Infections nosocomiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections nosocomiales"

Transcription

1 Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions de cathéters centraux (CC) sont posés chaque année. Environ bactériémies surviennent annuellement chez des patients hospitalisés, dont près de 90 % sont liées aux cathéters, avec une mortalité de 14 % et une morbidité attribuée de 19 %. Les nouvelles recommandations, qui viennent d être finalisées sous l égide du National Institute of Health (NIH), seront publiées en Elles étaient présentées par N. O Grady (Bethesda, États-Unis, symposium K 40), qui a rappelé qu elles venaient actualiser les recommandations précédentes (1996) des Centers for Disease Control, compte tenu des nombreux changements intervenus à ce sujet depuis cinq ans. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

2 I C A A C Ces recommandations, élaborées par un groupe d experts, sont classées comme suit : : recommandation forte supportée par plusieurs études expérimentales, cliniques ou épidémiologiques de valeur ; IB : recommandation forte supportée par quelques études expérimentales, cliniques ou épidémiologiques de valeur et par un rationnel théorique fort ; II : suggestion supportée par des études cliniques ou épidémiologiques suggestives ou par un rationnel théorique fort. Enfin, la dernière catégorie correspond à une question non résolue. Les principales recommandations sont résumées dans le tableau XXV. Plusieurs points n ont pas été abordés lors de cette présentation en avant-première, notamment le lavage des mains de type chirurgical avant la pose d un cathéter central, qui doit probablement être considéré comme un acquis. Il sera intéressant d analyser le texte publié, pour voir si le groupe d experts a émis des recommandations sur certains points plus discutés : place de la tunnélisation, site d insertion, insertion par voie périphérique. Un des problèmes soulevés par ces recommandations est de savoir quel est le taux institutionnel acceptable d infection sur cathéter qu il faut viser : inférieur à la moyenne nationale ou zéro? Enfin, le fait que les éponges imprégnées de chlorhexidine (Biopatch ) n aient pas été retenues, alors que ce dispositif avait donné lieu l année dernière (ICAAC 2000) à la présentation de résultats positifs impressionnants (mais non encore publiés), suggère que les données ne sont pas suffisantes à ce jour pour recommander cette procédure (effets indésirables, confirmation?). QUEL EST LE RISQUE D INFECTION SUR CATHÉTER VEINEUX CENTRAL INSÉRÉ PAR VOIE PÉRIPHÉRIQUE (CVCIVP) DE COURTE DURÉE CHEZ DES PATIENTS HOSPITALISÉS? Une étude présentée par N. Safdar et D.G. Maki (Madison, États-Unis, abstract K 1434) tente de répondre à cette question en exploitant les données concernant les CVCIVP de courte durée extraites de deux autres études qui concernaient plus généralement des cathéters veineux centraux et artériels. La première étudiait l impact sur la colonisation et l infection d une éponge imprégnée de chlorhexidine au site d insertion cutanée du cathéter, tandis que la deuxième comparait l impact de deux solutions antiseptiques pour la désinfection cutanée Recommandation avant la pose et lors des pansements des cathéters. Les auteurs ont ainsi colligé prospectivement 251 CVCIVP de courte durée, tous insérés par des médecins radiologues durant la période La durée moyenne de cathétérisation était de 11,3 ± 19,8 jours pour un total de CVCIVP-jours. Les patients étaient sous ventilation mécanique dans 49 % des cas, et 42 % d entre eux avaient fait un séjour en réanimation. Au total, 6 bactériémies sur CVCIVP ont été colligées (5 cas de staphylocoque à coagulase négative et un cas de Klebsiella pneumoniae), soit un taux de 2,1 pour jours-cathéters. Les auteurs concluent que ce taux est finalement assez comparable au taux d infection sur cathéters veineux centraux de courte durée posés par voie conventionnelle, estimé à partir des études prospectives récentes autour de 2,3 pour cathéters-jours. Cette technique d insertion, qui semble beaucoup plus utilisée aux États-Unis qu en France (chez l adulte du moins), doit donc être étudiée soigneusement (études randomisées) avant d être validée dans le contexte d un cathétérisme veineux central de courte durée chez des patients hospitalisés. VALEUR DES CATHÉTERS VEINEUX CENTRAUX INSÉRÉS PAR VOIE PÉRIPHÉRIQUE DE LONGUE DURÉE CHEZ DES PATIENTS CANCÉREUX SOUVENT TRAITÉS EN AMBULATOIRE Cette étude, présentée par H.A. Hanna et al. (Houston, États-Unis, abstract K 2045), de l équipe de I.I. Raad, vient compléter l étude précédente dans une population différente. Les auteurs ont colligé prospectivement dans leur centre de cancérologie cathéters veineux centraux insérés de 1988 à 1996 chez des patients adultes. Parmi ces cathéters, étaient évaluables, dont CVCIVP. Les principales données sont décrites dans le tableau XXVI. Le risque infectieux dans ce contexte est donc beaucoup plus faible que dans le contexte d un cathétérisme veineux central de courte durée chez un patient hospitalisé (voir abstract K 1434). Il s agit donc d une alternative satisfaisante et moins coûteuse que les deux autres techniques, qui sont néanmoins grevées d un risque infectieux statistiquement inférieur, notamment les chambres implantables. Force Éducation et formation à la prévention des infections sur cathéter de l ensemble de l équipe soignante (insertion et entretien des cathéters) Antisepsie cutanée avant la pose du cathéter : préférer la chlorhexidine (2 %). Si nécessaire, peuvent être ensuite utilisés : dérivés iodés (type Betadine ) ou alcool à 60 degrés Utiliser lors de la pose (ou du changement sur guide) d un cathéter des précautions d asepsie maximales comprenant un masque, une charlotte, une blouse stérile, des gants stériles et un large champ opératoire stérile Il n est pas recommandé de remplacer systématiquement les cathéters centraux Intérêt des éponges imprégnées de chlorhexidine applicables autour de l orifice de pénétration cutanée du cathéter central (Biopatch ) Les cathéters centraux imprégnés d antiseptique ou d antibiotique sont conseillés en cas de durée prévisible du cathéter supérieure à 5 jours et si le taux d infection sur cathéter dans l unité concernée reste supérieur à un taux fixé préalablement par les institutions (en tenant compte des paramètres locaux), cela malgré la mise en place effective d une procédure comprenant au moins les trois premières recommandations de ce tableau IB Question non résolue IB Tableau XXV. Prévention des infections sur cathéter : recommandations nordaméricaines La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars 2002

3 Paramètre CVCIVP Chambre implantable CVC tunnélisé Groupe 1 (G1) Groupe 2 (G2) Groupe 3 (G3) Nombre de cathéters Nombre de cathéters-jours Taux de bactériémie sur cathéter 0,065/1 000 cathéters-jours 0,0074/1 000 cathéters-jours 0,042/1 000 cathéters-jours (G1 versus G2 : p < 0,0001) (G1 versus G3 : p < 0,004) Durée moyenne 117,0 ± 1,5 j 449,8 ± 8,5 j 300,0 ± 10,7 j Coût d une insertion 582 $ $ $ Tableau XXVI. Cathéters veineux centraux de longue durée en cancérologie. L INFLAMMATION AU SITE D INSERTION DU CATHÉTER EST-ELLE PRÉDICTIVE DE L INFECTION SUR CATHÉTER? À nouveau, N. Safdar et D.G. Maki (Madison, États-Unis, abstract K 1433), ont additionné les deux études citées précédemment et ont ainsi colligé cathéters veineux centraux, posés chez patients, soit cathéters-jours (abstract K 1433). L inflammation au site d insertion était évaluée quotidiennement par des infirmières de recherche clinique en quantifiant l érythème (0 à 2), la chaleur, la douleur et la purulence (0 ou 1 pour chacun de ces trois signes), soit, après addition, un score possible de 0 à 5. Le taux de cathéters colonisés était de 26,3%, et 35 cas de bactériémie sur cathéter ont été rapportés (2,7% soit 5,9 pour 1000 cathéters-jours). Il s agissait de staphylocoque à coagulase négative dans 27 cas, d entérocoque dans 4 cas et de germes divers dans 4 cas. Concernant le score de l inflammation, il n y avait aucune différence entre les cathéters à l origine d infection (score moyen à 0,2 ± 0,4), les cathéters colonisés (0,1 ± 0,1) et les cathéters non colonisés (0,1 ± 0,1). Les auteurs en concluent donc que l inflammation au site d insertion n a plus actuellement aucune valeur prédictive de l infection sur cathéter. Cela serait lié à la nette prédominance de staphylocoque à coagulase négative (stimulant moins l inflammation que le staphylocoque doré) et par la fréquence plus élevée de l infection par voie endoluminale Mais ils ne discutent pas le fait que la moitié de leur effectif provient de l étude Biopatch, qui évalue l impact d une éponge imprégnée de chlorhexidine placée au site d insertion du cathéter sur la colonisation et l infection liée au cathéter! On peut donc penser que, dans ces conditions, les paramètres d inflammation sont d interprétation difficile. Ce biais impose la prudence quant aux conclusions de ce travail. PERSPECTIVES CONCERNANT LES CATHÉTERS : LE TRIMÉTHADINE? H.A. Hanna et al. de l équipe de I.I. Raad (Houston, États- Unis, abstract K 1459), ont présenté les premières données expérimentales (in vitro) concernant un nouvel antiseptique capable d imprégner durablement différents polymères : le triméthadine. Des cathéters veineux centraux, des sondes urinaires et des sondes d intubation ont été expérimentalement imprégnés (faces externe et interne) par cet antiseptique, puis l activité inhibitrice de ces différents matériaux imprégnés a été testée vis-à-vis de différents micro-organismes (tableau XXVII), selon la méthode modifiée de Kirby-Bauer. L activité inhibitrice de ces matériaux imprégnés de triméthadine s est révélée particulièrement prolongée : 21 jours dans le sérum pour les cathéters imprégnés alors que le cathéter Arrow Gard Plus (chlorhexidine/sulfadiazine) est totalement inactif au bout de 14 jours (p < 0,004) ; 56 jours dans les urines pour les sondes urinaires imprégnées, et enfin 77 jours dans du liquide alvéolaire pour les sondes d intubation! En conclusion, ces données préliminaires sont très prometteuses : facilité d imprégnation sur les faces externe et interne de différents polymères, très large spectre antibactérien et durée d action très prolongée. Elles suggèrent donc une probable bonne efficacité clinique, qui devrait être étudiée rapidement. Dans ce contexte, se pose évidemment la question de la toxicité du triméthadine. I.I. Raad n avait pas de données à ce sujet, mais pensait que, compte tenu de la durée d action prolongée, la quantité de triméthadine libérée dans la circulation générale devait être très faible, ce qui rendait le risque d effets indésirables minime. À confirmer in vivo! CONTRE LE BIOFILM, UNE ALGUE BIEN SYMPATHIQUE! Dans le cadre des stratégies anti-biofilm pour lutter contre les infections sur cathéter, J.W. Costerton (Bozeman, États-Unis, symposium K 40, communication 426) a présenté quelques données préliminaires et purement expérimentales sur une molécule de la famille des furanones halogénées extraite d une algue marine nommée Delisea pulchra, qui a la propriété de ne pas donner d adhérence au biofilm. Après avoir imprégné des polymères utilisés pour fabriquer les cathéters par cette molécule, la quantité de biofilm adhérent aux polymères au bout de 5 mois était très faible. Les applications potentielles sont en cours de développement. Matériel Polymère SARM Zone d inhibition (mm) Pseudomonas aeruginosa Candida parapsilosis Sonde d intubation Polyvinylchloride Cathéter veineux central Polyuréthane Sonde urinaire Silicone SARM : Staphylococcus aureus résistant à la méticilline. Tableau XXVII. Activité inhibitrice de différents matériaux imprégnés de triméthadine. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

4 I C A A C POSITION SEMI-ASSISE ET PNEUMONIES NOSOCOMLES À la suite du travail de l équipe de A. Torres (Lancet 1999 ; 354 : ), qui montrait que la position semi-assise (45 ) réduisait le taux de pneumonies nosocomiales acquises sous ventilation mécanique, l équipe de M. Bonten a cherché à confirmer ces résultats. L étude présentée par C. van Nieuwenhoven et al. (Maastricht, Pays-Bas, abstract K 1474) est prospective, randomisée et multicentrique. Tous les patients chez qui on prévoit une ventilation mécanique supérieure à 48 heures, et qui peuvent tolérer une position semi-assise à 45, sont tirés au sort dans le groupe couché (10 ) ou dans le groupe semi-assis (45 ). Le degré de relèvement est monitoré en continu durant la première semaine de ventilation mécanique. En cas de suspicion clinique de pneumonie nosocomiale, un lavage broncho-alvéolaire (LBA) est réalisé, et le diagnostic est retenu si la culture du LBA est supérieure à 10 4 colonies formant unité/ml. Les principales données sont rapportées dans le tableau XXVIII. Les autres paramètres, tels que le nombre d antibiotiques, le nombre de jours sous antibiotiques, la nutrition entérale, la prophylaxie antiulcéreuse et le nombre de jours sous sédation, n étaient pas significativement différents entre les deux groupes. Cette étude (n = 221 ; analyse en intention de traiter) ne trouve pas d effet bénéfique de la position semiassise sur le taux de pneumonie acquise sous ventilation, à la différence de l étude du Lancet (n = 86 ; arrêt de l étude lors de l analyse intermédiaire). Elle vient donc nuancer l enthousiasme de l étude princeps. Mais la principale critique réside dans le fait que la position semi-assise, qui devait être d environ 45, ne s est avérée en pratique que de 25 en moyenne, soit environ 12 de plus que la position couchée (tableau XXVIII). Même si cette différence est significative, ces deux positions ne semblent pas si différentes, ce qui explique peutêtre l absence d effets sur le taux de pneumonies nosocomiales. Attendons la publication définitive! PNEUMONIE NOSOCOMLE CHEZ LES PATIENTS NON VENTILÉS Très peu de données sont disponibles dans la littérature sur ce sujet. L étude présentée par N. Sopena et al. (Badolona, Espagne, abstract K 1127) est prospective et multicentrique (12 hôpitaux espagnols). Sur la période d avril 1999 à novembre 2000, tous les patients qui n étaient pas en réanimation ont été évalués par un médecin d étude clinique par période d une semaine tous les deux mois (11 périodes)! Les patients adultes étaient détectés sur la base d anomalies radiologiques et/ou d une fièvre. Étaient ensuite inclus les patients qui présentaient les critères clinicobiologiques et radiologiques classiques de pneumonie et qui étaient hospitalisés depuis au moins 72 heures. Les diagnostics microbiologiques reposaient sur les hémocultures, les ponctions pleurales, les antigènes urinaires de Legionella pneumophila, les examens des crachats ou les prélèvements sous fibroscopie. Les étiologies etaient ensuite classées comme certaines (par exemple, hémoculture positive à pneumocoque) ou possibles (culture d un crachat positive avec un seul micro-organisme et concordance entre la culture et l examen direct du crachat après coloration de Gram). Au total, 183 patients ont été colligés, dont 157 cas complètement documentés, soit une prévalence moyenne d environ 3 cas pour admissions. La majorité des patients étaient des hommes (70 %), d âge moyen 63 ans, hospitalisés en médecine (64 %), porteurs de pathologies sous-jacentes (65 %, en majorité des cancers) et hospitalisés depuis plus de 5 jours. Dans la quasitotalité des cas, la méthode diagnostique n était pas invasive. Seuls 4 prélèvements sous fibroscopie ont été réalisés. Le diagnostic étiologique a pu être posé dans 56 cas (36 %) : définitif dans 28 cas et considéré comme possible dans 28 cas. Il s agissait surtout de pneumocoques (16 cas), mais aussi de légionelles (7 cas), de Aspergillus (7 cas), de Pseudomonas aeruginosa (6 cas) et de Acinetobacter (5 cas). La mortalité globale de ces 157 patients était de 26 % pour une mortalité attribuée directement à la pneumonie nosocomiale de 14 %. Cette étude lourde dans sa méthodologie a le mérite de s attaquer à un problème méconnu, et illustre bien les problèmes de ce type de diagnostic dans le contexte d un patient hospitalisé en médecine : pertinence du caractère nosocomial, difficulté du diagnostic étiologique, nombreux diagnostics différentiels, difficultés de l antibiothérapie initiale. L auteur ne fournissait d ailleurs aucune donnée sur l adéquation initiale du traitement. INFECTIONS NOSOCOMLES : PERTINENCE DU SUIVI APRÈS LA SORTIE DE RÉANIMATION? Afin de tenter de répondre à cette question, S. Hugonnet et al. (Genève, Suisse, abstract K 1128), de l équipe de D. Pittet, ont présenté une étude originale où tous les patients hospitalisés pendant plus de 48 heures dans leur unité de réanimation (octobre 1995-décembre 1997) ont été suivis durant leur séjour Paramètre Position couchée Position semi-assise p (n = 109) (n = 112) Âge moyen ± SD (ans) 63,0 ± 16,0 64,8 ± 13,8 NS APACHE II moyen ± SD 24,9 ± 7,6 25,6 ± 7,7 NS Durée ventilation, médiane (extrêmes) 6 j (0-64 j) 6 j (0-281 j) NS Hospitalisation en réanimation, médiane (extrêmes ) 10 j (0-91 j) 9 j (0-281 j) NS Relèvement moyen durant la 1 re semaine ± SD 12,5 ± 6,1 25,1 ± 9,7 < 0,05 Nombre de pneumonies acquises sous ventilation 8 (7,3 %) 13 (11,6 %) NS Mortalité 30 % 29 % NS SD : déviation standard ; j : jours ; NS : non significatif. Tableau XXVIII. Position couchée versus position semi-assise chez les patients ventilés plus de 48 heures. 72 La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars 2002

5 en réanimation, puis pendant 5 jours après leur sortie. Il s agissait de patients ayant une durée médiane d hospitalisation en réanimation de 5 jours, ce qui représentait une surveillance de jours-patients en réanimation et jours-patients après leur sortie de réanimation. Au total, 554 infections nosocomiales (chez 281 patients) ont été colligées durant la surveillance, dont 31 épisodes (5,6 %) durant la période hors réanimation (bactériémie 2,6 %, infection de cathéter 5,3 %, pneumonie 3,8 %, infection urinaire 8,1 %, infection cutanée 12,9 %, divers 3,3 %). En analyse multivariée, le fait d être porteur d une voie veineuse centrale était prédictif de l acquisition d une infection après la sortie de réanimation. En pratique, si la surveillance s était limitée aux patients porteurs d une voie centrale, 554 patients (62 %) sur les 889 survivants après leur séjour en réanimation auraient dû être surveillés pendant 5 jours et, dans ce cas seulement, une infection aurait alors été omise durant la période post-réanimation. Dans la limite d une population étudiée de réanimation purement médicale, cette étude illustre clairement la faible fréquence des épisodes nosocomiaux survenant après la sortie de réanimation. Compte tenu de la charge de travail et du coût d une surveillance complète, une stratégie de surveillance ciblant une population à risque (telle que les patients porteurs de voie centrale) semble être une alternative satisfaisante. F.B. QUELQUES LEÇONS À TIRER DE L ANALYSE DES ÉPIDÉMIES Faites appel aux plombiers de l hôpital pour stopper une épidémie à P. aeruginosa! Comme l ont expliqué M.H. Nicolas- Chanoine et al. (Boulogne-Billancourt, abstract K 476), c est cette mesure qui a permis d éradiquer définitivement une souche épidémique de P. aeruginosa résistante à l imipénème, dont le réservoir était les bras morts servant de sécurité contre les excès de pression dans la partie terminale de la tuyauterie qui alimentait l eau de la réanimation médicale située au troisième étage. Les cultures de l eau prélevée de cette canalisation au deuxième étage étaient demeurées négatives, alors qu elle était intensément contaminée (100 UFC/ml d eau) dans deux (bleue et violette) des trois unités de la réanimation médicale. La mesure radicale a consisté à supprimer ces bras morts et à installer un nouveau système pour faire face aux excès de pression. Six patients ont été concernés par la souche épidémique. Le premier, qui avait été hospitalisé en octobre 2000 dans l unité bleue, n avait eu qu une contamination nasale, tandis que le deuxième, hospitalisé en novembre 2000 dans cette même unité, n a été découvert porteur de la souche (infection pulmonaire) que 8 jours après son transfert dans le service de pneumologie. Les patients 1 et 2 n avaient pas eu de séjour commun. Les quatre derniers patients hospitalisés concomitamment en novembre et décembre 2000 en réanimation médicale, trois dans l unité bleue et un dans l unité violette, ont été détectés porteurs de la souche trois fois dans les prélèvements respiratoires et une fois dans un écouvillonnage nasal. Le changement de tuyauterie et la désinfection mensuelle de cette tuyauterie ont permis d éradiquer la souche, tant dans l eau que chez les patients. M.H.N.C. Une présentation de A.F. Widmer et al. (Bâle, Suisse, abstract K 479) a rapporté une épidémie de Escherichia coli producteur de bêtalactamase à spectre élargi (BLSE) dans un service de néonatologie. Le cas index était une femme enceinte chez qui avait été isolé des urines un E. coli producteur de BLSE, deux jours après l accouchement de jumeaux. Ce microorganisme a ensuite été transmis de manière verticale de la mère à ces jumeaux, puis de manière horizontale des jumeaux à trois autres nouveau-nés, et ce malgré l isolation des premiers cas. Parmi les 31 soignants dépistés, 2 (6,5 %) se sont révélés porteurs du même micro-organisme. L ensemble des prélèvements environnementaux étaient négatifs, et l épidémie a été rapidement contrôlée. Cet exemple illustre bien que la diffusion épidémique peut aussi se faire sur un mode vertical. Y. Glupczynski et al. (Bruxelles, Belgique, abstract K 477) présentaient l analyse d une épidémie de Serratia marcescens dépistée en mars 2000 chez 11 patients hospitalisés dans différentes unités d un hôpital (8 infections des voies aériennes basses, 2 infections de plaie opératoire et une bactériémie). L analyse multivariée a mis en évidence les facteurs de risque suivants : hospitalisation en pneumologie (p = 0,013), chirurgie cardiaque (p = 0,016), kinésithérapie respiratoire (p = 0,024) et utilisation d aérosols (p = 0,018). La même souche de Serratia a été alors mise en évidence comme un contaminant des flacons de sérum physiologique qui servaient à préparer les aérosols, alors qu aucun des membres du personnel soignant ne s est révélé porteur (mains). La contamination des flacons de solutés est bien connue ; en revanche, cette étude illustre un mode de diffusion original, qui passe probablement par les aérosols! Enfin, une étude présentée par C. Arpin et al. (Bordeaux, abstract K 475) a rapporté une épidémie de bactériémie à Bacteroides fragilis : 4 cas survenus sur une période de 12 jours, dont 2 cas après la pose d une chambre implantable. Le mécanisme le plus probable semblait en rapport avec la contamination d un rouleau de pansement adhésif qui était utilisé à la fois pour la chirurgie digestive et la chirurgie propre. F.B. INFECTIONS À LÉGIONELLES CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT L originalité de l épidémie de légionellose nosocomiale rapportée par M. Tercelj (Ljubljana, Slovénie, abstract K 1436) est d avoir touché essentiellement des membres du personnel soignant (41 cas) plutôt que les malades hospitalisés (7 cas). L enquête épidémiologique a permis de montrer que la source de contamination était un point d eau chaude en relation avec un bras mort contaminé par Legionella pneumophila sérogroupe 1. L utilisation de ce point d eau générait des aérosols dans sa périphérie immédiate associés à un taux d humidité relative de l air localement très élevé (85 %). Les sujets ayant développé une légionellose avaient passé au moins 30 minutes dans une zone de deux mètres autour du point d eau. En tout, 41 membres du personnel exposé sur 71 ont développé l infection, ainsi que 7 patients mobiles sur 7 ayant séjourné à proximité de la source de contamination. En revanche, aucun des 94 patients alités dans la même unité, mais à distance du point d eau, n a développé d infection. E.C. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections Description brève du projet Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et Direction des risques biologiques et de la santé au travail Association québécoise d établissements de santé et

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

Infections sur cathéters vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation Médicale et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59200

Infections sur cathéters vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation Médicale et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59200 Infections sur cathéters vasculaires O. Leroy Service de Réanimation Médicale et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59200 Sommaire: Physiopathologie - Définition - Diagnostic Incidence Bactériologie Facteurs

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme Séminaire de perfectionnement sur l'infection nosocomiale 4 novembre 2011 Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique N. Frebourg Bactériologie - CHU Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Chambre implantable Principe CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2 Contextes multiples

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté?

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Formation Prévention des infections associées aux soins Dr Emilie Poirier ARLIN Lorraine Le «Risque Patient» Susceptibilité à l infection

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC Soins d hygiène D. GRAU, S. BOMMART, S PARER, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier E. BOUDOT, ARLIN Languedoc Roussillon Septembre

Plus en détail

Prévention des infections sur matériel orthopédique

Prévention des infections sur matériel orthopédique Prévention des infections sur matériel orthopédique Philippe Berthelot Unité d hygiène inter-hospitalière, service des maladies infectieuses CHU de Saint-Etienne Structures (1) : secteur hospitalisation

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Introduction Plan Introduction aux IAS C est quoi une IAS? Définitions Depuis quand sont-elles connues? Un peu d histoire Pourquoi faut-il s en préoccuper? Conséquences

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables Contexte 1/3 2005 Fiche technique pour la pose des CCI Contexte 2/3 2005 Fiche de Reco. pour la prévention du RI associé aux manipulations

Plus en détail

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO Le PICC Line = Peripheral Inserted Central Cathéter Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO PLAN INTRODUCTION Définition Historique PRINCIPES DE BASE Indications Contre-indications Technique Entretien

Plus en détail

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres)

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) Source ENP 2006 14, 2 % des infections nosocomiales 3 ème position DEFINITION INFECTION NOSOCOMIALE = IAS PROVOQUEE PAR UN MICRO-ORGANISME D ORIGINE IATROGENE

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales

Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales» Rémy Gauzit (pour le groupe de travail) Unité de réanimation thoracique CHU Cochin - Paris V Comité des référentiels

Plus en détail

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux

Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Conduite à tenir devant une situation à risque infectieux Patrice BLONDEL Colette BRUNEL H. HAOUCHINE I. DECASTRO P. BOISTARD Centre Hospitalier de SAINT-DENIS Hôpital DELAFONTAINE : - Court séjour M.C.O.

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH Monica Attinger - Infirmière HPCI - SSP 26 avril 2012 - Clarens Eau potable : définition L eau qui, à l état naturel ou après traitement, convient à la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Faut-il dépister d les SARM? DU Anti-infectieux, 2009-2010 Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Qui se pose la question? Le clinicien? Le bactériologiste? Le pharmacien?

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES

ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES Hervé Dupont, Arnaud Friggeri, Elie Zogheib Pôle d Anesthésie-Réanimation, Centre Hospitalier Universitaire, Place Victor Pauchet, 80054 Amiens cedex, France

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales 23/04/2014 ROZALEN William L2 Agents infectieux, hygiène, aspects généraux Professeur P.E. Fournier Relecteur 2 6 pages Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Objectif ENC N 91. Infections nosocomiales. Définitions (2) ED du MIF correspondant à l'objectif n 91 : infections nosocomiales

Objectif ENC N 91. Infections nosocomiales. Définitions (2) ED du MIF correspondant à l'objectif n 91 : infections nosocomiales Objectif ENC N 91 Infections nosocomiales Reconnaître le caractère nosocomial d une infection Pr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Mldi Maladies if infectieuses i et tropicales CHU de Montpellier Savoir

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE STREPTOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des services

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

"Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic"

Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Thèse préparée sous la direction du Professeur C. Regamey "Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal

Plus en détail