MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MONITORING / SUIVI DES PATIENTS"

Transcription

1 Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse

2 Quelques définitions Cahier d observation ou Case Report Form (CRF) : Document quel que soit son support destiné à recueillir toutes les informations requises par le protocole concernant les personnes qui se prêtent à la recherche et devant être transmises au promoteur. Documents sources : Documents originaux, données et enregistrements présentant un intérêt pour la recherche (par ex: dossiers médicaux, compte rendu laboratoire ). Toutes les informations rapportées dans un CRF doivent être étayées par des documents sources. Un document source idéal présente les caractéristiques suivantes: Il est indépendant du CRF C est un original et non une copie (plus facilement falsifiable) Il est authentifié par une personne habilitée (date+signature) Il est nominatif (identification du patient)

3 Quelques définitions suite Visite de monitoring : Visite effectuée régulièrement sur les sites investigateurs par les ARCs ou les moniteurs afin de suivre le déroulement de l étude et s'assurer qu'elle est conduite correctement et que les données sont recueillies et rapportées conformément au protocole, aux procédures opératoires standardisées, aux bonnes pratiques cliniques et aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur. Elle peut être réalisée par: Une CRO : Contract Research Organization; Prestataire privé mandaté par le promoteur pour gérer tout ou partie de l essai (missions définies dans la convention). Le Promoteur lui-même

4 MONITORING Intérêt : Il permet de détecter, corriger et prévenir les erreurs (en particulier de transcription), les oublis, les confusions, les fraudes. Il permet également de vérifier la sécurité des personnes se prêtant à la recherche et de contrôler les conditions de réalisation de l essai. La préparation d un monitoring se déroule en 4 étapes: Avant le démarrage de l étude Avant la visite de monitoring Pendant la visite de monitoring Après la visite de monitoring

5 REGLES ET CONSEILS Quelques règles: Utiliser des stylos à encre noire Dater et signer toutes les corrections Toute copie des documents sources demandée par le promoteur doit être systématiquement anonymisée. Rien ne doit permettre de remonter à l identité du patient. Ne jamais antidater. Quelques conseils: Compléter les CRFs et quéries demandés dans le courrier pré-visite et revoir les points restés en suspend avant le monitoring. Etre «UP TO DATE» Attention aux ARCs promoteurs quelque fois mal formés à la recherche clinique, à la prise en charge de la pathologie, à leur protocole. Etre vigilant et ne pas se laisser influencer par certains ARCs (demander avis IP) Se protéger en interne et en externe par des traces écrites. Nous ne vivons pas chez les bisounours! Ne pas hésiter à faire son propre rapport de monitoring (en cas de discordance avec celui de l ARC promoteur; trop de CRFs demandés/monitorés, fréquence des monitorings )

6 Avant le démarrage de l étude L organisation des monitoring sera précisée dans la convention (qui le fait, à quel rythme). L ARC est mandaté par le promoteur ; sa compétence est documentée. Sa mission impliquant la consultation des données sources, il est soumis au secret professionnel. L ARC moniteur est notamment responsable de la transmission du guide de remplissage du cahier d observation aux centres investigateurs +/- de la formation au remplissage du CRF.

7 Avant la visite de monitoring Le remplissage du CRF est une responsabilité de l investigateur principal. Il reste le garant de la qualité des données. Par délégation, il autorise la gestion administrative de l essai à l ARC (cf. feuille de délégation de tâches disponible dans le classeur investigateur). Rôle de l ARC hospitalier: Il complète le CRF «en temps réel» Il est le garant de la qualité des données recueillies tout au long de l étude Il détecte les déviations éventuelles au protocole Il vérifie la déclaration des effets indésirables graves. Il détecte les éventuels dysfonctionnements et les rattrape Il vérifie les consentements éclairés, les addendum, et la mise en conformité des documents réglementaires.

8 Avant la visite de monitoring (suite) Dans tous les cas, l ARC convient d une réunion de travail avec l IP, au cours de laquelle, sont revus: l imputabilité des événements indésirables survenus pendant le traitement, La réponse aux questions posées au cours du remplissage, la traçabilité et la validation des informations dans le dossier source (notamment lorsque l examen clinique a été effectué par un interne, la visite doit alors être validée et contre-signée par l IP). la validation et la signature des CRF, la validation des évaluations tumorales. Les éventuels dysfonctionnements L ARC s assure des possibilités d accueil au sein de l Unité (ordinateur à disposition) et de la disponibilité de l IP ce jour là (environ 10 à 15 minutes pour la visite de monitoring). Au préalable, l ARC a mis à disposition sur le poste réservé au monitoring, les CRFs (Case Report Forms) demandés, les documents sources du patient et dossiers infirmiers disponibles, le classeur investigateur et les autres documents spécifiques.

9 Pendant la visite de monitoring Le monitoring se déroule en 2 étapes: 1ère étape: L ARC promoteur consulte les CRFs des patients inclus, les dossiers patients, le classeur investigateur. L ARC promoteur vérifie : Le remplissage des CRFs : existence et cohérence des données requises par rapport aux documents sources L existence du consentement daté et signé conformément aux BPC ; L existence d un dossier médical suffisamment documenté ; Les données manquantes pour le critère d évaluation principal, le résultat des examens clés ; Le respect des dates des visites et examens prévus par le protocole ; La déclaration et le suivi des évènements indésirables graves ; La conformité de l administration du traitement par rapport au protocole, et les traitements associés ; Le respect des règles d inclusion (éligibilité) ; Le respect du bras de traitement La mise à jour du dossier investigateur si documents nouveaux ou modifiés (enregistrer les documents manquants ; noter les changements dans l équipe). A la pharmacie, il contrôle le stock des produits fournis par le promoteur, les conditions de stockage, le renouvellement des traitements, l existence d une ordonnance nominative de dispensation des traitements, la comptabilité des traitements retournés (si nécessaire).

10 Pendant la visite de monitoring (suite) 2 ème étape: L ARC promoteur travaille avec l ARC hospitalier: L ARC promoteur informe de toute erreur, omission ou donnée illisible dans les cahiers d observations. Les corrections, ajouts ou suppressions sont effectués, datés, argumentés si nécessaire et paraphés par l ARC ou par l investigateur ou un membre de son équipe autorisé. Les quéries en suspens, les SAEs non déclarés sont complétés. Tous les problèmes rencontrés sont abordés, les documents réglementaires mis à jour. Il est très important que l ARC promoteur puisse rencontrer l investigateur principal (IP) afin de discuter de l avancée de l essai et de tous les problèmes rencontrés (tolérance, adaptations de doses, évaluation tumorale, non respect du protocole ou des BPC ). Réponse médicale indispensable notamment au niveau des imputabilités. L ARC promoteur sert de lien entre l IP et le promoteur.

11 Après la visite de monitoring Ranger et classer les dossiers et documents de l étude. Après réception du rapport de monitoring, mettre en place des actions correctrices si nécessaires (signature d addendum au formulaire d information patient, révision des examens de surveillance ). Information des participants à l étude en cas de nouvelle importante sur l étude, en cas de problèmes rencontrés (à faire avec l IP). Mise à jour des documents réglementaires.

12 SUIVI DES PATIENTS L investigateur principal est responsable du déroulement de l essai, conformément au protocole. Il est responsable de toutes les décisions médicales et non médicales prises dans le cadre de l essai. Il ne peut modifier la prise en charge du patient sans l autorisation du promoteur, sauf en cas de danger immédiat pour la personne se prêtant à la recherche. La faisabilité de l étude doit être correctement évaluée en amont afin de déterminer si vous avez une équipe capable de gérer l essai conformément aux exigences du protocole. Pour un suivi correct des patients, l IP et son équipe (ARC, IDE ) doivent : Mettre à disposition les dernières versions des protocoles, synopsis et autres documents de l étude Tracer l inclusion du patient et son suivi dans le cadre de l essai dans son dossier médical Mettre en place des documents pour un suivi correct des patients Anticiper les examens et procédures spécifiques du protocole (renouvellement de traitement, examens centralisés, ordonnances et examens spécifiques, pharmacocinétiques ) Pour un suivi optimal du patient dans un essai thérapeutique, l investigateur doit absolument être secondé par du personnel de recherche clinique (IDE, ARC )

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

Evaluation du temps ARC promoteur

Evaluation du temps ARC promoteur Evaluation du temps ARC promoteur Exemple d une RBM au CHU de Caen ASSEMBLEE DES DRCI GT 5 «Budget des projets de recherche» Mercredi 27 juin 2012 Principes d élaboration de l outil d estimation 1. Définition

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Arrêté n 387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques Le Ministre de la santé,

Plus en détail

Gestion des bases de données

Gestion des bases de données Gestion des bases de données DU Chef de Projet en Recherche Clinique 23/11/2012 Fabrice GOURMELON URC/CIC Necker - Cochin 2 A. Qu est-ce qu une donnée? B. Qu est-ce qu une base de données? C. Définition

Plus en détail

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique Data Management Daniel BOICHUT 11 janvier 2010 DIU FARC TEC 2010 1 Plan du cours Les différentes étapes de l essai clinique Le Data Management dans les essais cliniques Le métier de Data Manager 2 Les

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions Rôle de l ARCl 1 Définitions ARC : Assistant de Recherche Clinique TEC : Technicien d Étude Clinique Promoteur : Personne physique ou morale qui prend l initiative de la recherche Investigateur principal

Plus en détail

MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES

MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES Qu est-ce qu on va me faire?? Cécile Lubrano-Berthelier URC-Est 1 C. Lubrano 11/01/2011 Les différentes étapes d un projet Fin de projet Projet archivé

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament. Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009

Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament. Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009 Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009 Introduction Une étude clinique c est : Une molécule Un objectif principal Un cycle

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH.

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH. PROGRAMME THERMAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET SCIENTIFIQUE 2008 ANNEXE 5 - Dossier type de soumission de projet GUIDE POUR LA REDACTION D UN PROTOCOLE TYPE DE RECHERCHE CLINIQUE Ce guide liste des rubriques

Plus en détail

Présentation générale. Data & Information System

Présentation générale. Data & Information System Présentation générale Data & Information System SOMMAIRE Rédacteurs : Réf.: F. Barthelemy AXIO_EXAGIS_V1 POSITIONNEMENT INTERFACE UTILISATEUR FONCTIONNALITES TRAÇABILITE MODELE ECONOMIQUE AUTRES EXAGIS

Plus en détail

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 29 juillet 2013

Plus en détail

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LA PHARMACIE ET DU MEDICAMENT Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie Dr Kamel IDDIR Directeur Général DPM/MSP 15ème journée de la

Plus en détail

Inspections de la FDA

Inspections de la FDA Inspections de la FDA DIU - FARC Paris, 09 mars 2010 Public Health and Patient Safety First! APhaRC Cherif Benattia, MD cherifb@apharc.com Différentes Inspections Réglementaires Autorité Réglementaire

Plus en détail

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/ Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Les systèmes CDMS

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

La Recherche clinique est essentielle

La Recherche clinique est essentielle La Recherche clinique est essentielle Les essais clinique en Tunisie Point de vue du clinicien Professeur H. Haouala Tunis, le 09 février 2012 XVèmes Journées Pharmaceutiques Tunisiennes 1 Sommaire de

Plus en détail

Associé de recherche clinique

Associé de recherche clinique Pharmabio Développement Associé de recherche clinique PROFIL DE COMPÉTENCES Mireille Lehoux, consultante Septembre 2009 ÉQUIPE DE PRODUCTION Coordination Francine Gendron Directrice générale Pharmabio

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS, Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés

Plus en détail

Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament

Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament Anne Daguenel-Nguyen Pharmacien Hôpital Saint-Antoine FARC 1 PREMIERE PARTIE: Quel est le rôle du pharmacien

Plus en détail

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 1ère Partie : La recherche biomédicale en France Historique Responsabilité et Assurance

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Répondre à un appel à projet - Vie d un projet

Répondre à un appel à projet - Vie d un projet Répondre à un appel à projet - Vie d un projet Carine Coffre 1, Nathalie Juteau 1, Ken Haguenoer 2,3 16 décembre 2011 1. Centre d Investigation Clinique - Inserm 202 CHRU de Tours 2. Laboratoire de Santé

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Outil de suivi du monitoring

Outil de suivi du monitoring Outil de suivi du monitoring SETHI Suivi des Études Thérapeutiques Internationales EC1 Trial Manager d ORIAM Sandrine BARRAUD Attaché de Recherche Clinique Valérie FAUBEAU Attaché de Recherche Clinique

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Donner une information et contacter les patients par téléphone

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Pharmacovigilance des Essais cliniques

Pharmacovigilance des Essais cliniques Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier 2013 1 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir Plan du cours La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS Le Dossier Pharmaceutique Les systèmes de chiffrements de l'information Glossaire à retenir I - La carte SESAM VITALE En janvier 2004 déja 21600 officines

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

Ce diaporama constitue un support d autod. auto-formation

Ce diaporama constitue un support d autod. auto-formation Ce diaporama constitue un support d autod auto-formation L équipe de la recherche clinique se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions Bonne lecture! Délégation Interrégionale à la

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau innovation et recherche clinique (PF4) Personne chargée du dossier : Olivier LOUVET

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Synthèse de la table ronde 2- Giens XXI -octobre 2005 «Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Pierre-Henri.Bertoye, Soizic.Courcier-Duplantier,

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU MEDICAMENT 4 ème, 5 ème et 6 ème année de pharmacie

DEVELOPPEMENT DU MEDICAMENT 4 ème, 5 ème et 6 ème année de pharmacie DEVELOPPEMENT DU MEDICAMENT 4 ème, 5 ème et 6 ème année de pharmacie Nous proposons de nombreux stages dans différents domaines: Développement Cliniques, Affaires Réglementaires, Assurance Qualité, Gestion

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Formation CTOM «Printemps 2013»

Formation CTOM «Printemps 2013» Formation CTOM «Printemps 2013» Formation intensive avec mise en œuvre opérationnelle 105 heures de formation en centre Formation professionnelle qualifiante au métier de Clinical Trials Operations Manager

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Proposition émise par : Société QDATA Groupe QUANTA MEDICAL Lot II W 27 B Ankorahotra 101 Antananarivo Tél. 00 261 20 22 276 86 E-mail.

Proposition émise par : Société QDATA Groupe QUANTA MEDICAL Lot II W 27 B Ankorahotra 101 Antananarivo Tél. 00 261 20 22 276 86 E-mail. Recherche d un prestataire en charge des activités de conception graphique, intégration, Version 1-0 24 avril 2014 Proposition émise par : Société QDATA Groupe QUANTA MEDICAL Lot II W 27 B Ankorahotra

Plus en détail

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE Dr J. BEZ, Médecin Conseil Chef du Service Médical de la Haute-Garonne CNAMTS Le Service du Contrôle Médical de l Assurance Maladie

Plus en détail

Les acteurs métiers de l'industrie pharmaceutique

Les acteurs métiers de l'industrie pharmaceutique Les acteurs métiers de l'industrie pharmaceutique Clémence DELATTRE Alexis LAMBERT Alice LIMONCIEL Andonala RANDRIANARIZAFY Département Génie Biologique 1 ère année Chef de projet : Richard CHRISTEN 22

Plus en détail

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. DEFINITIONS... 2 3. CADRE LEGAL... 3 4. ORGANISATION DE LA BACG... 4 5. PRESTATIONS DE LA BACG... 5 6. MODALITES DE CONTRIBUTION ET D UTILISATION DES SERVICES... 5 7. REGLES

Plus en détail

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution 1 Matinée de l EMRC - Jeudi 4 décembre 2014 CRO / CHU Société prestataire de services

Plus en détail

Unité d Investigation Clinique

Unité d Investigation Clinique secutrial Saisie et Validation des données Manuel d instructions (en développement) Version 0.81 Janvier 2014 Par Khaled Mostaguir CRC HUG Table des matières 1. Introduction... 2 2. Adresses Web (URLs)

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015

Orientations de l'appel à projets Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie PRME K 2015 Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015 Références : Instruction n DGOS/PF 4/2014/349 du 19 décembre 2014 relative aux programmes de recherche

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011 Les démarches d d éd évaluation des Unités s Centralisées es de Préparation des Chimiothérapies anticancéreuses au sein du réseau r Oncolor Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien

Plus en détail

COMPRENDRE LA RECHERCHE CLINIQUE

COMPRENDRE LA RECHERCHE CLINIQUE COMPRENDRE LA RECHERCHE CLINIQUE Unité de Recherche Clinique Avec le soutien de Roche 2 3 Sommaire Avant-propos 3 Accueil 4 Généralités 6 1. Qu est-ce qu une étude clinique? 2. Pourquoi participer à une

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN?

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 4, D.

Plus en détail

Nous Préparons les Talents de Demain

Nous Préparons les Talents de Demain Formation Qualifiante au Métier de Data Manager Niveau I Nous Préparons les Talents de Demain FORMATIONS Pôle de compétences d Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529 94 30 rue de

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

1. PRÉAMBULE 2. BUT 3. PRINCIPES DIRECTEURS CHUS MANUEL DES NORMES ET PRATIQUES DE GESTION SUJET : RECHERCHE NPG N 0 : 4221

1. PRÉAMBULE 2. BUT 3. PRINCIPES DIRECTEURS CHUS MANUEL DES NORMES ET PRATIQUES DE GESTION SUJET : RECHERCHE NPG N 0 : 4221 CHUS MANUEL DES NORMES ET PRATIQUES DE GESTION SUJET : RECHERCHE NPG N 0 : 4221 OBJET : Politique d attribution des espaces au CRCELB APPROUVÉE PAR : COMITÉ DE DIRECTION ÉMISE LE : 6 novembre 1997 RÉVISÉE

Plus en détail

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique EN PRATIQUE Délégation Régionale à la Clinique Les nouvelles procédures de déclaration d un d essai clinique Vendredi 9 février 2007 clinique biomédicale (médicament, dispositif...) sur l être l humain

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

secutrial Gestion des données d'études cliniques Les Colloques de l'uic Novembre 2012 Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.

secutrial Gestion des données d'études cliniques Les Colloques de l'uic Novembre 2012 Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge. secutrial Gestion des données d'études cliniques Les Colloques de l'uic Novembre 2012 Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Unité d Investigation Clinique Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

Partie I : Généralités sur l ensemble des participants (page 2) Partie II : Sous groupe des ARCS laboratoires promoteurs (page 6)

Partie I : Généralités sur l ensemble des participants (page 2) Partie II : Sous groupe des ARCS laboratoires promoteurs (page 6) 3èmes Rencontres de la Recherche Clinique des ARCs et des TECs RAPPORT D ENQUETE Enquête réalisée en ligne de juin à novembre 2011, questionnaire présent sur le site des 3èmes Rencontres de la Recherche

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Métier de Data Manager

Métier de Data Manager Formation Qualifiante au Métier de Data Manager Niveau II Nous Préparons les Talents de Demain ABSILON FORMATIONS Pôle de compétences d ABSILON Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529

Plus en détail

Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations médicales

Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations médicales Union régionale des caisses d assurance maladie Provence Alpes Côte d Azur Agence régionale de l hospitalisation Provence Alpes Côte d Azur Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant p les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant les interactions avec les professionnels de la santé P fizer est résolu à collaborer avec

Plus en détail