SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE"

Transcription

1 SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

2 PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV) Soins infirmiers en hémodialyse Branchement d une FAV Débranchement d une FAV Branchement d un KT Débranchement KT

3 Rappel anatomie physiologie L appareil urinaire est composé: Des reins,de la vessie et l urètre. Situés entre la douzième vertèbre dorsale et la seconde vertèbre lombaire. Missions des reins Epuration du sang par élimination des déchets tels que: urée, créatinine, acides uriques, certains phosphates Régulation de l équilibre acido-basique Régulation des électrolytes: Potassium, sodium, calcium Fabrique la rénine à l origine de l angiotensine Fabrication EPO et vitamine D Les reins filtres et réabsorbent l eau afin de maintenir dans l organisme un taux hydrique optimal Ils ont donc une fonction endocrine et une fonction exocrine.

4 IRC Définition C est la diminution progressive et irréversible des fonctions exocrines et endocrines du rein s accompagnant de la destruction d un certain nombre de néphrons. Causes Diabète HTA Infection urinaire chronique Maladie génétique Intoxication médicamenteuse Examens biologiques La gravité s exprime par la clairance de la créatinine (norme 130ml/MN) Ionogramme Hémogramme Bilan lipidique Protéinurie et albuminurie

5 Traitements alternatifs à l irc Hémodialyse Dialyse péritonéale Greffe HEMODIALYSE Définition Technique d épuration extracorporelle qui permet de diminuer la concentration des déchets azotés. Principe Peut se pratiquer dans des structures médicalisées tel que le CHMV, des unités d auto-dialyse tel que ATIR de trinité ou à domicile Pour effectuer une séance il faut: Un générateur :constitue le bain dialyse Un dialyseur ou rein artificiel: permet les échanges entre le sang et le dialysat L abord vasculaire : KT ou FAV

6 Législation Cf le décret du 23 septembre 2002 sur l épuration extra rénale. Contraintes Fréquence des séances :2 à 3 fois par semaine pendant 4 heures Régime adapté pauvre en sodium, en potassium( remis en question) Restriction hydrique Mécanismes diffusion, épuration et perte UF

7

8 SOINS IDE EN HEMODIALYSE Branchement d une FAV Arrivée du patient et installation en salle d attente Passage au repas Ide: désinfecte le générateur monte les lignes selon la PM et purge le circuit teste les machines lavage des mains (lavage simple) + habillage ( surblouse, charlotte, masque, lunettes de protection) pèse le patient pour déterminer la perte de poids si patient est autonome on lui fait laver le bras de la FAV pendant 30s a l eau et au savon doux sinon l ide se charge de cela prise de TA assis, puis couché en décubitus dorsale IDE se désinfecte les mains au SHA, installe sur la tablette le matériel de ponction Elle perçoit si il y a un thrill, écoute le souffle au stéthoscope et repère le point ponction SHA, met les gants du set de ponction, fait une large désinfection de la FAV avec de l alcool ou de la bétadine alcoolique ponctionne puis sécurise l aiguille avec du sparadrap en faisant une cravate

9 Test la ponction en prélevant 5 cc de sang et en réinjectant pour voir si il n y a pas d hématome qui se forme, ni de douleur lors de la poussée du sang elle connecte la ligne artérielle à l aiguille artérielle, fait partir la pompe une fois le sang arriver au bol veineux arrête la pompe connecte la voie veineuse à l aiguille veineuse et fait repartir la pompe elle veille à l absence de passage d air et au débit veineux pendant le branchement elle sécurise les lignes, rentre la perte de poids prend une tension de début de dialyse prélève les bilans et injecte l anticoagulant selon la PM La surveillance est horaire (pouls, TA, T, surveillance pression veineuse, pression transmembranaire qui est la pression qui se trouve à l intérieur du rein, surveiller le débit sanguin)

10 Matériel ponction FAV SET branchement avec des compresses, garrots, champs stérile, gants stériles Antiseptique (alcool ou béta alcoolique) Sha Aiguilles de ponction bi ou uni ponction Seringue de 10cc DASRI

11 Restitution d une FAV Matériel Set de débranchement contenant des compresses des gants stériles et des bandelettes de fixation Dakin ou Bétadine alcoolique Un hémostatique qui est du coalgan Poche de restitution de 500 cc de Nacl SHA, poubelle DASRI Champ à usage unique Une fois la séance de dialyse terminé(générateur à 0) IDE: Prend une TA de fin Arrête la pompe, met des gants, clampe la voie artérielle et l aiguille artérielle Désadapte la ligne artérielle et l adapte au soluté de restitution qui est du Nacl 500 cc

12 Lance la pompe en ayant pris soins de déclamper la ligne artérielle Elle veille au passage du sérum, vérifie qu il n y ai pas de caillots, ni de bulles d air dans les lignes Injecte les traitements APR demandés tel que le cernévit, EPO Une fois le circuit propre elle arrête la pompe, clampe la ligne veineuse et l aiguille veineuse relève la quantité de sang traitée, la perte de poids et la tension artérielle IDE va désadapter la ligne veineuse à l aiguille du patient avec ses gants Se lave les mains, met les gants du set, fait l ablation de l aiguille en comprimant le point avec des compresses et du pansement hémostatique Si le patient est valide on lui donne son point à tenir. La compression dure 10 min env IDE enlève les lignes et le rein, met le générateur en désinfection chaleur(ou chimique selon l horaire) et nettoie la surface du générateur avec un produit détergeant désinfectant Une fois que le point a finit saigner elle met une compresse propre sur le lieu ponction et fixe avec les bandelettes Prend la tension debout et pèse le patient

13

14 BRANCHEMENT DE CATHETER Matériel Lunettes de protection 3 masques, 3 charlottes 1 blouse stérile, une surblouse propre 1 set de désinfection de KT stérile, 1 set de branchement de KT stérile 2 seringues de 5 cc, sparadrap 2 seringue pré rempli de 10 cc de sérum physiologique Pansement Méfix ou cicaplaie ou omnifix Antiseptique ( Bétadine scrub et alcoolique ou hibiscrub) 2 pipettes eau stérile, clamps SHA, DASRI Le branchement d un KT nécessite deux personnes une IDE et une aide (AS) Le KT peut être jugulaire, canaux, Fémorale (à demeure)

15 PREPARATION Après la pesée on installe le patient à plat dans son lit en décubitus dorsal torse dégagé Prise TA, pouls T IDE: s assure que le générateur de dialyse est prêt, entre l UF, temps, conductivité selon PM AS: met un masque et charlotte au patient nettoie l adaptable, positionne du coté opposé au KT Met les DASRI coté du KT Lavage main (simple), met une surblouse, masque, paire de gants non stériles. Ote le pansement du KT, tourne la tête du patient à l opposé IDE: met une charlotte, masque, lunettes de protection lavage hygiénique des mains met sa surblouse stérile (AS l attache au dos) met ses gants stériles présentés par l as prend le set de désinfection présenté par AS Le pose sur la tablette, fait quatre lots avec les compresses et les boules

16 AS: verse du savon antiseptique et eau stérile, antiseptique et reste un lot sec IDE: vérifie état cutané du patient si suintement fait in écouvillon, vérifie que le kt soit fixé fait une antisepsie large de l orifice à la périphérie du KT( lavage, rinçage, séchage, antisepsie) isole le KT de la peau avec des compresses imbibées d antiseptique et en laisse une sur l orifice du KT AS: enlève le set et présente le set de branchement IDE: fait une désinfection des mains au SHA et met de nouveau gants stériles récupère le set de branchement stérile présenté par l as ( seringue de sérum phy) pose le champ fendu sous le KT Prend 2 compresses d antiseptique clampe le KT et ôte les bouchons de celui-ci nettoie les embouts des branches du KT toujours avec les compresses antiseptiques retire le verrou avec les seringues de 5 cc ( mélange de taurolock et héparine)

17 Rince la lumière du KT pour éliminer les caillots résiduels et apprécier la perméabilité AS: présente la ligne artérielle à l horizontale en maintenant la poche de purge IDE: désinfecte la ligne, la dévisse avec des compresses d antiseptique puis la connecte à la voie artérielle AS: fait partir la pompe à sang à 100ml/mn et prend une TA début dialyse lorsque que le sang arrive dans le bol veineux, arrêt de la pompe clampe la ligne veineuse et la présente a l IDE IDE: désinfecte la ligne veineuse, la dévisse avec les compresses d antiseptique et la connecte à la voie veineuse AS: déclampe la ligne fait repartir la pompe et valide les icônes pour démarrer l ultra filtration IDE: enlève le champ, protège le KT de la peau, met le méfix une cravate pour sécuriser les lignes et un clamp accroché au lit fait les bilans et injecte l héparine selon la PM, relève les paramètres

18 DEBRANCHEMENT DE CATHETER Matériel lunettes de protection, 3 masques, 3 charlottes, 1 blouse stérile, 1set à débranchement 2 seringues de 10 cc de sérum physiologique 2 seringues de 2 cc, bouchons KT 1 trocart, verrou (mélange de taurolock et d héparine) OP-SITE, alcool antiseptique, poche de restitution de 500 cc SHA, DASRI Restitution du sang au patient IDE: relève les paramètres du générateur (Uf affichée, vitesse pompe à sang, PV, débit sang traité, TA, T, pouls) lavage simple des mains, met des gants adapte la ligne artérielle à la poche de restitution arrête la pompe et restitue la ligne artérielle manuellement en pressant la poche de 500 cc une fois ligne rincèe elle la clampe, fait repartir la pompe à sang pour rincer le rein et la ligne veineuse une fois le sang restitué elle arrête la pompe à sang

19 Clampe la ligne veineuse Met le générateur en désinfection chaleur, vide le rein et met les connecteurs sur le générateur de dialyse AS: nettoie l adaptable, met le masque et la charlotte au patient se lave les mains et s habille Ide: met un masque et une charlotte, effectue un lavage simple des mains, met des gants ôte le pansement des cathéters Fait un lavage antiseptique des mains met une blouse stérile Récupère le set de débranchement donné par l as, met les gants stérile AS: dépose sur le set antiseptique sur une partie des compresses, les seringues d eau pré rempli, donne le verrou (IDE prélève 2 cc par branche) IDE: positionne le champ fendu sous le KT en soulevant les branches aseptiquement déconnecte les lignes avec une compresse de Bétadine alcoolique en prenant soins d avoir clamper le KT Rince la lumière du KT avec les seringues de 10 cc pré rempli en effectuant 5 pressions met dans chaque branche 2 cc de verrou lentement (8 secondes)

20 Nettoie les embouts avec des compresses imbibées d alcool Visse les bouchons du KT et clampe le KT Nettoie la peau avec des compresses d alcool Fait un pansement sec et hermétique avec des compresses stériles poses OP-SITE Prend la TA assis, pouls, pèse le patient retransmet le tout sur la feuille de dialyse démonte le circuit, nettoie le générateur avec le produit désinfectant détergeant

21

22 Incidents pouvant survenir en dialyse OAP Hypotension artérielle Hypertension artérielle hypoglycémie arrêt cardiaque Hémorragie vomissements diarrhées hématomes thromboses, coagulations

23 CAT EN CAS DE MALAISE Hémodialyse: BAILLEMENT SIGNIFICATIF, sueurs, verbalisation du patient Arrêter l UF Prendre une TA Faire une glycémie capillaire Appeler le médecin Si hypo TA: selon avis du médecin( réduire ou arrêter l UF,augmenter le taux de Na du bain, diminuer température du bain, flacon d albumine ) patient en déclive, Flex de sérum phy(env. 100cc) Si hypoglycémie: resucrer le patient

24 CAT EN CAS D HEMATOME/ HEMORRAGIE(DECO*LIGNES/AIGUILLES) Si hématome point de ponction FAV: arrêt momentané de la séance(circuit fermé), appeler le médecin, masser le point induré pour éviter la constitution d un véritable hématome avec des gants, nouvelle ponction et rebrancher Si hémorragie: FAV=défaut de fixation des aiguilles(compression du point de ponction jusqu à l arrêt du saignement avec des gants, appeler le médecin, nouvelle ponction, rebrancher) Autres types d hémorragies liées à un défaut de connexion des lignes

25 ETP Patient dialysé=patient chronique=3 séances/smn Ide d ETP Toute ide est amenée à en faire FAV: apprendre au patient à sentir et écouter sa fistule, lui demander de ne pas porter de vêtements à manches serrées, pas de charges lourdes, ne pas dormir dessus KT: ne pas mouiller le pansement, vérifier si le pansement est bien fermé, etre sensible aux signes d infection Conseils en matière de nutrition

26

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R Dr N. RAYNAL A.I.D.E.R Montpellier Maison de la Mutualité PLAN de la PRESENTATION 1. Quelques notions

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5 Code : 3/DSS UH/044 Page : 1/5 Fonction : Nom : Visa : Infirmiers (Groupe de Travail) : S Constant- M Fage- C Faubert- M Messineo- RM Rosso C Van Klersbilck Rédaction : Vérification : Approbation : IDE

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

Service de Néphrologie-Dialyse

Service de Néphrologie-Dialyse Service de Néphrologie-Dialyse du Centre Hospitalier de BOURG EN BRESSE Docteur C. BOUDRAY Docteur N. DIAB Docteur J. C. GLACHANT Docteur S. TOUSSAINT Tél. Secrétariat : 04 74 45 42 71 Tél. Dialyse : 04

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Dr Christophe Ridel et Jean-Marc Dorget Urgences néphrologiques et transplantation rénale Fresenius Medical Care Hôpital Tenon Impossible d'afficher

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

TECHNIQUES DE DIALYSES

TECHNIQUES DE DIALYSES n 15 OCT. 2013 AVRIL 2014 LA REVUE SEMESTRIELLE GRATUITE DE LA LIGUE REIN ET SANTÉ DOSSIER SPÉCIAL TECHNIQUES DE DIALYSES page 21 à 39 SENSIBILISATION page 06 à 20 EXPLICATIONS page 40 à 57 [ octobre 2013

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE L insuffisance rénale : L insuffisance rénale chronique est la conséquence d une incapacité définitive des reins à remplir leurs fonctions. Chaque rein est composé d

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC Soins d hygiène D. GRAU, S. BOMMART, S PARER, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier E. BOUDOT, ARLIN Languedoc Roussillon Septembre

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile

Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile Delphine WASCHEUL infirmière hygiéniste clinique Teissier et HàD du Hainaut valenciennes Rencontre

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES Réalisé par l équipe soignante de Saint-Brieuc Mai 2013 PLAN Introduction Cadre législatif Avant l administration Au moment de l

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile La NP consiste à administrer, par perfusion intraveineuse, un mélange nutritif complet. Le plus souvent la prescription en ville se résume à un mélange

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Rencontres avec l expert à propos du PICC*

Rencontres avec l expert à propos du PICC* Congrès SF2H 2012 Rencontres avec l expert à propos du PICC* * cathéter veineux central à abord périphérique Sébastien BOMMART, CHU MONTPELLIER Pascale CHAIZE, CHU MONTPELLIER Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

SURVEILLANCE ET SOINS DE VOTRE FISTULE ARTÉRIOVEINEUSE

SURVEILLANCE ET SOINS DE VOTRE FISTULE ARTÉRIOVEINEUSE SURVEILLANCE ET SOINS DE VOTRE FISTULE ARTÉRIOVEINEUSE Unité de dialyse Pour vous, pour la vie Madame, monsieur, Votre fistule artérioveineuse relie une artère à une veine superficielle de votre bras.

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC

B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC Chimiothérapie/ B) Techniques d administration des cytostatiques - 1 - B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC DÉFINITION Le Port-A-Cath = PAC est un système implantable placé

Plus en détail

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation C.Simonetti M.Castanier (Marseille) A.Moreau (Hospal France) Epuration extra rénale (EER) en réanimation 1. Améliorer

Plus en détail

L exploration électrophysiologique

L exploration électrophysiologique L exploration électrophysiologique CHR Namur - Edition 2011 Unité de cardiologie L EXPLORATION ELECTROPHYSIOLOGIQUE. Mettez votre cœur à l aise Sur une demande de votre médecin traitant ou de votre cardiologue,

Plus en détail

«OnLine» en réanimation

«OnLine» en réanimation Hémo-Dia-Filtration «OnLine» en réanimation Didier DOREZ Réanimation Centre Hospitalier de la Région d Annecy HDFOL CREUF2008BB 1 OBJECTIFS DE L EER DANS L IRA CONTRÔLE VOLEMIE CONTRÔLE EQUILIBRE HYDRO-SODE

Plus en détail

Maladies rénales. Informations et conseils

Maladies rénales. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Informations et conseils Maladies rénales Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.il contient des informations sur

Plus en détail

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables Contexte 1/3 2005 Fiche technique pour la pose des CCI Contexte 2/3 2005 Fiche de Reco. pour la prévention du RI associé aux manipulations

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Soins de bouche chez l enfant

Soins de bouche chez l enfant Soins de bouche chez l enfant (A effectuer trois fois par jour) 3-1 Les traitements par chimiothérapie et/ou radiothérapie peuvent fragiliser la cavité buccale. La bouche est colonisée par de nombreux

Plus en détail

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Manon Gandolfo - IDE HAD Nice Cédric Lefranc Directeur Coordination de soins STUDIO SANTE 83 Circuit du patient La voie veineuse centrale est

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LIE AUX CHAMBRES IMPLANTABLES

PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LIE AUX CHAMBRES IMPLANTABLES PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LIE AUX CHAMBRES IMPLANTABLES XXI Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Atelier - Rencontre avec l expert «Dispositif intra-vasculaire implanté»

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale 12 édition de formation en Dialyse Péritonéale Casino Royale Frais et remboursement en dialyse D R. V A N O V E R M E I R E L I O N E L V I V A L I A - I F A C - P. P A O L A M A R C H E - EN- F A M E

Plus en détail

Anticoagulation dans l EER

Anticoagulation dans l EER Anticoagulation dans l EER Débutant Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 3 avril 2012 Objectifs - Connaitre les différentes méthodes d anticoagulation -

Plus en détail

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir:

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir: QUIZZ NOMENCLATURE 1. IVD isolée + injection S/C : AMI 2 + AMI 1/2 2. Pansement de fistule digestive + pansement de stomie : + AMI 2/2 3. Injection IV sur Site Veineux Implantable (SVI), acte isolé : 4.

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER)

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) PROTOCOLE DU SERVICE 1 SOMMAIRE Principes de l épuration extra-rénale...3 Mise en place et

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE CYTO Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et CYTO Préparer les cytostatiques Ces instructions sousentendent le respect des règles d hygiène et de sécurité sanitaires. Préparation : Sortir le, le spike CODAN,

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Rôle du médecin m dans le suivi du patient hémodialysé à domicile. Dr. L. Radermacher

Rôle du médecin m dans le suivi du patient hémodialysé à domicile. Dr. L. Radermacher Rôle du médecin m généraliste g dans le suivi du patient hémodialysé à domicile Dr. L. Radermacher Intervenants impliqués Patient et famille Infirmiers spécialis cialisé en dialyse à domicile, du CHR et

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE

PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE Isabelle CORSET, Infirmière et l équipe médicale du Centre de référence MAGEC (Maladie Génétique à Expression Cutanée) Hôpital NECKER Enfants

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

Laboratoire d analyses médicales

Laboratoire d analyses médicales Le prélèvement de sang veineux Laboratoire d analyses médicales Guide de recommandations spécifique à l utilisation des produits VACUTAINER Becton Dickinson BECTON Troisième édition DICKINSON Vacutainer

Plus en détail

1. CONTEXTE. 1 INESSS, Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec. Décembre 2012. [2014] Page 1 de 11

1. CONTEXTE. 1 INESSS, Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec. Décembre 2012. [2014] Page 1 de 11 ENTENTE ENTRE L'ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC (OIIQ) ET L'ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS AUXILIAIRES DU QUÉBEC (OIIAQ) SUR LA NATURE DES ACTES POUVANT ÊTRE POSÉS PAR LES INFIRMIÈRES

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation.

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation. POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE A DEMEURE EN PEDIATRIE VERSION N 2 Page 1/10 Date de validation : 11/06/2007 I. Définition Soins infirmiers techniques et éducatifs permettant d assurer la pose et

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC Les modifications apportées à la version précédente apparaissent en rouge. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit les différentes étapes pour réaliser les prélèvements pour hémoculture.

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie IX ème Journée Régionale de Prévention des Infections Liées aux Soins 14 avril 2011 Cathéter central inséré par voie périphérique Ch. Gorge, Ch. Gray, S. Leroy CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre

Plus en détail

BPA-PEC-1006CHAMBRE TECHNIQUES DE MANIPULATIONS ET D ENTRETIEN D UNE CHAMBRE IMPLANTABLE

BPA-PEC-1006CHAMBRE TECHNIQUES DE MANIPULATIONS ET D ENTRETIEN D UNE CHAMBRE IMPLANTABLE BPA-PEC-1006CHAMBRE TECHNIQUES DE MANIPULATIONS ET D ENTRETIEN D UNE CHAMBRE IMPLANTABLE Date de création : 15/03/2001 Version validée le : 08/06/2010 REDACTEUR (S) Membres du groupe de travail : BROUSSE

Plus en détail

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Thierry PETITCLERC AURA Prescription de la séance Les objectifs de la prescription adéquate Les critères de la prescription de la séance 1 Hémodialyse conventionnelle

Plus en détail

L insulinothérapie par pompe. Généralités

L insulinothérapie par pompe. Généralités L insulinothérapie par pompe Généralités Définition Administration continue d insuline d action rapide (analogue) en SC sous forme de : débits de base programmés (en dehors des repas) bolus non programmables

Plus en détail

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES 1. OBJECTIFS Harmoniser les pratiques d utilisation des antiseptiques afin d éviter la survenue d infections liées aux soins. Prévenir les risques liés à la gestion des antiseptiques. 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Fiche d information aux parents L HEMODIALYSE

Fiche d information aux parents L HEMODIALYSE Fiche d information aux parents L HEMODIALYSE L hémodialyse est ce qu on appelle une méthode de suppléance rénale, c est à dire une technique permettant de survivre avec des reins qui ne fonctionnent plus

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Sondes et Cathéters Urinaires

Sondes et Cathéters Urinaires Sondes et Cathéters Urinaires La sonde urinaire est un instrument médical utilisé pour draîner la vessie en insérant dans la vessie du patient est gouttée sans avoir à déplacer physiquement. Ce procédé

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Dr Karine BLANCKAERT LILLE-CCLIN PARIS NORD Odile ARIMANE clinique du bois LILLE Dr Bruno GRANBASTIEN CHRU LILLE

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

SONDAGE VESICAL CLOS

SONDAGE VESICAL CLOS 1. OBJECTIF Assurer un bon écoulement des urines par sondage vésical, dans des conditions d asepsie optimale, afin de limiter le risque d infections urinaires. 2. DOMAINE D APPLICATION Professionnels médicaux

Plus en détail

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Protocole N 20 - Glycémie sur sang capillaire 1/5 UNITE D HYGIENE ET DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Date : 2000 PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Avec la participation du groupe de

Plus en détail

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile Nouvelle Législation 1 Refonte de la LPP avec individualisation des prestations relatives à la nutrition parentérale CE QUI

Plus en détail

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups!

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups! Hygiène Page 15 Oups! Le change Des conseils pour le bien-être de votre enfant Le savon Utilisez de l eau et du savon avec du coton hydrophile ou un gant de toilette propre pour nettoyer les fesses de

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION Annexe 5 QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION 1) PLAIE mettre des gants désinfecter avec de la biseptine après lavage au savon de Marseille pour arrêter le saignement : mettre 2 ou 3 compresses sur la plaie

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Coûts par activité pour la dialyse hospitalière et péritonéale. Démarche au CHUM

Coûts par activité pour la dialyse hospitalière et péritonéale. Démarche au CHUM Coûts par activité pour la dialyse hospitalière et péritonéale Démarche au CHUM Par Solange Demers en collaboration avec Annick Leboeuf 27 février 2014 1 Coûts par activité pour la dialyse hospitalière

Plus en détail

Préparation de un ou de deux types d insuline et administration

Préparation de un ou de deux types d insuline et administration Préparation de un ou de deux types d insuline et administration Étapes pré-éxécutoires Mesurer la glycémie capillaire Étapes pré-éxécutoires Retirer l insuline du congélateur Comparer l étiquette avec

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail