Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen"

Transcription

1 Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux soins Jeudi 14 avril 2011 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1

2 Entérocoques Résistants à la Vancomycine Entérocoques (E faecium ou E faecalis résistants à la vancomycine) Réservoir: tube digestif Responsable: d infections urinaires, de bactériémies (4% des porteurs) de colonisations ou surinfections de plaies, Mécanisme : Risque Sélection sous antibiotiques Puis diffusion manu portée Infections à ERV sans traitement possible Transmission aux SARM coexistant Lieux Initialement réanimations Extension rapide aux autres services : établissements de long séjour +++ Diffusion favorisée par Caractère pauci-symptomatique (ratio colonisés/infectés = 5 AP-HP nov.2008) Inoculum important (bactérie du tube digestif) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2

3 Epidémiologie des ERV CHU_Hôpitaux de Rouen - page 3

4 France : alerte Apparition d épidémies hospitalières à E faecium van-a - Augmentation du nombre de signalements CHU_Hôpitaux de Rouen - page 4

5 DGS : Recommandations 2006 Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès la première identification d ERV+ Porteur ERV: Isolement contact chambre seule Identification des patients contacts* présents et sortis pour dépistage (J1, J8, J15) Patients porteur ET des contacts: arrêt des transferts Limiter les admissions aux seules urgences CHU_Hôpitaux de Rouen - page 5

6 DGS : Recommandations 2006 En plus de l isolement contact du porteur : «COHORTING» Porteurs ERV+ : regrouper dans un secteur géographique avec personnel dédié jours et nuits Regrouper les patients contacts dans un secteur géographique unique de l hôpital (différent du précédent) avec personnel dédié jours et nuits Favoriser les sorties à domicile des porteurs et contacts Informer patients et médecins traitants Dans tous les services ayant été touchés prélèvements CHU_Hôpitaux de Rouen - page 6

7 Situation 2009 Nombre d établissements - 9 en Ile-de-France : - 18 dans le Nord-Pas de Calais (dont CHU de Lille) - 10 en Picardie (dont CHU d Amiens) - 2 en Basse-Normandie (dont CHU de Caen) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 7

8 Amiens juin 2008 à février 2009 : quelques chiffres juin juillet août sept. oct. nov. déc. janv09 Dépistages Dépistés Patients ERV+(CHU) ERV+(labo ext.) Total cumulé CHU /Global 20 /20 58 /61 64 /76 67 /79 74 /86 75 /87 79 /91 79 /92 Nombre de courriers adressés : 4705 Nombre de patients dépistés : Nombre de dépistages : CHU_Hôpitaux de Rouen - page 8

9 Mesures de prévention/vigilance au CHU de Rouen validées en CME lundi 16 mars 2009 Communication (depuis Armada) sur des mesures raisonnables Les précautions standards sont efficaces (SHA) Dépistage et isolement contact des patients à risque (ATCD d hospitalisation hors Haute-Normandie Avis des IDE hygiénistes pour les entrants résidant dans les régions ERV+ Remplacé dans un second temps par la mise en place d un repérage des patients dans le dossier de soins Sensibilisation des équipes médicales et para médicales: Rencontres lors des staffs de service Usage raisonné des antibiotiques CHU_Hôpitaux de Rouen - page 9

10 Mesures prévues au CHU de Rouen en cas d épidémie validées en CME lundi 16 mars 2009 Application des mesure recommandées par la DGS Principes d organisation 1. Cohorting des porteurs d'erv - ERV + dans un seul service --> cohorting dans ce service - ERV + dans plusieurs services de la même discipline --> cohorting dans un seul service de la discipline - ERV+ dans plusieurs services de plusieurs disciplines --> désignation d'un service de cohorting dans chaque discipline 2. Cohorting des contacts : - dans le service où ils ont été identifiés CHU_Hôpitaux de Rouen - page 10

11 Mesures prévues au CHU de Rouen en cas d épidémie validées en CME lundi 16 mars 2009 Dans les 24 heures Réunir une cellule de crise restreinte (CME, CLIN, Direction) Définir le traitement antibiotique le plus adapté en cas d'infection par cette souche (bactériologistes + infectiologues) Informer la CME, le CLIN (y compris représentant des usagers), et la Direction Générale le CCLIN, la DDASS (signalement) et l'arlin la communauté hospitalière : médecins, cadres, information spécifique aux correspondants en hygiène médicaux et paramédicaux, kinés, radiologie, brancardier, les écoles le SAMU les établissements de santé de la région : réseau Coclinnor et ARLIN, les praticiens en hygiène et les Présidents de CLIN de la région Dans les 2-3 jours suivants Discuter la nécessité d'informer les médecins libéraux (par quel moyen?) et les EHPAD - Préparer un communiqué de presse CHU_Hôpitaux de Rouen - page 11

12 Alerte : Découverte en octobre 2010 d un cas ERV+ en Néphrologie EOH et CLIN informés le 06 octobre à 12h00 de l existence d un prélèvement d urine positif avec un probable ERG chez une patiente de Néphrologie. Il s agit d une jeune malade, autonome, en attente de greffe rénale hospitalisée très récemment (16 28 septembre) en réanimation à New York hospitalisée en Néphrologie A depuis le 29 septembre pour prise en charge et bilan avant éventuelle greffe «donneur vivant» (sa mère, hospitalisée avec elle). La patiente est en dialyse péritonéale. Elle a bénéficié de 2 séances d hémodialyse (dans le secteur de dialyse) les 2 et 5 octobre. CHU_Hôpitaux de Rouen - page 12

13 Réunion N 1 : 06/10/ h00 Réunion N 1 CLIN-EOH-Bactériologie-Equipe de Néphrologie en Néphrologie Précautions contact pour le cas index + sa mère Visite de l équipe d hygiène en néphrologie Rappel : isolement contact Renforcement de l hygiène des mains pour tous les malades Efficacité SHA Répondre aux questions des professionnels de santé Décision des conduites à tenir à l équipe médicale Examens complémentaires prévus dans autres établissements Décisions : Personnel dédié pour la patiente Cohorting en néphrologie et arrêt des admissions Dépistage (écouvillonnage) et précautions contact pour les contacts Patients hospitalisés en néphrologie et ceux transférés dans d autres services Patients dialysés ayant été pris en charge en même temps que le cas index Info des établissements extérieurs ayant reçu des contacts Information Direction Générale CME Direction des Soins Signalement à l ARS et CCLIN CHU_Hôpitaux de Rouen - page 13

14 Réunion N 2 : 7/10/2010 CLIN-EOH- équipe Néphrologie en Néphrologie Circuit de soins pour les deux unités regroupement des patients contacts dans une des deux unités fermeture de l autre unité aux admissions (sauf urgences) jusqu à «évacuation» des contacts Objectif : une unité «contacts», une unité «propre» Circuit de soins pour la dialyse Transfert des lits d hôpital de jour dans le service d Endocrinologie Poursuite de l activité de greffe et des admissions pour le suivi des transplantés Avis infectiologie Information de la patiente Information des urgences, du pôle, et des réanimations Information service ambulanciers du CHU CHU_Hôpitaux de Rouen - page 14

15 Réunion N 3 : 8/10/2010 EOH-CLIN-Néphrologie-Pôle-Bactériologie Infectiologie- Médecine du Travail-CHSCT- CME-Direction des Soins- Direction Générale-ARLIN-ARS À la Direction Générale Bilan de la situation 27 contacts négatifs au 1er prélèvement Nb de contacts à dépister (74) Information des contacts sortis et des médecins traitants Organisation du dépistage en néphrologie programmation autres PREC (J0,J7,J14) Consultation (pièce dédiée, renforcement de l équipe IDE par redéploiement) Séance dialyse Validation du dossier avec CCLIN ARS DG DS et CME CHU_Hôpitaux de Rouen - page 15

16 Réunion N 4 : 15/10/2010 Les mêmes À la Direction Générale Bilan de la situation 60 contacts négatifs (80%) Réouverture de l unité «propre» le 11 octobre 2010 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 16

17 Réunion N 5 : 22/10/2010 CLIN EOH-Equipe de Néphrologie en Néphrologie Réouverture des deux unités (tous contacts négatifs) Cas index toujours hospitalisée avec personnel dédié (sortie le même jour) Discussion entre l IDE Hygiéniste et le cadre avec le cas index (jour de sa sortie) importance de se signaler si ré hospitalisation renforcement HDM, Efficacité SHA Audit hygiène des mains Unité néphrologie et Secteur d hémodialyse Restitution résultat audit, Mesures correctrices proposées Rappel recommandations nationales, évaluation des pratiques Décision de mesures allégées en raison de l autonomie en cas de ré hospitalisation CHU_Hôpitaux de Rouen - page 17

18 Le 09/11/2010 Ré hospitalisation en Maladies Infectieuses puis Néphrologie Rappel CAT : accueil urgence entrée directe MIT HDM +++ Procédure d entretien des DM (brancard.) Rappel CAT dès son entrée en MIT Isolement contact dès son arrivée Renforcement hygiène des mains Rappel procédure d entretien de la chambre à sa sortie CHU_Hôpitaux de Rouen - page 18

19 Conclusion : Cet épisode nous a permis de valider notre gestion «alerte ERV» Attention dépistage ERG systématique et mesures contact pour tous les malades venant d une autre région ou autre pays+++ Problème particulier de la gestion de contacts dans une cohorte «captive» (hémodialysés, tranplantés, ) Risque de perte de chance à prendre en compte Coordination DG DS CME CLIN Implication et investissement de l équipe de Néphrologie, solidarité du pôle Implication de la Direction pour financer le personnel dédié Conséquences organisationnelles pour l établissement à ne pas sous évaluer Coût important Responsabilité du CLIN pour adapter les recommandations à la pratique Bilan positif de l hygiène des mains CHU_Hôpitaux de Rouen - page 19

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf.

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. L INFIRMIÈRE D HIER À. . AUJOURD HUI OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION

DOCUMENT D ORIENTATION DOCUMENT D ORIENTATION DECLINAISON RÉGIONALE DU PLAN STRATÉGIQUE NATIONAL 2009 2013 DE PRÉVENTION DES INFECTIONS LIÉES AUX SOINS En collaboration avec le CCLIN Paris Nord - Antenne régionale SOMMAIRE 1.ETAT

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS

Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS Présentation du service / 154 lits HC Impact des organisations et de l architecture dans

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien

Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : exemple du CH Annecy Genevois 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien Présentation du CH Annecy

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives CAMUS Céline, TEQUI B., VANSTEENE D., LE GAL AL., BRETHE N., BARBAROT V. Institut de Cancérologie de l Ouest Site Nantes SF2H

Plus en détail

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR XXIIème Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hospitalière Evaluation médicale Hôpital San Salvadour Audit de connaissance en hygiène hospitalière

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale Comité de pilotage M Bordier, CHU Reims V Bussy-Malgrange, Resclin-Champagne-Ardenne G. Calmet, cabinet radiologie Saint Remi, Reims O Toubas, chef de pôle imagerie,

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 Maladies infectieuses Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE,

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE. Année 2008

RAPPORT D ACTIVITE. Année 2008 Champagne-Ardenne RAPPORT D ACTIVITE Année 2008 Antenne régionale du CClin-Est Validé par le comité d orientation* le 27 janvier 2009 Approuvé par les membres du comité de surveillance : - le directeur

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH?

Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH? Renforcement des EOH : quel ratio selon l'activité des établissements? quelle formation pour les EOH? Joseph Hajjar et Pierre Parneix pour le groupe de réflexion de la SF2H Décret du 12 novembre 2010 De

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Sommaire. Programme régional de lutte contre les infections associées aux soins en Haute-Normandie 2010-2013. Préambule 3

Sommaire. Programme régional de lutte contre les infections associées aux soins en Haute-Normandie 2010-2013. Préambule 3 Sommaire Programme régional de lutte contre les infections associées aux soins en Haute-Normandie 2010-2013 Préambule 3 1 Introduction 6 1.1 Notion d infections associées aux soins (IAS) 6 1.2 Plan stratégique

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d

Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l par l utilisation d un d probiotique? Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Clermont-Ferrand PLAN Problématique Généralités sur les

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Bruno Coignard pour les équipes d investigation Grippe A(H1N1) Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

Gestion d une épidémie (ICD) Le(s) rôle(s) d une Arlin. Dr Nicolas Rouzic Arlin Bretagne CHRU de Brest

Gestion d une épidémie (ICD) Le(s) rôle(s) d une Arlin. Dr Nicolas Rouzic Arlin Bretagne CHRU de Brest Gestion d une épidémie (ICD) Le(s) rôle(s) d une Arlin Dr Nicolas Rouzic Arlin Bretagne CHRU de Brest L équipe Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Basée au CHRU de Brest (UF)

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

PRIORITE REGIONALE 2013

PRIORITE REGIONALE 2013 PRIORITE REGIONALE 2013 Prévention de la diffusion des Bactéries MultiRésistantes et Bactéries Hautement Résistantes dans les Établissements de Santé et les EHPAD JANVIER-MARS 2013 PROTOCOLE des ENQUÊTES

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs FOREMS 2015 «8 ème journée régionale de formation en hygiène et prévention des infections des soignants en EHPAD et EMS Présentation des intervenants et modérateurs Nizar ASSAF Praticien attaché dans le

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

2 ème journée Régionale ACLIAS /ARLIN Corse. 27 avril 2012 Borgo ACLIAS ARLIN

2 ème journée Régionale ACLIAS /ARLIN Corse. 27 avril 2012 Borgo ACLIAS ARLIN 2 ème journée Régionale ACLIAS /ARLIN Corse 27 avril 2012 Borgo ACLIAS ARLIN 1 NosoB@se 27 avril 2012 Borgo ACLIAS ARLIN 2 Bilan standardisé Les nouveaux indicateurs (ICALIN2, ICA-BMR, ICAL-ISO ) sont

Plus en détail

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Dr Karine Wyndels, Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en Région

Plus en détail

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Patrice BLONDEL Colette BRUNEL H. HAOUCHINE I. DECASTRO P. BOISTARD Centre Hospitalier de SAINT-DENIS Hôpital DELAFONTAINE : - Court séjour M.C.O.

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES JOURNÉE RÉGIONALE DE FORMATION EN HYGIÈNE HOSPITALIÈRE Lorient Mercredi 27 mars 2013 TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Actualités & perspectives Dr Grégory EMERY Bureau Qualité et sécurité des

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Dr Lelimouzin Médecin Hygiéniste 13-14 Octobre 2011 Journées d'hygiène de Brest - ARLIN Bretagne 1 Le CHBA VANNES 2010 AURAY Capacité

Plus en détail

Organisation de la prévention et la maitrise du risque infectieux dans les établissements médico-sociaux en Franche-Comté

Organisation de la prévention et la maitrise du risque infectieux dans les établissements médico-sociaux en Franche-Comté Organisation de la prévention et la maitrise du risue infectieux dans les établissements médico-sociaux en Franche-Comté Contexte (1) Démographie : Espérance de vie augmente chaue année : En 213 Nombre

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail