LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE"

Transcription

1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel TOURE (2) Service de Pharmacie Hôpital du Point G LE MALI Superficie: km 2 Population: hbts Capitale : Bamako Langue officielle: Français ais Taux d accroissement: d 2,8% par an Espérance de vie à la naissance: 45ans 11 hôpitaux: (dont 5 nationaux et 6 régionaux) r 1 médecin m pour hbts L HÔPITAL DU POINT G Premier hôpital du Mali, construit entre 1906 et Possède actuellement 498 lits. Comporte 14 services de prescription et 2 services d explorations complémentaires (radiologie et laboratoire de biologie) journées d hospitalisation (en 2004) admissions (en 2004) consultations (en 2004) L HÔPITAL GABRIEL TOURE Situé en plein centre de Bamako, représente le second hôpital après le point G. C est l hôpital de référence en pédiatrie, en Gynécologie-obstétrique obstétrique et en Oto- rhino-laryngologie. Ancien dispensaire central de Bamako, il fut érigé en hôpital et dénommé GABRIEL TOURE en 1959 à la mémoire d un jeune médecin mort à la tâche. INTRODUCTION 1 Le SIDA constitue un problème majeur de santé publique au Mali. Séroprévalence globale = 1,7% (EDS III 2001) Les ARV et la trithérapie ont contribué à: - améliorer la santé des personnes vivant avec le VIH; - prévenir la transmission du VIH de la mère à l enfant; - diminuer le risque de transmission du VIH en cas d exposition accidentelle au sang. INTRODUCTION 2 L utilisation des ARV dans le traitement des personnes vivant avec le VIH a été instituée au Mali depuis septembre 2001 dans le cadre de l IMAARV. Pendant longtemps, le coût élevé des ARV avait été un frein au traitement des patients (Accès et continuité difficiles). A partir de juillet 2004, la gratuité des ARV a permis l accès et le suivi du traitement plus faciles ce qui a contribué à l augmentation rapide du nombre de patients pris en charge.

2 OBJECTIFS Décrire le dispositif de dispensation des ARV dans les hôpitaux du Point G et de Gabriel TOURE; Décrire les principes de dispensation des ARV et les schémas thérapeutiques dans les hôpitaux du Point G et de Gabriel Touré; Identifier les difficultés de dispensation des ARV dans les hôpitaux du Point G et de Gabriel TOURE; Proposer des solutions pour améliorer le circuit de dispensation. INITIATIVE MALIENNE D ACCÈS AUX ANTIRÉTROVIRAUX (IMAARV). Démarrage effectif en 2001(septembre) 3 Sites de prescription et de dispensation (HPG, HGT, CESAC) Organisé en 4 comités: Comité médical technique Comité de gestion des médicaments et des réactifs Comité Social Comité d éligibilité ACCES AUX ARV AU MALI (1) Trois principales périodes Avant 2001 Le coût d un mois de traitement > FCFA Implications des Pharmaciens du secteur privé (grossistes et officine ) sans marge. De septembre 2001 à juillet 2004 (IMAARV) Prix négocié avec les firmes pharmaceutiques. Le coût d un mois de traitement = FCFA Subvention de l état de 20 à 95% selon les catégories de patients 4 catégories: A= = 4500 f, B= = f, C= = f, D= = f; Depuis juillet 2004 Les ARV sont totalement gratuits ACCES AUX ARV AU MALI (2) Enfants (Lettre N 2463 MS/S Enfants (Lettre N 2463 MS/S-G G du 11 Décembre 2001) Personnel de la santé et membres actifs des associations PV VIH/SIDA. (lettre N 2359 MS/S-G G du 22 Novembre 2001) Certains patients indigents sur demande spéciale adressée au Ministre de la santé. (lettre N 2360 MS/S-G G du 22 Novembre 2001) Subvention à 50% pour toutes les catégories de patients ci dessus mentionnés. (lettre N 1479 MS/S-G G du 08 Août 2002 et lettre N 2090 MS/S-G G du 06 Novembre 2002) Gratuité des ARV pour tous les patients. (lettre N 1118 MS/S-G G du 14 Juillet 2004) CIRCUIT DES ARV A L HÔPITAL PATIENT - Aller à la consultation - Application des Conseils et directives - Administration des médicaments Ordonnance Consultation Ordonnance Confidentialité!? Dispensation PHARMACIEN - Dispensation (gratuite) - Conseils - Suivi (Observance, Pharmacovigilance) MÉDECIN - Consultation - Conseils - Prescription - Suivi Informations SCHÉMAS THÉRAPEUTIQUES UTILISÉS AU MALI (1) Principe des schémas. Basé sur la trithérapie rapie chez l adulte, l l enfant l et la femme enceinte (Taux CD4 < 250 /mm 3 ); Basé sur la trithérapie rapie ou la bithérapie pour la prévention de la transmission mèrem re-enfant enfant du VIH (PTME). Basé sur la trithérapie rapie pour les accidents d exposant aux risques de transmission du VIH.

3 SCHÉMAS THÉRAPEUTIQUES UTILISÉS AU MALI (2) Les schémas. Trithérapie rapie : en première ligne : 2 INTI + 1 INNT en deuxième ligne: 2 INTI + 1 IP en troisième ligne: 3 INTI Bithérapie : 1 1 INTI + 1 INNTI (AZT + NVP ) UTILISATION DES SCHÉMAS A L HÔPITAL DU POINT G (1) Fréquence des combinaisons de classe 2 INTI + 1 INNT 79% 2 INTI + 1 IP 20 % 3 INTI 1 % Les combinaisons de première ligne sont les plus utilisées UTILISATION DES SCHÉMAS A L HÔPITAL DU POINT G (1) Fréquence des différentes combinaisons de molécules ddi+d4t+ind 3TC+D4T+Ind 3TC+D4T+Nev 3TC+AZT+Ind 3TC+AZT+Nev 3TC+D4T+Efa 3TC+AZT+Efa L association Lamivudine + Zidovudine + Efavirenze est la combinaison la plus fréquemment prescrite SITUATION DES PATIENTS EN TRAITEMENT Nombre de patients inclus de septembre 2001 à septembre 2005 = Nombre de patients toujours en traitement = Nombre de patients en arrêt t de traitement = 302 (soit 22,4%). Abandon Décès Arrêt t du médecinm DECENTRALISATION DE LA DISPENSATION DES ARV Nouveaux sites à Bamako: CSRéf,, hôpital «Le Luxembourg» (PTME) Hôpital régional de Kayes CESAC de Koulikoro Hôpital régional de Mopti Hôpital régional de Ségou Hôpital régional de Sikasso En perspectives dispensation prévue en 2006 dans les Pharmacies privées et les autres Hôpitaux et Centres de Santé. DISPENSATION DES ANTIRETROVIRAUX AUX ENFANTS Principes. Etre âgé de 15ans au plus; Prescription effectuée par un pédiatre formé et retenu dans la liste des prescripteurs d ARV de l Hôpital ; Prescription effectuée sur ordonnance spécifique; Dispensation effectuée par un pharmacien de l hôpital; Respect de la confidentialité; Remplissage des supports de gestions et de suivi.

4 SITUATION DES ENFANTS SOUS TRAITEMENT ARV A L HGT (1) Classe d âge < 1 an 1 à 4 ans 5 à 9 ans > 10 ans Pourcentages SITUATION DES ENFANTS SOUS TRAITEMENT ARV A L HGT (2) Situation du patient Réguliers (en fin septembre 2005) Abandon / Arrêt ou Perdu de vue Transférés vers une autre structure Décès Pourcentages 53,74 32,08 3,5 10,7 SITUATION DES ENFANTS SOUS TRAITEMENT ARV A L HGT (3) Causes d inobservance (N= 22) Prise manquée Arrêt unilatéral Non respect des doses Oubli Voyage Maladie des parents Rupture de stock RDV manqué Fréquences 54,54 27,27 22,73 18,18 4,54 18,18 45,45 50 LES SCHEMAS THERAPEUTIQUES ARV APPLIQUES AUX ENFANTS 3TC + AZT + NVP 3TC + D4T + NVP 3TC + DDI + NVP AZT + DDI + NVP D4T + DDI + NVP 3TC + D4T + DDI 3TC + AZT + DDI Schémas ARV* * Utilisés à la fin septembre Pourcentage 26,87 21,39 17,41 15,92 10,45 3,89 3,89 DIFFICULTES DE DISPENSATION DES ARV AU MALI (1) Ruptures de stock des ARV chez le fournisseur Local (Pharmacie Populaire du Mali). Inadaptation des locaux de dispensation. Insuffisance du nombre de pharmaciens dispensateurs et de personnel de soutien à la dispensation (files d attente). d Difficulté dans l annonce aux grands enfants DIFFICULTES DE DISPENSATION DES ARV AU MALI (2) Absence de suivi réel par le personnel de soins de l administration des médicaments (traitement ambulatoire, absence de visite à domicile ). Absence de cadre réglementaire r de concertation entre médecins prescripteurs et pharmaciens dispensateurs dans les Hôpitaux. H Difficultés s de remplissage des supports de suivi des patients traités. Absence de logiciel de gestion des stocks d ARV et de suivi des patients traités. Difficulté d annonce aux enfants devenus adolescents après plusieurs années de traitement; Difficulté d accès aux analyses biologiques (finance, disponibilité, localisation géographique ). Insuffisance de médicaments pour la prise en charge des infections opportunistes chez les patients.

5 RECOMMANDATIONS (1) Renforcer la cohésion de l équipe pluridisciplinaire au sein des structures de prise en charge des patients vivants avec le VIH. Renforcer l information et la sensibilisation des patients. Mettre en place les dispositifs d alerte et de suivi de l observance dans les hôpitaux. Évaluer de façon approfondie l observance des traitements ARV au Mali. Former les pharmaciens dans le domaine de la pharmacie hospitalière. Recruter suffisamment de personnel dans les pharmacies hospitalières RECOMMANDATIONS (2) Prendre des dispositions pour éviter les ruptures des ARV. Rendre effective, la gratuité des analyses biologiques d inclusion et de suivi des malades VIH. Mettre en place un logiciel de gestion de stock et de suivi des patients sous ARV. Accélérer la décentralisation des centres de suivi de traitement sous ARV. Entreprendre des études d évaluation de la résistance aux traitements antirétroviraux. CONCLUSION Nous vous remercions La dispensation est un acte pharmaceutique qui nécessite des disposition particulières dans le cadre des ARV. L engagement de tous les acteurs est indispensable pour une meilleure prise en charge globale des patients vivants avec le VIH/SIDA. VIH/SIDA

EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS L APPROVISIONNEMENT DES ANTIRETROVIRAUX (ARV)

EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS L APPROVISIONNEMENT DES ANTIRETROVIRAUX (ARV) EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS L APPROVISIONNEMENT DES ANTIRETROVIRAUX (ARV) PAR DOCTEUR NGOKO MARIE LOUISE épse TCHOUANTE RESPONSABLE DE LA GESTION DES ARV CENAME_CAMEROUN MEMBRE DU RESEAU DES RESOURCES

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Dr BABALEY Magali, Pharmacien Assistant technique PNUD/Togo Dakar, 6-9

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS LA QUANTIFICATION/ESTIMATION DES BESOINS EN ARV: SUCCES, DIFFICULTES ET SOLUTIONS PROPOSEES

EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS LA QUANTIFICATION/ESTIMATION DES BESOINS EN ARV: SUCCES, DIFFICULTES ET SOLUTIONS PROPOSEES EXPERIENCE DU CAMEROUN DANS LA QUANTIFICATION/ESTIMATION DES BESOINS EN ARV: SUCCES, DIFFICULTES ET SOLUTIONS PROPOSEES PAR DOCTEUR NGOKO MARIE LOUISE épse TCHOUANTE RESPONSABLE DE LA GESTION DES ARV CENAME_CAMEROUN

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran La prise en charge du diabète au Mali David Beran Le diabète dans les pays en voie de développement Le nombres de cas du diabète est estimé à 150 millions Pour 1 personne diagnostiquée il y a 8 non-diagnostiquées.

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005

Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005 Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005 INTRODUCTION Le réseau mère enfant de la francophonie fut créé en 2002 à Montréal. Missions: Promouvoir l accès aux soins pour les mères et les enfants de la communauté

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Expérience du Lesotho

Expérience du Lesotho Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique Subsaharienne Expérience du Lesotho Dr. Appolinaire TIAM, MBChB, DipHIVMan, M(fam)Med Directeur Technique: Elizabeth

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

Radioprotection des patients

Radioprotection des patients Radioprotection des patients Radioprotection des patients - Santé du patient = Objectif du médecin - Plusieurs acteurs au sein d un service : Acteurs Rôles Médecin PSRPM Personnel hospitalier - Prescripteur

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI 215 Avenue Marechal Lyautey 83700 SAINT RAPHAEL Mars 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le point sur le Dossier Pharmaceutique AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le DP d aujourd hui Le «Nouveau» DP AUTORITÉS SANITAIRES SERVICES DP DU CNOP Accès Logiciel LE DOSSIER

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Projets Communication des discordances et Synchronisation RN-BCSS Situation Comité des utilisateurs: 9 avril 2008.

Projets Communication des discordances et Synchronisation RN-BCSS Situation Comité des utilisateurs: 9 avril 2008. 9 avril 2008 Projets Communication des discordances et Synchronisation RN-BCSS Situation Comité des utilisateurs: 9 avril 2008. C.ROUMA La communication des discordances: un moyen qui devrait permettre

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Uniformisons communication

Uniformisons communication IMPACT DE LA CERTIFICATION V2014 SUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE: Expérience du CHI de Créteil Uniformisons notre (A. DASSY communication - Pharmacien praticien hospitalier) Journée hiver Synprefh 20 janvier

Plus en détail

()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7

()*+,-.)*#/012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7 ! " #% &!' "'! ()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE Introduction Les données concernant cette étude ont été recueillies

Plus en détail

Coopérative Féminine pour la Protection de l Environnement (CO.FE.P.E) Theme: Women and children Human settlement and HIV AIDS

Coopérative Féminine pour la Protection de l Environnement (CO.FE.P.E) Theme: Women and children Human settlement and HIV AIDS Coopérative Féminine pour la Protection de l Environnement (CO.FE.P.E) Theme: Women and children Human settlement and HIV AIDS I/Présentation: La coopérative Féminine pour la Protection de l Environnement

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton ien développer d les activités s pharmaceutiques des centres de santé et des hôpitaux h : des outils et une méthode m pédagogiquep Séminaire pour les Consultants Francophones dans la Gestion des Achats

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES

ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES GUIDE DES PROCÉDURES DE PRISE EN CHARGE DES ASSURES SOCIAUX PROJET ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES Juin 2008 DRC PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre progressive de

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION RAPIDE

GUIDE D UTILISATION RAPIDE GUIDE D UTILISATION RAPIDE Un suivi des ventes de produits Une analyse du panier moyen Un outil de recherche rapide Une application web en temps réel Analyse famille Des Un tableau graphiques de bord dynamiques

Plus en détail

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 2 SOMMAIRE LA E-PRESCRIPTION 1 2 3 Présentation de l Agence esanté Luxembourg La

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

CONVENTION. Inscrit au Conseil Départemental de l ordre des Médecins de

CONVENTION. Inscrit au Conseil Départemental de l ordre des Médecins de CONVENTION Etablie entre La société Allo Médecin Contrôle située Résidence Jean Moulin Bât A 20 Boulevard Jean Moulin 13005 MARSEILLE représentée par Monsieur JEUDY Xavier Et le Docteur Inscrit au Conseil

Plus en détail

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les outils de la coopération - Sous-traitances, Cécilia Mateus Paule Kujas Bureau Qualité et Sécurité des Soins PF2 DGOS - SDPF GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les différents cadres

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

LE DP À LA CONQUÊTE DES PUI

LE DP À LA CONQUÊTE DES PUI Le journal 7 LE DP À LA CONQUÊTE DES PUI Tremplin vers le décloisonnement ville-hôpital et fort de son succès en officine et des expérimentations très encourageantes menées dans des pharmacies à usage

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

P R O F E S S I O N S D E S A N T É

P R O F E S S I O N S D E S A N T É PROFESSIONS DE SANTÉ Groupe Pasteur Mutualité, premier acteur mutualiste des professions de santé, et ses administrateurs, tous eux-mêmes professionnels de ce milieu, participent, entre autres, depuis

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013

STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013 STAGE A L INTERNATIONAL SENEGAL 2013 Association AMPHORE Promotion 2011-2014 IRFSSA Moulins Remerciements Nous tenons tout d abord à remercier nos familles pour leur soutien dans notre projet. Ensuite

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg La DIRECTIVE 2004/113/CE DU CONSEIL du 13 décembre 2004 mettant en oeuvre le principe de l égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l accès à des biens et services et la fourniture de

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

Représentation du métier et perspectives soignantes

Représentation du métier et perspectives soignantes 1 L AIDE SOIGNANTE AU CŒUR DES SOINS Représentation du métier et perspectives soignantes au coeur des soins Journée régionale ANFH Charlevile Mézières L AIDE SOIGNANT AUJOURD HUI Quelques chiffres: Selon

Plus en détail

PROJET PILOTE RADIOPROTECTION DU PAYS DE MONTBELIARD VOLET HOSPITALIER !"#$%&'(

PROJET PILOTE RADIOPROTECTION DU PAYS DE MONTBELIARD VOLET HOSPITALIER !#$%&'( PROJET PILOTE RADIOPROTECTION DU PAYS DE MONTBELIARD VOLET HOSPITALIER Dans le cadre du volet hospitalier, plusieurs actions ont été définies: Action 1: Organisation de la radioprotection au sein du Centre

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

LE BACCALAUREAT. Sciences et Technologie de la Santé et du Social ST2S

LE BACCALAUREAT. Sciences et Technologie de la Santé et du Social ST2S LE BACCALAUREAT Sciences et Technologie de la Santé et du Social ST2S VOS MOTIVATIONS: Les relations humaines vous attirent, Le secteur médico-social vous intéresse, Vous êtes curieux, vous suivez l actualité,

Plus en détail

EXEMPLE DE LA CAMEG BURKINA FASO. Microsoft Office Excel 2007 (2).lnk

EXEMPLE DE LA CAMEG BURKINA FASO. Microsoft Office Excel 2007 (2).lnk EXEMPLE DE LA CAMEG BURKINA FASO Microsoft Office Excel 2007 (2).lnk AEDES - 1 Présentation de la CAMEG Conclusions de l étude de faisabilité (année 2000) sur l approvisionnement en MEG des pharmacies

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

L ONG ayant son bureau principal à ; représentée par, ci-après désignée «l ONG» d une part,

L ONG ayant son bureau principal à ; représentée par, ci-après désignée «l ONG» d une part, 160 CONVENTION ENTRE L ONG ET LE CENTRE MEDICAL «Amélioration de l accès aux soins et au soutien en faveur des orphelins et enfants vulnérables (OEVs)» EXPOSE DES MOTIFS Dans la perspective du renforcement

Plus en détail

Prise en charge de la chimiothérapie à domicile Projet VELCADOM

Prise en charge de la chimiothérapie à domicile Projet VELCADOM Prise en charge de la chimiothérapie à domicile Projet VELCADOM Respaud Renaud 25 Juin 2009 1 CONTEXTE Directive du plan cancer 2003-2007 puis 2009-2013 Hôpitaux de jour saturés (grandes agglomérations)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Gestion du traitement personnel du patient : La conciliation médicamenteuse

Gestion du traitement personnel du patient : La conciliation médicamenteuse Journée Nationales du GERS Arcachon 1-3 octobre 2015 Gestion du traitement personnel du patient : La conciliation médicamenteuse Dr Sophie KUBAS Dr O.LAVEZZI Centre de réadaptation cardiovasculaire de

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

PRESENTEE PAR M. YANKHOBA SOW DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES

PRESENTEE PAR M. YANKHOBA SOW DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE EN AFRIQUE EXPERIENCE DU SENEGAL DANS LA REORGANISATION DU MINISTERE DE LA SANTE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE DE LA GESTION DES RHS

Plus en détail

RAPPORT D EXECUTION DU PROJET DES ROTARIENS RC GRENCHEN

RAPPORT D EXECUTION DU PROJET DES ROTARIENS RC GRENCHEN Mission des Volontaires Contre la Pauvreté - TOGO Réf. ONG N 298/MEFP/2004 du 14 septembre 2004 Adresse du siège : 04 BP 128 Lomé 04 Téléphone : (228) 251 34 45 Email : mvcptogo@yahoo.fr - LOME - TOGO

Plus en détail

- Bilan des 21 engagements pris le 27 septembre 2005 -

- Bilan des 21 engagements pris le 27 septembre 2005 - MINISTRE DELEGUE À L INDUSTRIE - Bilan des 21 engagements pris le 27 septembre 2005 - N Engagement pris 1 Rendre les publicités plus lisibles Engagement pour que les informations sur les tarifs soient

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Vous optez pour la convention? N oubliez pas de joindre un RIB (Paiement par virement uniquement)

Vous optez pour la convention? N oubliez pas de joindre un RIB (Paiement par virement uniquement) Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Alors complétez et adressez cette fiche à : Mutuelle MYRIADE - Service Conventionnement Tiers Payant Allée de la Capère

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE

PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE D INTERNET - NigerIXP Présent senté par: Madame HAMANI SALAMATOU,, Chef de la Division Coopération Ministère des Postes, des Télécommunications T et de l Economie

Plus en détail

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012 Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 608 du 1/0/01 Décret n -1-95 modifiant le décret n -99-69 du 6 octobre 1999 relatif à la protection et à l'indemnisation de certaines catégories

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs

Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs Version avril 0 Selon le règlement de jeu de l Association Suisse de football (ASF), l Assemblée des délégués de l Association de

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon «La chimiothérapie anticancéreuse ambulatoire et à domicile» (21 novembre 2013) Université Claude Bernard ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon La chimiothérapie

Plus en détail

*********************

********************* ASSEMBLEE PERMANENTE DES CHAMBRES D AGRICULTURE DU MALI REPUBLIQUE DU MALI UN PEUPLE UN BUT UNE FOI ********************* Janvier 2008 I Contexte et Justification Depuis sa création en 1989 jusqu à nos

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE)

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) 72 esplanade Parmentier 62608 ERCK-SUR-MER CEDEX Novembre 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Réunion du 27 mars 2014, commission plénière.

Réunion du 27 mars 2014, commission plénière. Les SESSAD en Mayenne Adaptation de l offre de service?... Réunion du 27 mars 2014, commission plénière. Contexte: Quelle réponse apporter à 400 jeunes sur liste d attente des SESSAD en Mayenne? Interrogation

Plus en détail

*** * * * Mme Touré Yaba Tamboura. Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA) ytamboura2000@yahoo.fr Tamboura.yaba@gmail.

*** * * * Mme Touré Yaba Tamboura. Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA) ytamboura2000@yahoo.fr Tamboura.yaba@gmail. * * * *** Mme Touré Yaba Tamboura ytamboura2000@yahoo.fr Tamboura.yaba@gmail.com Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA) Contexte Objectif de l étude Méthodologie Résultats Recommandations

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs

- les Commissions Hygiène et Sécurité La mise en place du document unique la saisie de la DASH-CT 4 - Points positifs - Points négatifs Délégation Académique «Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) septembre 2011 Tel/répondeur : 04 42 95 29 72 mail : dash-ct@ac-aix-marseille.fr Bilan et Reconsidération de la désignation d

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur.

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur. MUTUELLE de SANTE COMMUNALE QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) (s entretenir avec les conseillers chacun dans son village d origine) A remplir par l enquêteur Identifiant

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail