DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE"

Transcription

1

2 PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE << PROJET D ETABLISSEMENT Projet DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE INTRODUCTION QUALITE GESTION DES RISQUES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D EPP RELATIONS AVEC LES USAGERS DEVELOPPEMENT DURABLE Projet d établissement I ---

3 PROJET D ETABLISSEMENT >> PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE INTRODUCTION INTRODUCTION Les réformes hospitalières successives de la dernière décennie ont progressivement confirmé la convergence des différents acteurs de l offre de soins : 1. Convergence organisationnelle (réforme du management interne) 2. Convergence économique (uniformisation des modes de tarification) 3. Convergence des orientations stratégiques dans un cadre coordonné (répartition des rôles, complémentarité des opérateurs aussi bien dans l accueil médical que dans la répartition des équipements) Au clivage traditionnel Public/Privé s est substituée une coordination des structures et professionnels de santé pilotée par les ARH/ARS de manière à maintenir au moindre coût pour la collectivité publique l accès pour tous à des soins de qualité. Cette évolution n est pas sans conséquences sur la culture professionnelle.a égalité de règles du jeu, le secteur public, reconnu pour la qualité technique de ses équipes médico-soignantes, n assurera sa pérennité que s il se montre combattif sur les terrains où il est en général jugé moins performant : les fonctions hôtelières, l accueil, la communication, les relations avec les Usagers. Parallèlement, les actions entreprises dans le cadre de l amélioration de la sécurité dans tous les domaines seront poursuivies et renforcées. La démarche qualité a contribué à une prise de conscience de la nécessité de travailler spécialement à l amélioration des fonctions support (repas,accessibilité,information, écoute...). Les réformes récentes concernant les droits des Usagers ainsi que la certification V 2007 ont permis d initialiser une ouverture vers les bénéficiaires de nos prestations qui prennent aujourd hui une part active à la politique d amélioration de la qualité à l Hôpital. Le projet d établissement s inscrit pleinement dans ces évolutions, il devra confirmer, amplifier et surtout concrétiser les grandes orientations de la politique d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins. Aux orientations ainsi définies devront être adjointes deux préoccupations majeures pour l avenir : la participation des usagers à la détermination des priorités institutionnelles et la poursuite des actions engagées par l AP-HM dans les domaines du développement durable. Le projet d établissement se concentrera en matière de qualité et de sécurité sur la capacité de l Institution à assurer aux usagers la réponse la plus adaptée à leurs besoins. La démarche qualité/ gestion des risques participera pleinement au repositionnement de l Institution dans le territoire de santé. La qualité,la gestion des risques,les relations avec les usagers et l approfondissement des axes du développement durable par l Institution sont ainsi les quatre domaines complémentaires d évolution profonde de la culture professionnelle qui permettent de constituer le troisième facteur de cohérence des évolutions institutionnelles en même temps que le premier facteur de changement en profondeur du regard de l institution sur son environnement et la perception socioculturelle de l Hôpital. C est dans cet esprit et dans ces objectifs que sont présentées les orientations du projet d établissement dans les domaines concernés. Les résultats attendus sont les suivants : > Optimisation de l organisation des soins et sécurisation des soins prodigués aux patients > Amélioration de la qualité des prestations hospitalières à tous les niveaux > Rénovation de l image de marque de l Hôpital public > Augmentation de l attractivité de l AP-HM et de l activité > Réforme des relations des professionnels avec les Usagers --- I Projet d établissement

4 PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE << PROJET D ETABLISSEMENT QUALITE Le projet d établissement précédent a permis l entrée et le développement de la qualité et de la gestion des risques au travers, notamment, de la certification des sites ou de secteurs spécialisés. Le projet devra permettre une intégration au quotidien des méthodes et techniques d organisation et de sécurisation des soins visant une augmentation de la qualité dans tous les domaines (soins directs, fonctions supports des soins...). L approfondissement de l utilisation de la méthodologie de la qualité incluant l évaluation comme un outil incontournable de détermination des choix stratégiques facilitera l atteinte de nos objectifs. L impact attendu de cette dynamique sur l image de marque devra permettre de réorienter vers l Hôpital Public une patientèle à bon droit plus exigeante quant à la qualité du service rendu. Dans cet ordre d idées, la politique qualité ciblera plus particulièrement : l accueil par l utilisation d un référentiel spécifique, la qualité des activités dites de support ; l évaluation des pratiques professionnelles et la poursuite de certifications spécifiques maintiendront le haut niveau de qualité et de sécurité des soins dont l Institution est largement créditée. L entrée de l hôpital dans une logique concurrentielle se traduira également sur le terrain de la qualité et de l évaluation, par une révision en profondeur de la relation avec la patientèle incluant une refonte radicale de nos structures et méthodes d accueil. Le projet d établissement se propose d accompagner le passage d une démarche qualité répondant à une exigence externe à l intégration des méthodes qualité dans la pratique au quotidien. >> Les principaux axes de la démarche qualité institutionnelle seront les suivants La certification HAS a permis une évolution fondamentale de la culture Qualité et Gestion des Risques à l hôpital public. La deuxième itération qui est en cours a renforcé la mobilisation des acteurs autour de l évaluation des pratiques professionnelles à tous les niveaux. La troisième itération de la certification de type HAS sera engagée dès le premier semestre La réalisation des propositions d amélioration qui fait l objet depuis deux ans d un reporting mensuel, sera publié et porté régulièrement à la connaissance du Comité de Pilotage central de la Qualité. Les professionnels, les représentants des usagers, membres des groupes de travail prévus par la méthodologie de la certification et chargés de l auto-évaluation recevront une formation spécifique aboutissant à une véritable reconnaissance institutionnelle de leur rôle. Les laboratoires d analyses médicales de l AP-HM ont acquis avec une antériorité notable au plan national la certification COFRAC. Cette démarche est devenue aujourd hui, dans une logique européenne, obligatoire et étendue à l ensemble des Laboratoires français. L Institution étendra Projet d établissement I ---

5 PROJET D ETABLISSEMENT >> PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE cette démarche à l ensemble des Laboratoires. Le développement d autres démarches de type ISO notamment sera encouragé (CECOS ); de même l utilisation du contrôle croisé, des check-lists et de toutes les certifications spécialisées. L AP-HM s inscrit pleinement dans la dynamique nationale de production des indicateurs de performance (IPAQSS) mais aussi des index tel que l ICALIN et l ICATB. Le CCLUD organise la prise en charge de la douleur, relayé sur chaque site par un Comité Local (CLLUD). Les objectifs du Réseau Douleur Paca Ouest sont intégrés dans la définition des axes et projets du CCLUD. L indicateur IPAQH-Douleur, même si l APHM se situe à un niveau supérieur à la moyenne nationale, révèle un déficit de la pratique évaluative et justifie que la mesure de la douleur et la traçabilité de son évaluation soit un axe prioritaire sur les années à venir. La formation à la prise en charge de la douleur et l amélioration de la douleur induite par les soins sont les deux autres axes prioritaires. Les projets du CCLUD pour répondre à ces objectifs sont : > L inscription de la prise en charge de la douleur comme thématique transversale dans l ensemble des pôles la diffusion d une information synthétique sur les obligations et moyens liés à l évaluation > L appréciation de l indicateur Douleur IPAQH au sein des pôles, des services > L adaptation de la formation continue à la prise en charge de la douleur, aux contingences hospitalières actuelles > La formation systématique des nouveaux internes > L extension de l audit du Réseau Douleur sur les douleurs induites par les soins, à l ensemble des services de chaque pôle > La mise à jour du guide de prescription des antalgiques en urgence (2 ème édition 2006) et la diffusion d une échelle d équianalgésie des opiacés, réalisée par le CLLUD Timone > L utilisation optimale des voies d administration non invasives des antalgiques. L audit interne déjà mis en place sera développé et professionnalisé. Les initiatives de mutualisation interne des auditeurs seront soutenues et amplifiées. Les auditeurs internes devront bénéficier à terme d une certification spécifique. Les conditions d intervention des auditeurs internes sont celles fixées par la charte de l audit interne. Le PACQ doit aboutir à l intégration de la qualité et de la gestion des risques. Dans la culture professionnelle quotidienne et assurer la permanence de la certification quel que soit l organisme certificateur, l évaluation étant inhérente à la démarche professionnelle et non ponctuelle. Le projet d établissement contribuera à dynamiser les politiques entreprises dans les domaines de la qualité et de la gestion des risques avec pour objectif essentiel de faire de l AP-HM un pôle d excellence du service rendu au patient. Remodelage, modernisation et adaptation du site intranet spécifique dans lequel seront échangées et mutualisées toutes les informations concernant la politique qualité - gestion des risques institutionnelle ainsi que l ensemble des projets qualité. Un effort particulier sera fait pour améliorer la réponse logicielle destinée à soutenir l Institution dans le développement de la politique Qualité. Le projet comportera comme priorité essentielle l acquisition d un support informatique répondant aux fonctionnalités suivantes : > Gestion documentaire, > Gestion des audits, > Gestion des plans d amélioration > Maîtrise des risques. L existence d un lien informatique entre la Délégation à la Qualité et les divers correspondants institutionnels sera concrétisée par le lancement d un site spécifique QGR dans lequel seront échangées et mutualisées toutes les informations concernant la politique qualité institutionnelle,le concours de la Direction de la Communication permettra de professionnaliser la diffusion régulière par la DQGR2D d une information globale des initiatives et paramètres relatifs à l ensemble des domaines concernant la qualité, la gestion des risques et l état de réalisation des actions d amélioration. --- I Projet d établissement

6 PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE << PROJET D ETABLISSEMENT GESTION DES RISQUES Le Projet d Etablissement devra permettre d optimiser le fonctionnement des structures chargée de prévenir et de gérer les risques. La gestion des risques, organisée en collaboration avec ViGeRis (structure créée en 2008 et qui réunit la coordination des Vigilance et la Gestion des Risques liés aux soins) respectera en conformité avec les engagements du Projet Médical la nécessaire intégration multi professionnelle de la gestion des risques. Les outils mis en place permettent d ores et déjà de cartographier les risques et d identifier les thématiques pour lesquelles des actions correctrices doivent être menées. Cette première approche doit être développée par : > L identification de thématiques prioritaires transversales nécessitant la mise en place de groupes de travail permanents coordonnés par des administrateurs de thème désignés officiellement. Ces actions complètent le cas échéant les initiatives prises localement au niveau des Commissions Qualité Sécurité des Soins des Sites (CQ3S) > L intégration dans la stratégie de l établissement des orientations spécifiques de la gestion des risques Le logiciel de gestion des risques en cours de déploiement assurera la pérennité et la fluidité de cette démarche. L articulation avec la démarche qualité sera assurée par la détermination de priorités institutionnelles pour lesquelles des conduites de projet seront mise en place dans le respect de la méthodologie qualité. Le bon usage du médicament restera l objectif principal du COMEDIMS par amélioration de l information du corps médical (brochure CM info, messages intranet en direct du COMEDIMS, référentiel molécules onéreuses, livret de prescription des antibiotiques...) Le COMEDIMS aura également pour objectif de sécuriser le circuit du médicament dans le cadre des projets AP- PROPHARM-ONCOPHARM. Au cours des 4 prochaines années l accent sera mis sur la prise en charge des traitements en cours des patients à leur arrivée à l Hôpital et sur l ordonnance de sortie. Une mission de formation des internes a été mise en place par la CME. Le but est de diminuer les pathologies iatrogènes en large concertation avec les services cliniques et la Commission Qualité et Sécurité des Soins. Projet d établissement I ---

7 PROJET D ETABLISSEMENT >> PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE >> Prévention du risque infectieux et surveillance des infections nosocomiales Pour la période , le CLIN Central de l AP-HM propose un plan en 6 points afin d améliorer la qualité et la sécurité des soins : 1- Limitation de la transmission des micro-organismes de malade en unité de soins : > Via le manu portage : essentiellement par promotion d une amélioration de l hygiène des mains par solution hydroalcoolique. > Limitation de la transmission des bactéries multirésistantes (BMR) : basée sur la détection rapide et isolement systématique. > Clostrium difficile : basée sur la détection rapide et isolement systématique. > Agent contagieux à transmission aérienne : basé sur le port du masque pour Soignants et malades chaque fois qu il existe un risque, campagne d information. > Isolement systématique des Patients immunodéprimés : identification systématique des Patients, chambres réservées avec notamment air traité et eau filtrée. > Autres situations à prendre en compte : diarrhées : détection et isolement systématique même en l absence d agent étiologique retrouvé ; Pathologies avec foyers ouverts à composante infectieuse : isolement 2- Limitation du risque d infection du site opératoire : > Préparation de l opéré : audit de tous les services de chirurgie > Lavage des mains chirurgical : par SHA exclusivement > Travail sur les facteurs de risque du Patient : amélioration du dépistage des infections urinaires 3- Limitation des infections urinaires nosocomiales :fin de l implantation du sondage clos et édiction de règles pour un retrait précoce 4- Limitation des infections sur cathéters : reprise des fiches du Livre Blanc pour simplification des procédures, passage aux deux temps avec antiseptiques alcooliques pour les cathéters périphériques, évaluation de la possibilité d un passage aux deux temps pour les cathéters centraux (groupe de travail avec les DAR), mise en place d une politique de retrait rapide des cathéters 5- Réduction des risques de transmission des agents pathogènes environnementaux : > Légionelles :Amélioration de la coordination CLIN/ServicesTechniques,maîtrise de la température des eaux, politique dédiée pour la Patients à risques > Aspergillus : Poursuite des efforts en coordination avec les Directions de Site pour une meilleure planification des travaux avec les Services Techniques 6- Rationalisation des procédures d antisepsie et de décontamination : mise en œuvre des plans d amélioration produits par les différents audits menés auprès des stérilisations. POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES L EPP est une démarche organisée d amélioration des pratiques, consistant à analyser régulièrement les pratiques effectuées et les résultats obtenus par rapport aux recommandations professionnelles. Elle implique l'analyse des données cliniques, permet la confrontation et le suivi des résultats et conduit à actualiser les modalités de prise en charge pour une amélioration continue de la qualité des soins. Formation médicale continue (FMC) et EPP sont désormais obligatoires et rentrent depuis 2009 dans le cadre du Développement Professionnel Continu. La CME a donc légitimement fait de l EPP le cœur de sa politique qualité, à côté de la gestion des risques médicaux et des vigilances sanitaires. L Institution avec la certification V2 d une part, et les praticiens avec l EPP d autre part, participent ensemble à l atteinte d un objectif qualité commun mesuré et lisible par les professionnels et les patients. Concernant les médecins, le rôle de la CME est essentiel pour organiser et valider l évaluation des pratiques à l AP-HM et en assurer le déploiement dans le cadre des pôles d activité médicale. --- I Projet d établissement Le dispositif mis en place repose sur quelques choix fondamentaux : > Engager l ensemble des professionnels dans une démarche continue d amélioration de la qualité intégrée à leur pratique > Constituer une opportunité d échange stimulante pour le professionnel > Satisfaire à la fois aux obligations d EPP et de FMC > Etre un gage de qualité de prise en charge pour les usagers > S articuler avec la certification V2007 et le futur dossier médical personnel > Nomination d un référent EPP dans chaque pôle. Les programmes d EPP doivent répondre à quatre critères prioritaires : acceptabilité, faisabilité, efficacité et validité.

8 PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE << PROJET D ETABLISSEMENT RELATIONS AVEC LES USAGERS Centré patients, le Projet d établissement devra concrétiser l écoute des Usagers. La création récente d un pôle administratif destiné à coordonner les actions menées par la Direction de la Qualité et de la Gestion des Risques et la Direction du Droit et des Usagers devrait faciliter l élaboration et la mise en œuvre des actions permettant d améliorer la satisfaction des usagers. La mise en synergie des deux directions devrait faciliter l atteinte des objectifs inscrits dans la politique d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins par la promotion d une culture institutionnelle et professionnelle fondée sur la notion de service au public A court terme, le site internet de l AP- HM permettra de recueillir à tout moment les remarques et suggestions du public. Les enquêtes de satisfaction devront peu à peu être réétudiées afin qu elles produisent des informations utilisables dans un processus maîtrisé d amélioration de la qualité. Les réunions mensuelles entre les représentants des associations d usagers et la Direction de la Qualité intégreront les aspects juridiques. En tant que de besoin des représentants d autres pôles ou direction pourront y participer. Un N vert sera créé pour répondre en direct aux questions des patients ou de leur famille. Le cas échéant, des représentants du pôle Qualité - Droit des Usagers guideront les patients dans leurs démarches qu elles soient juridiques, administratives ou relationnelles. DEVELOPPEMENT DURABLE Face aux questions planétaires concernant l utilisation des ressources naturelles, les gaz à effet de serre et les atteintes à l environnement, l AP-HM optera dans le cadre du projet d établissement pour une stratégie d ajustement aux besoins de soins qui ne compromette pas les ressources et l environnement pour les générations futures. La rédaction d un volet spécifique sur ce thème reflète la volonté de l établissement d inscrire l ensemble des choix professionnels dans un cadre respectueux des enjeux environnementaux et une stratégie exemplaire à ce sujet. Le respect des personnes commence par le respect de leur environnement il est donc important de limiter au maximum les conséquences dommageables de nos actions sur l environnement. L exercice de nos missions implique la mise en cohérence de plusieurs logiques également importantes dans le processus de soins : > répondre aux besoins de la population (patients, acteurs économiques et institutionnels) > préserver les personnels > assurer des prestations de qualité, > rechercher l efficience économique, > préserver notre environnement. > Organiser le soin durable et favoriser l éco-conception du soin Du fait de la complexité des contraintes hospitalières, de leur interdépendance et parfois même des apparentes contradictions qu elles génèrent, la réussite de la mise en œuvre d un tel projet est conditionnée par l amélioration de nos fonctionnements en interne mais aussi de l implication de l ensemble de nos partenaires. 1. La DQGR DD assurera la mise en relation permanente des différentes compétences et expertises hospitalières avec pour objectifs de : > Développer et diffuser les principes du développement durable au cœur de nos processus, et des fonctions hospitalières, à tous les niveaux et dans tous les domaines. > Favoriser la capitalisation de notre savoir-faire dans ce domaine grâce à nos ressources internes mais aussi en développant cette démarche avec nos partenaires institutionnels et territoriaux. > Identifier des leviers incontournables auprès des directions fonctionnelles concernées, et assurer un soutien méthodologique aux chefs de projet selon une démarche de Développement Durable 2. Sur le plan opérationnel, des Commissions spécialisées seront constituées par la DQGR2D : chaque commission étant chargée de concevoir un plan d action spécifique, d en suivre la réalisation et de l évaluer. Projet d établissement I ---

9 Projet d Etablissement 2010 > 2014

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Plan de communication Politique d établissement émis le : Avril 2007 Par Direction de la communication Table des matières 1 Etat des lieux 3 1.1 Le cadre et les définitions 3 1.2 Le contexte extérieur

Plus en détail

PROJET QUALITE 2015-2019

PROJET QUALITE 2015-2019 PROJET QUALITE 2015-2019 [Texte] TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION 5 II. LES ORIENTATIONS 6 AXE 1 PERENISER UN SYSTÈME DE MANAGEMENT BIEN STRUCTURÉ DANS LEQUEL LES ACTEURS S IMPLIQUENT ACTIVEMENT 6 a.

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie

Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie Pr Jacques Izopet Institut Fédératif de Biologie de Purpan Laboratoire de Virologie - CHU de Toulouse 8 ème Journée Association Française de Techniciens

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE

GUIDE METHODOLOGIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE AIDE A LA MISE EN PLACE D UNE POLITIQUE «QUALITE ET RISQUES» EN ETABLISSEMENT DE SANTE Février 2006 Direction des Activités Médicales et de la Qualité Cellule Qualité, Risques et Vigilances

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES Véronique ANATOLE TOUZET, Directrice Générale Elisabeth GLOAGUEN, Coordonnateur Général é ldes Soins Francis VENCHIARUTTI, Cadre Supérieur de Santé LA PLACE DES CADRES

Plus en détail

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Management de la qualité et Gestion des risques dans la Santé Vendredi 29 Mai 2009 à Strasbourg SCP Drs OLLU et

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Santé durable et responsable

Santé durable et responsable Santé durable et responsable Je suis verteux! Qui le dit et comment je le mesure? Dossier de presse, 11 juin 2015 Présentation du guide d'évaluation RSE santé selon le modèle AFAQ 26000 à l usage des établissements

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

Organisations médicales au sein de l AP-HP Pôles et structures internes de pôle

Organisations médicales au sein de l AP-HP Pôles et structures internes de pôle Organisations médicales au sein de l AP-HP Pôles et structures internes de pôle (Règles d organisation communes à l ensemble des hôpitaux et groupes hospitaliers de l AP-HP) I. L organisation en pôles

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Partenariat Public Privé Signature du contrat de partenariat entre l AP-HM et le groupement d entreprises

Plus en détail

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence 1992 L agenda 21 1992 2001 Rapport Européen 1997 La déclaration de Rio 2003 1999 Prév. 2009 Le Pacte Mondial L

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience Allocution d ouverture Claude Evin Directeur général, ARS Île-de-France 2 Allocution d ouverture Jean-Luc Harousseau Président, Haute Autorité de Santé 3 Plénière Sécurité du patient, des défis à relever

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)»

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» **** Norme principale : - ISO 3030X : Système de gestion des documents d activité (SGDA) ; Normes Connexes : - ISO 15489 : Records Management

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES CP-04 ARTICULATION HYGIENE ET GESTION DES RISQUES DUMAY M.-F., SOFGRES, PARIS La politique nationale de santé s est largement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité. CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015

Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité. CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015 Le patient traceur comme outil de développement de la culture qualitérisques-sécurité CAPPS Bretagne Rennes 12 juin 2015 Contexte HIA Clermont Tonnerre Hôpital de 200 lits, MCO adulte, psychiatrie et SSR,

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

FICHE DE POSTE Assistant chargé de mission qualité Direction de la recherche

FICHE DE POSTE Assistant chargé de mission qualité Direction de la recherche FICHE DE POSTE Assistant chargé de mission qualité Direction de la recherche Émetteur Direction recherche Version 1 0062-DI-RSH 010 Direction recherche RESSOURCES HUMAINES P : 1/5 I DENTI F I CATI O N

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Les «5 sens» de la certification V2014. Pr Philippe Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers Hospices Civils de Lyon

Les «5 sens» de la certification V2014. Pr Philippe Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers Hospices Civils de Lyon Les «5 sens» de la certification V2014 Pr Philippe Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers Hospices Civils de Lyon Cœur du réacteur Connaissez-vous les 10 risques pour le patient? Quels

Plus en détail