CERTIFICATIONS EN SANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CERTIFICATIONS EN SANTE"

Transcription

1 CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre TOULOUSE cedex CLAUDIUS REGAUD, PÈRE FONDATEUR DES CLCC - ( ) Marie Curie lui confie l organisation de l Institut du Radium à Paris. Il étudie l effet des rayons X et des rayons de radium sur les tissus. Il souhaite créer des centres de traitements par radiations pour les tumeurs malignes et introduit la notion de pluridisciplinarité dans le prise en charge des cancers. «Le traitement des cancers est une affaire d équipe et ne pourrait pas être l oeuvre de médecins isolés Il ne saurait y avoir une organisation sérieuse du traitement sans une concentration des ressources et une coordination des compétences» Réunir sur un même lieu : «laboratoires de recherche, services cliniques ou les patients seront traités par tous les moyens médicaux, chirurgicaux et radiothérapiques» 1

2 L AVENIR DE L INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Pôle "recherche privée" L ICR a été choisi pour devenir le socle hospitalier du cancéropôle toulousain. La vocation du cancéropôle est de promouvoir des actions concertées entre les institutions présentes sur le site et de développer les partenariats. Pour un objectif : accélérer la recherche afin de proposer aux patients le plus rapidement possible des innovations diagnostiques ou thérapeutiques Pôle "soin au patient" Pôle "recherche publique" Pôle "innovation et valorisation de la recherche" LE CANCEROPOLE 2

3 LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE FRANCAIS Le contexte Le règlement est un acte administratif de portée générale Le pouvoir réglementaire précise une disposition législative Un décret est une décision exécutoire à portée générale ou individuelle signée par le Président de la République ou par le Premier ministre. Dans la hiérarchie des normes, le décret se situe en dessous des lois auxquelles il doit nécessairement être conforme mais il est supérieur aux arrêtés. 3

4 Le contexte Code de la santé publique Code du travail Code de la recherche Code civil Code de Déontologie médicale Les codes Code de la propriété intellectuelle Code des marchés publics Code de la sécurité sociale Code de l environnement Code pénal Les lois Les décrets Les arrêtés Les circulaires Le contexte Mais aussi les règles de l art Sociétés savantes HAS SFAR SFRO Recommandations de bonnes pratiques Publications SOR Benchmarking FNCLCC Ligue 4

5 Les «contrôleurs» Mesurer la conformité aux règlements, les résultats d activité et de qualité DRASS DDASS: inspections Préfecture Inspecteur du travail Agence Régionale de l Hospitalisation: CPOM, CBUM Commission sécurité Organismes indépendants (APAVE, ) Commissaire aux comptes Haute Autorité de Santé Autorité de sûreté nucléaire Forces de l ordre LA CERTIFICATION par la Haute Autorité de Santé (HAS) 5

6 LA HAUTE AUTORITE DE SANTE ACCREDITATION CERTIFICATION? La certification (ex-accréditation) des établissements de santé : un temps particulier d appréciation au cours d un processus continu d amélioration de la qualité évaluation suivi action action Démarche Qualité plan auto-évaluation visite rapport d accréditation 6

7 CERTIFICATION - Expériences étrangères 1917 USA Hospital Standardisation Program 1950 USA Joint Commission of Accreditation for Health Care Organisation 1958 Canada Conseil Canadien d Agrément des Services de Santé 1974 Australie Australian Council of Health Care Standards 1995 UK King s Fund Organisation Audit 1996 France Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé CERTIFICATION - Expériences étrangères Evolutions de l assurance qualité à l amélioration continue de la qualité de standards minimaux à une recherche d excellence une analyse transversale centrée sur le patient le parcours du patient hors établissement de soins les mesures de performance (1990) 7

8 CERTIFICATION - Expériences étrangères Caractères communs L élaboration des références par des professionnels Une visite par des professionnels de soins Une priorité à l auto-évaluation Une appréciation par une agence indépendante LA CERTIFICATION EN FRANCE L évaluation de la qualité des soins et des pratiques professionnelles porte notamment sur leur utilité, leur continuité, la satisfaction des patients ainsi que sur leur sécurité [ ]. Elle est mise en œuvre par les professionnels et les établissements de santé en s appuyant sur les méthodes d évaluation des soins et des pratiques professionnelles et sur les recommandations de bonnes pratiques cliniques élaborées ou validées par l Agence Nationale. Article R du Décret n du 7 avril

9 ACCREDITATION V1, un essai nécessaire ORDONNANCE N DU 24/04/96 «Afin d assurer l amélioration continue de la qualité des soins, tous les établissements de santé publics et privés doivent faire l objet d une procédure externe d évaluation dénommée accréditation». «Cette procédure vise à porter une appréciation indépendante sur la qualité d un établissement ou, le cas échéant, d un ou plusieurs services ou activités d un établissement, à l aide d indicateurs, de critères et de référentiels portant sur les procédures, les bonnes pratiques cliniques et les résultats des différents services et activités de l établissement». «La procédure d accréditation est engagée à l initiative de l établissement de santé, notamment dans le cadre du contrat qui le lie à l agence régionale d hospitalisation». «Dans un délai de 5 ans, à compter de la publication de l ordonnance de 96, tous les établissements de santé devront s être engagés dans cette procédure». ACCREDITATION V1, un essai nécessaire Evaluer la dynamique de mise en place d une démarche qualité (amélioration continue); évaluer la sécurité Objectifs : L'appréciation de la qualité et de la sécurité des soins, qui constituent une attente principale des patients vis-à-vis du système de santé, L'appréciation de la capacité de l'établissement à améliorer de façon continue la qualité des soins et la prise en charge globale du patient, grâce à la mise en oeuvre d'un système reconnu de gestion de la qualité, La formulation de recommandations explicites, L'implication des professionnels à tous les stades de la démarche qualité, afin qu'ils acceptent et s'approprient les changements, La reconnaissance externe de la qualité des soins dans les établissements de santé, L'amélioration continue de la confiance du public 9

10 ACCREDITATION V1, un essai nécessaire v1 structure du manuel I - Le patient et sa prise en charge Droit et information du patient DPI Dossier du patient DPA Organisation de la prise en charge des patients (accueil, évaluation de l état de santé, coordination des soins, sortie, évaluation des pratiques professionnelles). OPC II - Management et gestion logistique Management général et des secteurs d activité MEA Gestion des ressources humaines GRH Gestion du système d information GSI Gestion des fonctions logistiques GFL III - Qualité et prévention Gestion de la qualité et prévention des risques QPR Vigilances réglementaires et sécurité transfusionnelle VST Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux. SPI ACCREDITATION V1, un essai nécessaire Les apports de la V1 Mais Démarche transversale (interface secteurs & catégories socio-professionnelles) Démarche structurante Acquisition par les professionnels de méthodes; démarche institutionnelle il faut simplifier les outils et les procédures il faut apprécier la qualité du service médical rendu il faut avoir un impact sur l organisation des établissements et approfondir qualité et management il faut pérenniser les démarches générées pour les usagers, il faut plus de lisibilité des résultats (service médical rendu) pour les pouvoirs publics, la qualité des soins doit être un élément de régulation du système de santé 10

11 CERTIFICATION V2 2007, Fondements et principes La place centrale du patient L implication des professionnels L amélioration du service médical rendu au patient La sécurité Une démarche pérenne Une démarche évolutive Pour cela: prise en compte des orientations de la HAS au niveau des évolutions d EPP (V2 2007) CERTIFICATION V2 2007, LES ENJEUX VERS LA V3? Les enjeux de la V2 mesurer le niveau de qualité atteint et la dynamique apprécier la qualité du service médical rendu au patient: principe de gouvernance (prise en compte des évaluations dans la stratégie) références sur des domaines clé de la prise en charge évaluation par type de prise en charge renforcement de l évaluation d activités cliniques (3 pathologies principales, pertinence des hospitalisations et actes, analyse mortalité/morbidité et évènements sentinelles) participation à la procédure de certification des professionnels de santé qui assurent hors établissement, la prise en charge du patient participation accrue des usagers 11

12 CERTIFICATION V2 2007, LES ENJEUX VERS LA V3? Les enjeux de la V2 approfondissements thématiques (management, gestion globale des risques) complémentarité avec les certifications simplification de la procédure d accréditation (pérennisation de la démarche) interface resserré avec les procédures d inspection lisibilité accrue: réduction des délais à 4 ans appréciation du niveau de qualité et dynamique (notion de critère exigible-précis/mesurable) modification des niveaux de décision CERTIFICATION V3 ou V2010, QUELLES EVOLUTIONS? Renforcer l efficacité de la procédure en termes d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Simplifier la certification en réduisant la charge de travail induite et les contraintes formelles Accroître la garantie fournie aux usagers Inscrire la certification dans la régulation hospitalière Evolutions thématiques: Management de la sécurité Principes de gouvernance Sens commun, pilotage par les tableaux de bord et la concertation Développement durable Recherche de mesures d impact Ethique et respect concret du droit des usagers Participation du patient dans sa prise en charge Bientraitance Respect des droits des patients en fin de vie affichage d objectifs prioritaires d aélioration de la sécurité des soins Renforcement des démarches d amélioration et d EPP Renforcement de l évaluation du fonctionnement des blocs opératoires valorisation de la prise en compte des maladies chroniques et de l éducation thérapeutique prise en compte de la situation des activités à risque 12

13 CERTIFICATION V2 Le référentiel accréditation Version 2 L évaluation du thème Chapitre 4 Manuel de certification disponible sur Définition d une d politique Chapitre 1 La mise en œuvre Chapitres 2 et 3 CERTIFICATION V2 LE NOUVEAU REFERENTIEL v2 structure du manuel I Politique et qualité du management II ressources transversales Ressources humaines Fonctions hôtelières et approvisionnements Organisation de la qualité et de la gestion des risques Qualité et sécurité de l environnement Système d information 13

14 CERTIFICATION V2 LE NOUVEAU REFERENTIEL v2 structure du manuel III Prise en charge du patient (en fonction du type de prise en charge, recommandations de bonne pratique et exemples d indicateurs associés) Droits du patient Parcours du patient IV Evaluations et dynamiques d amélioration Pratiques professionnelles Usagers et correspondants externes Politique et management CERTIFICATION V2 LA PROCEDURE 14

15 CERTIFICATION V2 OBJECTIFS DE L AUTOEVALUATION Réaliser un état des lieux Conduit de manière objective (preuves) Portant sur l ensemble des activités de l établissement Intégrant une participation multi-professionnelle Mesurer le niveau qualité CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Rôle Structuration Les groupes de travail - la collecte des informations - l analyse des données - la rédaction des grilles d AE - la proposition d actions d amélioration Approche par thématique /processus Selon spécificités de l ES Les groupes de synthèse - la synthèse des travaux des groupes de travail -la rencontre des experts-visiteurs Approche par chapitre du manuel 15

16 CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 1 Référence 2 : La place du patient et de son entourage. Critère 2a : Le respect des droits du patient est inscrit dans les priorités de l établissement. Réponses Elément d appréciation (EA) aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Prise en compte des droits du patient dans les orientations stratégiques, les différents documents institutionnels destinés aux patients (livret d accueil, formulaires d admission, etc.) ou relatifs au personnel (projet de service, règlement intérieur, contrat de travail, etc.). Organisation visant à la promotion du respect des droits du patient (secteur ou responsable chargé de la clientèle, commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge, maison des usagers, affichage de la charte dans les secteurs d activité, etc.). Communication interne et sensibilisation des professionnels au respect des droits des patients. Actions favorisant l expression du patient et de son entourage. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels écarts entre les secteurs d'activité) SYNTHESE DU CRITÈRE Cotation du critère CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 1 Référence 2 : La place du patient et de son entourage. Critère 2b : Une réflexion éthique autour de la prise en charge du patient est conduite. Elément d appréciation (EA) Identification des sujets nécessitant une réflexion éthique. Débats ou réunions d équipe a posteriori sur les situations vécues posant un problème d éthique. Sensibilisation des personnels aux questions éthiques. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel Réponses aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels écarts entre les secteurs d'activité) SYNTHESE DU CRITÈRE Cotation du critère 16

17 CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 2 Référence 8 : La maîtrise des processus de gestion des ressources humaines. Critère 8c : La formation continue contribue à l actualisation et à l amélioration des compétences des professionnels. Réponses Elément d appréciation (EA) aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Plan de formation, s appuyant sur quatre axes : orientations stratégiques de l établissement, orientations des secteurs d activité, besoins individuels, formations promotionnelles. Association des acteurs à l élaboration du plan de formation. Mise en œuvre maîtrisée : recueil des besoins, critères de priorisation, politique de choix et d achat de formations, etc. Évaluation des dispositifs pédagogiques et de l impact en termes de compétence. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels écarts entre les secteurs d'activité) SYNTHESE DU CRITÈRE Cotation du critère CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 3 Référence 19 : L information du patient. Critère 19d : Le patient est informé de la survenue d un événement indésirable grave lors de sa prise en charge. Réponses Elément d appréciation (EA) aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Dispositif d information du patient lors de la survenue d un événement indésirable grave durant son séjour (identification de la personne chargée de l information du patient, etc.). Dispositif d information du patient après sa sortie en cas de survenue d un événement indésirable grave lié aux soins délivrés pendant le séjour. Traçabilité de l information dans le dossier du patient. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels écarts entre les secteurs d'activité) SYNTHESE DU CRITÈRE Cotation du critère 17

18 CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 3 Référence 24 : L évaluation initiale de l état de santé du patient et le projet thérapeutique personnalisé. Critère 24a : Le patient et, s il y a lieu, son entourage, sont partie prenante dans l élaboration et le suivi du projet thérapeutique. Réponses Elément d appréciation (EA) aux EA (Présent : OUI, EN PARTIE, NON) Sensibilisation des professionnels à la nécessité d impliquer le patient et son entourage dans l élaboration et le suivi de son projet thérapeutique. Organisation permettant l implication concrète du patient (contrats de soins, protocoles, etc.). Ajustement du projet thérapeutique en fonction d évaluations régulières de l état de santé du patient. Traçabilité dans le dossier du patient du projet thérapeutique et de ses ajustements en précisant le point de vue du patient et, s il y a lieu, de son entourage. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel Commentaires des EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels écarts entre les secteurs d'activité) SYNTHESE DU CRITÈRE Cotation du critère CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 3 Référence 27 : La continuité des soins. 27a : Des règles de responsabilité, de présence, de concertation et de coordination sont mises en œuvre pour assurer la Critère continuité des soins. Réponses Commentaires des EA Elément d appréciation (EA) aux EA (Noter les informations pertinentes relatives aux critères de la référence, en Cotation (Présent : OUI, EN précisant les actions réalisées ou en cours ou programmées et les éventuels du critère PARTIE, NON) écarts entre les secteurs d'activité) Planning de présence, gardes et astreintes, prévision et organisation des remplacements. Définition de moyens de coordination (supports, temps de réunion, temps de transmission, etc.). Mise en œuvre de règles de coordination entre tous les intervenants de la prise en charge. Recueil des dysfonctionnements. Actions d'amélioration proposées avec modalités de suivi et calendrier prévisionnel SYNTHESE DU CRITÈRE 18

19 CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 4 Références 40 à 42: pertinence des pratiques professionnelles Etablissement de de 60 lits :1 action Etablissement de + de 60 lits: 4 actions indications d hospitalisation, actes à risques, prescriptions, examens Choix d une thématique porteuse en termes d amélioration Analyse de l organisation et des pratiques Positionnement par rapport à des références Définition et mise en œuvre d objectifs d amélioration Mesure des résultats de ces améliorations Référence 42: par type de prise en charge, 1 à 3 pathologies ou problèmes de santé principaux CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION Chapitre 4 Référence 43: Evaluation de la satisfaction du patient, son entourage et des correspondants externes Référence 44: Evaluation des politiques et du management (RH, SIH, logistique, qualité et GDR, orientations stratégiques et communication interne, benchmark et indicateurs) 19

20 CERTIFICATION V2 L AUTOEVALUATION SYNTHETIQUES mais argumentés DESCRIPTIFS COTATION PAR CRITERE des organisations, et fonctionnements OBJECTIFS reposant sur des faits validés CERTIFICATION V2 LA COTATION La cotation repose sur les éléments d appréciation par critère 20

21 CERTIFICATION V2 LA COTATION CERTIFICATION V2 LES DECISIONS 21

22 CERTIFICATION V2 LES DECISIONS Appréciations Modalités de suivi Accréditation Aucune Accréditation avec suivi Accréditation conditionnelle Non accréditation L établissement réalise un bilan de suivi des recommandations et le transmet à la HAS à échéance donnée L établissement fait l objet d une visite ciblée. La HAS planifie une nouvelle procédure. En 2006: 575 établissements certifiés en V1 194 certifiés en V2 CERTIFICATION V2 LES DECISIONS 22

23 LES AUTRES CERTIFICATIONS EN SANTE D AUTRES CERTIFICATIONS Les certifications de médecins ou d équipes médicales spécialités à risques Les certifications de secteurs d activité ou d établissements ISO 9001 ISO EMAS (accréditation) Les accréditations dans les laboratoires ISO Guide de bonne exécution des analyses médicales Guide AFAQAP 23

24 Certification des Médecins exerçant une spécialité ou une activité à risque en établissements de santé publics ou privés démarche nationale de gestion des risques fondée sur la déclaration et l analyse des événements porteurs de risques médicaux, l élaboration et la mise en oeuvre de recommandations Objectif: réduire le nombre ou la sévérité des événements indésirables liés aux soins (hors év graves) Démarche volontaire = REX externalisé vers des organismes agréés par la HAS, par spécialité Satisfait à l obligation d EPP et permet la réduction de la prime d assurance Permet l élaboration de recommandations Qui est concerné? les chirurgiens, les anesthésistes-réanimateurs, les réanimateurs médicaux les médecins exerçant une spécialité interventionnelle (cardiologie, radiologie, gastro-entérologie, pneumologie) ; les médecins ayant une activité d échographie obstétricale ou de réanimation, en établissements de santé Validité 12 mois ou 4 ans, résultats publics D AUTRES CERTIFICATIONS L ISO 9001 version 2000 norme internationale: ISO = Organisation internationale de normalisation établit les règles d efficacité du système de management de la qualité à satisfaire les exigences des clients: démontrer l aptitude de, l entreprise à fournir régulièrement un produit conforme aux exigences de ses clients et aux exigences réglementaires applicables accroître la satisfaction de ses clients par l application efficace du système encourage la mise en place d une approche processus: identification, interactions, management compatible avec l ISO Les chapitres Système de management de la qualité Responsabilité de la direction Management des ressources Réalisation du produit Mesures, analyses et amélioration 24

25 D AUTRES CERTIFICATIONS L ISO norme internationale: ISO = Organisation internationale de normalisation établit les règles d un système efficace de management environnemental: développer et mettre en œuvre une politique et des objectifs qui prennent en compte les exigences légales et les informations relatives aux aspects environnementaux significatifs elle vise à équilibrer la protection de l environnement et la prévention de la pollution avec les besoins socio-économiques compatible avec l ISO 9001 Les chapitres Exigences générales Politique environnementale Planification Mise en œuvre et fonctionnement Contrôle Revue de direction D AUTRES CERTIFICATIONS L EMAS (management environnemental et audit) Règlement (CE) N 761/2001 du parlement européen et du conseil établit les règles permettant une «croissance durable» dans l ensemble de la communauté européenne évaluer et améliorer les résultats en matière d environnement des organisations et l information pertinente du public et des autres parties intéressées promouvoir l amélioration continue des résultats obtenus en matière d environnement par les organisations c est donc: le respect de la législation, les résultats en matière d environnement, la communication et les relations avec le monde extérieur, la participation du personnel compatible avec l ISO Les chapitres Exigences générales Politique environnementale Planification Mise en œuvre et fonctionnement Contrôle et action corrective 25

26 D AUTRES CERTIFICATIONS L OHSAS Spécification: systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail reconnue au niveau international établit les règles permettant la maîtrise des risques pour la santé et la sécurité et améliorer les performances établir et mettre en oeuvre un système de management de la santé et de la sécurité au travail pour réduire les risques s assurer de la conformité avec la politique de santé et de sécurité au travail, en faire la preuve Complémentaire au Code du travail Les chapitres Exigences générales Politique de santé et de sécurité au travail Planification Mise en œuvre et fonctionnement Contrôle et action corrective Revue de direction D AUTRES CERTIFICATIONS L ISO 15089:2007: Laboratoires d analyses de biologie médicale, exigences particulières concernant la qualité et la compétence norme internationale: ISO = Organisation internationale de normalisation établit les règles de compétence et de qualité propres aux laboratoires Satisfaire aux besoins des patients et des cliniciens Complémentaire au GBEA Les chapitres Exigences relatives au management Exigences techniques 26

27 D AUTRES «CERTIFICATIONS» GBEA (Guide de Bonne Exécution des Analyses Médicales), avril 2002 Arrêté Etablit les règles et recommandations constituant un rappel de tout ce qu il convient de se procurer, d organiser, de vérifier, de respecter, d étudier, de conserver pour obtenir l exactitude et la précision des résultats Base de L ISO 15089:2007 Les chapitres Règles de fonctionnement Exécution des analyses, règles générales Cas particuliers des examens de laboratoire destinés aux recherches biomédicales L assurance de la qualité Stockage et conservation des archives D AUTRES «CERTIFICATIONS» Recommandations AFAQAP (Association Française d Assurance de la Qualité en Anatomie et Cytologie Pathologiques) recommandation «accréditable» établit les règles pour une meilleure qualité de prise en charge des actes d'anatomie et de cytologie pathologiques meilleure exécution des actes à chaque étape de leur déroulement et que ceci aboutisse à la meilleure sécurité, à la meilleure pertinence et à la meilleure rapidité des résultats Les chapitres Organisation générale d une structure d ACP Fonctionnement d une structure d ACP Mise en œuvre des techniques Compte rendu d examen d ACP Archivage Contrôle par des pairs (ACP qualifiés) 27

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé Guide méthodologique Novembre 2014 Haute Autorité de Santé Service documentation Information

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante.

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante. MANUEL DE CERTIFICATION DES INSTALLATIONS AUTONOMES DE CHIRURGIE ESTHETIQUE ET GUIDE DE COTATION ÉDITION 2008 DIRECTION DE L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS Haute Autorité de santé,

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

En partenariat avec RH & organisation

En partenariat avec RH & organisation En partenariat avec RH & organisation FORMATION D EVALUATEUR EXTERNE EN ETABLISSEMENT SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL PROGRAMME PEDAGOGIQUE 3 e promotion 2012/2013 ESTES -3 rue Sédillot BP 44 67065 STRASBOURG

Plus en détail

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Journées Qualité et Chimie A. Rivet ANF Autrans, 2011 Normes et Qualité Introduction : les enjeux de la démarche qualité La qualité : notions La norme ISO 9001 :

Plus en détail

Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour d expérience

Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour d expérience Rencontre des métiers de la santé: management de la qualité et gestion des risques 28 et 29 mai 2009 - Strasbourg Audits de certification qualité dans différentes structures de santé: principes et retour

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Certification V2014 L audit de processus «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 «C est par le prisme de la gestion des risques a priori et a posteriori,

Plus en détail

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER Projet gestion des risques et qualité 2015-2019 CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER 1 L approche d élaboration Le projet gestion des risques et qualité aborde l ensemble des domaines (qualité/sécurité des

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Accréditation des laboratoires de ais

Accréditation des laboratoires de ais Accréditation des laboratoires de biologie médicale m français ais Hélène MEHAY Directrice de la section Santé Humaine Cofrac 52 rue Jacques Hillairet 75012 Paris Journée FHF Centre 30 juin 2015 1 L accréditation

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Analyse de processus management du risque infectieux Certification HAS V2014

Analyse de processus management du risque infectieux Certification HAS V2014 Analyse de processus management du risque infectieux Certification HAS V2014 Anne-Claire Guille des Buttes Cadre supérieur de santé Hygiène et gestion des risques CHU Nantes Rappel V2010 Certification

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015 Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons Le 27 novembre 2015 Journée régionale Chirurgie Ambulatoire Claire DAVIRON Stéphanie MONNIER Julie CARRET

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La Certification un outil au service des SDIS

La Certification un outil au service des SDIS La Certification un outil au service des SDIS 02 février 2012 Sommaire Présentation d AFNOR Qu est-ce que la certification Focus sur la certification de service Processus de développement Processus de

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Définitions. Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques. Qualité :

Définitions. Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques. Qualité : Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques Nariman Van Den Abbeele Cadre Supérieur Infirmier Anesthésiste Qualité : Définitions «Ensemble des caractéristiques d

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans d actions 2 Né aux États-Unis dans le milieu

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE Objet

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Dr Marie-Laure Pibarot et Diane Martinez Direction de la

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Professeur H. PORTUGAL

Professeur H. PORTUGAL A propos des référentiels r rentiels qualité en BIOLOGIE MEDICALE: G.B.E.A. Référentiel HAS V2010 - norme NF EN ISO 15189- Ordonnance du 13 janvier 2010 Professeur H. PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL SUD &

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE

DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE ET ADMINISTRATIVE TITULAIRE DU POSTE Nom : RESPONSABLE HIERARCHIQUE DIRECT Nom : CHAUMONT Anne Laure Prénom : Fonction : Visa : Visa : Date

Plus en détail

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque ² SERVICE DE LA CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque V2014 Septembre 2015 Haute Autorité de santé Service Certification des Établissements

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse

Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse Dispositif d écoute des usagers au CHU de Toulouse Marie-Claude Sudre Déléguée à la communication clientèle associations culture CHU de Toulouse Les objectifs du CHU de Toulouse : renforcer le lien entre

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Manuel de certification des établissements de santé

Manuel de certification des établissements de santé Manuel de certification des établissements de santé V2010 Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Novembre 2008 ACC01-T052-A 2 Avant-propos Introduite au sein du système de

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le N/Réf. : CODEP-NAN-2014-058629 Centre d'oncologie St-Yves 11 rue du Docteur Joseph Audic BP n 39 56001 VANNES Cedex Objet Inspection de la radioprotection

Plus en détail

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES Gilbert Mounier 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non

Plus en détail

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité Le contexte réglementaire de la formation professionnelle évolue et prévoit que les organismes paritaires s assurent, lorsqu

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail