p Warsi, MK. et al. Are medical students assigning proper Global Assessment of Functioning scores? Academic Psychiatry, 2007, 31:1 p Söderberg,P.et al. Reliability of Global Assessment of Functioning ratings made by clinical psychiatric staff. Psychiatric Services, 2005, 56: 4, p Tungström, S et al. Relationship between the Global Assessment of Functioning and other DSM axes in routine clinical work. Psychiatric Services, 2005, 56:4, p Moos, RH. et al. Global Assessment of Functioning ratings and the allocation and outcomes of mental health services. Psychiatric Services, 2002, 53:6, p Janca,A. et al. Letter to the editor: Reliability of DSM_IV Axis V scales. Am J Psychiatry, 2001, 158:11, p

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social. Conseil d Orientation sur les Conditions de Travail

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social. Conseil d Orientation sur les Conditions de Travail Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Conseil d Orientation sur les Conditions de Travail Commission des Pathologies Professionnelles Groupe de travail

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Inventory of Depression and Anxiety Symptoms

Inventory of Depression and Anxiety Symptoms The Inventory of Depression and Anxiety Symptoms (IDAS) Watson, D., O Hara, M.W., Simms, L.J., Kotov, R., Chmielewski, M., McDade-Montez, E.A., Gamez, W., & Stuart, S., (2007). Development and Validation

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 RISPERDALCONSTA L.P. 25 mg/2 ml, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en seringue préremplie (CIP 362 491-3 4) RISPERDALCONSTA

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010), manuels du monitoring patient

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010), manuels du monitoring patient Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010), manuels du monitoring patient UTILISATION DES ECHELLES CHEZ LA PERSONNE AGEE PROJETS THERAPEUTIQUES SANTE MENTALE (2007-2010) INAMI, SPF Santé publique,

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique:

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique: ÉCHELLE DES COGNITIONS LIÉES AU JEU Guide d utilisation Auteurs : Marie Grall-Bronnec a), Gaëlle Bouju, Véronique Sébille-Rivain, Philip Gorwood, Claude Boutin b), Jean-Luc Vénisse, Jean-Benoit Hardouin

Plus en détail

" Psychothérapie, trois approches évaluées " Une Expertise Collective de l'inserm - - - -

 Psychothérapie, trois approches évaluées  Une Expertise Collective de l'inserm - - - - Dossier presse Paris, le 26 Février 2004 " Psychothérapie, trois approches évaluées " Une Expertise Collective de l'inserm Dans le cadre du Plan santé mentale mis en place par le ministère de la Santé

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L=ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALIDITÉ TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES

LIGNES DIRECTRICES SUR L=ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALIDITÉ TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES LIGNES DIRECTRICES SUR L=ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALIDITÉ TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES CMP 00652 CIM-9 307.1, 307.5, 307.51 CIM-10 F50, F50.1, F50.2, F50.3, F50.9 DÉFINITION TROUBLES DES CONDUITES

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Stephan Eliez, M.D. Bruxelles, 11 octobre 2015 stephan.eliez@unige.ch Introduction Les troubles psychiques sont fréquents dans le contexte

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Troubles somatoformes et douleur Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Plan Définitions et généralités sur les troubles somatoformes Place de la douleur dans les

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Les troubles anxieux : quels liens avec la dépression? Corinne Mar*n Guehl

Les troubles anxieux : quels liens avec la dépression? Corinne Mar*n Guehl Les troubles anxieux : quels liens avec la dépression? Corinne Mar*n Guehl Anxiété et dépression : différences et ressemblances Symptômatologie anxieuse et dépressive : rela*ons poten*elles Anxiété Dépression

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13 ÉQIIP SOL Équipe d intervention intensive de proximité Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? Présence d un plateau technique de traitement en santé mentale et en toxicomanie : CHUM

Plus en détail

Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014

Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014 Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014 Elargissement du spectre du trouble bipolaire réflexions sur les dépressions mixtes, le trouble borderline, le TDAH chez l adulte et les troubles cognitifs

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES

Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES Chapitre 21 AFFECTIONS PSYCHIATRIQUES Introduction Ce chapitre contient les critères permettant d évaluer la déficience liée aux affections psychiatriques vrant droit à des indemnités d invalidité. Pr

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 5 avril 2000 (JO du 14 avril 2000) CLOMIPRAMINE (CHLORHYDRATE) MERCK 10

Plus en détail

Étienne Hébert, Ph. D. Professeur adjoint

Étienne Hébert, Ph. D. Professeur adjoint Étienne Hébert, Ph. D. Professeur adjoint Formation 1997, Université Laval, Baccalauréat en psychologie (B.A.) 1999, Université Laval, Maîtrise en psychologie (M.Ps.) 1999, Ordre des psychologues du Québec,

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE L utilisation des mesures de contrôle, en quête de sens Formation croisée 10 novembre 2015 POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE Le Modèle Safewards Gilbert A. Tremblay, psychologue Agent

Plus en détail

CIQ Projet Pilote Psychiatrie

CIQ Projet Pilote Psychiatrie CIQ Projet Pilote Psychiatrie Verena Nold, présidente CIQ / santésuisse Dr Regula Ruflin, responsable de projet Contenu de la Présentation Organisation du projet Objectifs du projet Contenu et logiciel

Plus en détail

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Les névroses... 3 1.1. Eléments essentiels de définition...3 1.2. Classification

Plus en détail

Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique.

Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique. Asbl 873.855.677 INAMI 947-030-78-002 Rue Peltzer de Clermont 73 4800 Verviers Tel : 087/67.87.00 Fax : 087/68.73.00 www.sisdef.be Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique.

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Théorie Comportementale Cognitive Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Elsa Lambrescak DCEM3, nov 2010 Antoine, 12 ans Est amené par sa maman au cabinet médical pour : Des difficultés d endormissement

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE Rédaction : Jean-Philippe RAYNAUD Objectifs : Connaître les différentes formes de

Plus en détail

Direction réseau personne perte d autonomie

Direction réseau personne perte d autonomie Mai 2012 Véronique Fortin, Arh CSSS du Suroît CLSC Salaberry-de-Valleyfield Direction réseau personne perte d autonomie Suivi préventif dans le cadre d une relocalisation en résidence privée pour personnes

Plus en détail

Pathologies psychiatriques et addiction : comment identifier, comment traiter

Pathologies psychiatriques et addiction : comment identifier, comment traiter Pathologies psychiatriques et addiction : comment identifier, comment traiter La co morbidité alcoolisme/ trouble bipolaire P-M Llorca CHU Clermont-Ferrand Introduction Co-morbidité : Association de deux

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82.

Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82. MOTHER-BABY ASSESSMENT SCALE Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82. Instrument de Mother-Baby Assessment scale mesure

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (Janvier 2005) EFFEXOR LP 37,5 mg, 75 mg, 150 mg, gélule à libération prolongée TREVILOR LP 37,5 mg, 75 mg, 150 mg, gélule à libération prolongée INTRODUCTION Une extension

Plus en détail

La cyberaddiction: une dépendance à Internet?

La cyberaddiction: une dépendance à Internet? La cyberaddiction: une dépendance à Internet? Impacts d Internet en santé mentale: Résultats de l enquête sur les accros du web Docteur GAUTIER J., pédopsychiatre Service de psychiatrie infanto-juvénile

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Juin 2007 33 33 Sommaire 1. Avertissement _ II 2. Critères médicaux actuels d

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication. 28 août 2012, V1.1

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication. 28 août 2012, V1.1 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication 28 août 2012, V1.1 Sommaire 1. Rappel des faits... 3 2. But et méthode... 4 3. Résultats... 5 4. Discussion...

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

Révision et mise à jour pour le DSM-V CONNERS 3. Dre Josée Douaire, Ph.D. Psychologue www.cliniquestlambert.com

Révision et mise à jour pour le DSM-V CONNERS 3. Dre Josée Douaire, Ph.D. Psychologue www.cliniquestlambert.com Révision et mise à jour pour le DSM-V CONNERS 3 Dre Josée Douaire, Ph.D. Psychologue www.cliniquestlambert.com Le DSM-V vous dites? Le DSM-IV A eu cours durant près de deux décennies Les conceptions de

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE DEUIL NORMAL I DEFINITION (Petit Robert) Douleur, affliction que l'on éprouve de la mort de quelqu'un. Voir : affliction, tristesse, perte. DR DUWIG EMSP CHU de NIMES Référence bibliographique "Les

Plus en détail

Médicaments, libido et aspects interpersonnels

Médicaments, libido et aspects interpersonnels Médicaments, libido et aspects interpersonnels 11 octobre 2011 Jean Leblanc, m.d. psychiatre Clinique des troubles de l humeur Hôpital du Sacré-Coeur, Montréal Quelle est la différence entre l ignorance

Plus en détail

Profil de la clientèle présentant des troubles graves des unités de longue durée du service de gérontopsychiatrie RAPPORT D ÉVALUATION

Profil de la clientèle présentant des troubles graves des unités de longue durée du service de gérontopsychiatrie RAPPORT D ÉVALUATION RAPPORT D ÉVALUATION soins et services Profil de la clientèle présentant des troubles graves des unités de longue durée du service de gérontopsychiatrie Toute reproduction totale ou partielle aux éléments

Plus en détail

Le traitement du TDAH

Le traitement du TDAH Le traitement du TDAH chez les enfants, les adolescents et les adultes 2 Un diagnostic est posé en fonction d un ensemble de données et de l élimination d autres causes possibles des SYMPTÔMES Qu est-ce

Plus en détail

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin 1 Hébergement des malades jeunes Evaluer les besoins en hébergement quantitatifs et qualitatifs - si des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er octobre 2008 EFFEXOR LP 37,5 mg, gélule à libération prolongée B/30 (CIP 346 563-3) EFFEXOR LP 75 mg, gélule à libération prolongée B/30 (CIP 346 556-7) Laboratoires

Plus en détail

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Prévention des risques psychosociaux au travail dont LE STRESS, LA VIOLENCE et LE HARCÈLEMENT MORAL et SEXUEL PRINCIPE L employeur a une obligation légale de protéger chaque travailleur contre les risques

Plus en détail

DÉPISTAGE DES PROBLÈMES DE TOXICOMANIE. Outil conçu pour les professionnels de la santé et actuellement beaucoup utilisé par le milieu médical

DÉPISTAGE DES PROBLÈMES DE TOXICOMANIE. Outil conçu pour les professionnels de la santé et actuellement beaucoup utilisé par le milieu médical DÉPISTAGE DES PROBLÈMES DE TOXICOMANIE REPÉRAGE ADULTES ALCOOL ET DROGUES 1) CAGE AID (Cut, Annoyed, Guilty, Eye Opener Adapted to include Drugs) Outil conçu pour les professionnels de la santé et actuellement

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA

Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA Introduction Nécessité d un abord psychologique, sociologique et politique Rare, la tentative de suicide par le feu représente environ

Plus en détail

Le profil clinique de la clientèle des cliniques externes de l'hôpital Louis-H. Lafontaine

Le profil clinique de la clientèle des cliniques externes de l'hôpital Louis-H. Lafontaine Le profil clinique de la clientèle des cliniques externes de l'hôpital Louis-H. Lafontaine Par Jocelyn Bisson, M.Sc. Alain Lesage, MD., M.Phil. Carl Bouchard, M.Sc., Cand. Ph.D. avec le soutien de la Direction

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Webinaire sur l'évaluation du milieu de travail. 25 septembre 2013, midi à 13 h HE. Merv Gilbert. Samantha Kolapak, MPP

Webinaire sur l'évaluation du milieu de travail. 25 septembre 2013, midi à 13 h HE. Merv Gilbert. Samantha Kolapak, MPP Webinaire sur l'évaluation du milieu de travail Merv Gilbert, Ph. D., psychologue agréé Samantha Kolapak, MPP Professeur auxiliaire, université Simon Fraser Cadre, Gilbert Acton Ltd., conseillers en santé

Plus en détail

Harcèlement au travail

Harcèlement au travail Élisabeth GREBOT Harcèlement au travail Identifier, prévenir, désamorcer Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53830-4 Sommaire Introduction... 1 Chapitre 1 Est-ce vraiment du harcèlement?... 7 Questionnaires

Plus en détail

REMUNERATION. Passage au nouveau système 2015

REMUNERATION. Passage au nouveau système 2015 REMUNERATION Passage au nouveau système 2015 Document d'information au personnel Etat au 12 décembre 2014 En bref Le 18 décembre 2013, le Parlement jurassien a adopté en seconde lecture le décret sur les

Plus en détail

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient UTILISATION DES ECHELLES CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS ASSUETUDE PROJETS THERAPEUTIQUES SANTE MENTALE (2007-2010) INAMI,

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1 LA RÉALITÉ ET LES ENJEUX 2 LES MODÈLES THÉORIQUES 3 - LES DÉMARCHES DIAGNOSTIQUES 4 LES ACTIONS DE PRÉVENTION

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Résumé Liste des tableaux Introduction Méthode et échantillon Résultats Données démographiques Évaluation du risque

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution (TBS)

Traitements basés sur la substitution (TBS) Traitements basés sur la substitution (TBS) Atelier 1 : Comorbidité troubles affectifs et addictions Les traitements médicamenteux Alexandre Dupont-Willemin Médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE. Les constatations du Groupe recherche Shepell

Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE. Les constatations du Groupe recherche Shepell Le stress lié au travail : son impact, selon le PAE Les constatations du Groupe recherche Shepell Le stress liè au travail : son impact, selon le PAE Une analyse des dossiers de PAE traités par Les Consultants

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Evaluation et prise en charge des troubles du comportement chez les patients difficiles, opposant et en auto-exclusion sociale avec comme exemple type

Plus en détail

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Cet outil est destiné à l évaluation rapide du profil de fragilité des personnes âgées. L évaluation est faite par tout acteur du champ gérontologique

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail