Bases de données en pharmacovigilance

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases de données en pharmacovigilance"

Transcription

1 Bases de données en pharmacovigilance Master THERV (Toxicologie Humaine, Evaluation des Risques et Vigilances) Dr Pascal AURICHE Responsable des Bases de données de Pharmacovigilance Direction de la Surveillance - ANSM 22 janvier 2013 Faculté de Pharmacie, Châtenay-Malabry

2 Sommaire Pourquoi des bases de données? ICH et Pharmacovigilance Systèmes de codage Terminologie médicale : MedDRA Médicaments Formats de transmission Flux des informations Base EudraVigilance Base nationale Afssaps 1

3 Pourquoi des bases de données? Raison d'être de la pharmacovigilance Détecter des effets indésirables liés à la prise de médicaments, non connus au moment de la mise sur le marché, car survenant rarement, et/ou dans des groupes de patients non recrutés dans les essais cliniques précédant l'amm Comment faire? Cumuler les notifications spontanées d'effets indésirables potentiellement liés à la prise des médicaments pour en permettre l'analyse (détection de "signal") par les différents acteurs 2

4 Pourquoi des bases de données? L'informatique à la rescousse Le volume de données à recueillir est tel que le recours à des systèmes informatisés est indispensable pour les enregistrer, et pour pouvoir procéder à la moindre analyse Les méthodes d'analyse automatisée, en cours de développement, utilisent des algorithmes statistiques complexes, impossibles à mettre en oeuvre sans systèmes informatisés 3

5 Pourquoi des bases de données? Utilisation réglementaire des bases de données La réglementation impose des échanges de données d'agence à agence entre agences et industriels entre industriels et agences Le volume de données à échanger est tel que des systèmes infomatisés sont nécessaires pour procéder à ces échanges de façon rationnelle et en respectant les délais Ce d'autant que la réglementation impose des échanges électroniques entre les différents acteurs 4

6 Retour au sommaire 5

7 ICH et pharmacovigilance Recommandations Standardisation des pratiques par les recommandations ICH Topic E (Efficacy) E2A : critères de notification urgente (expedited reporting) - EC E2B : transmission électronique E2C : PSURs - PV E2D : critères de notification urgente (expedited reporting) - PV E2E : planification de la pharmacovigilance E2F : DSURs - EC Topic M (Multidisciplinary) M1 : terminologie médicale (MedDRA) M2 : transmission électronique M5 : éléments et standards de dictionnaires de médicaments 6

8 ICH et pharmacovigilance Le consortium ICH - ISO - HL7 En 2005, ICH a décidé que les spécifications techniques ne devaient plus être développées uniquement en son sein, mais en collaboration avec des SDOs La FDA exige l'utilisation de standards HL7 aux Etats-Unis L'UE exige la référence à des standards ISO ou CEN dans la législation européenne (même principe au Canada) Pour satisfaire l'ensemble de ces exigences, une collaboration entre ICH, ISO et HL7 a difficilement vu le jour, en particulier pour le développement de E2B(R3) et M5 7

9 Retour au sommaire 8

10 Systèmes de codage Nécessité de la structuration Il est très difficile de retrouver les données dans un texte non structuré Il faut donc fragmenter (structurer) l'information Nécessité du codage Pour standardiser la saisie des informations, ce qui permet de les retrouver à coup (presque) sûr lors de l'interrogation des bases de données Que faut-il structurer et coder? Les effets indésirables Les médicaments Les maladies (antécédents, indications,...) Autres éléments (examens complémentaires, causes de décès,...) 9

11 Systèmes de codage MedDRA - Généralités Medical Dictionary for Regulatory Activities Recommandation ICH M1 But : standardisation de la terminologie médicale Antécédents Effets indésirables Indications des médicaments Examens complémentaires, causes de décès, etc... Remplace WHO-ART, COSTART, J-ART, CIM9, CIM10, etc La réglementation européenne impose l'utilisation de MedDRA Depuis le 01/01/2002 pour toute soumission électronique Depuis le 01/01/2003 pour toute soumission d'effet indésirable Propriété de l IFPMA pour le compte d'ich Maintenance confiée à MSSO (http://www.meddramsso.com) 10

12 Systèmes de codage MedDRA - Coût Coût variable selon qualité et revenus des souscripteurs : 3400 à US$ par an en à US$ par an en 2007 et à US$ par an de 2009 à 2013 Gratuit pour les régulateurs 11

13 Systèmes de codage MedDRA - Description Classification hiérarchique multiaxiale 5 niveaux (version 15.1) : SOC (System Organ Class) : n=26 HLGT (High Level Group Term) : n=335 HLT (High Level Term) : n=1713 PT (Preferred Term) : n=19737 LLT (Low Level Term) : n=70634 (dont 9096 non courants) Pour comparaison : WHO-ART (Ancienne ANPV) : 3 niveaux SOC : n=32 Preferred Term : n=1911 Included Term : n=

14 Systèmes de codage MedDRA Nombre de termes 13

15 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence descendante 14

16 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence descendante 15

17 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence descendante 16

18 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence descendante 17

19 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence descendante 18

20 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence ascendante 19

21 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence ascendante 20

22 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence ascendante 21

23 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence ascendante 22

24 Systèmes de codage MedDRA - Arborescence ascendante 23

25 Systèmes de codage MedDRA - Contraintes Evolution semestrielle Version actuelle : 15.1 (septembre 2012) Prochaine version : 16.0 (mars 2013) 2 mois pour mise en exploitation d'une nouvelle version (recommandation MSSO - EV-EWG) 1 er lundi de mai - 0:00 GMT 1 er lundi de novembre - 0:00 GMT 24

26 Systèmes de codage MedDRA - Contraintes Toute soumission d'ei doit être faite avec la version courante (ou éventuellement la version précédente) Nécessité de recodage pour la soumission : élimination des LLT devenus non courants Nécessité d'élaborer une stratégie de recodage : Soit au coup par coup lors de la transmission d'un cas particulier Soit traiter l'ensemble de la base lors de la sortie de chaque nouvelle version (attitude plus rigoureuse au plan scientifique, vivement recommandée) 25

27 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation La richesse de la terminologie et sa multiaxialité rendent plus que jamais nécessaire la standardisation des pratiques de codage des méthodes d'interrogation des bases de données MSSO publie deux documents "Points to consider" MedDRA Term Selection (codage) MedDRA Data Retrieval and Presentation (interrogation) 26

28 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation Choix initial : privilégier l'anatomie sur la physiologie La terminologie MedDRA est livrée avec des outils facilitant l'interrogation des données SSC (Special Search Categories) SMQ (Standardized MedDRA Queries) 27

29 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SSC SSC (Special Search Categories) : intérêt historique Par exemple : oedème, douleur, hémorragie, arrêt cardiaque, vasculite Nombre de SSC dans la version 9.1 : 13 Chaque SSC est une liste de PT (1303 liens SSC -> PT) Développement arrêté car ne satisfaisaient pas les utilisateurs Retirées de la terminologie à partir de la version 10.0 (2007) 28

30 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SSC 29

31 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SMQ SMQ (Standardized MedDRA Queries) Travail conjoint de MSSO et du CIOMS pour remplacer les SSC Développement actif en cours Structure plus complexe que les SSC Arborescence sur 5 niveaux Chaque SMQ contient une liste de SMQ et/ou de PT Concept de recherche étroite ou large (spécificité/sensibilité) 87 SMQ de niveau 1 (204 en tout) en production 6 SMQ de niveau 1 en cours de développement Mise en oeuvre informatique relativement complexe 30

32 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SMQ 31

33 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SMQ 32

34 Systèmes de codage MedDRA - Standardisation - SMQ 33

35 Systèmes de codage MedDRA - Traductions La langue primaire de MedDRA est l'anglais Traductions disponibles Français Allemand Espagnol Portugais Italien Néerlandais Tchèque Hongrois Japonais Chinois 34

36 Retour au sommaire 35

37 Systèmes de codage Codage des médicaments Pas de standard international de codage Il n'existe pas de "MedDRA des médicaments" Divers dictionnaires et classifications sont utilisés Ces dictionnaires ont des limites Plusieurs projets en cours 36

38 Systèmes de codage Codage des médicaments - Dictionnaires Développés par l'oms WHO-DD : WHO Drug Dictionary INN : International Nonproprietary Names ATC : Anatomical, Therapeutic & Chemical classification ANSM Codex : référentiel du médicament Dictionnaire de la base nationale EMA EVMPD : EudraVigilance Medicinal Products Dictionary Autres agences Dictionnaires "maison" des industriels Souvent axés sur la gamme de la firme 37

39 Systèmes de codage Codage des médicaments - Dictionnaires Projets en cours de développement EudraPharm : projet télématique européen Doit contenir tous les médicaments bénéficiant d'une AMM en Europe Recommandation ICH M5 Structure d'un dictionnaire "idéal" Pas de données Standard HL7 ISO CEN : IDMP Implémentation d'ich M5 Doit déboucher sur un dictionnaire alimenté en données et maintenu Devrait être publié en 2013 Entrée en service en??? 38

40 Systèmes de codage Codage des médicaments - Dictionnaires Limites des dictionnaires "officiels" (Codex, EudraPharm) Un certain nombre de produits impliqués dans les observations de PV ne sont pas contenus dans ces dictionnaires (ATU, essais cliniques, homéopathie, herboristerie, toxiques, médicaments étrangers,...) Nécessité d'apprentissage et d'extension des dictionnaires de médicaments utilisés dans les bases de données de PV ANSM EVMPD (EudraVigilance) 39

41 Systèmes de codage Codage des médicaments - Subtilités Intérêt de différencier Médicaments suspects Médicaments en interaction Médicaments associés Raffinement spécifiquement français : la méthode française d'imputabilité Imputabilité chronologique Imputabilité sémiologique Imputabilité intrinsèque (I = f(c,s)) Imputabilité bibliographique (extrinsèque) 40

42 Retour au sommaire 41

43 Formats de transmission Différentes possibilités Formats "papier" Fiche CIOMS I (voir exemple) "Fiche dense" de l'afssaps (voir exemple) Format électronique Recommandations ICH E2B et M2 (voir exemple) 42

44 Formats de transmission E2B et M2 E2B Définit le contenu du message Types d'informations et répétabilité MedDRA - version utilisée M2 Définit l'implémentation informatique SGML (XML) 228 champs par observation Taille des champs Listes de valeurs acceptables, formats de dates... Accusés de réception ESTRI Gateway (passerelle électronique) Standard HL7 ISO CEN E2B (R3) en cours de développement 43

45 Entités ICH E2B SafetyReport ReportDuplicate MedicalHistoryEpisode PatientDeathCause LinkedReport PatientPastDrugTherapy PatientAutopsy PrimarySource PatientDeath ParentMedicalHistoryEpisode Sender Parent Requis 1..1 Receiver Reaction ParentPastDrugTherapy Requis et répétable 1..n Patient Test ActiveSubstance Optionnel 0..1 Drug DrugRecurrence Optionnel et répétable 0..n Summary DrugReactionRelatedNess 44

46 Retour au sommaire 45

47 Flux des observations Réglementation actuelle - Théorie OMS/UMC EVWeb/EVDAS Internet sécurisé EMA/EV ICSR Internet sécurisé ICSR Internet sécurisé ANPV Internet sécurisé ANSM ICSR Internet sécurisé CRPV ICSR Internet sécurisé Industriels Cerfa Courrier/Fax PS / Patients Divers Courrier/Fax 46

48 Flux des observations Réglementation actuelle En pratique OMS/UMC EVWeb/EVDAS EMA/EV ICSR Interruption temporaire pour raisons techniques ICSR ICSR ANPV ANSM ICSR CRPV Fiches CIOMS Courrier Fiches CIOMS Fax/Courrier Industriels Cerfa Courrier/Fax PS / Patients Divers Courrier/Fax 47

49 Flux des informations Future réglementation OMS/UMC EVWeb/EVDAS Internet sécurisé EMA/EV ICSR Internet sécurisé ICSR Internet sécurisé ANPV Internet sécurisé ANSM ICSR Internet sécurisé CRPV Industriels Cerfa Courrier/Fax PS / Patients Divers Courrier/Fax 48

50 Flux des informations Envoi d'un cas Afssaps à EudraVigilance Application EudraVigilance EMEA 4 ICSR ACK 5 Gateway EudraVigilance 3 6 ICSR MDN ACK MDN 2 7 Gateway Cyclone (Axway) Gateway Laboratoire Afssaps 1 ICSR ACK 8 Labo Application ARIS Application PV Laboratoire 49

51 Flux des informations Envoi d'un cas Afssaps à un laboratoire Application EudraVigilance EMEA Gateway EudraVigilance ICSR MDN ACK MDN ICSR MDN ACK MDN Gateway Cyclone (Axway) Gateway Laboratoire Afssaps 1 ICSR ACK 12 6 ICSR ACK 7 Labo Application ARIS Application PV Laboratoire 50

52 Flux des informations Envoi d'un cas laboratoire à l'afssaps Application EudraVigilance EMEA Gateway EudraVigilance MDN ACK MDN ICSR MDN ACK MDN ICSR Gateway Cyclone (Axway) Gateway Laboratoire Afssaps 7 ICSR 6 12 ACK ICSR 1 ACK Labo Application ARIS Application PV Laboratoire 51

53 Retour au sommaire 52

54 EudraVigilance Généralités Base de données de pharmacovigilance européenne Axée initialement sur les effets indésirables graves des produits en procédure centralisée Doit inclure tous les effets (graves ou non graves), quelle que soit la procédure d'enregistrement Entrée en phase de production le 05/12/2001 Réglementation européenne Période transitoire initiale : à compter du 31/01/2003, toute soumission d'ei à l'emea devait être faite en mode électronique Nouvelle deadline : la transmission électronique est obligatoire pour les échanges avec l'emea depuis le 20/11/2005 La plupart des états européens et des industriels sont en phase de production 53

55 EudraVigilance Fonctionnement Alimentée par des ICSR : ICH E2B et M2 En provenance des agences européennes En provenance des industriels Les ICSR sont Soit acheminés via l'ich ESTRI Gateway (système d'échanges sécurisés devant être installé chez tous les acteurs) dans le cas des gros pourvoyeurs de notifications Soit saisis directement dans EVWeb/WebTrader par les organisations ayant peu d'effets indésirables à notifier La Gateway EudraVigilance sert de "routeur" pour tous les messages Consultation via Internet (EVWeb, EVDAS) 54

56 EudraVigilance Composants du système EV Gateway WebTrader EV CTM EV PM EV Web 55

57 EudraVigilance Composants du système EV Web EV CTM EV PM EV DAS 56

58 Retour au sommaire 57

59 Base nationale ANSM Généralités Historique Créée en 1985 au sein des Hospices Civils de Lyon (SOS-V6) Redéveloppement en 1995 du système utilisé jusqu'en juin 2007 Nouvelle base mise en production en juin 2007 Rythme de notification Les CRPV saisissent tous les ans plus de nouvelles observations d'effets graves ou non graves (tendance actuelle : plus de 60% d'effets graves) Chaque année, les industriels notifient à l'afssaps environ observations d'effets graves survenus sur le territoire français Contenu actuel : plus de observations 58

60 Base nationale ANSM Généralités NON GRAVES - FU NON GRAVES - V0 GRAVES - FU GRAVES - V

61 Base nationale ANSM La nouvelle ANPV Approche Adaptation d'un progiciel de PV du commerce Etapes indispensables avant mise en production Migration de l'existant (plus de cas) Intégration (douloureuse) du dictionnaire de médicaments Mise en production en juin 2007 Etapes indispensables après mise en production Certification des industriels pour transmission électronique Mise en place d'une détection automatisée du signal Travaux préalables menés en collaboration avec des unités INSERM de Bordeaux et Villejuif, et le CRPV HEGP Etude de faisabilité menée en 2009 Mise en place prévue à court terme 60

62 Base nationale ANSM La nouvelle ANPV Contrôle qualité et lecture de 100% des cas graves avant transmission à l'extérieur du système CRPV/Afssaps Visibilité (et donc possibilité d'interrogation) de l'ensemble des observations par : Les 31 CRPV Le Département de Pharmacovigilance de l'afssaps 61

63 Base nationale ANSM La nouvelle ANPV Interrogation quotidienne par les CRPV Détection de signaux Enquêtes de Pharmacovigilance Réponses aux questions des professionnels de santé ou des patients Interrogation quotidienne par les évaluateurs PV Aide à l'évaluation Suivis nationaux Réponses aux questions des professionnels de santé ou des patients 62

64 Retour au sommaire 63

65 Avertissement Lien d intérêt : personnel salarié de l ANSM (opérateur de l Etat). La présente intervention s inscrit dans un strict respect d indépendance et d impartialité de l ANSM vis-à-vis des autres intervenants. Toute utilisation du matériel présenté, doit être soumise à l'approbation préalable de l ANSM. Warning Link of interest: employee of ANSM (State operator). This speech is made under strict compliance with the independence and impartiality of ANSM as regards other speakers. Any further use of this material must be submitted to ANSM prior approval.

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance Journée d'information et d'échanges avec les associations de patients 22 janvier

Plus en détail

Dispositif Médical De l idée au marché

Dispositif Médical De l idée au marché Dispositif Médical De l idée au marché Approcher autrement la réglementation Thierry SIRDEY Directeur Adjoint Direction des dispositifs médicaux de diagnostic Et des plateaux techniques 29 Novembre 2013

Plus en détail

Surveillance expérimentale d un vaccin contre la méningite (Bexsero)

Surveillance expérimentale d un vaccin contre la méningite (Bexsero) Surveillance expérimentale d un vaccin contre la méningite (Bexsero) Direction des thérapies innovantes, des produits issus du corps humain et des vaccins Séminaire du Conseil d administration/ 13.02.2014

Plus en détail

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM Le logiciel «dispositif médical» à l Les logiciels dispositifs médicaux à l L est l autorité compétente en matière de DM et de DMDIV Les Logiciels de gestion des laboratoires de biologie médicale entrent

Plus en détail

MedDRA et son Rôle dans les Activités de Pharmacovigilance. Dr Philippe Thouvay MSSO. Conception Générale

MedDRA et son Rôle dans les Activités de Pharmacovigilance. Dr Philippe Thouvay MSSO. Conception Générale MedDRA et son Rôle dans les Activités de Pharmacovigilance Dr Philippe Thouvay MSSO 1 Conception Générale Direction, développement et gestion de MedDRA Moteur de recherche Agences du Médicament et MedDRA

Plus en détail

Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques

Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques Information de pharmacovigilance destinée aux entreprises pharmaceutiques électronique d'observations individuelles d effets indésirables (ICSRs) avec l'ansm (Agence nationale de sécurité du médicament

Plus en détail

Séminaire dépistage organisé des cancers 23 juin 2014

Séminaire dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Bilan de la remise en œuvre du contrôle de qualité en mammographie numérique Séminaire dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 THEVENET Nicolas - Directeur Direction des dispositifs médicaux de diagnostic

Plus en détail

Gestion des ruptures de stock de médicaments d intérêt thérapeutique majeur par l ANSM

Gestion des ruptures de stock de médicaments d intérêt thérapeutique majeur par l ANSM Gestion des ruptures de stock de médicaments d intérêt thérapeutique majeur par l ANSM 12 mars 2015 Dominique DEBOURGES Chef de pôle Contrôle du marché Direction de la surveillance Ruptures de stock :

Plus en détail

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Inspection des établissements pharmaceutiques évolution de la réglementation Virginie RIBEIRO Chef du pôle IPPLF 2 Direction de l inspection

Plus en détail

1.des missions et des compétences élargies

1.des missions et des compétences élargies 1.des missions et des compétences élargies 2. une gouvernance modernisée 3.une évolution de l organisation 4. des moyens renforcés et priorisés Mise en perspective Une Agence de sécurité sanitaire Des

Plus en détail

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

COMITE INTERFACE COSMETIQUE GT PRATIQUES INDUSTRIELLES

COMITE INTERFACE COSMETIQUE GT PRATIQUES INDUSTRIELLES COMITE INTERFACE COSMETIQUE GT PRATIQUES INDUSTRIELLES Réunion du 30/09/2013 Rappel des objectifs du comité interface Cosmétique Identifier les sujets généraux prioritaires à aborder dans le cadre d un

Plus en détail

Bases de données de pharmacovigilance et accès public

Bases de données de pharmacovigilance et accès public Lyon, le 20 avril 2011 Bonjour, Dans le cadre des assisses du médicament, je vous soumets une proposition concernant l accès public aux données de pharmacovigilance conformément à la directive européenne

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

Pharmacovigilance des Essais cliniques

Pharmacovigilance des Essais cliniques Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier 2013 1 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation

Plus en détail

Transmission électronique et Nouvelle règlementation européenne

Transmission électronique et Nouvelle règlementation européenne électronique et Nouvelle règlementation européenne Mesures transitoires et situation française Aspects pratiques Irène Bidault Véronique Pizzoglio Pascal Auriche Département Pharmacovigilance 5 Juin 2012

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Dr Cécile Delval / Directrice Valérie Nadjarian / Référent essais cliniques Direction de l Evaluation / 3 e Journée

Plus en détail

Pharmacovigilance dans les essais cliniques

Pharmacovigilance dans les essais cliniques Pharmacovigilance dans les essais cliniques Catherine NOBLET Centre Régional de Pharmacovigilance de Rouen & Direction de la Recherche et de l Innovation Les essais cliniques en Europe Recueil, analyse

Plus en détail

Groupe AMELIORATION DES PROCESSUS

Groupe AMELIORATION DES PROCESSUS ANNEXE Groupe AMELIORATION DES PROCESSUS lié au Comité d interface Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et Organisations professionnelles représentatives des industries du

Plus en détail

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation)

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation) Secrétaire Médicale - MEDICO-SOCIALE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) par arrêté publié au journal officiel de la République Française

Plus en détail

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la  QP Discretion  en Europe La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe Celine Massotte PharmD, MSc. Senior Quality Director, Global Quality Assurance

Plus en détail

Quelques exemples de préparations de thérapie cellulaire, de MTI ou de MTI- PP

Quelques exemples de préparations de thérapie cellulaire, de MTI ou de MTI- PP Quelques exemples de préparations de thérapie cellulaire, de MTI ou de MTI- PP Nicolas Ferry Directions des thérapies innovantes, produits issus du corps humain et vaccins Quelques rappels importants:

Plus en détail

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies GUEHO Sylvain / RICHARD Nathalie Chef de pôle produit Dolorh Direction Neurho 13 février 2014 Séminaire Conseil d Administration

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES DU TITRE

REFERENTIEL D ACTIVITES DU TITRE Code APE : 804CN SIREN : 183 109 073N déclaration d existence : 73 31 P00063 31 G:\COMMUN-DAVA\Doc-DAVA - En Vigueur\RESSOURCES DOCUMENTAIRES DU DAVA\FRP - Référentiel.doc MAJ12/11/2010 version 2007 adaptation

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA QUALITÉ D UNE NOTIFICATION A.TEBAA

ÉVALUATION DE LA QUALITÉ D UNE NOTIFICATION A.TEBAA ÉVALUATION DE LA QUALITÉ D UNE NOTIFICATION A.TEBAA 2éme Cours francophone inter-pays de Pharmacovigilance Rabat; 2-6 juin 08 INTRODUCTION L augmentation constatée, d année en année, du nombre de notifications

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

GESTOrama. Un support informatique professionnel pour la gestion des risques. Un produit. ERGOrama SA

GESTOrama. Un support informatique professionnel pour la gestion des risques. Un produit. ERGOrama SA GESTOrama Un support informatique professionnel pour la gestion des risques Un produit Objectif de GESTOrama Servir de support à la gestion des risques en entreprise: santé et sécurité au travail, environnement,

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Daniel BOICHUT Directeur Etudes Epidémiologiques et Médico-Economiques Conférence

Plus en détail

Le choix de la pharmacie

Le choix de la pharmacie Le choix de la pharmacie Dans la pharmacie et au niveau du sélecteur, vous avez le choix entre la pharmacie publique (mise en œuvre par l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Plus en détail

Guide de l utilisateur des rapports électroniques

Guide de l utilisateur des rapports électroniques Protection de la santé des patients Le présent guide de l utilisateur des rapports électroniques fournit des informations sur les éléments de données, la structure, l interprétation et les fonctionnalités

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS SURVEILLANCE de la SÉCURITÉ D EMPLOI des MÉDICAMENTS Guide pour la création et le fonctionnement d un centre de pharmacovigilance

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

Plan d action 2009 / 2010 Document Questions / Réponses

Plan d action 2009 / 2010 Document Questions / Réponses Plan d action 2009 / 2010 Document Questions / Réponses 28/01/2009 Page 1 sur 7 Inactivation 1. Quelle est l adresse mail utilisée par l AFMPS pour réclamer les documents manquants nécessaires à la clôture

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Direction Générale du Travail Radioprotection des travailleurs Evolutions réglementaires intervenues et celles attendues en 2013 impactant l action des médecins du travail Réforme de la médecine du travail,

Plus en détail

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique?

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Une introduction sur l évolution nécessaire des systèmes d information de santé Marius Fieschi Assistance Publique Hôpitaux de

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse.

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse Par nature, Nous vous rendons Plus performant. 11 décembre 2007 Group Présentation et comparaison de la norme ISO 14001

Plus en détail

OFFICE DE TOURISME DE L OISE : «JE VEUX FAIRE/REFAIRE UN SITE INTERNET EN UTILISANT LE SRIT»

OFFICE DE TOURISME DE L OISE : «JE VEUX FAIRE/REFAIRE UN SITE INTERNET EN UTILISANT LE SRIT» OFFICE DE TOURISME DE L OISE : «JE VEUX FAIRE/REFAIRE UN SITE INTERNET EN UTILISANT LE SRIT» Le Comité Régional du Tourisme de Picardie (CRT) et les Agences de Développement et de Réservations touristiques

Plus en détail

[POUR LE SITE WEB DE LA DSN]

[POUR LE SITE WEB DE LA DSN] [POUR LE SITE WEB DE LA DSN] Consultations multilatérales sur la modification du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (RRSN) et le Programme des substances nouvelles pour

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Comment expliquer l évènement? Comment éviter que celui-ci se reproduise?

Comment expliquer l évènement? Comment éviter que celui-ci se reproduise? Comment expliquer l évènement? Comment éviter que celui-ci se reproduise? 1 Dr Eric Benfrech :Chirurgien orthopédiste Orthorisq Laurent olivier : Consultant informatique de santé. Professeur Philippe Arnaud

Plus en détail

Projet FAETON. Réunion de présentation du 12 juillet 2012. Établissements d Enseignement à la Conduite Automobile (EECA)

Projet FAETON. Réunion de présentation du 12 juillet 2012. Établissements d Enseignement à la Conduite Automobile (EECA) Projet FAETON Réunion de présentation du 12 juillet 2012 Établissements d Enseignement à la Conduite Automobile (EECA) Centres de Sensibilisation à la Sécurité Routière (CSSR) Sommaire Le projet Faeton

Plus en détail

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 9 février 2004 000309/SGDN/DCSSI/SDR Référence : CER/P/01.1 Direction centrale de la sécurité des systèmes d information PROCEDURE

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité Se former à la culture de l autre et aux affaires internationales La mondialisation des relations et des marchés, la valorisation

Plus en détail

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Missions de l entreprise Risques métier Solutions pragmatiques et adaptées Savoir gérer la différence Adapter à la norme

Plus en détail

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Journées des data managers académiques, Caen 12 juin 2012 I- Contexte / historique II- Idée III- Solution

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

PRESENTATION FONCTIONNALITES

PRESENTATION FONCTIONNALITES Présentation du logiciel COMET (version DHOS) SOMMAIRE PRESENTATION FONCTIONNALITES Un logiciel au cœur de la gestion des savoir-faire DESCRIPTION Organisation des données Phase de gestion et traitement

Plus en détail

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS 1 Généralités Contexte Continuité de la circulaire instituant le C2i niveau 1 d avril 2005 Objectifs

Plus en détail

La charte AUDIPOG. 1/ Propriété des données et responsabilité des bases de données communes

La charte AUDIPOG. 1/ Propriété des données et responsabilité des bases de données communes La charte AUDIPOG Association des Utilisateurs de Dossiers Informatisés en Pédiatrie, Obstétrique et Gynécologie Informatisation, communication, dossiers médicaux, banque de données, évaluation en santé,

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Mai 2014 LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Déjà très incitatif et performant, le crédit d impôt recherche (CIR) vient d être à nouveau renforcé par la France. Depuis le 1 er janvier 2013, les dépenses d innovation

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Ecole de Formation. 1. La pharmacovigilance. 2. La mission du Pharmacovigilant. For Drug Consulting

Ecole de Formation. 1. La pharmacovigilance. 2. La mission du Pharmacovigilant. For Drug Consulting Ecole de Formation For Drug Consulting Formation en Pharmacovigilance (Mise à jour : février 2015) 1. La pharmacovigilance La pharmacovigilance vise à garantir la sécurité des patients par la réduction

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS

FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS FORMATION ASSURANCE QUALITÉ & CONTRÔLE DES MÉDICAMENTS 26-29/11/2007 - Rabat, Maroc Dr Pierre Leveau Responsable de l Unité Qualité et Environnement pierre.leveau@edqm.eu MODULE: Actions correctives et

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance?

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Conférence Pédagogique INNOVATION PEDAGOGIQUE ET ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Bernard Dumont http://bdumont.consultant.free.fr Ouagadougou, 16 mai

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux Formation extra-muros E s s a i s C l i n i q u e s Programme DPC n 47341500009 C.L.E.F Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux 1 Essais Cliniques Objectifs

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie "Coordination SSI"

Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie Coordination SSI Détails du dossier - Fiche répertoire Dossier n 2473 (Version 1) : Coordonnateur (trice) des systèmes de sécurité incendie "Coordination SSI" Autorité(s) responsable(s) et signataire(s) Autorité(s) responsable(s)

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail

LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007

LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007 LETTRE-RESEAU de la DCCRF* du 26/03/2007 (* Direction du Contrôle-Contentieux et de la Répression des Fraudes) Decret d'application de l'article L.315-1 du CSS et charte d'engagements de l'assurance Maladie

Plus en détail

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales Route du Grand-Lancy 87 bis 1212 Grand-Lancy / Genève / Suisse Tél. +41 22 596 44 80 Fax +41 22 596 44 89 www.sdpsys.ch SLA (Service Level Agrement) Conditions générales ORGANISATION 1 INTRODUCTION....2

Plus en détail

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Pascale COUSIN 2 ème Rencontres internationales de la gouvernance des risques en santé 7 juin 2010 Présentation SNITEM

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

Développement des médicaments en pédiatrie

Développement des médicaments en pédiatrie Développement des médicaments en pédiatrie Benchetrit Sylvie Référent pédiatrie Direction Evaluation Rencontres ANSM/Associations de patients Cercle national des Armées, Paris 12 mars 2015 - Règlement

Plus en détail

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations Version : Avril 2010 Mise à jour : Mai 2015 RECLAMATION CLIENTS Référence : PG04 Contexte réglementaire et objectifs L instruction 2012-07 et les textes de référence : articles 313-8 et 313-8-1 du règlement

Plus en détail

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Besançon 25 novembre 2004 Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Début de l essai Procédure

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Présentation d un exemple de site internet de pharmacie hospitalière

Présentation d un exemple de site internet de pharmacie hospitalière 1 Présentation d un exemple de site internet de pharmacie hospitalière Dr Anne Florence Wasilewski-Rasca Pharmacie des HUG Séminaire DESS - 16 juin 2003 Plan Historique du site Pharmacie des HUG Intérêt

Plus en détail

Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports

Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports La bourse linguistique est destinée aux élèves et étudiants désireux d améliorer leur connaissance pratique d une langue étrangère dans

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM 1 SOMMAIRE Avant propos... page 3 Introduction... page 4 1 - Objet... page 4 2 - Définitions des termes...

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mmes et MM les Médecins Conseils Régionaux Date : Mmes et MM les Médecins Conseils Chefs de Service

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

RELEVÉ DE DÉCISIONS. REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E. Rome, 8 novembre 2006 OBJET DE LA RÉUNION

RELEVÉ DE DÉCISIONS. REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E. Rome, 8 novembre 2006 OBJET DE LA RÉUNION REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E Contrats n s FR/06/B/P/PP-152512 et I/06/B/F/PP-154129 Rome, 8 novembre 2006 RELEVÉ DE DÉCISIONS OBJET DE LA RÉUNION La réunion technique avait

Plus en détail

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS

NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS NOTICE TELESERVICES : Déclarer la DNS Sommaire Sommaire... 1 Objet de la notice... 3 A qui s adresse cette notice?... 3 Pré-requis... 3 Le guide pas à pas pour saisir et transmettre une déclaration DNS...

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 DESERNIL 1,65 mg, comprimé B/20 (CIP: 302 982-0) Laboratoire CENTRE SPECIALITES PHARMACEUTIQUES Méthysergide (maléate de) Code ATC : N02CA04 (alcaloïde de

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail