ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER)"

Transcription

1 Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) PROTOCOLE DU SERVICE 1

2 SOMMAIRE Principes de l épuration extra-rénale...3 Mise en place et surveillance du cathéter de dialyse...6 Mise en place du kit sur l appareil FRESENIUS Multifiltrate...9 Règles de prescription...11 Anticoagulation pour épuration extra-rénale...14 Surveillance et gestion des alarmes...15 Feuille de surveillance et de prescription...19 Groupe de travail...21 Protocole disponible dans le classeur de protocoles (rouge) présent dans toutes les chambres de la Réanimation Chirurgicale et dans le bureau des cadres 2

3 PRINCIPES DE L ÉPURATION EXTRA-RÉNALE 1 - Mécanismes physiques de transport des molécules La diffusion : transfert passif selon un gradient de concentration des molécules de bas poids moléculaire (urée, créatinine, ions) qui aboutit à l équilibre des concentrations entre le milieu le plus concentré et le milieu le moins concentré. La convection : transfert actif selon un gradient de pression d eau plasmatique accompagnée des molécules de poids moléculaire bas (ions) et moyen (cytokines, protéines) qui s effectue du lieu où la pression est la plus élevée vers celui où la pression est la plus basse. 2 - Mécanismes de l épuration extra-rénale Hémofiltration (CVVH : Continuous VenoVenous Hemofiltration) Méthode de filtration du sang à travers la membrane d un hémofiltre selon un gradient de pression (convection). On parle de «haut volume «pour des débits d ultrafiltration supérieurs à 50 ml/kg/h (50 à 100 ml/kg/h). L intérêt théorique au cours du choc septique est l élimination rapide des cytokines et des protéines de l inflammation. Un débit d ultrafiltration à 35 ml/kg/h est généralement admis en pratique courante. Le débit d ultrafiltration est le débit d eau plasmatique qui traverse la membrane par unité de temps. Il dépend de la perméabilité hydraulique de la membrane, de la surface de la membrane et de la pression trans-membranaire. 3

4 Hémodialyse (CVVHD : Continuous VenoVenous Hemodialysis) : Technique d épuration du sang permettant l élimination des petites molécules par diffusion à travers une membrane semi-perméable. La circulation du dialysat se fait à contre-courant du sang du patient. La clairance des petites molécules dépend de la composition du dialysat. Hémodiafiltration (CCVHDF : Continuous VenoVenous Hemodiafiltration) : Technique d épuration extra-rénale associant l hémodialyse et l hémofiltration. Elle reste indiquée pour augmenter l efficacité de l épuration en cas d impossibilité de maintenir des débits suffisants (débit sanguin et débit d ultrafiltration) 3 - Principes de pré et post-dilution : En hémofiltration, le liquide de substitution peut être réinjecté selon deux modalités qui peuvent être associées. Le liquide peut être réinjecté avant l hémofiltre : principe de la pré-dilution. Le liquide peut être réinjecté après l hémofiltre : principe de la post-dilution. Les avantages et inconvénients des deux techniques sont présentés ci-dessous. En hémodiafiltration, le liquide de substitution peut être également réinjecté en pré ou en postdilution selon l appareil utilisé. Sur l appareil FRESENIUS multifiltrate, la réinjection se fait uniquement en post-dilution. 4

5 CHU du Kremlin-Bicêtre, Département d'anesthésie-réanimation 2010 Pré-dilution Post-dilution La solution de substitution est réinjectée La solution de substitution est réinjectée avant le filtre : après le filtre : - Avantage : augmentation de la durée - Avantage : augmentation de de vie du filtre par diminution du l efficacité risque de thrombose - Inconvénient : hémoconcentration, - Inconvénient : hémodilution, baisse baisse de la durée du filtre de l efficacité de l épuration 4- Membranes de dialyse Une membrane est constituée de nombreuses fibres capillaires ( à capillaires) disposées parallèlement au sein d un cylindre en plastique. Elles sont parcourues longitudinalement par le sang du patient. L ultrafiltrat produit est recueilli autour des fibres. Dans le cas de l hémodialyse, le dialysat pénètre dans le cylindre dans le sens opposé à celui du sang et circule autour des capillaires. Les échanges se font à travers les parois des fibres. Les membranes FRESENIUS utilisées sont des membranes synthétiques en polysulfone, leur surface effective varie entre 1,4 m2 (kit 4) et 1,8 m2 (kit 7). 5

6 CHU du Kremlin-Bicêtre, Département d'anesthésie-réanimation 2010 LE CATHÉTER DE DIALYSE 1- Définition Le cathéter utilisé est un cathéter veineux central, à double lumière. La pose d un cathéter veineux profond est un acte médical non délégable. Il est réalisé par le médecin assisté par une infirmière, qui assure la préparation du patient, du matériel, l organisation du soin et la surveillance. (Décret du 29/07/04 relatif aux parties IV et V du code de la santé publique, relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d infirmière) 2 - Les sites d insertion - Voie jugulaire interne de préférence (à droite si possible) après repérage échographique. Effectuer un contrôle radio systématique après la pose. Voie fémorale en deuxième intention. Pas de contrôle radiologique nécessaire. Pas de pose en territoire sous-clavier. La position de l extrémité du cathéter et le diamètre interne de celui ci sont les deux déterminants majeurs du débit sanguin obtenu. L extrémité du cathéter doit être idéalement à l entrée de l oreillette droite pour un cathéter jugulaire, et dans la veine cave inférieure pour un cathéter fémoral. 3 - Les différents cathéters de dialyse C'est un cathéter à double lumière coaxiale (Arrow ), un seul diamètre disponible : 14 F - 15 cm en voie jugulaire (diamètre 14 F) - 25 cm en voie fémorale (diamètre 14 F) A noter : Après avoir fixé le cathéter à la peau, il est possible de le faire pivoter sur son axe sans toucher à la fixation 4 - Objectifs à la pose - Respecter une asepsie rigoureuse Prévenir les risques infectieux liés à la pose d'un KTC Assurer le bon déroulement de toutes les étapes 6

7 5 - Matériel - 1 alèse roulée en guise de billot si insertion jugulaire interne - 1 protection (type carré bleu) - 1 boîte pour objets piquants / tranchants - 1 flacon individuel (125 ml) de chlorhexidine moussante Hibiscrub - 2 pipettes de sérum physiologique - 2 masques chirurgicaux - 2 charlottes - 1 casaque stérile pour le médecin - 1 brosse bétadinée pour le médecin - 1 paire de gants stériles (2 paires pour patient à risque de contamination HIV-HBV-HCV) - 1 champ de table - 5 paquets de 5 compresses - 1 flacon de Chlorhexidine alcoolique à 0,5 % et son colorant (Hibitane ). Ne pas utiliser la chlorhexidine aqueuse - 1 champ stérile troué adhésif transparent (grand modèle) - le matériel pour anesthésie locale si nécessaire (un flacon de Xylocaïne à 1% non adrénalinée, une aiguille sous-cutanée, une aiguille intra-musculaire, une seringue de 10 cc) - le cathéter (selon la zone d insertion choisie) - 1 seringue de 10 cc + 1 ampoule de 10 cc de sérum - 2 protège-robinets petit modèle - 1 scalpel n 11-1 tondeuse - 1 kit de suture avec 1 fil de suture type Ethicrin 2/0, aiguille courbe - 1 pansement type Mepore (taille 5 x 5 cm) - 2 pansements type Tegaderm (taille 10 x 12 cm) - Les bouchons sont fournis avec le cathéter 6 -Branchement du cathéter de dialyse - présence de 2 opérateurs si possible - Toute manipulation au niveau du cathéter de dialyse doit se faire dans des conditions rigoureuses d asepsie. - Matériel : o SHA o 2 masques o 2 charlottes o 1 champ stérile non troué o 1 paire de gants stérile o 2 seringues de 10 ml o 1 pipette de sérum physiologique de 20 ml o 1 seringue de 20 ml - Procédure : o Poser le matériel stérile sur le champ stérile. o Avec les seringues de 10 ml aspirer le verrou à l héparine sur chaque voie. o Avec la seringue de 20 ml de sérum physiologique, rincer chaque voie. o Cette opération permet de vérifier la perméabilité du cathéter. La vérification de la perméabilité doit se faire avant chaque utilisation. 7

8 7 Verrou d'anticoagulation Lors du débranchement de la dialyse ou au moment de la pose du cathéter si celui-ci n est pas branché immédiatement : réaliser un «verrou» d anticoagulation Matériel - 2 masques - 2 charlottes - 1 champ stérile non troué - 1 paire de gants stérile - 1 pipette de sérum physiologique de 20 ml - 1 seringue de 20 ml / 1 seringue de 5 ml - 1 ampoule d héparine sodique Dakota 500 UI / 5ml Procédure - Rincer chaque voie en injectant 10 ml de sérum physiologique en pression positive. - Clamper puis injecter 2,5 ml d héparine DAKOTA dans chaque voie. 8 - Entretien du cathéter de dialyse L entretien est identique à celui d un KTC (cf protocole de service) 9 Ablation du cathéter - L ablation est identique à celui d un KTC. Cependant, la compression durera 15 min. - Laisser le pansement occlusif pendant 24 h. A noter : en cas de patient insuffisant rénal chronique avec une fistule artério-veineuse, il est possible d utiliser la fistule comme accès vasculaire sans avoir à poser un cathéter de dialyse. 8

9 CHU du Kremlin-Bicêtre, Département d'anesthésie-réanimation 2010 MISE EN PLACE DU KIT FRESENIUS 1 - Matériel Pour hémofiltration ± haut débit (CVVHF et CVVHF-HD) : Kit n 7 (ref : AV 1000 S) Pour hémodiafiltration (CVVHDF) : Kit n 4 (ref : AV 600 S) Si anticoagulation au citrate : Kit citrate (cf protocole citrate) - Chaque kit comprend : o Un hémofiltre o Une cassette avec une ligne artérielle, veineuse et une ligne d ultrafiltration o Une ou deux lignes annexes (substitution ± dialysat) o Durée de vie du filtre : 72 heures (recommandations fabricant) - A rajouter : o 4 filtres pour tête de pression o 1 robinet 3 voies o 2 sacs de recueil ultrafiltration o 4 raccords pour permettre la compatibilité des poches Hémosol Hospal et tubulures Fresenius o 1 poche de sérum physiologique de 1000 ml pour amorçage + héparine Choay o 4 poches d Hemosol B0 de 5 litres o 1 seringue de 50 ml pour l anticoagulation (à brancher sur le patient) o 2 poches de sérum physiologique 100 ml o 1 tubulure 9

10 2 - Mise en route de l appareil - Avant d allumer l appareil, vérifier qu aucun objet ne soit posé sur les balances et la potence - Brancher l appareil sur le secteur si possible du même côté que le cathéter - Rajouter si besoin les électrolytes dans les poches de 5l d Hémosol B0 selon la prescription médicale - Vérifier que tous les clapets des corps de pompes et des réchauffeurs soient fermés - Vérifier que le bouton 0/1 soit enclenché au bas à l arrière de l appareil - Appuyer sur le bouton 0/1 pendant environ 3 secondes : l écran s allume et l auto test démarre - Suivre les instructions sur l écran pendant le test - Valider chaque phase du test en appuyant sur la molette (l item choisit apparaît en vert) - Choisir le mode de traitement selon la prescription médicale - Le schéma du montage s affiche - Mettre en place les 4 filtres des 4 têtes de pression avant le début du montage - Suivre les instructions sur l écran - Tourner la mollette pour faire défiler les différentes étapes (le retour aux pages précédentes est possible). 3 - Montage du circuit sanguin - Au montage du filtre pour le kit n 7 uniquement, utiliser le bouchon avec le filtre pour obturer le connecteur non utilisé sur le côté du filtre - A la connexion de la ligne artérielle (rouge) et de la poche de sérum physiologique, utiliser l adaptateur fourni dans le kit et mettre le robinet 3 voies à ce niveau - La poche de recueil du liquide d amorçage (fournie dans le kit) doit être placée sur la potence à côté du sérum physiologique. 4 - Montage du circuit : - Utiliser les raccords qui permettent la connexion entre les tubulures et les poches Hémosol B0 - Mélanger les 2 compartiments (électrolytes et tampon) des poches Hémosol B0 séparés par une soudure. Après reconstitution, la solution peut être conservée 24h à température ambiante. Elle doit rester limpide, transparente - Après connexion des tubulures et des poches, casser les obturateurs des poches - Monter la tubulure de sérum physiologique au niveau du premier robinet de la ligne artérielle (rouge) et la laisser clampée - Valider l item : démarrage rinçage - Suivre les instructions sur l écran - Régler manuellement les niveaux pour le piège à bulle central (avec filtre). Laisser 2 mm d air. Utiliser les flèches sur l écran - Pour le piège à bulle côté droit, faire de même en dévissant le bouchon et en laissant monter le liquide - A la fin du rinçage, l appareil demande le raccordement de la ligne de retour veineux (bleue) à la poche de sérum physiologique - Laisser les 2 lignes veineuse et artérielle (rouge et bleue) en relation avec la poche de sérum physiologique - Pour entrer les paramètres de traitement et accéder à la barre horizontale des items en bas de l écran, appuyer sur esc - Au moment de brancher le patient, appuyer sur stop et suivre les instructions. 10

11 RÈGLES DE PRESCRIPTIONS 1 - Quand débuter une épuration extra-rénale en réanimation? - Anurie > 6 à 12 heures - Oligurie < 250 ml depuis 12 heures (diurèse < 0,3 ml/kg/h) - Kaliémie symptomatique ou > 6,5 mmol/l - Urée > 30 mmol/l - Acidose métabolique sévère avec ph < 7,15 - OAP réfractaire - Créatininémie x 3 ou > 350 µmol/l - Complications de l urémie - Choc septique avec : o créatininémie x 2 ou diminution de clairance de + de 50 % o diurèse < 0,5 ml/kg/h sur 12 heures o ph < 7,20 - Hyperthermie > 40 C - Surdosage en agents ultrafiltrables 2 Généralités La feuille de prescription pour l épuration extra rénale est journalière et indépendante de la prescription médicale. Elle comprend au verso la feuille de surveillance infirmière. Elle comprend : - Le poids du malade - Le type d abord vasculaire : KT et son site, fistule artério-veineuse - Le choix du kit (4 ou 7) et de la technique d épuration - Le protocole d anticoagulation au départ puis ses modifications (cf chapitre anticoagulation) - Les débits souhaités : sanguin, ultrafiltration (pré et postdilution), dialysat - La perte patient souhaitée en ml/heure - L adjonction éventuelle de rinçages réguliers - L ajout d électrolytes dans la solution de substitution - La température du circuit 3 Prescription des électrolytes La composition de la solution de substitution utilisée en hémofiltration et hémodiafiltration (Hemosol B0 FRESENIUS, poche de 5 litres) est la suivante : Electrolytes Concentration (mmol//) Calcium (Ca 2+ ) 1,75 Magnésium (Mg 2+ ) 0,5 Sodium (Na + ) 140 Chlorure (Cl - ) 109,5 Lactate 3 Bicarbonate (HCO3 - ) 32 Osmolarité théorique 287 mosm/l 11

12 - La solution ne contient pas de potassium, pas de glucose, pas de phosphore. - Elle est pauvre en magnésium et en calcium - Il existe donc un risque d hypokaliémie, d hypophosphorémie, d hypomagnésémie et d hypocalcémie en l absence de complémentation - L ajout d électrolytes et de glucose dans les poches se fait uniquement sur prescription médicale et doit être prescrit avant branchement. Il doit être réévalué régulièrement en fonction du ionogramme du patient et de son contrôle glycémique. Sur la feuille de prescription, les apports «standards» proposés permettent d obtenir les concentrations en électrolytes suivantes : Quantité d électrolytes ajoutée / poche de 5 L KCl (1,5 g) Mg Cl 2 (1g) Phocytan (20 ml) G 30% (15 ml) Concentration finale dans la poche 4 mmol/l 1,47 mmol/l 1,3 mmol/l 5 mmol/l 4 - Réglages de départ en hémofiltration 1 ère étape : - Débit sanguin : 100 ml / min pour tous les patients. Au démarrage, il est conseillé de laisser circuler le sang pendant 3 minutes avant de débuter le traitement. - Débit Pré - dilution : 1000 ml/h - Débit Post - dilution : 1000 ml/h 2 nde étape : - Suspendre temporairement le traitement : o Menu : traitement données entrées/sortie Suspendre - Régler le débit sanguin pour obtenir une pression artère entre -80 et -100 mmhg (normale = -50 à -150 mmhg) en augmentant le débit sanguin par palier de 50 ml /min toutes les 2 min jusqu au débit prescrit par le médecin (en général, 150 à 250 ml/min. Prévenir si le débit ne peut être obtenu. Débit max kit 4 = 350 ml/min, kit 7 = 500 ml/min) - Régler le débit d ultrafiltration : La fonction du rein est évaluée par la clairance de la créatinine. Idéalement 35 ml/kg/h. Ex : pour un patient de 50 kg : débit de substitution = 1750 ml/h - Régler la post dilution : o Régler le débit de post dilution en respectant une Fraction Filtrée max de 20 %. La fraction filtrée apparait à l écran à chaque modification du débit sanguin ou du débit de post-dilution. Elle est calculée selon la formule suivante : Fraction Filtrée ( FF) = débit ultrafiltration (Quf) / débit sanguin + prédilution = (pré + post dilution + perte) / débit sang + prédilution o Exemple en chiffres : Débit sanguin (Qsg) = 250 ml/min, soit 250 x 60 = ml/h Débit d ultrafiltration (Quf) = prédilution ml/h + postdilution ml/h perte patient = 0 Fraction filtrée (FF) = Quf / Qsg = / = 0,2 soit 19 % Si on diminue le débit sanguin à 150 ml/min soit ml/h, sans diminuer le débit d ultrafiltration, on obtient : FF = / = 0,25 soit 30 %. On augmente ainsi le risque d hémoconcentration et de thrombose du filtre o Régler le débit de pré dilution pour obtenir environ 2/3 post-dilution, 1/3 pré-dilution 12

13 - Reprendre le traitement de la pompe : o Menu : traitement Données entrées /sorties Reprendre le traitement 3 ème étape : Régler la perte patient : si besoin et seulement selon la prescription médicale 4 ème étape : Régler la température : - Selon prescription médicale - L hémofiltration continue entraine une hypothermie en l absence de réchauffement du liquide de substitution du fait de la circulation extra-corporelle et des volumes de substitution importants. Un réchauffement modéré est conseillé (37-38 C) pour éviter un retentissement hémodynamique lié à une vasodilatation excessive. 5 - Réglages si hémodiafiltration - L ajout d un dialysat améliore l épuration par rapport à l hémofiltration seule, uniquement en cas d impossibilité de maintenir un débit sanguin ou d ultrafiltration élevé. - L adaptation du débit sanguin se fait comme précédemment. - Réglage du débit de dialysat : entre 500 et ml/h (idéalement égal au débit d ultrafiltration) - Avec l appareil FRESENIUS multifiltrate, la substitution n est possible qu en post dilution. Débit de à ml/h. 6 - Apports nutritionnels - Les besoins énergétiques sont peu modifiés par l insuffisance rénale aigue elle même. - L EER entraine des pertes glucidiques importantes car le glucose passe librement la membrane, au contraire de l insuline qui ne franchit pas les membranes de dialyse. Les apports glucidiques doivent donc être augmentés et les bains de dialyse enrichis en glucose devant le risque d hypoglycémie. - Il existe des arguments pour penser que les apports protidiques doivent être augmentés à 2,5 g/kg/j sans bénéfice démontré sur la survie des patients. - Le métabolisme des lipides n est pas modifié - Il est probable qu il faille augmenter les apports en vitamines (B1, B6, E, C) et en oligoéléments (sélénium, zinc, folates) 13

14 ANTICOAGULATION POUR ÉPURATION EXTRA RÉNALE EN RÉANIMATION 1 - Purge du circuit - La purge initiale peut être réalisée sans héparine avec les nouvelles membranes - Bolus préfiltre avec Héparine non fractionnée Choay : la posologie est prescrite par le médecin selon le risque hémorragique du patient (50 UI/kg) 2 - Pour tous les patients sans risque hémorragique particulier - Héparine non fractionnée Choay en IVSE à brancher sur le patient - Posologie : 200 à 300 UI/Kg/24h - Objectif : héparinémie 0.2 à 0.4 UI Pour les patients déjà sous anticoagulation efficace pour une autre indication (ACFA, thrombose veineuse.) : - Poursuivre l anticoagulation à la dose antérieure - Objectif : héparinémie 0.3 à 0.6 (adaptée à l indication sous jacente) 3 - Pour les patients à risque hémorragique - Diminuer l anticoagulation voire hémofiltration sans anticoagulation. Ajouter éventuellement des rinçages périodiques par du sérum physiologique (100 ml/2h par exemple) même si l efficacité est très discutée. - Envisager une anticoagulation régionale au citrate (cf protocole citrate). 4 - Si départ au scanner - Suspendre le traitement et mettre en circuit fermé (cf fiche sur chaque machine) - Rincer et hépariner le KT selon la fiche technique entretien du cathéter de dialyse. - Poursuivre l héparine à la même dose jusqu au rebranchement du patient pour éviter les variations. 5 - Si départ au bloc - Suspendre le traitement et mettre en circuit fermé - Rincer et hépariner le KT selon la fiche technique - Arrêt de l anticoagulation 14

15 SURVEILLANCE ET GESTION DES ALARMES 1 - Monitorage Dans tous les cas, surveillance standard par monitorage continu (scope). 2 - Surveillance de paramètres spécifiques - Température : o Vérifier la température correcte des fluides participants aux échanges (dialysat et substitution). Mesure de la température du patient et du niveau de réchauffage : objectif normothermie. La courbe thermique est ininterprétable en hémofiltration : réaliser une hémoculture /24h systématique. - Poids : quotidien. Mettre le patient sur un lit pesant. - Glycémie capillaire : o Risque d hypoglycémie. Surveillance horaire, surtout si haut volume. o Le liquide de substitution sera enrichi en glucose sauf avis médical contraire. - Bilans biologiques : sur prescription médicale. En général, GDS avec kaliémie et BES avec urée, créatinine, phosphore, magnésium / 6 à 12 heures selon la stabilité du patient. En cas d hyperkaliémie, les contrôles peuvent être plus rapprochés. 3 - Gestion des alarmes - Grands principes : - L alarme signale un dysfonctionnement du circuit. Ne pas inhiber une alarme incomprise. Limiter le temps sans traitement pour ne pas diminuer l efficacité mais suspendre le traitement permet de prendre le temps de comprendre le problème et de le résoudre. En cas d échec de gestion des alarmes, mieux vaut restituer avant la thrombose de l hémofiltre (spoliation sanguine pour le patient 200 à 300 ml de sang). L inversion des voies n est pas recommandée et constitue une solution de dernier recours en l absence d amélioration. - Si les débits initiaux ne peuvent être atteints et en l absence d urgence métabolique, mieux vaut revoir à la baisse ses objectifs plutôt que de risquer la thrombose répétée du circuit. - En cas d alarmes répétées, choisir un régime de sécurité permettant le temps de la réflexion : suspendre le traitement, diminuer le débit sanguin à 50 ou 100 ml/min - Valeurs usuelles (cf schéma) : en gras les pressions dont la surveillance est indispensable P artérielle = P d entrée = - 50 à mmhg P préfiltre = à mmhg Pression de filtration = à + 50 mmhg P transmembranaire (PTM) = Pression sang Pression ultrafiltrat = 30 à 200 mmhg P veineuse = P de sortie = + 50 à mmhg 15

16 - Alarmes de pressions : Une dysfonction précoce sera en général liée au cathéter (coude, mauvaise position, hypovolémie). Une dysfonction plus tardive après une utilisation initiale satisfaisante sera en général due à une thrombose. - P artérielle trop basse = reflet de la vitesse de la pompe à sang et des résistances sur la ligne artérielle (rouge). SITE PROBLEME CAUSE (S) C.A.T VAISSEAU Quantité de sang disponible insuffisante - Faible débit sanguin intravasculaire - Hypovolémie - Changer le site, vérifier la position du patient - Expansion volémique (sur prescription médicale) - KT coudé, clampé - Vérifier l absence de clamp CATHETER Résistance à l écoulement accrue - KT contre la paroi vasculaire - Vérifier position KT (radio) mobiliser l extrémité, tourner le KT sur son axe - Thrombose - Rincer la voie artérielle - Changement KT si échec LIGNE Résistance à l écoulement accrue - Clamp oublié, ligne coudée - Thrombose circuit - Déclamper, lever obstacle - Rinçage du circuit ± changement circuit - Rincer les voies du KT : Matériel : o 1 paire de gants stériles (avec aide, sur le chariot de soin) o 2 seringues de 10 ml / 1 pompeuse / 1 poche de 50 ml de sérum physiologique o Compresses avec Hibitane 16

17 Procédure : o Appuyer sur STOP o Clamper les lignes artérielles et veineuses du KT et du kit o Déconnecter la ligne veineuse, la donner à l aide, aspirer et rincer la voie rapidement. Si aspiration impossible, ne pas injecter o Faire de même pour la ligne artérielle o Rebrancher, déclamper les 4 clamps. Relancer le circuit o En cas d échec, inversion des 2 voies en dernier recours (efficacité de l épuration diminuée par le phénomène de recirculation) - Pression veineuse élevée = rechercher un obstacle sur la ligne de retour (bleue) SITE PROBLEME CAUSE (S) C.A.T - KT coudé, clampé - Vérifier l absence de clamp Cathéter Résistance à l écoulement accrue - KT contre la paroi vasculaire - Thrombose - Clamp oublié, ligne coudée - Vérifier position KT (radio) mobiliser l extrémité, tourner le KT sur son axe - Rincer la ligne veineuse - Vérifier l anticoagulation - Inversion des voies en dernier recours - Changement KT si échec - Déclamper, lever obstacle Ligne/circuit Résistance à l écoulement accrue - Thrombose circuit - Rinçage du circuit. Vérifier anticoagulation +/- changer le kit - Capteurs de pression - Pousser le fluide avec une seringue, changer le capteur - Pression trans-membranaire (PTM) élevée : colmatage du filtre ou contraintes excessives exercées sur la membrane SITE PROBLEME CAUSE (S) C.A.T Ligne ultrafiltrat Augmentation des pressions au démarrage - Ligne d ultrafiltrat clampée ou coudée - Vérifier l absence de clamp - Inadéquation débit sanguin et débit de substitution - Diminuer post dilution, augmenter le débit sanguin Filtre Contraintes excessives - Saturation progressive du filtre - Augmenter la prédilution, rinçages périodiques - Thrombose circuit - Rinçage du circuit. Vérifier anticoagulation ± changer le kit après restitution NB : les rinçages peuvent déclencher l alarme du détecteur colorimétrique du circuit par hémodilution. Appuyer sur Start/Reset pour inhiber l alarme 17

18 4 - Comment changer les poches d Hémosol? - Appuyer sur ESC pour accéder à la barre en bas de l écran. - Avec la mollette, sélectionner le mode TRAITEMENT. Puis choisir «changement de poche ou de seringue» et le sélectionner. Procéder au changement. - Enfin valider l item «terminer le changement de poche» surligné en vert. - NB : Le changement peut se faire à tout moment du traitement. 5 - Comment accéder à l historique du traitement? - Appuyer sur ESC pour accéder à la barre en bas de l écran. Avec la mollette, sélectionner le mode TRAITEMENT. Choisir «données E/S», puis «détails données E/S». Sélectionner «l heure de début et de fin» souhaités. Noter sur la pancarte. Remettre à zéro le matin à 8 heures pour faciliter le bilan entrées/sorties des 24h. Noter les pertes sur la feuille de surveillance. Enfin revenir au menu traitement. 6 - Comment avoir les courbes de pressions sur le graphique? - Appuyer sur ESC pour accéder à la barre en bas de l écran. Avec la mollette sélectionner le mode TRAITEMENT. Choisir «courbes de pression», sélectionner l intitulé de la courbe souhaité à l aide de la mollette (une ou toutes) et appuyer sur OK. 7 - En cas de départ du patient au bloc, scanner (cf. descriptif sur chaque machine) - Il existe une procédure permettant de conserver le kit en circuit fermé jusqu au retour du patient. L intérêt est à évaluer en fonction de la durée du bloc et de la durée d utilisation du cathéter au moment du départ du patient. Pas de limite définie par le fabricant en dehors de celle de la durée de vie du filtre (72h max). - Matériel : une poche de sérum physiologique, un raccord en Y ou un robinet 3 voies - Réduire le débit sanguin à 100 ml/min. Suspendre le traitement - Appuyer sur STOP pendant 2 sec afin d arrêter la pompe à sang - Brancher le sérum physiologique sur la voie entrée Rouge. Appuyer sur Start/Reset pour restituer. L alarme du détecteur colorimétrique se met en route. Fin de restitution - Brancher la voie de retour Bleue avec la voie d entrée Rouge sur la poche de sérum physiologique afin de réaliser un circuit fermé - Valider en appuyant sur Start/Reset. Ne pas oublier de reprendre le traitement lors du rebranchement. 8 - Pendant le nursing (soins, changes, pansements ) : - Les manipulations du patient au cours des soins entrainent des coudures du KT ou des lignes du circuit. Le débit sanguin ne peut être maintenu facilitant ainsi les thromboses du filtre. Pour prévenir ces réductions de débit, il est préférable de choisir un régime de «sécurité» pendant la durée du soin : - Suspendre le traitement avant le nursing - Diminuer temporairement le débit sang à 50 ou 100 ml/min avant de tourner le patient - Ne pas oublier de reprendre le débit sanguin initial et le traitement après le nursing. 18

19 19

20 20

21 GROUPE DE TRAVAIL IDE : - Vincent Appa - Karine Blanc - Emilie Broquerie - Françoise Chauvin - Myrtille Denninger - Guillaume Falcoff - Christophe Gouya - Sylvie Hanzard - Sarah Huot - Gwenaelle Krafft - Karine Yonkeu Médecins : - Pr Jacques Duranteau - Dr Olivier Huet - Dr Emmanuelle Hammad Cadre : - Aurélie Royer 21

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Dr Christophe Ridel et Jean-Marc Dorget Urgences néphrologiques et transplantation rénale Fresenius Medical Care Hôpital Tenon Impossible d'afficher

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012

Plus en détail

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation C.Simonetti M.Castanier (Marseille) A.Moreau (Hospal France) Epuration extra rénale (EER) en réanimation 1. Améliorer

Plus en détail

«OnLine» en réanimation

«OnLine» en réanimation Hémo-Dia-Filtration «OnLine» en réanimation Didier DOREZ Réanimation Centre Hospitalier de la Région d Annecy HDFOL CREUF2008BB 1 OBJECTIFS DE L EER DANS L IRA CONTRÔLE VOLEMIE CONTRÔLE EQUILIBRE HYDRO-SODE

Plus en détail

Anticoagulation dans l EER

Anticoagulation dans l EER Anticoagulation dans l EER Débutant Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 3 avril 2012 Objectifs - Connaitre les différentes méthodes d anticoagulation -

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV)

Plus en détail

Hémofiltration continue en réanimation, des aspects très pratiques

Hémofiltration continue en réanimation, des aspects très pratiques Hémofiltration continue en réanimation, des aspects très pratiques Didier Journois Service d Anesthésie-Réanimation, HEGP, 20 rue Leblanc, 75015 Paris 1. Rappel des principes de l hémofiltration 1.1. Le

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Thierry PETITCLERC AURA Prescription de la séance Les objectifs de la prescription adéquate Les critères de la prescription de la séance 1 Hémodialyse conventionnelle

Plus en détail

TECHNIQUES DE DIALYSES

TECHNIQUES DE DIALYSES n 15 OCT. 2013 AVRIL 2014 LA REVUE SEMESTRIELLE GRATUITE DE LA LIGUE REIN ET SANTÉ DOSSIER SPÉCIAL TECHNIQUES DE DIALYSES page 21 à 39 SENSIBILISATION page 06 à 20 EXPLICATIONS page 40 à 57 [ octobre 2013

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

L insulinothérapie par pompe. Généralités

L insulinothérapie par pompe. Généralités L insulinothérapie par pompe Généralités Définition Administration continue d insuline d action rapide (analogue) en SC sous forme de : débits de base programmés (en dehors des repas) bolus non programmables

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC

B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC Chimiothérapie/ B) Techniques d administration des cytostatiques - 1 - B 2 - CATHÉTER AVEC CHAMBRE IMPLANTABLE TYPE : PORT-A-CATH = PAC DÉFINITION Le Port-A-Cath = PAC est un système implantable placé

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE Page 1/9 LE MATERIEL 2 piles 1.5 volts AA Une pompe CADD LEGACY Une sacoche Une clé RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE FICHE TECHNIQUE FT3 09/11/2012 Version 2 Page 2/9 PREPARATION DE LA CASSETTE

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Réanimation Médicale. place un protocole?

Réanimation Médicale. place un protocole? Insulinothérapie intensive e en Réanimation Médicale Comment élaborer et mettre en place un protocole? L expérience nancéienne Sarah Tincelin - Isabelle Robinet Martine Lesny - Claire Méjean Service de

Plus en détail

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R Dr N. RAYNAL A.I.D.E.R Montpellier Maison de la Mutualité PLAN de la PRESENTATION 1. Quelques notions

Plus en détail

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC Soins d hygiène D. GRAU, S. BOMMART, S PARER, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier E. BOUDOT, ARLIN Languedoc Roussillon Septembre

Plus en détail

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile Nouvelle Législation 1 Refonte de la LPP avec individualisation des prestations relatives à la nutrition parentérale CE QUI

Plus en détail

Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile

Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile Delphine WASCHEUL infirmière hygiéniste clinique Teissier et HàD du Hainaut valenciennes Rencontre

Plus en détail

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie IX ème Journée Régionale de Prévention des Infections Liées aux Soins 14 avril 2011 Cathéter central inséré par voie périphérique Ch. Gorge, Ch. Gray, S. Leroy CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5 Code : 3/DSS UH/044 Page : 1/5 Fonction : Nom : Visa : Infirmiers (Groupe de Travail) : S Constant- M Fage- C Faubert- M Messineo- RM Rosso C Van Klersbilck Rédaction : Vérification : Approbation : IDE

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

ADDENDUM 1 sur ADDENDUM AU MANUEL D'UTILISATION AU CITRATE POUR AQUARIUS AVEC MODULE CITRATE ET LOGICIEL PLATINUM VERSION 6 MISES EN GARDE SUPPLÉMENTAIRES ET AVIS DE SÉCURITÉ NOTICE L'Addendum 1 à l'addendum

Plus en détail

Guide d utilisation rapide CADD -Solis

Guide d utilisation rapide CADD -Solis Guide d utilisation rapide CADD -Solis Pour des instructions détaillées, mises en garde et précautions d utilisation, se reporter au manuel de l opérateur. Choix d un protocole (traitement, critère qualificatif

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS 19 QCMs DURÉE DE L ÉPREUVE : 1 HEURE LES CALCULATRICES NE SONT PAS AUTORISÉES Le sujet comprend 8 pages, veuillez

Plus en détail

Rencontres avec l expert à propos du PICC*

Rencontres avec l expert à propos du PICC* Congrès SF2H 2012 Rencontres avec l expert à propos du PICC* * cathéter veineux central à abord périphérique Sébastien BOMMART, CHU MONTPELLIER Pascale CHAIZE, CHU MONTPELLIER Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois

Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois Service d'anesthésie-réanimation Hôpital Européen Georges Pompidou, 20 rue Leblanc 75908 Paris Courriel : d.journois@invivo.edu 1 Dix points importants

Plus en détail

INTRODUCTION. Avant 2004 :

INTRODUCTION. Avant 2004 : INTRODUCTION Avant 2004 : hémofiltration réa Thonon dialyse conventionnelle Evian dialyses urgentes astreinte Evian (nuit et week-end) IRC post-op aller-retour Thonon- Evian Automne 2003 : Décision de

Plus en détail

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile La NP consiste à administrer, par perfusion intraveineuse, un mélange nutritif complet. Le plus souvent la prescription en ville se résume à un mélange

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

Chambres à cathéter implantables

Chambres à cathéter implantables Chambres à cathéter implantables Pas de conflits d intérêt avec le sujet traité APHAL Formation PPH Jeudi 19 mars 2015 Sébastien GEORGET Pharmacie Centre Psychothérapique de Nancy Définition (1) Définition

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS POMPE COMPAT GO En cas de questions ou de problèmes, veuillez vous adresser à Proximos. Pour des raisons d hygiène et pour assurer le bon fonctionnement de l appareil, il est

Plus en détail

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct.

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. 2012 L hôpital de PAU Environ 700 lits Diverses spécialités : médecine différentes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Laurent Gattlen CMD SMIA / CHUV 29.09.2009 MAITRISE UNIVERSITAIRE D'ETUDES AVANCEES EN PHARMACIE HOSPITALIERE (MAS) SEMINAIRE

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique 11 ème Congrès National de Néphrologie Marrakech 2013 Pr Medkouri Ghislaine Service de Néphrologie CHU Ibn Rochd medkourighislaine@hotmail.com

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION :

CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : CORRECTION EVALUATION FORMATIVE TEST DE NIVEAU Date : PROMOTION : OJECTIFS : 1/ Evaluer le degré des connaissances acquises nécessaires à l administration des médicaments à diluer. 2/ Evaluer les capacités

Plus en détail

L alimentation par sonde à domicile Guide d information

L alimentation par sonde à domicile Guide d information L alimentation par sonde à domicile Guide d information L alimentation par sonde à domicile Guide d information à l usage des patients et de leurs proches Ce guide d information a pour but d aider les

Plus en détail

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 juin 2004 PHYSIONEAL 35 GLUCOSE 1,36%, solution pour

Plus en détail

Maladies rénales. Informations et conseils

Maladies rénales. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Informations et conseils Maladies rénales Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.il contient des informations sur

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES Réalisé par l équipe soignante de Saint-Brieuc Mai 2013 PLAN Introduction Cadre législatif Avant l administration Au moment de l

Plus en détail

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014 IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT Journal club 10 avril 2014 Epura>on extra- rénale RAPPELS Hémodialyse Diffusion Pe>tes molécules Hémofiltra>on Convec>on Moyennes molécules Modalités Intermi/ente

Plus en détail

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE CYTO Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et CYTO Préparer les cytostatiques Ces instructions sousentendent le respect des règles d hygiène et de sécurité sanitaires. Préparation : Sortir le, le spike CODAN,

Plus en détail

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC Les modifications apportées à la version précédente apparaissent en rouge. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit les différentes étapes pour réaliser les prélèvements pour hémoculture.

Plus en détail

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Manon Gandolfo - IDE HAD Nice Cédric Lefranc Directeur Coordination de soins STUDIO SANTE 83 Circuit du patient La voie veineuse centrale est

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011

XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011 XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011 N. LEGRAND I.A.D.E. CHU Amiens L anesthésie en radiologie est confrontée à des contraintes :!Contrainte de

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Les modalités de prélèvement, de conservation, de transport des échantillons biologiques doivent répondre aux dispositions obligatoires du Guide de Bonne Exécution des Analyses

Plus en détail

Nutrition Parentérale A Domicile

Nutrition Parentérale A Domicile Nutrition Parentérale A Domicile Les clés pour réussir Cécile Chambrier, Lyon Philippe Fayemendy, Limoges NUT_20140127 Au sommaire : NPAD chez l adulte Introduction : les indications Quels types de cathéters

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE L insuffisance rénale : L insuffisance rénale chronique est la conséquence d une incapacité définitive des reins à remplir leurs fonctions. Chaque rein est composé d

Plus en détail

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale

12 édition de formation en Dialyse Péritonéale 12 édition de formation en Dialyse Péritonéale Casino Royale Frais et remboursement en dialyse D R. V A N O V E R M E I R E L I O N E L V I V A L I A - I F A C - P. P A O L A M A R C H E - EN- F A M E

Plus en détail

DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE)

DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE) Hôpital de Bicêtre Département d Anesthésie-Réanimation Service de Neurochirurgie DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE) Mise à jour 2008 1 SOMMAIRE Points essentiels...3 Définitions et généralités...4

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Soins de bouche chez l enfant

Soins de bouche chez l enfant Soins de bouche chez l enfant (A effectuer trois fois par jour) 3-1 Les traitements par chimiothérapie et/ou radiothérapie peuvent fragiliser la cavité buccale. La bouche est colonisée par de nombreux

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir:

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir: QUIZZ NOMENCLATURE 1. IVD isolée + injection S/C : AMI 2 + AMI 1/2 2. Pansement de fistule digestive + pansement de stomie : + AMI 2/2 3. Injection IV sur Site Veineux Implantable (SVI), acte isolé : 4.

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Mallette «Chromatographie sur colonne»

Mallette «Chromatographie sur colonne» 1 MATERIEL 1.1 Contenu de la mallette 1.2 Description du matériel VANNE D INJECTION COLONNE SERINGUE D INJECTION RÉSERVE D ÉLUANT POMPE MISE SOUS TENSION SÉLECTEUR DE LA GAMME DE VITESSE X1 X10 MAX RÉGLAGE

Plus en détail

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace Un BIA à fibre-optique hautement efficace SENSATION PLUS est une innovation dans le domaine de l assistance hémodynamique. Il offre tous les avantages

Plus en détail

Rôle du médecin m dans le suivi du patient hémodialysé à domicile. Dr. L. Radermacher

Rôle du médecin m dans le suivi du patient hémodialysé à domicile. Dr. L. Radermacher Rôle du médecin m généraliste g dans le suivi du patient hémodialysé à domicile Dr. L. Radermacher Intervenants impliqués Patient et famille Infirmiers spécialis cialisé en dialyse à domicile, du CHR et

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43.

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43. Avant-propos....................................................................................................... ix Chapitre 1 Hydrostatique.........................................................................

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les CIRCULAIRE CIR-23/2014 Document consultable dans Médi@m Date : 24/10/2014 Domaine(s) : gestion des prestations en nature gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail

L LE DRAINAGE THORACIQUE

L LE DRAINAGE THORACIQUE Soins de l appareil respiratoire/l Le drainage thoracique - 1 - L LE DRAINAGE THORACIQUE DEFINITION Mise en place dans la cavité pleurale d'un drain permettant l évacuation d épanchements gazeux et/ou

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO Le PICC Line = Peripheral Inserted Central Cathéter Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO PLAN INTRODUCTION Définition Historique PRINCIPES DE BASE Indications Contre-indications Technique Entretien

Plus en détail

Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. NOTICE ANSM - Mis à jour le : 24/01/2011 Dénomination du médicament PLASMION, solution pour perfusion Gélatine anhydre Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail