Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys"

Transcription

1 Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

2 Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance

3 Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires) Référentiel professionnel Indicateurs dont HAS Certification Labellisation Certification d établissement Secteur d imagerie impliqué Entre autres, critère 22 Site d imagerie Obligatoire (HAS) Optionnel Accréditation Certains médecins/chirurgiens - Spécialité interventionnelle - Échographie obstétricale DPC : Développement Professionnel Continu (connaissances et pratiques professionnelles) EPP : Evaluation des Pratiques Professionnelles Optionnel (HAS) Evolution des approches

4 non exhaustives

5 Risques spécifiques à l imagerie Radioprotection Risques IRM Produits de contraste Sécurités techniques Incendie Biens Thématiques générales Identito-vigilance Hygiène Lutte contre la douleur Bientraitance Information du patient et du correspondant (annonce, résultats inattendus) Informatique Sécurité des équipements Interventionnel Téléradiologie

6 Depuis ordonnance du 28 mars 2001 : transposition en droit français de la directive 97/43 Euratom Décret d application du 24 mars 2003 : texte rendant obligatoire pour les médecins prescripteurs et utilisateurs de rayonnements ionisants l application des principes fondamentaux de justification et d optimisation.

7 Premier principe de radioprotection : Opération établissant le bénéfice réel d un examen / préjudice potentiel lié à l exposition aux rayonnements ionisants. gbu.radiologie.fr Outil essentiel : «Guide du bon usage des examens d imagerie médicale» Pour tous les professionnels de santé habilités à prescrire des examens d imagerie Article R concernant la justification des actes : «toute exposition d une personne à des rayonnements ionisants dans un but diagnostic doit faire l objet d une analyse préalable permettant de s assurer que cette exposition présente un avantage médical direct suffisant au regard du risque qu elle peut présenter et qu aucune autre technique d efficacité comparable comportant de moindres risques ou dépourvue d un tel risque n est disponible. Critère HAS 28b : Pertinence des soins

8 Deuxième principe de radioprotection Lorsqu un examen utilisant les rayonnements ionisants est nécessaire (justifié), il doit être optimisé : Opération permettant d obtenir l information diagnostique recherchée au moyen de la dose d exposition la plus faible possible. Les méthodes d optimisation en radiologie et médecine nucléaire font l objet de publications spécifiques : «le guide des procédures».

9

10 Décrit les exigences que doit respecter un site d imagerie pour répondre aux besoins, attentes et exigences des patients, de la règlementation, des tutelles et de ses autres clients. Terme générique «site d imagerie» quelle que soit la structure, publique ou privée Prérequis : respect de la réglementation en vigueur condition nécessaire mais non suffisante de certification Une exigence peut ne pas être applicable dans certains cas, charge au site d imagerie d en faire la preuve. Version 2012 Exigences réglementaires : Prérequis Exigences certifiables : 9 chapitres

11 P1. Les sécurités. P1.1 Le site d imagerie respecte ses obligations en matière de sécurité incendie. P Le site d imagerie assure la sécurité des locaux et ses autres obligations, notamment règlementaires, en matière de sécurité 2.3 La maintenance et le contrôle qualité des équipements sont assurés par le site d imagerie. P2. Matério et Pharmacovigilance P3. Radioprotection P3.1 Travailleurs P3.2 Patients

12 1. Le site d imagerie assure au patient son accueil, son information et l'obtention de son consentement à réaliser l'acte d'imagerie. 1.1 Le site d imagerie accueille les patients conformément à leurs besoins. 1.2 L accès et la circulation dans le site d imagerie sont aisés. 1.3 Le site d imagerie recherche les facteurs de risques et informe les patients lors de la prise du rendez-vous. 1.4 Le patient donne son consentement avant la réalisation de l'acte. 1.5 Le site d imagerie informe les patients lors de la réalisation et à l issue de l'examen. 1.6 Le site d imagerie assure la confidentialité des échanges avec le patient et le respect du secret médical. 1.7 Le site d imagerie assure le confort et le respect de la pudeur du patient tout au long de sa prise en charge

13 2. Le site d imagerie assure la sécurité du patient et la sécurité informatique 2.1 La sécurité du patient et de ses biens est assurée tout au long de sa prise en charge dans le site d imagerie. 2.2 La sécurité informatique du système d'information radiologique (SIR) (ou des fonctions SIR du système d information) et du PACS est assurée par le site d imagerie 2.3 La sécurité du patient et des professionnels est assurée en IRM 2.4 La sécurité liée aux produits de contraste est assurée.

14 3. Le site d imagerie assure l organisation générale de ses activités et la prise en charge des patients. 3.1 Le site d imagerie organise les relations avec les autres services de l'établissement de santé (exigence non applicable aux cabinets). 3.2 Le site d imagerie organise la constitution et la tenue du dossier d imagerie du patient. 3.3 Les demandes et les programmations d examens sont organisées. 3.4 Le compte-rendu d examen d imagerie est rédigé et validé selon des règles précises et prédéfinies. 3.5 Le site d imagerie organise la communication des résultats des examens. 3.6 Les conditions de réalisation des actes de radiologie interventionnelle sont définies. 3.7 Le site d imagerie assure la continuité des soins pour les urgences internes et/ou les urgences externes 3.8 Les examens sont réalisés et interprétés dans le respect des bonnes pratiques professionnelles. 3.9 Le site d imagerie maîtrise l innovation Le site d imagerie organise la recherche clinique et technologique.

15 4. L'hygiène est garantie par le site d imagerie. 4.1 Le site d imagerie maîtrise l hygiène liée aux actes d'imagerie et aux soins fournis. 4.2 La prise en charge des patients infectés et/ou immunodéprimés est assurée. 4.3 Le site d imagerie assure l'entretien et le nettoyage de ses locaux. 4.4 Le site d imagerie assure le nettoyage du matériel et des équipements d'imagerie. 4.5 Le site d imagerie assure la gestion du linge. 4.6 Le site d imagerie assure la prise en charge des déchets et rejets.

16 5. Le site d imagerie assure l identitovigilance.

17 6. La prise en charge des incidents et accidents médicaux est assurée dans le site d imagerie. 6.1 Le site d imagerie sait gérer les incidents et les accidents médicaux risquant de survenir dans ses locaux. 6.2 Un ou plusieurs chariot(s) d'urgence médicale est(sont) disponible(s) dans le site d imagerie.

18 7. Le site d imagerie organise son activité de téléradiologie. 7.1 Le projet de téléradiologie du demandeur est formalisé. 7.2 Un contrat signé et enregistré est établi entre les partenaires concernés. 7.3 Les échanges médicaux entre le médecin de proximité et le téléradiologue sont maîtrisés et sécurisés. 7.4 Le principe de justification des actes est respecté. 7.5 La sécurité du patient pendant (et si nécessaire après) la réalisation de l acte d imagerie est assurée. 7.6 La qualité technique de l acte d imagerie réalisé par le manipulateur est maîtrisée. 7.7 La transmission des images et des données médicales est maîtrisée. 7.8 Le téléradiologue interprète l examen. 7.9 Un compte-rendu est systématiquement réalisé, transmis et saisi dans le dossier du patient Les moyens techniques d échanges et de sauvegarde des données sont maîtrisés Les compétences des téléradiologues et autres acteurs concernés sont maîtrisées et actualisées.

19 8. Le site d imagerie définit et planifie sa politique qualité, l organisation de sa démarche qualité et ses objectifs qualité. 8.1 Le site d imagerie définit sa politique qualité, l organisation de sa démarche qualité et ses objectifs qualité. 8.2 Le site définit et affecte les responsabilités et les ressources humaines. 8.3 Le site d imagerie maîtrise sa documentation et ses enregistrements. 8.4 Le site d imagerie maîtrise la prise en charge des personnes en formation.

20 9. Les démarches qualité du site d imagerie sont mesurées et améliorées. 9.1 Des indicateurs qualité sont définis, mis en place et mesurés à fréquence régulière par le site d imagerie. 9.2 Pour mieux assurer la sécurité, le site d imagerie identifie, déclare et traite ses événements indésirables. 9.3 La gestion des plaintes et des réclamations est assurée par le site d imagerie. 9.4 Le site d imagerie réalise périodiquement des audits internes. 9.5 Le site réagit et améliore son organisation et ses prestations. 9.6 A fréquence régulière, le site d imagerie analyse ses résultats et en tire des conclusions pour améliorer la qualité du service rendu à ses clients, lors d une revue de direction.

21

22 Réservé aux établissements de santé (publics ou privés) En 2013 : optionnels Conformité des demandes des examens d imagerie Scanner, IRM, écho Demain? Conformité des comptes rendus?! Conformité et non pertinence

23 % de demandes d examens d imagerie présentes sur lesquelles on retrouve les données suivantes : Administratives la date de la demande, l unité ou service demandeur, le nom du médecin demandeur, l identité du patient (nom et prénom), la date de naissance du patient, Médicales la région anatomique, le motif (histoire clinique), la finalité de l examen (question posée). 1 seul critère absent = demande non conforme Indicateur optionnel (au motif de la méthode de recueil retenue), généralisé sur la campagne 2010 JFR

24 Recueil juillet-décembre établissements éligibles (Information SAE) Tous secteurs d activité : MCO, SSR, PSY, HAD 150 établissements participants (18%) ayant inclus plus de 30 examens d imagerie CHU (14), CH (100), PSPH (13), CLCC (9), Cliniques privées (14) dont 104 établissements (69%) ayant fait le recueil en 2010 et en examens inclus, demandes retrouvées (97%) 24

25 établissements de santé % moyen de demandes présentes, répondant aux critères de qualité : 49.5% Référentiel 2011 N = 150 Moyenne = Min = 0 % Max = 100 % Position / moyenne nationale 2011: + : n = 48 (32%) = : n = 46 (31%) : n = 56 (37%) 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 Score + IC 95% 25

26 104 établissements ont fait le recueil en 2010 et en 2011 : amélioration significative : 25 ES (24%) stabilité : 66 ES (63%) diminution significative : 13 ES (13%) 26

27 % demandes retrouvées : 97% (N = 17523) finalité - 75% date de la demande - 79% 100% 80% 60% 40% unité/service demandeur - 88% motif - 92% 20% 0% nom du médecin demandeur - 91% date de naissance patient - 87% identité du patient - 99% région anatomique - 98% Deux critères à problème : question posée (75%), date de la demande (79%). Sans impact : type d acte, acte en urgence ou réglé Impact : Informatisation, mais peu développée (17%) Svc demandeur (hospi > urgence > consultation). 27

28 Compte rendu Délai Exhaustivité RDV Délai Report Attente Joignabilité téléphonique Durée de passage. Pertinence De l indication Du compte rendu «peer review»

29 Manuel de certification 2010 (V4) Révision Avril 2011 V 1 : 1999

30 Le management de l établissement Chapitre 1 Management de l établissement 1. Management stratégique 2. Management des ressources 3. Management de la qualité et de la sécurité des soins La prise en charge du patient Chapitre 2 Prise en charge du patient 1. Droits et place du patient 2. Gestion des données du patient 3. Parcours du patient 4. Prises en charges spécifiques 5. Evaluation des pratiques professionnelles

31 Objectif: Renforcer l effet levier sur la qualité et la sécurité des soins Principe : les PEP sont des critères pour lesquels des attentes particulièrement signalées sont exprimées. Une condition de l efficacité de la démarche Des pratiques considérées de façon consensuelle comme incontournables Des conséquences sur l ensemble du dispositif

32 N crit Libellé PEP 1.f Politique et organisation de l EPP 8.a Programme d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins 8.f Gestion des évènements indésirables 8.g Maîtrise du risque infectieux 9.a Système de gestion des plaintes et réclamations 12.a Prise en charge de la douleur 13.a Prise en charge et droits des patients en fin de vie 14.a Gestion du dossier du patient 14.b Accès du patient à son dossier 15.a Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge 20.a Démarche qualité de la prise en charge médicamenteuse 25.a Prise en charge dans le service des urgences et soins non programmés 26.a Organisation du bloc opératoire 26.b Organisation des autres secteurs d activité à risque majeur : radiothérapie, médecine nucléaire et endoscopie

33 Partie Critère 1 Droits et place du patient 10 10b 10c Bientraitance : Intimité Confidentialité 11 Information, participation et consentement du patient 12 Prise en charge de la douleur (PEP) 2 Gestion des données du patient 15a 3 Parcours du patient 16a 18 18a 18b 22 22a 22b Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge (PEP) Dispositif d accueil du patient Continuité et coordination des soins Continuité et coordination de la prise en charge du patient Prise en charge des urgences vitales survenant au sein de l établissement Prise en charge des examens d imagerie médicale Demande d examen et transmission des résultats Démarche qualité en service d imagerie médicale 4 Prise en charge spécifique 26 Fonctionnement des secteurs d activité interventionnelle 5 EPP 28a 28b Mise en œuvre des démarches d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) Pertinence des soins 28c Démarches EPP liées aux indicateurs de pratique clinique

34 Pour chaque critère, organisation des éléments d appréciation selon les étapes d une démarche d amélioration Critère ou PEP n... Etape 1 PREVOIR organiser une activité, Etape 2 METTRE EN OEUVRE réaliser l activité en respectant les exigences, former, Etape 3 EVALUER ET AMELIORER évaluer l activité et mettre en œuvre des actions d amélioration Liste des éléments d appréciation recherchés Liste des éléments d appréciation recherchés Liste des éléments d appréciation recherchés

35 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer Des règles de fonctionnement sont définies en concertation entre les secteurs d activité clinique et les secteurs d imagerie (y compris externalisés). L'établissement définit un processus de prise en charge des patients devant bénéficier d'un examen d'imagerie médicale. Des outils d aide à la demande des examens sont mis à disposition des professionnels. Les demandes médicales d examen d imagerie sont identifiées, justifiées (renseignements cliniques, motif de l examen), datées et signées. L établissement coordonne la réalisation des examens prescrits par le médecin traitant ou hospitalier. Les pratiques sont évaluées et des actions d amélioration sont mises en oeuvre. Les délais de transmission des résultats répondent aux besoins des secteurs d activité avec une attention particulière aux urgences et aux résultats critiques.

36 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer Les secteurs développent un système d assurance de la qualité. Les examens sont réalisés dans le respect des bonnes pratiques. Des actions d évaluation sont menées et s inscrivent dans le programme d amélioration de la qualité en imagerie. Les Codes du travail et de la santé publique prévoient désormais - une formation validée pour tout utilisateur de Rayonnements ionisants, - la dosimétrie électronique, - la réalisation d examens selon des protocoles optimisés, - le relevé de doses délivrées, - la maintenance et le contrôle de qualité pour tous les appareils de radiologie - et l intégration de dispositif de mesure de dose. Pour les technologies non irradiantes des contrôles de qualité volontaires que les professionnels de ce secteur ont mis en œuvre constituent aujourd hui des bonnes pratiques à intégrer à toute démarche de management de la qualité et de la sécurité des soins. Les risques dus aux champs magnétiques intenses en IRM, par exemple, nécessitent la mise en place de dispositions organisationnelles et matérielles spécifiques à ces installations.

37 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer Une organisation et des moyens permettant de fiabiliser l identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge, sont définis. Les personnels de l accueil administratif et les professionnels de santé sont formés à la surveillance et à la prévention des erreurs du patient Les personnels de l accueil administratif mettent en oeuvre les procédures de vérification de l identité du patient. Les professionnels de santé vérifient la concordance entre l identité du bénéficiaire de l acte et la prescription avant tout acte diagnostique ou thérapeutique. La fiabilité de l identification du patient à toutes les étapes de la prise en charge est évaluée à périodicité définie (indicateurs, audit) et les erreurs sont analysées et corrigées.

38 Analyse de la pratique professionnelle en référence à des recommandations selon une méthode validée (mise en œuvre et suivi d actions d amélioration) Déploiement effectif des démarches d EPP dans tous les secteurs d activité cliniques ou médico-techniques Analyse de la morbidité-mortalité (RMM) en anesthésie-réanimation, urgences, chirurgie et secteurs ayant une activité de cancérologie RCP pour la prise en charge des patients atteints de cancer Analyse de la pertinence des soins et indicateurs de pratiques cliniques Pas de RMM ou RCP dans un secteur concerné = décision

39 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer Les différents secteurs d activité clinique ou médico-technique organisent la mise en oeuvre des démarches d EPP. Des analyses de la mortalitémorbidité sont organisées dans les secteurs de chirurgie, d anesthésie-réanimation et de cancérologie. Des réunions de concertation pluridisciplinaires sont organisées dans le cadre de la prise en charge des patients en cancérologie. Les différents secteurs d activité clinique et médicotechnique mettent en oeuvre des démarches d EPP. L engagement des professionnels est effectif. Des actions de communication relatives aux démarches d EPP et à leurs résultats sont mises en oeuvre. Les différents secteurs d activité clinique et médico-technique mesurent l impact des démarches d EPP sur l évolution des pratiques. Les différents secteurs d activité clinique et médico-technique évaluent l organisation mise en place pour favoriser l adhésion continue des professionnels aux démarches d EPP.

40 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer Les enjeux liés à la pertinence des soins sont identifiés au sein de l établissement. Des analyses de la pertinence des soins sont réalisées et permettent la mise en oeuvre d actions d amélioration. Des guides de bon usage des soins sont mis à la disposition des professionnels. Les différents secteurs d activité clinique et médico-technique assurent le suivi des actions d amélioration et mesurent l impact sur l évolution des pratiques.

41 E1 : Prévoir E2 : Mettre en oeuvre E3 : Evaluer et améliorer L établissement identifie les indicateurs de pratique clinique pertinents au regard de ses activités. L établissement recueille et analyse les indicateurs de pratique clinique choisis. Une démarche d amélioration est mise en œuvre à partir du recueil des indicateurs lorsque la valeur de l indicateur le justifie. L établissement révise régulièrement la liste des indicateurs analysés. Culture pérenne de l évaluation et de l amélioration de ses pratiques. Indicateurs liés à une pathologie, un problème de santé ou une activité spécialisée. Indicateurs de processus ou de résultat. Intérêt des registres, observatoires ou bases de données. Origine des indicateurs : - collèges professionnels des bonnes pratiques, - littérature, - HAS - - les équipes en utilisant les références disponibles.

42 E1 : Prévoir E2 : Mettre en œuvre E3 : Evaluer et améliorer Les autres activités à risque feront l objet d un développement ultérieur.

43 1. Chaque élément d appréciation est coté : degré de satisfaction points oui 20 en grande partie 14 partiellement 7 non 0 2. Somme des points par niveau E1 (prévoir), E2 (mettre en œuvre) x2, E3 (évaluer et améliorer) 3. Comparaison du score total / score maximal cotation automatique / critère Cotation A Critères Non PEP Critères PEP 90 % du score maxi Cotation B de 60 à 90 % du score maxi de 80 à 90 % du score maxi Cotation C de 30 à 59 % du score maxi de 45 à 79 % du score maxi Cotation D de 0 à 29 % du score maxi de 0 à 44 % du score maxi

44 Autoévaluation des différents critères Visite ciblée par des experts visiteurs PEP (Pratiques exigibles prioritaires) Autres données d autoévaluation Critères classés C et D : investigation systématique Critères classés A ou B : tirage au sort de 10% Indicateurs obligatoires Cotation Exigences plus élevées pour les PEP Si au final classement en C ou D : recommandation ou décision (négative)

45 certification* (aucune décision) certification avec recommandation* (au moins une recommandation) : suivi certification avec réserve* (au moins une réserve) : exigence de suivi sursis à statuer (au moins une réserve majeure) non-certification : au moins une réserve majeure réserve majeure non suivie d amélioration. non production de documents relatifs à la procédure * Validité 4 ans

46

47 Volontariat Contrôle par un organisme extérieur sous accréditation COFRAC Référentiel évolutif Etape qui pourrait se poursuivre par une certification de service

48

49 Définie et organisée par la HAS Construite sur les référentiels qualité des soins et des pratiques professionnelles Démarche volontaire. Conditions nécessaires à l inscription : Etre médecin Exercer au moins une des spécialités ou activités définies par le décret n du 21 juillet 2006 Exercer cette spécialité dans un établissement de santé.

50 Démarche nationale de gestion des risques fondée sur déclaration et analyse des événements porteurs de risques médicaux (EPR) élaboration et mise en œuvre de recommandations. Enjeu : réduction du nombre ou de la sévérité des événements indésirables liés aux soins recueil et l analyse des événements porteurs de risques médicaux qui échappent aujourd hui à toute déclaration et à toute analyse formalisées. décision de la HAS du 11 juillet 2006 relative aux modalités de mise en œuvre de l accréditation de la qualité de la pratique professionnelle des médecins et des équipes médicales

51 Evénements indésirables à l exclusion des événements indésirables graves mentionnés à l article L du Code de la santé publique qui doivent être déclarés à l Institut de veille sanitaire Evénements indésirables qui n ont pas causé de dommage grave au patient. Les termes couramment utilisés pour décrire les EPR sont, par exemple : les dysfonctionnements, les incidents, les précurseurs les presque accidents.

52 Sont concernés : les chirurgiens (y compris gynéco-obstétriciens, stomatologistes, oto-rhino- laryngologistes, ophtalmologistes), anesthésistes-réanimateurs, réanimateurs médicaux ; les médecins exerçant une spécialité interventionnelle (cardiologie, radiologie, gastroentérologie, pneumologie) ; les médecins ayant une activité d échographie obstétricale, en établissements de santé (liste complète publiée dans le décret du 21 juillet 2006, article D ).

53 déclarer les EPR personnellement rencontrés dans les établissements de santé mettre en œuvre les recommandations individuelles résultant de l analyse des EPR qu ils ont déclarés mettre en œuvre recommandations et démarches d amélioration des pratiques satisfaire aux exigences de participation aux activités du programme d amélioration de la sécurité des pratiques de leur spécialité.

54 constitue une modalité de satisfaction à l obligation d EPP et de DPC contribue à la procédure de certification des établissements de santé et participe à la gestion des risques des établissements par le développement d une culture de gestion des risques et la mobilisation des acteurs.

55 Développement Professionnel Continu Obligatoire depuis le 1 er janvier 2013

56 Démarche permanente, obligatoire, individuelle, PM et PNM Concept réunissant deux activités explicites et planifiées : acquisition/approfondissement des connaissances/compétences (ancienne formation professionnelle continue) évaluation des pratiques professionnelles Bilan individuel annuel d activité avec justificatifs Programme annuel ou pluriannuel, individuel ou collectif Conforme à une orientation nationale ou régionale Comportant une des méthodes et modalités validées par la HAS Mis en œuvre par un organisme de DPC enregistré et évalué positivement

57 Pédagogique ou cognitive Analyse des pratiques professionnelles En groupe - Formations présentielles - Revues biblio Individuelle - Formation à distance (e-learning) - Formations diplômantes Gestion des risques Revue de dossiers et analyse de cas - RMM (mortalité morbidité), CREX (retour d expérience), - Analyse a priori des risques - Groupes d analyse des pratiques - Staffs médico-techniques - RCP - Revue de pertinence Indicateurs - Suivi d indicateurs ; audits cliniques Approche intégrée à l exercice Parcours de soins - Gestion des risques en équipe (protocolisation et analyse des pratiques) Dispositifs spécifiques - Accréditation des médecins - Accréditation des labo de biologie - Protocole de coopération - Formation professionnelle des paramédicaux Enseignement Recherche - Publications d un article scientifique

58 OGDPC : organisme gestionnaire du DPC CSI : Commissions Scientifiques Indépendantes Proposition des orientations nationales Évaluation des OGDPC Élaboration des référentiels de contrôle des OGDPC Conseil national du DPC (consultatif) Regroupement de l ensemble des professionnels médicaux, pharmaceutiques et paramédicaux réflexion, propositions sur le fonctionnement du dispositif).

59

60 CEPPIM SFR FNMR FORCO MED CERF SRH

61 Mammographie : - E-learning. Amélioration de la lecture des mammographies pour les radiologues 1ers lecteurs dans le cadre du Dépistage Organisé du Cancer du Sein. - Amélioration de la lecture des mammographies pour les radiologues 1ers lecteurs dans le cadre du Dépistage Organisé du Cancer du Sein - Perfectionnement en échographie mammaire. - IRM mammaire. Radioprotection : - Perfectionnement en radioprotection des patients, avec suivi dosimétrique des procédures d'examen en radiographie conventionnelle. - Perfectionnement en radioprotection des patients, avec suivi dosimétrique des procédures d'examen en scannographie. Echo obstétricale - 1 er trimestre - 2 ème trimestre - 3 ème trimestre EPP ACR3 EPP NRD

62

63 1. Thématiques clés 2. Référentiel professionnel 3. Indicateurs HAS 4. Développement Professionnel Continu (DPC) 5. Les modes de reconnaissance Certification d établissement Labellisation de structure Accréditation individuelle 6. Le CEPPIM : Collège d évaluation des pratiques professionnelles en Imagerie médicale 7. Exemples d EPP

Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys

Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Bonne pratique Patient centré Bientraitance et si c était moi Démarche qualité Structuration et Thématiques clés (dont exigences

Plus en détail

Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys

Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys Laurent Verzaux Elisabeth Schouman-Claeys Démarche qualité : organisée professionnelle dynamique Dépasser une approche normative Bonne pratique Patient centrée Bien-traitante Et si c était moi Implication

Plus en détail

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL Forcomed Dr Florence Lair La qualité : définition OMS : «démarche qui doit permettre de garantir à chaque patient l assortiment d actes diagnostiques

Plus en détail

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque ² SERVICE DE LA CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque V2014 Septembre 2015 Haute Autorité de santé Service Certification des Établissements

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Démarche qualité : audit d'un service de radiologie vasculaire

Démarche qualité : audit d'un service de radiologie vasculaire JFR 2007, CNIT La Défense, Paris Démarche qualité : audit d'un service de radiologie vasculaire M BLANCHIN, P GRZAMBAL, P CHABROT, L CASSAGNES, I BRAZZALOTTO, A RAVEL, P PERRIER-GUSTIN, L BOYER Abstract

Plus en détail

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé Guide méthodologique Novembre 2014 Haute Autorité de Santé Service documentation Information

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

Cycle de formation PRAXIS

Cycle de formation PRAXIS Réf. : 1250 Cycle de formation PRAXIS Management de la sécurité et de la qualité des soins en radiothérapie 10 jours de pratique intensive pour maîtriser les enjeux et les processus clés indispensables

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015. Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen

Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015. Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015 Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen Généralités Un programme de DPC est un ensemble d activités

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES Place du Professeur Debré 30029 NÎMES CEDEX 9 Mai 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

PLAN PREVISIONNEL D AUDIT DE LABELLISATION LABELIX

PLAN PREVISIONNEL D AUDIT DE LABELLISATION LABELIX REFERENTIEL PLAN PREVISIONNEL D AUDIT DE LABELLISATION LABELIX iel de labellisation des cabinets et services d imagerie médicale. Version 1.3 juin 2006. DATE : 01 ET 02 FEVRIER 2011 CABINET DE RADIOLOGIE

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006 COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) CHRU BRETONNEAU 2 boulevard Tonnellé 37044 TOURS Mai 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE Objet

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Manuel de certification des établissements de santé

Manuel de certification des établissements de santé Manuel de certification des établissements de santé V2010 Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Novembre 2008 ACC01-T052-A 2 Avant-propos Introduite au sein du système de

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE PLACE DU CHAMP DE FOIRE 16110 La Rochefoucauld France Démarche

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE)

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) 72 esplanade Parmentier 62608 ERCK-SUR-MER CEDEX Novembre 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

La gestion des risques a priori a postériori (EI)

La gestion des risques a priori a postériori (EI) La gestion des risques a priori a postériori (EI) IFSI Charles FOIX 2ème année - 2012 Françoise Lamberdière CRUA gestionnaire de risque Objectifs de la formation Être capable : D identifier les situations

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006

Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006 Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006 Sommaire Introduction au référentiel 3 Rappel des textes réglementaires relatifs au plan cancer et à la mise

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

catalogue des formations

catalogue des formations IRM radioprotection évaluation des pratiques professionnelles contrôle qualité http://manipinfo-esprimed-formation.com catalogue des formations 20161 Manip info et Esprimed lancent une nouvelle offre de

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

Formation à la radioprotection des patients

Formation à la radioprotection des patients Formation à la radioprotection des patients Organisée par le CNEBMN (Collège National des Enseignants de Biophysique et de Médecine Nucléaire). 10 avenue de Verdun 75010 Paris. Trésorier: Docteur Vaylet

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

La sécurité des patients

La sécurité des patients Amélioration des pratiques et sécurité des soins La sécurité des patients Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Des concepts à la pratique Partie 5 Des fiches

Plus en détail

Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282 effectuée le 21 mai 2010 Thème : "Radioprotection en radiologie interventionnelle et aux blocs opératoires"

Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282 effectuée le 21 mai 2010 Thème : Radioprotection en radiologie interventionnelle et aux blocs opératoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE DOUAI CODEP-DOA-2010-28646 CL/EL Douai, le 1 er juin 2010 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier Dr Duchenne BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER Cedex Objet : Inspection INSNP-DOA-2010-0282

Plus en détail

FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE

FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE Le processus identitovigilance (IDV) Limiter le risque Manuela OLIVER Laetitia MAZZONI THEMES V2014 Intitulé Critères

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL (CHIC) ALENÇON-MAMERS 25 rue de Fresnay 61014 ALENÇON CEDEX Septembre 2013 SOMMAIRE PREAMBULE 4 1. Les objectifs de la certification des

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique P François Pôle Santé Publique, CHU de Grenoble Origines 1996 : Obligation de FMC Conseils nationaux de FMC Financement des

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Dr Marie-Laure Pibarot et Diane Martinez Direction de la

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

CODEP-OLS-2015-045689 Orléans, le 16 novembre 2015

CODEP-OLS-2015-045689 Orléans, le 16 novembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-045689 Orléans, le 16 novembre 2015 Centre Hospitalier de Guéret 39 avenue de la Sénatorerie BP 159 23011 GUÉRET Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Technicien/technicienne en imagerie médicale (24211 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Technologue en imagerie médicale....................................

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SAINT MALO- BROUSSAIS

RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SAINT MALO- BROUSSAIS RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE SAINT MALO- BROUSSAIS 1 rue de la Marne 35400 SAINT MALO JANVIER 2014 MISE À JOUR AOÛT 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Les objectifs de la certification

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Certification HAS et Méthode du Patient traceur

Certification HAS et Méthode du Patient traceur Certification HAS et Méthode du Patient traceur Réseau des représentants des usagers de ES et du Conseil de vie sociale des EMS 26 septembre 2015 ARLIN Martinique Certification HAS: les évolutions Exigences

Plus en détail

Diplôme de technicien supérieur. Imagerie médicale et radiologie thérapeutique

Diplôme de technicien supérieur. Imagerie médicale et radiologie thérapeutique Diplôme de technicien supérieur Imagerie médicale et radiologie thérapeutique Version consolidée suite à l arrêté modificatif du 4 juin 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Diplôme d Etat Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier de technicien de laboratoire médical ne se substituent pas au cadre

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES

PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES Projet d Etablissement 2015 2020 83 Projet d Etablissement 2015 2020 84 1. Engagement dans la démarche d amélioration continue de la qualité et de gestion des risques

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Un an de garde téléradiologique déportée :

Un an de garde téléradiologique déportée : Un an de garde téléradiologique déportée : le futur de la permanence des soins en radiologie? A. Ben Cheikh 1,2,3 V. Thomson 1,3 N. Girouin 1,3 S. Meyran 2 S. Collodet 2 A. Martinon 3 V. Mougenot 1,2 C.

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu Bertrand Dureuil Pôle Réanimations R Anesthésie sie et SAMU CHU Rouen Fédération des Spécialit cialités s MédicalesM Absence

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Les clés pour réussir 14 jours de formation intensive pour développer une pratique opérationnelle de la gouvernance

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS INSNP-OLS-2011-1423 Orléans, le 12 juillet 2011 Objet : Inspection n INSNP-OLS-2011-1423 du 7 juillet 2011 Scanographie Monsieur le Directeur Général CHRO La Source

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail