ORDONNANCE COLLECTIVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORDONNANCE COLLECTIVE"

Transcription

1 ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires, et qui travaillent pour le CSSSAM-N. Les pharmaciens communautaires impliqués dans le suivi de la clientèle visée Programme/Centre d activités : Services généraux : services courants PPALV : service à domicile, RI et RNI Groupe de médecine familiale (GMF) Groupe de personnes ou situation clinique visée : Poursuite d un traitement chronique avec la warfarine chez une personne déjà stabilisée Poursuite d un traitement avec la warfarine, initié en milieu hospitalier pour une personne avec thrombose veineuse profonde (TVP) ou embolie pulmonaire, lorsque l héparine de faible poids moléculaire (HFPM) est cessée. Amorce de la warfarine dans une situation non urgente ne nécessitant pas de couverture avec une HFPM Antécédent d accident vasculaire cérébral (AVC) Diagnostic de fibrillation auriculaire (FA) chronique ou paroxystique Personne porteuse d une valve cardiaque mécanique Activités réservées à l infirmière : Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances lorsqu ils font l objet d une ordonnance Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques selon une ordonnance Activités réservées au pharmacien : Initier ou ajuster, selon une ordonnance, la thérapie médicamenteuse en recourant, le cas échéant, aux analyses de laboratoire appropriées. Référence à un protocole : Oui Non Titre : Cadre de référence pour le suivi des personnes recevant un Méthodes de soins informatisées : Ponction veineuse

2 Page 2 de 12 O.C. 6.5 Indication(s) et condition(s) d initiation Toute personne ayant : L une des pathologies suivantes : Embolie pulmonaire Fibrillation auriculaire Thrombose veineuse profonde (TVP) Valves mécaniques Autres pathologies déterminées par le médecin traitant Une ordonnance individuelle comportant : Double identification de la personne soit au moins deux des éléments suivants : nom, NAS, DDN et/ou numéro de dossier Indication de l anticoagulothérapie Index thérapeutique visé Durée du traitement Deux derniers résultats de RNI Posologie utilisée depuis l initiation du traitement Être inscrite à l ordonnance collective au moyen de la feuille d adhésion 1 Intention(s) thérapeutique(s) : Maintenir le RNI dans l index thérapeutique visé. Contre-indications : Antécédent de chirurgie bariatrique (syndrome de l intestin court) Déficit protéine C ou protéine S Éthylisme Grossesse Histoire d évènement thrombotique sous anticoagulothérapie adéquate Insuffisance rénale (clairance de créatinine < 30 ml/min) Instabilité persistante du RNI Métastases hépatiques Personne qui ne respecte pas le suivi ou le traitement Syndrome de chutes ou autre risque hémorragique (ex. : pratique de sport extrême) Syndrome des antiphospholipides, anticardiolipide ou anticoagulant lupique Traitements antinéoplasiques actifs Limites et référence au médecin : Détérioration de l état de santé de la personne Risque de saignement (consulter l annexe 1) Algorithme décisionnel inapplicable RNI non thérapeutique et crainte de non respect du traitement Suspicion d interaction médicamenteuse Persistance d un RNI non thérapeutique malgré l ajustement de la dose hebdomadaire à une reprise par l infirmière clinicienne ou le pharmacien. 1 Voir cadre de référence : Suivi des personnes recevant un

3 Page 3 de 12 O.C. 6.5 ORDONNANCE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES ET PHARMACIENS Déterminer la fréquence des prélèvements à effectuer à l aide de l annexe 2 Ajuster la dose selon l algorithme approprié : Si RNI visé entre 2 et 3 ET qu un facteur de variation temporaire est identifié, appliquer l algorithme à l annexe 3 Si RNI visé entre 2 et 3 ET qu un facteur de variation temporaire NE peut pas être identifié ou persiste dans le temps, appliquer l algorithme à l annexe 4. Si RNI visé entre 2,5 et 3,5 ET qu un facteur de variation temporaire est identifié, appliquer l algorithme à l annexe 5 Si RNI visé entre 2,5 et 3,5 ET qu un facteur de variation temporaire NE peut pas être identifié ou persiste dans le temps, appliquer l algorithme à l annexe 6. ORDONNANCE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES SEULEMENT Effectuer les prélèvements requis à la demande du médecin ou du pharmacien Effectuer les analyses de laboratoire : FSC, créatinine, AST et ALT, lors du premier rendez-vous, si ces analyses datent de plus de 1 mois. DIRECTIVES AUX INFIRMIÈRES ET AUX PHARMACIENS 1. Évaluer en tout temps les facteurs pouvant modifier l anticoagulothérapie et corriger la cause s il y a lieu AVANT de procéder à un ajustement. 2. Référer au cadre de référence du CSSSAMN 3. Appliquer l algorithme selon le RNI visé et la présence de facteur de variation ou non.

4 Page 4 de 12 O.C. 6.5 Processus d élaboration et d approbation Rédigée par : Caroline Mathieu, conseillère en soins spécialisés Caroline Roy, conseillère en soins spécialisés Personnes consultées : Comité d élaboration et de révision des ordonnances Approuvée par : Présidente du C.M.D.P. Date Directrice du programme de santé physique et Date directrice des soins infirmiers Références : Collège des médecins du Québec et Ordre des pharmaciens du Québec. (2006). Lignes directrices : anticoagulothérapie en milieu ambulatoire. Ebell, M. (2005). Evidence-Based Initiation of Warfarin (Coumadin). American Family Physician. 71(4) : Ebell, M. (2005). Evidence-Based Adjustment of Warfarin (Coumadin) Doses. American Academy of Family Physicians. 71(10). Hopital Maisonneuve Rosemont et Institut de cardiologie de Montréal. (2007). Cadre de référence de prise en charge de l anticoagulothérapie orale à la warfarine par le réseau de première ligne. Horton, J. & Bushwick, B. (1999). Warfarin Therapy : Evolving Strategies in Anticoagulation. American Family Physician. 59(3) Laliberté, C., Dumoulin, E. & Fréchette, A. (2007). Suivi conjoint de la clientèle sous anticoagulothérapie. GMF St- Vallier. Date de mise en vigueur : Date prévue de révision : Dates de révision :

5 Page 5 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 1 ÉVALUATION DU RISQUE SELON LE TYPE DE SAIGNEMENT 2 1. SAIGNEMENTS MINEURS ÉPISTAXIS ECCHYMOSES Aviser le médecin si le saignement persiste, même si le RNI est dans l intervalle visé SAIGNEMENT DES GENCIVES HÉMOPTYSIE HÉMATURIE Aviser le médecin dans un délai court (24-48 heures) 2. SAIGNEMENTS MAJEURS Symptômes intra-abdominaux Douleurs abdominales ou thoraciques inexpliquées Symptômes gastro-intestinaux Sang rouge dans les selles Méléna Vomissements brunâtres (allure grains de café) Symptômes intracérébraux Nausée et vomissement Céphalée soudaine et intense Confusion Diaphorèse Aviser le médecin STAT et envoyer la personne à l urgence Perte de conscience 2 Laliberté, C., Dumoulin, E. & Fréchette, A. (2007). Suivi conjoint de la clientèle sous anticoagulothérapie. GMF St-Vallier.

6 Page 6 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 2 FRÉQUENCE DES PRÉLÈVEMENTS Fréquence des prélèvements RNI Personne qui est : Nouvellement diagnostiquée Déstabilisée 3 dont le RNI < 1,4 1) q 2-3 jours ad index thérapeutique visé 2) q 1 semaine x 3 semaines 3) q 2 semaines x 2 semaines 4) q 1 mois par la suite Maintien du traitement chez une personne stable 4 q 1 mois 5 Personne dont le RNI est instable ou en ajustement RNI inhabituel Si le résultat est très différent des résultats antérieurs, effectuer un 2 e test STAT. Une erreur d analyse de laboratoire peut être la cause. Si le second résultat confirme l exactitude du premier, ajuster la médication immédiatement. Reprendre l anticoagulothérapie tel que prescrit par le médecin de l hôpital ou le médecin de famille. Cessation temporaire de l anticoagulant à cause d une chirurgie OU risque temporaire de saignement. Si RNI dans les limites de l index thérapeutique, effectuer RNI q 2semaines x 2 semaines et q 1 mois par la suite. Sinon, reprendre la fréquence des prélèvements comme pour une personne nouvellement diagnostiquée. Oublie de prendre sa médication > 48 heures Jour 1 Augmenter la dose de 1,5 x 1 dose puis dose habituelle par la suite RNI dans 1 semaine Selon résultat : appliquer algorithme décisionnel Si instabilité persiste, reprendre la fréquence des prélèvements comme pour une personne nouvellement diagnostiquée. Surveillance des interactions médicamenteuses Surveiller plus fréquemment lors de l ajout, d une modification de posologie ou du retrait d une 3 Instable : personne dont le RNI est non thérapeutique 4 Stable : personne dont le RNI se situe habituellement dans les limites thérapeutiques visées. 5 Peut être fait ad 6 semaines d intervalle lors de congés (Noël, Jour de l An, vacances prolongées ou autres)

7 médication. SOURCE : Laliberté, C., Dumoulin, E. & Fréchette, A. (2007). Suivi conjoint de la clientèle sous anticoagulothérapie. GMF St-Vallier. Assurer le suivi des personnes recevant un Page 7 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 3 ALGORITHME POUR L AJUSTEMENT DE LA WARFARINE (RNI VISÉ ENTRE 2,0 ET 3,0) FACTEUR DE VARIATION 6 TEMPORAIRE IDENTIFIÉ RNI AJUSTEMENT TEMPORAIRE RECOMMANDÉ PROCHAIN RNI < 1,50 2) Aviser médecin 3) 1,5 fois la dose habituelle x 3 jours 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 1,50 1,79 2) Aviser médecin 3) 1,5 fois la dose habituelle x 2 jours 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 10 jours 1,80 1,99 2) 1,5 fois la dose habituelle x 1 jour 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 1 mois 2,00 3,09 Même dose 1 mois 3,10 3,3 Même dose 14 jours 3,4 3,7 1) Corriger le facteur identifié, s il y lieu 2) Omettre une dose 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 10 jours 3,8 4,5 2) Omettre une dose 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 4,6 5,0 1) Corriger le facteur identifié, s il y lieu 2) Omettre deux doses 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 4) Aviser le médecin 5 jours > 5,0 1) Cesser 2) Référer au médecin Lendemain 6 Voir annexe 7

8 SOURCE : (2006) Collège des médecins du Québec. Lignes directrices : Anticoagulothérapie en milieu ambulatoire Assurer le suivi des personnes recevant un Page 8 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 4 ALGORITHME POUR L AJUSTEMENT DE LA WARFARINE (RNI VISÉ ENTRE 2,0 ET 3,0) FACTEUR DE VARIATION 7 N EST PAS IDENTIFIÉ OU PERSISTE DANS LE TEMPS. RNI AJUSTEMENT TEMPORAIRE RECOMMANDÉ PROCHAIN RNI < 1,5 1) Aviser médecin 2) 1,5 fois la dose du jour x 3 jours 3) la dose hebdomadaire de 15 à 20 % 1,5 1,79 1) Aviser médecin 2) 1,5 fois la dose du jour x 2 jours 3) la dose hebdomadaire de 10 à 12,5 % 10 jours 1,8 1,9 1) 1,5 fois la dose habituelle x 1 jour 2) la dose hebdomadaire de 5 à 7,5 % 14 jours 2,0 3,3 Même dose 1 mois 3,4 3,7 1) la dose hebdomadaire de 5 % 10 jours 3,8 4,5 1) Omettre une dose 2) la dose hebdomadaire de 5 à 7,5 % 4,6 5,0 1) Omettre deux doses 2) la dose hebdomadaire de 10 à 15 % 3) Aviser le médecin 2 jours > 5,0 1) Cesser 2) Référer au médecin Lendemain SOURCE : (2006) Collège des médecins du Québec. Lignes directrices : Anticoagulothérapie en milieu ambulatoire 7 Voir annexe 7

9 Page 9 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 5 ALGORITHME POUR L AJUSTEMENT DE LA WARFARINE (RNI VISÉ ENTRE 2,5 ET 3,5) FACTEUR DE VARIATION 8 TEMPORAIRE EST IDENTIFIÉ. RNI AJUSTEMENT TEMPORAIRE RECOMMANDÉ PROCHAIN RNI 1,5 2) Aviser médecin 3) 1,5 fois la dose habituelle x 3 jours 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 1,5 1,99 2) Aviser médecin 3) 1,5 fois la dose habituelle x 2 jours 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 10 jours 2,0 2,2 2) 1,5 fois la dose habituelle x 1 jour 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 10 jours 2,3 2,4 2) 1,5 fois la dose habituelle x 1 jour 3) Reprise de la dose habituelle par la suite 14 jours 2,5 3,59 Même dose 1 mois 3,6 3,9 Même dose 3 semaines 4,0 4,4 1) Corriger le facteur identifié, s il y lieu 2) Omettre une dose 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 4,5 5,3 2) Aviser le médecin 3) Omettre une dose 4) Reprise de la dose habituelle par la suite 5 jours 5,4 6,0 2) Diriger vers le médecin 3) Omettre deux doses 2 jours > 6,0 1) Cesser 2) Référer au médecin Lendemain 8 Voir annexe 7

10 Page 10 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 6 ALGORITHME POUR L AJUSTEMENT DE LA WARFARINE (RNI VISÉ ENTRE 2,5 ET 3,5) FACTEUR DE VARIATION 9 N EST PAS IDENTIFIÉ OU PERSISTE DANS LE TEMPS. RNI AJUSTEMENT TEMPORAIRE RECOMMANDÉ PROCHAIN RNI 1,5 1) Aviser médecin 2) 1,5 fois la dose du jour x 3 jours 3) la dose hebdomadaire de 15 à 20 % 1,5 1,89 1) Aviser médecin 2) 1,5 fois la dose du jour x 2 jours 3) la dose hebdomadaire de 10 à 12,5 % 1,9 2,2 1) Aviser médecin 2) 1,5 fois la dose du jour x 1 jour 3) la dose hebdomadaire de 7,5 à 10 % 14 jours 2,3 2,4 1) la dose hebdomadaire de 3 à 5 % 14 jours 2,5 3,9 Même dose 1 mois 4,0 4,4 1) Omettre une dose 2) la dose hebdomadaire de 2,5 à 5 % 4,5 5,3 1) Aviser le médecin 2) Omettre une dose 3) la dose hebdomadaire de 5 à 7,5 % 5 jours 5,4 6,0 1) Diriger vers le médecin 2) Omettre deux doses 3) la dose hebdomadaire de 10 à 15 % 2 jours > 6,0 4) Cesser 5) Référer au médecin Lendemain 9 Voir annexe 7

11 Page 11 de 12 O.C. 6.5 ANNEXE 7 FACTEURS POUVANT MODIFIER L ANTICOAGULOTHÉRAPIE FACTEURS EFFETS SUR ANTICOAGULANT Omission ou erreur dans la prise de médication ou du RNI selon le cas Insuffisance cardiaque exacerbée Diminution du métabolisme de la warfarine ( RNI) Hypothyroïdie non contrôlée Diminution du catabolisme des facteurs de coagulation ( RNI) Hyperthyroïdie non contrôlée Fièvre Augmentation du catabolisme des facteurs de coagulation ( RNI) Désordres gastro-intestinaux (diarrhée et vomissement) Diminution de l apport en vitamine K ( RNI) Modification de la diète Augmentation de l apport en vitamine K ( RNI) Diminution de l apport en vitamine K ( RNI) Augmentation de l apport de canneberge, pamplemousse ou ail ( RNI) Diminution de l apport de canneberge, pamplemousse ou ail ( RNI) Consommation d alcool Femme > 1 consommation / jour Homme > 2 consommation / jour Une consommation aigue d alcool ( RNI) Une consommation chronique peut ( RNI) Interaction médicamenteuse* ou produits naturels Selon médication ou produits naturels impliqués Insuffisance hépatique Altération de la synthèse des facteurs de coagulation Diminution du métabolisme de la warfarine ( RNI) SOURCE : Laliberté, C., Dumoulin, E. & Fréchette, A. (2007). Suivi conjoint de la clientèle sous anticoagulothérapie. GMF St-Vallier. * Lors d une modification au profil pharmaceutique, ajout ou cessation de produits naturels, contacter un pharmacien afin de valider si une interaction médicamenteuse est possible.

12 Page 12 de 12 O.C. 6.5 RNI sous-thérapeutique ANNEXE 8 IDENTIFICATION DES CAUSES DE RNI NON THÉRAPEUTIQUE Comment avez-vous pris votre warfarine au cours des deux dernières semaines? Couleur Nombre de comprimés Nombre de fois par jour Utilisation d un générique Comment vérifiez-vous si vous avez pris le bon dosage? Avez-vous oublié des doses? Avez-vous augmenté de manière importante votre activité physique? Avez-vous augmenté votre consommation de légumes verts? Avez-vous diminué votre consommation de pamplemousse, canneberge ou ail? Avez-vous eu des changements à vos médicaments? Ajout, retrait, changement dans la dose Avez-vous pris des médicaments en vente libre, produits naturels ou supplément? Avez-vous débuté une consommation d alcool régulière? RNI supra-thérapeutique Comment avez-vous pris votre Warfarine au cours des deux dernières semaines? Couleur Nombre de comprimés Nombre de fois par jour Utilisation d un générique Comment vérifiez-vous si vous avez pris le bon dosage? Avez-vous eu des changements à vos médicaments? Ajout, retrait, changement dans la dose Avez-vous pris des médicaments en vente libre ou produits naturels? Avez-vous eu des problèmes de santé récemment? Avez-vous pris plus d alcool qu à l habitude ou avez-vous cessé récemment une consommation régulière d alcool? Avez-vous diminué votre consommation de légumes verts? Avez-vous augmenté votre consommation de pamplemousse, canneberge ou ail? Avez-vous diminué de manière importante votre activité physique? Avez-vous cessé de fumer? Tiré des Lignes directrices : Anticoaguloathérapie en milieu ambulatoire. (2006). CMQ et OPQ. Certaines circonstances sont favorables à la déstabilisation du RNI (les 7 D) Déplacements (voyage) Déménagement Dépression Divorce Dénutrition Deuil Démence

Lignes directrices ANTICOAGULOTHÉRAPIE EN MILIEU AMBULATOIRE

Lignes directrices ANTICOAGULOTHÉRAPIE EN MILIEU AMBULATOIRE Lignes directrices ANTICOAGULOTHÉRAPIE EN MILIEU AMBULATOIRE TABLE DES MATIÈRES N.B. : La section 2 est envoyée à tous les médecins et à tous les pharmaciens, sous forme de brochure. AVANT-PROPOS 3 1.

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens Loi 41 GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens AVIS Ce guide ne se substitue pas aux lois, aux règlements ou au jugement des professionnels de la santé. Il représente l état actuel du

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto Carnet-conseils appartenant à :.... Adresse :......................... Tel :............................ Médecin Généraliste : Adresse

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Assurance voyage et soins médicaux Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Nom : Date de naissance : JJ / MM / AAAA Numéro de membre : Numéro de police : DIRECTIVES POUR LE PROPOSANT IL

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté

Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté Conseils pratiques : > Nous voulons que votre client puisse remplir le questionnaire médical sans

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie Webinaire de l INESSS présenté par Mélanie Tardif,

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Livret d anticoagulation

Livret d anticoagulation Livret d anticoagulation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT ANTICOAGULANT MOTIF DE L ANTICOAGULATION DURÉE PRÉVUE DU TRAITEMENT Du

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée La clientèle ciblée par ce service est la clientèle dite orpheline. Il s agit des personnes de tous âges

Plus en détail

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal :

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal : Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie Proposition d assurance page 1 Bureau d assurance voyage inc. Pour nous joindre 1-844-500-2947

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Mars 2013 Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Types de soins Introduction Selon la définition de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

LITHIASE URINAIRE USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091. Uroscan. Rx abdominal

LITHIASE URINAIRE USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091. Uroscan. Rx abdominal USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091 Catégorie de personnes visées : usager pour lequel un diagnostic clinique de lithiase urinaire a été évoqué par son médecin traitant Indication : répondre

Plus en détail

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit :

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit : Règle de soins médicaux Technique de la coloscopie en duo INDICATION (situation visée) La présente règle de soins médicaux vise à préciser les conditions d encadrement de la coloscopie (avec endoscope)

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE SOMMAIRE 1 La coloscopie, c est quoi?.......................... 4 2 Les objectifs de l examen........................... 5 3 Se préparer à l examen en toute securité...............

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés)

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés) Étude en vie réelle du bénéfice/risque à court terme des nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran, rivaroxaban) chez les patients débutant un traitement et non précédemment traités par des antivitamines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Ville : Province : Code postal : Date de naissance : jour mois année Date de naissance : jour mois année

Ville : Province : Code postal : Date de naissance : jour mois année Date de naissance : jour mois année Assurance médicale Choix du voyageur L assurance est souscrite auprès de la Compagnie d Assurance Générale CUMIS, l une des sociétés du Groupe Co-operators. Proposition d assurance page 1 2015-2016 Bureau

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Vous venez de présenter une thrombose cérébrale et vous êtes hospitalisé. Il y a beaucoup de questions que vous vous posez sur ce qui s est passé et sur ce qui va arriver

Plus en détail