COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE"

Transcription

1 COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001

2 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE... p.6 PARTIE 2 DEROULEMENT DE LA PROCEDURE D ACCREDITATION... p.7 PARTIE 3 LES CONCLUSIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION... p.8 I APPRECIATIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION... p.8 I.1 Synthèse par référentiel... p.8 I.2 Synthèse selon les trois orientations stratégiques... p.13 II DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION... p.14 II.1 Recommandations formulées par le Collège de l accréditation... p.14 II.2 Echéance de la prochaine procédure et modalités de suivi... p.14-2/14 -

3 COMMENT LIRE LE «COMPTE RENDU D ACCREDITATION» Le «compte rendu d accréditation» dont vous disposez résulte d une procédure d évaluation externe d un établissement de santé (hôpital ou clinique), conduite par l Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé (ANAES). Cette procédure vise à développer les actions relatives à la qualité et à la sécurité des soins au sein de chaque établissement. Ce compte rendu présente les résultats de la procédure engagée par l établissement. Pour en faciliter la lecture quelques informations vous sont proposées ci-dessous. I. QU EST-CE QUE L ACCREDITATION DES ETABLISSEMENTS DE SANTE? L accréditation est un moyen pour inciter l ensemble des professionnels des établissements de santé (soignants, médecins, personnels administratifs, agents d entretien ) à analyser leur organisation et à améliorer la qualité de la prise en charge des patients. La procédure d accréditation est obligatoire et intervient périodiquement tous les 5 ans, sauf lorsque des situations obligent qu elle soit renouvelée plus tôt. L ANAES L ANAES est un établissement public administratif de l État créé en Ses missions sont de : - faire le bilan des connaissances sur les techniques diagnostiques et thérapeutiques ; - contribuer à améliorer la qualité et la sécurité des soins notamment en mettant en œuvre la «procédure d accréditation» des établissements de santé. CE QUE N EST PAS L ACCREDITATION - Elle n établit pas un palmarès des hôpitaux ou cliniques. - Elle ne note pas les médecins, les soignants ou les services. - Elle ne décide pas de l attribution de moyens supplémentaires. II. QU APPORTE LA PROCEDURE D ACCREDITATION? La procédure d accréditation favorise une meilleure organisation de l établissement au service de la personne soignée. Grâce à l auto-évaluation et à la visite des expertsvisiteurs, elle permet aux professionnels de l établissement de santé de : réfléchir ensemble à leur organisation, en fonction des différents besoins des personnes soignées ; reconnaître les points forts et les points à améliorer ; définir des actions prioritaires ; faire évoluer leur façon de travailler. dans le but de : APPORT POUR LA QUALITE DES SOINS - L information de la personne soignée et de sa famille sur les conditions de séjour et sur son état de santé. - L amélioration de la sécurité des soins. - Une meilleure coordination des professionnels intervenant auprès de la personne soignée. - La réalisation de soins respectant les bonnes pratiques recommandées. permettre à tous d accéder à des soins de qualité ; contribuer à mieux répondre aux différents besoins de chaque personne soignée ; améliorer la qualité et la sécurité des soins (cf. encadré) et des autres services (accueil, hôtellerie, information ). - 3/14 -

4 III. COMMENT EST ETABLI LE COMPTE RENDU D ACCREDITATION? La procédure d accréditation d un établissement de santé se déroule en plusieurs temps. Elle débute par une évaluation réalisée par les professionnels de cet établissement (appelée «auto-évaluation») à l aide d un manuel* d accréditation proposé par l ANAES. Ce manuel comporte 300 questions permettant l appréciation de la sécurité et de la qualité regroupées en 10 chapitres appelés référentiels. Ces référentiels sont complémentaires, de façon à traiter l ensemble des activités d un établissement et aboutir à une vision transversale de son fonctionnement. * Le manuel d accréditation est disponible sur le site Internet de l ANAES LES REFERENTIELS D ACCREDITATION 1. Droits et information du patient 2. Dossier du patient 3. Organisation de la prise en charge du patient 4. Management de l établissement et des secteurs d activité 5. Gestion des ressources humaines 6. Gestion des fonctions logistiques 7. Gestion du système d information 8. Qualité et prévention des risques 9. Vigilances sanitaires et sécurité transfusionnelle 10. Surveillance, prévention, contrôle du risque infectieux Après l auto-évaluation, l ANAES organise la visite de l établissement (la «visite d accréditation») pour observer son organisation et discuter avec les personnels des résultats de l auto-évaluation. Cette visite est réalisée par une équipe d «experts-visiteurs» (médecins, directeurs, soignants) formés par l ANAES. DEROULEMENT D UNE PROCEDURE D ACCREDITATION Entrée de l établissement de santé dans la procédure Réalisation d une auto-évaluation par l établissement de santé Visite de l établissement et rédaction d un rapport par des experts-visiteurs Formulation d observations par l établissement de santé sur le rapport des experts-visiteurs Étude du rapport des experts-visiteurs et des observations de l établissement. Élaboration du rapport d accréditation par le Collège de l accréditation. Élaboration du COMPTE RENDU D ACCREDITATION par le Directeur de l ANAES Pour garantir l indépendance de la procédure d accréditation, les experts-visiteurs sont issus d établissements de santé publics et privés d une région différente de celle de l établissement visité. Les résultats de cette visite et les observations de l établissement sur celle-ci sont analysés par le «Collège de l accréditation». LE COLLEGE DE L ACCREDITATION Le Collège de l accréditation est un groupe composé de 11 professionnels, issus d établissements de santé (médecins, directeurs, soignants) nommés par le Ministre de la santé. Le Collège de l accréditation établit un «rapport d accréditation» qui est transmis à l établissement de santé et à l autorité dont il dépend dans sa région (Agence Régionale de l Hospitalisation ou ARH ). Le directeur de l ANAES élabore le compte rendu d accréditation à partir du rapport d accréditation du Collège de l accréditation. - 4/14 -

5 IV. QUE CONTIENT LE COMPTE RENDU D ACCREDITATION? Le compte rendu d accréditation contient les informations suivantes : - la présentation de l établissement de santé, - le déroulement de la procédure d accréditation, - les conclusions du Collège de l accréditation sur la situation de l établissement. Ces conclusions mettent en évidence d une part une synthèse selon les 10 référentiels, d autre part une synthèse selon trois orientations stratégiques définies par le Collège de l accréditation : la satisfaction des besoins du patient, la maîtrise des situations à risque et la dynamique de gestion de la qualité. Dans ses décisions, le Collège de l accréditation peut émettre : - des recommandations : demandes formulées à l établissement pour progresser sur des domaines précisés en perspective de la prochaine procédure ; - des réserves : constat(s) d insuffisances sur des domaines précisés et absence de dynamique de progrès ; - des réserves majeures : constat(s) d insuffisances graves relatives aux exigences de qualité et de sécurité, sans qu il y ait eu de preuves d actions correctrices. Les décisions du Collège de l accréditation peuvent se résumer de la façon suivante : APPRECIATIONS Sans recommandations Avec recommandations Avec réserves Avec réserves majeures MODALITES DE SUIVI Le Collège de l accréditation encourage l établissement de santé à poursuivre la dynamique engagée. La prochaine procédure d accréditation est fixée à une échéance de 5 ans. L établissement de santé met en œuvre les mesures préconisées et assure le suivi des recommandations formulées par le Collège de l accréditation en vue de la prochaine procédure dont l échéance est fixée à 5 ans. L établissement de santé produit un rapport de suivi ou fait l objet d une «visite ciblée» sur les sujets concernés dans un délai fixé par le Collège de l accréditation. L établissement de santé doit apporter des solutions aux réserves majeures lors d une «visite ciblée» à une date fixée par le Collège de l accréditation. * * * Les comptes rendus d accréditation des établissements de santé ayant conclu leur procédure d accréditation sont disponibles auprès de la direction de chaque établissement concerné et sur le site Internet de l ANAES - 5/14 -

6 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE La présente procédure concerne : - L'Hôpital et Institut de Formation en Soins Infirmiers de la Croix Rouge Française, sis Chemin de la Bretèque BOIS-GUILLAUME. L hôpital et institut de formation en soins infirmiers, de la Croix-Rouge Française, de Bois-Guillaume, est un établissement de santé privé à but non lucratif, admis à participer au service public hospitalier depuis le 1er janvier Il est situé en Haute Normandie. L établissement s est engagé, depuis 1995, dans une importante restructuration consacrant l abandon des activités de maternité et de chirurgie au profit d activités de soins de suite spécialisés et d hospitalisation à domicile, dans le cadre d un partenariat et d une communauté d établissements. L arrêté préfectoral du 30 décembre 1996 autorisant la restructuration de l établissement a été modifié par décision de la commission exécutive de l agence régionale de l hospitalisation en date du 17 mars En 1999, la capacité, l activité et les pathologies prises en charge sont définis comme suit : - Dans le service de néphrologie de post-dialyse (6 lits de court séjour), les hospitalisations concernent le suivi de l insuffisance rénale, les bilans d hypertension, les maladies métaboliques. - Dans le service d hémodialyse (11 postes), 7863 séances sont pratiquées. - Le service de soins de suite, en hospitalisation complète (33 lits) regroupe 2 spécialités : - la gastro-entérologie (196 entrées), prenant en charge les cancers, les suites chirurgicales, les pathologies liées à l alcool et soins palliatifs, - la pneumologie (168 entrées) avec, comme pathologies principales, les cancers, les insuffisants respiratoires et les soins palliatifs. L établissement comprend également une activité d hospitalisation à domicile qui n a pas été inclus dans la présente procédure d accréditation. Il n y a pas de service d urgences individualisé en tant que tel. Le service de néphrologie d hémodialyse reçoit des patients provenant de la région de Rouen, l unité de moyen séjour accueille les patients du centre hospitalier universitaire de Rouen et l hospitalisation à domicile intervient dans un rayon de 12 km autour de Rouen. Dans l hôpital est intégré un institut de formation en soins infirmiers spécialisé dans la formation initiale des infirmières, des aides-soignantes, et dans la préparation aux concours paramédicaux (infirmiers, aides-soignants, sages-femmes et kinésithérapeutes). - 6/14 -

7 PARTIE 2 DEROULEMENT DE LA PROCEDURE D ACCREDITATION Ce rapport fait suite à l engagement de l établissement dans la procédure d accréditation en date du 4 novembre Cette procédure a donné lieu à une auto-évaluation réalisée par l établissement, suivie d une visite effectuée du 9 janvier 2001 au 11 janvier 2001 par une équipe multiprofessionnelle de 3 experts-visiteurs mandatée par l ANAES. A l issue de cette visite un rapport des experts a été communiqué à l établissement qui a formulé ses observations auprès de l ANAES. Le rapport des experts ainsi que les observations de l établissement audit rapport ont été communiqués pour délibération au Collège de l accréditation en juin Après avoir pris connaissance : - du rapport des experts, et plus particulièrement des modalités de réalisation de l autoévaluation et de la visite, de la mise à disposition des documents de synthèse sur la sécurité et du suivi des recommandations faites par les organismes de contrôle, - des observations et informations complémentaires au rapport des experts fournies par l établissement, le Collège de l accréditation décide que l'hôpital et Institut de Formation en Soins Infirmiers de la Croix Rouge Française, sis Chemin de la Bretèque BOIS- GUILLAUME, a satisfait à la procédure d accréditation. - 7/14 -

8 PARTIE 3 CONCLUSIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Les appréciations du Collège de l accréditation sont présentées selon les référentiels et les trois orientations arrêtées par ledit collège. I APPRECIATIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION I.1 Synthèse par référentiel I.1.1 Droits et information du patient Le projet de l hôpital et institut de formation en soins infirmiers Croix Rouge Française de Bois Guillaume intègre les principes énoncés dans la charte du patient. Celle-ci est affichée et le livret d accueil est distribué à tous les patients sauf ceux en provenance du centre hospitalier universitaire de Rouen. L établissement accueille tous les patients et une assistante sociale intervient en cas de difficultés. L accueil des personnes handicapées est en cours d amélioration. Les problèmes de communication avec les patients étrangers sont résolus grâce à des personnes ressources, mais la procédure n est pas formalisée. L information du patient est assurée conjointement par le médecin et l équipe soignante. Le recueil du consentement éclairé est assuré pour les actes lourds au niveau du CHU de Rouen et une information bénéfice/risque est faite le plus souvent oralement au niveau de l établissement. La confidentialité et l intimité du patient sont en général bien respectées par tous les acteurs. Il y a de nombreuses chambres à un lit mais le nom des patients est affiché sur la porte et la feuille de soin dans la chambre. L intimité est plus difficile à respecter au niveau de l unité d hémodialyse où il est prévu des paravents en cas de besoin. La commission de conciliation est mise place, mais il n existe pas de registre des plaintes ni d élément de mesure de la satisfaction des patients. Les améliorations doivent porter sur : - l instauration de fiches bénéfices-risques pour chaque acte médical, - la formalisation du listing des interprètes et des associations pouvant intervenir en cas de besoin pour les patients étrangers, - la lisibilité des badges permettant d identifier les personnels. I.1.2 Dossier du patient Il existe une politique du dossier patient. Ce dossier est présent dans tous les services et composé du dossier médical et du dossier de soins. Ces dossiers présentent des - 8/14 -

9 différences liées aux diverse activités. Une fiche médicale synthétique assure le lien entre les deux parties du dossier. Les dossiers médicaux sont informatisés sur deux systèmes différents selon la spécialité (soins de suite et hémodialyse) non reliés entre eux. Il existe un dossier informatisé commun au centre hospitalier de Rouen et à l hôpital et institut de formation en soins infirmiers Croix Rouge Française de Bois Guillaume. Les patients ne sont pas avertis de l existence de fichiers informatiques les concernant. Il n existe pas de procédures écrites concernant la tenue du dossier bien que les professionnels aient été associés à son élaboration. Il existe une procédure pour l élimination des fichiers des dossiers et des règles d archivage. Le dossier n est pas évalué bien que faisant l objet d une amélioration continue. Les prescriptions sont généralement datées et signées. La nuit et pendant les gardes, les prescriptions peuvent être téléphoniques et validées le lendemain. Certaines prescriptions sont recopiées par les infirmiers. Les améliorations doivent porter sur : - l intégration au livret d accueil d une information sur le dossier informatique et la trace de la déclaration à la CNIL, - la mise en place d indicateurs d évaluation. I.1.3 Organisation de la prise en charge des patients L hôpital et l institut de formation en soins infirmiers croix rouge française de Bois Guillaume fonctionne en partenariat avec le centre hospitalier universitaire de Rouen et le projet de l'hôpital et l institut de formation en soins infirmiers Croix Rouge Française de Bois Guillaume a été élaboré en 1997 dans ce contexte particulier. L accueil est bien assuré et bien que l établissement n est pas habilité à recevoir des urgences, s il s en présente elle sont bien orientées et une convention de repli avec le centre hospitalier de Rouen permet en cas d urgence ou d aggravation de l état d un patient, de le transférer au CHU de Rouen. La prise en charge est bien organisée et facilitée par l existence du dossier commun avec le CHU et la présence de médecins communs aux deux structures. Le patient est associé à la réflexion bénéfice/risque dans un des services. La collaboration avec l équipe mobile des soins palliatifs du CHU permet d améliorer la prise en charge des douleurs physiques et psychiques. Certaines pathologies rencontrées font l objet d actions d éducation spécifiques. La continuité des soins est assurée. Les chariots d urgence existent et font l objet d une vérification régulière. Le circuit du médicament et des dispositifs médicaux fait l objet d un livret de procédures et la dispensation nominative des médicaments est en projet. Le comité du médicament a été créé en décembre Des conventions écrites lient l établissement à deux laboratoires d analyses médicales dont les délai et la qualité de prestation sont très satisfaisants. Les prestations d imagerie médicales sont assurées par le CHU et les règles de fonctionnement sont en cours de formalisation. - 9/14 -

10 L organisation, le suivi social et médical du patient après son séjour sont organisés dès son entrée. Le courrier au médecin traitant est envoyé dans un délai de 48 heures. Les soignants ont suivi une formation obligatoire aux soins palliatifs. L accompagnement des décès est bien formalisé et le médecin traitant est informé du décès. L'amélioration doit porter sur : - la mise en place d une politique de prévention du tabagisme et l amélioration de la ventilation de la cafétéria. I.1.4 Management de l établissement et des secteurs d activité La restructuration de l établissement en 1996 a été marquée par le projet d établissement impliquant tous les personnels médicaux, paramédicaux et autres et soutenue par une culture forte d appartenance à la Croix Rouge Française. L organigramme peu diffusé au moment de la visite est désormais affiché et remis à chaque embauche. Le rôle de chaque professionnel est défini mais non formalisé par des fiches de postes. La communication interne est souvent orale du fait de la petite taille de l établissement et des informations flash sont jointes aux bulletins de salaire. Des journées portes ouvertes ont été organisées et les contactes entre les infirmières de la structures et les infirmières libérales ont contribué à faire connaître l établissement après sa restructuration. Le suivi budgétaire est transmis au conseil de surveillance régulièrement et transmis au personnel. Le système informatique ne permet pas pour le moment de réaliser des tableaux de bord par unités. L activité fait l objet d un bilan annuel. Les améliorations doivent porter sur : - la poursuite de l élaboration et l adaptation des outils de pilotage en fonction des besoins des services et de l administration, - la création de fiches de postes. I.1.5 Gestion des ressources humaines Le projet social est en cours de rédaction. Il intégrera notamment des actions d évaluations. Les instances représentatives fonctionnent et se réunissent régulièrement. La commission médicale d établissement a un rôle important. Elle est sollicitée lors des recrutements de médecins. Les recrutements des autres personnels est fait par le responsable du personnel et la surveillante qui les accueille. Une réflexion est en cours pour élaborer un livret d accueil. La confidentialité des informations concernant le personnel est assurée et les dossiers régulièrement mis à jour. La formation continue est une priorité. Le budget est dépassé, toutes les formations qualifiante sont encouragées et toutes les catégories de personnel y ont accès. - 10/14 -

11 Il n y a pas de plan d amélioration des conditions de travail, mais les problèmes sont traités au comité d hygiène et de sécurité des conditions de travail et au comité d entreprise. Les réunions de service se font de manière ponctuelle et informelle, selon les besoins. Il y a une culture d entreprise forte. L évaluation de la satisfaction du personnel n est pas réalisée. L'amélioration doit porter sur : - l élaboration d un livret d accueil pour le personnel et les stagiaires. I.1.6 Gestion des fonctions logistiques Les choix de matériels et d équipements sont décidés en accord avec les utilisateurs, il n y a pas de recensement des besoins annuels mais la gestion des stocks est satisfaisante. Il existe une procédure pour s approvisionner en médicaments en urgence. La sécurité et la maintenance sont bien assurées, l équipe interne de maintenance assure pour ce qui relève de ses compétences un suivi informatisé de ses interventions. Le CHU de Rouen assure la restauration, l unité centrale de production de repas est certifiée ISO 9002 et la procédure HACCP est encours de réalisation. La présentation en assiette est faite au niveau de l établissement. Le linge est traité par un prestataire externe certifié ISO Le nettoyage des locaux de services est assuré par le personnel et une entreprise certifiée ISO 9002 entretient les locaux administratifs. Une consultation est lancée pour faire assurer les transports externes par une entreprise privée d ambulances et sera suivie par la signature d une convention. Les déchets à risque sont collectés par une entreprise de ramassage, le tri en interne n est pas toujours bien respecté et les procédures ne sont pas connues de l ensemble du personnel. La protection des biens des personnes est effective. Il existe des caméras de surveillance. Les améliorations doivent porter sur : - la sensibilisation du personnel au tri sélectif des déchets, - l évaluation des prestations logistiques par les services utilisateurs. I.1.7 Gestion du système d information Le schéma directeur a été élaboré en juin Plusieurs systèmes non connectés entre eux coexistent l un des systèmes étant connecté avec le CHU de Rouen et un autre avec le réseau normand pour l hémodialyse. Un médecin DIM a été recruté en juin 2000, sa mission est définie. Il n y a pas de procédures d évaluation de la satisfaction des utilisateurs, les dysfonctionnements signalés font l objet d une intervention immédiate. - 11/14 -

12 Les améliorations doivent porter sur : - la connexion et l unification de tous les systèmes informatiques de l établissement, - l exploitation des données du PMSI et la réalisation du contrôle de la qualité en interne. I.1.8 Qualité et prévention des risques Le projet d établissement de 1996 intègre la politique qualité qui a mobilisé l ensemble du personnel. De nombreux protocoles ont été rédigés par tous les services, il faudrait uniformiser la rédaction des ces protocoles, assurer leur diffusion et les gérer de manière appropriée. Il n existe pas d'analyse des actions entreprises à la suite de la mise en place de la fiche de recueil d événements indésirables. Une systématisation et une structuration des actions menées dans le cadre de la gestion de la qualité et de la prévention des risques sont à mettre en place. Les améliorations doivent porter sur : - l élaboration d un questionnaire de sorti des patients, - l analyse des événements indésirables, - la mise en place d une méthodologie à la rédaction des protocoles et à la gestion documentaire. I.1.9 Vigilances sanitaires et sécurité transfusionnelle Les structures de vigilance sanitaire et de sécurité transfusionnelle sont en place et opérationnelles. Les protocoles existent mais ne sont pas tous datés signés et validés lors de leur mise à jour. La traçabilité des dispositifs médicaux et des produits sanguins est assurée. La sécurité transfusionnelle est en place, l information des patients effective. Il n existe pas de check-list pour suivre la procédure en cours. Il y a peu de déclarations. Un suivi et une évaluation informatisée des signalements est en place pour les déclarations de pannes. L'amélioration doit porter sur : - la diffusion systématique des résultats des travaux des différentes commissions à tous les services. I.1.10 Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux Il existe un politique de maîtrise du risque infectieux impliquant la commission médicale d établissement et la direction du service de soins infirmiers et s appuyant sur les instances, le CLIN et le CHSCT. Des protocoles d hygiène existent dans chaque services mais pas toujours datés et validés par le CLIN. La collaboration avec des experts extérieurs contribue à la structuration de cette politique. Il n y a pas de rapport annuel des activités du CLIN et - 12/14 -

13 les comptes rendus des réunions devraient être envoyés plus rapidement dans les services. Une surveillance particulière des professionnels face aux risques d exposition au sang est en place. Les incidents sont déclarés la prise en charge des personnes concernées est immédiate. Les contrôles de l air de la climatisation et de l eau est assuré par une société prestataire. Il n y a pas d évaluation des protocoles. Les améliorations doivent porter sur : - l évaluation des protocoles de prévention du risque infectieux, - l incitation des médecins au remplissage des fiches de déclaration des infections nosocomiales, - la mise en place d un contrôle bactériologique des repas après déconditionnement. I.2 Synthèse selon les trois orientations stratégiques I.2.1 Satisfaction des besoins du patient L information et le respect des droits des patients sont une priorité pour l établissement. La confidentialité et le respect de l intimité des patients peuvent être encore améliorées. L accès des personnes handicapées est en cours d amélioration. Les prestations hôtelières sont pour la plupart confiées à des entreprises extérieures certifiées ISO L information sur la réflexion bénéfice-risque doit être renforcée. La prise en charge de la douleur est réalisée par une équipe formée aux soins palliatifs et en relation avec l équipe mobile du CHU. Les besoins des patients sont identifiés et bien pris en compte. I.2.2 Maîtrise des situations à risque La gestion de la qualité est un point fort de l établissement et la politique qualité est intégrée au projet d établissement de L établissement met bien en œuvre les recommandations des commissions de sécurité. La maîtrise des situation à risque s améliorera lorsque un système de signalement sera mis en place. Les vigilances réglementaires sont opérationnelles et il existe une politique de maîtrise du risque infectieux diffusée par le CLIN et le CHSCT. I.2.3 Dynamique de gestion de la qualité La démarche de qualité initiée avec la restructuration de l établissement est un axe fort impliquant tous les personnels. Une généralisation des actions d évaluation tant au niveau des prestations aux malades que des pratiques professionnelles permettra d orienter l établissement vers une politique d amélioration continue de la qualité et la dynamique de la qualité doit être au cœur du nouveau projet d établissement en cours d'élaboration. - 13/14 -

14 II DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION II.1 Recommandations formulées par le Collège de l accréditation Généraliser l'évaluation des actions entreprises et des pratiques professionnelles. Assurer le respect de la confidentialité et de l'intimité des patients. II.2 Echéance de la prochaine procédure et modalité de suivi Au vu des éléments contenus dans le présent rapport d accréditation, issu des résultats de l auto-évaluation, du rapport des experts consécutif à la visite sur site et des observations de l établissement à ce rapport, le Collège de l accréditation considérant la dynamique qualité constatée, décide que l établissement a satisfait à la procédure d accréditation et qu il fait l objet de recommandations spécifiques mentionnées cidessus. Le délai de la nouvelle procédure aura lieu à l échéance d un délai de 5 ans. L établissement met en œuvre les actions correctrices préconisées et en assure le suivi en perspective de la nouvelle procédure. - 14/14 -

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT Février 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006 COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) CHRU BRETONNEAU 2 boulevard Tonnellé 37044 TOURS Mai 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION Octobre 2001 comportant le SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 Clinique de la Casamance 33 boulevard des Farigoules 13675 AUBAGNE - 1/ 18- SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ Décembre 2004 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY Lanuéjols 48000 MENDE SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p. 3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE HOSPITALIER BON-SAUVEUR. Rue du Bon-Sauveur 22140 Bégard. Janvier 2004

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE HOSPITALIER BON-SAUVEUR. Rue du Bon-Sauveur 22140 Bégard. Janvier 2004 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE HOSPITALIER BON-SAUVEUR Rue du Bon-Sauveur 22140 Bégard Janvier 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE)

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) 72 esplanade Parmentier 62608 ERCK-SUR-MER CEDEX Novembre 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé»

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Réseau Hémovigilance 4 ème Aquitaine-Limousin ème Journée - 23 novembre 2006 «Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Dr

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES. 7 bis, allée de l île Gloriette 44093 NANTES

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES. 7 bis, allée de l île Gloriette 44093 NANTES COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES 7 bis, allée de l île Gloriette 44093 NANTES Septembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante.

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante. MANUEL DE CERTIFICATION DES INSTALLATIONS AUTONOMES DE CHIRURGIE ESTHETIQUE ET GUIDE DE COTATION ÉDITION 2008 DIRECTION DE L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS Haute Autorité de santé,

Plus en détail

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive PREAMBULE Le réseau Diabète ville/hôpital du Cher a pour finalité d assurer une meilleure prise en charge des patients diabétiques. Pour ce

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le mardi 9 avril 2013 LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le programme annuel de prévention 2013 pour l académie d Orléans-Tours a été rédigé en s appuyant sur les orientations

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE SENS DE L EVALUATION INTERNE DANS L ETABLISSEMENT La démarche qualité Depuis 2005, implication de la Direction, Implication du personnel

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON 1 Construction en transversalité sur 3 ans C 7 : Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle LED Éducation

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR

ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR EHPAD Simone de Beauvoir Cazouls les Béziers 9 avenue du Péras 34370 CAZOULS LES BEZIERS : 04.67.93.61.05 Fax : 04.67.93.59.73 E-mail : mr.cazouls@wanadoo.fr 1 SOMMAIRE

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers

Enquête de satisfaction des usagers CENTRE HOSPITALIER BON SAUVEUR DE BEGARD Service qualité Auteurs : N. Ollivier (animatrice), G. Le Gaffric (co-animatrice), A. Guihaire, J. Robin, F. Paillardon, N. Cocu, J. Allain, M. Vermet, Sœur Le

Plus en détail