Pharmacovigilance des Essais cliniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pharmacovigilance des Essais cliniques"

Transcription

1 Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier

2 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation d un service de Pharmacovigilance Conclusion

3 Introduction - Historique Distilbène (1950 à 1977): prévention des fausses couches Thalidomide (1950 à 1960): hypnogène et antiémétique chez des femmes enceintes Une prise de conscience brutale 3

4 4 Eléments de réglementation Définitions

5 Textes régissant r la PV en FRANCE Décret n du 13 mars 1995: règles générales de Pharmacovigilance Décret n du 29 janvier 2004 relatif à la Pharmacovigilance et modifiant le CSP Décret n du 26 avril 2006 relatif aux recherches biomédicales Arrêté du 28 avril 2005 relatif aux bonnes pratiques de Pharmacovigilance (remplacent celles de 1994): principes auxquels sont soumis les intervenants du système Décret n du 26 décembre 2007: modification du CSP concernant la transmission d agents infectieux et règles relatifs aux procédures européennes (suivi des cas et PSUR principalement) Un cadre très réglementé 5

6 Textes régissant r la PV en FRANCE Décret n du 10 juin 2011: déclaration par les patients auprès de l AFSSAPS et soumission des caspatients Décret n du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à la pharmacovigilance Méthode d imputabilité des effets inattendus ou toxiques des médicaments. Thérapie 1985; 40: 111-8, publiée au Bulletin officiel n 84/50 du 24 janvier 1985 Réactualisation de la méthode française d imputabilité des effets indésirables des médicaments. Thérapie 2011; 66 (6): formulation plus précise, cotation plus discriminante. Un cadre très réglementé 6

7 Textes régissant r la PV en FRANCE Décret n du 26 avril 2006 relatif aux recherches biomédicales Art. R1121-1: Les recherches biomédicales [ ] sont entendues comme tout essai clinique d un ou plusieurs médicaments visant [ ] à mettre en évidence tout effet indésirable [ ] dans le but de s assurer de leur innocuité [ ] Un cadre très réglementé 7

8 Textes régissant r la PV en EUROPE Directive n 2004/27/CE modifiant la Directive 2001/83/CE du 31 mars 2004 Règlement n 726/2004 du 31 mars 2004 Directive Essai clinique n 2001/20/CE du 4 avril 2001 Directive 2010/84/UE du Parlement européen et du Conseil du 15 décembre 2010 modifiant, en ce qui concerne la Pharmacovigilance, la Directive 2001/83/CE Un cadre très réglementé Règlement (UE) n 1235/2010 du Parlement européen et du Conseil modifiant, en ce qui concerne la Pharmacovigilance des médicaments à usage humain le règlement (CE) n 726/2004 et le règlement n 1394/2007 8

9 Textes régissant r la PV en EUROPE Volume 9 du registre Eudralex remplacé progressivement par les bonnes pratiques de Pharmacovigilance européennes (Good Pharmacovigilance Practice Guidelines) Volume 10 du registre Eudralex: Clinical Trials guidelines, notamment chapitre 2: detailed guidance on the collection, verification and presentation of AE reports arising from clinical trials on medicinal products for human use Guideline on monitoring of compliance with pharmacovigilance regulatory obligations and pharmacovigilance inspections Un cadre très réglementé 9

10 Textes régissant r la PV à l international Guidelines ICH: E2B (transmission électronique), E2C (gestion des rapports périodiques de tolérance = PSUR), addendum E2E (Risk Management Plan) Un cadre très réglementé 10

11 Qu est est-ce que la Pharmacovigilance (Art du CSP)? Ensemble des techniques d identification, d évaluation et de prévention du risque d effet indésirable des médicaments ou produits mis sur le marché à titre onéreux ou gratuit, que ce risque soit potentiel ou avéré La pharmacovigilance englobe la prévention, l identification, l évaluation et la correction du risque médicamenteux potentiel ou avéré (iatrogénie médicamenteuse). Elle s attache notamment à évaluer les facteurs évitables du risque médicamenteux. Identification, évaluation, prévention Prévention = adaptation des informations produit, actions de formation, Plan de Gestion de Risque 11

12 Qu est est-ce que la Pharmacovigilance (Art du CSP)? Concerne les médicaments bénéficiant d une AMM délivrée par l ANSM ou la Commission européenne ainsi que les médicaments bénéficiant d une ATU Médicaments = spécialité pharmaceutique, préparation hospitalière, préparation officinale, médicament immunologique, préparation de thérapie génique, etc Concerne également les essais cliniques Champ d application large 12

13 Quelques définitions d pour comprendre EFFET INDESIRABLE = réaction nocive et non voulue à un médicament (ou à un produit mentionné à l article R du CSP). Art R : Effet indésirable d'un médicament expérimental, toute réaction nocive et non désirée à un médicament expérimental quelle que soit la dose administrée. EVENEMENT INDESIRABLE = Toute manifestation nocive et non recherchée survenant chez une personne pendant un traitement, qu elle soit considérée ou non comme liée à un ou des médicament(s). Art R : toute manifestation nocive survenant chez une personne qui se prête à une recherche biomédicale que cette manifestation soit liée ou non à la recherche ou au produit sur lequel porte cette recherche. 13

14 Quelques définitions d pour comprendre EFFET INDESIRABLE GRAVE = Effet indésirable létal susceptible de mettre la vie en danger entraînant une invalidité ou une incapacité importantes ou durables provoquant ou prolongeant une hospitalisation se manifestant par une anomalie ou une malformation congénitale (Tout évènement médicalement important jugé comme tel par un professionnel de santé) 14

15 Quelques définitions d pour comprendre EFFET INDESIRABLE INATTENDU = Effet indésirable dont la nature, la sévérité ou l évolution ne correspondent pas aux informations contenues dans le résumé des caractéristiques du produit (On parle également d effet nouveau/de fait nouveau). Art R : tout effet indésirable du produit dont la nature, la sévérité ou l évolution ne concorde pas avec les informations figurant dans les dossiers de demande d autorisation d essai clinique 15

16 Quelques définitions d pour comprendre IMPUTABILITE = Analyse au cas par cas du lien de causalité entre la prise d un médicament et la survenue d un effet indésirable. La méthode officielle française est d utilisation obligatoire en France pour la notification spontanée. Elle combine 3 critères «chronologiques» (délai d apparition de l EI, réadministration du médicament, évolution de l EI) et 3 critères «sémiologiques» (sémiologie évocatrice, examen complémentaire, autre explication non médicamenteuse) et est accompagnée d un score bibliographique. 16 Actuellement en cours de réévaluation Méthode officielle française non utilisée dans le cadre d un essai clinique

17 Quelques définitions d pour comprendre NOTIFICATION = Transmission de l effet indésirable présumé d un médicament ou produit à une structure de PV ou à l ANSM/EMA. Elle doit comporter 4 éléments au minimum: 17 Un notificateur identifiable Un patient identifiable La dénomination du produit suspect Un ou plusieurs effet(s) indésirable(s) Recommandation d une confirmation écrite du notificateur Signalement par un patient doit être confirmé par un professionnel de santé

18 La structure nationale de PV L ANSM Les 31 Centres régionaux de PV Les Professionnels de santé et les pharmacies à usage intérieur Les entreprises ou organismes exploitant un médicament ou un produit mentionné à l article R Les établissements pharmaceutiques Différents acteurs à plusieurs niveaux Les patients et associations de patients concourent également à ce système 18

19 La structure nationale de PV L ANSM: 19 Assure la mise en œuvre du système national de PV, et coordonne les actions de PV Veille au respect des obligations en matière de PV et évalue régulièrement le système de PV Veille à la sécurité d emploi des médicaments et contribue à leur bon usage Mission de veille sanitaire: centralisation des données et évaluation, transmission à qui de droit, prise des mesures adéquates Travaille en collaboration avec les agences européennes notamment dans le lancement d alerte, participation aux groupes de travail européens Formation, information et communication des professionnels de santé et grand public Différents acteurs à plusieurs niveaux

20 La structure nationale de PV Les 31 CRPV: Structure au sein d un service ou d un département de pharmacologie ou toxicologie clinique Recueil et évaluation des informations transmises par les professionnels de santé et les patients Information et formation des professionnels de santé Expertise, conseil et enquête au niveau de l établissement de santé, du territoire d intervention et au niveau national Contribution au progrès scientifique (connaissance du médicament) Différents acteurs à plusieurs niveaux 20

21 La structure nationale de PV Les Professionnels de santé doivent: 21 déclarer au centre régional de PV (CRPV) de tout effet indésirable suspecté d être dû à un médicament dont ils ont connaissance Obligatoire pour les médecins, chirurgiensdentistes, sages-femmes et pharmaciens mettre à disposition tout élément permettant l évaluation du cas conserver les éléments source coopérer avec les structure de PV Se tenir informés et tenir compte des données de sécurité des médicaments qu ils prescrivent Les autres professionnels de santé, les patients et associations agréés de patients peuvent faire de même Différents acteurs à plusieurs niveaux

22 La structure nationale de PV Les entreprises ou organismes exploitant un médicament: 22 Doivent mettre en œuvre un système de PV et un dossier permanent de ce système de PV Doivent auditer régulièrement ce système Doivent mettre en place un système de gestion des risques pour tout médicament ayant obtenu une AMM après le 21 juillet 2012 Doivent avoir un responsable de PV européen et une personne de référence en PV basée en France Doivent avoir un personnel de PV qualifié et formé Doivent avoir une structure de PV chargée d enregistrer, centraliser et évaluer les infos relatives aux EI Ont des obligations de déclaration auprès de l EMA et l ANSM Différents acteurs à plusieurs niveaux

23 La structure nationale de PV Les entreprises ou organismes exploitant un médicament: 23 Doivent coopérer avec l EMA, l ANSM et les CRPV et répondre de façon rapide et complète à leurs requêtes Doivent mettre à jour l info relative au médicaments en fonction des données recueillies Doivent communiquer aux Autorités toute information concernant le rapport B/R des produits Doivent informer et communiquer sur les informations de PV de leurs produits auprès du grand public en concertation avec les Autorités Doivent mettre en place et suivre les études de suivi post-amm Doivent avoir un système qualité Différents acteurs à plusieurs niveaux

24 La structure nationale de PV FDA EMA (Agence européenne) ANSM Etablissements Pharmaceutiques CRPV Professionnels de santé Différents acteurs à plusieurs niveaux 24

25 Les missions du responsable de PV Doit être disponible de façon permanente et continue et résider dans un Etat membre de la CEE Correspondant et interlocuteur privilégié de l ANSM Doit être médecin ou pharmacien, avec une expérience confirmée en PV Doit mettre en place et gérer le service de PV du laboratoire (enregistrement, centralisation, évaluation) Doit s assurer que toute demande de l ANSM est suivi d une réponse complète et rapide Doit veiller au respect des obligations réglementaire en matière de PV Doit assurer une évaluation continue des risques et bénéfices de ses médicaments et communiquer ces informations à l ANSM Une responsabilité importante Doit assurer la mise à jour régulière de l information produit 25

26 Les missions du responsable de PV Gestion des données de PV Enregistrer tout signalement d EI Documenter les cas et en assurer l archivage et la confidentialité Effectuer une documentation et suivi du cas Réaliser une analyse de la littérature scientifique toutes les semaines Evaluer le lien de causalité Informer le notificateur des suites données à sa déclaration Estimer l incidence des EI susceptibles d être dus à un médicament Une responsabilité importante 26

27 Les missions du responsable de PV Obligations de déclaration à la base de données européenne EUDRAVIGILANCE Tout effet indésirable grave suspecté, survenu dans un Etat membre de l UE ou un Etat partie de l EEA ou un pays tiers, dont il a connaissance sans délai et au plus tard dans les 15 jours suivant la réception de l information Tout effet indésirable non grave suspecté survenu dans un Etat membre de l UE ou un Etat partie de l EEA dont il a connaissance sans délai et au plus tard dans les 90 jours suivant la réception de l information Tout effet indésirable présent dans un publication médicale (ne faisant pas partie d une veille bibliographique par l EMA) Une responsabilité importante 27

28 Les missions du responsable de PV Obligations de déclaration à l ANSM Rapport périodique actualisé de sécurité (=PSUR) Etude sur la sécurité après l AMM: assurer la surveillance régulière, transmettre toute information pertinente Tout autre information présentant un intérêt pour l évaluation du B/R Une responsabilité importante 28

29 29 Responsabilité des investigateurs et promoteurs

30 Les responsabilités s de l investigateurl Art R : L investigateur doit notifier au promoteur, sans délai à compter du jour où il en a connaissance, tous les évènements indésirables graves, à l exception de ceux qui sont recensés dans le protocole ou dans la brochure comme ne nécessitant pas une notification immédiate Notification devant faire l objet d un rapport écrit et faisant l objet d un rapport complémentaire (notamment évolution) Le début de la chaîne 30

31 Les responsabilités s du promoteur Evaluation continue de la sécurité du médicament expérimental Responsable de la notification rapide à tous les investigateurs concernés, au CPP et à l ANSM, de toute donnée qui pourrait affecter la sécurité des participants, avoir un impact sur la conduite de l essai ou modifier l autorisation d essai clinique Responsable de la mise en place de dispositifs et procédures standardisées permettant de respecter les normes de qualité. 31

32 Les responsabilités s du promoteur Recueil et Evaluation des évènements indésirables Evaluation de la gravité Evaluation du lien de causalité (peut être différente de celle de l investigateur) Evaluation du caractère inattendu 32

33 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration à l ANSM dans le cadre des essais cliniques SUSAR = Suspected Unexpected Serious Adverse Reaction 33 = Suspicion d effet indésirable grave inattendu Survenu en France et à l étranger Avec le médicament expérimental concerné Immédiate, dans un délai de 7 jours à partir de la date de prise de connaissance pour les cas Décès/Menace du pronostic vital Immédiate, dans un délai de 15 jours à partir de la date de prise de connaissance pour les autres cas Obligation d un rapport de suivi pour déclarer les informations complémentaires pertinentes et l évolution de ce SUSAR.

34 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration à l ANSM dans le cadre des essais cliniques Données de sécurité ou fait nouveau qui pourrait modifier significativement l évaluation du rapport bénéfice/risque et pourrait conduire à des modifications de la conduite de l essai Augmentation significative de la fréquence d un EI attendu Des SUSAR survenant chez des patients ayant terminé l essai Tout fait nouveau concernant le déroulement de l essai. Ex: EIG lié aux investigations et aux procédures de diagnostic, des résultats significatifs chez l animal, un risque significatif pour la population (ex. manque d efficacité) Recommandation du comité de surveillance indépendant Tout EIGI transmis par un autre promoteur d un EC dans un pays tiers portant sur le même médicament Immédiate, dans un délai de 15 jours. 34

35 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration à l ANSM dans le cadre des essais cliniques DSUR = Development Safety Update Report Rapport Annuel de Sécurité Tient compte de toutes les informations de sécurité disponibles = liste de tous les SUSAR + analyse des informations au regard de la sécurité (format précis) + tableaux de synthèse comprenant tous les signes, symptômes ou diagnostic des EIG survenus depuis le début de la recherche A déclarer une fois par an Démarre à la date de première autorisation de l essai délivrée par une autorité compétente d un Etat membre de la Communauté européenne A transmettre dans les 60 jours (90 jours pour essais phase I) suivant la date de clôture ou sur demande 35

36 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration dans le cadre des essais cliniques à l EMA via le système Eudravigilance (EVCTM) Déclaration suivant les mêmes modalités que pour l autorité compétente Peut être utilisé pour déclarer de façon indirecte à l autorité compétente qui télécharge les rapports directement depuis EVCTM Obligations d information des investigateurs par le promoteur 36

37 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration au CPP dans le cadre des essais cliniques SUSAR = Suspected Unexpected Serious Adverse Reaction = Suspicion d effet indésirable grave inattendu Survenu en France uniquement Avec le médicament expérimental concerné dans l essai concerné Immédiate, dans un délai de 7 jours à partir de la date de prise de connaissance pour les cas Décès/Menace du pronostic vital Immédiate, dans un délai de 15 jours à partir de la date de prise de connaissance pour les autres cas Obligation d un rapport de suivi pour déclarer les informations complémentaires pertinentes et l évolution de ce SUSAR. 37

38 Les responsabilités s du promoteur Obligations de déclaration au CPP dans le cadre des essais cliniques Line-listing semestriel liste des SUSAR survenus dans une autre recherche que le promoteur conduit en France, ou survenus hors du territoire national Accompagnée d une synthèse précise 38

39 39 Organisation d un service de Pharmaco Vigilance

40 La structure de PV d un d laboratoire Obligation réglementaire en France Organisation permettant le recueil, le traitement et l évaluation de données de PV Outil permettant de répondre de façon optimale à l ensemble de ces missions Mise en place d une démarche qualité favorisant l amélioration continue de la Qualité de l activité et la mise en œuvre d actions correctrices le cas échéant 40

41 La structure de PV d un d laboratoire (filiale) Pôle Expertise Pôle Saisie +/- recueil des données Suivi des observations Evaluation médicale Contact Prof. de Santé Evaluation déclarabilité Enregistrement informatique des données Requête base de données Suivi des infos des dossiers Transmission interne Pôle Assistanat +/- recueil des données Enregistrement des entrées Transmission au pôle médical Déclaration Archivage Une structure à 3 pôles 41 Directeur PV

42 Rôles de chaque pôle Pôle Evaluation médicale 42 Médecin ou Pharmacien Evaluation de l info: évaluation médicale, relation causale, déclarabilité Veille bibliographique Prise en charge des PSUR Analyse du risque potentiel Pôle saisie / Qualité Saisie des observations de PV Formation Suivi du système Qualité Suivi des documents requis lors des inspections

43 Les outils au quotidien Supports qui permettent de répondre favorablement aux exigences réglementaires en terme De collecte D enregistrement De transmission des données PV D interrogation Traçabilité de l information Support documentaire (collecte et enregistrement) Support technique = Base de données (enregistrement, transmission et interrogation) Des éléments capitaux 43

44 Les supports documentaires Ensemble des documents mis en place pour soutenir et standardiser les activités de PV: traçabilité, harmonisation, exhaustivité Mis à disposition pour l ensemble des collaborateurs DOCUMENT SOURCE = tout document original en rapport avec un dossier de PV, notamment: fiche de compte-rendu téléphonique, courrier initial du notificateur, formulaire interne de déclaration d un EI, note interne en provenance du visiteur médical, fiche de PV, copie d examen complémentaire ou de CR d hospitalisation, courrier initial (relance, conclusion), fiche de transmission (formulaire standardisé de déclaration d évènement indésirable) et impression des saisies informatiques concernant le dossier TOUT DOCUMENT DOIT ETRE TAMPONNE A RECEPTION 44

45 Les supports documentaires Fiche d appel initial: systématique lors d un appel entrant Fiche de compte-rendu téléphonique: rappel téléphonique Formulaire interne de déclaration d EI Fiche navette: regroupe les principaux éléments du dossier et est placé en en-tête du dossier Set de courrier type: courrier de relance, remerciements. Courriers à destination des médecins, patients. Courrier de déclaration à l AFSSAPS. 45

46 Les supports documentaires Un dossier de PV est alors constitué. Il contient au minimum Une fiche d appel initial ou courrier initial ou formulaire interne de déclaration d EI Echanges entre le site et le promoteur CIOMS (formulaire de déclaration standardisé envoyé aux Autorités compétentes) Tout autre document relatif au dossier Archivage dans un lieu sécurisé 46

47 Le support technique La base de données locale de PV répond à l obligation d enregistrement des informations de PV Permet la gestion de l ensemble des observations de PV Formation initiale nécessaire 47

48 Le support technique Pré-requis nécessaire Suivre les recommandations ICH E2B dans le cadre de la transmission électronique Posséder un accès sécurisé Faire l objet d une déclaration CNIL Permettre la production de documents de déclaration Posséder un système de requêtes Permettre la traçabilité des observations et interventions 48

49 Traitement d un d cas Essai clinique par un laboratoire pharmaceutique Gestionnaire administratif Gestionnaire/Chargé de données Gestionnaire administratif - Recherche de doublon - Attribution d un numéro - Recherche de dossier si FU - Hiérarchisation Médecin/Pharmacien Gestionnaire/Chargé de données 49 - Mise sous format CIOMS / XML - Codage MedDRA - Vérification de la cohérence - Données manquantes - Rédaction du narratif - Retours vers ARC/investigateur si pb et pour info - Revue par médecin/pharmacien - Envoi au Corporate

50 Le travail effectué par le département Recherche clinique Interlocuteur privilégié des sites investigateurs Pilotage de la mise en place et du suivi de l essai au niveau du site investigateur En charge de la formation du site investigateur et du respect des procédures Organisation ARC employé de l entreprise ou ARC prestataire Une suivi régulier et pointu 50

51 Le travail effectué par le département Pharmacovigilance Traitement et Evaluation des informations transmises Demandes de clarifications / informations complémentaires Déclarations réglementaires Rédaction des DSUR, partie Safety du rapport clinique du dossier d AMM Différence structure maison-mère/filiale 51

52 La démarche d Qualité au sein du service PV La mise en place d une démarche qualité au sein du structure de PV permet de: Démontrer l existence d un système approprié de pharmacovigilance Améliorer de façon permanente la qualité des process liés au traitement de l information Mettre en évidence les failles d une organisation existante par la mise en place d audits internes Faire face à tout moment à une inspection des autorités, qu elle soit de routine ou inopinée Mettre en place un Disaster Recovery Plan Une activité quotidienne 52

53 La démarche d Qualité au sein du service PV Elle se traduit par: La rédaction d un jeu de procédures locales décrivant l organisation générale, les processus de recueil et traitement de l information, l évaluation et la restitution de l information. La mise en œuvre d une auto-évaluation: amélioration continue de l évaluation et mise en place de mesures correctives en cas de dysfonctionnement Une activité quotidienne 53

54 La démarche d Qualité au sein du service PV Les outils d auto-évaluation: Contrôle Qualité ponctuel: vérification de cohérence des données entrantes et traitées Audit interne/externe: vérification de la qualité du traitement de l info par rapport aux procédures existantes Les contrôles par l ANSM et autres autorités réglementaires = les inspections Un outil d amélioration 54

55 Conclusion Domaine de plus en plus réglementé Contexte EU en pleine dynamique / Contexte France en plein bouleversement Avoir des investigateurs correctement formés et responsabilisés Nécessité de partenariat Laboratoire- Investigateur Rôle de plus en plus important du patient Rôle capital de l investigateur Garantir la sécurité du médicament et la gestion du risque 55

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

Pharmacovigilance dans les essais cliniques

Pharmacovigilance dans les essais cliniques Pharmacovigilance dans les essais cliniques Catherine NOBLET Centre Régional de Pharmacovigilance de Rouen & Direction de la Recherche et de l Innovation Les essais cliniques en Europe Recueil, analyse

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Journées des data managers académiques, Caen 12 juin 2012 I- Contexte / historique II- Idée III- Solution

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques

Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques électronique d'observations individuelles d effets indésirables (ICSRs) avec l'ansm (Agence nationale de sécurité du médicament

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Pharmacovigilance Organiser la sécurité La gestion des Evènements indésirables. Dr Ségolène DURAN Pharmacien Institut Paoli Calmettes

Pharmacovigilance Organiser la sécurité La gestion des Evènements indésirables. Dr Ségolène DURAN Pharmacien Institut Paoli Calmettes Pharmacovigilance Organiser la sécurité La gestion des Evènements indésirables Dr Ségolène DURAN Pharmacien Institut Paoli Calmettes Pourquoi? Organiser la sécurité - gestion des évènements indésirables

Plus en détail

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Besançon 25 novembre 2004 Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Début de l essai Procédure

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux Formation extra-muros E s s a i s C l i n i q u e s Programme DPC n 47341500009 C.L.E.F Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux 1 Essais Cliniques Objectifs

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Sophie LUCAS 5ème Rencontre avec les PME innovant dans le domaine de la santé 24 novembre 2011 1 Le cadre législatif en France jusqu à la loi

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE VIGILANCE AVANT, PENDANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 AVANTLE DEBUT DE LA RECHERCHE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 ARC Promoteur + Responsable Vigilance (1) Aide rédactionnelle

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Pr Eric BELLISSANT CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Loi du 9 août 2004 : Recherche clinique Recherche Biomédicale Produit de Santé (RBM) Hors produit de Santé Soin Courant Sur collections

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Daniel BOICHUT Directeur Etudes Epidémiologiques et Médico-Economiques Conférence

Plus en détail

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique EN PRATIQUE Délégation Régionale à la Clinique Les nouvelles procédures de déclaration d un d essai clinique Vendredi 9 février 2007 clinique biomédicale (médicament, dispositif...) sur l être l humain

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Organisation de la Pharmacovigilance

Organisation de la Pharmacovigilance Organisation de la Pharmacovigilance 8 novembre 2013 Dr P. EFTEKHARI CRPV Fernand Widal Paris Introduction Les études ayant précédé la mise sur le marché d un nouveau médicament ne permettent pas d établir

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH.

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH. PROGRAMME THERMAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET SCIENTIFIQUE 2008 ANNEXE 5 - Dossier type de soumission de projet GUIDE POUR LA REDACTION D UN PROTOCOLE TYPE DE RECHERCHE CLINIQUE Ce guide liste des rubriques

Plus en détail

Formation CTOM «Printemps 2013»

Formation CTOM «Printemps 2013» Formation CTOM «Printemps 2013» Formation intensive avec mise en œuvre opérationnelle 105 heures de formation en centre Formation professionnelle qualifiante au métier de Clinical Trials Operations Manager

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

1.des missions et des compétences élargies

1.des missions et des compétences élargies 1.des missions et des compétences élargies 2. une gouvernance modernisée 3.une évolution de l organisation 4. des moyens renforcés et priorisés Mise en perspective Une Agence de sécurité sanitaire Des

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Comité de suivi et de prospective du plan national Maladies Rares 2011-2014 Mardi 19 mars 2013 2011-2014. Annie LORENCE- ANSM. Fondement juridique

Comité de suivi et de prospective du plan national Maladies Rares 2011-2014 Mardi 19 mars 2013 2011-2014. Annie LORENCE- ANSM. Fondement juridique 2011-2014 Comité de suivi et de prospective du plan national maladies rares Recommandations temporaires d'utilisation de spécialités pharmaceutiques (RTU) Annie LORENCE- Fondement juridique Loi n 2011-2012

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

Charte des partenariats industriels

Charte des partenariats industriels Charte des partenariats industriels L Assistance Publique Hôpitaux de Paris, acteur majeur de la recherche biomédicale en France, est un partenaire privilégié et naturel des acteurs industriels qui lui

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

Système d alerte rapide des denrées alimentaires et des aliments pour animaux RASFF

Système d alerte rapide des denrées alimentaires et des aliments pour animaux RASFF Organisme pour la sécurité et la qualité de la chaîne alimentaire P. 1/10 1. DOMAINE D APPLICATION...2 2. NECESSITE DU DOCUMENT...2 3. BASE LÉGALE...2 4. DÉFINITIONS...2 5. POINT DE CONTACT...3 5.1. GESTION

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Mise en place et conduite en france d'essais cliniques portant sur des dispositifs médicaux/dispositifs médicaux de diagnostic in vitro

Mise en place et conduite en france d'essais cliniques portant sur des dispositifs médicaux/dispositifs médicaux de diagnostic in vitro REPUBLIQUE FRANÇAISE Mise en place et conduite en france d'essais cliniques portant sur des dispositifs médicaux/dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Avis aux promoteurs d essais cliniques portant

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE GUIDE D AUDIT - LABOROUTE Tableau de validation du document Rédigé par Approuvé par Géré par Nom Eric BLANC Thierry KRETZ Fonction Responsable qualité Président du Comité Opérationnel Eric BLANC Responsable

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement ZARIFI Entreprise d Investissement ZARIFI GESTION Société de Gestion de Portefeuille Politique de Gestion des Conflits d intérêts Préambule Zarifi Entreprise d'investissement est une entreprise d investissement

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS SURVEILLANCE de la SÉCURITÉ D EMPLOI des MÉDICAMENTS Guide pour la création et le fonctionnement d un centre de pharmacovigilance

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES 31/03/05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA 1 Le contexte: La généralisation

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé»

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Réseau Hémovigilance 4 ème Aquitaine-Limousin ème Journée - 23 novembre 2006 «Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Dr

Plus en détail

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/ Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Les systèmes CDMS

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

Formation continue Le cas du Québec

Formation continue Le cas du Québec Assemblée générale de la CIOPF Paris, France 20 novembre 2013 Formation continue Le cas du Québec Diane Lamarre, pharmacienne, M.Sc. Présidente de l Ordre des pharrmaciens du Québec Professeure titulaire

Plus en détail