Infections nosocomiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections nosocomiales"

Transcription

1 Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions de cathéters centraux (CC) sont posés chaque année. Environ bactériémies surviennent annuellement chez des patients hospitalisés, dont près de 90 % sont liées aux cathéters, avec une mortalité de 14 % et une morbidité attribuée de 19 %. Les nouvelles recommandations, qui viennent d être finalisées sous l égide du National Institute of Health (NIH), seront publiées en Elles étaient présentées par N. O Grady (Bethesda, États-Unis, symposium K 40), qui a rappelé qu elles venaient actualiser les recommandations précédentes (1996) des Centers for Disease Control, compte tenu des nombreux changements intervenus à ce sujet depuis cinq ans. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

2 I C A A C Ces recommandations, élaborées par un groupe d experts, sont classées comme suit : : recommandation forte supportée par plusieurs études expérimentales, cliniques ou épidémiologiques de valeur ; IB : recommandation forte supportée par quelques études expérimentales, cliniques ou épidémiologiques de valeur et par un rationnel théorique fort ; II : suggestion supportée par des études cliniques ou épidémiologiques suggestives ou par un rationnel théorique fort. Enfin, la dernière catégorie correspond à une question non résolue. Les principales recommandations sont résumées dans le tableau XXV. Plusieurs points n ont pas été abordés lors de cette présentation en avant-première, notamment le lavage des mains de type chirurgical avant la pose d un cathéter central, qui doit probablement être considéré comme un acquis. Il sera intéressant d analyser le texte publié, pour voir si le groupe d experts a émis des recommandations sur certains points plus discutés : place de la tunnélisation, site d insertion, insertion par voie périphérique. Un des problèmes soulevés par ces recommandations est de savoir quel est le taux institutionnel acceptable d infection sur cathéter qu il faut viser : inférieur à la moyenne nationale ou zéro? Enfin, le fait que les éponges imprégnées de chlorhexidine (Biopatch ) n aient pas été retenues, alors que ce dispositif avait donné lieu l année dernière (ICAAC 2000) à la présentation de résultats positifs impressionnants (mais non encore publiés), suggère que les données ne sont pas suffisantes à ce jour pour recommander cette procédure (effets indésirables, confirmation?). QUEL EST LE RISQUE D INFECTION SUR CATHÉTER VEINEUX CENTRAL INSÉRÉ PAR VOIE PÉRIPHÉRIQUE (CVCIVP) DE COURTE DURÉE CHEZ DES PATIENTS HOSPITALISÉS? Une étude présentée par N. Safdar et D.G. Maki (Madison, États-Unis, abstract K 1434) tente de répondre à cette question en exploitant les données concernant les CVCIVP de courte durée extraites de deux autres études qui concernaient plus généralement des cathéters veineux centraux et artériels. La première étudiait l impact sur la colonisation et l infection d une éponge imprégnée de chlorhexidine au site d insertion cutanée du cathéter, tandis que la deuxième comparait l impact de deux solutions antiseptiques pour la désinfection cutanée Recommandation avant la pose et lors des pansements des cathéters. Les auteurs ont ainsi colligé prospectivement 251 CVCIVP de courte durée, tous insérés par des médecins radiologues durant la période La durée moyenne de cathétérisation était de 11,3 ± 19,8 jours pour un total de CVCIVP-jours. Les patients étaient sous ventilation mécanique dans 49 % des cas, et 42 % d entre eux avaient fait un séjour en réanimation. Au total, 6 bactériémies sur CVCIVP ont été colligées (5 cas de staphylocoque à coagulase négative et un cas de Klebsiella pneumoniae), soit un taux de 2,1 pour jours-cathéters. Les auteurs concluent que ce taux est finalement assez comparable au taux d infection sur cathéters veineux centraux de courte durée posés par voie conventionnelle, estimé à partir des études prospectives récentes autour de 2,3 pour cathéters-jours. Cette technique d insertion, qui semble beaucoup plus utilisée aux États-Unis qu en France (chez l adulte du moins), doit donc être étudiée soigneusement (études randomisées) avant d être validée dans le contexte d un cathétérisme veineux central de courte durée chez des patients hospitalisés. VALEUR DES CATHÉTERS VEINEUX CENTRAUX INSÉRÉS PAR VOIE PÉRIPHÉRIQUE DE LONGUE DURÉE CHEZ DES PATIENTS CANCÉREUX SOUVENT TRAITÉS EN AMBULATOIRE Cette étude, présentée par H.A. Hanna et al. (Houston, États-Unis, abstract K 2045), de l équipe de I.I. Raad, vient compléter l étude précédente dans une population différente. Les auteurs ont colligé prospectivement dans leur centre de cancérologie cathéters veineux centraux insérés de 1988 à 1996 chez des patients adultes. Parmi ces cathéters, étaient évaluables, dont CVCIVP. Les principales données sont décrites dans le tableau XXVI. Le risque infectieux dans ce contexte est donc beaucoup plus faible que dans le contexte d un cathétérisme veineux central de courte durée chez un patient hospitalisé (voir abstract K 1434). Il s agit donc d une alternative satisfaisante et moins coûteuse que les deux autres techniques, qui sont néanmoins grevées d un risque infectieux statistiquement inférieur, notamment les chambres implantables. Force Éducation et formation à la prévention des infections sur cathéter de l ensemble de l équipe soignante (insertion et entretien des cathéters) Antisepsie cutanée avant la pose du cathéter : préférer la chlorhexidine (2 %). Si nécessaire, peuvent être ensuite utilisés : dérivés iodés (type Betadine ) ou alcool à 60 degrés Utiliser lors de la pose (ou du changement sur guide) d un cathéter des précautions d asepsie maximales comprenant un masque, une charlotte, une blouse stérile, des gants stériles et un large champ opératoire stérile Il n est pas recommandé de remplacer systématiquement les cathéters centraux Intérêt des éponges imprégnées de chlorhexidine applicables autour de l orifice de pénétration cutanée du cathéter central (Biopatch ) Les cathéters centraux imprégnés d antiseptique ou d antibiotique sont conseillés en cas de durée prévisible du cathéter supérieure à 5 jours et si le taux d infection sur cathéter dans l unité concernée reste supérieur à un taux fixé préalablement par les institutions (en tenant compte des paramètres locaux), cela malgré la mise en place effective d une procédure comprenant au moins les trois premières recommandations de ce tableau IB Question non résolue IB Tableau XXV. Prévention des infections sur cathéter : recommandations nordaméricaines La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars 2002

3 Paramètre CVCIVP Chambre implantable CVC tunnélisé Groupe 1 (G1) Groupe 2 (G2) Groupe 3 (G3) Nombre de cathéters Nombre de cathéters-jours Taux de bactériémie sur cathéter 0,065/1 000 cathéters-jours 0,0074/1 000 cathéters-jours 0,042/1 000 cathéters-jours (G1 versus G2 : p < 0,0001) (G1 versus G3 : p < 0,004) Durée moyenne 117,0 ± 1,5 j 449,8 ± 8,5 j 300,0 ± 10,7 j Coût d une insertion 582 $ $ $ Tableau XXVI. Cathéters veineux centraux de longue durée en cancérologie. L INFLAMMATION AU SITE D INSERTION DU CATHÉTER EST-ELLE PRÉDICTIVE DE L INFECTION SUR CATHÉTER? À nouveau, N. Safdar et D.G. Maki (Madison, États-Unis, abstract K 1433), ont additionné les deux études citées précédemment et ont ainsi colligé cathéters veineux centraux, posés chez patients, soit cathéters-jours (abstract K 1433). L inflammation au site d insertion était évaluée quotidiennement par des infirmières de recherche clinique en quantifiant l érythème (0 à 2), la chaleur, la douleur et la purulence (0 ou 1 pour chacun de ces trois signes), soit, après addition, un score possible de 0 à 5. Le taux de cathéters colonisés était de 26,3%, et 35 cas de bactériémie sur cathéter ont été rapportés (2,7% soit 5,9 pour 1000 cathéters-jours). Il s agissait de staphylocoque à coagulase négative dans 27 cas, d entérocoque dans 4 cas et de germes divers dans 4 cas. Concernant le score de l inflammation, il n y avait aucune différence entre les cathéters à l origine d infection (score moyen à 0,2 ± 0,4), les cathéters colonisés (0,1 ± 0,1) et les cathéters non colonisés (0,1 ± 0,1). Les auteurs en concluent donc que l inflammation au site d insertion n a plus actuellement aucune valeur prédictive de l infection sur cathéter. Cela serait lié à la nette prédominance de staphylocoque à coagulase négative (stimulant moins l inflammation que le staphylocoque doré) et par la fréquence plus élevée de l infection par voie endoluminale Mais ils ne discutent pas le fait que la moitié de leur effectif provient de l étude Biopatch, qui évalue l impact d une éponge imprégnée de chlorhexidine placée au site d insertion du cathéter sur la colonisation et l infection liée au cathéter! On peut donc penser que, dans ces conditions, les paramètres d inflammation sont d interprétation difficile. Ce biais impose la prudence quant aux conclusions de ce travail. PERSPECTIVES CONCERNANT LES CATHÉTERS : LE TRIMÉTHADINE? H.A. Hanna et al. de l équipe de I.I. Raad (Houston, États- Unis, abstract K 1459), ont présenté les premières données expérimentales (in vitro) concernant un nouvel antiseptique capable d imprégner durablement différents polymères : le triméthadine. Des cathéters veineux centraux, des sondes urinaires et des sondes d intubation ont été expérimentalement imprégnés (faces externe et interne) par cet antiseptique, puis l activité inhibitrice de ces différents matériaux imprégnés a été testée vis-à-vis de différents micro-organismes (tableau XXVII), selon la méthode modifiée de Kirby-Bauer. L activité inhibitrice de ces matériaux imprégnés de triméthadine s est révélée particulièrement prolongée : 21 jours dans le sérum pour les cathéters imprégnés alors que le cathéter Arrow Gard Plus (chlorhexidine/sulfadiazine) est totalement inactif au bout de 14 jours (p < 0,004) ; 56 jours dans les urines pour les sondes urinaires imprégnées, et enfin 77 jours dans du liquide alvéolaire pour les sondes d intubation! En conclusion, ces données préliminaires sont très prometteuses : facilité d imprégnation sur les faces externe et interne de différents polymères, très large spectre antibactérien et durée d action très prolongée. Elles suggèrent donc une probable bonne efficacité clinique, qui devrait être étudiée rapidement. Dans ce contexte, se pose évidemment la question de la toxicité du triméthadine. I.I. Raad n avait pas de données à ce sujet, mais pensait que, compte tenu de la durée d action prolongée, la quantité de triméthadine libérée dans la circulation générale devait être très faible, ce qui rendait le risque d effets indésirables minime. À confirmer in vivo! CONTRE LE BIOFILM, UNE ALGUE BIEN SYMPATHIQUE! Dans le cadre des stratégies anti-biofilm pour lutter contre les infections sur cathéter, J.W. Costerton (Bozeman, États-Unis, symposium K 40, communication 426) a présenté quelques données préliminaires et purement expérimentales sur une molécule de la famille des furanones halogénées extraite d une algue marine nommée Delisea pulchra, qui a la propriété de ne pas donner d adhérence au biofilm. Après avoir imprégné des polymères utilisés pour fabriquer les cathéters par cette molécule, la quantité de biofilm adhérent aux polymères au bout de 5 mois était très faible. Les applications potentielles sont en cours de développement. Matériel Polymère SARM Zone d inhibition (mm) Pseudomonas aeruginosa Candida parapsilosis Sonde d intubation Polyvinylchloride Cathéter veineux central Polyuréthane Sonde urinaire Silicone SARM : Staphylococcus aureus résistant à la méticilline. Tableau XXVII. Activité inhibitrice de différents matériaux imprégnés de triméthadine. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

4 I C A A C POSITION SEMI-ASSISE ET PNEUMONIES NOSOCOMLES À la suite du travail de l équipe de A. Torres (Lancet 1999 ; 354 : ), qui montrait que la position semi-assise (45 ) réduisait le taux de pneumonies nosocomiales acquises sous ventilation mécanique, l équipe de M. Bonten a cherché à confirmer ces résultats. L étude présentée par C. van Nieuwenhoven et al. (Maastricht, Pays-Bas, abstract K 1474) est prospective, randomisée et multicentrique. Tous les patients chez qui on prévoit une ventilation mécanique supérieure à 48 heures, et qui peuvent tolérer une position semi-assise à 45, sont tirés au sort dans le groupe couché (10 ) ou dans le groupe semi-assis (45 ). Le degré de relèvement est monitoré en continu durant la première semaine de ventilation mécanique. En cas de suspicion clinique de pneumonie nosocomiale, un lavage broncho-alvéolaire (LBA) est réalisé, et le diagnostic est retenu si la culture du LBA est supérieure à 10 4 colonies formant unité/ml. Les principales données sont rapportées dans le tableau XXVIII. Les autres paramètres, tels que le nombre d antibiotiques, le nombre de jours sous antibiotiques, la nutrition entérale, la prophylaxie antiulcéreuse et le nombre de jours sous sédation, n étaient pas significativement différents entre les deux groupes. Cette étude (n = 221 ; analyse en intention de traiter) ne trouve pas d effet bénéfique de la position semiassise sur le taux de pneumonie acquise sous ventilation, à la différence de l étude du Lancet (n = 86 ; arrêt de l étude lors de l analyse intermédiaire). Elle vient donc nuancer l enthousiasme de l étude princeps. Mais la principale critique réside dans le fait que la position semi-assise, qui devait être d environ 45, ne s est avérée en pratique que de 25 en moyenne, soit environ 12 de plus que la position couchée (tableau XXVIII). Même si cette différence est significative, ces deux positions ne semblent pas si différentes, ce qui explique peutêtre l absence d effets sur le taux de pneumonies nosocomiales. Attendons la publication définitive! PNEUMONIE NOSOCOMLE CHEZ LES PATIENTS NON VENTILÉS Très peu de données sont disponibles dans la littérature sur ce sujet. L étude présentée par N. Sopena et al. (Badolona, Espagne, abstract K 1127) est prospective et multicentrique (12 hôpitaux espagnols). Sur la période d avril 1999 à novembre 2000, tous les patients qui n étaient pas en réanimation ont été évalués par un médecin d étude clinique par période d une semaine tous les deux mois (11 périodes)! Les patients adultes étaient détectés sur la base d anomalies radiologiques et/ou d une fièvre. Étaient ensuite inclus les patients qui présentaient les critères clinicobiologiques et radiologiques classiques de pneumonie et qui étaient hospitalisés depuis au moins 72 heures. Les diagnostics microbiologiques reposaient sur les hémocultures, les ponctions pleurales, les antigènes urinaires de Legionella pneumophila, les examens des crachats ou les prélèvements sous fibroscopie. Les étiologies etaient ensuite classées comme certaines (par exemple, hémoculture positive à pneumocoque) ou possibles (culture d un crachat positive avec un seul micro-organisme et concordance entre la culture et l examen direct du crachat après coloration de Gram). Au total, 183 patients ont été colligés, dont 157 cas complètement documentés, soit une prévalence moyenne d environ 3 cas pour admissions. La majorité des patients étaient des hommes (70 %), d âge moyen 63 ans, hospitalisés en médecine (64 %), porteurs de pathologies sous-jacentes (65 %, en majorité des cancers) et hospitalisés depuis plus de 5 jours. Dans la quasitotalité des cas, la méthode diagnostique n était pas invasive. Seuls 4 prélèvements sous fibroscopie ont été réalisés. Le diagnostic étiologique a pu être posé dans 56 cas (36 %) : définitif dans 28 cas et considéré comme possible dans 28 cas. Il s agissait surtout de pneumocoques (16 cas), mais aussi de légionelles (7 cas), de Aspergillus (7 cas), de Pseudomonas aeruginosa (6 cas) et de Acinetobacter (5 cas). La mortalité globale de ces 157 patients était de 26 % pour une mortalité attribuée directement à la pneumonie nosocomiale de 14 %. Cette étude lourde dans sa méthodologie a le mérite de s attaquer à un problème méconnu, et illustre bien les problèmes de ce type de diagnostic dans le contexte d un patient hospitalisé en médecine : pertinence du caractère nosocomial, difficulté du diagnostic étiologique, nombreux diagnostics différentiels, difficultés de l antibiothérapie initiale. L auteur ne fournissait d ailleurs aucune donnée sur l adéquation initiale du traitement. INFECTIONS NOSOCOMLES : PERTINENCE DU SUIVI APRÈS LA SORTIE DE RÉANIMATION? Afin de tenter de répondre à cette question, S. Hugonnet et al. (Genève, Suisse, abstract K 1128), de l équipe de D. Pittet, ont présenté une étude originale où tous les patients hospitalisés pendant plus de 48 heures dans leur unité de réanimation (octobre 1995-décembre 1997) ont été suivis durant leur séjour Paramètre Position couchée Position semi-assise p (n = 109) (n = 112) Âge moyen ± SD (ans) 63,0 ± 16,0 64,8 ± 13,8 NS APACHE II moyen ± SD 24,9 ± 7,6 25,6 ± 7,7 NS Durée ventilation, médiane (extrêmes) 6 j (0-64 j) 6 j (0-281 j) NS Hospitalisation en réanimation, médiane (extrêmes ) 10 j (0-91 j) 9 j (0-281 j) NS Relèvement moyen durant la 1 re semaine ± SD 12,5 ± 6,1 25,1 ± 9,7 < 0,05 Nombre de pneumonies acquises sous ventilation 8 (7,3 %) 13 (11,6 %) NS Mortalité 30 % 29 % NS SD : déviation standard ; j : jours ; NS : non significatif. Tableau XXVIII. Position couchée versus position semi-assise chez les patients ventilés plus de 48 heures. 72 La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars 2002

5 en réanimation, puis pendant 5 jours après leur sortie. Il s agissait de patients ayant une durée médiane d hospitalisation en réanimation de 5 jours, ce qui représentait une surveillance de jours-patients en réanimation et jours-patients après leur sortie de réanimation. Au total, 554 infections nosocomiales (chez 281 patients) ont été colligées durant la surveillance, dont 31 épisodes (5,6 %) durant la période hors réanimation (bactériémie 2,6 %, infection de cathéter 5,3 %, pneumonie 3,8 %, infection urinaire 8,1 %, infection cutanée 12,9 %, divers 3,3 %). En analyse multivariée, le fait d être porteur d une voie veineuse centrale était prédictif de l acquisition d une infection après la sortie de réanimation. En pratique, si la surveillance s était limitée aux patients porteurs d une voie centrale, 554 patients (62 %) sur les 889 survivants après leur séjour en réanimation auraient dû être surveillés pendant 5 jours et, dans ce cas seulement, une infection aurait alors été omise durant la période post-réanimation. Dans la limite d une population étudiée de réanimation purement médicale, cette étude illustre clairement la faible fréquence des épisodes nosocomiaux survenant après la sortie de réanimation. Compte tenu de la charge de travail et du coût d une surveillance complète, une stratégie de surveillance ciblant une population à risque (telle que les patients porteurs de voie centrale) semble être une alternative satisfaisante. F.B. QUELQUES LEÇONS À TIRER DE L ANALYSE DES ÉPIDÉMIES Faites appel aux plombiers de l hôpital pour stopper une épidémie à P. aeruginosa! Comme l ont expliqué M.H. Nicolas- Chanoine et al. (Boulogne-Billancourt, abstract K 476), c est cette mesure qui a permis d éradiquer définitivement une souche épidémique de P. aeruginosa résistante à l imipénème, dont le réservoir était les bras morts servant de sécurité contre les excès de pression dans la partie terminale de la tuyauterie qui alimentait l eau de la réanimation médicale située au troisième étage. Les cultures de l eau prélevée de cette canalisation au deuxième étage étaient demeurées négatives, alors qu elle était intensément contaminée (100 UFC/ml d eau) dans deux (bleue et violette) des trois unités de la réanimation médicale. La mesure radicale a consisté à supprimer ces bras morts et à installer un nouveau système pour faire face aux excès de pression. Six patients ont été concernés par la souche épidémique. Le premier, qui avait été hospitalisé en octobre 2000 dans l unité bleue, n avait eu qu une contamination nasale, tandis que le deuxième, hospitalisé en novembre 2000 dans cette même unité, n a été découvert porteur de la souche (infection pulmonaire) que 8 jours après son transfert dans le service de pneumologie. Les patients 1 et 2 n avaient pas eu de séjour commun. Les quatre derniers patients hospitalisés concomitamment en novembre et décembre 2000 en réanimation médicale, trois dans l unité bleue et un dans l unité violette, ont été détectés porteurs de la souche trois fois dans les prélèvements respiratoires et une fois dans un écouvillonnage nasal. Le changement de tuyauterie et la désinfection mensuelle de cette tuyauterie ont permis d éradiquer la souche, tant dans l eau que chez les patients. M.H.N.C. Une présentation de A.F. Widmer et al. (Bâle, Suisse, abstract K 479) a rapporté une épidémie de Escherichia coli producteur de bêtalactamase à spectre élargi (BLSE) dans un service de néonatologie. Le cas index était une femme enceinte chez qui avait été isolé des urines un E. coli producteur de BLSE, deux jours après l accouchement de jumeaux. Ce microorganisme a ensuite été transmis de manière verticale de la mère à ces jumeaux, puis de manière horizontale des jumeaux à trois autres nouveau-nés, et ce malgré l isolation des premiers cas. Parmi les 31 soignants dépistés, 2 (6,5 %) se sont révélés porteurs du même micro-organisme. L ensemble des prélèvements environnementaux étaient négatifs, et l épidémie a été rapidement contrôlée. Cet exemple illustre bien que la diffusion épidémique peut aussi se faire sur un mode vertical. Y. Glupczynski et al. (Bruxelles, Belgique, abstract K 477) présentaient l analyse d une épidémie de Serratia marcescens dépistée en mars 2000 chez 11 patients hospitalisés dans différentes unités d un hôpital (8 infections des voies aériennes basses, 2 infections de plaie opératoire et une bactériémie). L analyse multivariée a mis en évidence les facteurs de risque suivants : hospitalisation en pneumologie (p = 0,013), chirurgie cardiaque (p = 0,016), kinésithérapie respiratoire (p = 0,024) et utilisation d aérosols (p = 0,018). La même souche de Serratia a été alors mise en évidence comme un contaminant des flacons de sérum physiologique qui servaient à préparer les aérosols, alors qu aucun des membres du personnel soignant ne s est révélé porteur (mains). La contamination des flacons de solutés est bien connue ; en revanche, cette étude illustre un mode de diffusion original, qui passe probablement par les aérosols! Enfin, une étude présentée par C. Arpin et al. (Bordeaux, abstract K 475) a rapporté une épidémie de bactériémie à Bacteroides fragilis : 4 cas survenus sur une période de 12 jours, dont 2 cas après la pose d une chambre implantable. Le mécanisme le plus probable semblait en rapport avec la contamination d un rouleau de pansement adhésif qui était utilisé à la fois pour la chirurgie digestive et la chirurgie propre. F.B. INFECTIONS À LÉGIONELLES CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT L originalité de l épidémie de légionellose nosocomiale rapportée par M. Tercelj (Ljubljana, Slovénie, abstract K 1436) est d avoir touché essentiellement des membres du personnel soignant (41 cas) plutôt que les malades hospitalisés (7 cas). L enquête épidémiologique a permis de montrer que la source de contamination était un point d eau chaude en relation avec un bras mort contaminé par Legionella pneumophila sérogroupe 1. L utilisation de ce point d eau générait des aérosols dans sa périphérie immédiate associés à un taux d humidité relative de l air localement très élevé (85 %). Les sujets ayant développé une légionellose avaient passé au moins 30 minutes dans une zone de deux mètres autour du point d eau. En tout, 41 membres du personnel exposé sur 71 ont développé l infection, ainsi que 7 patients mobiles sur 7 ayant séjourné à proximité de la source de contamination. En revanche, aucun des 94 patients alités dans la même unité, mais à distance du point d eau, n a développé d infection. E.C. La Lettre de l Infectiologue - Tome XVII - n 3 - mars

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon

- Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale. Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon - Atelier 3 - Expertise médicale en infectiologie nosocomiale Joseph Hajjar, Valence ; Françoise Tissot-Guerraz, Lyon ; Jean-Charles Cetre, Lyon EXPERTISE EN IN Dr Joseph Hajjar Inscrit sur la Liste nationale

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels.

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels. Les personnes suivantes ont collaboré à ce projet: Dr Catherine Bourrit, médecin répondant, Val-Fleuri (MEPAG s) Mme Maguy Chefnay, infirmière responsable de l hygiène, Maison de Vessy Dr Corneliu Feroiu,

Plus en détail

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé VERSION PRÉLIMINAIRE Note informative Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé Évaluation du rapport coûts/bénéfices de la prévention et du contrôle des infections nosocomiales

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée 0 0Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX X e JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Jeudi 5 avril 2012 La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Méthode ALARM

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie»

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Symposium Pharma «Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Modérateur : Joseph Hajjar Quelle antisepsie pour quel acte? Dr Olivia KEITA-PERSE Centre Hospitalier Princesse Grace Monaco Antisepsie

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Si vous êtes porteur de MRSA ce feuillet vous apportera des conseils pour votre vie de tous les jours. French 1 Qu est-ce que le MRSA? On trouve

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins

Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins Modèle pour l auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains au niveau de l établissement de soins Introduction et instructions pour l utilisateur Le Modèle pour l auto-évaluation

Plus en détail

en guise d introduction.

en guise d introduction. Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

De récentes affaires, tant juridiques que médiatiques,

De récentes affaires, tant juridiques que médiatiques, Hygiène CLIN Rôle et fonctionnement Un décret de décembre 1999 redéfinit l organisation de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé. Il abroge celui de 1988, s inscrit

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Frank Van Laer Infirmier-hygiéniste hospitalier Hôpital Universitaire d Anvers La peau comme source de bactéries Diffusion

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

La découverte et l utilisation

La découverte et l utilisation GRAND ANGLE TC 151 Antibiorésistance et conséquences en santé au travail pour les soignants en résumé AUTEURS : R. Vincent, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales, INRS Le développement

Plus en détail

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES CP-04 ARTICULATION HYGIENE ET GESTION DES RISQUES DUMAY M.-F., SOFGRES, PARIS La politique nationale de santé s est largement

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

surveillance provinciale des infections nosocomiales

surveillance provinciale des infections nosocomiales surveillance provinciale des infections nosocomiales Étude sur la surveillance et les stratégies de prévention des bactériémies associées aux cathéters centraux aux soins intensifs 2010-2011 appliquées

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections

La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections Annie Laberge, CSSS Drummond et INSPQ Lise-Andrée Galarneau, CSSSTR présidente du CINQ Congrès annuel de l OIIQ,

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

SURVEILLANCE PROVINCIALE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

SURVEILLANCE PROVINCIALE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES SURVEILLANCE PROVINCIALE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Guide de l utilisateur du système d information pour la surveillance provinciale des infections nosocomiales (SI-SPIN) INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

ACTUALISATION DE LA DEFINITION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

ACTUALISATION DE LA DEFINITION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ACTUALISATION DE LA DEFINITION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Houssein GBAGUIDI-HAORE Service d Hygid Hygiène Hospitalière CHU Besançon, novembre 2011 Historique Années 70 Infections hospitalières Années

Plus en détail

Swiss-NOSO Infections nosocomiales et hygiène hospitalière: aspects actuels

Swiss-NOSO Infections nosocomiales et hygiène hospitalière: aspects actuels Swiss-NOSO Infections nosocomiales et hygiène hospitalière: aspects actuels Editorial Volume 12 N 3, 2005 MRSA dans les EMS et les établissements de soins : les bons conseils sont-ils coûteux? Le bruit

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Infections en chirurgie : l importance d un d

Infections en chirurgie : l importance d un d Infections en chirurgie : l importance d un d programme assurance-qualit qualité Weiss Karl, MD, MSc,, FRCPC Professeur Titulaire de Clinique Hôpital Maisonneuve-Rosemont Faculté de MédecineM Université

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. Plan d action 2010-2015 État d avancement des travaux Bilan et faits saillants

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. Plan d action 2010-2015 État d avancement des travaux Bilan et faits saillants PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES État d avancement des travaux Bilan et faits saillants Août 2013 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit Qui suis-je? Je suis un produit hydro-alcoolique pour la désinfection des mains Je dois être utilisé par les professionnels de santé, les patients et les visiteurs Utilisez-moi à tout moment de la journée.

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail